Travailler avec des méthodes syllabiques

Page 10 sur 10 Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9, 10

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Re: Travailler avec des méthodes syllabiques

Message par coindeparadis le Mer 4 Juil 2012 - 13:56

@Lovizôle a écrit:Je constate la même chose que vous...
N'y avait-il pas cependant (hypothèse) une progression plus resserrée car davantage de temps consacré à la lecture ? Et moins aux autres disciplines ?
(Souvenirs de mon CP : peu de sport et de découverte du Monde, pas d'informatique Very Happy ni d'anglais...).
Durant mes années de'élémentaire, nous n'avions qu'une séance de sport par semaine. Et pas la diversité actuelle : chaque enseignant avait sa marotte (gymnastique en CP, hand au CM2...). On faisait peu d'arts plastiques également mais beaucoup de "dessin" : croquis de sciences, tracés de cartes géographiques, dessins d'observation... Pas d'anglais bien-sûr. J'ai toujours fait par contre une séance quotidienne soit d'histoire soit de géographie soit de sciences. Et nous avions 4 jours et demi de classe.

@Lovizôle a écrit:Je ne sais pas si cela a un rapport, et ne veux pas voir le mal partout, mais il y a pas mal d'enjeux financiers derrière ces méthodes. Souvent onéreuses, elles sont portées par de grands éditeurs.
Je suis plus pessimiste que cela : je pense que l'Etat a intérêt à former une masse inculte, un "sous-prolétariat" culturel bien malléable. Il suffit de voir que les pédagogies que nos dirigeants défendent ne sont pas celles des écoles de leurs enfants...
Et puis il y a aussi (et ça cela ne primait pas dans notre enfance), l'idée que l'enseignant doit s'amuser, se faire plaisir. Il suffit de voir des forums ou les Pe expliquent qu'ils ne prennent pas de méthodes syllabiques parce qu'ils s'ennuient, ou qu'ils enlèvent la moitié des leçons de code d'une autre pour remplacer par des albums "lecture-plaisir" (pour reprendre une de leurs expressions). Le problème va se majorer avec l'arrivée toujours plus fréquente de nouveaux PE qui eux-mêmes n'aiment pas lire (j'ai des étudiants qui avec une licence n'ont jamais lu un livre en entier affraid ), dont la culture est réduite à peau de chagrin. Comment transmettre une curiosité intellectuelle dans ces conditions ?

@doublecasquette a écrit:
Et pourquoi donc ? Rémi et Colette, dont parle Palomita, c'est bien une méthode mixte, non ?
Les non méthodes sont un grand danger, les "méthodes" idéovisuelles aussi, mais les "bonnes" méthodes mixtes, non. Ou alors nous sommes tous, à quelques rares exceptions près, des produits de ce grand danger...
Le problème c'est que le terme "méthodes mixtes" est généralement employé comme fourre-tout : à savoir méthode entre le syllabique et le global. Mais dans chaque méthode mixte on peut trouver un part plus ou moins grande de "global". Effectivement Daniel et Valérie (toujours édité) ne produit pas les même effets que Ribambelle.


Dernière édition par 21déjà le Mer 4 Juil 2012 - 20:07, édité 1 fois

coindeparadis
Guide spirituel


Revenir en haut Aller en bas

Re: Travailler avec des méthodes syllabiques

Message par doublecasquette le Mer 4 Juil 2012 - 14:04

C'est bien pour ça que je préfère parler de "méthodes de lecture", dans lesquelles l'analyse précède la synthèse ou vice-versa, et de "non-méthodes" où les médiateurs d'apprentissage se font plaisir en "étudiant" des œuvres de littérature de jeunesse avec leurs moyens de lecteurs, au détriment des élèves qui doivent se débrouiller seuls pour craquer le code secret qu'ils ne leur dévoilent pas.

_________________
Pardon pour vous, pardon pour eux, pour le silence
Et les mots inconsidérés,
Pour les phrases venant de lèvres inconnues
Qui vous touchent de loin comme balles perdues,
Et pardon pour les fronts qui semblent oublieux.



Papote aussi par là : http://salledesmaitres.forumactif.org/
et là : http://www.slecc.fr/forum_0910/index.php

Et puis par là : http://doublecasquette3.eklablog.com/

doublecasquette
Prophète


Revenir en haut Aller en bas

Re: Travailler avec des méthodes syllabiques

Message par Spinoza1670 le Mer 4 Juil 2012 - 14:37

@doublecasquette a écrit:
@Spinoza1670 a écrit:** en ce qui concerne la lecture comme technique de déchiffrage de l'écrit également, cf. par exemple :
Méthodes "mixtes" = (grand) danger !
Et pourquoi donc ? Rémi et Colette, dont parle Palomita, c'est bien une méthode mixte, non ?
Les non méthodes sont un grand danger, les "méthodes" idéovisuelles aussi, mais les "bonnes" méthodes mixtes, non. Ou alors nous sommes tous, à quelques rares exceptions près, des produits de ce grand danger...
"mixtes" avec des guillemets. Pas facile de condenser l'article de Julien Lachièze en 4 mots.

Voici l'intégralité de ce que j'avais mis sur la page : Je n'ai personnellement rédigé (dans un style inimitable) que les 6 premiers mots. Tout le reste = citations ou liens html.

Les lignes suivantes sont extraites de "La lecture selon les programmes de 2002 : comment n’apprend-on plus à l’école élémentaire."

"Les méthodes semi-globales sont les méthodes qui répondent aux exigences des programmes 2002 [8] :
d’une part, travailler simultanément sur l’identification des mots et
sur la compréhension ; d’autre part, enseigner les deux manières
d’identifier les mots (voies directe et indirecte).


Elles procèdent ainsi à ce que l’on appelle un " départ global " [9]
puis introduisent progressivement l’étude des sons et des syllabes
(introduction qui peut être immédiate ou différée jusqu’à plusieurs
mois).

Or, même en prenant le cas favorable de l’étude
immédiate des sons et des lettres, ces méthodes sont fatalement
occultistes. D’abord, bien sûr, parce qu’elles comportent une part de
pur global, en s’appuyant sur des mots non déchiffrés (parce que non
déchiffrables en début d’année) : les fameuses étiquettes de mots. Mais
elles sont également occultistes dans leur traitement de la combinatoire
elle-même.


En effet, les élèves pratiquent ces premières combinaisons à
l'intérieur de mots globaux, c’est-à-dire dont la majorité des lettres
sont inconnues. Par exemple, les élèves seront amenés à placer, à
l’écrit, les syllabes " ma ", " me ", " mi ", " mo ", " mu " dans des
mots dont toutes les autres lettres (et souvent des graphies complexes)
sont forcément inconnues en début d'année : …gicien - ...rage -
…sique.


Certes, ce type d’exercice a un intérêt pour la conscience
phonologique à l’oral. A l’écrit, en revanche, une telle démarche
encourage l’inattention systématique au reste du mot, qui effectivement
impossible à lire. Dans ma-gicien, seule la première syllabe est lue ;
la suite du mot est un hiéroglyphe indéchiffrable. La méthode
" semi-syllabique ", qui est un travail certes syllabique mais
parcellaire, installe donc l’habitude vite invétérée de la lecture
partielle, lacunaire, et de la divination de la fin du mot.


En écriture, on récolte ce que l’on a semé : l’oubli de lettres ou
de syllabes voire de mots entiers ou le non respect de l’ordre des
lettres sont devenus de grands classiques des élèves d’aujourd’hui. «
Classique » au sens de fréquent, de modèle (insolite) et de ce qui est
du ressort (cassé) de la « classe ».


En dépit du travail sur la syllabe, même précoce, les réflexes occultistes sont ainsi largement entretenus toute l’année."




Lire tout l'article :

La lecture selon les programmes de 2002 : comment n’apprend-on plus à l’école élémentaire.





Pour prolonger :


Le S.A.V. de Dagobert ou le garagiste fait avec ce que lui propose le constructeur.

_________________
« Let not any one pacify his conscience by the delusion that he can do no harm if he takes no part, and forms no opinion. Bad men need nothing more to compass their ends, than that good men should look on and do nothing. » (John Stuart Mill)
Littérature au primaire - Rédaction au primaire - Manuels anciens - Dessin au primaireApprendre à lire et à écrire - Maths au primaire - école : références - Leçons de choses.

Spinoza1670
Esprit éclairé


Revenir en haut Aller en bas

Re: Travailler avec des méthodes syllabiques

Message par doublecasquette le Mer 4 Juil 2012 - 14:51

Oui, je sais... Je te charrie un peu, Spino !

N'empêche que... il est temps de casser le mythe maintenant : on n'est pas forcé de déchiffrer péniblement "cadi - silo - dogme - caleb - galiote - kyrielle - synthèse - thériaque -pneumonie - psoral -sbire - spirale - Ptolémée - spatule - scribe - scruté - Strabon - Galswinthe" ou d'essayer de s'intéresser au sens caché de phrases telles que "le député fidèle sera réélu à la majorité - le rire désarme - le ministre Fox - Booz, père d'Obed - le piqueur a détaché le métal de la gangue" sous prétexte que "c'est syllabique" pour apprendre correctement à lire !

On peut aussi choisir et recommander une méthode rationnelle, même si elle contient une petit part de "global bien digéré".

Et ça, ce n'est pas moi qui l'ai dit la première !

Partir de l'expression orale des élèves, la compléter peu à peu par du vocabulaire choisi et immédiatement réutilisable, leur apprendre à ouvrir leurs oreilles pour entendre ce qu'ils prononcent et quand ils sont prêts, l'écrire sous leurs yeux en "craquant le code" d'emblée : "la cham-bre, le pla-fond, l'es-ca-lier, le bu-reau" ou "le ga-zon, le mas-sif, le ro-sier, le pla-ta-ne, le pru-nier", s'en servir d'un côté pour écrire des phrases et de l'autre pour apprendre comment on combine les lettres pour former les sons qui composent les mots, ça se faisait déjà il y a cent vingt à cent trente ans dans les écoles maternelles dont les petits pauvres et les petits étrangers de misère déposés là le matin, comme à la consigne, sortaient à six ou sept ans en sachant lire et écrire !

http://ecolereferences.blogspot.fr/2011/11/la-lecture-pour-les-5-6-ans-par-p.html

_________________
Pardon pour vous, pardon pour eux, pour le silence
Et les mots inconsidérés,
Pour les phrases venant de lèvres inconnues
Qui vous touchent de loin comme balles perdues,
Et pardon pour les fronts qui semblent oublieux.



Papote aussi par là : http://salledesmaitres.forumactif.org/
et là : http://www.slecc.fr/forum_0910/index.php

Et puis par là : http://doublecasquette3.eklablog.com/

doublecasquette
Prophète


Revenir en haut Aller en bas

Re: Travailler avec des méthodes syllabiques

Message par Lovizôle le Mer 4 Juil 2012 - 15:57

@doublecasquette a écrit:
N'empêche que... il est temps de casser le mythe maintenant : on n'est pas forcé de déchiffrer péniblement "cadi - silo - dogme - caleb - galiote - kyrielle - synthèse - thériaque -pneumonie - psoral -sbire - spirale - Ptolémée - spatule - scribe - scruté - Strabon - Galswinthe" ou d'essayer de s'intéresser au sens caché de phrases telles que "le député fidèle sera réélu à la majorité - le rire désarme - le ministre Fox - Booz, père d'Obed - le piqueur a détaché le métal de la gangue" sous prétexte que "c'est syllabique" pour apprendre correctement à lire !
D'un autre côté, si cela reste ponctuel, on peut éprouver un certain plaisir à sonoriser des mots inconnus. Je ne sais ce que signifie "psoral", ni qui est "Strabon", mais j'arrive à les lire... D'ailleurs, les enfants, dans leurs jeux de cour, enchaînent parfois des suites sonores très compliquées, formées de "mots" mis bout à bout, qui n'ont souvent aucun sens.( Dounia Chignagna, par exemple)



Lovizôle
Niveau 9


Revenir en haut Aller en bas

Re: Travailler avec des méthodes syllabiques

Message par doublecasquette le Mer 4 Juil 2012 - 16:12

@Lovizôle a écrit:
@doublecasquette a écrit:
N'empêche que... il est temps de casser le mythe maintenant : on n'est pas forcé de déchiffrer péniblement "cadi - silo - dogme - caleb - galiote - kyrielle - synthèse - thériaque -pneumonie - psoral -sbire - spirale - Ptolémée - spatule - scribe - scruté - Strabon - Galswinthe" ou d'essayer de s'intéresser au sens caché de phrases telles que "le député fidèle sera réélu à la majorité - le rire désarme - le ministre Fox - Booz, père d'Obed - le piqueur a détaché le métal de la gangue" sous prétexte que "c'est syllabique" pour apprendre correctement à lire !
D'un autre côté, si cela reste ponctuel, on peut éprouver un certain plaisir à sonoriser des mots inconnus. Je ne sais ce que signifie "psoral", ni qui est "Strabon", mais j'arrive à les lire... D'ailleurs, les enfants, dans leurs jeux de cour, enchaînent parfois des suites sonores très compliquées, formées de "mots" mis bout à bout, qui n'ont souvent aucun sens.( Dounia Chignagna, par exemple)



Oui, ponctuellement, on peut le faire, mais ce n'est pas indispensable. Un fois que l'élève saura lire p, so, ral, il pourra en effet lire psoral comme il pourrait tout aussi bien lire psaligrafure ou épsotylaire... Ce qui ne lui servira jamais.

Quant à Strabon, il serait mieux qu'au collège ou au lycée, il entendît parler de ce géographe grec, qui entre autres décrivit la Gaule et les Gaulois, plutôt que de déchiffrer ça au CP (là, c'était en GS).

_________________
Pardon pour vous, pardon pour eux, pour le silence
Et les mots inconsidérés,
Pour les phrases venant de lèvres inconnues
Qui vous touchent de loin comme balles perdues,
Et pardon pour les fronts qui semblent oublieux.



Papote aussi par là : http://salledesmaitres.forumactif.org/
et là : http://www.slecc.fr/forum_0910/index.php

Et puis par là : http://doublecasquette3.eklablog.com/

doublecasquette
Prophète


Revenir en haut Aller en bas

Re: Travailler avec des méthodes syllabiques

Message par Lovizôle le Mer 4 Juil 2012 - 16:22

Ah c'était lui !

J'aime bien "psaligrafure", on dirait un néologisme.

Lovizôle
Niveau 9


Revenir en haut Aller en bas

Page 10 sur 10 Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9, 10

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum