perte d'autorité des profs - Mara Goyet

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

perte d'autorité des profs - Mara Goyet

Message par Invité le Mer 14 Jan 2009 - 9:49

Je tombe sur ce passage très intéressant à mon goût, en lisant Collèges de France, de Mara Goyet :

"Ces frontières ont disparu. L'élève est un enfant comme un autre et le prof un adulte comme un autre. L'armature symbolique, génératrice d'une forme de distance qui est aujourd'hui insupportable à beaucoup mais permettait une considération mutuelle, a volé en éclats. Un élève traite un camarade d'enculé à deux pas de vous ; si vous vous en offusquez, il vous répond de manière désarmante que ce n'est pas vous mais son camarade qu'il a ainsi insulté, et qu'il ne faut donc pas vous en chagriner. La transparence et la proximité qui devaient rendre nos rapports plus authentiques et plus sincères nous mettent tous à poil, et c'est vaguement gênant. (...)
Celui qui n'est pas sévère ni combatif ne dispose plus de l'arsenal symbolique qui limitait les dégâts : on lui dit de fermer sa gueule, on le traite de connard, on lui lance des objets. Tout repose donc en majeure partie sur le charisme et la personnalité des adultes du collège. Ce qui est assez problématique et nous conduit dans d'angoissantes impasses. Comment en effet recréer du symbolique ? (...) De plus, comment restaure-t-on l'autorité, comment redonne-t-on une dimension prestigieuse à une fonction ?"

Effectivement, si le prof est un adulte comme un autre (ou une personne comme eux ?), vu comme ils parlent parfois à leurs parents, il y a du souci à se faire... Si de plus le prof est, pour les parents, un adulte comme un autre, et qui plus est sauvagement envié (merci les médias !), il devient une sorte de cible sur laquelle se défouler.
Finalement, n'avons-nous plus que le recours d'être des profs du Cercle des poètes disparus ?
Mais comment revenir à un terrain plus sain ???

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: perte d'autorité des profs - Mara Goyet

Message par tonguinette le Mer 14 Jan 2009 - 10:34

Il est clair que le problème de l'autorité se fait de plue en plus sentir, on en reste parfois pantois... J'ai pu au moins noter que les élèves sont très sensibles au respect qu'on leur porte (même si parfois vu le comportement de certain, c'est une belle ironie!). Même sans insister ou commenter tout ce que l'on fera par soucis d'égalité et de respect, il est intéressant de le signaler parfois et surtout de ne jamais juger... Tout ça pour dire que souvent, si on est nous même très respectueux, ça peut entrainer un model positif mais aussi et surtout on peut rester l'exemple et en cas de conflit rétorquer le "est ce que moi je me serai permis ça vis à vis de toi?" (puisque nous sommes presque dans l'esprit de certains, d'égal à égal).
Enfin! Quel vaste sujet tu poses là Lulamae!

tonguinette
Niveau 1


Revenir en haut Aller en bas

Re: perte d'autorité des profs - Mara Goyet

Message par Pseudo le Mer 14 Jan 2009 - 10:55

On oublie peut-être un peu vite que c'est l'autorité de façon générale qui est remise en cause, pas seulement celle des adultes pour les enfants.
On ne se gêne plus pour affirmer sa propre liberté, sa propre faculté à juger, face aux tenants traditionnels de l'autorité. La hiérarchie dans le travail n'est plus ce qu'elle était : il n'est que de lire les commentaires peu élogieux ici où là sur les chefs d'établissements pour s'en convaincre. Le chef est remis en cause ouvertement, on hésite pas à aller lui dire son sentiment (même si cela reste poli, ce qui est peut-être bien la différence avec les élèves). Le respect de la fonction n'est plus. Et tant mieux ! Qui a envie de courber l'échine servilement devant un con sous prétexte qu'il est chef ou... mari : souvenez-vous que l'homme a longtemps eu autorité sur sa femme. Certains regrettent ce bon vieux temps...
En revanche, ce qui manque souvent aux élèves (et souvent à certains adultes) c'est le respect de la personne humaine, le respect de l'intégrité morale, psychologique et physique de l'autre. Mais qui apprend cela dans un monde où, justement, on peine à remplacer "l'autorité" traditionnelle de la fonction par autre chose que la loi du plus gueulard, du plus fort, du plus riche ?
Peut-être devrait-on réfléchir à ce qui nous en impose à nous, adulte. Qu'est-ce qui provoque notre respect pour telle ou telle personne ? Qu'est-ce qui fonde notre acceptation de l'autorité sur nous ? A qui donne-t-on le droit de nous contraindre à faire quelque chose que nous n'aurions pas fait de nous même ? En répondant à cela, peut-être saura-t-on un peu plus ce qui peut provoquer respect et obéissance chez nos élèves.

Pseudo
Demi-dieu


Revenir en haut Aller en bas

Re: perte d'autorité des profs - Mara Goyet

Message par Invité le Mer 14 Jan 2009 - 11:27

Tonguinette : effectivement, je crois qu'en s'approchant au mieux soi-même d'un modèle à nos yeux irréprochable, cela nous donne une plus grande force. Il m'est arrivé aussi d'user du "est-ce que moi je fais comme ça, ou je vous manque de respect ?" Il est vrai qu'on se place peut-être trop à leur niveau en se mettant sur le même plan qu'eux. C'est une discussion que nous avons pu avoir sur le fait d'apporter son téléphone portable en classe, par exemple.

Pseudo : je peux te répondre assez facilement - il n'existe pas grand chose qui m'en impose, et certainement pas les apparences extérieures, encore moins bling-bling. Cela dit, je garde souvent mes critiques pour moi, et respecte en général les décisions d'un principal. Je me réserve aussi de les appliquer à ma guise. Comment dire ? Je ne fais pas forcément ce qui est interdit (ça m'est passé après l'adolescence, ça ne passe pas à tout le monde, notamment au volant !), mais je suis un peu franc-tireuse dans le sens où je ne fais pas toujours ce qui est obligatoire. Je bidouille mes trucs dans mon coin.
Il est vrai qu'on ne peut pas râler d'un côté qu'"il n'y a plus d'autorité" et s'insurger ensuite systématiquement contre les moindres décisions hiérarchiques, ce n'est effectivement pas cohérent ni très adulte. Et c'est là que le plus roublard et dénué de principes réussit à s'imposer par sa grande gueule, au nom de la loi du plus fort.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: perte d'autorité des profs - Mara Goyet

Message par retraitée le Mer 14 Jan 2009 - 12:03

@lulamae a écrit:Tonguinette : effectivement, je crois qu'en s'approchant au mieux soi-même d'un modèle à nos yeux irréprochable, cela nous donne une plus grande force. Il m'est arrivé aussi d'user du "est-ce que moi je fais comme ça, ou je vous manque de respect ?" Il est vrai qu'on se place peut-être trop à leur niveau en se mettant sur le même plan qu'eux. C'est une discussion que nous avons pu avoir sur le fait d'apporter son téléphone portable en classe, par exemple.

Pseudo : je peux te répondre assez facilement - il n'existe pas grand chose qui m'en impose, et certainement pas les apparences extérieures, encore moins bling-bling. Cela dit, je garde souvent mes critiques pour moi, et respecte en général les décisions d'un principal. Je me réserve aussi de les appliquer à ma guise. Comment dire ? Je ne fais pas forcément ce qui est interdit (ça m'est passé après l'adolescence, ça ne passe pas à tout le monde, notamment au volant !), mais je suis un peu franc-tireuse dans le sens où je ne fais pas toujours ce qui est obligatoire. Je bidouille mes trucs dans mon coin.
Il est vrai qu'on ne peut pas râler d'un côté qu'"il n'y a plus d'autorité" et s'insurger ensuite systématiquement contre les moindres décisions hiérarchiques, ce n'est effectivement pas cohérent ni très adulte. Et c'est là que le plus roublard et dénué de principes réussit à s'imposer par sa grande gueule, au nom de la loi du plus fort.

A ceci près que certaines décisions hiérarchiques relèvent souvent plus de l'autoritarisme que de l'autorité.

Quant au Cercle des poètes disparus, ce film, dont on a fait un film culte, m'a mise mal à l'aise, et nombre de collègues comme moi. Car précisément, le prof incarné par R. Williams est très ambigu, très manipulateur et pas adulte pour un sou, poussant des ados à la désobéissance, mais incapable de les soutenir face aux parents défiés;
Et puis, la façon caricaturale dont la littérature est enseignée dans ce collège. Cela se passe en Amérique, certes, mais tout de même!
Pas un seul vrai cours de littérature non plus dans ce film! C'est du Bégaudeau avant l'heure. Monter sur les tables, "jouer" dans la cour! On a connu ça, après 68, dans certains bahuts. Je vous certifie que les élèves ont été les premiers à râler, quand cela a perdu son côté "innovation marrante".
J'ai eu pour ma part un professeur qui nous a fait découvrir la poésie en 5e et 4e sans nous faire pour autant déchirer nos manuels.
Toutes mes amitiés, et continuez à résister."Ceux qui vivent, ce sont ceux qui luttent" a dit Hugo.
C'était tombé en sujet de rédaction au brevet dans des temps anciens.

retraitée
Vénérable


Revenir en haut Aller en bas

Re: perte d'autorité des profs - Mara Goyet

Message par Reine Margot le Mer 14 Jan 2009 - 12:16

je pense, comme le dit pseudo, que c'est dû à la remise en cause des diverses autorités en général: fin de la monarchie de droit divin, du pouvoir de l'homme sur sa femme, du patron sur l'employé...des parents sur les enfants (si vous donnez une fessée, vous êtes limite un tortionnaire) et donc des profs sur les élèves. le problème c'est que cette remise en cause était éminemment souhaitable par certains côtés, ne serait-ce que pour faire la différence entre autorité et autoritarisme.

je ne pense pas qu'on puisse, de façon incantatoire, réclamer "le retour de l'autorité", ça ne sert à rien. l'exemple donné par tonguinette le montre bien: ce n'est plus que nous soyons des adultes comme des autres, face à des enfants comme des autres, c'est que les enfants nous considèrent "comme eux", sur le même plan. Puisque vous me faites ça, j'ai le droit aussi de...on en est là. effectivement le recours au savoir est l'une des armes qui soutiennent notre autorité, si ce 'nest la plus importante.
mais face à des élèves pour qui la culture scolaire représente des savoirs issus d'une élite qu'ils rejettent, ça n'a pas beaucoup de poids.

la question est bien de savoir ce qui fonde notre autorité...je n'ai pas de réponse.

_________________
1 enseignant molesté, c’est un fait divers, pas un phénomène de société.
2 enseignants molestés, c’est un fait divers, pas un phénomène de société.
150 enseignants molestés, ce sont des faits divers, pas des phénomènes de société.
151 enseignants molestés, ce sont des faits divers, pas des phénomènes de société.
………………………………
[la progression arithmétique se poursuit en série]
…………………………………..
156 879 enseignants molestés, ce sont des faits divers, pas des phénomènes de société.
156 880 enseignants molestés, ce sont des faits divers, pas des phénomènes de société. »

Reine Margot
Demi-dieu


Revenir en haut Aller en bas

Re: perte d'autorité des profs - Mara Goyet

Message par Invité le Mer 14 Jan 2009 - 12:23

Justement, retraitée, je crois que ce film ainsi que "Esprits rebelles" avec Michelle Pfeiffer mettent mal à l'aise parce que tout repose sur la personnalité hors normes du prof, donc, si tu es juste normal, tu ne peux pas y arriver ! Avant que je fasse une prise de kung-fu pour épater mes élèves..!
Tout bêtement, ils ne savent pas faire un bon film sur l'enseignement secondaire : soit c'est complètement grotesque comme P.R.O.F.S ou le film avec Depardieu, soit ça plane à 2000 comme les précédents cités. Les seuls bien que j'aie vus, cela a été "Ca commence aujourd'hui" et "Être et avoir", et c'est sur l'école. Mais c'est un autre problème. Cela dit, même Pennac m'a agacée dans son dernier bouquin, parce qu'à aucun moment il ne précise vraiment comment il faisait cours. C'est facile de s'auto-proclamer prof génial ! Je préfère les gens lucides, quoique un peu désabusés.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: perte d'autorité des profs - Mara Goyet

Message par Reine Margot le Mer 14 Jan 2009 - 12:30

je ne suis pas sûre non plus que les profs "charismatiques" aient tant d'autorité que ça...ça repose quand même souvent sur la démagogie (voir le cercle des poètes disparus)
quant à ceux qui s'autoproclament "prof génial" ou clament en salle des profs combien ils ont d'autorité sur telle classe qui en fait baver aux autres, Descartes

_________________
1 enseignant molesté, c’est un fait divers, pas un phénomène de société.
2 enseignants molestés, c’est un fait divers, pas un phénomène de société.
150 enseignants molestés, ce sont des faits divers, pas des phénomènes de société.
151 enseignants molestés, ce sont des faits divers, pas des phénomènes de société.
………………………………
[la progression arithmétique se poursuit en série]
…………………………………..
156 879 enseignants molestés, ce sont des faits divers, pas des phénomènes de société.
156 880 enseignants molestés, ce sont des faits divers, pas des phénomènes de société. »

Reine Margot
Demi-dieu


Revenir en haut Aller en bas

Re: perte d'autorité des profs - Mara Goyet

Message par Invité le Mer 14 Jan 2009 - 12:33

Je suis d'accord avec toi Marquise.
Je vois deux pistes dans ce que tu dis, même trois :
- socialement, le rapport au savoir est peut-être déséquilibré à l'heure actuelle : si on peut tout trouver sur Internet, pourquoi apprendre ? Le savoir devrait être accessible à tous, et non réservé à une élite - mais qu'est-ce qui fait que, comme tu le dis, certains n'en veulent même pas d'entrée de jeu ?
- chez l'administration : soutenir réellement les profs en cas de conflit, arrêter d'abonder dans le sens des parents consommateurs. On peut chercher à savoir si un prof dysfonctionne vraiment, mais cela doit se faire intra-muros, sans prêter le flanc aux parents malveillants.
- chez le prof, se replacer dans le rôle d'un adulte, même distant, même frustrant. Nous le faisons tous, mais je repense à une phrase qui a été, je crois, écrite par Abraxas, "il faut réenchanter l'enseignement" (je ne suis pas sûre de l'exactitude, c'est le mot "réanchanter" qui m'a frappée). Voilà, c'est bien de notre fait, mais comment faire ?

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: perte d'autorité des profs - Mara Goyet

Message par retraitée le Mer 14 Jan 2009 - 12:45

@lulamae a écrit:Je suis d'accord avec toi Marquise.
Je vois deux pistes dans ce que tu dis, même trois :
- socialement, le rapport au savoir est peut-être déséquilibré à l'heure actuelle : si on peut tout trouver sur Internet, pourquoi apprendre ? Le savoir devrait être accessible à tous, et non réservé à une élite - mais qu'est-ce qui fait que, comme tu le dis, certains n'en veulent même pas d'entrée de jeu ?
- chez l'administration : soutenir réellement les profs en cas de conflit, arrêter d'abonder dans le sens des parents consommateurs. On peut chercher à savoir si un prof dysfonctionne vraiment, mais cela doit se faire intra-muros, sans prêter le flanc aux parents malveillants.
- chez le prof, se replacer dans le rôle d'un adulte, même distant, même frustrant. Nous le faisons tous, mais je repense à une phrase qui a été, je crois, écrite par Abraxas, "il faut réenchanter l'enseignement" (je ne suis pas sûre de l'exactitude, c'est le mot "réanchanter" qui m'a frappée). Voilà, c'est bien de notre fait, mais comment faire ?
Ce serait trop beau si nous le faisions tous. Il y a bien des collègues, et pas forcément les plus jeunes, qui sont totalement immatures eux-mêmes, et sont donc incapables de "cadrer" enfants ou ados, avec lesquels ils discutent d'égal à égal, négocient, font des "contrats". A partir du moment où l'adulte "négocie", il est en position de faiblesse aux yeux des élèves. Ceux-ci sont passés maîtres dans l'art de la fausse promesse, de la fausse contrition. Il suffit de les voir ricaner ensuite avec leurs copains pour le comprendre!
Et, comme le dit marquise, ceux dans la classe desquels tout se passe à merveille m'ont toujours parus suspects. pour quelques-uns, à la réputation solidement affichée de fermeté , c'est crédible. pour les autres, je demande à voir;
Pour ma part, j'ai souvent entendu : "Vous râlez au conseil de classe, mais ce n'est pas chez vous le pire!"

retraitée
Vénérable


Revenir en haut Aller en bas

Re: perte d'autorité des profs - Mara Goyet

Message par Invité le Mer 14 Jan 2009 - 13:17

Oui, et Mara Goyet dit également que cela jette du discrédit sur ceux qui n'ont rien que du bon vieux travail à proposer, ce qui est nettement moins glamour...
Maintenant, tu parles de négocier : ce n'est pas le fait que des enseignents : de nombreux parents le font, voire supplient leurs enfants.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: perte d'autorité des profs - Mara Goyet

Message par roxanne le Mer 14 Jan 2009 - 13:57

j'ai eu hier une conversation à ce sujet avec quelques collègues dont un que j'aime bien par ailleurs mais qui est aide-inspecteur et formateur IUFM et donc a une petite tendance à être donneur de leçons ..C'est parti d'une conversation à propos d'un prof de français arrivé cette année et qui pousse de temps en temps des coups de gueule .Le collegue ajoute "oui mais il y a des élèves qui veulent quitter le collège à cause de lui " .en approfondissant le sujet , il se trouve qu'UNE élève est allée lui parler (les élèves adorent lui parler et je pense qu'il adore qu'ils viennent le faire ) .Je lui fais remarquer que le raccourcis est un peu facile .S'en est suivie une conversation où en gros il est ressorti que quand il y avait "violence" dans une classe c'est que forcément l'adulte en était responsable.Et ce discours qui émane de profs est dangereux .

roxanne
Enchanteur


Revenir en haut Aller en bas

Re: perte d'autorité des profs - Mara Goyet

Message par Invité le Mer 14 Jan 2009 - 15:12

Le problème, c'est que nous sommes en dehors d'une société qui va toujours plus vite et veut toujours plus, ce qui ne cadre pas avec le rythme de l'apprentissage, plus lent, plus répétitif. Dans un monde où on pique une crise si on doit attendre plus d'une minute, où on zappe d'une discussion à un coup de fil ou des textos sur le portable, c'est difficile d'exalter la patience et l'immobilité que requièrent le travail ou la lecture.
Je vois bien les élèves qui restent en accompagnement éducatif pour leurs devoirs, ils ne tiennent pas en place, c'est plus fort qu'eux, il faut qu'ils se relèvent chercher un livre, un cahier... Sauf à t'assoir à côté d'eux et à les obliger ainsi physiquement à se poser, tu n'y arrives pas.
Effectivement, c'est un vaste problème ! Dans un monde où on sort à peine un nouveau gadget qu'il est déjà périmé, nous faisons figure de dinosaures ! C'est un vrai conflit de valeurs.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: perte d'autorité des profs - Mara Goyet

Message par retraitée le Jeu 15 Jan 2009 - 15:36

@lulamae a écrit:Le problème, c'est que nous sommes en dehors d'une société qui va toujours plus vite et veut toujours plus, ce qui ne cadre pas avec le rythme de l'apprentissage, plus lent, plus répétitif. Dans un monde où on pique une crise si on doit attendre plus d'une minute, où on zappe d'une discussion à un coup de fil ou des textos sur le portable, c'est difficile d'exalter la patience et l'immobilité que requièrent le travail ou la lecture.
Je vois bien les élèves qui restent en accompagnement éducatif pour leurs devoirs, ils ne tiennent pas en place, c'est plus fort qu'eux, il faut qu'ils se relèvent chercher un livre, un cahier... Sauf à t'assoir à côté d'eux et à les obliger ainsi physiquement à se poser, tu n'y arrives pas.
Effectivement, c'est un vaste problème ! Dans un monde où on sort à peine un nouveau gadget qu'il est déjà périmé, nous faisons figure de dinosaures ! C'est un vrai conflit de valeurs.
Tu as raison. J'ai souvent dit aux élèves que tant qu'ils ne sauraient pas discipliner leur corps, ils ne parviendraient pas à apprendre, et que la discipline de l'esprit passait par celle du corps.
Il me semble aussi que les parents "élèvent(?)" leurs enfants dans le bruit, et les submergent d'activités, s'épuisant eux mêmes à les conduire du cours de judo à celui de piano (pour les plus aisés) ne leur laissant plus le loisir de rêver et même de s'ennuyer.
Quand j'ai débuté, il n'y avait pas d'élèves hyperactifs. Juste un ou deux "agités", comme on disait alors.

retraitée
Vénérable


Revenir en haut Aller en bas

Re: perte d'autorité des profs - Mara Goyet

Message par Reine Margot le Jeu 15 Jan 2009 - 17:30

j'ai également des doutes sur l'hyperactivité. comment expliquer, en effet, qu'on n'en ait jamais parlé avant, que ça vienne juste d'apparaître? il ya toujours eu des enfants plus difficles que d'autres, mais comme il est dit souvent, comme les parents d'aujourd'hui veulent se faire aimer de leurs enfants à tout prix, et aussi que cette société pousse à la multiplication d'activités et de media divers, ça ne fait que développer l'agitation.
enfin, rester assis des heures ils savent faire, devant la télé ou la playstation!

en effet je constate qu'il est difficle d'exiger des élèves de faire des exercices type bled, surtout quand il faut copier les phrases. j'y tiens car ça leur fait travailler l'écrit et l'ortho en même temps (ils ne savent pas recopier sans faute) et je leur dis qu'un verbe seul ne veut rien dire. pourtant au bout de deux exercices de bled ils ne supportent plus. il faut trouver autre chose si on veut éviter la révolte et l'agitation. moi en cm2 je me souviens en avoir fait des quantités sans rechigner.

je constate moi-même que si je regarde peu la télé, internet m'a éloignée un peu des livres...

_________________
1 enseignant molesté, c’est un fait divers, pas un phénomène de société.
2 enseignants molestés, c’est un fait divers, pas un phénomène de société.
150 enseignants molestés, ce sont des faits divers, pas des phénomènes de société.
151 enseignants molestés, ce sont des faits divers, pas des phénomènes de société.
………………………………
[la progression arithmétique se poursuit en série]
…………………………………..
156 879 enseignants molestés, ce sont des faits divers, pas des phénomènes de société.
156 880 enseignants molestés, ce sont des faits divers, pas des phénomènes de société. »

Reine Margot
Demi-dieu


Revenir en haut Aller en bas

Re: perte d'autorité des profs - Mara Goyet

Message par Libé-Ration le Lun 19 Jan 2009 - 15:59

Quel sujet passionnant !

Il me semble que la société offre des images permanentes du non-repect de l'autorité, par exemple, avec des animateurs télé qui se posent en spirituels (insolents en réalité) personnages sans même savoir de quoi ils parlent, des publicités qui nous submergent d'enfants qui n'ont pas leur langue dans leur poche (qui sont juste terriblement mal élevés), des faits-divers où celui qui a eu le plus de culot et de malhonnêteté s'en sort avec plus d'argent que les autres...

Et puis, c'est une société qui divide pour mieux régner : ah, les "pauvres usagers" que ces "sal.... de RATPistes prennent en otage"...Non, mais peut-on comparer une grève à ce que vivent de vrais otages ? Allons demander à Ingrid Bétancourt et à ses enfants ! Et ces profs, c'est bien connu, ces faignants qui travaillent 18 heures pour des salaires mirobolants, et qui doivent faire la pluie et le beau temps pour les petits angelots qu'ils ont en face d'eux !

Bref, tout est question d'image, et aujourd'hui, il faut avoir une image "djeuns", être "fashion", "bankable" et "se faire respecter" au sens de "savoir écraser les autres". Il n'y a qu'à voir la politique !

Alors, nous et notre autorité intellectuelle, et nos manuels scolaires, et nos philosophes des Lumières, nous sommes en effet des dinosaures.

PS. Marquise, quand j'étais petite, je ne supportais pas les exercices de Bled...

Libé-Ration
Guide spirituel


Revenir en haut Aller en bas

Re: perte d'autorité des profs - Mara Goyet

Message par Reine Margot le Lun 19 Jan 2009 - 17:42

lunelaure a écrit:.

PS. Marquise, quand j'étais petite, je ne supportais pas les exercices de Bled...

ben tu sais moi non plus je n'étais pas fan , n'empêche que je 'nai jamais oublié les points de grammaire vus en classe en primaire grâce à cette méthode. et puis je ne fais pas que ça, j'en fais de temps à autre, en guise d'application de la leçon, de la notion découverte en classe.

_________________
1 enseignant molesté, c’est un fait divers, pas un phénomène de société.
2 enseignants molestés, c’est un fait divers, pas un phénomène de société.
150 enseignants molestés, ce sont des faits divers, pas des phénomènes de société.
151 enseignants molestés, ce sont des faits divers, pas des phénomènes de société.
………………………………
[la progression arithmétique se poursuit en série]
…………………………………..
156 879 enseignants molestés, ce sont des faits divers, pas des phénomènes de société.
156 880 enseignants molestés, ce sont des faits divers, pas des phénomènes de société. »

Reine Margot
Demi-dieu


Revenir en haut Aller en bas

Re: perte d'autorité des profs - Mara Goyet

Message par Ruthven le Lun 19 Jan 2009 - 17:52

marquisedemerteuil a écrit:j'ai également des doutes sur l'hyperactivité.

Peut-être parce qu'avant on les poussait vers la sortie du système scolaire très tôt. Il n'empêche que l'hyperactivité est souvent un alibi facile pour se déresponsabiliser en reportant le comportement sur une nature ou une affection indépendante de la volonté; mais quand on rencontre un vrai hyperactif - je n'en ai vu qu'un seul depuis que j'enseigne, élève au demeurant très sympathique, qui cumulait hyperactivité, QI élevé et hyperémotivité -, c'est difficile de ne pas reconnaître le phénomène (surtout dans les grandes classes où l'on voit bien que l'élève essaye de faire tout son possible pour ne pas intervenir à tout bout de champ, mais qu'à un moment, il faut que ça sorte).

Ruthven
Grand Maître


Revenir en haut Aller en bas

Re: perte d'autorité des profs - Mara Goyet

Message par Reine Margot le Lun 19 Jan 2009 - 17:55

oui c'est ce que je voulais dire: l'hyperactivité existe, mais c'est souvent aussi un bon prétexte...

_________________
1 enseignant molesté, c’est un fait divers, pas un phénomène de société.
2 enseignants molestés, c’est un fait divers, pas un phénomène de société.
150 enseignants molestés, ce sont des faits divers, pas des phénomènes de société.
151 enseignants molestés, ce sont des faits divers, pas des phénomènes de société.
………………………………
[la progression arithmétique se poursuit en série]
…………………………………..
156 879 enseignants molestés, ce sont des faits divers, pas des phénomènes de société.
156 880 enseignants molestés, ce sont des faits divers, pas des phénomènes de société. »

Reine Margot
Demi-dieu


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum