Aide pour un DS poésie lyrique, SVP

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Aide pour un DS poésie lyrique, SVP

Message par miss terious le Mar 22 Mai 2012 - 19:00

Je reposte ce que j'avais posté sur discutland pdt la fermeture de Néo. J'ai déjà obtenu qq remqreus et conseils qui m'ont permis d'aboutir au questionnaire ci-dessous. Si vous avez des idées supplémentaires, je suis preneuse !

Je prépare un DS pour mes 3è. Nous avons travaillé la poésie lyrique via un GT sur la fuite du temps. J'ai choisi « L'Horloge » de Baudelaire comme support pour ce DS mais trouve que ce que j'ai fait est difficile. Je vous soumets ce que j'ai préparé et suis preneuse de vos avis :
I. Le Temps
1. a/ Combien de strophes le poème comporte-t-il ? De quel genre de strophes s’agit-il ?
b/ Combien de vers ce poème compte-t-il ? Quel rapprochement pouvez-vous faire avec le thème
abordé dans le texte ?
2. a/ À quel type de vers le poète a-t-il recours ? Pour répondre, scandez les vers 1 et 6.
b/ Quel lien pouvez-vous établir entre ce type de vers et le thème traité dans le poème ?
3. a/ Repérez les termes appartenant au champ lexical du temps.
b/ Classez ces termes en deux catégories que vous nommerez.
4. Quelle figure de style est employée tout au long du poème pour évoquer le Temps et son ouvrage ?
5. Quelle image le poète donne-t-il du Temps ?
II. L’Homme face au Temps
6. a/ Quelle figure de style le poète emploie-t-il dans la phrase : « Maintenant dit : je suis Autrefois »
(v. 11) ?
b/ Expliquez ce que veut dire l’auteur par cette déclaration.
7. a/ Qui sont les locuteurs successifs de ce poème (aidez-vous des verbes déclaratifs).
b/ À qui s’adressent-ils ? Relevez les apostrophes faites à ce destinataire.
8. Selon le poète, quelle attitude l’Homme adopte-t-il face au Temps ?
9. a/ Quel conseil donne chacun des locuteurs ? Pourquoi le répéter ? et dans différentes langues ?
b/ Quelle est la valeur du présent de l’indicatif dans la cinquième strophe ?
III. Bilan de lecture
10. D’après vos réponses précédentes, indiquez quelle est la visée de ce poème.
Si vous avez des idées supplémentaires, je suis preneuse ! Finalement, je ne le donne que la semaine prochaine, je peux donc le moduler encore.

Édition : j'ai mis un questionnaire remanié plus bas sur la page. Si vous pouviez me donner vos avis, SVP.


Dernière édition par miss terious le Dim 27 Mai 2012 - 23:28, édité 1 fois

_________________
"Ni ange, ni démon, juste sans nom." (Barbey d'AUREVILLY, in. Une histoire sans nom)
"Bien des choses ne sont impossibles que parce qu'on s'est accoutumé à les regarder comme telles." DUCLOS

miss terious
Modérateur


Revenir en haut Aller en bas

Re: Aide pour un DS poésie lyrique, SVP

Message par miss terious le Ven 25 Mai 2012 - 18:55

Je fais remonter. J'apprécierais vraiment d'avoir vos avis. Je dois finaliser ce DS ce week-end car je le donne aux élèves le 1er juin. Merci d'avance !

_________________
"Ni ange, ni démon, juste sans nom." (Barbey d'AUREVILLY, in. Une histoire sans nom)
"Bien des choses ne sont impossibles que parce qu'on s'est accoutumé à les regarder comme telles." DUCLOS

miss terious
Modérateur


Revenir en haut Aller en bas

Re: Aide pour un DS poésie lyrique, SVP

Message par Thalia de G le Sam 26 Mai 2012 - 6:55

Cela me semble complet et faisable.

Une question supplémentaire pour le champ lexical du temps comme monstre qui dévore ?

Thalia de G
Modérateur


Revenir en haut Aller en bas

Re: Aide pour un DS poésie lyrique, SVP

Message par sand le Sam 26 Mai 2012 - 7:49

Oui, le champ lexical, Thalia a raison. A la dernière question, est-ce que tu attends qu'ils te disent en quoi ce poème est lyrique ou bien qu'ils synthétisent les réponses du I ?

sand
Empereur


Revenir en haut Aller en bas

Re: Aide pour un DS poésie lyrique, SVP

Message par MUTIS le Sam 26 Mai 2012 - 8:34

Bonjour,
Quelques questions pour toi :
1. a/ Combien de strophes le poème comporte-t-il ? De quel genre de strophes s’agit-il ?
b/ Combien de vers ce poème compte-t-il ? Quel rapprochement pouvez-vous faire avec le thème
abordé dans le texte ?
Que le texte comporte 6 quatrains soit 24 vers pour les heures soit : et alors ? Cela donne-t-il un sens particulier à la lecture ?

2. a/ À quel type de vers le poète a-t-il recours ? Pour répondre, scandez les vers 1 et 6.
Le mot "scandez" est déplacé. Il ne vont pas scander mais essayer de retrouver les syllabes. Le vers 1 est moins facile à découper que le vers 2 par exemple. Pourquoi l'avoir choisi ? Un seul suffit. Mais ces notions techniques ont-elles un intérêt pour la lecture du poème ? Et qu'en fais-tu ?

b/ Quel lien pouvez-vous établir entre ce type de vers et le thème traité dans le poème ?
Obscur pour moi, avec ma petite agrég ! En quoi un alexandrin est-il lié au temps qui passe ? Je ne vois pas...

3. a/ Repérez les termes appartenant au champ lexical du temps.
b/ Classez ces termes en deux catégories que vous nommerez.
Les champs lexicaux n'ont d"intérêt que si ils servent à définir des progressions ou des nuances. Le relevé brut à la mode n'a aucun intérêt selon moi pour la compréhension. Qu'en fais-tu pour la lecture du poème ? Il y a des mots du lexique temporel donc "ça" parle du temps ?

4. Quelle figure de style est employée tout au long du poème pour évoquer le Temps et son ouvrage ?
Il vaut mieux cibler un vers, nuancer et là encore, l'image n'a de sens que si elle est interprétée. La question suivante ('Quelle image le poète se donne t-il du temps? " est beaucoup trop générale et vague. Cette perception évolue et les strophes présentent chacune des nuances...)

6. a/ Quelle figure de style le poète emploie-t-il dans la phrase : « Maintenant dit : je suis Autrefois »
(v. 11) ?
b/ Expliquez ce que veut dire l’auteur par cette déclaration.
Encore une question sur les figures de style : OK. Mais en quoi la personnification donne- t-elle une couleur vraiment dramatique au poème ? Voilà le sujet à mon avis.

7. a/ Qui sont les locuteurs successifs de ce poème (aidez-vous des verbes déclaratifs).
b/ À qui s’adressent-ils ? Relevez les apostrophes faites à ce destinataire.
Il faudrait préciser et cibler les vers à mon avis + revenir au sens. Ce repérage n'a d'intérêt que s'il sert à une lecture de la progression.

8. Selon le poète, quelle attitude l’Homme adopte-t-il face au Temps ?
9. a/ Quel conseil donne chacun des locuteurs ? Pourquoi le répéter ? et dans différentes langues ?
b/ Quelle est la valeur du présent de l’indicatif dans la cinquième strophe ?

Pourquoi la question sur la valeur du présent intervient-elle ici et en dernier ? L'intérêt du poème est plutôt la présence d'un futur... menaçant, celui de la mort qui rôde et dont la pendule vient rappeler la présence. Quant à la question 8 elle est là encore beaucoup trop vague et impossible à formuler ainsi selon moi.

10. D’après vos réponses précédentes, indiquez quelle est la visée de ce poème.
Je n'aime pas le mot "visée". On pourrait croire que Baudelaire a une seule visée, et que la poésie se résume à une intention simple. Le poème me paraît vraiment, au passage, difficile sans travail préalable pour des 3°.
Je crois que tu devrais revoir un peu la formulation des questions, cibler les vers et travailler sur la subtilité de certains comme le vers 12. En tout cas merci, car je n'avais pas relu ce texte depuis des années !










_________________
"Heureux soient les fêlés car ils laissent passer la lumière" (Audiard)
"Ce n'est pas l'excès d'autorité qui est dangereux, c'est l'excès d'obéissance" (Primo Levi)
"La littérature, quelque passion que nous mettions à le nier, permet de sauver de l'oubli tout ce sur quoi le regard contemporain, de plus en plus immoral, prétend glisser dans l'indifférence absolue" (Enrique Vila-Matas)

MUTIS
Érudit


Revenir en haut Aller en bas

Re: Aide pour un DS poésie lyrique, SVP

Message par Thalia de G le Sam 26 Mai 2012 - 13:35

Mutis, il ne faut pas oublier que ce questionnaire s'adresse à des 3e. Miss T fera la synthèse dans la correction. C'est ainsi que je le vois.

Thalia de G
Modérateur


Revenir en haut Aller en bas

Re: Aide pour un DS poésie lyrique, SVP

Message par MUTIS le Sam 26 Mai 2012 - 14:11

@Thalia de G a écrit:Mutis, il ne faut pas oublier que ce questionnaire s'adresse à des 3e. Miss T fera la synthèse dans la correction. C'est ainsi que je le vois.

Justement... il ne faut décourager les élèves de la poésie en leur faisant oublier le sens, la subtilité, la progression et en leur faisant croire que la poésie est un assemblage de procédés. C'est ainsi (voir les réflexions de Todorov sur la "Littérature en péril") que l'on détourne le public de la poésie, malheureusement, depuis longtemps...

MUTIS
Érudit


Revenir en haut Aller en bas

Re: Aide pour un DS poésie lyrique, SVP

Message par miss terious le Dim 27 Mai 2012 - 17:18

Mutis, toutes ces remarques sont fort pertinentes... mais ne m'aident pas à concevoir un devoir qui tienne la route pour mes 3è. Je ne suis déjà pas très à l'aise avec ce que je fais, alors tout démolir ne m'aide vraiment pas. Mais merci quand même d'avoir pris la peine de me répondre.

_________________
"Ni ange, ni démon, juste sans nom." (Barbey d'AUREVILLY, in. Une histoire sans nom)
"Bien des choses ne sont impossibles que parce qu'on s'est accoutumé à les regarder comme telles." DUCLOS

miss terious
Modérateur


Revenir en haut Aller en bas

Re: Aide pour un DS poésie lyrique, SVP

Message par retraitée le Dim 27 Mai 2012 - 18:27

Je trouve ce poème difficile pour des 3e, à moins qu'ils ne soient excellents.
Pourquoi ne pas leur proposer La mort des amants, si tu veux absolument étudier du Baudelaire?

Sinon, Après trois ans, de Verlaine, est plus abordable.

retraitée
Vénérable


Revenir en haut Aller en bas

Re: Aide pour un DS poésie lyrique, SVP

Message par MUTIS le Dim 27 Mai 2012 - 19:38

@miss terious a écrit:Mutis, toutes ces remarques sont fort pertinentes... mais ne m'aident pas à concevoir un devoir qui tienne la route pour mes 3è. Je ne suis déjà pas très à l'aise avec ce que je fais, alors tout démolir ne m'aide vraiment pas. Mais merci quand même d'avoir pris la peine de me répondre.

Juste deux ou trois remarques car je suis pris aujourd'hui:
1) Vous n'êtes pas très à l'aise : c'est plutôt bon signe. Cela veut dire que vous vous interrogez et que vous doutez, et cela signifie que vous êtes critique : méfiez-vous de tous ceux qui sont sûrs d'eux et qui vous diront comment faire...
2) Je ne sais pas comment vous avez travaillé avec vos élèves, aussi m'est-il difficile de savoir comment vous aider : quels textes avez-vous étudiés ? Quelles sont les perspectives que vous avez données sur la poésie ? Quelles notions techniques avez-vous utilisées ?
3) La poésie est le genre le plus difficile à aborder... intelligemment. Voyez le peu de réponses qui vous ont été données.
4) Deux principes qui me semblent nécessaires : ne donner que des textes que l'on aime et sur lesquels on a pas mal réfléchi avant de les proposer. Les aimer et les interroger d'abord pour leur sens ou leurs significations. Evacuer les concepts creux. De même que le "schéma narratif" est un concept absurde pour le genre narratif, les "champs lexicaux" sont souvent un cache-misère pour des analyses creuses. Quand on vous donne du diamant, il ne faut pas utiliser un marteau, un burin et une scie à métaux... Ou pour le dire autrement, si on veut apprendre à conduire, il n'est pas forcément nécessaire de connaître toutes les subtilités de la mécanique.
5) Je vais vous donner un conseil que me livra le plus grand prof de Lettres que j'aie connu dans ma carrière. C'était un prof de khâgne, il y a plus de 30 ans ! Alors que j'allais passer l'oral et qu'il me préparait chez lui, je séchais sur un sonnet difficile du 16ème siècle. Il prépara devant moi une explication éblouissante en quelques minutes. Et quand je vis ses notes, je remarquai qu'il avait modestement recopié le texte. Il me confirma sa méthode : avant d'expliquer un poème, me confia-t-il, je le recopie intégralement. C'est une façon de sentir le mouvement et d'inscrire chaque mot dans la mémoire. Sublime leçon...Et autant vous dire que chez lui, les concepts creux étaient vite évacués : c'était un travail d'orfèvre aussi précis sur les subtilités de la "taille" que profond dans l'interprétation et la suggestion de pistes de lecture, de réflexions. L'écriture mène au sens et inversement, ne pas oublier cette dialectique pour la poésie. Et montrer aux élèves que l'on aime et pourquoi on aime. Ne pas hésiter aussi à leur dire pourquoi on aime moins tel quatrain... ça les surprend toujours et ils sont en général très attentifs ! Et puis revenir sur le sens et leur dire : voilà, ce poème est génial parce que... Et là, c'est la patte de Baudelaire, inimitable comme la musique de X. Montrer son intérêt et son enthousiasme.
6) Attention enfin à choisir des textes abordables et compréhensibles par un enfant de 14 ou 15 ans... Ne pas oublier qu'on a eu cet âge-là et qu'on ne lisait pas forcément tous du Baudelaire en pensant au temps qui passe et à la mort qui rôde !

MUTIS
Érudit


Revenir en haut Aller en bas

Re: Aide pour un DS poésie lyrique, SVP

Message par miss terious le Dim 27 Mai 2012 - 20:36

Merci pour vos messages, Retraitée et MUTIS.
J'ai axé mon chapitre sur la fuite du temps et ai vu avec eux les différentes formes que peut prendre la poésie :
« Soleils couchants VI » de V. HUGO
« L'Ennemi » de C. BAUDELAIRE - sonnet -
« Chanson grave » de R. QUENEAU - vers libre -
« Enivrez-vous » de C. BAUDELAIRE - poème en prose - (je le leur ai fait écouter récité par S. REGGIANI)
On a pas mal galéré car j'ai été trop ambitieuse et parce que je ne suis pas à l'aise avec la poésie.
Pour mon DS, j'ai choisi « L'Horloge » parce qu'il me fallait un poème sur la fuite du temps et que je n'en voyais pas d'autre sur le moment. J'ai déjà tenté de faire quelque chose sur « Après trois ans » de VERLAINE, mais n'y suis pas parvenue.
Tiens, c'est bête mais je me sens nulle sur ce coup-là. Je ne parviens pas à voir comment faire... La poésie n'est vraiment pas ma cup of tea et je ne sais trop comment l'aborder, la traiter pour que les élèves apprécient.

_________________
"Ni ange, ni démon, juste sans nom." (Barbey d'AUREVILLY, in. Une histoire sans nom)
"Bien des choses ne sont impossibles que parce qu'on s'est accoutumé à les regarder comme telles." DUCLOS

miss terious
Modérateur


Revenir en haut Aller en bas

Re: Aide pour un DS poésie lyrique, SVP

Message par sand le Dim 27 Mai 2012 - 21:30

Il ne faut pas MissT, tu sais que les DM que tu postes ont toujours beaucoup de succès. C'est compliqué la poésie avec les 3èmes, on essaie de les préparer à la seconde en proposant des analyses un peu fines, et beaucoup ont perdu leur capacité de s'émerveiller.
Sinon il y a Le pont Mirabeau d'Apollinaire qui est très accessible pour des 3èmes.
http://www.neoprofs.org/t28668-controle-de-fin-de-sequence-sur-le-pont-mirabeau

sand
Empereur


Revenir en haut Aller en bas

Re: Aide pour un DS poésie lyrique, SVP

Message par miss terious le Dim 27 Mai 2012 - 22:59

J'ai encore retravaillé mon questionnaire, avec des questions me semble-t-il plus ciblées. J'aimerais vos avis, SVP. Soyez indulgents !

I. Un poème sur le Temps
1. a/ Combien de strophes le poème comporte-t-il ? De quel genre de strophes s’agit-il ?
1. b/ Combien de vers ce poème compte-t-il ? Quel rapprochement pouvez-vous faire avec le thème abordé dans le texte ?
2. a/ À quel type de vers le poète a-t-il recours ? Pour répondre, scandez les vers 1 et 6.
2. b/ Quel lien pouvez-vous établir entre ce type de vers et le thème traité dans le poème ?[/font][/color]
3. a/ Citez les termes évoquant des unités de mesure du temps qui passe
3. b/ Pour quelle raison le poète les multiplie-t-il ?

II. Le Temps : un Ennemi ?
4. Donnez la nature et la fonction des trois termes employés pour caractériser le temps dans le vers 1.
5. a/ « Dont le doigt nous menace » (v. 2) : quelle figure de style est employée dans ce vers ?
5. b/ Repérez deux autres vers où le poète a recours au même procédé.
6. Observez les verbes conjugués employés en référence au Temps dans les deux premières strophes : que montrent-ils de son action sur l’homme ?
7. a/ Quelle figure de style le poète emploie-t-il dans : « Maintenant dit : je suis Autrefois » (v. 11) ?
7. b/ Expliquez ce que veut dire l’auteur par cette déclaration.
8. Quelle image le poète donne-t-il du Temps ?[/font][/color]

III. L’Homme face au Temps
9. Quel procédé stylistique le poète utilise-t-il lorsqu’il désigne l’homme par l’expression « mortel folâtre » (v. 15) ?
9. b/ Dans la dernière strophe, relevez une autre désignation renvoyant à l’homme.
9. c/ Selon le poète, quelle attitude l’Homme adopte-t-il face au Temps ?
10. « Les minutes […] sont des gangues qu’il ne faut pas lâcher sans en extraire l’or. » : expliquez la métaphore utilisée ici par le poète.
11. a/ Quel conseil les représentants du Temps donne-t-il à l’Homme ? Pourquoi le répéter ?
11. b/ Pourquoi ce conseil est-il prodigué dans différentes langues ?
11. c/ Quelle est la valeur du présent de l’indicatif dans la cinquième strophe ? Que cherche alors à montrer l’auteur ?

IV. Bilan de lecture[/color][/size][/font]
12. D’après vos réponses précédentes, indiquez quelles sont les visées de ce poème (deux attendues).

_________________
"Ni ange, ni démon, juste sans nom." (Barbey d'AUREVILLY, in. Une histoire sans nom)
"Bien des choses ne sont impossibles que parce qu'on s'est accoutumé à les regarder comme telles." DUCLOS

miss terious
Modérateur


Revenir en haut Aller en bas

Re: Aide pour un DS poésie lyrique, SVP

Message par henriette le Dim 27 Mai 2012 - 23:02

J'allais proposer comme Sand, car l'Horloge, je l'ai fait régulièrement en 1e, et ce n'était pas facile du tout pour eux de saisir l'énonciation complexe, et ils passaient au départ du coup à côté.

Sinon, que dis-tu de ceux-ci :

R. Desnos, "Le Paysage" (Contrée, 1944)

J'avais rêvé d'aimer. J'aime encor mais l'amour
Ce n'est plus ce bouquet de lilas et de roses
Chargeant de leurs parfums la forêt où repose
Une flamme à l'issue de sentiers sans détour.

J'avais rêvé d'aimer. J'aime encor mais l'amour
Ce n'est plus cet orage où l'éclair superpose
Ses bûchers aux châteaux, déroute, décompose,
Illumine en fuyant l'adieu au carrefour.

C'est le silex en feu sous mon pas dans la nuit,
Le mot qu'aucun lexique au monde n'a traduit
L'écume sur la mer, dans le ciel ce nuage.

A vieillir tout devient rigide et lumineux,
Des boulevards sans noms et des cordes sans nœuds.
Je me sens me roidir avec le paysage.

Spoiler:
 La forme du sonnet permet de réunir trois époques, trois moments (amours de jeunesse = 1e quatrain / passion d’âge adulte = 2e quatrain / amours vieillissantes = 1e tercet), et d’en mesurer l’écart, pour en faire émerger l’effet du temps (2e tercet) : un effacement des lignes et des mots (« dans la nuit », « Le mot qu’aucun lexique au monde n’a traduit », « sans noms », « sans nœuds »), une réduction (« flamme » et « éclair », « bûcher », « illumine » devient « silex en feu », simple étincelle) : à la précision des évocations riches en sons, odeurs, couleurs succède l’insaisissable flou de « l’écume » et du « nuage », dans des espaces vagues « sur la mer, dans le ciel ». Le monde s’est comme appauvrit, réduit à d’anonymes « boulevards sans noms » qui s’étendent droits (par opposition aux « sentiers », même « sans détours », ou au « carrefour ») comme « des cordes sans nœuds » et sans surprise. Cette raideur qui s’est emparé du paysage résume l’effet de la vieillesse qui lui apparaît clairement : « A vieillir tout devient rigide et lumineux » et contamine le poète : « Je me sens me roidir avec le paysage ».
La forme fixe du sonnet deux quatrains pour le passé, deux tercets (= un vers de moins à chaque fois) pour le présent souligne cet appauvrissement.

Ou :

Philippe Jaccottet, L’Effraie et autres poésies (1953) « Je sais maintenant… »

Je sais maintenant que je ne possède rien,
pas même ce bel or qui est feuilles pourries,
Encore moins ces jours volant d'hier à demain
à grands coups d'ailes vers une heureuse patrie.

Elle fuit avec eux, l'émigrante fanée,
la beauté faible, avec ses secrets décevants,
vêtue de brume. On l'aura sans doute emmenée
ailleurs, par ces forêts pluvieuses. Comme avant,

je me retrouve au seuil d'un hiver irréel
où chante le bouvreuil obstiné, seul appel
qui ne cesse pas, comme le lierre. Mais qui peut dire

quel est son sens ? Je vois ma santé se réduire,
pareille à ce feu bref au-devant du brouillard
qu'un vent glacial avive, efface… Il se fait tard.

Spoiler:
Thème comparable à celui du sonnet de Desnos. Ici sonnet aussi mais aux formes pas classiques, en partie à cause des nombreux enjambements qui brouillent sa structure.
Constat désabusé et remise en cause du pouvoir du poète « je ne possède rien ». Sa force transfiguratrice n’opère plus,« ce bel or » n’est plus que « feuilles pourries », ni sa capacité à retenir le temps, « ces jours volants d’hier à demain » - pas de maintenant – fuient « vers une heureuse patrie », un ailleurs qui n’est pas le poème, ni enfin celle de déchiffrer le monde, le cri du « bouvreuil obstiné » étant le seul qui reste, mais incompréhensible pour le poète : « Mais qui peut dire / Quel est son sens ? ».
La Muse l’a quittée, mais elle avait perdu son pouvoir, comme le souligne l’évocation insistante de sa dégradation : « fanée », faible », « décevants ». Le poète semble une petite flamme qui vacille et s’affaiblit : image de « ce feu bref au devant du brouillard » incapable d’éclairer, et qui va s’éteindre + atteinte physique du temps « Je vois ma santé se réduire ». La voix s’efface dans les points de suspension, et s’achève sur le constat final qui sonne comme un glas : « Il se fait tard ».

Ou

Jules Laforgue, « Intarissablement » (1903 posth.)

Dire qu'on fond des cieux n'habite nul Songeur,
Dire que par l'espace où sans fin l'or ruisselle,
De chaque atome monte une voix solennelle
Cherchant dans l'azur noir à réveiller un cœur!

Dire qu'on ne sait rien! et que tout hurle en chœur.
Et que pourtant, malgré l'angoisse universelle,
Le Temps qui va roulant les siècles pêle-mêle,
Sans mémoire, éternel et grave travailleur,

Charriant sans retour engloutis dans ses ondes
Les cendres des martyrs, les cités et les mondes,
Le Temps, universel et calme écoulement,

Le Temps qui ne connaît ni son but, ni sa source,
Mais rencontre toujours des soleils dans sa course,
Tombe de l'urne bleue intarissablement!

Spoiler:
Le Temps est présenté de façon ambivalente : certes, il est source d’ « angoisse universelle » pour l’homme car synonyme d’anéantissement, de disparition : « roulant les siècles pêle-mêle », « sans mémoire », « charriant sans retour », « engloutis », « cendres » et la gradation de ce qui disparaît « martyrs », « cités », « mondes » montrant sa toute puissance sur tout.
L’homme est un « atome » dans un univers « sans fin », « azur noir » et vide de toute divinité « au fond des cieux n’habite nul Songeur ». Il est présenté comme « cherchant » – mais pas trouvant : « Dire qu’on ne sait rien ! » – et qui « hurle en chœur ».
Le Temps est indifférent au destin de l’homme : « éternel et grave travailleur », rien n’arrête son cours fatal à lui-même inconnu, lui « qui ne connaît ni son but ni sa source ».
Mais le poète alors apprivoise le Temps, nous le fait percevoir sous un jour presque rassurant : « universel et calme écoulement » dont les sonorités soulignées par l’allitération en « l » et « m » et le rythme du poème semble suivre les méandres. Le poème marque l’écoulement par la reprise du GN « Le Temps », ou la longueur du dernier adverbe qui semble encore prolonger dans le temps le dernier vers « intarissablement », un hémistiche à lui tout seul.
Enfin, le poète nous propose un Temps non plus destructeurs mais aussi propice et créateur, qui « rencontre toujours des soleils dans sa course » : le « toujours » efface le jamais des « sans mémoires » et « sans retour ». La figure finale, évocation cosmique d’un sablier sans fin, assure, malgré le passage de toute chose, la permanence de quelque chose.

Ou enfin, mais plus long

Louis Aragon, Le roman inachevé (1956) : « Je chante pour passer le temps »

Je chante pour passer le temps
Petit qu'il me reste de vivre
Comme on dessine sur le givre
Comme on se fait le cœur content
A lancer cailloux sur l'étang
Je chante pour passer le temps

J'ai vécu le jour des merveilles
Vous et moi souvenez-vous-en
Et j'ai franchi le mur des ans
Des miracles plein les oreilles
Notre univers n'est plus pareil
J'ai vécu le jour des merveilles

Allons que ces doigts se dénouent
Comme le front d'avec la gloire
Nos yeux furent premiers à voir
Les nuages plus bas que nous
Et l'alouette à nos genoux
Allons que ces doigts se dénouent

Nous avons fait des clairs de lune
Pour nos palais et nos statues
Qu'importe à présent qu'on nous tue
Les nuits tomberont une à une
La Chine s'est mise en Commune
Nous avons fait des clairs de lune

Et j'en dirais et j'en dirais
Tant fut cette vie aventure
Où l'homme a pris grandeur nature
Sa voix par-dessus les forêts
Les monts les mers et les secrets
Et j'en dirais et j'en dirais

Oui pour passer le temps je chante
Au violon s'use l'archet
La pierre au jeu des ricochets
Et que mon amour est touchante
Près de moi dans l'ombre penchante
Oui pour passer le temps je chante

Je passe le temps en chantant
Je chante pour passer le temps

Spoiler:
 Poème sur les souvenirs d’un passé heureux (émerveillement devant le spectacle du monde et la beauté de la nature, amour, grandeur de l’homme… : voir les champs lexicaux))
Heure du bilan au soir d’une vie bien remplie (« et j’en dirais et j’en dirais ») : instant très vite passé. Mais sentiment aussi que le monde a changé, ce temps passé est révolu (voir les passés composés)
Donc pas de nostalgie ni de tristesse : résignation ou sagesse ? En tout cas le poète accepte cette fuite du temps (« Qu’importe à présent qu’on nous tue ») et l’appelle même (« Allons que ces doigts se dénouent »)
Fonction de la poésie (« je passe le temps en chantant / je chante pour passer le temps ») : passer en revue le temps passé pour aider à accepter le temps qui passe.


Et juste pour le plaisir car trop court pour ton DM :

Guillevic, Art Poétique (1985-1986, Gallimard, 1989) : extrait.

Si je fais couler du sable
De ma main gauche à ma paume droite,

C'est bien sûr pour le plaisir
De toucher la pierre devenue poudre,

Mais c'est aussi et davantage
Pour donner du corps au temps,

Pour ainsi sentir le temps
Couler, s'écouler

Et aussi le faire
Revenir en arrière, se renier.

En faisant glisser du sable,
J'écris un poème contre le temps.

henriette
Médiateur


Revenir en haut Aller en bas

Re: Aide pour un DS poésie lyrique, SVP

Message par miss terious le Dim 27 Mai 2012 - 23:27

J'aime beaucoup le dernier !

_________________
"Ni ange, ni démon, juste sans nom." (Barbey d'AUREVILLY, in. Une histoire sans nom)
"Bien des choses ne sont impossibles que parce qu'on s'est accoutumé à les regarder comme telles." DUCLOS

miss terious
Modérateur


Revenir en haut Aller en bas

Re: Aide pour un DS poésie lyrique, SVP

Message par miss terious le Dim 27 Mai 2012 - 23:33

Merci Henriette de me proposer ces poèmes. Mais je n'ai hélas ! plus le temps de tout rebâtir, qui plus est sur des poèmes que je ne connais pas. Je crois que je vais tenter le coup avec L'Horloge et le nouveau questionnaire que j'ai préparé. On verra bien. Merci encore malgré tout.

_________________
"Ni ange, ni démon, juste sans nom." (Barbey d'AUREVILLY, in. Une histoire sans nom)
"Bien des choses ne sont impossibles que parce qu'on s'est accoutumé à les regarder comme telles." DUCLOS

miss terious
Modérateur


Revenir en haut Aller en bas

Re: Aide pour un DS poésie lyrique, SVP

Message par sand le Lun 28 Mai 2012 - 7:43

Il est bien ton questionnaire, MissT, quel boulot ! J'ai toujours du mal avec la dernière question, désolée.

sand
Empereur


Revenir en haut Aller en bas

Re: Aide pour un DS poésie lyrique, SVP

Message par henriette le Lun 28 Mai 2012 - 11:22

Une petite coquille dans ton questionnaire :

11. a/ Quel conseil les représentants du Temps donnent-ils à l’Homme ?

Le truc qui posait problème à mes élèves en général, c’était justement de comprendre qui parle, à partir d'où, car c'est un peu les poupées russes dans le texte, et en fait, la phrase minimale de base ( "Horloge ! dieu sinistre effrayant, impassible, dont le doigt nous menace et nous dit :") est une phrase nominale.
Ensuite on a différents locuteurs :
- l'Horloge elle-même, c'est l’essentiel du poème
- puis plus ponctuellement "la seconde" en discours rapporté par l'Horloge
- puis "Maintenant", même procédé de discours imbriqué

Peut-être que faire repérer la ponctuation du dialogue aiderait les élèves à mieux saisir la structure particulière du poème : les guillemets permettent de voir que presque tout le poème est le discours de l'Horloge, et les tirets les prises de paroles des deux autres "locuteurs" que fait parler l'Horloge elle-même.
Mais tu reprendras cela en correction je suppose.
Sinon, le reste me semble OK.

henriette
Médiateur


Revenir en haut Aller en bas

Re: Aide pour un DS poésie lyrique, SVP

Message par miss terious le Lun 28 Mai 2012 - 17:26

Merci pour la coquille ! et merci pour vos avis ! J'imprime et alea jacta est.

_________________
"Ni ange, ni démon, juste sans nom." (Barbey d'AUREVILLY, in. Une histoire sans nom)
"Bien des choses ne sont impossibles que parce qu'on s'est accoutumé à les regarder comme telles." DUCLOS

miss terious
Modérateur


Revenir en haut Aller en bas

Re: Aide pour un DS poésie lyrique, SVP

Message par LadyC le Lun 28 Mai 2012 - 17:30

Tu nous raconteras ! Very Happy trefle

_________________
Life is what happens to you while you're making other plans. John Lennon
Life is not governed by will or intention. Life is a question of nerves, and fibres, and slowly built-up cells in which thought hides itself and passion has its dreams. Oscar Wilde


Un ami, des amis ; un souci, des soucis.
Bien que femme, je me suis permis_ / demandé_ / rendu_ compte / fait_ désirer... etc._
 Smile

LadyC
Empereur


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum