La race et le débat

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

La race et le débat

Message par Maieu le Mar 13 Mar 2012 - 11:14


Sujet à proposer aux élèves pour les exercer à l’argumentation :
« François Hollande a proposé de supprimer la mention « race » qui figure dans la constitution française et Alain Juppé a répondu lors du Grand Rendez-vous Europe1-Le Parisien-i>Télé : « Faute d'agir, on change les mots. Il s'agit de lutter contre le racisme. On va supprimer une disposition qui est antiraciste ? Et je vous rappelle qu'elle figure dans la déclaration universelle des droits de l'homme et du citoyen. C'est une mauvaise réponse à un vrai problème ».
Que pensez-vous de la validité de la proposition et de la critique qui en est faite ? »
avatar
Maieu
Habitué du forum


Revenir en haut Aller en bas

Re: La race et le débat

Message par egomet le Mar 13 Mar 2012 - 11:39

Quand on a mis en place cet article de la constitution, il était particulièrement important de rejeter explicitement les thèses racistes, sans se contenter d'une formulation plus vague. Comment le faire sans utiliser le mot?

Est-on dans une situation tellement différente aujourd'hui?

C'est le racisme qu'il faut craindre, pas les mots.

_________________
Primum non nocere.
Sapientia vero ubi invenitur et quis est locus intellegentiae? Non est in me, non est mecum.


Poésies, roman etc. http://egomet.sanqualis.com/
avatar
egomet
Sage


Revenir en haut Aller en bas

Re: La race et le débat

Message par Le grincheux le Mar 13 Mar 2012 - 11:44

Desproges disait déjà il y a trente ans que nous vivions dans un beau pays puisqu'il avait résolu tous les problèmes de société (qu'on n'appelait pas encore du hideux mot de sociétaux) en appelant un chat un chien. Cela reste malheureusement vrai. Au moins, tant qu'on parle de cela, on ne parle pas des vrais problèmes qui se posent actuellement.

_________________
Le carnet du grincheux
Chroniques de misanthropie ordinaire
http://grincheux.de-charybde-en-scylla.fr/
http://loubardes.de-charybde-en-scylla.fr/
avatar
Le grincheux
Sage


Revenir en haut Aller en bas

Re: La race et le débat

Message par Maieu le Mar 13 Mar 2012 - 14:40

@egomet a écrit:Quand on a mis en place cet article de la constitution, il était particulièrement important de rejeter explicitement les thèses racistes, sans se contenter d'une formulation plus vague. Comment le faire sans utiliser le mot?

Est-on dans une situation tellement différente aujourd'hui?

C'est le racisme qu'il faut craindre, pas les mots.

Je pense qu’il s’agit d’une vraie question, au-delà des simplifications de la campagne électorale.
Quand on utilise le mot race on imagine désigner un réel identifiable. Mais quel réel ?
Voici ce qu’en dit le Larousse (2008) :
« Subdivision de l'espèce humaine en Jaunes, Noirs et Blancs selon le critère apparent de la couleur de la peau.
 Catégorie de classement biologique et de hiérarchisation des divers groupes humains, scientifiquement aberrante, dont l'emploi est au fondement des divers racismes et de leurs pratiques.
Complément encyclopédique
La diversité humaine a entraîné une classification raciale sur les critères les plus immédiatement apparents : leucodermes (Blancs), mélanodermes (Noirs), xanthodermes (Jaunes). Cette classification a prévalu, avec diverses tentatives de perfectionnement dues à l'influence des idées linnéennes, tout au long du XIXe s. Les progrès de la génétique conduisent aujourd'hui à rejeter toute tentative de classification raciale. »

Je ne sais s’il existe d’autres concepts dont les dérivations du nom (racisme, raciste) aient une connotation exclusivement dépréciative…
Le racisme est unanimement rejeté dans notre société, de sorte que même ceux dont l’idéologie en est nourrie affirment qu’ils ne sont pas racistes.
Cela signifie que ce nom qui n’a plus de contenu autre qu’idéologique n’a plus de dénotation, de référence.
C’est une réalité historiquement récente. L’opinion selon laquelle les différences superficielles (couleur de la peau, surtout) suffisaient à déterminer des différences essentielles a prévalu jusqu’au 20ème siècle, comme une vérité indiscutable... surtout pour ceux qui en avaient besoin comme justification. Race était alors un nom désignant un réel. Il y avait des races différentes comme il y a des sexes différents.
Se pose donc la question de la validité de l’utilisation de ce nom dans des textes officiels qui ont valeur de référence objective.
Ces textes (constitution française ou déclaration universelle des droits de l’homme) emploient « race » pour affirmer qu’on ne peut pas l’utiliser pour discriminer les hommes. Ce qui revient à dire que la race et les races existent. Si elles existent, qu’est-ce qui en permet la différenciation (que veulent précisément interdire les déclarations) ? On revient donc à la question du contenu et au constat de sa vacuité.
Alors, en quoi ne serait-il pas pertinent de supprimer de ces références un terme qui ne renvoie plus à un quelconque réel ?
Quant aux critiques faites – notamment celle d’Alain Juppé – elles ne portent pas sur la question posée, mais sur ce présupposé (évidemment implicite) : proposer de supprimer le nom dans les textes officiels signifie qu’on résout ainsi le problème du racisme.
Quant à dire que c’est le racisme qui est à craindre* et non le nom race… L’opposition ainsi créée repose également sur un présupposé (toujours implicite) : le signifié n’a pas de rapport avec le signifiant, et s’il faut craindre le signifié, le signifiant, lui, n’a pas d’importance. Un signe est le signifiant et le signifié. Qu’on ne peut pas séparer l’un de l’autre (pas plus que le fond et la forme) et que s’il faut craindre la pratique du racisme, le nom race qui contribue à le rendre possible est lui aussi à craindre ?
* S’agit-il principalement de craindre ou d’expliquer… pour éviter ce qui provoque les craintes ?
Une campagne électorale ne permet pas le dialogue. Elle est le temps des simplifications, des invectives. Si les critiques me semblent infondées, la proposition faite par Hollande me semble inopportune, précisément parce qu’elle suppose un dialogue. Mais je ne suis pas sûr que ce soit ce que Juppé ait voulu dire…





Dernière édition par Maieu le Mer 14 Mar 2012 - 16:05, édité 1 fois
avatar
Maieu
Habitué du forum


Revenir en haut Aller en bas

Re: La race et le débat

Message par egomet le Mar 13 Mar 2012 - 14:58

@Maieu a écrit:

Je ne sais s’il existe d’autres concepts dont les dérivations du nom (racisme, raciste) aient une connotation exclusivement dépréciative…
Le racisme est unanimement rejeté dans notre société, de sorte que même ceux dont l’idéologie en est nourrie affirment qu’ils ne sont pas racistes.
Cela signifie que ce nom qui n’a plus de contenu autre qu’idéologique n’a plus de dénotation, de référence.
C’est une réalité historiquement récente. L’opinion selon laquelle les différences superficielles (couleur de la peau, surtout) suffisaient à déterminer des différences essentielles a prévalu jusqu’au 20ème siècle, comme une vérité indiscutable... surtout pour ceux qui en avaient besoin comme justification. Race était alors un nom désignant un réel. Ils y avaient des races différentes comme il y a des sexes différents.
Se pose donc la question de la validité de l’utilisation de ce nom dans des textes officiels qui ont valeur de référence objective.
Ces textes (constitution française ou déclaration universelle des droits de l’homme) emploient « race » pour affirmer qu’on ne peut pas l’utiliser pour discriminer les hommes. Ce qui revient à dire que la race et les races existent. Si elles existent, qu’est-ce qui en permet la différenciation (que veulent précisément interdire les déclarations) ? On revient donc à la question du contenu et au constat de sa vacuité.
Alors, en quoi ne serait-il pas pertinent de supprimer de ces références un terme qui ne renvoie plus à un quelconque réel ?

Qu'il renvoie à un réel ou à une idéologie, on peut utiliser le mot pour rejeter le critère.
Je crois qu'on surinterprète le texte en supposant qu'il valide indirectement l'idée de races.
Au demeurant, le concept de race est flou, comme tu le fais remarquer, il a pu désigner des classifications objectives, visibles, même si elles sont politiquement sans aucun intérêt et de purs fantasmes. Si tu supposes un état de la langue où ça a pu se justifier, comment peux-tu être certain que le mot a perdu cette signification? Après tout le 20ème siècle n'est pas si éloigné et beaucoup d'extrémistes y sont restés.

Le plus grave serait que le mot une fois banni, on en invente d'autres pour faire passer les mêmes idées tordues. Attention que le racisme ne revienne pas par la fenêtre parce qu'on a crié victoire trop tôt!

_________________
Primum non nocere.
Sapientia vero ubi invenitur et quis est locus intellegentiae? Non est in me, non est mecum.


Poésies, roman etc. http://egomet.sanqualis.com/
avatar
egomet
Sage


Revenir en haut Aller en bas

Re: La race et le débat

Message par egomet le Mar 13 Mar 2012 - 15:00

@Maieu a écrit:

Une campagne électorale ne permet pas le dialogue. Elle est le temps des simplifications, des invectives. Si les critiques me semblent infondées, la proposition faite par Hollande me semble inopportune, précisément parce qu’elle suppose un dialogue. Mais je ne suis pas sûr que ce soit ce que Juppé ait voulu dire…


Parfaitement d'accord avec ce point. Une campagne électorale n'est pas le lieu pour ça.

_________________
Primum non nocere.
Sapientia vero ubi invenitur et quis est locus intellegentiae? Non est in me, non est mecum.


Poésies, roman etc. http://egomet.sanqualis.com/
avatar
egomet
Sage


Revenir en haut Aller en bas

Re: La race et le débat

Message par Maieu le Mar 13 Mar 2012 - 16:34

[quote="egomet"]
@Maieu a écrit:

Qu'il renvoie à un réel ou à une idéologie, on peut utiliser le mot pour rejeter le critère.
Je crois qu'on surinterprète le texte en supposant qu'il valide indirectement l'idée de races.
Au demeurant, le concept de race est flou, comme tu le fais remarquer, il a pu désigner des classifications objectives, visibles, même si elles sont politiquement sans aucun intérêt et de purs fantasmes. Si tu supposes un état de la langue où ça a pu se justifier, comment peux-tu être certain que le mot a perdu cette signification? Après tout le 20ème siècle n'est pas si éloigné et beaucoup d'extrémistes y sont restés.

Le plus grave serait que le mot une fois banni, on en invente d'autres pour faire passer les mêmes idées tordues. Attention que le racisme ne revienne pas par la fenêtre parce qu'on a crié victoire trop tôt!

Voici l'article en question de la déclaration universelle des droits de l'homme
Article 2
"Chacun peut se prévaloir de tous les droits et de toutes les libertés proclamés dans la présente Déclaration, sans distinction aucune, notamment de race, de couleur, de sexe, de langue, de religion, d'opinion politique ou de toute autre opinion, d'origine nationale ou sociale, de fortune, de naissance ou de toute autre situation."
Si on sait ce que désignent "couleur, sexe, etc.", que peut désigner "race" s'il n'est rien de cela ? Il renvoie forcément à un supposé réel biologique dont nous savons aujourd'hui qu'il est fantasmatique. Est-ce que continuer à l'utiliser dans ce contexte ne contribue pas à laisser croire que les races existent ? Je ne prétends pas que sa suppression règle le problème (il faudrait préciser le discours qui l'accompagnerait), mais en quoi est-il pertinent de laisser utiliser la référence à un texte de portée universelle ? En d'autres termes, je pourrais dire : d'accord, on n'a pas le droit d'utiliser la race pour discriminer, mais si et puisque l'existence des races est reconnue par des textes officiels (sinon ils n'en parleraient pas... parlent-ils des "humeurs" dont se nourrissait la médecine des siècles passés et dont on sait aujourd'hui qu'elle n'est qu'un mot vide de sens ?) j'affirme qu'elles ne sont pas toutes égales, donc que certaines sont supérieures à d'autres et que c'est le texte lui-même qui a une valeur idéologique.


avatar
Maieu
Habitué du forum


Revenir en haut Aller en bas

Re: La race et le débat

Message par egomet le Mar 13 Mar 2012 - 17:55

@Maieu a écrit:

Si on sait ce que désignent "couleur, sexe, etc.", que peut désigner "race" s'il n'est rien de cela ? Il renvoie forcément à un supposé réel biologique dont nous savons aujourd'hui qu'il est fantasmatique. Est-ce que continuer à l'utiliser dans ce contexte ne contribue pas à laisser croire que les races existent ? Je ne prétends pas que sa suppression règle le problème (il faudrait préciser le discours qui l'accompagnerait), mais en quoi est-il pertinent de laisser utiliser la référence à un texte de portée universelle ? En d'autres termes, je pourrais dire : d'accord, on n'a pas le droit d'utiliser la race pour discriminer, mais si et puisque l'existence des races est reconnue par des textes officiels (sinon ils n'en parleraient pas... parlent-ils des "humeurs" dont se nourrissait la médecine des siècles passés et dont on sait aujourd'hui qu'elle n'est qu'un mot vide de sens ?) j'affirme qu'elles ne sont pas toutes égales, donc que certaines sont supérieures à d'autres et que c'est le texte lui-même qui a une valeur idéologique.[/justify]


Ça se défend... C'est de la mauvaise foi que d'inférer de ce texte une quelconque reconnaissance de la notion de race mais il est vrai que certains sont de mauvaise foi et que c'est en pensant à eux qu'on fait ces déclarations.
Il n'est pas aberrant de faire référence à une croyance fausse si cette croyance est assez répandue pour créer un problème. Les "humeurs" ne sont même plus une question, tout au plus une curiosité historique. Idéalement, les thèses racistes devraient être au même niveau mais ce n'est pas le cas. La "race" a encore de l'audience.

Alors on a une question d'opportunité. Est-ce que nos efforts pour dénoncer le critère racial sont encore utiles ou est-ce qu'ils ne contribuent pas à entretenir l'idée que le débat reste ouvert? Une des difficultés est de savoir qui entretient ce débat malsain.
Maintenant est-ce que notre société est réellement prête pour qu'on puisse purement et simplement adopter une attitude "color-blind"? C'est l'objectif au fond... Est-il à portée de main?... heu

_________________
Primum non nocere.
Sapientia vero ubi invenitur et quis est locus intellegentiae? Non est in me, non est mecum.


Poésies, roman etc. http://egomet.sanqualis.com/
avatar
egomet
Sage


Revenir en haut Aller en bas

Re: La race et le débat

Message par Maieu le Mar 13 Mar 2012 - 19:57

@egomet a écrit:
@Maieu a écrit:

Si on sait ce que désignent "couleur, sexe, etc.", que peut désigner "race" s'il n'est rien de cela ? Il renvoie forcément à un supposé réel biologique dont nous savons aujourd'hui qu'il est fantasmatique. Est-ce que continuer à l'utiliser dans ce contexte ne contribue pas à laisser croire que les races existent ? Je ne prétends pas que sa suppression règle le problème (il faudrait préciser le discours qui l'accompagnerait), mais en quoi est-il pertinent de laisser utiliser la référence à un texte de portée universelle ? En d'autres termes, je pourrais dire : d'accord, on n'a pas le droit d'utiliser la race pour discriminer, mais si et puisque l'existence des races est reconnue par des textes officiels (sinon ils n'en parleraient pas... parlent-ils des "humeurs" dont se nourrissait la médecine des siècles passés et dont on sait aujourd'hui qu'elle n'est qu'un mot vide de sens ?) j'affirme qu'elles ne sont pas toutes égales, donc que certaines sont supérieures à d'autres et que c'est le texte lui-même qui a une valeur idéologique.[/justify]


Ça se défend... C'est de la mauvaise foi que d'inférer de ce texte une quelconque reconnaissance de la notion de race mais il est vrai que certains sont de mauvaise foi et que c'est en pensant à eux qu'on fait ces déclarations.
Il n'est pas aberrant de faire référence à une croyance fausse si cette croyance est assez répandue pour créer un problème. Les "humeurs" ne sont même plus une question, tout au plus une curiosité historique. Idéalement, les thèses racistes devraient être au même niveau mais ce n'est pas le cas. La "race" a encore de l'audience.

Alors on a une question d'opportunité. Est-ce que nos efforts pour dénoncer le critère racial sont encore utiles ou est-ce qu'ils ne contribuent pas à entretenir l'idée que le débat reste ouvert? Une des difficultés est de savoir qui entretient ce débat malsain.
Maintenant est-ce que notre société est réellement prête pour qu'on puisse purement et simplement adopter une attitude "color-blind"? C'est l'objectif au fond... Est-il à portée de main?... heu

Je partage ce questionnement.
avatar
Maieu
Habitué du forum


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum