Partagez
Voir le sujet précédentAller en basVoir le sujet suivant
Pernette
Pernette
Niveau 6

Si la thèse n'est vraiment que du sang et des larmes, pourquoi en faire une ? Empty Si la thèse n'est vraiment que du sang et des larmes, pourquoi en faire une ?

par Pernette le Lun 30 Avr 2012 - 17:45
La question est dans le titre... Je m'interroge sur la possibilité de reprendre des études (avec financement).

Prof, c'est dur et il y a du boulot, mais une mener une thèse, n'est-ce pas pire ? (j'aime la recherche, mais je n'ai jamais essayé pendant 3-4 longues années).


Dernière édition par John le Lun 30 Avr 2012 - 17:48, édité 1 fois (Raison : Orthographe)

_________________
""je respecte les camardes"
Ergo
Ergo
Enchanteur

Si la thèse n'est vraiment que du sang et des larmes, pourquoi en faire une ? Empty Re: Si la thèse n'est vraiment que du sang et des larmes, pourquoi en faire une ?

par Ergo le Lun 30 Avr 2012 - 18:19
Very Happy
Du sang et des larmes?

J'aurais dit de la fatigue et un cerveau mais je débute.
Je ne me déplais pas en collège mais toutes les fois où je peux passer du temps sur la recherche, c'est incomparable.

Par exemple, j'ai fait une com la semaine dernière: j'ai passé des heures et des heures à réfléchir à ce que je voulais montrer, à mille lieues de ce que je fais au quotidien. Ca m'a obligée à lire et relire le texte, crayon en main, à aller chercher tout un tas de connaissances contextuelles (de civi, de littérature), bref ça m'a obligée à me creuser la tête, ç'a été un défi.

La thèse, je ne sais pas ce que j'en penserai dans trois ans, mais depuis 5 ans que je fréquence le monde de la recherche en simple spectatrice, je ne me vois pas faire autre chose: ça m'oblige à lire, à réfléchir à ce que je lis, à trouver des choses qui n'ont jamais été dites avant sur cet auteur, à faire quelque chose de totalement désintéressé (mon but n'est pas de révolutionner la recherche, il est de partager, de me donner un défi également). C'est aussi retrouver un bouillonnement intellectuel que je n'avais pas eu depuis la prépa, avoir toujours quelque chose à faire, à penser, à lire. C'est confronter mes idées à celles des autres, en débattre, les amender, les améliorer.

Selon ton domaine, c'est aussi interroger la société, son évolution, comprendre davantage un pan de la culture.

Je ne me suis jamais sentie aussi "vivante" intellectuellement que dans des colloques. Alors, ça m'a semblé logique de vouloir entrer dans ce monde, toutes proportions gardées. Very Happy

_________________
Stay afraid, but do it anyway. What's important is the action. You don't have to wait to be confident. Just do it and eventually the confidence will follow. ---Carrie Fisher
Khristine
Khristine
Niveau 3

Si la thèse n'est vraiment que du sang et des larmes, pourquoi en faire une ? Empty Re: Si la thèse n'est vraiment que du sang et des larmes, pourquoi en faire une ?

par Khristine le Lun 30 Avr 2012 - 19:18
j'avais commencé une thèse tout en bossant à plein temps au collège, j'ai tenu 4 ans et puis j'ai abandonné sans aucun regret: passer mes journées, mes soirées et mes week-end à bosser, pour le bahut ou pour la thèse, c'était trop pour moi, j'étais épuisée
depuis, plusieurs années se sont écoulées et je n'ai jamais regretté ma décision
j'ai plus de temps pour faire des projets au collège
et beaucoup plus de temps pour sortir et faire la fête
ceci dit, si ça te démange, je te conseillerai de te lancer, quitte à arrêter en route, je trouve que c'est mieux que de se demander si on n'est pas passé à côté de quelque chose
Condorcet
Condorcet
Oracle

Si la thèse n'est vraiment que du sang et des larmes, pourquoi en faire une ? Empty Re: Si la thèse n'est vraiment que du sang et des larmes, pourquoi en faire une ?

par Condorcet le Lun 30 Avr 2012 - 19:32
Choisis bien ton directeur de thèse qui est l'alpha (c'est lui ou elle qui décide de l'orientation prise par celle-ci et de la soutenance) et l'omega (c'est lui ou elle qui t'indique ou non la faisabilité du sujet, te conseille au moment opportun, t'introduit auprès des équipes de recherche).

Essaie d'obtenir un contrat doctoral qui te permettra d'établir un lien direct entre ton cadre de travail (le laboratoire de recherches) et ton sujet.

Si commencer une thèse s'avère un cap important, savoir la finir se révèle décisif, d'où l'importance d'avoir mis au clair ses ambitions, ses envies, sa disponibilité.

La durée de la thèse est un luxe inoui dans notre monde et cela constitue à mes yeux un grand plaisir... qui comporte ses servitudes (moments de blocage, de solitude, de difficulté d'écriture...).


Dernière édition par condorcet le Mer 2 Mai 2012 - 0:50, édité 1 fois
Marie Laetitia
Marie Laetitia
Bon génie

Si la thèse n'est vraiment que du sang et des larmes, pourquoi en faire une ? Empty Re: Si la thèse n'est vraiment que du sang et des larmes, pourquoi en faire une ?

par Marie Laetitia le Mar 1 Mai 2012 - 22:04
Ergo et Condorcet ont tout dit ou presque. Non la thèse ce n'est pas que du sang ou des larmes... C'est d'abord un bonheur iiiiimmmense... Ce que je vais dire dépend de ma matière mais j'adore compulser les archives, lire des pages qui n'ont pas été lues depuis des siècles, découvrir des registres inconnus - qui vont permettre de fabuleuses publications hhiiiiii yesyes - et lire lire lire tous les livres sur le sujet, réfléchir, affronter des problèmes et les résoudre. C'est vrai que la thèse est une très rude aventure. Mais c'est un voyage extraordinaire dont on tire un chef-d'œuvre, au moins son chef-d'œuvre à soi . Razz Razz Razz Ce qui est fabuleux aussi c'est prendre de l'aisance sur son sujet et les sujets connexes... Bref, beaucoup de plaisir.

_________________
 Si la thèse n'est vraiment que du sang et des larmes, pourquoi en faire une ? Dlb10
Si tu crois encore qu'il nous faut descendre dans le creux des rues pour monter au pouvoir, si tu crois encore au rêve du grand soir, et que nos ennemis, il faut aller les pendre... Aucun rêve, jamais, ne mérite une guerre. L'avenir dépend des révolutionnaires, mais se moque bien des petits révoltés. L'avenir ne veut ni feu ni sang ni guerre. Ne sois pas de ceux-là qui vont nous les donner (J. Brel, La Bastille)


Antigone, c'est la petite maigre qui est assise là-bas, et qui ne dit rien. Elle regarde droit devant elle. Elle pense. (...) Elle pense qu'elle va mourir, qu'elle est jeune et qu'elle aussi, elle aurait bien aimé vivre. Mais il n'y a rien à faire. elle s'appelle Antigone et il va falloir qu'elle joue son rôle jusqu'au bout...


Et on ne dit pas "voir(e) même" mais "voire" ou "même".
Condorcet
Condorcet
Oracle

Si la thèse n'est vraiment que du sang et des larmes, pourquoi en faire une ? Empty Re: Si la thèse n'est vraiment que du sang et des larmes, pourquoi en faire une ?

par Condorcet le Mer 2 Mai 2012 - 0:51
Si la thèse n'est vraiment que du sang et des larmes, pourquoi en faire une ? 2252222100 veneration

_________________
"L'esprit même du château fort, c'est le pont-levis" (René Char).
alberto79
alberto79
Habitué du forum

Si la thèse n'est vraiment que du sang et des larmes, pourquoi en faire une ? Empty Re: Si la thèse n'est vraiment que du sang et des larmes, pourquoi en faire une ?

par alberto79 le Mer 2 Mai 2012 - 1:04
@Pernette a écrit:La question est dans le titre... Je m'interroge sur la possibilité de reprendre des études (avec financement).

Prof, c'est dur et il y a du boulot, mais une mener une thèse, n'est-ce pas pire ? (j'aime la recherche, mais je n'ai jamais essayé pendant 3-4 longues années).

Quel est votre statut actuel? Quelle est votre discipline? Et votre âge? Du point de vue pratique une thèse peut être plus ou moins utile en fonction de vos réponses. Pour le reste, je partage le point de vue de Marie Laetitia.
Chocolat
Chocolat
Guide spirituel

Si la thèse n'est vraiment que du sang et des larmes, pourquoi en faire une ? Empty Re: Si la thèse n'est vraiment que du sang et des larmes, pourquoi en faire une ?

par Chocolat le Mer 2 Mai 2012 - 9:44
Ce n'est pas du sang et des larmes, à deux conditions (indispensables, à mon avis): que tu la fasses par pur plaisir intellectuel et que tu t'entendes très bien avec ton directeur.

_________________
Si la thèse n'est vraiment que du sang et des larmes, pourquoi en faire une ? Art1111
La réforme du collège décryptée sur un site indépendant et apolitique :
http://www.reformeducollege.fr/
avatar
Invité31
Grand sage

Si la thèse n'est vraiment que du sang et des larmes, pourquoi en faire une ? Empty Re: Si la thèse n'est vraiment que du sang et des larmes, pourquoi en faire une ?

par Invité31 le Mer 2 Mai 2012 - 9:49
Entièrement d'accord avec tout ce qui a été dit.
En ce qui concerne les débouchés, tout dépend de ta discipline.
Collier de Barbe
Collier de Barbe
Neoprof expérimenté

Si la thèse n'est vraiment que du sang et des larmes, pourquoi en faire une ? Empty Re: Si la thèse n'est vraiment que du sang et des larmes, pourquoi en faire une ?

par Collier de Barbe le Mer 2 Mai 2012 - 11:53
Bravo pour ces interventions riches et pertinentes...

Tout dépend de l'objectif (se faire plaisir juste? Préparer une carrière éventuellement à la fac) de la matière (une thèse de lettres ou de philo ce ne sont pas les mêmes contraintes qu'en histoire ou en géo) et du directeur...

C'est un grand plaisir à faire souvent et une grande satisfaction quand c'est terminé!! Mais si on a un service plein à 15 ou 18h ça peut être sacrément compliqué avec l'impression que ni les cours ni la thèse ne sont bien faits. Cela demande une discipline et une organisation rigoureuses et un certain sens du sacrifice (genre passer un mois d'été vissé à son bureau pour rédiger par exemple :-(

À bien peser donc!

_________________
CdB
@AbbeCordillere
Philomèle
Philomèle
Niveau 9

Si la thèse n'est vraiment que du sang et des larmes, pourquoi en faire une ? Empty Re: Si la thèse n'est vraiment que du sang et des larmes, pourquoi en faire une ?

par Philomèle le Mer 2 Mai 2012 - 12:30
Bonjour,

Je pense qu'il y a autant de façons de vivre les années de thèse que d'individus et d'histoires personnelles.
Note cependant que mes observations sont nourries d'une expérience de thèse en littérature.

Ensuite, on peut dégager de grandes tendances :
1° Certains doctorants abordent la production de la thèse comme une formalité de type scolaire, sans engager trop d'affect. Ils travaillent en fonctionnaires de la pensée, sont capables d'une forte discipline pour travailler de 9 h à 18 h chaque jour, pas une minute de plus, et faire relâche le dimanche. En général, ils soutiennent à la fin de la troisième année, au tout début de la quatrième année. Cette maîtrise de son temps, de son corpus, de son argumentation, suppose une bonne dose de confiance en ses capacités intellectuelles. Ils ne font pas une oeuvre, ils font carrière.

2° D'autres en font une affaire personnelle, l'occasion d'une expérience intellectuelle, de la formation de leur pensée. Ils ont choisi un sujet par goût et par intérêt intime. Le risque est alors d'y penser 24 h sur 24, week-end et vacances inclus. Le travail de la pensée est impossible à arrêter de façon arbitraire au bout des trois années réglementaires et la durée de la préparation déborde souvent de deux ans ou pire. C'est un travail pour soi-même (parce qu'il faut bien être lucide, il ne faut pas s'attendre à en obtenir un métier ou un poste).

Pour ma part, je relevais du second exemple. J'y ajoutais une dose d'idéalisme altruiste : je travaille sur mandat d'une société (on ne rit pas - j'étais financée) et pour entretenir le savoir d'un petit domaine de connaissances. Le progrès intellectuel que je fais n'est donc pas pur égoïsme mais a un intérêt collectif. Rétrospectivement, je serais plutôt moqueuse si j'entendais à présent quelqu'un déclarer cela, mais enfin, c'est ce qui m'a aidé à mener le travail jusqu'au bout.

Point important : ne pas se lancer sans financement. Ou au moins, une vraie décharge de cours (je ne sais pas si c'est possible).
Au cours de la thèse, entrer dans la communauté scientifique : assister à des séminaires, des journées d'études et des colloques. Il ne s'agit pas seulement de se faire connaître mais de s'imprégner des normes et des exigences de la discipline.

Quelques idées de lecture pour structurer les idées et la décision :
J'avais lu avec beaucoup d'intérêt (et beaucoup de distance critique), l'ouvrage d'un anthropologue, Remi Hess, Produire son oeuvre, le moment de la thèse, Paris : Tétraèdre, 2003. Il décrit d'un point de vue social les différents aspects du déroulement de la thèse.
Au coeur des difficultés du thésard et du roman biographique, la question de la rédaction. J'ai découvert beaucoup trop tard (bien après avoir fini !) un ouvrage très éclairant, même pour des littéraires : Howard S. Becker, Écrire les sciences sociales, Paris: Economica, 2004 (éd. originale américaine : 1986).
Je pense aussi que tu peux jeter un coup d'oeil aux différents carnets de recherche mis en ligne sur http://fr.hypotheses.org/ Témoignages et conseils éclairants.
Moins politiquement correct mais toujours très pertinent malgré la distance, Jean Guitton, Le Travail intellectuel. Conseils à ceux qui étudient et à ceux qui écrivent, Paris, Aubier, 1986 (première éd. : 1951).

avatar
Invité6
Habitué du forum

Si la thèse n'est vraiment que du sang et des larmes, pourquoi en faire une ? Empty Re: Si la thèse n'est vraiment que du sang et des larmes, pourquoi en faire une ?

par Invité6 le Mer 2 Mai 2012 - 13:35
@Collier de Barbe a écrit:Bravo pour ces interventions riches et pertinentes...

Tout dépend de l'objectif (se faire plaisir juste? Préparer une carrière éventuellement à la fac) de la matière (une thèse de lettres ou de philo ce ne sont pas les mêmes contraintes qu'en histoire ou en géo) et du directeur...

C'est un grand plaisir à faire souvent et une grande satisfaction quand c'est terminé!! Mais si on a un service plein à 15 ou 18h ça peut être sacrément compliqué avec l'impression que ni les cours ni la thèse ne sont bien faits. Cela demande une discipline et une organisation rigoureuses et un certain sens du sacrifice (genre passer un mois d'été vissé à son bureau pour rédiger par exemple :-(

À bien peser donc!

pourquoi ?
alberto79
alberto79
Habitué du forum

Si la thèse n'est vraiment que du sang et des larmes, pourquoi en faire une ? Empty Re: Si la thèse n'est vraiment que du sang et des larmes, pourquoi en faire une ?

par alberto79 le Mer 2 Mai 2012 - 13:59
Alarica a écrit:
@Collier de Barbe a écrit:Bravo pour ces interventions riches et pertinentes...

Tout dépend de l'objectif (se faire plaisir juste? Préparer une carrière éventuellement à la fac) de la matière (une thèse de lettres ou de philo ce ne sont pas les mêmes contraintes qu'en histoire ou en géo) et du directeur...

C'est un grand plaisir à faire souvent et une grande satisfaction quand c'est terminé!! Mais si on a un service plein à 15 ou 18h ça peut être sacrément compliqué avec l'impression que ni les cours ni la thèse ne sont bien faits. Cela demande une discipline et une organisation rigoureuses et un certain sens du sacrifice (genre passer un mois d'été vissé à son bureau pour rédiger par exemple :-(

À bien peser donc!

pourquoi ?

J´imagine que Collier parle des sources. Une thèse en Histoire demande habituellement la consultation prolongée des archives très éloignés géographiquement et souvent à l´étranger. Je ne sais pas si c´est le même cas pour une thèse en lettres ou philo.
avatar
Invité21
Fidèle du forum

Si la thèse n'est vraiment que du sang et des larmes, pourquoi en faire une ? Empty Re: Si la thèse n'est vraiment que du sang et des larmes, pourquoi en faire une ?

par Invité21 le Mer 2 Mai 2012 - 14:04
Quand la thèse de lettre a une orientation historiographique, aussi! Moi, je devais me rendre dans de nombreux théâtres, et fouiller leurs archives, ou dans des hôpitaux... Ce n'est pas évident de s'organiser, par rapport à ceux qui travaillent sur des oeuvres et peuvent rester chez eux...
alberto79
alberto79
Habitué du forum

Si la thèse n'est vraiment que du sang et des larmes, pourquoi en faire une ? Empty Re: Si la thèse n'est vraiment que du sang et des larmes, pourquoi en faire une ?

par alberto79 le Mer 2 Mai 2012 - 14:37
l'ENgénu a écrit:Quand la thèse de lettre a une orientation historiographique, aussi! Moi, je devais me rendre dans de nombreux théâtres, et fouiller leurs archives, ou dans des hôpitaux... Ce n'est pas évident de s'organiser, par rapport à ceux qui travaillent sur des oeuvres et peuvent rester chez eux...

Je ne dis pas le contraire. Vous conviendrez néanmoins qu´en général les thèses en histoire imposent plus de contraintes de ce point de vue que les thèses en lettres ou philo, non ?
Contenu sponsorisé

Si la thèse n'est vraiment que du sang et des larmes, pourquoi en faire une ? Empty Re: Si la thèse n'est vraiment que du sang et des larmes, pourquoi en faire une ?

par Contenu sponsorisé
Voir le sujet précédentRevenir en hautVoir le sujet suivant
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum