Mes collégiens ne travaillent pas en cours ni à la maison.

Page 4 sur 4 Précédent  1, 2, 3, 4

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Re: Mes collégiens ne travaillent pas en cours ni à la maison.

Message par Hannibal le Jeu 29 Mar 2012 - 9:23

Oiseau phenix a écrit:avec ma classe difficile, à force de garder une attitude bienveillante avec les élèves de façon individuelle (avec la classe en tant que groupe ça restait toujours désagréable et conflictuel), le pp et moi même avons remarqué de réels progrès dans l'attitude.

Voilà.
Côté discipline, s'en prendre à la classe dans son ensemble ne mène pas à grand chose, on ne le dira jamais assez, et même si ça peut ramener le calme quelques instants, ça n'apporte rien de bon sur la durée avec des classes agitées.
D'abord parce que personne ne prend pour soi des reproches collectifs : chacun se cache derrière le groupe.
Ensuite parce que ça soude la classe, et que le groupe se sent alors plus fort que le prof, dont chacun comprend très bien qu'il aboie dans le vide parce qu'il ne sait plus où donner de la tête.

Donc oui, c'est aux individus qu'il faut s'adresser, si l'on veut les responsabiliser, parce que les élèves ne demandent souvent pas mieux que d'être distingués du groupe et de faire l'objet d'une exigence et d'une attention particulière de la part du prof.

Hannibal
Habitué du forum


Revenir en haut Aller en bas

Re: Mes collégiens ne travaillent pas en cours ni à la maison.

Message par henriette le Jeu 29 Mar 2012 - 10:21

@Dionysos a écrit:
Je reste persuadé qu'il y a toujours eu des cancres, des tire au flanc, des jmenfoutistes, des ados dépressifs, des mal dans leur peau, ou de grosses feignasses - dont j'étais assidûment, d'ailleurs.

C'est sûr, mais la différence énorme que je constate entre le moment où j'ai commencé - au début des années 90, et dans tous les types de bahuts, TZR oblige - et maintenant, c'est que j'ai de moins en moins de justifications du type "j'l'ai fait mais mon chien a mangé la copie / ma petite sœur a gribouillé dessus / ma mère l'a jeté en rangeant mon bureau / on me l'a volé dans mon sac". Le plus souvent, c'est "non, je ne l'ai pas fait".
Au moins, ceux qui avançaient des excuses aussi baroques que peu crédibles avaient-ils conscience en quelque sorte de la nécessité d'une excuse, que ne pas faire son travail sans excuse était anormal. Je constate que ce sentiment intérieur disparaît : c'est bien souvent devenu admissible de ne pas faire son travail, cela ne les gêne absolument pas de le reconnaître, ils l'assument sans problème, et s'en contrefichent.

henriette
Médiateur


Revenir en haut Aller en bas

Re: Mes collégiens ne travaillent pas en cours ni à la maison.

Message par Althea le Jeu 29 Mar 2012 - 18:49

Dans la SEGPA ou je fais cours quelques heures / semaine, le nombre d'élève se réduit d'année en année, non pas qu'il y aie moins de cas, mais parce qu'on les oriente dans des classes générales. J'enveux à qui ? à l'école ? Ou au gamin, qui n'a pas les capacités de se tenir correctement parce qu'il ne peut pas tout simplement suivre cet enseignement ?
Je te souhaite beaucoup de courage.

Je partage tout à fait cet avis. Je suis bien consciente que certains élèves ne peuvent pas suivre avec tout ce que cela engendre, l'ennui, le découragement.
M'est avis que les élèves qui ne maîtrisent pas les fondamentaux ne devraient pas avoir à s'éparpiller avec une multitude de matières mais devraient pouvoir consolider (enfin reconstruire, souvent), les bases, notamment en français. Il faudrait des filières spécifiques se concentrant sur l'acquisition de ces fondamentaux. A quoi bon faire des langues étrangères si les règles grammaticales de leur langue natale ne sont pas du tout maîtrisées, s'ils n'ont déjà que très peu de vocabulaire. En sciences, ces élèves ne comprennent pas les énoncés, les consignes écrites... J'ai beau être professeur de sciences, je me bats au quotidien pour les fondamentaux en français.

Mais pour tous les élèves ne sont pas dans ce cas là, heureusement.

Comment justifier alors que les trois quarts de certaines (trop de) classes n'apprennent jamais leur leçon, ne fassent jamais leurs exercices ? Exercices qui au passage nécessitent de regarder deux pages en arrière dans le cahier pour recopier quelques mots...
L'ennui pour telle ou telle matière peut se comprendre, on ne peut aimer toutes les matières, on n'est pas au top de sa forme tous les jours mais cet ennui ne justifie pas le manque de respect grandissant que l'on constate au jour le jour. Je ne parle pas de simples bavardages. Encore tout à l'heure, j'avais une classe de 3ième où des élèves n'arrêtaient pas de bayer bruyamment, soufflaient, se fâchaient dès que je leur demandai de faire le moindre travail (trop difficile de faire un exercice où il fallait recopier quelques mots dans le cahier - que beaucoup avaient oublié pour ne pas changer)...

Avoir des difficultés est une chose mais apporter un malheureux cahier et un stylo, est-ce si insurmontable ?

après avoir préparé l'été à préparer tes belles séquences avec des séances types bien calibrées pour 55 minutes de cours, tu t'es aperçu que les 6e B, un lundi de septembre, étudier la Chine des Hans, non, ca ne les branchait pas tous, malgré ta bonne volonté. Mais comme toi tu penses que c'est essentiel et primordial, tu prends pour des benêts les gosses qui te disent - de manière impolie, déplacée, insolente, tout ce que tu veux - que ce que tu leurs sers, ils n'y goûtent rien.

Et ces gosses pourront se permettre d'être impolis, insolents, grossiers dans leur vie future avec des personnes avec qui ils ne partageront pas le même avis ? Dans le monde du travail si un supérieur leur impose telle ou telle tâche un peu désagréable ?
Ne devront-ils pas se forcer un jour ou l'autre à faire des choses qui ne leur plaisent pas particulièrement ?
Nous en revenons au problème de l'éducation. On peut ne pas apprécier le contenu d'un cours, on peut même le détester mais l'enfant correctement éduqué ne se roulera pas pour autant à terre, n'insultera pas pour autant un camarade ou le professeur.

Faut-il sans cesse justifier tous les contenus des cours au près des élèves au risque d'y perdre de la légitimité à enseigner ?
"L'histoire, à quoi ça va nous servir pour être coiffeuse ?" Autant supprimer la moitié des enseignements dans ce cas. Au delà des contenus abordés, les méthodes de travail, la rigueur nécessaire à la rédaction de paragraphes argumentés, les efforts de mémorisation forgent l'individu, développent sa concentration, son autonomie...
Mais voilà, à cet âge là, comment leur demander de le comprendre. S'ils ne peuvent le comprendre, il faut cesser d'entrer dans ce jeu de la justification du sens.
De la même façon, si je demande le carnet de correspondance à un élève, j'ai souvent le droit à une demande de justification (alors qu'il sait très bien que c'est parce qu'il s'est mal comporté.)
Je ne me souviens pas quand j'étais au collège, qu'on osait comme cela demander au professeur de se justifier... Nous obéissions aussitôt, il y avait moins de perte de temps pendant le cours et le climat n'en était pas moins serein.
L'éducation donnée par un parent à son enfant de trois ans, c'est "tu m'obéis, tu ne fais pas telle ou telle chose". Le parent n'est pas censé partir dans une justification qui ressemble parfois à un amadouement, si ? C'est dans l'intérêt de l'enfant, c'est pour sa protection, son bien.

Aujourd'hui avec les collégiens, j'ai l'impression de devoir sans cesse me justifier. Y compris quand je leur demande d'apprendre une leçon ou de faire des exercices...




Althea
Niveau 2


Revenir en haut Aller en bas

Re: Mes collégiens ne travaillent pas en cours ni à la maison.

Message par elfiane le Jeu 29 Mar 2012 - 18:59

Je pense qu'il y a toujours eu des classes terribles mais qu'avant, c'était plus ciblé (zone géographique précise) et elles étaient moins nombreuses.

Je suis désolée mais jamais je n'ai pu constaté une quelconque satisfaction chez mes camarades de classes à faire pleurer un adulte, je n'ai vu qu'une seule insulté à l'encontre d'un professeur de toute ma scolarité. Pourtant je suis fille d'ouvrier, pas dans un collège huppé du coin. Je faisais moi-même mes conneries (ah cette année de seconde où le prof de maths ne m'intéressait absolument pas donc je lisais au fond de la classe discrètement tout en maintenant mes résultats).

Mais jamais je n'ai vu ce qui se passe aujourd'hui au collège où maintenant c'est ma petite soeur qui y est. Cas d'insolence voire d'agression. C'est le même établissement, la même population, le même milieu social.
La tendance est au pire plutôt qu'au meilleur, au niveau du travail comme du comportement. Je continue à me bagarrer pour chacun de mes élèves, mais dire que c'était pareil avant serait pour moi faux.

elfiane
Niveau 10


Revenir en haut Aller en bas

Re: Mes collégiens ne travaillent pas en cours ni à la maison.

Message par Dionysos le Jeu 29 Mar 2012 - 19:41

ll ne s'agit en aucun cas d'excuser mais de constater un état de faits. On peut blâmer les parents/la société/la télé/ce qu'on veut... On peut râler et trouver cela dommage, pénible, usant, fatiguant c'est ainsi. Le monde ne pourra pas s'adapter à l'école. L'école, elle peut changer. Personnellement je ne trouve pas qu'elle change dans le bon sens : elle déresponsabilise, sectionne, s'isole par un fonctionnement qui ressemble parfois à une usine à gaz - essayer d'expliquer l'orientation possible de leur enfant à des parents, j'en sors ( elle pourra intégrer un TTWIH si elle passe par un VHPSST a condition d'avoir une moyenne générale de 12,69 en sciences de la gestion de l'économie des techniques des l'informatique familiale et planificative au controle continu et 12,62 au BPPCCP. Compris ? ) - elle décridibilise la parole du prof parfois, elle sous-paie ses employés...
Qu'est-ce qui nous reste ? Deux sous d'humanisme et une pincée de foi.
Je dis ca en pensant notamment aux collègues qui enseignent dans des conditions déplorables, ce qui n'est pas mon cas cette année - même si j'ai dans mes classes des tire-au-flanc, des j'menfoutistes...

_________________
"We're all in the gutter, but some of us are looking at the stars". O.Wilde.

Dionysos
Fidèle du forum


Revenir en haut Aller en bas

Page 4 sur 4 Précédent  1, 2, 3, 4

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum