[L'Express] Crise du recrutement : comment attirer les futurs profs ?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

[L'Express] Crise du recrutement : comment attirer les futurs profs ?

Message par Aevin le Jeu 22 Mar 2012 - 9:37

Voici un article dans l'Express sur un rapport publié par [ironie]la méchante, méchante OCDE[/ironie] :
« Posons-nous la question, combien de nos enfants veulent-ils aujourd’hui devenir professeur ? » se demandait Nicolas Sarkozy lors de son discours sur l’éducation le 28 février à Montpellier. Conséquence directe de la politique menée durant le quinquennat (paupérisation des profs, dégradation des conditions de travail, réforme de la formation, dénigrement du métier et de ses acteurs par les ministres successifs…), mais pas seulement puisque la tendance est la même ailleurs, recruter des profs est devenu difficile et la pénurie est conséquente. Il y a cette année aux concours 43% de candidats en moins par rapport à 2011, et il y aura deux fois moins de candidats admissibles que de postes offerts. Problème de quantité donc, et mécaniquement de qualité, qui interroge l’avenir proche.

Les candidats à la Présidentielle devraient se plonger dans le rapport que vient de publier l’OCDE et qui donne plusieurs pistes pour tenter d’enrayer la baisse des vocations. Ils y trouveraient plus que des idées sur le recrutement : une ligne politique ambitieuse mettant l’enseignant au cœur du système et redonnant au métier toute son attractivité.

Le rapport de l’OCDE préconise de modifier les modalités de recrutement, améliorer le statut du métier sur le marché du travail, élever les salaires, revoir la formation, de repenser l’environnement de travail, le rôle d’un professeur qui doit avoir plus de responsabilités et être plus investi dans la vie de l’école, avoir de réelles perspectives de carrière et dont le bien-être personnel doit être pris en compte… Mazette !

Le recrutement

Les études menées dans 65 pays (parmi lesquels la France est le seul à ne pas avoir fourni de données…) sont très claires sur le fait qu’il existe une corrélation directe entre la réussite des élèves aux évaluations internationales (PISA) et le niveau d’excellence de l’enseignement. Il ne suffit donc pas d’attirer les jeunes vers l’enseignement, il faut attirer les meilleurs qui, à niveau égal de qualification, vont voir ailleurs. Pour cela, il faut proposer aux jeunes diplômés de haut niveau ce qu’ils cherchent : le meilleur équilibre statut valorisant / environnement professionnel / sentiment de participer personnellement à un projet / revenus financiers.

Le rapport plaide également pour la mise en place de nouveaux critères de sélection : donner plus de place lors du recrutement à l’enthousiasme du candidat, son aptitude à percevoir les besoins des élèves et à apporter une réponse adaptée, son investissement et son engagement personnel, des critères qui jouent autant sur la qualité de l’enseignement que les compétences strictement disciplinaires.

Il faut également faciliter l’accès aux concours à des personnes ayant eu des expériences professionnelles extérieures à l’éducation : la richesse de leur profil ne peut que bénéficier à l’enseignement.

En France, les critères de formation restent disciplinaires, la personnalité du candidat n’est pas prise en compte. La réforme de la formation (masterisation) a eu tendance à figer les filières et à formater le profil des candidats, dont la variété et le niveau vont s’appauvrissant.



La formation

Le rapport insiste sur la nécessité d’une formation initiale de grande qualité.

Les enseignants doivent savoir précisément ce qui leur sera demandé dans leur métier, du point de vue des connaissances disciplinaires comme de la manière de les enseigner. L’accent théorique doit être mis sur les derniers développements de la recherche en matière de techniques d’enseignement ; l’enseignant est invité à développer lui-même ses idées et à innover, sous la tutelle d’un enseignant formateur. Une place importante doit être faite à la pratique dans les classes, le contact et les échanges avec les professeurs en fonction, à travers de nombreuses expériences de terrain.

Le rapport insiste aussi sur l’importance d’une formation continue de haut niveau. Il ressort de l’étude que les enseignants souhaitent développer leurs compétences tout au long de leur carrière, et 55% des enseignants interrogés auraient aimé plus de formation sur les 18 derniers mois. La formation continue doit entre autre mettre l’accent sur la mutualisation des pratiques.

En France, la formation initiale a été singulièrement allégée avec la masterisation et la partie pratique a été réduite à la portion congrue au fil des années. Quant à la formation continue, elle est faible en heures (à titre d’exemple, Singapour offre 100 heures de formation continue par an à chaque enseignant) et trop souvent peu adaptée à la réalité du métier et aux besoins des profs.



Les premières années

Une fois les profs efficacement recrutés et correctement formés, encore faut-il parvenir à les garder ! Dans cette optique, les premières années sont décisives, un enseignant quitte plus souvent le métier dans les 5 premières années d’exercice que par la suite.

Il faut donc ménager les enseignants débutant afin de leur garantir une entrée progressive dans le métier. Or ce sont généralement eux qu’on retrouve sur les postes et dans les établissements les plus difficiles. Une solution consiste à mener une politique d’incitation envers les plus expérimentés afin de les attirer sur ces postes sensibles dans des fonctions d’encadrement des enseignants débutant.

Durant ces premières années, il est important que l’enseignant puisse compléter sa formation initiale par des formations ciblées en fonction de ses besoins. Un pays comme la Chine propose à ses jeunes enseignants 240 heures de formation dans les 5 premières années.

En France, quasiment rien n’est fait sur ce sujet. Certaines académies « protègent » les profs la première année en leur affectant un poste censément moins difficile, notamment dans le primaire. Mais pour l’écrasante majorité des profs, les 5 premières années seront les plus dures de leur carrière, celles où ils connaîtront les conditions d’exercice les plus extrêmes, alors même qu’ils ne sont pas encore armés pour y faire face.



Les conditions de travail

Le rapport estime que pour améliorer les conditions de travail à l’école, il faut repenser un certain nombre de choses dans l’organisation et dans la manière de travailler.

Le premier levier est la qualité des relations avec les élèves, entre collègues et avec la hiérarchie. Il faut donc instaurer un dialogue social fécond dans les établissements, et modifier les rapports verticaux en donnant davantage d’autonomie et de responsabilités aux enseignants, qui veulent avoir le sentiment d’être soutenus et accompagnés par la hiérarchie.

Le travail en équipe, le partage des savoir-faire et des ressources, la mutualisation des savoirs doit être au cœur d’une pratique éducative riche et vivante.

En France, les enseignants sont trop souvent infantilisés, on ne leur donne que peu de responsabilités effectives, le travail en équipe est encore globalement déficient et dépend trop du chef d’établissement, et il n’est pas rare de voir des conflits très forts entre direction et équipe enseignante. La réforme des lycées, mal expliquée et mal accompagnée, a accentué le climat de tension. Quant aux conditions matérielles, elles sont tout simplement déplorables : il n’est pas rare de compter 5 ordinateurs pour 60 profs et une seule imprimante.



Le lien famille / école

D’après le rapport, resserrer le lien entre l’école et les familles peut, au-delà des bénéfices directs pour la vie de la communauté éducative, sensiblement améliorer l’image du métier. En effet, les personnes qui ont un contact plus régulier avec l’école sont généralement plus positives avec elle, car elles la perçoivent mieux. Il faut donc développer des relations suivies et personnalisées avec les familles, expliciter davantage le lien entre les apprentissages et la vie après l’école, concevoir des programmes d’accompagnement des familles dans l’environnement éducatif, multiplier les rencontres et les opérations de sensibilisation, etc.

En France, le lien avec les familles est globalement insuffisant, celles-ci manquent souvent d’informations, au moment de l’orientation des élèves par exemple ; quand des choses intéressantes sont mises en place, les initiatives sont presque toujours locales, il n’y aucune dynamique au niveau national.



Le salaire

Les évaluations internationales de PISA ont mis en évidence le fait que le niveau de rémunération des enseignants est directement corrélé aux performances des élèves. Un salaire élevé attirera plus de jeunes diplômés de haut niveau qui auront tendance à s’investir davantage dans leur métier.

Or, si depuis 2000 le salaire des enseignants à globalement augmenté dans les pays de l’OCDE, le salaire au bout de 15 ans de métier ne représente que 80 % de la rémunération d’un individu âgé de 25 à 64 ans, diplômé de l’enseignement supérieur et employé à temps complet.

Il faut donc une politique volontariste du point de vue financier, quitte à mettre l’accent sur les filières souffrant d’une grave pénurie de profs, mathématiques et sciences. Offrir plus aux futurs profs de maths ou de sciences, c’est ce qu’a fait (dans un système dérégulé certes) l’Angleterre ces deux dernières années, allouant une prime de 20 000 livres aux meilleurs candidats.

La France est un des rares pays de l’OCDE où le salaire des enseignants a baissé sur cette période. Leur pouvoir d’achat a baissé de 10% en 10 ans. Malgré l’annonce d’une revalorisation pour les profs débutant en novembre, la réalité est simple à percevoir : 80% des profs n’ont pas été augmenté depuis 5 ans, alors même que le salaire moyen d’un prof français est inférieur à la moyenne des pays de l’OCDE.



Le bien-être des enseignants

Voilà une notion bien révolutionnaire ! Mais ne nous y trompons pas, l’OCDE n’est pas une ONG philanthrope : son objet est de dégager les conditions optimales de production. Appliqué à l’enseignement, ce précepte fait émerger la nécessité de veiller à ce que tout enseignant se sente bien dans son métier, donc bien dans sa tête et dans sa vie.

Afin de préserver cet équilibre travail / vie personnelle, il faut entre autres développer les possibilités de congé sans solde, la prise de recul à travers des périodes sabbatiques, ou encore veiller à ce que les enseignants puissent étendre leurs compétences tout au long de leur carrière, et pas seulement d’un point de vue strictement éducatif, puisque le rapport préconise de faire des échanges ponctuels avec l’industrie et le commerce.

En France : le bien-être des enseignants n’est pas une notion connue.



L’enseignant au cœur du système

Pour un enseignant français, la lecture de ce rapport est une expérience… troublante ! C’est qu’on n’est pas habitué à ce qu’on se préoccupe de nous ! On a plutôt l’habitude d’être pointés du doigt, par les responsables politiques en premier lieu, par la doxa aussi qui a vite fait de juger que les profs sont des fainéants privilégiés…

Alors forcément, quand un rapport international émanant d’un organisme peu soupçonnable de gauchisme place l’enseignant au cœur du système éducatif et du projet scolaire, le désigne comme la solution quand on entend si souvent qu’il est le problème, on se dit qu’il existe une voie, un chemin encore vierge dans notre pays, qui vaut d’autant d’être essayé que les autres ont jusqu’ici mené à des culs-de-sac.

Mais attention, cette révolution ne pourra se faire sans les enseignants eux-mêmes, appelés à se remettre en question et à interroger leur pratique, et dont le métier et les missions sont immanquablement destinées à évoluer.

source

Le rapport


Dernière édition par Aevin le Jeu 22 Mar 2012 - 9:51, édité 2 fois

_________________
Automate - et fier de l'être  Wink

"Well, the travelling teachers do come through every few months," said the Baron.
"Yes, sir, I know sir, and they're useless. They teach facts, not understanding. It's like teaching people about forests by showing them a saw. I want a proper school, sir, to teach reading an writing, and most of all thinking, sir [...]"
Terry Pratchett - I Shall Wear Midnight

... und wer Fehler findet, kann sie behalten!

Aevin
Habitué du forum


Revenir en haut Aller en bas

Re: [L'Express] Crise du recrutement : comment attirer les futurs profs ?

Message par deroute le Jeu 22 Mar 2012 - 9:41

Je pense à Cassandre en lisant ce texte! Tout le monde sait ce qui se passe, ce qu'il va se passer mais personne ne fait rien cafe

deroute
Esprit éclairé


Revenir en haut Aller en bas

Re: [L'Express] Crise du recrutement : comment attirer les futurs profs ?

Message par John le Jeu 22 Mar 2012 - 9:42

"La méchante, méchante OCDE" ? On dirait Gollum avec les hobbits.

Ne sachant pas si c'est de l'ironie ou non, je ne risque pas d'être accusé de partialité, puisque je ne comprends pas ton point de vue.

_________________
En achetant des articles au lien ci-dessous, vous nous aidez, sans frais, à gérer le forum. Merci !


"Celui qui ne participe pas à la lutte participe à la défaite" (Brecht)
"La nostalgie, c'est plus ce que c'était" (Simone Signoret)
"Les médias participent à la falsification permanente de l'information" (Umberto Eco)

John
Médiateur


Revenir en haut Aller en bas

Re: [L'Express] Crise du recrutement : comment attirer les futurs profs ?

Message par deroute le Jeu 22 Mar 2012 - 9:46

Le dernier commentaire de l'article est très intéressant. Dans mon collège, il y a 4 professeurs sur 30 qui nous viennent d'Afrique et qui n'avaient jamais enseigné auparavant. Ils sont venus parce qu'il y a avait du travail pour eux. Pas de remplaçant et parfois pendant des mois! Nous y sommes déjà!

deroute
Esprit éclairé


Revenir en haut Aller en bas

Re: [L'Express] Crise du recrutement : comment attirer les futurs profs ?

Message par mathmax le Jeu 22 Mar 2012 - 9:47

L'OCDE trouve que les enseignants français sont particulièrement mal payés ? Ces gens-là ne sont pas informés : il faut de toute urgence leur faire communiquer la discussion voisine, où ils apprendront, en lisant certaines interventions, que nous ne sommes vraiment pas à plaindre.

mathmax
Fidèle du forum


Revenir en haut Aller en bas

Re: [L'Express] Crise du recrutement : comment attirer les futurs profs ?

Message par Aevin le Jeu 22 Mar 2012 - 9:51

@John a écrit:"La méchante, méchante OCDE" ? On dirait Gollum avec les hobbits.

Ne sachant pas si c'est de l'ironie ou non, je ne risque pas d'être accusé de partialité, puisque je ne comprends pas ton point de vue.
Corrigé.

_________________
Automate - et fier de l'être  Wink

"Well, the travelling teachers do come through every few months," said the Baron.
"Yes, sir, I know sir, and they're useless. They teach facts, not understanding. It's like teaching people about forests by showing them a saw. I want a proper school, sir, to teach reading an writing, and most of all thinking, sir [...]"
Terry Pratchett - I Shall Wear Midnight

... und wer Fehler findet, kann sie behalten!

Aevin
Habitué du forum


Revenir en haut Aller en bas

Re: [L'Express] Crise du recrutement : comment attirer les futurs profs ?

Message par barèges le Jeu 22 Mar 2012 - 9:53

et il y aura deux fois moins de candidats admissibles que de postes offerts.
Euh... Tout de même ?!
Il doit y avoir deux ou trois CAPES dans cet état, cela ne suffit pas à faire une telle moyenne?
(je pinaille, la tendance est là).

barèges
Neoprof expérimenté


Revenir en haut Aller en bas

Re: [L'Express] Crise du recrutement : comment attirer les futurs profs ?

Message par Leclochard le Jeu 22 Mar 2012 - 18:43

@mathmax a écrit:L'OCDE trouve que les enseignants français sont particulièrement mal payés ? Ces gens-là ne sont pas informés : il faut de toute urgence leur faire communiquer la discussion voisine, où ils apprendront, en lisant certaines interventions, que nous ne sommes vraiment pas à plaindre.

+1

_________________
Quelqu'un s'assoit à l'ombre aujourd'hui parce que quelqu'un d'autre a planté un arbre il y a longtemps. (W.B)

Leclochard
Guide spirituel


Revenir en haut Aller en bas

Re: [L'Express] Crise du recrutement : comment attirer les futurs profs ?

Message par Pryneia le Jeu 22 Mar 2012 - 18:51

@Leclochard a écrit:
@mathmax a écrit:L'OCDE trouve que les enseignants français sont particulièrement mal payés ? Ces gens-là ne sont pas informés : il faut de toute urgence leur faire communiquer la discussion voisine, où ils apprendront, en lisant certaines interventions, que nous ne sommes vraiment pas à plaindre.

+1

+1. Nous sommes des nantis, oui !

_________________
"Leave me alone and let me go to hell by my own route." Calamity Jane

« Nicht ein Wolf ist der Mensch dem Menschen. Er ist ihm Produkt, die totale Ware ist er ihm. » E. Palmetshofer
(« L’homme n’est pas un loup pour l’homme. Il est un produit pour lui, une marchandise, rien de plus. »)

Pryneia
Niveau 10


Revenir en haut Aller en bas

Re: [L'Express] Crise du recrutement : comment attirer les futurs profs ?

Message par JPhMM le Jeu 22 Mar 2012 - 18:54

@mathmax a écrit:L'OCDE trouve que les enseignants français sont particulièrement mal payés ? Ces gens-là ne sont pas informés : il faut de toute urgence leur faire communiquer la discussion voisine, où ils apprendront, en lisant certaines interventions, que nous ne sommes vraiment pas à plaindre.
Non seulement ils ne sont pas informés, mais en plus il est de notoriété publique que l'OCDE est un repère de dangereux gauchistes.

_________________
Labyrinthe où l'admiration des ignorants et des idiots qui prennent pour savoir profond tout ce qu'ils n'entendent pas, les a retenus, bon gré malgré qu'ils en eussent. D'ailleurs, il n'y a point de meilleur moyen pour mettre en vogue ou pour défendre des doctrines étranges et absurdes, que de les munir d'une légion de mots obscurs, douteux , et indéterminés. Ce qui pourtant rend ces retraites bien plus semblables à des cavernes de brigands ou à des tanières de renards qu'à des forteresses de généreux guerriers. Que s'il est malaisé d'en chasser ceux qui s'y réfugient, ce n'est pas à cause de la force de ces lieux-là, mais à cause des ronces, des épines et de l'obscurité des buissons dont ils sont environnés. Car la fausseté étant par elle-même incompatible avec l'esprit de l'homme, il n'y a que l'obscurité qui puisse servir de défense à ce qui est absurde. — John Locke

JPhMM
Demi-dieu


Revenir en haut Aller en bas

Re: [L'Express] Crise du recrutement : comment attirer les futurs profs ?

Message par Carabas le Jeu 22 Mar 2012 - 19:00

@Leclochard a écrit:
@mathmax a écrit:L'OCDE trouve que les enseignants français sont particulièrement mal payés ? Ces gens-là ne sont pas informés : il faut de toute urgence leur faire communiquer la discussion voisine, où ils apprendront, en lisant certaines interventions, que nous ne sommes vraiment pas à plaindre.

+1
Ce n'est pas parce qu'on dit qu'il y a pire que cela signifie que les profs sont bien payés, enfin!

Franchement, les posts qui disaient qu'il y avait pire étaient nettement plus nuancés que les autres.

Faut arrêter la caricature, quand même!
Oui, j'ose dire que je regrette la paye de certifiée. Forcément, je n'ai pas trouvé mieux!
Je n'ai vu personne disant que les profs sont des nantis.

_________________
Les chances uniques sur un million se réalisent neuf fois sur dix.

Terry Pratchett

Rejeter le socialisme parce que tant de socialistes sont des gens lamentables équivaut à refuser de prendre le train sous prétexte que le contrôleur a une tête qui ne vous revient pas.

George Orwell

Carabas
Vénérable


Revenir en haut Aller en bas

Re: [L'Express] Crise du recrutement : comment attirer les futurs profs ?

Message par Leclochard le Jeu 22 Mar 2012 - 19:42

@Carabas a écrit:
@Leclochard a écrit:
@mathmax a écrit:L'OCDE trouve que les enseignants français sont particulièrement mal payés ? Ces gens-là ne sont pas informés : il faut de toute urgence leur faire communiquer la discussion voisine, où ils apprendront, en lisant certaines interventions, que nous ne sommes vraiment pas à plaindre.

+1
Ce n'est pas parce qu'on dit qu'il y a pire que cela signifie que les profs sont bien payés, enfin!

En disant à chaque fois qu'il y a pire ailleurs, on va bientôt se féliciter d'être payé à la fin du mois.

Franchement, les posts qui disaient qu'il y avait pire étaient nettement plus nuancés que les autres.

Je suis d'accord: globalement, ils l'étaient. Sauf que ces personnes étaient pour la plupart agrégées et qu'elles ne tenaient ni compte des données objectives que rappelle l'OCDE ni de la réalité de nombres de profs (débutants ou pas).

Faut arrêter la caricature, quand même!
Oui, j'ose dire que je regrette la paye de certifiée. Forcément, je n'ai pas trouvé mieux!
Je n'ai vu personne disant que les profs sont des nantis.

Moi, je regrette ma paye d'ouvrier (15000 francs). ou pas.

_________________
Quelqu'un s'assoit à l'ombre aujourd'hui parce que quelqu'un d'autre a planté un arbre il y a longtemps. (W.B)

Leclochard
Guide spirituel


Revenir en haut Aller en bas

Re: [L'Express] Crise du recrutement : comment attirer les futurs profs ?

Message par Schéhérazade le Jeu 22 Mar 2012 - 21:56

Ce rapport me semble précisément propre à aggraver le phénomène de fuite qu'il prétend combattre:
-en parlant de recruter sur des critères flous et subjectifs, comme "l'enthousiasme, la personnalité", et en renonçant aux critères objectifs disciplinaires, on ne se donne aucune chance d'attirer les "meilleurs", qui auront les moyens de fuir les épreuves de gueule et chercheront des professions où leurs connaissances pointues puissent être reconnues, et non méprisées.
-par ailleurs ce rapport affirme que ce qu'il nous reste de liberté pédagogique doit être annihilé, et que cela doit être dit dès le recrutement: qui veut se lancer dans un métier où le professeur est réduit au rôle d'agent d'exécution? Dans un tel contexte, l'innovation ne peut être comprise que comme un mot orwellien.


@Aevin a écrit:Voici un article dans l'Express sur un rapport publié par [ironie]la méchante, méchante OCDE[/ironie] :


Le rapport plaide également pour la mise en place de nouveaux critères de sélection : donner plus de place lors du recrutement à l’enthousiasme du candidat, son aptitude à percevoir les besoins des élèves et à apporter une réponse adaptée, son investissement et son engagement personnel, des critères qui jouent autant sur la qualité de l’enseignement que les compétences strictement disciplinaires.

En France, les critères de formation restent disciplinaires, la personnalité du candidat n’est pas prise en compte. La réforme de la formation (masterisation) a eu tendance à figer les filières et à formater le profil des candidats, dont la variété et le niveau vont s’appauvrissant.

Les enseignants doivent savoir précisément ce qui leur sera demandé dans leur métier, du point de vue des connaissances disciplinaires comme de la manière de les enseigner.

source

Le rapport

Schéhérazade
Niveau 10


Revenir en haut Aller en bas

Re: [L'Express] Crise du recrutement : comment attirer les futurs profs ?

Message par GD le Jeu 22 Mar 2012 - 22:11

....La réforme des lycées, mal expliquée et mal accompagnée, a accentué le climat de tension.....

Oui elle est très bien cette réforme des lycées , ce qui ne va pas c'est l'explication...

GD
Niveau 10


Revenir en haut Aller en bas

Re: [L'Express] Crise du recrutement : comment attirer les futurs profs ?

Message par Duplay le Jeu 22 Mar 2012 - 22:14

Comment attirer les futurs profs ?

Ce n'est pourtant pas compliqué : il suffit de demander à l'inénarrable Julien et à sa cop' Laura de reprendre du service. Laughing

_________________
                                                                                                                  
elephantrose                    elephantrose                   elephantrose                                                           
                                                                                                                      

Duplay
Expert spécialisé


Revenir en haut Aller en bas

Re: [L'Express] Crise du recrutement : comment attirer les futurs profs ?

Message par Presse-purée le Jeu 22 Mar 2012 - 22:28

Intéressant cet article. C'est bien que des journalistes mettent en avant le problème de la crise de recrutement.
Merci Aevin.

_________________
Homines, dum docent, discunt.Sénèque, Epistulae Morales ad Lucilium VII, 8

"La culture est aussi une question de fierté, de rapport de soi à soi, d’esthétique, si l’on veut, en un mot de constitution du sujet humain." (Paul Veyne, La société romaine)
"Soyez résolus de ne servir plus, et vous voilà libres". La Boétie
"Confondre la culture et son appropriation inégalitaire du fait des conditions sociales : quelle erreur !" H. Pena-Ruiz
"Il vaut mieux qu'un élève sache tenir un balai plutôt qu'il ait été initié à la philosophie: c'est ça le socle commun" un IPR

Presse-purée
Grand sage


Revenir en haut Aller en bas

Re: [L'Express] Crise du recrutement : comment attirer les futurs profs ?

Message par Roumégueur Ier le Ven 20 Avr 2012 - 8:53

Après les 1000 à 1500 postes non pourvus l'an dernier, allons-nous vers 2 à 3000 postes non pourvus en 2012? C'est ce qui risque d'arriver selon cet article, et qui ne serait en rien étonnant :
http://www.cafepedagogique.net/lexpresso/Pages/2012/04/20042012_Auduc.aspx

Roumégueur Ier
Érudit


Revenir en haut Aller en bas

Re: [L'Express] Crise du recrutement : comment attirer les futurs profs ?

Message par User5899 le Sam 21 Avr 2012 - 2:28

@GD a écrit:Oui elle est très bien cette réforme des lycées , ce qui ne va pas c'est l'explication...
Ah tiens... C'est bien
- de ne plus financer les TP de sciences ?
- de supprimer l'aide en petits groupes au profit d'un accompagnement, dit personnalisé, mais financé en groupes de 35 ?
- de fixer nationalement non plus un horaire-plancher, mais un universel, ce qui fait que si l'établissement parvient à dédoubler quelques heures, elles amputent les heures de cours, vu que le nombre total pour les élèves doit demeurer fixe ?
Je suis content d'avoir lu que c'est bien. Vous êtes le premier que j'entends de cet avis. Avis contre lequel je m'inscris en faux : c'est la réforme la plus mauvaise depuis au moins trente ans. Et vu ses auteurs, ça n'étonnera personne.

User5899
Dieu de l'Olympe


Revenir en haut Aller en bas

Re: [L'Express] Crise du recrutement : comment attirer les futurs profs ?

Message par MelanieSLB le Sam 21 Avr 2012 - 11:57

Je crois que GD ironisait sur l'article, Cripure, puisqu'on dirait vraiment que l'OCDE prend cette position à un moment donné dans le texte.

_________________
La réforme du collège en clair : www.reformeducollege.fr .
La Réforme du Collège en Clair a aussi sa page Facebook !

Et pour ceux qui voudraient en comprendre quelques fondements idéologiques:
De l’école, Jean-Claude Milner, visionnaire en 1984 (ça ne s'invente pas!) de ce qui nous arrive: "On ne dira pas que les enseignants sont l'appendice inutile d'une institution dangereuse et presque criminelle; on dira seulement qu'ils doivent devenir Autres: animateurs, éducateurs, grands frères, nourrices, etc. La liste est variable. Que, par là, les enseignants cessent d’être ce qu'ils doivent être, c'est encore une fois sortir de la question. On ne dira pas que les enseignants n'ont pas à exister, mais qu'ils ont à exister Autrement. Que cette Autre existence consiste à renoncer à soi-même pour disparaître dans la nuit éducative et s'y frotter, tous corps et tous esprits confondus, avec les partenaires de l'acte éducatif - manutentionnaires, parents, élèves, etc. -, seul un méchant pourrait en prendre ombrage." (page 24)

MelanieSLB
Grand sage


Revenir en haut Aller en bas

Re: [L'Express] Crise du recrutement : comment attirer les futurs profs ?

Message par GD le Sam 21 Avr 2012 - 16:32

Oui, je ne faisais qu'ironiser sur ce que disait le texte :
..La réforme des lycées, mal expliquée et mal accompagnée, a accentué le climat de tension.....

GD
Niveau 10


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum