[Les Echos] Dix ans après, ce que sont devenus Les « ZEP sciences po »

Page 6 sur 8 Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Re: [Les Echos] Dix ans après, ce que sont devenus Les « ZEP sciences po »

Message par Dinosaura le Ven 29 Juin - 16:39

CdB, vous refusez d'entendre les arguments des uns et des autres, tout obnubilé que vous êtes par le fait que la société française est inégalitaire (là-dessus, je ne vous contredirai pas) et que l'école en est responsable. Mais là où nous divergeons, c'est sur l'éternelle question des causes et des symptômes.

Pourtant, les arguments sont simples :
1°) c'est arbitraire et injuste, et ce, non en amont de ce qui devrait être une scolarité réussie (la fameuse méritocratie, qui est aujourd'hui enrayée en raison des multiples réformes qui ont grippé le système), mais au niveau même du concours parallèle mis en place, qui de plus relègue l'écrit à la marge de manière inquiétante dans une institution qui devrait bien au contraire la promouvoir (et va ainsi dans le sens d'une société qui fait la part de plus en plus belle à la "communication", au paraître, à l'instantané, à l'image... et tourne le dos à ce qui fait l'excellence humaniste de la civilisation européenne...)
2°) du même coup, c'est une politique condescendante, et c'est un pansement sur une jambe de bois (comme ce que propose la social-démocratie en politique, non réformer, juste acheter un peu la paix sociale)
3°) le recrutement que j'appelle "paillette" compte plus qu'une réelle volonté de faire progresser/intégrer des élèves issus des classes défavorisées. Notez que ce recrutement "paillette" est également valable pour le recrutement des enfants de la bonne bourgeoisie (j'ai plein d'exemples d'élèves qui ont été admis ou acceptés à ScPo Paris parce qu'ils ont des relations politiques plus ou moins proches... enfin j'dis ça, j'dis rien...)
4°) enfin je plagie cette phrase célèbre : "pour que rien ne change, il faut que tout change". Changer le système sur sa marge, au final, ça ne change en rien le système inégalitaire, et ça le conforte même (un peu comme le processus de mondialisation crée des bourgeoisies un peu partout dans le monde, mais que les inégalités ne se sont jamais aussi bien portées)

Dinosaura
Habitué du forum


Revenir en haut Aller en bas

Re: [Les Echos] Dix ans après, ce que sont devenus Les « ZEP sciences po »

Message par Aurore le Ven 29 Juin - 19:30

@Collier de Barbe a écrit:Je quitte le fil 24h et ça devient un concours du plus élitiste du plus méprisant
Voilà de saintes paroles pleines d'humilité...

@Collier de Barbe a écrit:au contraire, ça nous a permis de leur donner plus de contenu, de les entraîner à des choses nouvelles et différentes.
Quel contenu, quelles choses "nouvelles" et "différentes" ? Vous êtes bien discret là-dessus.
@Collier de Barbe a écrit:La convention n'a jamais eu pour but de remplacer les autres voies de sélection.
Vous fréquentez les couloirs ministériels, pour affirmer cela ?
@Collier de Barbe a écrit:En tant qu'enseignant dans un établissement de ce dispositif, pourquoi irais-je les décourager de profiter d'une telle opportunité?
Parce que cela revient :
- à les sous-estimer, voire à leur manquer de respect en considérant qu'ils ne sont pas capables de faire comme les autres,
- à renoncer de fait à combler leurs lacunes, ce qui est à proprement parler révoltant.

@Collier de Barbe a écrit:Je me rappelle une de mes meilleures élèves qui était revenue assez atteinte d'une journée porte ouverte dans une prépa d'un grand lycée parisien, on lui avait que ses notes, son 15 en histoire, c'était "un 15 de banlieue" et qu'à Paris ça valait surement juste la moyenne?!)
@Collier de Barbe a écrit:Mais on peut aussi ouvrir un peu les yeux et regarder les chiffres: ce sont toujours les mêmes qui réussissent ou presque.
Mais n'êtes-vous pas là en train de vous contredire en beauté ?
@Collier de Barbe a écrit:peut-être a-t-on le droit à l'expérimentation?
Le langage grenellien dans toute sa splendeur. Certes, vous le maîtrisez, mais vous n'êtes pas le seul... Smile
@Collier de Barbe a écrit:on peut aussi admettre que même avec les meilleurs cours du monde, donnés par les profs les plus incroyables, en moyenne, l'influence du milieu familial, de ses habitudes, de ses pratiques, reste très forte, non?
Une raison pour dégrader la qualité de l'enseignement et renoncer à un recrutement basé sur les connaissances ?

@Collier de Barbe a écrit:vous voulez vraiment me convaincre qu'une jeunesse en milieu rural est comparable avec une jeunesse en ZEP? sérieusement? mais quel est le rapport?
Vous en dites trop, ou pas assez...
@Collier de Barbe a écrit:On imagine qu'un fils de prof de lettres (en prépa, en sus) a surement dû avoir de grandes difficultés scolaires.
un fils de prof de lettres est-il programmé dès la conception par manipulation génétique pour réussir à l'école ? Vous m'apprenez quelque chose...

@Collier de Barbe a écrit:Par ailleurs, vous mettez en avant Columbia ou Berkeley. Mais dites moi, comment sont choisis les undergraduate ? il n'y pas de concours, mais bien un dossier et parfois même (horreur totale) de l' affirmative action. J'ai pas entendu dire que ça avait beaucoup handicapé les performances de ces universités.
... ni réduit le montant des droits d'inscription exorbitants dans ces établissements. Le véritable élitisme se trouve là, et non pas comme vous l'affirmez dans les classes prépas, qui sont pour ainsi dire gratuites.
Au fait, c'est quoi, la "performance" d'un établissement ou d'une formation ?

@Collier de Barbe a écrit:@Aurore (je garde le meilleur pour la fin) comme discuter sérieusement avec vous?
parce que vous le faites ?
@Collier de Barbe a écrit:le "modèle anglo-saxon"??? excusez-moi, mais rien que cela jette le trouble sur la crédibilité de vos propos. Imaginez-vous deux Britanniques disserter sur le "modèle francophone"? Je connais l'existence d'un système éducatif en Grande-Bretagne ou aux États-Unis ou en Australie...
Ou comment détourner le topic...

@Collier de Barbe a écrit:Je passe sur le fait que pour attaquer cette expérience d' affirmative action , vous recycliez sans vergogne les arguments éculés des néo-conservateurs... américains ou de l'UNI. Mais un rapprochement UNI/ SNALC, ça aurait de la gueule, non?
Je sens pour ma part que la Sainte Alliance FCPE-SGEN-UNSA-UNEF vous émoustille...
Au fait, votre idole Descoings (qui a vraiment travaillé pour Sarko, lui) était-il un homme de gauche ?
@Collier de Barbe a écrit:Au-delà, je suis toujours stupéfait de lire la complète certitude qui émane de vos propos.
Relisez-vous donc...
@Collier de Barbe a écrit: La transgression dans la convention ZEP est somme toute limitée
Pour une fois, et pour terminer en beauté, je suis pleinement d'accord avec vous ! yesyes


Dernière édition par Aurore le Ven 29 Juin - 19:39, édité 1 fois (Raison : coquille)

Aurore
Esprit éclairé


Revenir en haut Aller en bas

Re: [Les Echos] Dix ans après, ce que sont devenus Les « ZEP sciences po »

Message par Presse-purée le Ven 29 Juin - 20:08

@Collier de Barbe a écrit:vous voulez vraiment me convaincre qu'une jeunesse en milieu rural est comparable avec une jeunesse en ZEP? sérieusement? mais quel est le rapport?

Perso, je trouve cela bien d'ouvrir des perspectives à des élèves de ZEP, surtout si vous leur filez des cours supplémentaires sur la base du volontariat. En prépa, j'ai eu des cours de rattrapage en civi antique et culture gé, et cela reste parmi les meilleurs souvenirs de ma vie d'étudiant.

Cependant, lire la citation là-haut, pour un mec comme moi qui vient de banlieue (ex-rouge, maintenant rose molle), et qui enseigne dans une zone rurale TRES défavorisée... Ben ça fait mal pour les petits méritants que j'ai en cours, qui triment dans des conditions dont peu de monde a idée ici et dont on se balance... comme toujours.

_________________
Homines, dum docent, discunt.Sénèque, Epistulae Morales ad Lucilium VII, 8

"La culture est aussi une question de fierté, de rapport de soi à soi, d’esthétique, si l’on veut, en un mot de constitution du sujet humain." (Paul Veyne, La société romaine)
"Soyez résolus de ne servir plus, et vous voilà libres". La Boétie
"Confondre la culture et son appropriation inégalitaire du fait des conditions sociales : quelle erreur !" H. Pena-Ruiz
"Il vaut mieux qu'un élève sache tenir un balai plutôt qu'il ait été initié à la philosophie: c'est ça le socle commun" un IPR

Presse-purée
Grand sage


Revenir en haut Aller en bas

Re: [Les Echos] Dix ans après, ce que sont devenus Les « ZEP sciences po »

Message par Palombella Rossa le Ven 29 Juin - 20:17

Cependant, lire la citation là-haut, pour un mec comme moi qui vient de banlieue (ex-rouge, maintenant rose molle), et qui enseigne dans une zone rurale TRES défavorisée... Ben ça fait mal pour les petits méritants que j'ai en cours, qui triment dans des conditions dont peu de monde a idée ici et dont on se balance... comme toujours.

Voilà.
Merci, Presse-purée !
C'est exactement ce que je voulais dire.
Les petits ruraux en bavent encore plus que les petits banlieusards (et eux, ils n'ont pas le RER à prendre pour être au cinéma, au théâtre , en bibliothèque ou au concert, à supposer qu'ils en aient envie) et tout le monde s'en tape.
Mais ça fait plus chic, et c'est tellement plus rassurant pour les lecteurs du Nouvel Observateur, qui frémissent d'extase devant les "classes dangereuses", d'envoyer des banlieusards à Sces-Po plutôt que de braves pacoulins...

Palombella Rossa
Érudit


Revenir en haut Aller en bas

Re: [Les Echos] Dix ans après, ce que sont devenus Les « ZEP sciences po »

Message par Presse-purée le Ven 29 Juin - 20:27

Vous y allez un peu fort sur les petits banlieusards... mais c'est vrai que le déficit de transports en commun rend la vie culturelle pas facile du tout dans ces coins.

Une anecdote, pour situer. Mon (excellent) collègue de SVT organise en 6è une sortie pour faire découvrir le littoral aux élèves. Mon bahut (et sa zone de recrutement) sont assez près de la mer (en gros, une dizaine de km). En sixième, entre 5 et 10% des élèves N'ONT JAMAIS VU LA MER avant cette sortie.

_________________
Homines, dum docent, discunt.Sénèque, Epistulae Morales ad Lucilium VII, 8

"La culture est aussi une question de fierté, de rapport de soi à soi, d’esthétique, si l’on veut, en un mot de constitution du sujet humain." (Paul Veyne, La société romaine)
"Soyez résolus de ne servir plus, et vous voilà libres". La Boétie
"Confondre la culture et son appropriation inégalitaire du fait des conditions sociales : quelle erreur !" H. Pena-Ruiz
"Il vaut mieux qu'un élève sache tenir un balai plutôt qu'il ait été initié à la philosophie: c'est ça le socle commun" un IPR

Presse-purée
Grand sage


Revenir en haut Aller en bas

Re: [Les Echos] Dix ans après, ce que sont devenus Les « ZEP sciences po »

Message par Aurore le Ven 29 Juin - 20:30

@Palombella Rossa a écrit:
Cependant, lire la citation là-haut, pour un mec comme moi qui vient de banlieue (ex-rouge, maintenant rose molle), et qui enseigne dans une zone rurale TRES défavorisée... Ben ça fait mal pour les petits méritants que j'ai en cours, qui triment dans des conditions dont peu de monde a idée ici et dont on se balance... comme toujours.

Voilà.
Merci, Presse-purée !
C'est exactement ce que je voulais dire.
Les petits ruraux en bavent encore plus que les petits banlieusards (et eux, ils n'ont pas le RER à prendre pour être au cinéma, au théâtre , en bibliothèque ou au concert, à supposer qu'ils en aient envie) et tout le monde s'en tape.
Mais ça fait plus chic, et c'est tellement plus rassurant pour les lecteurs du Nouvel Observateur, qui frémissent d'extase devant les "classes dangereuses", d'envoyer des banlieusards à Sces-Po plutôt que de braves pacoulins...
topela Entre le Bocage et le Sud-Vendée, on sait de quoi on parle...

Aurore
Esprit éclairé


Revenir en haut Aller en bas

Re: [Les Echos] Dix ans après, ce que sont devenus Les « ZEP sciences po »

Message par Palombella Rossa le Ven 29 Juin - 20:30

@Presse-purée a écrit:Vous y allez un peu fort sur les petits banlieusards... mais c'est vrai que le déficit de transports en commun rend la vie culturelle pas facile du tout dans ces coins.

Une anecdote, pour situer. Mon (excellent) collègue de SVT organise en 6è une sortie pour faire découvrir le littoral aux élèves. Mon bahut (et sa zone de recrutement) sont assez près de la mer (en gros, une dizaine de km). En sixième, entre 5 et 10% des élèves N'ONT JAMAIS VU LA MER avant cette sortie.

Je confirme.
Le même pourcentage des 6eme de mon ex-mari, en Vendée (15 kms de l'Aiguillon/mer) n'avaient jamais vu la mer "pour de vrai".
La quasi totalité n'était jamais allée à Nantes.
Le déficit de transports en commun est terrible à la campagne.

Palombella Rossa
Érudit


Revenir en haut Aller en bas

Re: [Les Echos] Dix ans après, ce que sont devenus Les « ZEP sciences po »

Message par Aevin le Ven 29 Juin - 20:40

@Presse-purée a écrit:Vous y allez un peu fort sur les petits banlieusards... mais c'est vrai que le déficit de transports en commun rend la vie culturelle pas facile du tout dans ces coins.

Une anecdote, pour situer. Mon (excellent) collègue de SVT organise en 6è une sortie pour faire découvrir le littoral aux élèves. Mon bahut (et sa zone de recrutement) sont assez près de la mer (en gros, une dizaine de km). En sixième, entre 5 et 10% des élèves N'ONT JAMAIS VU LA MER avant cette sortie.
Oui... et j'ai eu des élèves en 1ère en banlieue parisienne qui n'avait jamais été au Louvre et d'autre qui ne sont jamais venu au salon de l'automobile (Porte de Versailles), parce que leur prof leur avait dit d'aller jusqu'à Paris en RER et que les mômes n'ont jamais trouvé la station "Paris" sur le plan du RER. A la question d'un élève concernant l'apparence de Descartes, un de mes collègues les a renvoyé à "Jeux Descartes" qui se trouve rue des écoles. Réponse des élèves: "Ce n'est pas notre territoire"... Je crois que nous avons tous eu des élèves qui vivent dans des condition exécrables et qui ignorent le monde dans lequel ils vivent, pas besoin de commencer un compétition de qui pisse le plus loin !

_________________
Automate - et fier de l'être  Wink

"Well, the travelling teachers do come through every few months," said the Baron.
"Yes, sir, I know sir, and they're useless. They teach facts, not understanding. It's like teaching people about forests by showing them a saw. I want a proper school, sir, to teach reading an writing, and most of all thinking, sir [...]"
Terry Pratchett - I Shall Wear Midnight

... und wer Fehler findet, kann sie behalten!

Aevin
Habitué du forum


Revenir en haut Aller en bas

Re: [Les Echos] Dix ans après, ce que sont devenus Les « ZEP sciences po »

Message par Aurore le Ven 29 Juin - 20:47

@Aevin a écrit:
@Presse-purée a écrit:Vous y allez un peu fort sur les petits banlieusards... mais c'est vrai que le déficit de transports en commun rend la vie culturelle pas facile du tout dans ces coins.

Une anecdote, pour situer. Mon (excellent) collègue de SVT organise en 6è une sortie pour faire découvrir le littoral aux élèves. Mon bahut (et sa zone de recrutement) sont assez près de la mer (en gros, une dizaine de km). En sixième, entre 5 et 10% des élèves N'ONT JAMAIS VU LA MER avant cette sortie.
Oui... et j'ai eu des élèves en 1ère en banlieue parisienne qui n'avait jamais été au Louvre et d'autre qui ne sont jamais venu au salon de l'automobile (Porte de Versailles), parce que leur prof leur avait dit d'aller jusqu'à Paris en RER et que les mômes n'ont jamais trouvé la station "Paris" sur le plan du RER. A la question d'un élève concernant l'apparence de Descartes, un de mes collègues les a renvoyé à "Jeux Descartes" qui se trouve rue des écoles. Réponse des élèves: "Ce n'est pas notre territoire"... Je crois que nous avons tous eu des élèves qui vivent dans des condition exécrables et qui ignorent le monde dans lequel ils vivent, pas besoin de commencer un compétition de qui pisse le plus loin !
Certes. il n'en demeure pas moins qu'en banlieue, il existe de nombreuses médiathèques ou centres culturels proposant une offre de qualité ; les élèves - du moins certains d'entre eux - ne sont pas pour autant plus pressés que cela d'en profiter, et ce malgré les encouragements répétés des professeurs.
Alors qu'en zone rurale, il existe de véritables déserts culturels.


Dernière édition par Aurore le Ven 29 Juin - 20:51, édité 1 fois (Raison : oubli)

Aurore
Esprit éclairé


Revenir en haut Aller en bas

Re: [Les Echos] Dix ans après, ce que sont devenus Les « ZEP sciences po »

Message par Collier de Barbe le Ven 29 Juin - 21:46

Eh oui parce qu'Aurore connaît la banlieue aussi bien que le monde anglophone-saxon, c'est tout dire. J'espère que vous ne révèlerez vite quelle formation, quel parcours et quels établissements vous permettent de juger unilatéralement du niveau des bacheliers, du fait que les boursiers soient des fumistes etc...
Franchement ça m'intéresse.
Ou est-ce votre statut d'apparatchik du SNALC qui vous autorise à pérorer avec tant de constance et tant de mépris sur des sujets à propos desquels vous ne connaissez manifestement rien. Avez-vous rencontré un seul de ces profs que vous insultez continuellement en imaginant qu'ils font des cours au rabais? (qui? Quoi? Comment ? C'est pas grave on en parle quand même) avez vous rencontré un seul de ces étudiants ?
Mais non bien sûr...
Et vous prétendez représenter vos collègues?

_________________
CdB
@AbbeCordillere

Collier de Barbe
Neoprof expérimenté


Revenir en haut Aller en bas

Re: [Les Echos] Dix ans après, ce que sont devenus Les « ZEP sciences po »

Message par Ronin le Ven 29 Juin - 21:57

C'est dommage que le topic dérive en guerre des tranchées. Je suis loin de partager les positions de CdB mais je m'étonne que l'on tire un peu vite sur ce qu'il écrit. Que je sache ce n'est pas lui qui a inventé ces dispositifs ? ne peut-on lui laisser la possibilité d'exprimer un point de vue ( que je ne partage pas ) sans lui faire endosser la responsabilité de tous les errements récents de l'EN ?

_________________

Ronin
Guide spirituel


Revenir en haut Aller en bas

Re: [Les Echos] Dix ans après, ce que sont devenus Les « ZEP sciences po »

Message par alberto79 le Ven 29 Juin - 22:09

Je ne connais pas les deux systèmes qu´on est en train de comparer. En quoi consiste le concours « normal » ? En quoi consiste le concours « spécial » ? Quelqu´un aurait la gentillesse de me l´expliquer ?

alberto79
Habitué du forum


Revenir en haut Aller en bas

Re: [Les Echos] Dix ans après, ce que sont devenus Les « ZEP sciences po »

Message par Aurore le Sam 30 Juin - 5:45

@Collier de Barbe a écrit:Eh oui parce qu'Aurore connaît la banlieue aussi bien que le monde anglophone-saxon, c'est tout dire. J'espère que vous ne révèlerez vite quelle formation, quel parcours et quels établissements vous permettent de juger unilatéralement du niveau des bacheliers, du fait que les boursiers soient des fumistes etc...
Franchement ça m'intéresse.
Ou est-ce votre statut d'apparatchik du SNALC qui vous autorise à pérorer avec tant de constance et tant de mépris sur des sujets à propos desquels vous ne connaissez manifestement rien. Avez-vous rencontré un seul de ces profs que vous insultez continuellement en imaginant qu'ils font des cours au rabais? (qui? Quoi? Comment ? C'est pas grave on en parle quand même) avez vous rencontré un seul de ces étudiants ?
Mais non bien sûr...
Prétendez-vous toujours participer à une discussion sérieuse ?

Aurore
Esprit éclairé


Revenir en haut Aller en bas

Re: [Les Echos] Dix ans après, ce que sont devenus Les « ZEP sciences po »

Message par Aurore le Sam 30 Juin - 6:07

@Ronin a écrit:C'est dommage que le topic dérive en guerre des tranchées. Je suis loin de partager les positions de CdB mais je m'étonne que l'on tire un peu vite sur ce qu'il écrit. Que je sache ce n'est pas lui qui a inventé ces dispositifs ? ne peut-on lui laisser la possibilité d'exprimer un point de vue ( que je ne partage pas ) sans lui faire endosser la responsabilité de tous les errements récents de l'EN ?
"Ou est-ce votre statut d'apparatchik du SNALC qui vous autorise à pérorer avec tant de constance et tant de mépris sur des sujets à propos desquels vous ne connaissez manifestement rien."
"vous recycliez sans vergogne les arguments éculés des néo-conservateurs... américains ou de l'UNI. Mais un rapprochement UNI/ SNALC, ça aurait de la gueule, non?"


Vous appelez cela un point de vue, Ronin ?
Mais on n'attend qu'une chose de CdB : qu'il nous détaille enfin le contenu différent de ces formations et épreuves différentes qu'il prétend adaptées à un public lui aussi différent.
Car pour le moment, je n'y vois que tartufferie et langue de bois destinées à entretenir l'inégalité la plus illégitime, qu'il dénonce lui-même, sans doute de bonne foi... Si l'on voulait vraiment respecter cette différence, on s'emploierait à la gommer, et ce bien avant qu'un élève atteigne l'âge de se présenter à un concours.
Une dernière chose : CdB affirme avec pugnacité la réussite de ces étudiants. Et si on s'interrogeait sur la signification de ce terme en regard des contenus et objectifs d'une formation de type Sc Po (et en particulier Sc Po Paris) ? En un mot, à quoi bon prétendre transgresser le système, si c'est pour mieux le perpétuer ?

Aurore
Esprit éclairé


Revenir en haut Aller en bas

Re: [Les Echos] Dix ans après, ce que sont devenus Les « ZEP sciences po »

Message par Aurore le Sam 30 Juin - 6:10

C'est d'ailleurs très exactement ce qu'écrivait Dinosaura un peu plus haut :
@Dinosaura a écrit:
4°) enfin je plagie cette phrase célèbre : "pour que rien ne change, il faut que tout change". Changer le système sur sa marge, au final, ça ne change en rien le système inégalitaire, et ça le conforte même (un peu comme le processus de mondialisation crée des bourgeoisies un peu partout dans le monde, mais que les inégalités ne se sont jamais aussi bien portées)
topela

Aurore
Esprit éclairé


Revenir en haut Aller en bas

Re: [Les Echos] Dix ans après, ce que sont devenus Les « ZEP sciences po »

Message par Aevin le Sam 30 Juin - 6:30

@alberto79 a écrit:Je ne connais pas les deux systèmes qu´on est en train de comparer. En quoi consiste le concours « normal » ?
Les épreuve se trouvent ici.

_________________
Automate - et fier de l'être  Wink

"Well, the travelling teachers do come through every few months," said the Baron.
"Yes, sir, I know sir, and they're useless. They teach facts, not understanding. It's like teaching people about forests by showing them a saw. I want a proper school, sir, to teach reading an writing, and most of all thinking, sir [...]"
Terry Pratchett - I Shall Wear Midnight

... und wer Fehler findet, kann sie behalten!

Aevin
Habitué du forum


Revenir en haut Aller en bas

Re: [Les Echos] Dix ans après, ce que sont devenus Les « ZEP sciences po »

Message par Aurore le Sam 30 Juin - 6:47

@Aevin a écrit:
@alberto79 a écrit:Je ne connais pas les deux systèmes qu´on est en train de comparer. En quoi consiste le concours « normal » ?
Les épreuve se trouvent ici.
à noter que ce sont les épreuves des IEP de province.

Aurore
Esprit éclairé


Revenir en haut Aller en bas

Re: [Les Echos] Dix ans après, ce que sont devenus Les « ZEP sciences po »

Message par Collier de Barbe le Sam 30 Juin - 6:52

Aurore dites nous que vous n'avez jamais fait le moindre cours en lycée qu'on en finisse! Ni en primaire sans doute! Mais vous savez ce qu'il faut y faire, hein ? Vous avez zero légitimité pour discuter de ce sujet que vous ne comprenez pas.

J'ai deja expliqué en quoi consiste la convention mais comme votre aveuglement et votre omniscience délirante vous empêchent de comprendre, je vais avoir pitié de vous et vous reexpliquer.
Les élèves de la convention préparent un concours différent : une revue de presse sur un sujet de politique étrangère. Cette revue de presse et l'entretien nécessitent une préparation spécifique, des cours supplémentaires le plus souvent le mercredi après midi.
Les heureux élus (une centaines par an) deviennent ensuite des étudiants de Sciences Po comme les autres (ça vous fait mal, mais au final c'est ce qui se passe).
Après vous pouvez détestez Sciences Po ce qui semble être le cas, ça vous regarde. Évidemment que cette convention ne révolutionne pas le système éducatif, mais je prétends qu'elle offre des opportunités interessantes à nos élèves et qu'elle à des effets positifs pour nos établissements et pour Sciences Po.

@dinosaura: je vais dire à I. qui a intégré en 2009 et qui vient de passer un an à l'Université de Toronto et qui enchaîne sur un stage à Bahreïn que Sciences Po la méprise?! Je vais dire à B. que ses parents voulaient marier de force en terminale à son cousin, et qui elle aussi fait son cursus librement et toujours célibataire, que Sciences Po la méprise...


_________________
CdB
@AbbeCordillere

Collier de Barbe
Neoprof expérimenté


Revenir en haut Aller en bas

Re: [Les Echos] Dix ans après, ce que sont devenus Les « ZEP sciences po »

Message par Marcassin le Sam 30 Juin - 7:07

@Collier de Barbe a écrit:Je vais dire à B. que ses parents voulaient marier de force en terminale à son cousin, et qui elle aussi fait son cursus librement et toujours célibataire, que Sciences Po la méprise..
Sciences Po libérateur ! cheers

_________________
"Je regarde la grammaire comme la première partie de l'art de penser." (Condillac)
"Je ne cherche pas à innover, je cherche à être efficace." (Provence)

Marcassin
Habitué du forum


Revenir en haut Aller en bas

Re: [Les Echos] Dix ans après, ce que sont devenus Les « ZEP sciences po »

Message par John le Sam 30 Juin - 7:09

J'aime bien les débats courtois et qui ont du sens, et il y en a beaucoup ici.
J'aime moins les emportements, quelle qu'en soit la source, et il y en a malheureusement un peu ici aussi : gardons notre sang froid, que diable Very Happy

CdB, je pense que la colère vous égare quand vous faites d'Aurore une apparatchik de tel ou tel syndicat (eussiez-vous dit que c'est une apparatchik de l'UNSA ou de FO que j'eusse écrit la même phrase). A moins qu'elle ne vous ait fait des confidences qui vont dans le sens de ce que vous écrivez, auquel cas je m'étonne d'une telle intimité entre vous deux, que ne laissait pas présager votre échange sur le forum général.

D'autre part, Aurore, malgré l'avis mitigé que j'ai sur ces conventions (j'y vois des avantages et des inconvénients, et je pense que toute personne objective est dans le même cas que moi), je pense que tu n'as pas raison quand tu écris l'argument suivant :
En tant qu'enseignant dans un établissement de ce dispositif, pourquoi irais-je les décourager de profiter d'une telle opportunité?
Parce que cela revient :
- à les sous-estimer, voire à leur manquer de respect en considérant qu'ils ne sont pas capables de faire comme les autres,
- à renoncer de fait à combler leurs lacunes, ce qui est à proprement parler révoltant.
Le dispositif existe : il faut encourager les élèves qui le peuvent à y participer. Qu'il soit ensuite amendable ou perfectible, personne n'en doute : mais ça ne veut pas dire qu'un enseignant doit priver des élèves de cette possibilité.

_________________
En achetant des articles au lien ci-dessous, vous nous aidez, sans frais, à gérer le forum. Merci !


"Celui qui ne participe pas à la lutte participe à la défaite" (Brecht)
"La nostalgie, c'est plus ce que c'était" (Simone Signoret)
"Les médias participent à la falsification permanente de l'information" (Umberto Eco)

John
Médiateur


Revenir en haut Aller en bas

Re: [Les Echos] Dix ans après, ce que sont devenus Les « ZEP sciences po »

Message par John le Sam 30 Juin - 7:10

@Marcassin a écrit:
@Collier de Barbe a écrit:Je vais dire à B. que ses parents voulaient marier de force en terminale à son cousin, et qui elle aussi fait son cursus librement et toujours célibataire, que Sciences Po la méprise..
Sciences Po libérateur ! cheers
En tous cas, les études libératrices, oui. Enfin, c'est l'un de leurs buts.

_________________
En achetant des articles au lien ci-dessous, vous nous aidez, sans frais, à gérer le forum. Merci !


"Celui qui ne participe pas à la lutte participe à la défaite" (Brecht)
"La nostalgie, c'est plus ce que c'était" (Simone Signoret)
"Les médias participent à la falsification permanente de l'information" (Umberto Eco)

John
Médiateur


Revenir en haut Aller en bas

Re: [Les Echos] Dix ans après, ce que sont devenus Les « ZEP sciences po »

Message par Aurore le Sam 30 Juin - 7:25

@Collier de Barbe a écrit:Vous avez zero légitimité pour discuter de ce sujet que vous ne comprenez pas.

comme votre aveuglement et votre omniscience délirante vous empêchent de comprendre, je vais avoir pitié de vous et vous reexpliquer.

Les heureux élus (une centaines par an)

vous pouvez détestez Sciences Po
Gardez votre calme, Collier : le mépris et la suffisance vous égarent, et la pitié se révèle parfois dangereuse. Wink
@Collier de Barbe a écrit:Les élèves de la convention préparent un concours différent : une revue de presse sur un sujet de politique étrangère. Cette revue de presse et l'entretien nécessitent une préparation spécifique, des cours supplémentaires le plus souvent le mercredi après midi.
Préparer une revue de presse sur un sujet de politique étrangère est indiscutablement une activité enrichissante, et dispenser des cours supplémentaires à ces élèves constitue une excellente idée. Sans ironie aucune. Par contre, cela ne m'indique pas :
- comment fait-on pour combler les lacunes de ces élèves en expression écrite et en culture générale ? Car préparer une revue de presse ne suffit probablement pas, et pour travailler l'orthographe (par exemple), le Bled est sans doute plus efficace...
- au nom de quoi modifie-t-on les épreuves d'entrée à Sc Po Paris pour ces élèves ?
@Collier de Barbe a écrit:Les heureux élus (une centaines par an) deviennent ensuite des étudiants de Sciences Po comme les autres (ça vous fait mal, mais au final c'est ce qui se passe).
On ne va pas nous affirmer le contraire...
@Collier de Barbe a écrit:Évidemment que cette convention ne révolutionne pas le système éducatif, mais je prétends qu'elle offre des opportunités interessantes à nos élèves
Certes...
@Collier de Barbe a écrit:et qu'elle à des effets positifs pour nos établissements
Pour les établissements conventionnés, sans doute. Pour l'immense majorité des autres, c'est moins sûr...
@Collier de Barbe a écrit:
et pour Sciences Po
... une aubaine en termes de com'.

@Collier de Barbe a écrit:@dinosaura: je vais dire à I. qui a intégré en 2009 et qui vient de passer un an à l'Université de Toronto et qui enchaîne sur un stage à Bahreïn que Sciences Po la méprise?! Je vais dire à B. que ses parents voulaient marier de force en terminale à son cousin, et qui elle aussi fait son cursus librement et toujours célibataire, que Sciences Po la méprise...
C'est précisément ce qu'on disait plus haut : une action de charité. Ou comment extraire quelques privilégiés pour mieux faire oublier le mépris et l'inaction envers les tous autres.
Quant au stage à Bahreïn, même si c'est un autre débat, il témoigne à lui seul du caractère hautement subversif de l'institution...

Aurore
Esprit éclairé


Revenir en haut Aller en bas

Re: [Les Echos] Dix ans après, ce que sont devenus Les « ZEP sciences po »

Message par alberto79 le Sam 30 Juin - 7:27

@Aurore a écrit:
@Aevin a écrit:
@alberto79 a écrit:Je ne connais pas les deux systèmes qu´on est en train de comparer. En quoi consiste le concours « normal » ?
Les épreuve se trouvent ici.
à noter que ce sont les épreuves des IEP de province.

D´accord. Merci Aevin et Aurore. J´imagine que les épreuves du concours pour l´entrée à Sciences-Po Paris ne sont pas trop différentes. Et alors, je me pose la question suivante qui est peut-être la principale source du conflit : Croyez-vous que le concours spécial est moins méritocratique que le concours normal ? Pourquoi ?

alberto79
Habitué du forum


Revenir en haut Aller en bas

Re: [Les Echos] Dix ans après, ce que sont devenus Les « ZEP sciences po »

Message par Aurore le Sam 30 Juin - 7:35

John, je vais précisément dans ton sens dans mon dernier message.
Disons que ce dispositif est objectivement profitable à ces élèves, bien qu'encore une fois il pourrait l'être davantage, car il me semble préférable de leur faire rattraper leurs manques au lieu d'aménager le parcours. Par contre, il y a méprise sur la notion même de réussite (envisagée ici uniquement sous l'angle social et bassement matériel, pour ne pas dire matérialiste). Et bien évidemment, le principe même de l'affirmative action pose question... Rolling Eyes

Aurore
Esprit éclairé


Revenir en haut Aller en bas

Re: [Les Echos] Dix ans après, ce que sont devenus Les « ZEP sciences po »

Message par Dinosaura le Sam 30 Juin - 10:59

@Collier de Barbe a écrit:Aurore dites nous que vous n'avez jamais fait le moindre cours en lycée qu'on en finisse! Ni en primaire sans doute! Mais vous savez ce qu'il faut y faire, hein ? Vous avez zero légitimité pour discuter de ce sujet que vous ne comprenez pas.

J'ai deja expliqué en quoi consiste la convention mais comme votre aveuglement et votre omniscience délirante vous empêchent de comprendre, je vais avoir pitié de vous et vous reexpliquer.
Les élèves de la convention préparent un concours différent : une revue de presse sur un sujet de politique étrangère. Cette revue de presse et l'entretien nécessitent une préparation spécifique, des cours supplémentaires le plus souvent le mercredi après midi.
Les heureux élus (une centaines par an) deviennent ensuite des étudiants de Sciences Po comme les autres (ça vous fait mal, mais au final c'est ce qui se passe).
Après vous pouvez détestez Sciences Po ce qui semble être le cas, ça vous regarde. Évidemment que cette convention ne révolutionne pas le système éducatif, mais je prétends qu'elle offre des opportunités interessantes à nos élèves et qu'elle à des effets positifs pour nos établissements et pour Sciences Po.

@dinosaura: je vais dire à I. qui a intégré en 2009 et qui vient de passer un an à l'Université de Toronto et qui enchaîne sur un stage à Bahreïn que Sciences Po la méprise?! Je vais dire à B. que ses parents voulaient marier de force en terminale à son cousin, et qui elle aussi fait son cursus librement et toujours célibataire, que Sciences Po la méprise...


C'est beau, c'est très beau (félicitation à elle), mais que dit science-po aux autres ?

Dinosaura
Habitué du forum


Revenir en haut Aller en bas

Re: [Les Echos] Dix ans après, ce que sont devenus Les « ZEP sciences po »

Message par Dinosaura le Sam 30 Juin - 11:01

@Aurore a écrit:
@Collier de Barbe a écrit:Vous avez zero légitimité pour discuter de ce sujet que vous ne comprenez pas.

comme votre aveuglement et votre omniscience délirante vous empêchent de comprendre, je vais avoir pitié de vous et vous reexpliquer.

Les heureux élus (une centaines par an)

vous pouvez détestez Sciences Po
Gardez votre calme, Collier : le mépris et la suffisance vous égarent, et la pitié se révèle parfois dangereuse. Wink
@Collier de Barbe a écrit:Les élèves de la convention préparent un concours différent : une revue de presse sur un sujet de politique étrangère. Cette revue de presse et l'entretien nécessitent une préparation spécifique, des cours supplémentaires le plus souvent le mercredi après midi.
Préparer une revue de presse sur un sujet de politique étrangère est indiscutablement une activité enrichissante, et dispenser des cours supplémentaires à ces élèves constitue une excellente idée. Sans ironie aucune. Par contre, cela ne m'indique pas :
- comment fait-on pour combler les lacunes de ces élèves en expression écrite et en culture générale ? Car préparer une revue de presse ne suffit probablement pas, et pour travailler l'orthographe (par exemple), le Bled est sans doute plus efficace...


+ 10000000 !! Que répond Science-Po à cela ? Suppose-t-on acquise la maîtrise de l'écrit (dans ses composantes orthographiques aussi bien qu'argumentatives ) ? Savoir exposer à l'oral est une indéniable qualité, mais cela ne fait pas tout.


- au nom de quoi modifie-t-on les épreuves d'entrée à Sc Po Paris pour ces élèves ?
@Collier de Barbe a écrit:Les heureux élus (une centaines par an) deviennent ensuite des étudiants de Sciences Po comme les autres (ça vous fait mal, mais au final c'est ce qui se passe).
On ne va pas nous affirmer le contraire...
@Collier de Barbe a écrit:Évidemment que cette convention ne révolutionne pas le système éducatif, mais je prétends qu'elle offre des opportunités interessantes à nos élèves
Certes...
@Collier de Barbe a écrit:et qu'elle à des effets positifs pour nos établissements
Pour les établissements conventionnés, sans doute. Pour l'immense majorité des autres, c'est moins sûr...
@Collier de Barbe a écrit:
et pour Sciences Po
... une aubaine en termes de com'.

@Collier de Barbe a écrit:@dinosaura: je vais dire à I. qui a intégré en 2009 et qui vient de passer un an à l'Université de Toronto et qui enchaîne sur un stage à Bahreïn que Sciences Po la méprise?! Je vais dire à B. que ses parents voulaient marier de force en terminale à son cousin, et qui elle aussi fait son cursus librement et toujours célibataire, que Sciences Po la méprise...
C'est précisément ce qu'on disait plus haut : une action de charité. Ou comment extraire quelques privilégiés pour mieux faire oublier le mépris et l'inaction envers les tous autres.
Quant au stage à Bahreïn, même si c'est un autre débat, il témoigne à lui seul du caractère hautement subversif de l'institution...

Dinosaura
Habitué du forum


Revenir en haut Aller en bas

Page 6 sur 8 Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum