utopies (et non pas contre-utopies) en littérature et au cinéma

Page 2 sur 3 Précédent  1, 2, 3  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Re: utopies (et non pas contre-utopies) en littérature et au cinéma

Message par V.Marchais le Lun 7 Mai 2012 - 19:39

@Violet a écrit:Véronique, ce que tu décris ressemble beaucoup à American Beauty...

Ah ! mais American Beauty, je m'en souviens très bien. C'était très bien aussi mais ce n'était pas cela, et il y a moins cette mise en scène de la réussite américaine parfaite, ce modèle qui tourne à l'injonction violente.

V.Marchais
Bon génie


Revenir en haut Aller en bas

Re: utopies (et non pas contre-utopies) en littérature et au cinéma

Message par Anagramme le Lun 7 Mai 2012 - 19:43

It's a Wonderful Life (La vie est belle) ? Avec James Stewart ?

Anagramme
Expert


Revenir en haut Aller en bas

Re: utopies (et non pas contre-utopies) en littérature et au cinéma

Message par malo21 le Lun 7 Mai 2012 - 20:02

moi aussi j'ai tout de suite pensé à la vie est belle avec stewart

malo21
Habitué du forum


Revenir en haut Aller en bas

Re: utopies (et non pas contre-utopies) en littérature et au cinéma

Message par V.Marchais le Lun 7 Mai 2012 - 20:05

Il a l'air bien ce film. je ne le connais pas.
Enfin, on s'éloigne du sujet, là. Mais entre la Lorien et le reste, je commence à avoir de la matière. Merci à tous.

V.Marchais
Bon génie


Revenir en haut Aller en bas

Re: utopies (et non pas contre-utopies) en littérature et au cinéma

Message par Li-Li le Lun 7 Mai 2012 - 20:06

Alors ce n'est ni un film ni un livre mais je ne sais pas si cela peu t'intéresser on a aussi un très bel exemple d'utopie architecturale avec la saline d'Arc et senan de Nicolas Ledoux.

Li-Li
Habitué du forum


Revenir en haut Aller en bas

Re: utopies (et non pas contre-utopies) en littérature et au cinéma

Message par V.Marchais le Lun 7 Mai 2012 - 20:09

Oui, merci, mais je ne vais pas me lancer dans les phalanstères et autres projets de société. Juste dans la fiction.

V.Marchais
Bon génie


Revenir en haut Aller en bas

Re: utopies (et non pas contre-utopies) en littérature et au cinéma

Message par totoro le Lun 7 Mai 2012 - 20:17

Pour oconcilier phalanstère et fiction Wink , il y a Travail de Zola

_________________

La réforme du collège en clair :
http://www.reformeducollege.fr/

totoro
Guide spirituel


Revenir en haut Aller en bas

Re: utopies (et non pas contre-utopies) en littérature et au cinéma

Message par Angua le Lun 7 Mai 2012 - 20:25

La cité du soleil et autres récits héliotropes, d'Ugo Bellagamba, est à mon avis en plein dans ce que tu cherches. Je l'ai lu il y a... pfiou, au moins, et je garde surtout le souvenir d'une langue travaillée, en plus de multiples références à des utopies antérieures.

_________________
journalsemilitteraire.over-blog.com

Angua
Doyen


Revenir en haut Aller en bas

Re: utopies (et non pas contre-utopies) en littérature et au cinéma

Message par Ruthven le Lun 7 Mai 2012 - 20:29

Tu peux aussi utiliser Pleasantville, un petit film fort intéressant sur la question du bonheur

http://sergecar.perso.neuf.fr/cinema/pleasant.htm

Ou encore à la société des indiens dans Le Nouveau Monde de Malick (d'un rousseauisme échevelé)

Ruthven
Grand Maître


Revenir en haut Aller en bas

Re: utopies (et non pas contre-utopies) en littérature et au cinéma

Message par Jane le Lun 7 Mai 2012 - 20:38

Très beau film la vie est belle... Je me demandais si La belle équipe de Duvivier ne pourrait pas fonctionner (bon ça finit mal...) et surtout, je ne sais pas si tu connais, La pyramide humaine de Jean Rouch (le fameux film introuvable que je ne trouve pas à un prix acceptable, mais qu'on doit pouvoir trouver en médiathèque)


Dernière édition par Jane le Lun 7 Mai 2012 - 20:42, édité 1 fois

Jane
Guide spirituel


Revenir en haut Aller en bas

Re: utopies (et non pas contre-utopies) en littérature et au cinéma

Message par Invité le Lun 7 Mai 2012 - 20:39

L'île mystérieuse de Jules Verne?

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: utopies (et non pas contre-utopies) en littérature et au cinéma

Message par V.Marchais le Lun 7 Mai 2012 - 21:09

@Ruthven a écrit:Tu peux aussi utiliser Pleasantville, un petit film fort intéressant sur la question du bonheur

http://sergecar.perso.neuf.fr/cinema/pleasant.htm

Oh ! Ça a l'air super, ce film. En plein dans mon sujet, en fait.

Voilà. Une utopie, c'est un monde parfait, donc un monde figé, un monde sans liberté, sans invention, bien pauvre en émotions - donc où le bonheur est impossible.

V.Marchais
Bon génie


Revenir en haut Aller en bas

Re: utopies (et non pas contre-utopies) en littérature et au cinéma

Message par malo21 le Lun 7 Mai 2012 - 21:39

ha pleansantville et la fameuse scène de la baignoire....

malo21
Habitué du forum


Revenir en haut Aller en bas

Re: utopies (et non pas contre-utopies) en littérature et au cinéma

Message par Anagramme le Lun 7 Mai 2012 - 22:16

Ah...mais surtout pas Dogville !

Anagramme
Expert


Revenir en haut Aller en bas

Re: utopies (et non pas contre-utopies) en littérature et au cinéma

Message par User5899 le Lun 7 Mai 2012 - 22:39

@V.Marchais a écrit:
xphrog a écrit: Il faut que je revise mes definitions de eu-topie (pays de cocagne? ) Smile


xprog, tu me mets le doute, du coup, je préfère demander aux hellenistes pour ne pas dire de connerie.

Chez More, l'Utopie, c'est le pays de nulle part, le non-lieu. Du coup, j'ai toujours cru que l'étymologie, c'était u- (non) -topos (lieu) et non pas eu- (heureux) - topos, même si on dit volontiers dystopie pour contre-utopie.

Mais je me trompe peut-être ? Quelqu'un pourrait-il me dire ce qu'il en est ?
J'ai vérifié dans le Robert historique pour dissiper le même doute, mais "utopie" est bien donné comme provenant de "ou" en grec, la négation standard.

_________________
Zu End' ewiges Wissen !
Der Welt melden
Weise nichts mehr !

En cas de ban, ne pas utiliser les MP ! Passer par l'icône du mail  Razz

User5899
Dieu de l'Olympe


Revenir en haut Aller en bas

Re: utopies (et non pas contre-utopies) en littérature et au cinéma

Message par User5899 le Lun 7 Mai 2012 - 22:40

@V.Marchais a écrit:
xphrog a écrit:non, pas de doutes, c'est un non-lieu Smile

Merci.

Excusez-moi, il faut que j'aille jeter le bébé dans l'eau du bain.
mdr

Un film comme very Bad Things, ça ne vous conviendrait pas ?

_________________
Zu End' ewiges Wissen !
Der Welt melden
Weise nichts mehr !

En cas de ban, ne pas utiliser les MP ! Passer par l'icône du mail  Razz

User5899
Dieu de l'Olympe


Revenir en haut Aller en bas

Re: utopies (et non pas contre-utopies) en littérature et au cinéma

Message par Hermione0908 le Lun 7 Mai 2012 - 23:16

Ce ne serait pas Pleasantville le film dont tu parles Véronique ?

EDIT : toujours parcourir le sujet en diagonale pour éviter les doublons...

_________________
Pour accéder à la rubrique "privé accessible sur demande" (partie loisirs + questions professionnelles très personnelles) , il faut intégrer un des deux groupes "Loisirs" ci-dessous :
Pour les pseudos entre A et M: http://www.neoprofs.org/g15-groupe-loisirs
Pour les pseudos entre N et Z, ou qui commencent par autre chose qu'une lettre: http://www.neoprofs.org/g16-groupe-loisirs_

Hermione0908
Modérateur


Revenir en haut Aller en bas

Re: utopies (et non pas contre-utopies) en littérature et au cinéma

Message par La Jabotte le Mar 8 Mai 2012 - 14:34

Je ne comprends pas, alors Véronique : finalement, dans toute oeuvre ou presque, l'utopie se transforme en contre-utopie. Parce que par exemple pour La nuit des temps, on pourrait dire qu'il s'agit d'une utopie d'apparence, mais qui voudrait y vivre ?

La Jabotte
Érudit


Revenir en haut Aller en bas

Re: utopies (et non pas contre-utopies) en littérature et au cinéma

Message par V.Marchais le Mar 8 Mai 2012 - 15:23

Mais je suis tout à fait d'accord avec ça, La Jabotte. Bon, tout ça se discute et mériterait de plus amples développements, mais pour faire court, puisqu'on m'a demandé d'intervenir sur ce sujet (que d'autres personnes traiteront aussi), j'ai décidé de montrer, à travers quelques exemples littéraires ou cinématographiques, qu'une véritable utopie, ça n'existe pas. C'est une forme de paradoxe qui en ruine la possibilité, une aporie, en somme. En fait, c'est un truc à la fois dangereux, impossible, et indispensable. Je crois que nous avons profondément besoin d'utopie, et que l'absence d'utopie, comme sa réalisation, conduit au pire. Voilà en gros mon idée. Il faut que je creuse, développe, articule, bref, faut que je bosse, quoi.

Tiens, pour te répondre sur La Nuit des temps, je te mets un extrait que j'aime beaucoup soumettre à mes Troisième assorti de la question suivante : est-ce selon vous une société idéale, et pourquoi ? (En fait, il y a plein de questions passionnantes à poser à partir de ce texte : pourquoi travailler si cela ne rapporte pas d'argent ? Etc.) Perso, le petit Platon appliqué, je trouve ça flippant.

V.Marchais
Bon génie


Revenir en haut Aller en bas

Re: utopies (et non pas contre-utopies) en littérature et au cinéma

Message par V.Marchais le Mar 8 Mai 2012 - 15:23

La cléCertains citoyens, d'une qualité exceptionnelle, tel Coban, directeur de l'Université, recevaient un crédit supplémentaire. Mais il ne leur servait pratiquement à rien, un très petit nombre de Gondas parvenant à épuiser leur crédit annuel. Pour éviter l'accumulation des possibilités de paiement entre les mêmes mains, ce qui restait des crédits était automatiquement annulé à la fin de chaque année. Il n'y avait pas de pauvres, il n'y avait pas de riches, il n'y avait que des citoyens qui pouvaient obtenir tous les biens qu'ils désiraient. Le système de la clé permettait de distribuer la richesse nationale en respectant à la fois l'égalité des droits des Gondas, et l'inégalité de leurs natures, chacun dépensant son crédit selon ses goûts et ses besoins.

[…]

- La Désignation, qu'est-ce que c'est ? demanda Léonova.
- Laissez-la donc continuer !... Qu'est-ce qu'on en fait, de ces deux gosses ?
- Ils sont élevés ensemble. Dans la famille de l'un, puis de l'autre, puis dans l'une, puis dans l'autre, Ils prennent ensemble les mêmes goûts, les mêmes habitudes. Ils apprennent ensemble à avoir les mêmes joies. Ils connaissent ensemble comment est le monde, comment est la fille, comment est le garçon. Quand vient le moment où les sexes fleurissent, ils les unissent, et le caillou rassemblé se ressoude et ne fait plus qu'un.
- Superbe ! dit Hoover. Et ça réussit tout le temps ? Votre ordinateur ne se trompe jamais ?
Barjavel, La nuit des temps, © Presses de la Cité 1968

Revenir en haut Aller en bas

Re: utopies (et non pas contre-utopies) en littérature et au cinéma

Message par Nadejda le Mar 8 Mai 2012 - 15:40

@V.Marchais a écrit:Mais je suis tout à fait d'accord avec ça, La Jabotte. Bon, tout ça se discute et mériterait de plus amples développements, mais pour faire court, puisqu'on m'a demandé d'intervenir sur ce sujet (que d'autres personnes traiteront aussi), j'ai décidé de montrer, à travers quelques exemples littéraires ou cinématographiques, qu'une véritable utopie, ça n'existe pas. C'est une forme de paradoxe qui en ruine la possibilité, une aporie, en somme. En fait, c'est un truc à la fois dangereux, impossible, et indispensable. Je crois que nous avons profondément besoin d'utopie, et que l'absence d'utopie, comme sa réalisation, conduit au pire. Voilà en gros mon idée. Il faut que je creuse, développe, articule, bref, faut que je bosse, quoi.

Tiens, pour te répondre sur La Nuit des temps, je te mets un extrait que j'aime beaucoup soumettre à mes Troisième assorti de la question suivante : est-ce selon vous une société idéale, et pourquoi ? (En fait, il y a plein de questions passionnantes à poser à partir de ce texte : pourquoi travailler si cela ne rapporte pas d'argent ? Etc.) Perso, le petit Platon appliqué, je trouve ça flippant.

Je n'y avais pas pensé au départ mais la formulation de votre message me fait songer qu'évoquer par exemple le messianisme, certes religieux, mais aussi politique, conviendrait tout à fait à votre idée d'une utopie à la fois indispensable mais impossible. Voir Walter Benjamin, Scholem et les travaux de Pierre Bouretz du côté de la philosophie juive allemande. Bon, évidemment, si c'est pour le collège, c'est très ardu... Mais l'idée d'utopie et le principe-espérance contenue dans cette idée ne sont peut-être pas aussi facilement coupés de la réalité qu'on ne le pense.
Question personnelle que je me posais hier : y a-t-il une différence entre l'utopie et le concept d'atopia (apparemment plutôt appliqué aux individus -Socrate est qualifié d'atopos chez Platon) ? Entre non-lieu et sans-lieu (déplacé ? être là sans y être ?), je vois mal la différence si l'utopie est déjà ailleurs que dans la réalité mais aussi à l'écart de celle-ci tout en la détournant. Je sais pas si je complique les choses Embarassed


Dernière édition par Nadejda le Mar 8 Mai 2012 - 16:06, édité 1 fois

Nadejda
Grand Maître


Revenir en haut Aller en bas

Re: utopies (et non pas contre-utopies) en littérature et au cinéma

Message par V.Marchais le Mar 8 Mai 2012 - 16:05

Merci pour toutes ces références, Nadejda. Je ne connais ni Sholern ni Pierre Bouretz mais ça me donne envie de les découvrir. Le principe espérance, ça me fait penser à Ernst Bloch. Mais il faudrait que je relise, c'est trop vieux. En tout cas, beaucoup de pistes intéressantes, y compris l'atopia. Merci.

V.Marchais
Bon génie


Revenir en haut Aller en bas

Re: utopies (et non pas contre-utopies) en littérature et au cinéma

Message par La Jabotte le Mar 8 Mai 2012 - 18:29

@V.Marchais a écrit:Mais je suis tout à fait d'accord avec ça, La Jabotte. Bon, tout ça se discute et mériterait de plus amples développements, mais pour faire court, puisqu'on m'a demandé d'intervenir sur ce sujet (que d'autres personnes traiteront aussi), j'ai décidé de montrer, à travers quelques exemples littéraires ou cinématographiques, qu'une véritable utopie, ça n'existe pas. C'est une forme de paradoxe qui en ruine la possibilité, une aporie, en somme. En fait, c'est un truc à la fois dangereux, impossible, et indispensable. Je crois que nous avons profondément besoin d'utopie, et que l'absence d'utopie, comme sa réalisation, conduit au pire. Voilà en gros mon idée. Il faut que je creuse, développe, articule, bref, faut que je bosse, quoi.

Tiens, pour te répondre sur La Nuit des temps, je te mets un extrait que j'aime beaucoup soumettre à mes Troisième assorti de la question suivante : est-ce selon vous une société idéale, et pourquoi ? (En fait, il y a plein de questions passionnantes à poser à partir de ce texte : pourquoi travailler si cela ne rapporte pas d'argent ? Etc.) Perso, le petit Platon appliqué, je trouve ça flippant.

Ah ! C'est exactement ce à quoi je pensais ! "à la fois dangereux, impossible et indispensable", c'est parfait ! Tu vas être passionnante et je voudrais être là. C'est quand c'est où c'est quoi c'est qu'est-ce ? (Je suppute une intervention et non une publication...)
Cette idée de l'utopie est un bonheur à penser et à réfléchir. On n'en finit pas.
Du coup, j'ai pensé à un film pour toi (mais d'après moi c'est directement une contre-utopie, je ne sais pas ce qu'en penseront les autres et, s'il m'a plu, il n'est pas non plus sans défauts) : Equilibrium, de Kurt Wimmer.

Message subliminal
Spoiler:
si tu te lasses de ta veste H&M argentée, pense à moi... (peut-être que si je fais comme ma 2e et que je le répète toutes les 5mn pendant deux jours, ça va marcher...)

La Jabotte
Érudit


Revenir en haut Aller en bas

Re: utopies (et non pas contre-utopies) en littérature et au cinéma

Message par Nadejda le Mar 8 Mai 2012 - 19:04

Equilibrium c'est clairement une dystopie à mon avis.
Petite coquille dans votre message, V. Marchais : c'est Gershom Scholem et non Scholern.
Bon, après, j'imagine que vous êtes en pleine recherche donc que les références s'accumulent. Mais à mon sens, même si l'utopie est par définition nulle part, elle ne se sépare d'une réflexion contextualisante (contre quoi l'utopie se bâtit-elle ? pourquoi émerge-t-elle ?). Il faut voir dans quelles périodes l'utopie a connu et connaît une certaine fortune, pourquoi on désire l'utopie quand le réel est soit celui des grandes découvertes (et/ou d'une pensée de l'humanisme et de la culture vs. nature) soit celui des catastrophes. Du coup, je ne pense pas que l'on puisse passer indifféremment des utopies de l'âge classique (par exemple) aux pensées de l'utopie qui se sont développées après les totalitarismes, lesquels se fondaient parfois sur des projections dans une société du bonheur (Bloch s'inscrit aussi dans l'après de ce contexte historique). Dans le deuxième cas il y a peut-être une distinction à faire entre les mondes utopiques et fictionnels (débouchant dans quasiment tous les cas sur une dystopie), particulièrement travaillés dans la SF, et les pensées utopiques d'inspiration philosophique et religieuse, qui débouchèrent parfois sur des concrétisations politiques (sionisme). Il me semble que dans le cas des utopies beaucoup plus anciennes, l'inspiration était davantage liée aux grands récits de voyage et aussi à l'architecture (ce qui conduit à des mondes utopiques aux tracés quasi géométriques, et donc très abstraits, que réellement fictionnels, imaginaires).
Hum je ne sais pas si tout ça est pertinent et clair ; le thème m'intéresse aussi car il traverse ponctuellement certains textes que je peux étudier en rapport avec les catastrophes du XXe siècle.
Bon courage dans tous les cas !

Nadejda
Grand Maître


Revenir en haut Aller en bas

Re: utopies (et non pas contre-utopies) en littérature et au cinéma

Message par sorceress le Mar 8 Mai 2012 - 19:15

Ton film avec le mari homosexuel, je l'ai vu il y a quelques mois, je l'ai sur mon ordi, il suffit juste que je retrouve le titre. Ce n'est pas avec Cary Grant.
Non j'édite l'acteur est connu aussi. C'est "loin du paradis" avec Julian Moore et Dennis Quaid, il y a aussi une histoire d'amour avortée inter raciale. C'est un film que j'ai adoré.


Dernière édition par sorceress le Mar 8 Mai 2012 - 19:19, édité 1 fois

sorceress
Niveau 9


Revenir en haut Aller en bas

Re: utopies (et non pas contre-utopies) en littérature et au cinéma

Message par John le Mar 8 Mai 2012 - 19:18

Sorceress ou l'art du suspense Very Happy

_________________
En achetant des articles au lien ci-dessous, vous nous aidez, sans frais, à gérer le forum. Merci !


"Celui qui ne participe pas à la lutte participe à la défaite" (Brecht)
"La nostalgie, c'est plus ce que c'était" (Simone Signoret)
"Les médias participent à la falsification permanente de l'information" (Umberto Eco)

John
Médiateur


Revenir en haut Aller en bas

Page 2 sur 3 Précédent  1, 2, 3  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum