[Les Echos] Dix ans après, ce que sont devenus Les « ZEP sciences po »

Page 7 sur 8 Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Re: [Les Echos] Dix ans après, ce que sont devenus Les « ZEP sciences po »

Message par Dinosaura le Sam 30 Juin 2012 - 13:01

@Aurore a écrit:
@Collier de Barbe a écrit:Vous avez zero légitimité pour discuter de ce sujet que vous ne comprenez pas.

comme votre aveuglement et votre omniscience délirante vous empêchent de comprendre, je vais avoir pitié de vous et vous reexpliquer.

Les heureux élus (une centaines par an)

vous pouvez détestez Sciences Po
Gardez votre calme, Collier : le mépris et la suffisance vous égarent, et la pitié se révèle parfois dangereuse. Wink
@Collier de Barbe a écrit:Les élèves de la convention préparent un concours différent : une revue de presse sur un sujet de politique étrangère. Cette revue de presse et l'entretien nécessitent une préparation spécifique, des cours supplémentaires le plus souvent le mercredi après midi.
Préparer une revue de presse sur un sujet de politique étrangère est indiscutablement une activité enrichissante, et dispenser des cours supplémentaires à ces élèves constitue une excellente idée. Sans ironie aucune. Par contre, cela ne m'indique pas :
- comment fait-on pour combler les lacunes de ces élèves en expression écrite et en culture générale ? Car préparer une revue de presse ne suffit probablement pas, et pour travailler l'orthographe (par exemple), le Bled est sans doute plus efficace...


+ 10000000 !! Que répond Science-Po à cela ? Suppose-t-on acquise la maîtrise de l'écrit (dans ses composantes orthographiques aussi bien qu'argumentatives ) ? Savoir exposer à l'oral est une indéniable qualité, mais cela ne fait pas tout.


- au nom de quoi modifie-t-on les épreuves d'entrée à Sc Po Paris pour ces élèves ?
@Collier de Barbe a écrit:Les heureux élus (une centaines par an) deviennent ensuite des étudiants de Sciences Po comme les autres (ça vous fait mal, mais au final c'est ce qui se passe).
On ne va pas nous affirmer le contraire...
@Collier de Barbe a écrit:Évidemment que cette convention ne révolutionne pas le système éducatif, mais je prétends qu'elle offre des opportunités interessantes à nos élèves
Certes...
@Collier de Barbe a écrit:et qu'elle à des effets positifs pour nos établissements
Pour les établissements conventionnés, sans doute. Pour l'immense majorité des autres, c'est moins sûr...
@Collier de Barbe a écrit:
et pour Sciences Po
... une aubaine en termes de com'.

@Collier de Barbe a écrit:@dinosaura: je vais dire à I. qui a intégré en 2009 et qui vient de passer un an à l'Université de Toronto et qui enchaîne sur un stage à Bahreïn que Sciences Po la méprise?! Je vais dire à B. que ses parents voulaient marier de force en terminale à son cousin, et qui elle aussi fait son cursus librement et toujours célibataire, que Sciences Po la méprise...
C'est précisément ce qu'on disait plus haut : une action de charité. Ou comment extraire quelques privilégiés pour mieux faire oublier le mépris et l'inaction envers les tous autres.
Quant au stage à Bahreïn, même si c'est un autre débat, il témoigne à lui seul du caractère hautement subversif de l'institution...

Dinosaura
Habitué du forum


Revenir en haut Aller en bas

Re: [Les Echos] Dix ans après, ce que sont devenus Les « ZEP sciences po »

Message par Presse-purée le Sam 30 Juin 2012 - 16:29

Je reviens sur les petits de province... Est-ce que de telles initiatives existent pour eux, avec des IEP de province? Et si non, pour quelle(s) raison(s)? Et je persiste à dire que penser que les gamins de province, coupés de tout, ont une vie plus heureuse que les petits banlieusards, ça reste un mépris vaguement dégueulasse.

_________________
Homines, dum docent, discunt.Sénèque, Epistulae Morales ad Lucilium VII, 8

"La culture est aussi une question de fierté, de rapport de soi à soi, d’esthétique, si l’on veut, en un mot de constitution du sujet humain." (Paul Veyne, La société romaine)
"Soyez résolus de ne servir plus, et vous voilà libres". La Boétie
"Confondre la culture et son appropriation inégalitaire du fait des conditions sociales : quelle erreur !" H. Pena-Ruiz
"Il vaut mieux qu'un élève sache tenir un balai plutôt qu'il ait été initié à la philosophie: c'est ça le socle commun" un IPR

Presse-purée
Grand sage


Revenir en haut Aller en bas

Re: [Les Echos] Dix ans après, ce que sont devenus Les « ZEP sciences po »

Message par Collier de Barbe le Dim 1 Juil 2012 - 11:06

Aie, aie, aie le syndrome Clarinette a frappé lourd sur ce fil (je poste, je poste, je poste...mais est-ce que je sais de quoi je parle?)

http://admissions.sciences-po.fr/college-cep

La convention concerne aujourd'hui 85 lycées classés ZEP dont plusieurs outre-mer (ces Français-là peuvent-ils battre les "ruraux qui mangent de la terre" en terme de malheur et de relégation, je pose la question) et plusieurs... dans de petites villes de province figurez-vous: St Dizier, Givet, Luisant, Dreux, Auxonne, Montataire...

(et merci pour le rouge sur les fote ça fait du bien)

_________________
CdB
@AbbeCordillere

Collier de Barbe
Neoprof expérimenté


Revenir en haut Aller en bas

Re: [Les Echos] Dix ans après, ce que sont devenus Les « ZEP sciences po »

Message par Cath le Dim 1 Juil 2012 - 11:11

Oui, enfin Montataire comme "petite ville de province", c'est comment dire...peu représentatif...

Cath
Esprit sacré


Revenir en haut Aller en bas

Re: [Les Echos] Dix ans après, ce que sont devenus Les « ZEP sciences po »

Message par Invité21 le Dim 1 Juil 2012 - 11:23

cath5660 a écrit:Oui, enfin Montataire comme "petite ville de province", c'est comment dire...peu représentatif...

Certes!

Sinon, pour les lacunes culturelles que les candidats "ZEP" a Sciences Po. devraient combler...J'ai fréquenté un certain nombre d'élèves de Sciences Po. et je peux dire que pour certains, au début, c'était pas brillant...

Invité21
Neoprof expérimenté


Revenir en haut Aller en bas

Re: [Les Echos] Dix ans après, ce que sont devenus Les « ZEP sciences po »

Message par Marcassin le Dim 1 Juil 2012 - 11:32

@Collier de Barbe a écrit:Aie, aie, aie le syndrome Clarinette a frappé lourd sur ce fil (je poste, je poste, je poste...mais est-ce que je sais de quoi je parle?)

http://admissions.sciences-po.fr/college-cep

La convention concerne aujourd'hui 85 lycées classés ZEP
Les lycées classés ZEP n'existent plus depuis un moment... Le syndrome CdB a encore frappé. Very Happy

@Collier de Barbe a écrit:(et merci pour le rouge sur les fote ça fait du bien)
A l'oral de la CEP, ça passerait heureusement.

_________________
"Je regarde la grammaire comme la première partie de l'art de penser." (Condillac)
"Je ne cherche pas à innover, je cherche à être efficace." (Provence)

Marcassin
Habitué du forum


Revenir en haut Aller en bas

Re: [Les Echos] Dix ans après, ce que sont devenus Les « ZEP sciences po »

Message par Dinosaura le Dim 1 Juil 2012 - 11:37

@Marcassin a écrit:
@Collier de Barbe a écrit:Aie, aie, aie le syndrome Clarinette a frappé lourd sur ce fil (je poste, je poste, je poste...mais est-ce que je sais de quoi je parle?)

http://admissions.sciences-po.fr/college-cep

La convention concerne aujourd'hui 85 lycées classés ZEP
Les lycées classés ZEP n'existent plus depuis un moment... Le syndrome CdB a encore frappé. Very Happy

@Collier de Barbe a écrit:(et merci pour le rouge sur les fote ça fait du bien)
A l'oral de la CEP, ça passerait heureusement.


Razz

Dinosaura
Habitué du forum


Revenir en haut Aller en bas

Re: [Les Echos] Dix ans après, ce que sont devenus Les « ZEP sciences po »

Message par Collier de Barbe le Dim 1 Juil 2012 - 12:52

@Marcassin c'est vrai écrire des âneries réactionnaires sans faire de fautes caractérise assez bien certains échanges ici. Vous semblez me porter une affection toute particulière qui me fait chaud au cœur.
@Dinosaura votre aigreur vis-à-vis de la convention va finir par vous faire du mal. Ne vous inquiétez pas pour ces étudiants ils rattrapent très bien leur retard dans un cadre qui les motive.

_________________
CdB
@AbbeCordillere

Collier de Barbe
Neoprof expérimenté


Revenir en haut Aller en bas

Re: [Les Echos] Dix ans après, ce que sont devenus Les « ZEP sciences po »

Message par Presse-purée le Dim 1 Juil 2012 - 12:57

@Collier de Barbe a écrit:Aie, aie, aie le syndrome Clarinette a frappé lourd sur ce fil (je poste, je poste, je poste...mais est-ce que je sais de quoi je parle?)

http://admissions.sciences-po.fr/college-cep

La convention concerne aujourd'hui 85 lycées classés ZEP dont plusieurs outre-mer (ces Français-là peuvent-ils battre les "ruraux qui mangent de la terre" en terme de malheur et de relégation, je pose la question) et plusieurs... dans de petites villes de province figurez-vous: St Dizier, Givet, Luisant, Dreux, Auxonne, Montataire...


Merci pour le lien, j'y ai trouvé une liste des étab concernés et j'y vois plus clair.

_________________
Homines, dum docent, discunt.Sénèque, Epistulae Morales ad Lucilium VII, 8

"La culture est aussi une question de fierté, de rapport de soi à soi, d’esthétique, si l’on veut, en un mot de constitution du sujet humain." (Paul Veyne, La société romaine)
"Soyez résolus de ne servir plus, et vous voilà libres". La Boétie
"Confondre la culture et son appropriation inégalitaire du fait des conditions sociales : quelle erreur !" H. Pena-Ruiz
"Il vaut mieux qu'un élève sache tenir un balai plutôt qu'il ait été initié à la philosophie: c'est ça le socle commun" un IPR

Presse-purée
Grand sage


Revenir en haut Aller en bas

Re: [Les Echos] Dix ans après, ce que sont devenus Les « ZEP sciences po »

Message par Marcassin le Dim 1 Juil 2012 - 13:12

@Collier de Barbe a écrit:@Marcassin c'est vrai écrire des âneries réactionnaires sans faire de fautes caractérise assez bien certains échanges ici. Vous semblez me porter une affection toute particulière qui me fait chaud au cœur.
Et dire qu'il y a des lycées classés ZEP, c'est une ânerie progressiste ?

_________________
"Je regarde la grammaire comme la première partie de l'art de penser." (Condillac)
"Je ne cherche pas à innover, je cherche à être efficace." (Provence)

Marcassin
Habitué du forum


Revenir en haut Aller en bas

Re: [Les Echos] Dix ans après, ce que sont devenus Les « ZEP sciences po »

Message par Spinoza1670 le Dim 1 Juil 2012 - 18:19

@Collier de Barbe a écrit:@Marcassin c'est vrai écrire des âneries réactionnaires sans faire de fautes caractérise assez bien certains échanges ici. Vous semblez me porter une affection toute particulière qui me fait chaud au cœur.
@Dinosaura votre aigreur vis-à-vis de la convention va finir par vous faire du mal. Ne vous inquiétez pas pour ces étudiants ils rattrapent très bien leur retard dans un cadre qui les motive.

Très bien joué !

Stratagème VIII
Fâcher l’adversaire
Provoquez la colère de votre adversaire : la colère voile le jugement et il perdra de vue où sont ses intérêts. Il est possible de provoquer la colère de l’adversaire en étant injuste envers lui à plusieurs reprises, ou par des chicanes, et en étant généralement insolent.
http://fr.wikisource.org/wiki/L%E2%80%99Art_d%E2%80%99avoir_toujours_raison/Stratag%C3%A8me_VIII


_________________
« Let not any one pacify his conscience by the delusion that he can do no harm if he takes no part, and forms no opinion. Bad men need nothing more to compass their ends, than that good men should look on and do nothing. » (John Stuart Mill)
Littérature au primaire - Rédaction au primaire - Manuels anciens - Dessin au primaireApprendre à lire et à écrire - Maths au primaire - école : références - Leçons de choses.

Spinoza1670
Esprit éclairé


Revenir en haut Aller en bas

Re: [Les Echos] Dix ans après, ce que sont devenus Les « ZEP sciences po »

Message par Clarinette le Lun 2 Juil 2012 - 20:48

@Collier de Barbe a écrit:Aie, aie, aie le syndrome Clarinette a frappé lourd sur ce fil (je poste, je poste, je poste...mais est-ce que je sais de quoi je parle?)
Shocked Laughing

Bon, je retourne à ma pâte à sel et mes colliers de nouilles ! Razz


Clarinette
Guide spirituel


Revenir en haut Aller en bas

Re: [Les Echos] Dix ans après, ce que sont devenus Les « ZEP sciences po »

Message par Spinoza1670 le Mar 3 Juil 2012 - 19:28

Extrait de Lafforgue, Demailly, etc., Les savoirs fondamentaux au service de l'avenir scientifique et technique, 2004 :
Lafforgue et alii a écrit:Quant au rôle d'ascenseur social que l'École joue, il est indubitablement en déclin, même si les statistiques officielles indiquent une progression de la fréquentation de l'université dans toutes les couches sociales. Cet indicateur souvent rebattu n'a strictement aucune signification puisque la plus grande partie des filières de l'université sont non sélectives et que leur démographie a explosé entre les années 1950 et 2000. Le seul indicateur qui vaille est celui de l'entrée dans des écoles sélectives dont les effectifs sont restés à peu près stables. Dans ce cas, les chiffres parlent d'eux-mêmes et ils sont accablants (les résultats des années 2000-2004 prolongeraient probablement la tendance) :

_________________
« Let not any one pacify his conscience by the delusion that he can do no harm if he takes no part, and forms no opinion. Bad men need nothing more to compass their ends, than that good men should look on and do nothing. » (John Stuart Mill)
Littérature au primaire - Rédaction au primaire - Manuels anciens - Dessin au primaireApprendre à lire et à écrire - Maths au primaire - école : références - Leçons de choses.

Spinoza1670
Esprit éclairé


Revenir en haut Aller en bas

Re: [Les Echos] Dix ans après, ce que sont devenus Les « ZEP sciences po »

Message par Marcassin le Mar 3 Juil 2012 - 19:54

Où l'on voit que Sciences Po rattrape seulement en 2012 son retard sur les autres écoles. C'est dire...

Mais avec quelle publicité !

_________________
"Je regarde la grammaire comme la première partie de l'art de penser." (Condillac)
"Je ne cherche pas à innover, je cherche à être efficace." (Provence)

Marcassin
Habitué du forum


Revenir en haut Aller en bas

Re: [Les Echos] Dix ans après, ce que sont devenus Les « ZEP sciences po »

Message par Collier de Barbe le Mar 3 Juil 2012 - 20:32

@spinoza
Vous simplifiez à l'extrême un problème beaucoup plus complexe ce me semble... Après une recherche très rapide, je suis tombé sur ce papier très pointu de l'Insee en date de 2003 et bien plus prudent que votre tableau
http://www.insee.fr/fr/ffc/docs_ffc/es361b.pdf

@marcassin comme dinausora il faut analyser votre haine pathologique pour la rue St Guillaume...

_________________
CdB
@AbbeCordillere

Collier de Barbe
Neoprof expérimenté


Revenir en haut Aller en bas

Re: [Les Echos] Dix ans après, ce que sont devenus Les « ZEP sciences po »

Message par Spinoza1670 le Mar 3 Juil 2012 - 21:01

@Collier de Barbe a écrit:@spinoza
Vous simplifiez à l'extrême un problème beaucoup plus complexe ce me semble... Après une recherche très rapide, je suis tombé sur ce papier très pointu de l'Insee en date de 2003 et bien plus prudent que votre tableau
http://www.insee.fr/fr/ffc/docs_ffc/es361b.pdf

Ce n'est pas mon tableau (mais Euriat et Thélot cités par Lafforgue et alii), ce n'est pas non plus moi qui simplifie (mais Lafforgue et alii).
Une simplification extrême peut n'être pas dénuée de validité pour une première approche d'un problème. Et c'est normal qu'elle laisse de côté de nombreuses choses.
Je ne suis pas allé lire l'article de Thélot en entier, ni confronter ce tableau à d'autres sources comme l'article de l'Insee que vous citez pour voir si la simplification est valide ou abusive et tendancieuse. Je n'aurai pas non plus le temps d'approfondir mes connaissances prochainement.
Si je citais ce petit passage, c'est qu'il répondait à une interrogation que je n'ai pas pris le temps de rechercher dans ce topic et qui portait justement sur cela, du mooins dans mon souvenir.

Un autre papier qui pourra servir pour plus tard :
"Nouvel éclairage sur les politiques scolaires et l’inégalité des chances en France"
http://www.nathalie-bulle.com/Files/ineg_chances_skhole.pdf

_________________
« Let not any one pacify his conscience by the delusion that he can do no harm if he takes no part, and forms no opinion. Bad men need nothing more to compass their ends, than that good men should look on and do nothing. » (John Stuart Mill)
Littérature au primaire - Rédaction au primaire - Manuels anciens - Dessin au primaireApprendre à lire et à écrire - Maths au primaire - école : références - Leçons de choses.

Spinoza1670
Esprit éclairé


Revenir en haut Aller en bas

Re: [Les Echos] Dix ans après, ce que sont devenus Les « ZEP sciences po »

Message par Dinosaura le Mar 3 Juil 2012 - 21:12

@Collier de Barbe : Vous tournez en rond - je dirais même que vous versez dans l'attaque personnelle -, et n'écoutez guère les arguments objectifs de ceux qui ne sont pas de votre avis, en particulier parce qu'ils s'opposent à l'"affirmative action" et à l'enfumage que représente ce type de politique selon eux. Encore une fois, la démocratisation de l'instruction n'est pas au prix d'une braderie des savoirs, et un concours qui repose sur un dossier de presse que l'on prépare toute l'année et que l'on présente à l'oral ne me semble pas être la procédure la plus légitime pour évaluer tout à la fois une culture générale, des capacités à argumenter et une solide maîtrise de l'écrit. Quitte à donner un coup de pouce à ceux qui n'ont pas eu la chance de faire une scolarité dans des conditions optimales, mieux vaut encore le système de prépa à prépa qui existe déjà et qui peut être généralisé, ce qui permettrait alors à ces élèves de passer par la voie générale du concours et de maintenir des exigences pour tous (il n'y aurait pas de problème d'illégitimité à objecter dans ce cas d'ailleurs). Mais de toute façon, le vrai problème reste le fait que, précisément, il est aujourd'hui difficile pour de bons élèves issus de milieux défavorisés (aussi bien en "banlieue" qu'ailleurs hein) de faire une scolarité dans des conditions optimales, et c'est donc sur ce problème de fond qu'il faut agir. Or, défendre l'"affirmative action", non seulement ne résoudra pas le problème de l'impossible transmission des savoirs institutionnellement organisé dans certaines zones de relégation aujourd'hui, mais pis entérine et conforte un tel système grâce au fameux principe de "l'arbre qui cache la forêt". Enfin, prétendre que l'élargissement à tous d'une forme de sélection fondée sur la seule aisance orale et la préparation d'un dossier de presse certes maîtrisé mais qui n'est rien d'autre qu'un TPE très amélioré serait foncièrement profitable à un renouvellement des élites me semble être au mieux gentiment naïf, au pire un signal lancé à ceux qui ne jurent que par la disparition des concours, de l'élitisme républicain, de la haute fonction publique, en même temps qu'est rendue ringarde l'acquisition d'une culture humaniste traditionnellement médiatisée par l'écrit.

Sur ce, je m'en vais de ce fil. (J'ai le syndrome Clarinette topela )


Dernière édition par Dinosaura le Mar 3 Juil 2012 - 21:17, édité 1 fois

Dinosaura
Habitué du forum


Revenir en haut Aller en bas

Re: [Les Echos] Dix ans après, ce que sont devenus Les « ZEP sciences po »

Message par Marcassin le Mar 3 Juil 2012 - 21:16

@Collier de Barbe a écrit:@spinoza
Vous simplifiez à l'extrême un problème beaucoup plus complexe ce me semble... Après une recherche très rapide, je suis tombé sur ce papier très pointu de l'Insee en date de 2003 et bien plus prudent que votre tableau
http://www.insee.fr/fr/ffc/docs_ffc/es361b.pdf
Réfuter sans étayer ou encore donner un simple lien, ce n'est pas argumenter. Il faut aller jusqu'au bout de la démarche. Moi aussi je peux "tomber sur des papiers très pointus". Aïe ! sorcire

@Collier de Barbe a écrit:@marcassin comme dinausora il faut analyser votre haine pathologique pour la rue St Guillaume...
Pour le prochain post je propose des synonymes encore plus hyperboliques : "votre abomination malsaine" ou "votre exécration morbide" par exemple. Very Happy

_________________
"Je regarde la grammaire comme la première partie de l'art de penser." (Condillac)
"Je ne cherche pas à innover, je cherche à être efficace." (Provence)

Marcassin
Habitué du forum


Revenir en haut Aller en bas

Re: [Les Echos] Dix ans après, ce que sont devenus Les « ZEP sciences po »

Message par Collier de Barbe le Mar 3 Juil 2012 - 22:30

@Spinoza1670 a écrit:
@Collier de Barbe a écrit:@spinoza
Vous simplifiez à l'extrême un problème beaucoup plus complexe ce me semble... Après une recherche très rapide, je suis tombé sur ce papier très pointu de l'Insee en date de 2003 et bien plus prudent que votre tableau
http://www.insee.fr/fr/ffc/docs_ffc/es361b.pdf

Ce n'est pas mon tableau (mais Euriat et Thélot cités par Lafforgue et alii), ce n'est pas non plus moi qui simplifie (mais Lafforgue et alii).
Une simplification extrême peut n'être pas dénuée de validité pour une première approche d'un problème. Et c'est normal qu'elle laisse de côté de nombreuses choses.
Je ne suis pas allé lire l'article de Thélot en entier, ni confronter ce tableau à d'autres sources comme l'article de l'Insee que vous citez pour voir si la simplification est valide ou abusive et tendancieuse. Je n'aurai pas non plus le temps d'approfondir mes connaissances prochainement.
Si je citais ce petit passage, c'est qu'il répondait à une interrogation que je n'ai pas pris le temps de rechercher dans ce topic et qui portait justement sur cela, du mooins dans mon souvenir.

Un autre papier qui pourra servir pour plus tard :
"Nouvel éclairage sur les politiques scolaires et l’inégalité des chances en France"
http://www.nathalie-bulle.com/Files/ineg_chances_skhole.pdf

Cher Spinoza,

J'entends bien, mais c'est bien vous qui l'avait posté.

Et ce tableau - même si, ni vous ni moi ne sommes sociologues- vous voyez bien qu'il pose problème par son imprécision. Regrouper en une seule catégorie dite "populaire" paysan, ouvrier, employé, artisan ou employé me semble assez peu significatif. Preuve en est la dernière ligne du tableau sur la part que représente alors ce groupe "populaire" parmi les 20/24 ans, part qui est simplement énorme...
Mais il est vrai que ce tableau simplifié accrédite bien la thèse que m'ont servi de nombreux contributeurs ici qu'autrefois il a existé un âge d'or de l'école républicaine dans lequel les enfants des catégories populaires accédaient largement aux grandes écoles. Age d'or évidemment détruit par les funestes réformes des années 1980, 1990...

Désolé, je ne suis pas convaincu par cette thèse un peu trop simple.

Merci néanmoins pour la référence à Bulle (je connais désormais la trinité de la réacosphère professorale: FG, JPB et NB) et contrairement à Aurore, vous avez l'élégance de donner vos sources plutôt que de les paraphraser.

_________________
CdB
@AbbeCordillere

Collier de Barbe
Neoprof expérimenté


Revenir en haut Aller en bas

Re: [Les Echos] Dix ans après, ce que sont devenus Les « ZEP sciences po »

Message par Marcassin le Mar 3 Juil 2012 - 22:38

@Collier de Barbe a écrit:Mais il est vrai que ce tableau simplifié accrédite bien la thèse que m'ont servi de nombreux contributeurs ici qu'autrefois il a existé un âge d'or de l'école républicaine dans lequel les enfants des catégories populaires accédaient largement aux grandes écoles. Age d'or évidemment détruit par les funestes réformes des années 1980, 1990...

Désolé, je ne suis pas convaincu par cette thèse un peu trop simple.
Car votre pensée n'est jamais simpliste, contrairement à la nôtre.

Mais au fait, si les inégalités sociales ne sont ni plus ni moins marquées qu'avant (personne n'a parlé d'âge d'or, que je sache, à part vous), pourquoi Sciences Po promeut-elle la CEP seulement aujourd'hui ? scratch

@Collier de Barbe a écrit:je connais désormais la trinité de la réacosphère professorale: FG, JPB et NB
Vous savez faire autre chose qu'invectiver à chaque post ?

_________________
"Je regarde la grammaire comme la première partie de l'art de penser." (Condillac)
"Je ne cherche pas à innover, je cherche à être efficace." (Provence)

Marcassin
Habitué du forum


Revenir en haut Aller en bas

Re: [Les Echos] Dix ans après, ce que sont devenus Les « ZEP sciences po »

Message par Collier de Barbe le Mar 3 Juil 2012 - 23:02

@Dinosaura a écrit:@Collier de Barbe : Vous tournez en rond - je dirais même que vous versez dans l'attaque personnelle -, et n'écoutez guère les arguments objectifs de ceux qui ne sont pas de votre avis, en particulier parce qu'ils s'opposent à l'"affirmative action" et à l'enfumage que représente ce type de politique selon eux. Encore une fois, la démocratisation de l'instruction n'est pas au prix d'une braderie des savoirs, et un concours qui repose sur un dossier de presse que l'on prépare toute l'année et que l'on présente à l'oral ne me semble pas être la procédure la plus légitime pour évaluer tout à la fois une culture générale, des capacités à argumenter et une solide maîtrise de l'écrit.

Bravo, vous avez compris! il ne s'agit pas (pour ce concours d'entrée, et celui là seul) de mesurer "une solide maîtrise de l'écrit". Je sais que c'est un crime très grave contre vos valeurs, mais la convention fait le pari de choisir des élèves différemment, en se disant qu'ils ont le potentiel de s'adapter... Et ça fonctionne, la plupart des étudiants recrutés ainsi ont eu un parcours similaire voir-même meilleur que les autres.

Quitte à donner un coup de pouce à ceux qui n'ont pas eu la chance de faire une scolarité dans des conditions optimales, mieux vaut encore le système de prépa à prépaqui existe déjà et qui peut être généralisé, ce qui permettrait alors à ces élèves de passer par la voie générale du concours et de maintenir des exigences pour tous (il n'y aurait pas de problème d'illégitimité à objecter dans ce cas d'ailleurs)

De la prépa à la prépa, pourquoi pas? mais ça rajoute une année supplémentaire...Encore une fois la convention se passait juste après le bac, le concours traditionnel en septembre, certains candidats passaient les 2 concours. Désormais (2013) le concours traditionnel de l'IEP est organisé en juin, a bac+0, donc cette année supplémentaire n'est plus possible.
L'illégitimité elle n'existe que pour l'UNI (et encore, tels les députés de droite autrefois férocement opposés au PACS je sais pas s'ils osent encore le dire) et semble-t-il pour vous. Pourquoi? Parce que ces étudiants font leurs preuves tout simplement.


. Mais de toute façon, le vrai problème reste le fait que, précisément, il est aujourd'hui difficile pour de bons élèves issus de milieux défavorisés (aussi bien en "banlieue" qu'ailleurs hein) de faire une scolarité dans des conditions optimales, et c'est donc sur ce problème de fond qu'il faut agir

Mais même s'ils faisaient la meilleure des scolarités possibles, dans certaines matières (lettres, histoire, philo, LV) grossièrement les matières littéraires, en moyenne et en tant que groupe, ils auraient des difficultés à avoir les mêmes résultats que les enfants des classes plus privilégiées, parce qu'ils ne partent pas avec le même capital au départ.


Or, défendre l'"affirmative action", non seulement ne résoudra pas le problème de l'impossible transmission des savoirs institutionnellement organisé dans certaines zones de relégation aujourd'hui, mais pis entérine et conforte un tel système grâce au fameux principe de "l'arbre qui cache la forêt".

Je n'ai jamais dit que cela réglerait le problème dont vous parlez! C'est une expérience qui doit nous amener à réfléchir au fonctionnement de tout le système. Je ne crois pas tant que la transmission des savoirs soit impossible mais que l'absence réelle, ou l'insuffisance de mixité sociale dans nos établissements, pose effectivement des problèmes dantesques.
Pour ma part et pour les collègues que je connais et qui travaillent dans cette convention, il ne s'agit (comme on l'a déjà dit à plusieurs reprises) que d'offrir une opportunité de plus à nos élèves. Et si ça permet de redorer un peu le blason de certains établissements qui subissaient un fort évitement (depuis que Darcos, le copain d'Abraxas, a effacé la carte scolaire, ça s'est encore accentué) je vais pas m'en plaindre. En plus, la population estudiantine de Sciences Po se diversifie aussi.
Pour le reste, soyez rassurée, ça ne me rend pas du tout plus content de l'état actuel de l'EN et de son fonctionnement. Je souhaite toujours que les choses changent pour tous


Enfin, prétendre que l'élargissement à tous d'une forme de sélection fondée sur la seule aisance orale et la préparation d'un dossier de presse certes maîtrisé mais qui n'est rien d'autre qu'un TPE très amélioré serait foncièrement profitable à un renouvellement des élites me semble être au mieux gentiment naïf, au pire un signal lancé à ceux qui ne jurent que par la disparition des concours, de l'élitisme républicain, de la haute fonction publique, en même temps qu'est rendue ringarde l'acquisition d'une culture humaniste traditionnellement médiatisée par l'écrit.

Je n'ai jamais écrit ou défendu cette position.
J'ai juste défendu le fait que cet oral n'était pas du tout le gadget que vous vouliez y voir. Il y a des oraux à tous les concours que vous reverrez que je sache. Je ne milite pas pour la disparition des concours ou de l'élitisme ni de celui de la haute fonction publique. Toutefois, vous m'accorderez que la France est la seule à choisir ainsi ses élites et qu'il est peut être concevable que l'on puisse réfléchir à transformer un peu un système qui reproduit systématiquement les inégalités.



_________________
CdB
@AbbeCordillere

Collier de Barbe
Neoprof expérimenté


Revenir en haut Aller en bas

Re: [Les Echos] Dix ans après, ce que sont devenus Les « ZEP sciences po »

Message par John le Mar 3 Juil 2012 - 23:18

Dinosaura, CdB : pour vos prochaines réponses, ne répondez pas comme ça par des couleurs, car on n'y comprendra rien sinon.

je connais désormais la trinité de la réacosphère professorale: FG, JPB et NB
François Guichard et Jean-Paul Brighelli, je comprends, mais que vient faire Najat Belkacem dans cette liste ? heu

_________________
En achetant des articles au lien ci-dessous, vous nous aidez, sans frais, à gérer le forum. Merci !


"Celui qui ne participe pas à la lutte participe à la défaite" (Brecht)
"La nostalgie, c'est plus ce que c'était" (Simone Signoret)
"Les médias participent à la falsification permanente de l'information" (Umberto Eco)

John
Médiateur


Revenir en haut Aller en bas

Re: [Les Echos] Dix ans après, ce que sont devenus Les « ZEP sciences po »

Message par Aurore le Mar 3 Juil 2012 - 23:41

@John a écrit:Dinosaura, CdB : pour vos prochaines réponses, ne répondez pas comme ça par des couleurs, car on n'y comprendra rien sinon.

je connais désormais la trinité de la réacosphère professorale: FG, JPB et NB
François Guichard et Jean-Paul Brighelli, je comprends, mais que vient faire Najat Belkacem dans cette liste ? heu
NB = Nathalie Bulle, si j'ai bien suivi.

Aurore
Esprit éclairé


Revenir en haut Aller en bas

Re: [Les Echos] Dix ans après, ce que sont devenus Les « ZEP sciences po »

Message par Aurore le Mar 3 Juil 2012 - 23:42

@Marcassin a écrit:
@Collier de Barbe a écrit:Mais il est vrai que ce tableau simplifié accrédite bien la thèse que m'ont servi de nombreux contributeurs ici qu'autrefois il a existé un âge d'or de l'école républicaine dans lequel les enfants des catégories populaires accédaient largement aux grandes écoles. Age d'or évidemment détruit par les funestes réformes des années 1980, 1990...

Désolé, je ne suis pas convaincu par cette thèse un peu trop simple.
Car votre pensée n'est jamais simpliste, contrairement à la nôtre.

Mais au fait, si les inégalités sociales ne sont ni plus ni moins marquées qu'avant (personne n'a parlé d'âge d'or, que je sache, à part vous), pourquoi Sciences Po promeut-elle la CEP seulement aujourd'hui ? scratch

@Collier de Barbe a écrit:je connais désormais la trinité de la réacosphère professorale: FG, JPB et NB
Vous savez faire autre chose qu'invectiver à chaque post ?
CdB ignore-t-il que la tolérance et le respect de l'opinion d'autrui font partie des valeurs dites progressistes ?

Aurore
Esprit éclairé


Revenir en haut Aller en bas

Re: [Les Echos] Dix ans après, ce que sont devenus Les « ZEP sciences po »

Message par Aurore le Mar 3 Juil 2012 - 23:44

@John a écrit:Dinosaura, CdB : pour vos prochaines réponses, ne répondez pas comme ça par des couleurs, car on n'y comprendra rien sinon.

je connais désormais la trinité de la réacosphère professorale: FG, JPB et NB
François Guichard et Jean-Paul Brighelli, je comprends, mais que vient faire Najat Belkacem dans cette liste ? heu
Françoise Guichard et JPB = UNI et néo-cons américains ??? Suspect
Fichtre alors ! On en apprend tous les jours...

Aurore
Esprit éclairé


Revenir en haut Aller en bas

Re: [Les Echos] Dix ans après, ce que sont devenus Les « ZEP sciences po »

Message par Aurore le Mer 4 Juil 2012 - 0:14

@Collier de Barbe a écrit:Bravo, vous avez compris! il ne s'agit pas (pour ce concours d'entrée, et celui là seul) de mesurer "une solide maîtrise de l'écrit". Je sais que c'est un crime très grave contre vos valeurs,
Il ne s'agit pas de "nos" valeurs mais de connaissances objectives, ne vous en déplaise.
@Collier de Barbe a écrit:mais la convention fait le pari de choisir des élèves différemment, en se disant qu'ils ont le potentiel de s'adapter... Et ça fonctionne, la plupart des étudiants recrutés ainsi ont eu un parcours similaire voir-même meilleur que les autres.
Le potentiel de s'adapter à quoi ? Là est la vraie question.
Vous passez sous silence le fait que le Sc Po Paris d'il y a quelques années n'a plus rien à voir avec l'établissement sous sa forme actuelle (une école de managers, pour aller vite). D'où les changements dans le mode de sélection, la formation, les débouchés, etc. (l'argument-choc de la diversité sociale n'apparaissant alors que bien marginal).
@Collier de Barbe a écrit:L'illégitimité elle n'existe que pour l'UNI (et encore, tels les députés de droite autrefois férocement opposés au PACS je sais pas s'ils osent encore le dire)
Le PACS, quel rapport ? N'extrapolons pas... Wink
@Collier de Barbe a écrit:et semble-t-il pour vous. Pourquoi? Parce que ces étudiants font leurs preuves tout simplement.
Preuves de quoi ? Voir plus haut.
@Collier de Barbe a écrit:Mais même s'ils faisaient la meilleure des scolarités possibles, dans certaines matières (lettres, histoire, philo, LV) grossièrement les matières littéraires, en moyenne et en tant que groupe, ils auraient des difficultés à avoir les mêmes résultats que les enfants des classes plus privilégiées, parce qu'ils ne partent pas avec le même capital au départ.
Argument d'autorité basé sur une généralité statistique et battu en brèche par bien des cas concrets. Une bonne raison pour baisser les bras ?
@Collier de Barbe a écrit:Je n'ai jamais dit que cela réglerait le problème dont vous parlez! C'est une expérience qui doit nous amener à réfléchir au fonctionnement de tout le système. Je ne crois pas tant que la transmission des savoirs soit impossible mais que l'absence réelle, ou l'insuffisance de mixité sociale dans nos établissements, pose effectivement des problèmes dantesques.
Mais qu'attend-t-on pour y remédier ? Pourquoi se contenter d'agir à la marge ?
@Collier de Barbe a écrit:Pour ma part et pour les collègues que je connais et qui travaillent dans cette convention, il ne s'agit (comme on l'a déjà dit à plusieurs reprises) que d'offrir une opportunité de plus à nos élèves. Et si ça permet de redorer un peu le blason de certains établissements qui subissaient un fort évitement (depuis que Darcos, le copain d'Abraxas, a effacé la carte scolaire, ça s'est encore accentué) je vais pas m'en plaindre.
Vous reconnaissez donc que ce dispositif n'offre qu'une portée des plus limitées (alors qu'il a assuré dans le même temps sa promotion à son inventeur...) et qu'il s'agit essentiellement d'une opération de com' qui n'a profité qu'à un nombre infime d'élèves.
@Collier de Barbe a écrit:En plus, la population estudiantine de Sciences Po se diversifie aussi.
Pour le reste, soyez rassurée, ça ne me rend pas du tout plus content de l'état actuel de l'EN et de son fonctionnement. Je souhaite toujours que les choses changent pour tous
Voilà qui ne coûte pas cher... et qui ne va pas chercher très loin.
@Collier de Barbe a écrit:
J'ai juste défendu le fait que cet oral n'était pas du tout le gadget que vous vouliez y voir. Il y a des oraux à tous les concours que vous reverrez que je sache. Je ne milite pas pour la disparition des concours ou de l'élitisme ni de celui de la haute fonction publique. Toutefois, vous m'accorderez que la France est la seule à choisir ainsi ses élites et qu'il est peut être concevable que l'on puisse réfléchir à transformer un peu un système qui reproduit systématiquement les inégalités.
Transformer, mais dans quel sens ? En aggravant les inégalités déjà constatées ? En copiant le modèle américain, égalitaire par excellence comme chacun sait ? Trouvez-vous que les américains choisissent mieux leurs élites, à 50 000 dollars l'année universitaire ?


Dernière édition par Aurore le Mer 4 Juil 2012 - 0:17, édité 1 fois (Raison : coquille)

Aurore
Esprit éclairé


Revenir en haut Aller en bas

Page 7 sur 8 Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum