Du 26 mars au 09 avril, la FCPE organise "la quinzaine sans devoirs"

Page 6 sur 10 Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9, 10  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Re: Du 26 mars au 09 avril, la FCPE organise "la quinzaine sans devoirs"

Message par doublecasquette le Jeu 29 Mar 2012 - 22:23

@Dhaiphi a écrit:
cath5660 a écrit:Au cm2, l'instit avait trouvé la parade: il annonçait qu'il donnerait des devoirs, mais que ceux qui ne les feraient pas ne seraient pas punis puisque c'était interdit.
cqfd
Je suis donc espionné ! Shocked Mais que fait la police ? Laughing

À moins que ce ne soit moi ? Ils gardent leurs archives et leurs lettres anonymes combien d'années, à la FCPE ? scratch sorcire

doublecasquette
Prophète


Revenir en haut Aller en bas

Re: Du 26 mars au 09 avril, la FCPE organise "la quinzaine sans devoirs"

Message par benjy_star le Jeu 29 Mar 2012 - 22:35

@Victor44 a écrit:Oui c'est à nous d'instruire et non aux parents, je préfère un instit qui donne des leçons et des conseils de lecture uniquement.


Tu sembles penser qu'à l'école, on ne fait qu'apprendre. Mais les élèves sont aussi là pour comprendre. Et pour bien comprendre, il faut s'entrainer, et parfois, à l'écrit.

Donc le travail à l'écrit, à la maison, construit pour moi en grande partie l'assimilation, notamment pour les mathématiques.

Pour ma part, en physique-chimie et en collège, je donne des conversions d'unités à chaque contrôle. Ceux qui se sont plantés une fois et qui les retravaillent à l'écrit chez eux y arrivent beaucoup mieux après.

Pourquoi cela ne serait pas transposable au primaire ?

EDIT : j'ai cité la bonne personne ? Bon, voilà, c'est corrigé ! Very Happy


Dernière édition par benjy_star le Ven 30 Mar 2012 - 8:29, édité 1 fois

benjy_star
Fidèle du forum


Revenir en haut Aller en bas

Re: Du 26 mars au 09 avril, la FCPE organise "la quinzaine sans devoirs"

Message par Mufab le Jeu 29 Mar 2012 - 22:42

Heu, Bengy, ce n'est pas une phrase de moi, ça.

(Si tu pouvais modifier la citation, Thanx.)

_________________
Poky et Lucas, dessin de Phi :

"Là où on ne lit pas, là où on n'élit pas, on ne rigole pas tous les jours. Lire est le propre de l'homme."
(Yvan Pommaux, auteur "Jeunesse")

Mufab
Esprit sacré


Revenir en haut Aller en bas

Re: Du 26 mars au 09 avril, la FCPE organise "la quinzaine sans devoirs"

Message par Mufab le Jeu 29 Mar 2012 - 22:43

Si tu ne le fais pas pour moi, fais-le pour cette belle région qui nous unit.

_________________
Poky et Lucas, dessin de Phi :

"Là où on ne lit pas, là où on n'élit pas, on ne rigole pas tous les jours. Lire est le propre de l'homme."
(Yvan Pommaux, auteur "Jeunesse")

Mufab
Esprit sacré


Revenir en haut Aller en bas

Re: Du 26 mars au 09 avril, la FCPE organise "la quinzaine sans devoirs"

Message par User5899 le Jeu 29 Mar 2012 - 22:58

Bon. Voilà, toutes mes classes ont un devoir à rendre pour la semaine prochaine. Ca a été dur de faire un sujet pour chacune, mais ça en valait la peine.

_________________
Zu End' ewiges Wissen !
Der Welt melden
Weise nichts mehr !

En cas de ban, ne pas utiliser les MP ! Passer par l'icône du mail  Razz

User5899
Dieu de l'Olympe


Revenir en haut Aller en bas

Re: Du 26 mars au 09 avril, la FCPE organise "la quinzaine sans devoirs"

Message par Provence le Jeu 29 Mar 2012 - 23:00

Cripure a écrit:Bon. Voilà, toutes mes classes ont un devoir à rendre pour la semaine prochaine. Ca a été dur de faire un sujet pour chacune, mais ça en valait la peine.

Laughing

Provence
Bon génie


Revenir en haut Aller en bas

Re: Du 26 mars au 09 avril, la FCPE organise "la quinzaine sans devoirs"

Message par thaliane le Jeu 29 Mar 2012 - 23:15

@MelanieSLB a écrit:
C'est difficile de savoir si l'élève a un pb de mémoire ou s'il ne fout rien. On n'est pas avec lui le soir.

D'où l'intérêt de se voir entre parent et enseignant (et PAS sur le mode de la "convocation", mot qui devrait être banni à mon sens parce qu'il place d'emblée le parent en situation d'accusé ou d'infériorité. Puisque les parents ne convoquent pas l'enseignant, à ma connaissance) : pour savoir si l'enfant a un problème de mémoire ou s'il ne fout rien (ou si la situation à la maison rend difficile les apprentissages), il suffit de poser la question aux parents. Poser une question, c'est engager le dialogue qui permet de trouver des solutions. Alors que dire à un parent "votre enfant ne travaille pas ses dictées", c'est le braquer directement parce que soit ce n'est pas le cas et donc le premier échange, c'est "non" et justification - agacement (y a plus constructif), soit c'est le cas mais au lieu de chercher à résoudre le problème, on est en mode recherche de coupable.

D'où la proposition ATD de se voir et rapidement (pour ne pas attendre que les problèmes s'installent) pour échanger : qu'est-ce moi parent je sais de cet enfant qui lui permettra de réussir à mes yeux ? qu'est-ce moi enseignant je vois de cet enfant qui lui permettra de réussir ? qu'est-ce que moi enfant je pense que je peux réussir ? Et qu'est-ce qui fait obstacle aux yeux de chacun ? qu'est-ce qui doit être changé, amélioré, adapté ? Je pense que c'est très différent pour un parent d'entendre un conseil d'un enseignant s'il ne l'a pas demandé et d'écouter ce conseil une fois qu'il a lui même pris conscience qu'il y a un problème à résoudre. Je conseille toujours de demander avant "est-ce que je peux vous donner un conseil ?" : si la personne dit oui (et 95% du temps elle dit oui), elle se sent moralement engagée à l'écouter (au lieu de s'y opposer avant même de l'avoir vraiment compris).

thaliane
Niveau 6


Revenir en haut Aller en bas

Re: Du 26 mars au 09 avril, la FCPE organise "la quinzaine sans devoirs"

Message par thaliane le Jeu 29 Mar 2012 - 23:52

@sand a écrit:Je ne remercierai jamais assez celui qui a donné des listes de mots à analyser. C'était pas la mort, le rituel des 10 mots chaque vendredi, et ça a été très formateur.

Ca a peut-être très bien marché pour vous, ça ne veut pas dire que ça marchera sur tous les élèves.

En fait, je crois que je mets le doigt sur ce qui me gêne dans les devoirs à la maison : le moment de l'apprentissage par soi-même, c'est un moment très personnel. Idéalement, il faudrait que chaque enfant utilise sa propre méthode : il y a ceux qui ont besoin de lire 2 ou 3 fois la leçon pour l'assimiler, ceux qui ont besoin de la raconter à quelqu'un, ceux qui ont besoin de recopier, ceux qui ont besoin d'exercices pour assimiler. Et autant je comprends bien qu'en classe, c'est impossible de différencier à ce point. Autant "à la maison", ça devrait servir à ça. Et, du coup, on se retrouve avec des exercices qui ne servent à rien à l'enfant, qui prennent du temps qu'on ne peut du coup pas consacrer à utiliser la méthode qui lui conviendrait (en supposant que le parent l'ait repéré. Ce qu'il peut faire si on lui donne des outils pour d'ailleurs). Exemple concret : l'an dernier, en CE2, il avait des listes de mots dont ils devaient apprendre l'orthographe. Méthode obligatoire : recopier 3 fois chaque mot. Pour tous. Pour mon loulou à mémoire photographique, c'était une pure perte de temps (je lui faisais faire quand même mais pas évident de défendre le goût d'un effort inutile). Inversement, la fille d'une copine recopiait consciencieusement aussi et ne retenait rien, la méthode ne lui convenait pas du tout, on en a discuté avec la maman qui s'arrachait les cheveux (on était donc typiquement dans le cas de la crise des devoirs tous les soirs avec stress maximale de l'enfant - se sentant en échec - et de la mère - également en échec - à se battre autour d'un exercice inutile) et, en fait, en cherchant le mot dans le dictionnaire (donc en y ajoutant le sens et l'étymologie), elle retenait bien mieux.

Je crois avoir lu (sur ce fil ou un autre ? j'ai la flemme de rechercher) une enseignante dire qu'elle faisait des exercices pour aider les enfants à repérer leur type de mémoire et, du coup, les orienter sur un type de "devoirs" d'apprentissage. Moi j'aurais adoré qu'on fasse ça pour mes enfants, qu'on leur dise et qu'on me dise "voilà, pour lui / elle, il faut travailler à la maison de telle manière parce que je sais que, dans son cas, ce sera le plus efficace et vous ne perdrez pas de temps".

thaliane
Niveau 6


Revenir en haut Aller en bas

Re: Du 26 mars au 09 avril, la FCPE organise "la quinzaine sans devoirs"

Message par frankenstein le Ven 30 Mar 2012 - 0:07

Thaliane, vous enseignez où ? heu
En ZEP ou dans les quartiers très pauvres, cette "stratégie" est totalement inadaptée et n'est même pas envisageable...
Je crois que certains ne vivent pas dans le "même" monde et n'imaginent même pas qu'il puisse y en avoir d'autre... Rolling Eyes

_________________
Mettez des pouces verts sur : http://www.youtube.com/user/Choristenimes/videos

Si les élections pouvaient changer la société, elles seraient interdites.

frankenstein
Vénérable


Revenir en haut Aller en bas

Re: Du 26 mars au 09 avril, la FCPE organise "la quinzaine sans devoirs"

Message par thaliane le Ven 30 Mar 2012 - 0:30

Je ne suis pas enseignante, je suis le diable : simple parent d'élève. Alors, non effectivement, je ne sais pas du tout comment ça se passe en classe.

Mais je sais comment ça se passe à la maison. Dans un quartier ZEP. Parce que je prends des copains des enfants (récupérés trainant au square) pour leur faire faire leurs devoirs à la maison. Et je connais leurs parents. Et je connais d'autres parents en ZEP, des parents en grande misère (je suis à ATD Quart Monde dans le réseau des Parents Solidaires. Si vous lisez Libé, on était dans le journal cette semaine). Je ne sais pas comment ça se passe en classe, ça non. Mais je sais comme ça se passe à la maison, y compris dans des familles très pauvres. Et non je ne vois pas ce qu'il y a de différent pour un parent (y compris pauvre, y compris illettré) de faire travailler une leçon d'une manière identique à celle de tous les autres élèves ou d'une manière qui lui serait propre : pour un parent, tant que c'est écrit dans le cahier de texte / compris par l'enfant, c'est kif kif (c'est assez rare qu'on s'appelle entre parents pour comparer ce que nos enfants ont à faire, on est un peu occupé le soir voyez. Ou alors c'est qu'il a oublié son cahier ou son livre mais c'est un autre sujet).

Ce que j'ai un peu de mal à comprendre, c'est que jamais je ne dirai à un enseignant comment il doit faire classe, ce n'est pas ma place (ni ici, ni dans l'école de mes enfants), c'est très clair, je ne suis pas l'enseignante. Alors pourquoi diable des enseignants me disent comment ça se passe et comment ça devrait se passer chez les parents : il y a un truc pas logique là...

thaliane
Niveau 6


Revenir en haut Aller en bas

Re: Du 26 mars au 09 avril, la FCPE organise "la quinzaine sans devoirs"

Message par frankenstein le Ven 30 Mar 2012 - 0:50

(c'est assez rare qu'on s'appelle entre parents pour comparer ce que nos enfants ont à faire, on est un peu occupé le soir voyez. Ou alors c'est qu'il a oublié son cahier ou son livre mais c'est un autre sujet).

Méthode obligatoire : recopier 3 fois chaque mot. Pour tous. Pour mon loulou à mémoire photographique, c'était une pure perte de temps (je lui faisais faire quand même mais pas évident de défendre le goût d'un effort inutile). Inversement, la fille d'une copine recopiait consciencieusement aussi et ne retenait rien, la méthode ne lui convenait pas du tout, on en a discuté avec la maman qui s'arrachait les cheveux (on était donc typiquement dans le cas de la crise des devoirs tous les soirs avec stress maximale de l'enfant - se sentant en échec - et de la mère - également en échec - à se battre autour d'un exercice inutile) et, en fait, en cherchant le mot dans le dictionnaire (donc en y ajoutant le sens et l'étymologie), elle retenait bien mieux.

C'est un peu contradictoire, mais bon...
Je ne peux pas vous répondre, étant donné que je n'ai pas le "devoir" sous les yeux et que je ne sais pas dans quelle classe sont les élèves...Ce qui m'étonne, c'est qu'en général, les mots à "apprendre et à savoir écrire" sont plutôt d'usage courant et en général invariables. Si l'étymologie est effectivement très intéressante pour la découverte des mots, de leur sens ou même de leur "contre-sens" professeur , ce n'est pas le cas pour les mots courants...Expliquer l'étymologie de "aujourd'hui", "parce que", lorsque", "est-ce que" etc. n'aidera pas à savoir les écrire. Mais je ne dis pas non plus qu'il n'y a pas de lien entre l'étymologie et l'orthographe (peu abordé à l'école primaire...)
Quant à la distinction visuel/auditif/ kinesthésique etc., c'est déjà bien dépassé. Je ne sais pas si les neuropsychiatres ont raison. Smile

_________________
Mettez des pouces verts sur : http://www.youtube.com/user/Choristenimes/videos

Si les élections pouvaient changer la société, elles seraient interdites.

frankenstein
Vénérable


Revenir en haut Aller en bas

Re: Du 26 mars au 09 avril, la FCPE organise "la quinzaine sans devoirs"

Message par sand le Ven 30 Mar 2012 - 5:40

@thaliane a écrit:
@sand a écrit:Je ne remercierai jamais assez celui qui a donné des listes de mots à analyser. C'était pas la mort, le rituel des 10 mots chaque vendredi, et ça a été très formateur.

Ca a peut-être très bien marché pour vous, ça ne veut pas dire que ça marchera sur tous les élèves.

Il s'agissait de distinguer un verbe, un nom, un déterminant, un adjectif, une préposition, grâce au dictionnaire. Celui de mes deux enfants qui a fait cet exercice chaque semaine connaissait bien mieux la nature des mots que son frère à l'entrée en 6ème. D'autres parents l'avaient constaté.

sand
Empereur


Revenir en haut Aller en bas

Re: Du 26 mars au 09 avril, la FCPE organise "la quinzaine sans devoirs"

Message par Thalia de G le Ven 30 Mar 2012 - 5:44

@frankenstein a écrit:
Quant à la distinction visuel/auditif/ kinesthésique etc., c'est déjà bien dépassé. Je ne sais pas si les neuropsychiatres ont raison. Smile
J'ai failli tomber de ma chaise, d'étonnement. Peux-tu m'en dire plus ?

Thalia de G
Modérateur


Revenir en haut Aller en bas

Re: Du 26 mars au 09 avril, la FCPE organise "la quinzaine sans devoirs"

Message par Mufab le Ven 30 Mar 2012 - 7:29

Je vois pas mal de contradictions aussi dans ce que vous dites, Thaliane, et l'on tourne ne rond, quelque part :
- les enseignants doivent expliquer aux parents la façon de régler le problème des devoirs (si vous saviez le pourcentage de parents qui viennent à ma réunion de rentrée...), mais d'un autre côté, vous ne tolérez pas leurs conseils, leur intrusion insupportable dans votre vie (dont, sincèrement, on n'a rien à faire), vous ne supportez pas le mot "convocation"..., alors qu'il y a des moments (je pense aux équipes éducatives) où il faut bien fixer une heure commune à tous les intervenants (et que cette demi-journée est prévue par la loi auprès des employeurs, je crois);
- vous dites avoir autre chose à faire le soir que de vous occuper des devoirs, et faites une "aide aux devoirs à domicile", si j'ai bien compris, préférant finalement voir les enfants à la maison qu'à trainer dans la rue;
- vous dites que les parents sont "le mal". J'espère que c'était de l'humour (mais je n'en suis pas sûre), en oubliant que les enseignants ont parfois aussi des enfants (et qu'ils sont occupés le soir aussi):
- vous ne voulez surtout pas nous dire comment faire classe, mais vous souhaiteriez dans le même temps que l'on détermine le profil d'apprentissage de chaque enfant : d'abord, effectivement, c'est difficile (voire impossible), et ce peut être dangereux d'enfermer un enfant dans une seule stratégie : elle fluctue, pour le même enfant, d'un domaine de discipline à un autre; d'autre part, elles se combinent entre elles.
Et il y a énormément de facteurs, sans doute très complexes, qui entrent en jeu dans la mise en mémoire.
- vous ne voulez pas d'imposition de la part de l'école, en oubliant qu'elle est obligatoire, et qu'elle fait partie de la vie de votre enfant, que vous le vouliez ou non (à part à faire classe à la maison, libre à vous); et que c'est à vous de l'y emmener, et de vous plier au cadre qu'elle impose;
- enfin vous n'essayez pas de reconnaître que l'on ne donne pas de devoirs pour vous emmerder, mais parce qu'on a jugé que c'était profitable (aux enfants, pas à vous).

Sachez, une dernière fois, et j'en resterai là, que l'enseignant se fiche, l'ordinaire du temps, de votre vie familiale. Il n'est pas là pour vous juger (et réciproquement).
Il est dommage qu'au lieu de taper sur les devoirs, vous ne sollicitiez pas du temps d'étude surveillée et encadrée pour tous les enfants qui en auraient besoin.

_________________
Poky et Lucas, dessin de Phi :

"Là où on ne lit pas, là où on n'élit pas, on ne rigole pas tous les jours. Lire est le propre de l'homme."
(Yvan Pommaux, auteur "Jeunesse")

Mufab
Esprit sacré


Revenir en haut Aller en bas

Re: Du 26 mars au 09 avril, la FCPE organise "la quinzaine sans devoirs"

Message par Aurore le Ven 30 Mar 2012 - 7:37

@victor44 a écrit:J'avais décidé d'abandonner ce fil, mais y a des trucs j'ai du mal à laisser passer.

Comme il n'y a rien à faire, ils vont faire de la nintendo: les pédagogos créent la dépendance aux jeux vidéo?
Dans l'école où il y a des dévoirs, les gamins ne jouent pas à la console?

Tous les ans dans l'école de mes enfants (école sans problème, familles plutot favorisées) il y a un cross. Et tous les ans ça manque pas: il y a toujours des parents qui ont reconnu le parcours, entrainé leurs rejetons, qui leur hurlent dessus quand ils sont pas sur le podium.

Alors oui ceux là seront peut-être plus performants plus tard, mais doit-on m'obliger à courrir 10m/sem avec ma fille pour être un bon père? Doit-on considérer que la prof qui ne m'impose pas de faire une préparation olympique à ma fille comme une démago meyrieuïste décérébrée?

Il en est de même avec les devoirs, lorsque j'ai la chance d'avoir une instit qui s'en fout du qu'en dira-t-on et qui respecte l'interdiction des devoirs maison écrits, mes enfants ont plus de temps pour la lecture, pour jouer avec leur père, dessiner, écouter la radio ou ne rien faire (l'oisiveté est bonne pour l'esprit). Ils ne progressent pas moins mais sont moins stressés.

Oui c'est à nous d'instruire et non aux parents, je préfère un instit qui donne des leçons et des conseils de lecture uniquement. Je me souviens d'une instit de CP qui donnait des fiches de lecture en GS, les commentaires circulaient et étaient soi disant rédigés par les enfants (qui ne savaient pas lire, ni écrire). Dans 90% on avait l'avis des parents super rédigés avec un vocabulaire chatié et j'étais le seul à écrire: "trop rigolo, très jolie la princesse, le monstre m'a fait peur etc..."


Parce que vous croyez vraiment que les parents FCPE qui pestent contre les devoirs à la maison sont des ennemis acharnés de la téloche, des écrans et autres consoles ?

Ce n'est pas la première fois que vous ressortez des exemples caricaturaux qui éludent le fond du problème, à savoir le creusement de la fracture scolaire et la baisse du niveau qu'entraîne cette suppression des devoirs (d'ailleurs abrogée en réalité, comme on vient de lire...). Si vos enfants parviennent à assimiler les leçons sans les retravailler à la maison, tant mieux pour eux. Mais tous les élèves n'ont pas cette chance...

Aurore
Esprit éclairé


Revenir en haut Aller en bas

Re: Du 26 mars au 09 avril, la FCPE organise "la quinzaine sans devoirs"

Message par frankenstein le Ven 30 Mar 2012 - 8:20

@Thalia de G a écrit:
@frankenstein a écrit:
Quant à la distinction visuel/auditif/ kinesthésique etc., c'est déjà bien dépassé. Je ne sais pas si les neuropsychiatres ont raison. Smile
J'ai failli tomber de ma chaise, d'étonnement. Peux-tu m'en dire plus ?
Ben, ça fait partie de mes vieux souvenirs fumiesques...Ils avouaient eux-mêmes que c'était différent selon les individus, qu'il n'y avait pas de moyens de les mettre en évidence sans erreur, et qu'elles étaient imbriquées les unes aux autres !
Nous voilà avancés ! lol!

http://ameliorersamemoire.com/memoire-visuelle-auditive-et-kinesthesique/

_________________
Mettez des pouces verts sur : http://www.youtube.com/user/Choristenimes/videos

Si les élections pouvaient changer la société, elles seraient interdites.

frankenstein
Vénérable


Revenir en haut Aller en bas

Re: Du 26 mars au 09 avril, la FCPE organise "la quinzaine sans devoirs"

Message par thaliane le Ven 30 Mar 2012 - 9:37

Frankenstein, il s'agissait d'une classe de CE2. Je n'ai plus les mots en tête mais non, ce n'était pas du niveau CE1 (les mots que vous citez sont ceux que ma fille de CE1. Et, en l'occurrence, si si, si je lui explique que aujourd'hui, c'est au jour d'hui, et que hui vient de hoc die, elle retient bien mieux).
Et je comprends l'impression de contradiction. Mais si on parle à l'occasion des problèmes, on ne parle jamais des choses qui marchent (principe éprouvé dans le commerce Wink)
Je suis désolée de mon emportement d'hier soir : je reconnais que je réagis au quart de tour lorsqu'on me suggère que je ne connais pas la vie difficile de certains. Justement parce que je m'y intéresse beaucoup.

@Mufab a écrit:Je vois pas mal de contradictions aussi dans ce que vous dites, Thaliane, et l'on tourne ne rond, quelque part :
- les enseignants doivent expliquer aux parents la façon de régler le problème des devoirs (si vous saviez le pourcentage de parents qui viennent à ma réunion de rentrée...), mais d'un autre côté, vous ne tolérez pas leurs conseils, leur intrusion insupportable dans votre vie (dont, sincèrement, on n'a rien à faire), vous ne supportez pas le mot "convocation"..., alors qu'il y a des moments (je pense aux équipes éducatives) où il faut bien fixer une heure commune à tous les intervenants (et que cette demi-journée est prévue par la loi auprès des employeurs, je crois);

Le mot "convocation" est chargé d'un sens comminatoire, on est convoqué par son employeur à un entretien préalable de licenciement, par la justice. C'est vraiment une question de sémantique. Je suis pour que parents et enseignants se rencontrent le plus possible (informellement mais aussi formellement). Sur un pied d'égalité (entre adultes responsables). Plutôt sur le mode de l'invitation qui me parait plus propice à un échange fructueux : l'état d'esprit dans lequel les participants à une réunion y arrivent influent de façon très importante sur son déroulé. Si on arrive avec de la méfiance ou des a priori, c'est plus difficile que ça se passe bien.
Quant aux conseils, j'ai expliqué comment un conseil peut être entendu pas qu'il ne faut jamais en donner.
Et non, je ne sais pas d'où vous avez cette croyance, il n'y a aucune loi ni même convention collective qui prévoit une demi-journée d'absence (a fortiori rémunérée) pour permettre aux parents d'aller à l'école. La FCPE demande d'ailleurs un statut légal du parent élu qui permettrait cela (je suis contre : soit on donne un droit à tous les parents d'enfants scolarisés, soit aucun mais pas de différence entre élu ou pas). Pour information, dans le privé, à part quelques conventions collectives généreuses, les "jours enfant malade" (3...) ne sont pas non plus rémunérés. C'est important à savoir: la parentalité n'ouvre aucun droit particulier en entreprise ! Donc si un parent vous dit "je ne peux pas m'absenter de mon travail", c'est important de le croire !
Donc non je ne trouve pas très juste que l'équipe pédagogique fixe une heure de rendez-vous, charge au parent de se débrouiller pour être là. D'ailleurs, dans la majorité des cas, l'équipe propose plusieurs créneaux pour que le parent puisse se rendre disponible.

@Mufab a écrit:
- vous dites avoir autre chose à faire le soir que de vous occuper des devoirs, et faites une "aide aux devoirs à domicile", si j'ai bien compris, préférant finalement voir les enfants à la maison qu'à trainer dans la rue;

Je suis un cas particulier (j'ai l'immense chance de pouvoir organiser mes journées de travail à peu près comme je les souhaite et notamment de dégager le créneu 16h30-20h au moins 3 jours par semaine; je fais de la formation aux adultes, c'est une partie de mon métier, donc je suis en partie formée - même si la formation aux adultes n'a pas grand-chose à voir avec l'instruction aux enfants, j'en suis tout à fait consciente; je fais du bénévolat dans le réseau école ATD Quart Monde, c'est mon engagement personnel et j'ai bénéficié dans ce cadre de formation à l'approche des personnes en difficulté sociale. D'où le fait que je récupère parfois des enfants pour faire les devoirs à la maison et que je participe à des ateliers sur le temps de l'étude) mais je ne généralise pas : beaucoup de parents travaillent parfois tard, ou ont beaucoup de temps de transport. Ce qui réduit leurs soirées.
Et oui, même moi qui, pourtant aime suivre de très très près la scolarité de mes enfants, certains soirs, je préférerais qu'on fasse un jeu de société, qu'on aille passer une heure à la bibliothèque jeunesse, qu'on passe plus d'une demi-heure chrono au parc quand il fait beau, qu'ils aient davantage le temps de jouer ou de lire...

@Mufab a écrit:
- vous dites que les parents sont "le mal". J'espère que c'était de l'humour (mais je n'en suis pas sûre), en oubliant que les enseignants ont parfois aussi des enfants (et qu'ils sont occupés le soir aussi):

C'était de l'ironie. Inspirée par de nombreux posts suggérant que l'unique but de la FCPE est que les parents soient tranquilles en mettant les enfants devant la télé ou les jeux vidéos toute la soirée. Je suis loin d'être d'accord avec toutes les propositions de la FCPE (et je crois avoir dit dès le début du post que je n'étais pas d'accord avec cette opération en l'occurrence) mais je ne sais pas d'où vient cette croyance que le but de la FCPE est que leurs enfants ne soient ni éduqués, ni instruits. Pour rappel, près de 20% des parents adhérents à la FCPE sont aussi des enseignants (dans mon conseil local, c'est même près de 40%. Ce que je déplore parce que ce n'est en rien représentatif des parents de l'école. Même si, bien sûr, il ne s'agit pas de leur interdire d'être parent élu, manquerait plus que ça).

@Mufab a écrit:
- vous ne voulez surtout pas nous dire comment faire classe, mais vous souhaiteriez dans le même temps que l'on détermine le profil d'apprentissage de chaque enfant : d'abord, effectivement, c'est difficile (voire impossible), et ce peut être dangereux d'enfermer un enfant dans une seule stratégie : elle fluctue, pour le même enfant, d'un domaine de discipline à un autre; d'autre part, elles se combinent entre elles.
Et il y a énormément de facteurs, sans doute très complexes, qui entrent en jeu dans la mise en mémoire.
- vous ne voulez pas d'imposition de la part de l'école, en oubliant qu'elle est obligatoire, et qu'elle fait partie de la vie de votre enfant, que vous le vouliez ou non (à part à faire classe à la maison, libre à vous); et que c'est à vous de l'y emmener, et de vous plier au cadre qu'elle impose;

Je distingue bien deux temps différents : le temps de la classe. Et le temps à la maison. Les parents n'ont rien à dire sur le temps de classe et, effectivement, ils doivent se plier aux horaires et veiller à ce que l'enfant y arrive dans de bonnes conditions de travail (ce que l'immense majorité fait, à ma connaissance). En revanche, le temps de la maison n'est pas sous l'autorité de l'école, non. Et, si on implique les parents à la maison, ce n'est pas sans conséquence, ils ont notamment leur mot à dire puisque c'est un moment où l'enfant est sous leur responsabilité exclusive (c'est tout l'objet de ce fil, non ?). Et là, oui, il me semble que, pour que ça se passe bien, les enseignants doivent tenir compte des parents. En gros, les devoirs à la maison, à mes yeux, c'est un temps de collaboration entre parent et enseignant. Et puisque je pars du principe que ces deux acteurs sont des adultes responsables et égaux devant l'enfant, il me semble nécessaire qu'il y ait coordination. Et pas uniquement sur le mode "l'enseignant dit, le parent exécute (et sans moufter sinon c'est un emm...eur)" (qui n'est pas une relation égalitaire mais hiérarchique). Il y a sans doute différents moyens de rendre cette collaboration plus fructueuse et moins conflictuelle, je ne fais que proposer des pistes.
Vous pouvez ne pas vous intéresser à la vie familiale de l'enfant tant qu'il est en classe (et je pense que vous avez tout à fait raison de le faire). En revanche, pour les "choses à faire à la maison", cette vie familiale intervient lourdement et ne pas en tenir me parait irréaliste. Ce serait un peu comme si je vous disais que le nombre d'élèves dans votre classe, les moyens matériels dont vous disposez ou la présence d'un ou plusieurs élèves perturbateurs n'ont aucun impact sur votre façon de travailler, ou qu'en tout cas, que votre hiérarchie n'a pas à en tenir compte pour vous évaluer.

@Mufab a écrit:
- enfin vous n'essayez pas de reconnaître que l'on ne donne pas de devoirs pour vous emmerder, mais parce qu'on a jugé que c'était profitable (aux enfants, pas à vous).
Il est dommage qu'au lieu de taper sur les devoirs, vous ne sollicitiez pas du temps d'étude surveillée et encadrée pour tous les enfants qui en auraient besoin.

Je suis désolée si je vous ai donné cette impression, j'ai du mal m'exprimer : si, bien sûr, je pense que les enseignants donnent des devoirs avec les meilleures intentions. Mais je constate que l'enfer est pavé de bonnes intentions. De fait, les devoirs posent problème (non, non, la FCPE n'a pas fait surgir cette problématique de son chapeau par l'opération du Saint Esprit. Je ne rejoins pas la méthode qu'ils ont choisi. Mais je pense que le problème soulevé existe. Même s'il n'est qu'un des problèmes et sans doute plutôt une conséquence d'autres problèmes).
Et si si, je milite pour plus de temps d'école. Et j'étais encore hier soir à une réunion avec des représentants de la mairie pour voir comment les dispositifs Coup de Pouce des CP et ALEM des CM2 (aide à un petit groupe d'enfants par l'enseignant de 16h30 à 18h) pourraient être élargis aux autres niveaux. Ou comment rendre le temps d'étude réellement profitable en y apprenant aux enfants à apprendre.
Dans mon "monde idéal", tout l'apprentissage scolaire, y compris l'apprentissage des leçons ou les devoirs de mémorisation, serait fait sur du temps d'école, avec des enseignants ou du personnel qualifié pour encadrer les apprentissages (qualification dont ne dispose pas la majorité des parents). Et l'échange d'informations entre parents et enseignants se fonderait sur un autre canal que celui des devoirs (les parent s qui réclament des devoirs le faisant souvent pour savoir ce qu'apprend l'enfant et pour suivre sa progression).

thaliane
Niveau 6


Revenir en haut Aller en bas

Re: Du 26 mars au 09 avril, la FCPE organise "la quinzaine sans devoirs"

Message par thaliane le Ven 30 Mar 2012 - 9:45

Une dernière chose : j'ai lu plusieurs fois dans ce fil que les devoirs sont indispensables à la réduction de la fracture sociale. Le problème, c'est que ça n'a jamais été prouvé... On est dans un débat de croyances, pas un débat "preuves" contre "preuves". De mon expérience, les débats de croyances ne se résolvent jamais.

Frankestein, je sais qu'il n'y a pas de séparation nette entre les différents canaux sensoriels permettant la mémorisation. Il y a cependant des préférences. Qui peuvent varier au fil du temps (en développant les canaux plus "faibles"). Mais les préférences varient peu.
Ceci dit, l'une des raisons pour lesquelles j'aime les cartes heuristiques, c'est que, justement, elles activent tous les canaux (visuel par les dessins, couleurs, auditif puisqu'elles aménent à se "raconter l'histoire", kinesthésique puisqu'on est acteur de sa carte et qu'il est recommandé de faire appel à ses évocations personnelles pour choisir la structure et les visuels).

thaliane
Niveau 6


Revenir en haut Aller en bas

Re: Du 26 mars au 09 avril, la FCPE organise "la quinzaine sans devoirs"

Message par MelanieSLB le Ven 30 Mar 2012 - 9:47

@thaliane a écrit:
@MelanieSLB a écrit:
C'est difficile de savoir si l'élève a un pb de mémoire ou s'il ne fout rien. On n'est pas avec lui le soir.

D'où l'intérêt de se voir entre parent et enseignant (et PAS sur le mode de la "convocation", mot qui devrait être banni à mon sens parce qu'il place d'emblée le parent en situation d'accusé ou d'infériorité. Puisque les parents ne convoquent pas l'enseignant, à ma connaissance) : pour savoir si l'enfant a un problème de mémoire ou s'il ne fout rien (ou si la situation à la maison rend difficile les apprentissages), il suffit de poser la question aux parents.

Bien sûr, Thaliane. J'ai 200 élèves cette année, dont 150 ne font jamais les quelques très rares exercices ou DM que je donne à faire à la maison. Que dois-je faire? Appeler ces 150 parents? Vous y répondez vous-même:
@thaliane a écrit: on est un peu occupé le soir voyez.

Comme nous, en fait!
Je vous rassure quand même, j'ai contacté la moitié de ces parents, l'autre moitié étant de leur propre aveu une cause désespérée, plus occupée à jouer à cache-cache pendant les cours qu'à apprendre à parler anglais. (et oui, je parle de 3e)

@Mufab a écrit:Je vois pas mal de contradictions aussi dans ce que vous dites, Thaliane, et l'on tourne ne rond, quelque part :
- les enseignants doivent expliquer aux parents la façon de régler le problème des devoirs (si vous saviez le pourcentage de parents qui viennent à ma réunion de rentrée...), mais d'un autre côté, vous ne tolérez pas leurs conseils, leur intrusion insupportable dans votre vie (dont, sincèrement, on n'a rien à faire), vous ne supportez pas le mot "convocation"..., alors qu'il y a des moments (je pense aux équipes éducatives) où il faut bien fixer une heure commune à tous les intervenants (et que cette demi-journée est prévue par la loi auprès des employeurs, je crois);
- vous dites avoir autre chose à faire le soir que de vous occuper des devoirs, et faites une "aide aux devoirs à domicile", si j'ai bien compris, préférant finalement voir les enfants à la maison qu'à trainer dans la rue;
- vous dites que les parents sont "le mal". J'espère que c'était de l'humour (mais je n'en suis pas sûre), en oubliant que les enseignants ont parfois aussi des enfants (et qu'ils sont occupés le soir aussi):
- vous ne voulez surtout pas nous dire comment faire classe, mais vous souhaiteriez dans le même temps que l'on détermine le profil d'apprentissage de chaque enfant : d'abord, effectivement, c'est difficile (voire impossible), et ce peut être dangereux d'enfermer un enfant dans une seule stratégie : elle fluctue, pour le même enfant, d'un domaine de discipline à un autre; d'autre part, elles se combinent entre elles.
Et il y a énormément de facteurs, sans doute très complexes, qui entrent en jeu dans la mise en mémoire.
- vous ne voulez pas d'imposition de la part de l'école, en oubliant qu'elle est obligatoire, et qu'elle fait partie de la vie de votre enfant, que vous le vouliez ou non (à part à faire classe à la maison, libre à vous); et que c'est à vous de l'y emmener, et de vous plier au cadre qu'elle impose;
- enfin vous n'essayez pas de reconnaître que l'on ne donne pas de devoirs pour vous emmerder, mais parce qu'on a jugé que c'était profitable (aux enfants, pas à vous).

Sachez, une dernière fois, et j'en resterai là, que l'enseignant se fiche, l'ordinaire du temps, de votre vie familiale. Il n'est pas là pour vous juger (et réciproquement).
Il est dommage qu'au lieu de taper sur les devoirs, vous ne sollicitiez pas du temps d'étude surveillée et encadrée pour tous les enfants qui en auraient besoin.

Merci, Mufab, de dire cela aussi bien. Je rajouterai sur les stratégies d'apprentissage que toutes les études sérieuses menées montrent que seule leur combinaison permet un véritable apprentissage durable.

_________________
La réforme du collège en clair : www.reformeducollege.fr .
La Réforme du Collège en Clair a aussi sa page Facebook !

Et pour ceux qui voudraient en comprendre quelques fondements idéologiques:
De l’école, Jean-Claude Milner, visionnaire en 1984 (ça ne s'invente pas!) de ce qui nous arrive: "On ne dira pas que les enseignants sont l'appendice inutile d'une institution dangereuse et presque criminelle; on dira seulement qu'ils doivent devenir Autres: animateurs, éducateurs, grands frères, nourrices, etc. La liste est variable. Que, par là, les enseignants cessent d’être ce qu'ils doivent être, c'est encore une fois sortir de la question. On ne dira pas que les enseignants n'ont pas à exister, mais qu'ils ont à exister Autrement. Que cette Autre existence consiste à renoncer à soi-même pour disparaître dans la nuit éducative et s'y frotter, tous corps et tous esprits confondus, avec les partenaires de l'acte éducatif - manutentionnaires, parents, élèves, etc. -, seul un méchant pourrait en prendre ombrage." (page 24)

MelanieSLB
Grand sage


Revenir en haut Aller en bas

Re: Du 26 mars au 09 avril, la FCPE organise "la quinzaine sans devoirs"

Message par Carabas le Ven 30 Mar 2012 - 9:56

@thaliane a écrit:Une dernière chose : j'ai lu plusieurs fois dans ce fil que les devoirs sont indispensables à la réduction de la fracture sociale. Le problème, c'est que ça n'a jamais été prouvé... On est dans un débat de croyances, pas un débat "preuves" contre "preuves". De mon expérience, les débats de croyances ne se résolvent jamais.
C'est pourtant très simple à comprendre : dans certains milieux aisés, financièrement et culturellement, l'enfant sera entouré de livres, incité à lire. Ses parents le feront travailler même s'il n'a pas de devoirs. Il aura même en prime quelques cours particuliers.

Dans d'autres milieux ne favorisant pas l'école, on s'en fichera, point.

Bien sûr, ce n'est pas automatique. Bien sûr, la réussite scolaire ne dépend pas que du milieu social des parents. Mais ne soyons pas hypocrites, ça joue déjà beaucoup. Au moins, avec les devoirs, l'élève sérieux, quel que soit le milieu de ses parents, peut toujours essayer et apprendre. Sans devoirs, c'est plus compliqué.

_________________
Les chances uniques sur un million se réalisent neuf fois sur dix.

Terry Pratchett

Rejeter le socialisme parce que tant de socialistes sont des gens lamentables équivaut à refuser de prendre le train sous prétexte que le contrôleur a une tête qui ne vous revient pas.

George Orwell

Carabas
Vénérable


Revenir en haut Aller en bas

Re: Du 26 mars au 09 avril, la FCPE organise "la quinzaine sans devoirs"

Message par Sapotille le Ven 30 Mar 2012 - 10:04

@thaliane a écrit:

En revanche, le temps de la maison n'est pas sous l'autorité de l'école, non. Et, si on implique les parents à la maison, ce n'est pas sans conséquence, ils ont notamment leur mot à dire puisque c'est un moment où l'enfant est sous leur responsabilité exclusive (c'est tout l'objet de ce fil, non ?).

Ce point nous démontre que les choses ont énormément évolué ces dernières années !

J'ai été parent d'élèves, et je n'ai pas considéré que j'avais mon mot à dire, alors que mes enfants avaient beaucoup de devoirs!
C'était une classe unique de village (6 cours différents avec un seul maître et durant 6 ans) et une répétition supplémentaire par l'intermédiaire des devoirs semblait nécessaire.
Le maître faisait cela pour le bien des enfants.
Cela empiétait sur le temps à la maison, certes, mais cela faisait partie de leur vie d'enfants...
Et quand ils sont arrivés au Collège, l'habitude était bien installée et tout roulait presque tout seul !


Dernière édition par Sapotille le Ven 30 Mar 2012 - 10:08, édité 1 fois

Sapotille
Guide spirituel


Revenir en haut Aller en bas

Re: Du 26 mars au 09 avril, la FCPE organise "la quinzaine sans devoirs"

Message par Carabas le Ven 30 Mar 2012 - 10:06

Ca me rappelle un élève qui m'a dit une fois : "mais je n'ai aps que ça à faire, des devoirs!" Eh bien si, à 13 ans, tu n'as que ça à faire : pas de vie professionnelle ni familiale, une vie sociale soft...
D'ailleurs, un néo aussi, me semble-t-il.

_________________
Les chances uniques sur un million se réalisent neuf fois sur dix.

Terry Pratchett

Rejeter le socialisme parce que tant de socialistes sont des gens lamentables équivaut à refuser de prendre le train sous prétexte que le contrôleur a une tête qui ne vous revient pas.

George Orwell

Carabas
Vénérable


Revenir en haut Aller en bas

Re: Du 26 mars au 09 avril, la FCPE organise "la quinzaine sans devoirs"

Message par thaliane le Ven 30 Mar 2012 - 10:31

Carabas, je peux aussi vous répondre que l'élève de milieu aisé a une chambre seul et un bureau, des parents avec un bon bagage scolaire ou un prof particulier pour lui expliquer s'il cale, donc de très bonnes conditions pour que les devoirs soient profitables. Inversement, l'enfant de milieu défavorisé n'a pas d'espace dédié au travail, peu de calme, ses parents ont un bagage scolaire faible, donc de très mauvaises conditions pour que les devoirs lui soient profitables. Donc les devoirs creusent l'écart.
Et que le "sérieux" d'un enfant n'est pas un truc inné mais construit (par ses parents, par l'école, par ce que lui propose la société aussi et qui n'est d'ailleurs pas franchement l'apologie du sérieux...)

Mais je ne sais pas si les devoirs creusent ou réduisent les inégalités (j'ai tendance à penser à titre personnel que ça dépend beaucoup de comment l'enseignement a été dispensé dans la journée). Je sais juste que le système scolaire creuse les inégalités, particulièrement en France, et que ça empire voire s'accélère. Et qu'il y a des systèmes scolaires qui fonctionnent sans devoirs à la maison et qui ne creusent pas les inégalités (l'absence de devoirs à la maison n'étant évidemment pas la seule différence !), donc c'est possible.

@Carabas a écrit:Ca me rappelle un élève qui m'a dit une fois : "mais je n'ai aps que ça à faire, des devoirs!" Eh bien si, à 13 ans, tu n'as que ça à faire : pas de vie professionnelle ni familiale, une vie sociale soft...

Shocked Vous êtes sérieux ? L'école est en charge de TOUT le développement psycho-moteur, social, culturel, affectif, émotionnel et psychique des ados ?! Pas de vie familiale et une vie sociale soft un ado ?!

thaliane
Niveau 6


Revenir en haut Aller en bas

Re: Du 26 mars au 09 avril, la FCPE organise "la quinzaine sans devoirs"

Message par lilith888 le Ven 30 Mar 2012 - 10:36

@thaliane a écrit: Et qu'il y a des systèmes scolaires qui fonctionnent sans devoirs à la maison et qui ne creusent pas les inégalités (l'absence de devoirs à la maison n'étant évidemment pas la seule différence !), donc c'est possible.

Lesquels ?

lilith888
Expert spécialisé


Revenir en haut Aller en bas

Re: Du 26 mars au 09 avril, la FCPE organise "la quinzaine sans devoirs"

Message par Carabas le Ven 30 Mar 2012 - 10:43

@thaliane a écrit:Carabas, je peux aussi vous répondre que l'élève de milieu aisé a une chambre seul et un bureau, des parents avec un bon bagage scolaire ou un prof particulier pour lui expliquer s'il cale, donc de très bonnes conditions pour que les devoirs soient profitables. Inversement, l'enfant de milieu défavorisé n'a pas d'espace dédié au travail, peu de calme, ses parents ont un bagage scolaire faible, donc de très mauvaises conditions pour que les devoirs lui soient profitables. Donc les devoirs creusent l'écart.
Et que le "sérieux" d'un enfant n'est pas un truc inné mais construit (par ses parents, par l'école, par ce que lui propose la société aussi et qui n'est d'ailleurs pas franchement l'apologie du sérieux...)
Je sais. Je connais très bien, j'évolue pile poil dans ce milieu.
Mais au primaire, demander 3 exos qui ne sont que de l'application de la leçon, je ne trouve pas que cela creuse tant que ça les inégalités.

AU lycée, donner des disserts, déjà plus, effectivement. Mais les profs ne seraient pas obligés de le faire s'ils avaient plus d'heures...

@thaliane a écrit:
@Carabas a écrit:Ca me rappelle un élève qui m'a dit une fois : "mais je n'ai aps que ça à faire, des devoirs!" Eh bien si, à 13 ans, tu n'as que ça à faire : pas de vie professionnelle ni familiale, une vie sociale soft...

Shocked Vous êtes sérieux ? L'école est en charge de TOUT le développement psycho-moteur, social, culturel, affectif, émotionnel et psychique des ados ?! Pas de vie familiale et une vie sociale soft un ado ?!
Désolée, à 13 ans, on a infiniment plus de temps libre qu'adulte, hein! Malgré la psy/l'orthophoniste/l'orthodontiste/la danse/le piano/le judo/le rugby et la famille. (Et ce genre de planning ne se trouve que dans les milieux aisés.

_________________
Les chances uniques sur un million se réalisent neuf fois sur dix.

Terry Pratchett

Rejeter le socialisme parce que tant de socialistes sont des gens lamentables équivaut à refuser de prendre le train sous prétexte que le contrôleur a une tête qui ne vous revient pas.

George Orwell

Carabas
Vénérable


Revenir en haut Aller en bas

Re: Du 26 mars au 09 avril, la FCPE organise "la quinzaine sans devoirs"

Message par LM le Ven 30 Mar 2012 - 10:49

Bon voilà, j'ai des parents d'élèves cette semaine qui m'ont dit que leurs enfants ne feraient plus les devoirs écrits donnés car ils ont besoin de souffler et apprendre les leçons le soir est largement chronophage...
Selon eux, -le décret de 195...je sais plus quoi- est très bien, que tout ce qui est écrit est à supprimer à la maison, que eux ils veulent profiter de leurs soirées, mercredis et WE...que je n'ai qu'à faire du soutien pour pallier aux lacunes et voilà!
Je suis PP, je n'ai qu'à transmettre le message à mes collègues! affraid affraid affraid

C'est grave! furieux

LM
Grand Maître


Revenir en haut Aller en bas

Page 6 sur 10 Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9, 10  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum