24 avril 2012 : Trois articles du Monde consacrés à l'Education

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

24 avril 2012 : Trois articles du Monde consacrés à l'Education

Message par John le Mar 24 Avr 2012 - 21:36

http://www.lemonde.fr/idees/article/2012/04/24/education-la-triple-peine-pour-les-jeunes-des-quarteirs-populaires_1689687_3232.html (extrait)

Thibault Renaudin, secrétaire national de l'AFEV (Association de la fondation étudiante pour la ville) ;
Christian Chevalier, secrétaire général du SE-Unsa ;
Thierry Cadart, secrétaire général du Sgen-CFDT

Donner consistance à "l'égalité des chances" pour aller vers une obligation de résultats serait-il exercice si périlleux que l'on préfère se satisfaire du statuquo ? Quels sont donc les intérêts que l'on refuse ainsi de remettre en cause ? Sinon pourquoi procéder pour se donner bonne conscience, par colmatages successifs, par exemple en exfiltrant de leur banlieue quelques "enfants pauvres" vers de couteux internats d'excellence, couche supplémentaire d'un millefeuille élitiste qui fonctionne par tamis successifs ?

Cette école là ne cesse de s'éloigner de ce que doit être l'École de la République : celle de la réussite de chacun. Nous sommes aujourd'hui encore très loin du compte. Pire, les récentes enquêtes internationales soulignent que les écarts scolaires se creusent selon l'origine sociale des élèves. Il est temps de remettre de la justice, de l'équité et du sens dans l'organisation de notre École. Il est de temps de refonder l'éducation prioritaire.

Le prochain gouvernement et le prochain ministre devront prendre cette question à bras le corps. Se contenter d'un ripolinage supplémentaire serait irresponsable. Au-delà des pratiques pédagogiques, du travail en équipe, de la question des rythmes, des programmes ou encore de l'orientation, au delà même de la question de l'enveloppe budgétaire globale affectée à l'École publique, la question de la juste répartition territoriale des moyens est posée. Une autre articulation en faveur de nos quartiers populaires, qui concentrent les difficultés, est une impérieuse nécessité.

http://www.lemonde.fr/idees/article/2012/04/24/france-ton-ecole-fout-le-camp_1689698_3232.html

Par Jacques Hintzy, président de l'Unicef, Pierre-Yves Madignier, président d'ATD-Quart Monde et François Content, directeur général d'Apprentis d'Auteuil

62% des professeurs des écoles débutants estiment que la réussite des élèves est un objectif qui ne peut pas être atteint. Ce malaise éclaire un constat social accablant : un quart des élèves ont des acquis fragiles en fin de CM2 ; un enfant sur cinq redouble au moins une fois avant d'entrer en 6ème ; chaque année, on détecte 35 000 jeunes illettrés. On le martèle suffisamment depuis ces derniers mois : d'après le ministère de l'éducation nationale, 230 000 jeunes ont quitté le système scolaire sans qualification entre juin et octobre 2011. Et puis ces autres chiffres qui certainement expliquent en partie cela : deux millions d'enfants vivent sous le seuil de pauvreté et 600 000 sont mal logés.

Non ! L'ascenseur social ne fonctionne pas à l'école et celle-ci ne parvient pas à réduire les inégalités. Oui ! On paie cher le résultat d'une gestion dramatique de la question scolaire. Il faut sortir de l'idéologie. Les méthodes ne sont pas de gauche ou de droite. Instituteurs et professeurs devraient jouer un rôle fondamental dans le processus de formation des futurs citoyens. Encore faut-il que l'on développe une politique nationale de l'enfance incluant des mesures qui permettent de contrecarrer les effets de la pauvreté et particulièrement dans le système scolaire. Il faut d'abord éradiquer les déterminismes sociaux pour construire la réussite de tous. Elle est là, l'application de la Convention internationale des droits de l'enfant qui stipule que l'enfant a "droit à l'éducation, sur la base de l'égalité des chances", et que cette éducation doit notamment "favoriser l'épanouissement de la personnalité de l'enfant et le développement de ses dons et des ses aptitudes mentales et physiques, dans toute la mesure de leurs potentialités".

Que l'on y prenne bien garde : faute de faire le nécessaire dans ce domaine, nous courons quatre risques majeurs. Un risque social en développant une société à deux vitesses : les nantis et les "laissés pour compte" - un risque politique en donnant des arguments aux extrémismes les plus farouches - un risque économique en laissant de côté des jeunes qui, sous-diplômés, seront ensuite sous-employés et qui ne compteront jamais parmi les acteurs de la croissance - un risque moral en désolidarisant les générations et en rompant ce pacte moral qui s'était noué il y a un peu plus d'un siècle entre la nation et ses éducateurs.

L'intérêt supérieur de l'enfant doit guider ceux qui ont la responsabilité de son éducation et de son orientation. Il est trop facile d'accuser les enseignants, les parents, de les désigner comme boucs émissaires, ce qui permet à notre société de se dédouaner à peu de frais. Nous assistons à un amalgame des critiques, à une déstructuration des analyses. Tout débat devient impossible. Parents dépassés, enseignants surpassés, enfants déclassés, nous sommes les témoins d'un constat d'échec.

A qui incombe la responsabilité de l'éducation dans notre pays ? Mais la réponse est évidente : à nous tous, décideurs, citoyens, responsables par nos choix de l'avenir de notre humanité. Des solutions existent pour lutter contre le décrochage scolaire, pour soutenir les familles dans leur mission éducative et pour accompagner les jeunes vers une insertion sociale et professionnelle.

Il fut un temps où les jeunes portaient la fierté de leurs aînés. Aujourd'hui, la défiance semble avoir pris le pas sur la confiance nécessaire à libérer les énergies. Notre pays ferait un choix néfaste et cynique en se détournant insensiblement de sa jeunesse d'une façon générale et des jeunes en difficultés et leurs familles en particulier. Un jeune sur deux sans diplôme de l'enseignement secondaire est au chômage. Quelle vision d'avenir possible dans notre société pour ceux qui ne rentrent pas dans le modèle dit "classique" ou encore de tri sélectif ?

L'heure n'est plus à la compassion ni à l'incantation. L'urgence est à l'action et à la mobilisation de tous dans une dynamique commune et consensuelle.

Qu'est devenue cette fameuse École de la République dont les hussards noirs, instituteurs d'antan chers à Charles Péguy, avaient pour mission de répandre dans nos campagnes et nos villages un idéal de tolérance, de savoir rationnel et éclairé, de justice et d'égalité ?

Tous les candidats à la magistrature suprême disent faire de la jeunesse une priorité pour certains, la prendre en compte pour les autres. Mais de quel compte s'agit-il ? Le compte des voix qui élisent ou celui des voix qui crient que rien n'est relayé dans les actes. Il faut donc recréer les conditions de la confiance. Nous appelons à une mobilisation générale, à la prise de conscience majeure de la gravité de la situation des enfants et jeunes en difficultés. Il ne s'agit pas là de dette financière mais de dette sociale qui laissera des marques plus importantes dans notre société et qui l'infirme déjà dans sa croissance.

http://www.lemonde.fr/ecole-primaire-et-secondaire/article/2012/04/20/vincent-peillon-prepare-sa-rentree_1688701_1473688.html

Par Maryline Baumard

Dans la campagne de François Hollande, il a une place à part. Le patron du pôle jeunesse et éducation nourrit cette "priorité à la jeunesse" que martèle le candidat. L'"intello" Vincent Peillon est dans son élément. Il avale de la "note" et la recrache en prêt à consommer par le candidat. Des thèmes qu'on croyait définitivement trop techniques pour un débat présidentiel plus porté sur les slogans que sur les idées, il en fait de la politique. Autour de lui, il y a un "pôle". Divisé en trois grandes familles : le supérieur, le scolaire et la jeunesse. S'y ajoutent la recherche et le professionnel.

Mercredi 11 avril à 8 heures, autour d'une table ovale, les artisans de l'école socialiste sont là, experts et politiques. Le premier cercle en tous cas. "Des points particuliers ? Des questions sur les réunions publiques ?" Regard circulaire de Vincent Peillon. Des inspecteurs généraux, un inspecteur des finances, un recteur, et les deux politiques du groupe: Yannick Trigance et Bruno Julliard. Comme Vincent Peillon, tous deux courent la France pour "vendre" le soir en réunions publiques l'école qu'ils pensent le jour. Un futur cabinet ministériel ? Ça pourrait y ressembler.

"VOUS VOUS PASSIONNEZ POUR L'ÉCOLE ET VOUS CROISEZ UN HOMME QUI VOUS DEMANDE DE LA REFONDER. QUE DEMANDER DE PLUS..."

Evidemment, M. Peillon meurt d'envie d'être ministre. Ça se lit dans l'énergie qu'il met à dessiner l'école moderne, l'université de demain, une politique de jeunesse cohérente. Mais il ne l'avoue pas. "Vous vous passionnez pour l'école et vous croisez un homme qui vous demande de la refonder. Que demander de plus." Là c'est le docteur en philosophie ou l'agrégé qui parle. "Mais ce plaisir de définir des orientations n'engage pas la suite. C'est pas comme ça que ça marche. A l'heure actuelle, je n'ai ni demandes ni inquiétudes. D'ailleurs je n'ai jamais rien demandé."

De toute façon rien n'est gagné mais comme Vincent Peillon a horreur des gens en retard, il fait comme si on est déjà le 7 mai, répondant à deux questions : Comment infléchir la rentrée de septembre alors que la droite a budgété 16 000 suppressions de postes ? Comment organiser la concertation estivale tout en démarrant la réforme du supérieur sans que les deux sujets ne s'entrechoquent ? s'y ajoute depuis mardi 17 la mise en musique de l'embauche à la rentrée de 1000 nouveaux instits, la dernière annonce de François Hollande. Il les prend où ? Il fait comment ? C'est son job.

Pour celui qui avait travaillé avec Jospin en 1995 et soutenu Ségolène Royal en 2007, le "candidat" c'est sacré. Alors, même quand François Hollande s'éloigne des propositions faites par le pôle éducation, il garde le sourire. Et dieu sait si ça arrive. Le 11 avril, M. Hollande dit dans le Parisien qu'on ne réduira pas les vacances d'été des élèves. Ce qui n'est pas dans les plans du pôle éducation. "Oui, je l'ai lu aussi...", reprend-t-il. Entre la petite cuisine des experts et le grand buffet de la politique, y a comme un monde parfois.

Déjà, il y a eu l'épisode des 60 000 postes en novembre 2011, durant les primaires. Vincent Peillon l'a appris par les SMS des journalistes. Ce n'était pas dans son programme. Tous les courants du PS s'étaient même mis d'accord autour de Bruno Julliard, l'artisan du programme éducation du parti pour ne pas chiffrer. Le candidat en a décidé autrement et Vincent Peillon vend aujourd'hui l'idée comme géniale. "Le débat éduc commence par les 60 000. C'est un coup de maître. Par ailleurs ça m'arrange", lance-t-il devant un point presse improvisé au pied de l'escalier du siège de campagne, avenue de Ségur, jeudi midi.

"CE QUE VOUS ME PROPOSEZ LÀ TROUVE-T-IL SA PLACE DANS LES SIX PREMIERS MOIS D'UN GOUVERNEMENT DE GAUCHE ?"

Après la réunion matinale de son pôle scolaire, chaque expert repart passer le flambeau au second cercle, commander de nouvelles notes, ajuster. Réfléchir encore. M. Peillon, lui, enchaîne avec deux experts du supérieur dont Lionel Collet, l'ancien patron de la Conférence des présidents d'université. Il a gardé près de lui son inspecteur des finances et fait sa pause cigarette en causant loi d'autonomie des universités, un pied sur la chaise voisine. C'est ça le menu du jour. Sur la table, une note. "La ligne politique est bonne. Beau travail. Mais ce que vous me proposez là trouve-t-il sa place dans les six premiers mois d'un gouvernement de gauche ?"

Il a cette triple obsession pour l'après : avancer très vite, en prenant le temps de la concertation, et en hiérarchisant les idées. "Un quinquennat c'est très court pour changer la vie des gens. Or c'est la mission du PS." Alors, il revient inlassablement au quotidien des profs, des étudiants. A leur réussite. "Il faut qu'on sorte de l'échec en premier cycle. C'est LA priorité sur le sup. Les places gardées dans les BTS et IUT pour les bacheliers les plus fragiles, c'est acquis. Mais il faut aussi qu'on sorte de cette logique où des parents se saignent pour mettre leur enfant dans des écoles privées juste pour éviter les premières années d'université. Là y'a un p'tit sujet."

Une expression qu'il affectionne et qui signifie chez lui que c'est un énorme problème. Mais sa phrase à peine prononcée, il est déjà parti. François Hollande l'attend pour une rencontre à huis clos avec un collectif d'associations de jeunesse. Trois mots avec "Mosco", par qui il est arrivé au PS ; deux avec Valls qui lui lance un "bonjour M. le ministre d'Etat", auquel il répond par une tape amicale sur l'épaule et direction le 18e arrondissement pour entendre des acteurs de l'école sur l'aide aux devoirs, les activités artistiques. Avec Daniel Vaillant, maire et ami, il discute la place des collectivités territoriales dans l'éducation.

Colombe Brossel, adjointe école à la mairie de Paris, lui présente des actions de terrain. Et le voilà bouche bée devant les ados de deux collèges du 19e qui montent un opéra au 104. Même qu'il le tweete ! Le prof de philo n'est pas loin sous le politique. A la question "l'art est-il une vraie porte d'entrée dans l'école", il a sa réponse. Mais n'oublie pas le "combien ça coûte". Sans doute la question qu'il répète le plus souvent. Ce soir-là il n'a pas de réunion publique. La tension retombe. Après une émission sur France 4, il semble savourer de conduire tranquille dans Paris, avant de replonger dans ses notes. "Une montagne. Si vous saviez tous les militants qui se sont mobilisés pour nous." En extraire la moelle avant d'en faire une restitution orale au candidat. Une campagne ça ne s'arrête jamais.


Dernière édition par John le Mar 24 Avr 2012 - 21:37, édité 1 fois

_________________
En achetant des articles au lien ci-dessous, vous nous aidez, sans frais, à gérer le forum. Merci !


"Celui qui ne participe pas à la lutte participe à la défaite" (Brecht)
"La nostalgie, c'est plus ce que c'était" (Simone Signoret)
"Les médias participent à la falsification permanente de l'information" (Umberto Eco)

John
Médiateur


Revenir en haut Aller en bas

Re: 24 avril 2012 : Trois articles du Monde consacrés à l'Education

Message par John le Mar 24 Avr 2012 - 21:37

Où l'on apprend, au passage, que Vincent Peillon sera ministre d'Etat.

_________________
En achetant des articles au lien ci-dessous, vous nous aidez, sans frais, à gérer le forum. Merci !


"Celui qui ne participe pas à la lutte participe à la défaite" (Brecht)
"La nostalgie, c'est plus ce que c'était" (Simone Signoret)
"Les médias participent à la falsification permanente de l'information" (Umberto Eco)

John
Médiateur


Revenir en haut Aller en bas

Re: 24 avril 2012 : Trois articles du Monde consacrés à l'Education

Message par loup des steppes le Mar 24 Avr 2012 - 21:43

Merci John pour les liens... les ai mis de côté, pour lire ça plus tard. (C'est les vacances chez moi)... Peillon on se doute qu'il sera celui contre lequel faudra aller manifester.

_________________
[i] "Là où sont mes pieds, je suis à ma place." prov. Amérindien
"Choose the words you use with care: they create the world around you"

loup des steppes
Neoprof expérimenté


Revenir en haut Aller en bas

Re: 24 avril 2012 : Trois articles du Monde consacrés à l'Education

Message par John le Mar 24 Avr 2012 - 21:51

Peillon on se doute qu'il sera celui contre lequel faudra aller manifester.
Tu penses déjà à des grèves à venir ?! Very Happy

Il faut lui accorder de la confiance quand même, au moins avant qu'il prenne ses fonctions !

_________________
En achetant des articles au lien ci-dessous, vous nous aidez, sans frais, à gérer le forum. Merci !


"Celui qui ne participe pas à la lutte participe à la défaite" (Brecht)
"La nostalgie, c'est plus ce que c'était" (Simone Signoret)
"Les médias participent à la falsification permanente de l'information" (Umberto Eco)

John
Médiateur


Revenir en haut Aller en bas

Re: 24 avril 2012 : Trois articles du Monde consacrés à l'Education

Message par Thalia de G le Mar 24 Avr 2012 - 21:54

@loup des steppes a écrit:Merci John pour les liens... les ai mis de côté, pour lire ça plus tard. (C'est les vacances chez moi)... Peillon on se doute qu'il sera celui contre lequel faudra aller manifester.
C'est toi qui te charges de la note de synthèse ? Trop sympa, Loup Very Happy
Je n'ai pas encore entrepris la lecture, austère, de ces articles. mais je ne me fais aucune illusion et ne vois pas pourquoi ils se déjugeraient des discours tenus ces dernières années.

Thalia de G
Modérateur


Revenir en haut Aller en bas

Re: 24 avril 2012 : Trois articles du Monde consacrés à l'Education

Message par loup des steppes le Mar 24 Avr 2012 - 21:58

Ben j'avais lu ici je crois un article sur sa visite dans un établissement (collège ou lycée ?) qu'il estimait très très bien, où les enseignants enseignaient 13h maximum, mais 23 heures au total, (le reste du temps étant consacré à diverses activités certes du plus haut intérêt -réunions, concertations, projets et accompagnement personnalisé) mais comme ce n'est pas du tout ce que je veux faire dans mon travail.. alors oui, si c'est ça pour ce monsieur l'enseignement idéal, je ferai grève.. me^me toute seule Very Happy

_________________
[i] "Là où sont mes pieds, je suis à ma place." prov. Amérindien
"Choose the words you use with care: they create the world around you"

loup des steppes
Neoprof expérimenté


Revenir en haut Aller en bas

Re: 24 avril 2012 : Trois articles du Monde consacrés à l'Education

Message par loup des steppes le Mar 24 Avr 2012 - 21:58

Oui Thalia... Very Happy

_________________
[i] "Là où sont mes pieds, je suis à ma place." prov. Amérindien
"Choose the words you use with care: they create the world around you"

loup des steppes
Neoprof expérimenté


Revenir en haut Aller en bas

Re: 24 avril 2012 : Trois articles du Monde consacrés à l'Education

Message par Aurore le Mar 24 Avr 2012 - 22:01

@John a écrit:
Peillon on se doute qu'il sera celui contre lequel faudra aller manifester.
Tu penses déjà à des grèves à venir ?! Very Happy

Il faut lui accorder de la confiance quand même, au moins avant qu'il prenne ses fonctions !
On lui fait surtout confiance pour mettre à terre ce qui reste encore debout (dans l'enseignement sup, les prépas, les BTS, IUT, par exemple) et remettre en selle les pédagos fous et autres technocrates de Grenelle qui sont les conseillers habituels du PS. Rien de bon à attendre de ce type.


Dernière édition par Aurore le Mar 24 Avr 2012 - 22:01, édité 1 fois

Aurore
Esprit éclairé


Revenir en haut Aller en bas

Re: 24 avril 2012 : Trois articles du Monde consacrés à l'Education

Message par Thalia de G le Mar 24 Avr 2012 - 22:01

Oui à quoi, Loup ?
Je veux bien faire grève avec toi Very Happy

Thalia de G
Modérateur


Revenir en haut Aller en bas

Re: 24 avril 2012 : Trois articles du Monde consacrés à l'Education

Message par kensington le Mar 24 Avr 2012 - 22:16

@John a écrit:Où l'on apprend, au passage, que Vincent Peillon sera ministre d'Etat.

C'est tout ce qu'on apprend dans cet article, non?

Bla bla bla, flou, flou, flou!

kensington
Esprit éclairé


Revenir en haut Aller en bas

Re: 24 avril 2012 : Trois articles du Monde consacrés à l'Education

Message par User5899 le Mar 24 Avr 2012 - 22:18

@John a écrit:
Peillon on se doute qu'il sera celui contre lequel faudra aller manifester.
Tu penses déjà à des grèves à venir ?! Very Happy

Il faut lui accorder de la confiance quand même, au moins avant qu'il prenne ses fonctions !
Jusqu'au 15 mai, mais pas plus Smile
Sinon, j'ai noté avec intérêt le statuquo dans le texte Sgen-Unsa. Probablement une graphie destinée à améliorer l'école dans son ensemble. A quand la fin de mes zaprioris ?

User5899
Dieu de l'Olympe


Revenir en haut Aller en bas

Re: 24 avril 2012 : Trois articles du Monde consacrés à l'Education

Message par John le Mar 24 Avr 2012 - 22:41

@kensington a écrit:
@John a écrit:Où l'on apprend, au passage, que Vincent Peillon sera ministre d'Etat.

C'est tout ce qu'on apprend dans cet article, non?

Bla bla bla, flou, flou, flou!
En lisant bien tout l'article, on y apprend beaucoup plus !

_________________
En achetant des articles au lien ci-dessous, vous nous aidez, sans frais, à gérer le forum. Merci !


"Celui qui ne participe pas à la lutte participe à la défaite" (Brecht)
"La nostalgie, c'est plus ce que c'était" (Simone Signoret)
"Les médias participent à la falsification permanente de l'information" (Umberto Eco)

John
Médiateur


Revenir en haut Aller en bas

Re: 24 avril 2012 : Trois articles du Monde consacrés à l'Education

Message par JPhMM le Mar 24 Avr 2012 - 23:22

Il faut sortir de l'idéologie.
Chiche ?

_________________
Labyrinthe où l'admiration des ignorants et des idiots qui prennent pour savoir profond tout ce qu'ils n'entendent pas, les a retenus, bon gré malgré qu'ils en eussent. D'ailleurs, il n'y a point de meilleur moyen pour mettre en vogue ou pour défendre des doctrines étranges et absurdes, que de les munir d'une légion de mots obscurs, douteux , et indéterminés. Ce qui pourtant rend ces retraites bien plus semblables à des cavernes de brigands ou à des tanières de renards qu'à des forteresses de généreux guerriers. Que s'il est malaisé d'en chasser ceux qui s'y réfugient, ce n'est pas à cause de la force de ces lieux-là, mais à cause des ronces, des épines et de l'obscurité des buissons dont ils sont environnés. Car la fausseté étant par elle-même incompatible avec l'esprit de l'homme, il n'y a que l'obscurité qui puisse servir de défense à ce qui est absurde. — John Locke

JPhMM
Demi-dieu


Revenir en haut Aller en bas

Re: 24 avril 2012 : Trois articles du Monde consacrés à l'Education

Message par Condorcet le Mer 25 Avr 2012 - 0:37

@John a écrit:Où l'on apprend, au passage, que Vincent Peillon sera ministre d'Etat.

Ce n'est pas rassurant. pale

Condorcet
Oracle


Revenir en haut Aller en bas

Re: 24 avril 2012 : Trois articles du Monde consacrés à l'Education

Message par loup des steppes le Mer 25 Avr 2012 - 0:47

@Thalia de G a écrit:Oui à quoi, Loup ?
Je veux bien faire grève avec toi Very Happy

A quoi je ne sais plus... Embarassed mais déjà oui on fera grève toutes les 2, Very Happy topela

_________________
[i] "Là où sont mes pieds, je suis à ma place." prov. Amérindien
"Choose the words you use with care: they create the world around you"

loup des steppes
Neoprof expérimenté


Revenir en haut Aller en bas

Re: 24 avril 2012 : Trois articles du Monde consacrés à l'Education

Message par Alavie81 le Mer 25 Avr 2012 - 1:04

des articles qui nous apprennent quoi ? : du syndicalisme jaune, du catholicisme social, du vent, du flan, et un politicien Peillon à la tâche du démantèlement (sournois) du service public.

Alavie81
Niveau 2


Revenir en haut Aller en bas

Re: 24 avril 2012 : Trois articles du Monde consacrés à l'Education

Message par Aurore le Mer 25 Avr 2012 - 10:32

@Alavie81 a écrit:des articles qui nous apprennent quoi ? : du syndicalisme jaune, du catholicisme social, du vent, du flan, et un politicien Peillon à la tâche du démantèlement (sournois) du service public.
Autant de constantes de la ligne éditoriale du Monde depuis des lustres...

Aurore
Esprit éclairé


Revenir en haut Aller en bas

Re: 24 avril 2012 : Trois articles du Monde consacrés à l'Education

Message par henriette le Mer 25 Avr 2012 - 11:05

@condorcet a écrit:
@John a écrit:Où l'on apprend, au passage, que Vincent Peillon sera ministre d'Etat.

Ce n'est pas rassurant. pale

Mais pas un scoop non plus malheureusement... L'étonnant serait plutôt qu'il ne le fût pas (mais on peut toujours rêver, non ?).

henriette
Médiateur


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum