Jean-Paul Brighelli à Philippe Meirieu : "Pédagogiquement, vous n’êtes rien. Ou moins que rien, tant vous êtes nuisible".

Page 4 sur 4 Précédent  1, 2, 3, 4

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Re: Jean-Paul Brighelli à Philippe Meirieu : "Pédagogiquement, vous n’êtes rien. Ou moins que rien, tant vous êtes nuisible".

Message par Jane le Ven 23 Mar 2012 - 9:21

une réponse, parmi toutes les réponses possibles ? Je dirais qu'un système éducatif va bien (ou à peu près) quand un candidat président n'en fait pas des tonnes pour dire que tout va mal (et qu'il faut faire bosser ces feignants de profs blablabla), alors qu'il a lui-même pu s'y comporter en fossoyeur.
Ok, je sors.

Jane
Guide spirituel


Revenir en haut Aller en bas

Re: Jean-Paul Brighelli à Philippe Meirieu : "Pédagogiquement, vous n’êtes rien. Ou moins que rien, tant vous êtes nuisible".

Message par Carabas le Ven 23 Mar 2012 - 9:24

Et les élèves s’ennuient surtout ceux qui ne sont pas formatés pour faire « l’élève sage, poli, attentif, courageux ». Pourquoi pas du droit, de la philosophie, de l’économie, de l’éducation à la santé beaucoup plus tôt dans le parcours scolaire ? Pourquoi pas des savoirs qui permettent aux élèves de comprendre le monde qui les entoure ?
Comme d'habitude, l'élève "normal" est discrédité : il est vu comme formaté. Les autres petits rebelles ont raison puisque eux ne le sont pas.

D'autre part, ah bon, les savoirs dispensés à l'école ne leur permet pas de comprendre le monde qui les entoure? Histoire, géo, littérature, maths, SVT, physique-chimie?

Il se paye la tête de qui, l'auteur de l'article?

_________________
Les chances uniques sur un million se réalisent neuf fois sur dix.

Terry Pratchett

Rejeter le socialisme parce que tant de socialistes sont des gens lamentables équivaut à refuser de prendre le train sous prétexte que le contrôleur a une tête qui ne vous revient pas.

George Orwell

Carabas
Vénérable


Revenir en haut Aller en bas

Re: Jean-Paul Brighelli à Philippe Meirieu : "Pédagogiquement, vous n’êtes rien. Ou moins que rien, tant vous êtes nuisible".

Message par Marie Laetitia le Ven 23 Mar 2012 - 9:28

@Aevin a écrit:C'est sûr que cet article doit vous choquer, surtout qu'il se termine sur la phrase suivante
Mais vous n’êtes pas obligé d’être d’accord.
une attitude qui est inconcevable par certains ici.

Sinon, je trouve que l'article est plutôt bien.

alors celle-là, je l'encaaaadre !

Venant de toi, Aevin, c'est énorme. Mais énorme. Shocked

_________________
 
Si tu crois encore qu'il nous faut descendre dans le creux des rues pour monter au pouvoir, si tu crois encore au rêve du grand soir, et que nos ennemis, il faut aller les pendre... Aucun rêve, jamais, ne mérite une guerre. L'avenir dépend des révolutionnaires, mais se moque bien des petits révoltés. L'avenir ne veut ni feu ni sang ni guerre. Ne sois pas de ceux-là qui vont nous les donner (J. Brel, La Bastille)

________________________________________________

Antigone, c'est la petite maigre qui est assise là-bas, et qui ne dit rien. Elle regarde droit devant elle. Elle pense. (...) Elle pense qu'elle va mourir, qu'elle est jeune et qu'elle aussi, elle aurait bien aimé vivre. Mais il n'y a rien à faire. elle s'appelle Antigone et il va falloir qu'elle joue son rôle jusqu'au bout...

Marie Laetitia
Bon génie


Revenir en haut Aller en bas

Re: Jean-Paul Brighelli à Philippe Meirieu : "Pédagogiquement, vous n’êtes rien. Ou moins que rien, tant vous êtes nuisible".

Message par Marie Laetitia le Ven 23 Mar 2012 - 9:43

@Carabas a écrit:
Et les élèves s’ennuient surtout ceux qui ne sont pas formatés pour faire « l’élève sage, poli, attentif, courageux ». Pourquoi pas du droit, de la philosophie, de l’économie, de l’éducation à la santé beaucoup plus tôt dans le parcours scolaire ? Pourquoi pas des savoirs qui permettent aux élèves de comprendre le monde qui les entoure ?
Comme d'habitude, l'élève "normal" est discrédité : il est vu comme formaté. Les autres petits rebelles ont raison puisque eux ne le sont pas.

D'autre part, ah bon, les savoirs dispensés à l'école ne leur permet pas de comprendre le monde qui les entoure? Histoire, géo, littérature, maths, SVT, physique-chimie?

Il se paye la tête de qui, l'auteur de l'article?

Bien sûr que si, il se moque du monde. Non, pire, il donne des leçons et prônant pour les autres la remise en cause. Reste, lui, à accepter de se remettre aussi en cause.

Après, enseigner un peu de droit, d'économie, de philo, pourquoi pas. Je suis tjrs atterrée quand mes étudiants sont incapables de me dire ce qu'est l'usure, à partir de quel taux un crédit est pernicieux. Et ça c'est grave pour leur vie de tous les jours. L'éducation au droit se fait, il y a des choses qui devraient être généralisées, encouragées: je pense à la visite dans les tribunaux et à l'assistance à un procès. Très très instructif et utile. Mais encore faudrait-il que l'éducation civique devienne une matière à part entière enseignée par des spécialistes. Pas par des profs d'HG.

L'éducation à la santé se fait déjà, elle pourrait sans doute se faire plus et mieux. Là encore par des spécialistes et en favorisant l'interdisciplinarité. L'ennui c'est qu'il faut les moyens qui vont avec. Pareil pour l'informatique, sinon ça donne des sites comme ceux conseillés par Mila (le permis de conduire sur le net).



Contrairement à une idée reçue, les enfants et les jeunes d’aujourd’hui savent beaucoup de choses, ils n’attendent pas l’école pour apprendre. Ils apprennent ailleurs et autrement. Ils échangent leurs savoirs et créent des réseaux… Le problème est que, fréquemment, ces savoirs n’ont pas de rapports visibles avec les disciplines scolaires. Le fait de les ignorer ou de les mépriser est un facteur important de construction des inégalités et d’échec scolaire. Les élèves passionnés par l’aéronautique, l’astronomie, les technologies nouvelles, la mécanique, l’informatique, etc., de tous les milieux, ont beaucoup de mal à comprendre que leurs savoirs soient ignorés, jamais pris en considération dans les évaluations de savoirs et de compétences, jamais utilisés pour donner du sens aux apprentissages scolaires eux-mêmes. Il est évident pour beaucoup d’acteurs du système éducatif, souvent quelque peu conservateurs, que ce qui n’a pas été appris à l’école n’est pas un savoir.

et après c'est ce genre de personne qui vient dire que certains réacs idéalisent le passé? Idéaliser le passé ou l'avenir, ce sont deux excès similaires. Et l'auteur, là, oublie que l'existence de savoirs extra-scolaires c'est aussi vieux que l'école...

Ou l'auteur est naïf ou il manipule sciemment ses lecteurs. Dans les deux cas, c'est grave.

_________________
 
Si tu crois encore qu'il nous faut descendre dans le creux des rues pour monter au pouvoir, si tu crois encore au rêve du grand soir, et que nos ennemis, il faut aller les pendre... Aucun rêve, jamais, ne mérite une guerre. L'avenir dépend des révolutionnaires, mais se moque bien des petits révoltés. L'avenir ne veut ni feu ni sang ni guerre. Ne sois pas de ceux-là qui vont nous les donner (J. Brel, La Bastille)

________________________________________________

Antigone, c'est la petite maigre qui est assise là-bas, et qui ne dit rien. Elle regarde droit devant elle. Elle pense. (...) Elle pense qu'elle va mourir, qu'elle est jeune et qu'elle aussi, elle aurait bien aimé vivre. Mais il n'y a rien à faire. elle s'appelle Antigone et il va falloir qu'elle joue son rôle jusqu'au bout...

Marie Laetitia
Bon génie


Revenir en haut Aller en bas

Re: Jean-Paul Brighelli à Philippe Meirieu : "Pédagogiquement, vous n’êtes rien. Ou moins que rien, tant vous êtes nuisible".

Message par Pryneia le Ven 23 Mar 2012 - 9:53

Cripure a écrit:
@Aevin a écrit:
@Instructeurpublic a écrit:
GuillaumeCaron a écrit:

C'est vrai c'est tellement inutile de s'interroger sur la manière dont on exerce ...

Nos pratiques sont interrogées 18 heures par semaines par le jury le plus exigeant qui soit (je ne sais pas ce qui me retient d'ajouter une insulte... ).
Et s'ils ne sont pas content, on peut toujours leur mettre un 00/20.

Je me demande, si beaucoup ici seraient d'accord pour se soumettre à une évaluation de leur cours par les élèves, comme on l'a vu dans un film du blogueur sur arte (malheureusement plus en ligne) : là, des élèves remplissent anonymement un questionnaire en ligne pour évaluer le prof. Et si j'ai bien compris, ces évaluation sont annuelles et obligatoire.
Pour ma part, j'accepterais volontiers, mais une fois que ce que j'ai à faire serait terminé et à condition d'avoir eu les conditions pour le faire. Si je dois évaluer la prestation de mon plombier, force m'est de constater que, petite fuite sur un robinet ou gros problème de tuyauterie centrale à changer, l'artisan se sera adapté. Il sera resté une demi-heure ou plusieurs jours selon l'intervention, aura eu tout le matos nécessaire et me demandera de l'évaluer une fois qu'il n'aura plus rien à faire. Nous, au bout d'une année, ce n'est évidemment pas le cas : première limite. Mais surtout, cette démarche risque de fausser l'intervention. Il est bien évident que mon métier est un gagne-pain pour moi. Si mon salaire devait dépendre d'une évaluation par les élèves, je pratiquerais la plus honteuse des démagogies. Nous ne ferions que ce qu'ils veulent, nous serions dans le débat de café du commerce, nous regarderions des films d'action américains, nous ne lirions rien, puisque ça les ennuie, sauf peut-être une revue de foot, une autre de quads et, bien sûr, Closer, pour étudier l'autofiction à travers le cas si délicat de Loana Miette Smile Bref, ne nous faites pas rire avec vos évaluations par les élèves. Ce n'est pas parce que les pires systèmes d'enseignement mondiaux la pratiquent que nous devons, pour faire plaisir à quelques démagos qui se sont trompés et sont devenus profs au lieu d'animer des feux de camp, pratiquer à leur manière.

veneration veneration topela

Cette histoire d'évaluation par les élèves, cela me fait penser à Socrate, quand il se compare à un médecin jugé par un tribunal d'enfants.

"Or, comme ce n’est pas pour faire plaisir qu’à chaque fois je dis ce que je dis, comme c’est pour faire voir, non pas ce qui est le plus agréable, mais ce qui est le mieux, je serais incapable, face à un tribunal, de dire quoi que ce soit ! Car je serais jugé comme un médecin traduit devant un tribunal d’enfants, et contre lequel un confiseur porterait plainte. Qu’est-ce que le médecin pourrait dire, s’il était livré aux enfants et si son accusateur déclarait : "Enfants, voici l’homme qui est responsable des maux dont vous avez soufferts, il déforme jusqu’aux plus jeunes d’entre vous en pratiquant sur eux incisions et cautérisations, il vous rend impuissants et misérables, il vous entrave, vous étouffe, vous donne à boire d’amères potions, vous force à avoir faim, à avoir soif ! Ce n’est pas comme moi, qui vous fais bénéficier d’un tas de choses, bonnes et agréables ! "Qu’arriverait-il au médecin livré à un sort si fâcheux ? Pourrait-il dire, même si c’est la vérité : "Mes enfants, tout ce que j’ai fait, je l’ai fait pour votre santé !" ? Quelle clameur retentirait chez ces terribles juges ? Une clameur immense ?"

Platon, Gorgias.

_________________
"Leave me alone and let me go to hell by my own route." Calamity Jane

« Nicht ein Wolf ist der Mensch dem Menschen. Er ist ihm Produkt, die totale Ware ist er ihm. » E. Palmetshofer
(« L’homme n’est pas un loup pour l’homme. Il est un produit pour lui, une marchandise, rien de plus. »)

Pryneia
Niveau 10


Revenir en haut Aller en bas

Re: Jean-Paul Brighelli à Philippe Meirieu : "Pédagogiquement, vous n’êtes rien. Ou moins que rien, tant vous êtes nuisible".

Message par Daphné le Ven 23 Mar 2012 - 9:56

@Leclochard a écrit:
@Aurore a écrit:
@Aevin a écrit:
Cripure a écrit:les pires systèmes d'enseignement mondiaux

Du côté des Anglo-Saxons, par exemple...Rolling Eyes

Ou même des Nordiques dont la "réussite" relève largement du mythe.

Je vais poser une question naïve: à quoi voit-on qu'un système éducatif fonctionne bien ? (pourcentage d'enfants qui savent lire et écrire à un certain âge ? pourcentage/nombre de reçus à l'équivalent du bac ? nombre de prix Nobel ?)

Pour l'instant on classe les résultats scolaires des pays de l'OCDE selon les résultats des tests PISA.

Entre un QCM et une dissert argumentée il y a de la marge.
En France nous ne nous contentons pas de QCM.

Daphné
Demi-dieu


Revenir en haut Aller en bas

Re: Jean-Paul Brighelli à Philippe Meirieu : "Pédagogiquement, vous n’êtes rien. Ou moins que rien, tant vous êtes nuisible".

Message par egomet le Ven 23 Mar 2012 - 10:10

@JEMS a écrit:
Je prends un exemple que j'ai rencontré il y a quelques années : la classe entreprise.
Sur les trois ans de formation, l'équipe enseignante monte une entreprise fictive et fait travailler tous les élèves par pôle (administratif, commercial, comptable). C'est une simulation grandeur nature, avec une configuration de classe bien spécifique, plus de manuel...
Bonne initiative certes, mais tout de suite reprise par le corps des IEN et montrée comme exemple de l'innovation. Les bons enseignants pédagogues et disponibles sont donc mis en avant, ceux qui rament sont relégués au ban des éternels réfractaires, insatisfaits voire limite incompétents et associables. NON NON NON !
D'une part, les conditions d'exercice de cette pédagogie sont différentes d'un établissement à un autre (voire d'une classe à une autre) d'autre part, nous n'avons pas tous la même perception du terme investissement (dévouement) par rapport à l'EN.

Excellente remarque! veneration

Expérimentons à l'échelle de toute la France, puisqu'il faut être moderne et égalitaire! Puis si ça rate, il suffira de lancer d'autres innovations! malmaisbien

_________________
Primum non nocere.
Sapientia vero ubi invenitur et quis est locus intellegentiae? Non est in me, non est mecum.


Poésies, roman etc. http://egomet.sanqualis.com/

egomet
Esprit éclairé


Revenir en haut Aller en bas

Re: Jean-Paul Brighelli à Philippe Meirieu : "Pédagogiquement, vous n’êtes rien. Ou moins que rien, tant vous êtes nuisible".

Message par JPhMM le Ven 23 Mar 2012 - 10:24

@Pryneia a écrit:"Or, comme ce n’est pas pour faire plaisir qu’à chaque fois je dis ce que je dis, comme c’est pour faire voir, non pas ce qui est le plus agréable, mais ce qui est le mieux, je serais incapable, face à un tribunal, de dire quoi que ce soit ! Car je serais jugé comme un médecin traduit devant un tribunal d’enfants, et contre lequel un confiseur porterait plainte. Qu’est-ce que le médecin pourrait dire, s’il était livré aux enfants et si son accusateur déclarait : "Enfants, voici l’homme qui est responsable des maux dont vous avez soufferts, il déforme jusqu’aux plus jeunes d’entre vous en pratiquant sur eux incisions et cautérisations, il vous rend impuissants et misérables, il vous entrave, vous étouffe, vous donne à boire d’amères potions, vous force à avoir faim, à avoir soif ! Ce n’est pas comme moi, qui vous fais bénéficier d’un tas de choses, bonnes et agréables ! "Qu’arriverait-il au médecin livré à un sort si fâcheux ? Pourrait-il dire, même si c’est la vérité : "Mes enfants, tout ce que j’ai fait, je l’ai fait pour votre santé !" ? Quelle clameur retentirait chez ces terribles juges ? Une clameur immense ?"

Platon, Gorgias.
Merci chère amie néoplatonicienne.
veneration

_________________
Labyrinthe où l'admiration des ignorants et des idiots qui prennent pour savoir profond tout ce qu'ils n'entendent pas, les a retenus, bon gré malgré qu'ils en eussent. D'ailleurs, il n'y a point de meilleur moyen pour mettre en vogue ou pour défendre des doctrines étranges et absurdes, que de les munir d'une légion de mots obscurs, douteux , et indéterminés. Ce qui pourtant rend ces retraites bien plus semblables à des cavernes de brigands ou à des tanières de renards qu'à des forteresses de généreux guerriers. Que s'il est malaisé d'en chasser ceux qui s'y réfugient, ce n'est pas à cause de la force de ces lieux-là, mais à cause des ronces, des épines et de l'obscurité des buissons dont ils sont environnés. Car la fausseté étant par elle-même incompatible avec l'esprit de l'homme, il n'y a que l'obscurité qui puisse servir de défense à ce qui est absurde. — John Locke

JPhMM
Demi-dieu


Revenir en haut Aller en bas

Re: Jean-Paul Brighelli à Philippe Meirieu : "Pédagogiquement, vous n’êtes rien. Ou moins que rien, tant vous êtes nuisible".

Message par Thalia de G le Ven 23 Mar 2012 - 11:21

@JPhMM a écrit:
@Pryneia a écrit:"Or, comme ce n’est pas pour faire plaisir qu’à chaque fois je dis ce que je dis, comme c’est pour faire voir, non pas ce qui est le plus agréable, mais ce qui est le mieux, je serais incapable, face à un tribunal, de dire quoi que ce soit ! Car je serais jugé comme un médecin traduit devant un tribunal d’enfants, et contre lequel un confiseur porterait plainte. Qu’est-ce que le médecin pourrait dire, s’il était livré aux enfants et si son accusateur déclarait : "Enfants, voici l’homme qui est responsable des maux dont vous avez soufferts, il déforme jusqu’aux plus jeunes d’entre vous en pratiquant sur eux incisions et cautérisations, il vous rend impuissants et misérables, il vous entrave, vous étouffe, vous donne à boire d’amères potions, vous force à avoir faim, à avoir soif ! Ce n’est pas comme moi, qui vous fais bénéficier d’un tas de choses, bonnes et agréables ! "Qu’arriverait-il au médecin livré à un sort si fâcheux ? Pourrait-il dire, même si c’est la vérité : "Mes enfants, tout ce que j’ai fait, je l’ai fait pour votre santé !" ? Quelle clameur retentirait chez ces terribles juges ? Une clameur immense ?"

Platon, Gorgias.
Merci chère amie néoplatonicienne.

Platon, avez-vous dit ? Trop académique, voyons. De plus le lycée n'existait même pas à son époque. Alors comment jugerions-nous notre enseignement à l'aulne de sa pensée ?
Spoiler:
Merci Pryneia Wink

Thalia de G
Modérateur


Revenir en haut Aller en bas

Re: Jean-Paul Brighelli à Philippe Meirieu : "Pédagogiquement, vous n’êtes rien. Ou moins que rien, tant vous êtes nuisible".

Message par Tristana le Ven 23 Mar 2012 - 11:58

@Aevin a écrit:Je me demande, si beaucoup ici seraient d'accord pour se soumettre à une évaluation de leur cours par les élèves, comme on l'a vu dans un film du blogueur sur arte (malheureusement plus en ligne) : là, des élèves remplissent anonymement un questionnaire en ligne pour évaluer le prof. Et si j'ai bien compris, ces évaluation sont annuelles et obligatoire.
Mais enfin ! Quelles sont les compétences des élèves pour juger des capacités de leurs enseignants ? Ont-ils déjà enseigné pour savoir comment s'y prendre ? Connaissent-ils si bien les programmes qu'ils seraient capables de nous dire comment les enseigner ?
On citait plus haut le cas du plombier : vous sentez-vous apte à aller dire au plombier que son travail n'est pas bien fait alors que vous-même n'y connaissez rien ?
Et puis, en toute franchise, qui n'a jamais demandé à ses élèves de faire un bilan, à la fin de l'année, pour avoir leur appréciation sur le cours ? Et s'est retrouvé avec des dizaines de « le cour été simpa et la prof ossi »... Voilà le maximum qu'on puisse attendre d'un élève (qui, je le rappelle, reste un enfant, même quand il a presque 18 ans) : il va parler de son affect, et pas de ce qu'il a appris.

_________________
« C’est tout de même épatant, et pour le moins moderne, un dominant qui vient chialer que le dominé n’y met pas assez du sien. »
Virginie Despentes

Tristana
Doyen


Revenir en haut Aller en bas

Re: Jean-Paul Brighelli à Philippe Meirieu : "Pédagogiquement, vous n’êtes rien. Ou moins que rien, tant vous êtes nuisible".

Message par egomet le Ven 23 Mar 2012 - 12:07

La seule chose qui me permettrait de juger le travail du plombier, c'est de voir si la fuite est réparée ou non. Peu importe que le travail ait été fait selon les règles de l'art ou selon un bricolage personnel.
Pour un professeur, c'est de voir si l'élève a appris quelque chose ou non. Mais pour en juger, il faut du recul. Les élèves en général ne l'ont pas.
Et surtout il n'est pas certain qu'ils aient bien conscience des enjeux. Ils risquent trop de se focaliser sur des détails (professeur sympathique, à l'écoute, qui fait des activités ludiques ou originales...)

_________________
Primum non nocere.
Sapientia vero ubi invenitur et quis est locus intellegentiae? Non est in me, non est mecum.


Poésies, roman etc. http://egomet.sanqualis.com/

egomet
Esprit éclairé


Revenir en haut Aller en bas

Re: Jean-Paul Brighelli à Philippe Meirieu : "Pédagogiquement, vous n’êtes rien. Ou moins que rien, tant vous êtes nuisible".

Message par Schéhérazade le Ven 23 Mar 2012 - 12:35

@Carabas a écrit:
Et les élèves s’ennuient surtout ceux qui ne sont pas formatés pour faire « l’élève sage, poli, attentif, courageux ». Pourquoi pas du droit, de la philosophie, de l’économie, de l’éducation à la santé beaucoup plus tôt dans le parcours scolaire ? Pourquoi pas des savoirs qui permettent aux élèves de comprendre le monde qui les entoure ?
Comme d'habitude, l'élève "normal" est discrédité : il est vu comme formaté. Les autres petits rebelles ont raison puisque eux ne le sont pas.

D'autre part, ah bon, les savoirs dispensés à l'école ne leur permet pas de comprendre le monde qui les entoure? Histoire, géo, littérature, maths, SVT, physique-chimie?

Il se paye la tête de qui, l'auteur de l'article?

Entièrement d'accord. Les pédagogistes sont les premiers à réclamer les réformes qui sapent l'autorité des professeurs (pas d'exclusion définitive, pas de sanction sérieuse...). Une fois une situation d'anomie ainsi crée dans l'école, bien sûr, c'est la loi de la jungle, les bons élèves sont écrasés, les "rebelles" (des conformistes dans le nouvel ordre des choses, comme le montre Michéa) font la loi et ont l'autorisation de saborder les cours, puisqu'ils peuvent le faire en toute impunité. Et le pédagogiste se penche alors sur leur sort, pas sur celui des bons élèves opprimés. Il dit que "les élèves ont changé", qu' on ne peut plus enseigner "comme avant" , avant le bazar qu'il a contribué à créer . "Il faut s'adapter", dit-il alors. Bien sûr, en cessant d'enseigner. Ses cibles sont les bons élèves, toujours "formatés". Le "rebelle" est son allié objectif.

Schéhérazade
Niveau 10


Revenir en haut Aller en bas

Re: Jean-Paul Brighelli à Philippe Meirieu : "Pédagogiquement, vous n’êtes rien. Ou moins que rien, tant vous êtes nuisible".

Message par Nadejda le Ven 23 Mar 2012 - 12:35

@egomet a écrit:La seule chose qui me permettrait de juger le travail du plombier, c'est de voir si la fuite est réparée ou non. Peu importe que le travail ait été fait selon les règles de l'art ou selon un bricolage personnel.
Pour un professeur, c'est de voir si l'élève a appris quelque chose ou non. Mais pour en juger, il faut du recul. Les élèves en général ne l'ont pas.
Et surtout il n'est pas certain qu'ils aient bien conscience des enjeux. Ils risquent trop de se focaliser sur des détails (professeur sympathique, à l'écoute, qui fait des activités ludiques ou originales...)

J'ai une professeur (certes à la fac) qui envoie par mail un questionnaire à la fin de l'ensemble d'un séminaire (c'est effectivement difficile pour l'élève/étudiant de répondre "à chaud" en classe et on n'ose pas toujours formuler des suggestions ou critiques devant tout le monde). Elle demande dans son questionnaire si le cours a bien fonctionné et pour quelles raisons, quelles séances l'élève a préférées, ce que l'élève pense avoir tiré du cours, s'il manquait quelque chose au cours, quelles séances l'élève au contraire n'a pas appréciées et pour quelles raisons si le cours a ouvert à l'élève des horizons pour des travaux / études futures et pour quelles raisons. Généralement les étudiants jouent le jeu, et par écrit et avec du recul, les retours sont plus intéressants pour l'enseignant. Ce serait difficile de proposer un tel questionnaire à des élèves de collège, mais au lycée pourquoi pas, si on laisse du temps aux élèves pour reconsidérer le cours en dehors des notes qu'ils ont eues (d'ailleurs aucune question n'était posée à propos des modes de validation du cours ou du "critère sympathie").

Nadejda
Grand Maître


Revenir en haut Aller en bas

Re: Jean-Paul Brighelli à Philippe Meirieu : "Pédagogiquement, vous n’êtes rien. Ou moins que rien, tant vous êtes nuisible".

Message par egomet le Ven 23 Mar 2012 - 13:26

Je l'ai fait moi aussi. Quand j'enseignais à la fac en Chine. Mais je l'ai fait de ma propre initiative, à la fin d'une année qui s'était bien passée, quand j'étais à peu près sûr d'avoir la confiance des étudiants (je ne parle pas d'autorité, dans ce contexte-là, ce n'est même pas un problème).

Le faire au collège aujourd'hui en France, c'est se tirer une balle dans le pied.

_________________
Primum non nocere.
Sapientia vero ubi invenitur et quis est locus intellegentiae? Non est in me, non est mecum.


Poésies, roman etc. http://egomet.sanqualis.com/

egomet
Esprit éclairé


Revenir en haut Aller en bas

Re: Jean-Paul Brighelli à Philippe Meirieu : "Pédagogiquement, vous n’êtes rien. Ou moins que rien, tant vous êtes nuisible".

Message par roxanne le Ven 23 Mar 2012 - 13:40

Il y a 9 ans, tzr j'ai été envoyée à l'année dans un lycée où les coll_gues avaient eu l'immense bonté de me laisser ...3 classes de première : une ES à 36 (38 d'ailleurs puisque deux nouveaux arrivérent en cours d'année alors que l'autre ES était à 28 ! jamais compris) et deux STT avec une partie d'adaptations (élèves venant d'un bep et passant en première donc qui n'avaient pas fait de seconde ).Autant dire qu'il y avait du boulot d'autant plus que je n'avais jamais enseigné en lycée général.Je m'y suis mise et ai mis les élèves y compris les adapts qui devaient faire deux ans en un. Ca a pas mal grincé des dents, pleurniché même auprès de profs bien plus cools qui se sont précipités pour me faire la leçon...Et puis j'ai été nommée dans une autre académie, j'ai laissé mon mail aux élèves pour qu'ils m'envoient leurs résultats s'ils le souhaitaient.J'ai reçu une trentaine de réponses (avec de bons résultats dans l'ensemble ce qui n'était pas gagné) et beaucoup de remerciements, voir même des mots qui m'ont beaucoup touchée, me disant que je leur avais fait aimer le français, me remerciant de les avoir fait bosser ! et parmi les expéditeurs se trouvaient les râleurs du début d'année..Ca m'a confortée dans ma façon de faire.

roxanne
Enchanteur


Revenir en haut Aller en bas

Re: Jean-Paul Brighelli à Philippe Meirieu : "Pédagogiquement, vous n’êtes rien. Ou moins que rien, tant vous êtes nuisible".

Message par Instructeurpublic le Ven 23 Mar 2012 - 14:04

@Aevin a écrit:
@Instructeurpublic a écrit:
GuillaumeCaron a écrit:

C'est vrai c'est tellement inutile de s'interroger sur la manière dont on exerce ...

Nos pratiques sont interrogées 18 heures par semaines par le jury le plus exigeant qui soit (je ne sais pas ce qui me retient d'ajouter une insulte... ).
Et s'ils ne sont pas content, on peut toujours leur mettre un 00/20.

??? Tu n'es pas prof c'est pas possible ? Tu crois vraiment que les problèmes dans une classe peuvent se régler à coups de 0/20 en 2012 ? Et tu crois vraiment que ça existe encore un prof qui se venge des élèves mécontents en leur mettant des bulles mis à part Elie Kakou ? Sur quelle planète tu vis aevin ?


Instructeurpublic
Fidèle du forum


Revenir en haut Aller en bas

Re: Jean-Paul Brighelli à Philippe Meirieu : "Pédagogiquement, vous n’êtes rien. Ou moins que rien, tant vous êtes nuisible".

Message par Leclochard le Ven 23 Mar 2012 - 15:38

@Daphné a écrit:
@Leclochard a écrit:
@Aurore a écrit:
@Aevin a écrit:
Cripure a écrit:les pires systèmes d'enseignement mondiaux

Du côté des Anglo-Saxons, par exemple...Rolling Eyes

Ou même des Nordiques dont la "réussite" relève largement du mythe.

Je vais poser une question naïve: à quoi voit-on qu'un système éducatif fonctionne bien ? (pourcentage d'enfants qui savent lire et écrire à un certain âge ? pourcentage/nombre de reçus à l'équivalent du bac ? nombre de prix Nobel ?)

Pour l'instant on classe les résultats scolaires des pays de l'OCDE selon les résultats des tests PISA.

Entre un QCM et une dissert argumentée il y a de la marge.
En France nous ne nous contentons pas de QCM.

Les tests Pisa ne sont pas que de QCM tout de même ?
Sinon, pour prendre un critère qui permettent une comparaison, peut-on dire que les jeunes Français de 16 ans maîtrisent mieux l'anglais que les Espagnols ou les Italiens du même âge ?

_________________
Quelqu'un s'assoit à l'ombre aujourd'hui parce que quelqu'un d'autre a planté un arbre il y a longtemps. (W.B)

Leclochard
Guide spirituel


Revenir en haut Aller en bas

Re: Jean-Paul Brighelli à Philippe Meirieu : "Pédagogiquement, vous n’êtes rien. Ou moins que rien, tant vous êtes nuisible".

Message par Pryneia le Ven 23 Mar 2012 - 15:53

@JPhMM a écrit:
@Pryneia a écrit:"Or, comme ce n’est pas pour faire plaisir qu’à chaque fois je dis ce que je dis, comme c’est pour faire voir, non pas ce qui est le plus agréable, mais ce qui est le mieux, je serais incapable, face à un tribunal, de dire quoi que ce soit ! Car je serais jugé comme un médecin traduit devant un tribunal d’enfants, et contre lequel un confiseur porterait plainte. Qu’est-ce que le médecin pourrait dire, s’il était livré aux enfants et si son accusateur déclarait : "Enfants, voici l’homme qui est responsable des maux dont vous avez soufferts, il déforme jusqu’aux plus jeunes d’entre vous en pratiquant sur eux incisions et cautérisations, il vous rend impuissants et misérables, il vous entrave, vous étouffe, vous donne à boire d’amères potions, vous force à avoir faim, à avoir soif ! Ce n’est pas comme moi, qui vous fais bénéficier d’un tas de choses, bonnes et agréables ! "Qu’arriverait-il au médecin livré à un sort si fâcheux ? Pourrait-il dire, même si c’est la vérité : "Mes enfants, tout ce que j’ai fait, je l’ai fait pour votre santé !" ? Quelle clameur retentirait chez ces terribles juges ? Une clameur immense ?"

Platon, Gorgias.
Merci chère amie néoplatonicienne.
veneration

@Thalia de G a écrit:Platon, avez-vous dit ? Trop académique, voyons. De plus le lycée n'existait même pas à son époque. Alors comment jugerions-nous notre enseignement à l'aulne de sa pensée ?
Spoiler:
Merci Pryneia Wink

topela

Pryneia
Niveau 10


Revenir en haut Aller en bas

Re: Jean-Paul Brighelli à Philippe Meirieu : "Pédagogiquement, vous n’êtes rien. Ou moins que rien, tant vous êtes nuisible".

Message par User5899 le Ven 23 Mar 2012 - 21:52

@Leclochard a écrit:
@Aurore a écrit:
@Aevin a écrit:
Cripure a écrit:les pires systèmes d'enseignement mondiaux

Du côté des Anglo-Saxons, par exemple...Rolling Eyes

Ou même des Nordiques dont la "réussite" relève largement du mythe.

Je vais poser une question naïve: à quoi voit-on qu'un système éducatif fonctionne bien ? (pourcentage d'enfants qui savent lire et écrire à un certain âge ? pourcentage/nombre de reçus à l'équivalent du bac ? nombre de prix Nobel ?)
Quand tous ceux qu'il accueille ont droit aux mêmes cursus sans avoir à payer.

User5899
Dieu de l'Olympe


Revenir en haut Aller en bas

Re: Jean-Paul Brighelli à Philippe Meirieu : "Pédagogiquement, vous n’êtes rien. Ou moins que rien, tant vous êtes nuisible".

Message par User5899 le Ven 23 Mar 2012 - 21:56

@Aevin a écrit:
Cripure a écrit:les pires systèmes d'enseignement mondiaux
heu
C'est tout ce que vous avez à répondre à un message de quinze lignes ? Et la bonne foi serait de votre côté ?

User5899
Dieu de l'Olympe


Revenir en haut Aller en bas

Re: Jean-Paul Brighelli à Philippe Meirieu : "Pédagogiquement, vous n’êtes rien. Ou moins que rien, tant vous êtes nuisible".

Message par User5899 le Ven 23 Mar 2012 - 22:02

@Nadejda a écrit:
@egomet a écrit:La seule chose qui me permettrait de juger le travail du plombier, c'est de voir si la fuite est réparée ou non. Peu importe que le travail ait été fait selon les règles de l'art ou selon un bricolage personnel.
Pour un professeur, c'est de voir si l'élève a appris quelque chose ou non. Mais pour en juger, il faut du recul. Les élèves en général ne l'ont pas.
Et surtout il n'est pas certain qu'ils aient bien conscience des enjeux. Ils risquent trop de se focaliser sur des détails (professeur sympathique, à l'écoute, qui fait des activités ludiques ou originales...)

J'ai une professeur (certes à la fac) qui envoie par mail un questionnaire à la fin de l'ensemble d'un séminaire (c'est effectivement difficile pour l'élève/étudiant de répondre "à chaud" en classe et on n'ose pas toujours formuler des suggestions ou critiques devant tout le monde). Elle demande dans son questionnaire si le cours a bien fonctionné et pour quelles raisons, quelles séances l'élève a préférées, ce que l'élève pense avoir tiré du cours, s'il manquait quelque chose au cours, quelles séances l'élève au contraire n'a pas appréciées et pour quelles raisons si le cours a ouvert à l'élève des horizons pour des travaux / études futures et pour quelles raisons. Généralement les étudiants jouent le jeu, et par écrit et avec du recul, les retours sont plus intéressants pour l'enseignant. Ce serait difficile de proposer un tel questionnaire à des élèves de collège, mais au lycée pourquoi pas, si on laisse du temps aux élèves pour reconsidérer le cours en dehors des notes qu'ils ont eues (d'ailleurs aucune question n'était posée à propos des modes de validation du cours ou du "critère sympathie").
Oh oui, on pourrait. Mais on doit pouvoir dire qu'on s'en fout. Parce qu'on ne considère pas leur avis comme 1) compétent 2) utile.

User5899
Dieu de l'Olympe


Revenir en haut Aller en bas

Re: Jean-Paul Brighelli à Philippe Meirieu : "Pédagogiquement, vous n’êtes rien. Ou moins que rien, tant vous êtes nuisible".

Message par linotte le Ven 23 Mar 2012 - 22:14

Je l'ai testé, ce fameux questionnaire ...année de stage en zep, conseil iufmesque..... professeur


Tout y est passé, jusqu'à la couleur de mes chaussures...plus jamais.


linotte
Fidèle du forum


Revenir en haut Aller en bas

Re: Jean-Paul Brighelli à Philippe Meirieu : "Pédagogiquement, vous n’êtes rien. Ou moins que rien, tant vous êtes nuisible".

Message par Aevin le Ven 23 Mar 2012 - 22:40

Cripure a écrit:
@Aevin a écrit:
Cripure a écrit:les pires systèmes d'enseignement mondiaux
heu
C'est tout ce que vous avez à répondre à un message de quinze lignes ? Et la bonne foi serait de votre côté ?
Avant de vous répondre, vous pourriez peut-être m'expliquer ce que vous entendez par les pires systèmes d'enseignement mondiaux ?

Merci

_________________
Automate - et fier de l'être  Wink

"Well, the travelling teachers do come through every few months," said the Baron.
"Yes, sir, I know sir, and they're useless. They teach facts, not understanding. It's like teaching people about forests by showing them a saw. I want a proper school, sir, to teach reading an writing, and most of all thinking, sir [...]"
Terry Pratchett - I Shall Wear Midnight

... und wer Fehler findet, kann sie behalten!

Aevin
Habitué du forum


Revenir en haut Aller en bas

Page 4 sur 4 Précédent  1, 2, 3, 4

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum