"Fesser un enfant augmente le risque qu'il souffre de problèmes mentaux".

Page 4 sur 6 Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Re: "Fesser un enfant augmente le risque qu'il souffre de problèmes mentaux".

Message par Marie Laetitia le Mar 3 Juil 2012 - 14:28

@doublecasquette a écrit:Vous discutez, vous discutez mais la fessée reste à définir. Une tape sur les fesses, ce n'est pas une fessée au sens où elle provoque des troubles psychiatriques ou psychologiques.

La fessée, telle que je l'entends, et à laquelle pensent probablement les auteurs de ces recherches, c'est la vraie fessée délibérée et préméditée, non la tape vive sur les fesses (éventuellement rembourrées par une Pampers ) de l'enfant qui est en train de tirer la queue du chat.

C'est, après s'être confortablement assis, prendre l'enfant, éventuellement baisser sa culotte après avoir relevé sa jupe ou baissé son pantalon, le poser à plat ventre sur ses cuisses et frapper violemment, posément, et à dix vingt reprises sur ses fesses en cherchant à lui faire ressentir une douleur nette et vive tout en l'humiliant.

J'ai assisté à ce genre de correction, souvent complétée d'une obligation à rester déculottée jusqu'à la sortie des classes, étant enfant, à six ans, au CP. J'y ai échappé, la terreur me rendant muette et mon niveau scolaire étant suffisant, mais rien qu'y avoir assisté, avec la trouille au ventre, m'a profondément traumatisée et a influé sur ma vie, et notamment sur ma vie amoureuse et sexuelle. Pas d'une façon positive.

Une gifle, qui frappe la joue, est cent fois moins chargée de signification et n'a rien à voir avec des tendances sado-masochistes. La fessée vise à l'humiliation sexuelle.

Et cette fessée-là, ce n'est pas tout le monde qui la donne, contrairement à la petite ou plus forte mais bénigne tape sur les fesses.



DC véto

dit comme cela; je suis d'accord (sauf pour la connotation sexuelle, qui ne m'a pas effleurée, petite, en revanche, l'humiliation, si, surtout avec mon souvenir d'une fessée donnée par un de mes maîtres à un de nos petits camarades qui me paraissait son bouc émissaire... No )

Marie Laetitia
Bon génie


Revenir en haut Aller en bas

Re: "Fesser un enfant augmente le risque qu'il souffre de problèmes mentaux".

Message par Lapomme le Mar 3 Juil 2012 - 14:37

@totoro a écrit:
@Lapomme a écrit:
@doublecasquette a écrit:Alors, ce n'est pas une fessée et je parie bien que si la fessée est interdite, aucun parent ne sera verbalisé pour avoir tapé un petit coup sur le derrière de son bébé qui fait le fou dans la queue de la caisse au supermarché.

Non et ce n'est d'ailleurs pas le cas dans les pays où la fessée est déjà interdite. Ceci dit, je continue à penser qu'on peut élever ses enfants et surtout bien les élever sans recourir à la sacro-sainte tape sur les fesses (ou la main). Ceux qui ne sont pas d'accord peuvent faire ce qu'ils veulent (tant qu'il n'y a pas maltraitance, il n'y a pas mort d'homme effectivement) mais qu'on ne vienne pas me dire que mes gosses seront forcément mal élevés parce que je ne les tape pas.

Quand à frapper l'enfant d'un autre, furieux furieux furieux

J'attends LA solution pour calmer Junior à la caisse du supermarché...


Lapomme
Niveau 5


Revenir en haut Aller en bas

Re: "Fesser un enfant augmente le risque qu'il souffre de problèmes mentaux".

Message par User5899 le Mar 3 Juil 2012 - 14:42

@Lapomme a écrit:Il faudrait quand même faire la différence entre fessée et limites. Il est tout à fait possible d'imposer des limites à ses enfants sans les frapper! Perso, je connais pas mal de gosses qui connaissent très bien les limites imposées par leurs parents et qui les respectent. Ce sont souvent des enfants calmes et relativement épanouis. Au contraire, ceux qui se prennent des fessées sont généralement des petits durs au caractère difficile!

Enfin bon, même les chiens, on ne les frappe plus pour les éduquer! On dirait que seule la violence envers les enfants est acceptable... Parce qu'on peut dire ce qu'on veut, une fessée ou une claque ça reste un acte violent. Le mec qui baffe sa femme, même une fois par mois, parce qu'elle a fait une bétise, vous trouvez ça normal?
Que le mec envoie une baffe à sa femme, que la femme envoie une baffe à son mec parce que l'un ou l'autre est insupportable est je ne dis pas souhaitable, mais concevable. Je ne souhaite pas qu'on éduque l'enfant à coups de baffes, je souhaite qu'il reste quelque chose qui apparaisse comme une limite. Vous me faites rire avec votre éducation de la parlote ! Je prends le train très souvent, je suis habitué aux monstres et à leurs parents bobos "Attila, mon chéri, voudrais-tu, je te prie, considérer le cadre social qui nous encercle et dans lequel ton comportement bruyant est totalement inapproprié, et envisager, tu es chou, de le modifier en conséquence au plus vite avant que le méchant monsieur juste en face, qui lit ce libre épais et ennuyeux, ne me fasse le mauvais sort auquel il est en train de réfléchir ? Tu seras bien urbain" : ça ne sert à rien. Vive Soeur Marie-Thérèse des Batignoles et sa ventouse à chiottes sur la gueule à Kevin !
Et puis, si vous ne voulez pas les dresser un peu, rien ne vous oblige à en avoir.

_________________
Zu End' ewiges Wissen !
Der Welt melden
Weise nichts mehr !

En cas de ban, ne pas utiliser les MP ! Passer par l'icône du mail  Razz

User5899
Dieu de l'Olympe


Revenir en haut Aller en bas

Re: "Fesser un enfant augmente le risque qu'il souffre de problèmes mentaux".

Message par User5899 le Mar 3 Juil 2012 - 14:48

@MUTIS a écrit:
Cripure a écrit:Si le titre de ce post énonce une vérité, qu'est-ce qu'il y a comme enfants battus dans ce pays ! Suspect

Un soir, chez des amis, le petit de nos hôtes cassait les pieds. Il a fini par me grimper sur les genoux, voulait sauter à pieds joints sur les cuisses, alors que je lui avais dit non. Il a continué en se mettant à hurler. Je lui ai envoyé une bonne baffe, ça a claqué bien creux, un vrai plaisir.

Un break...

J'ai vu que le père allait criser. Mais la mère a simplement souri en disant : "C'est vrai que ça le calme, quand même". On a rigolé et le chiard est allé bouder dans son coin. Et on a eu la paix.

C'était il y a trois ans. Je précise qu'il n'est pas mort.

Mon cher Criipure, personnellement vous auriez fait cela à mon môme (mais il n'y a aucune raison...), je vous aurais immédiatement renvoyé la baffe...
Ce n'est pas aux tierces personnes d'agir et de baffer les enfants des autres...Je trouve que cela démontre une arrogance et un mépris envers les parents assez incroyable. Très prof tout cela : vous ne savez pas y faire, je vais vous montrer. Une bonne baffe et c'est réglé, regardez comme je suis fort. Agir ainsi est une preuve de mépris et d'irrespect envers les parents assez scandaleuse. Quant aux baffes, je suis résolument contre comme dans les classes. Je crois que cela ne résout rien et crée du ressentiment. La violence, même légère, est la solution des faibles et des démunis.
Ce n'est pas grave, Mutis, je vous aurais beugné la gueule et nous ne nous serions plus fréquentés, ce qui eût été très reposant pour nous deux. Arrogance envers les parents, sans doute, mais impolitesse desdits parents aussi, qui invitent des amis chez eux alors que leurs gosses n'ont pas été élevés, alors qu'ils ne sont pas prêts à s'occuper de leurs gosses devant leurs amis.
Je suis contre la violence physique dans les classes, également, tout en comprenant qu'un adulte puisse réagir ou être à bout. Je n'ai jamais frappé un élève. Mais j'ai été frappé, comme élève. Et j'avais tort. Et j'ai plutôt bien tourné.

_________________
Zu End' ewiges Wissen !
Der Welt melden
Weise nichts mehr !

En cas de ban, ne pas utiliser les MP ! Passer par l'icône du mail  Razz

User5899
Dieu de l'Olympe


Revenir en haut Aller en bas

Re: "Fesser un enfant augmente le risque qu'il souffre de problèmes mentaux".

Message par User5899 le Mar 3 Juil 2012 - 14:51

@roxanne a écrit:il m'est arrivé d'avoir envie de faire ça à un gosse mais je ne l'ai jamais fait justement parce que ce n'était pas le mien.Par contre, j'ai pu me fâcher un peu, dire que je ne voulais pas qu'il me fasse ça, d'arr^ter (sans crier).Et ça a suffi.
Le problème, Roxanne, c'est que, s'agissant de moi, il est bien moins violent de mettre une baffe que de me mettre en colère, parce que, malheureusement, chez moi, passé les bornes, il n'y a plus de limites.

_________________
Zu End' ewiges Wissen !
Der Welt melden
Weise nichts mehr !

En cas de ban, ne pas utiliser les MP ! Passer par l'icône du mail  Razz

User5899
Dieu de l'Olympe


Revenir en haut Aller en bas

Re: "Fesser un enfant augmente le risque qu'il souffre de problèmes mentaux".

Message par User5899 le Mar 3 Juil 2012 - 15:13

@Melody Nelson a écrit:Comme Mutis, je réagirais vraiment très mal si quelqu'un se permettait de donner une claque à l'un de mes enfants. D'un autre côté mes enfants ne risqueraient pas non plus de se comporter de la sorte car je ne le permettrais pas.
Nous sommes parfaitement d'accord topela

_________________
Zu End' ewiges Wissen !
Der Welt melden
Weise nichts mehr !

En cas de ban, ne pas utiliser les MP ! Passer par l'icône du mail  Razz

User5899
Dieu de l'Olympe


Revenir en haut Aller en bas

Re: "Fesser un enfant augmente le risque qu'il souffre de problèmes mentaux".

Message par doublecasquette le Mar 3 Juil 2012 - 15:17

@totoro a écrit:
@Lapomme a écrit:
@doublecasquette a écrit:Alors, ce n'est pas une fessée et je parie bien que si la fessée est interdite, aucun parent ne sera verbalisé pour avoir tapé un petit coup sur le derrière de son bébé qui fait le fou dans la queue de la caisse au supermarché.

Non et ce n'est d'ailleurs pas le cas dans les pays où la fessée est déjà interdite. Ceci dit, je continue à penser qu'on peut élever ses enfants et surtout bien les élever sans recourir à la sacro-sainte tape sur les fesses (ou la main). Ceux qui ne sont pas d'accord peuvent faire ce qu'ils veulent (tant qu'il n'y a pas maltraitance, il n'y a pas mort d'homme effectivement) mais qu'on ne vienne pas me dire que mes gosses seront forcément mal élevés parce que je ne les tape pas.

Quand à frapper l'enfant d'un autre,

J'attends LA solution pour calmer Junior à la caisse du supermarché...



Fastoche ! Ne pas l'emmener au supermarché ...

Sinon, une méthode qui a fait ses preuves: demander à un intervenant extérieur de gronder l'enfant. S'il est grand, costaud et encore mieux black, c'est redoutable. Il y en avait un qui avait grondé ma fille Boulevard Barbès, comme ça, et je l'avais bien remercié car elle s'était immédiatement calmée. Il avait juste dit en roulant de gros yeux: "les petites filles, ça doit obéir à leur maman !".

_________________
Pardon pour vous, pardon pour eux, pour le silence
Et les mots inconsidérés,
Pour les phrases venant de lèvres inconnues
Qui vous touchent de loin comme balles perdues,
Et pardon pour les fronts qui semblent oublieux.



Papote aussi par là : http://salledesmaitres.forumactif.org/
et là : http://www.slecc.fr/forum_0910/index.php

Et puis par là : http://doublecasquette3.eklablog.com/

doublecasquette
Prophète


Revenir en haut Aller en bas

Re: "Fesser un enfant augmente le risque qu'il souffre de problèmes mentaux".

Message par User5899 le Mar 3 Juil 2012 - 15:19

Krokotiili a écrit:
@roxanne a écrit:
Cripure a écrit:Si le titre de ce post énonce une vérité, qu'est-ce qu'il y a comme enfants battus dans ce pays ! Suspect

Un soir, chez des amis, le petit de nos hôtes cassait les pieds. Il a fini par me grimper sur les genoux, voulait sauter à pieds joints sur les cuisses, alors que je lui avais dit non. Il a continué en se mettant à hurler. Je lui ai envoyé une bonne baffe, ça a claqué bien creux, un vrai plaisir.

Un break...

J'ai vu que le père allait criser. Mais la mère a simplement souri en disant : "C'est vrai que ça le calme, quand même". On a rigolé et le chiard est allé bouder dans son coin. Et on a eu la paix.

C'était il y a trois ans. Je précise qu'il n'est pas mort.
bien_sûr.Par contre, c'est toujours délicat avec les enfants des autres.D'ailleurs (à moins d'un enfant complétement ingérable et dangereux) souvent il suffit de se fâcher un peu.Sinon, l'éducation c'est à la fois une grande joie mais aussi une grande responsabilité.Et là , comme ailleurs, on fait le mieux possible, comme on peut.Evidemment, j'espère pouvoir éviter de frapper même occasionnellement mon fils, mais je ne suis pas sure que ça n'arrivera pas un jour.

une fois quelqu'un d'autre que mes parents s'est autorisé à me remettre à ma place.
ma vengeance à été terrible (j'ai mis des grillons et autres sauterelles dans sa BàL, j'ai dégonflé les pneus de son vélo, et je sais plus quoi encore ...)
Je crois que c'est aux parents de poser les limites. Pas aux autres.
Et après, vous vous plaignez de ce qui se passe dans vos classes... Il est des tas de circonstances où les parents ne peuvent pas / ne veulent pas agir.
Dans le cas précis que j'ai évoqué, les parents étaient présents et trouvaient presque que la vivacité de kevinou étaient bon signe, tout en étant gênante. Qu'ils s'en fussent préoccupés eût empêché mon débordement.

_________________
Zu End' ewiges Wissen !
Der Welt melden
Weise nichts mehr !

En cas de ban, ne pas utiliser les MP ! Passer par l'icône du mail  Razz

User5899
Dieu de l'Olympe


Revenir en haut Aller en bas

Re: "Fesser un enfant augmente le risque qu'il souffre de problèmes mentaux".

Message par doublecasquette le Mar 3 Juil 2012 - 15:20

Cripure, je vous assure qu'on peut avoir des enfants sages, calmes et disciplinés sans les démolir à coups de barre de fer dans la gueule. Il suffit d'avoir une bonne autorité naturelle et de leur laisser du temps pour jouer, bouger et courir librement. Un gosse, c'est comme un chiot ou un poulain.

_________________
Pardon pour vous, pardon pour eux, pour le silence
Et les mots inconsidérés,
Pour les phrases venant de lèvres inconnues
Qui vous touchent de loin comme balles perdues,
Et pardon pour les fronts qui semblent oublieux.



Papote aussi par là : http://salledesmaitres.forumactif.org/
et là : http://www.slecc.fr/forum_0910/index.php

Et puis par là : http://doublecasquette3.eklablog.com/

doublecasquette
Prophète


Revenir en haut Aller en bas

Re: "Fesser un enfant augmente le risque qu'il souffre de problèmes mentaux".

Message par User5899 le Mar 3 Juil 2012 - 15:22

@Clarinette a écrit:
@Lapomme a écrit:Et pourtant, on met souvent en corrélation fessée juvénile et pratique (plus ou moins légère) du SM à l'âge adulte.
C'est donc ça ! Razz
C'est hallucinant Smile Vous ne devriez pas parler de SM sans savoir de quoi vous parlez. En particulier, qu'il s'agit de pratiques de plaisir, et non de pratiques qui marquent une déchéance. Le SM n'est pas l'alcoolisme.
Par ailleurs, il y a un plaisir sexuel bien avant l'adolescence, et je suis d'accord avec DC concernant la fessée.
PS Pendant la Gay Pride, un beau barbu de la quarantaine m'a gentiment demandé si je ne voulais pas lui donner une fessée le soir même Smile Encore une victime du modèle suédois ? lol!

_________________
Zu End' ewiges Wissen !
Der Welt melden
Weise nichts mehr !

En cas de ban, ne pas utiliser les MP ! Passer par l'icône du mail  Razz

User5899
Dieu de l'Olympe


Revenir en haut Aller en bas

Re: "Fesser un enfant augmente le risque qu'il souffre de problèmes mentaux".

Message par doublecasquette le Mar 3 Juil 2012 - 15:26

Exemple pour Cripure. dès qu'un de mes gosses la ramenait quand il y avait des invités, il se prenait un sec "tu n'es pas le centre du monde et les invités ne sont pas venu pour toi. Sors ou tais-toi !".

Bon, je me faisais mal voir par les invités car j'inhibais mes enfants mais au moins, on avait de l'air et du silence.



Mon beau-père, qui les gardait souvent, avait pour habitude de dire: "Chez le général de Gaulle, les enfants se taisaient à table ! Alors, taisez-vous !".

Il y a un ton pour dire ce genre de chose et je vous assure que la baffe est superflue car le gamin rentrerait sous terre tant il a honte de lui.Embarassed Embarassed

_________________
Pardon pour vous, pardon pour eux, pour le silence
Et les mots inconsidérés,
Pour les phrases venant de lèvres inconnues
Qui vous touchent de loin comme balles perdues,
Et pardon pour les fronts qui semblent oublieux.



Papote aussi par là : http://salledesmaitres.forumactif.org/
et là : http://www.slecc.fr/forum_0910/index.php

Et puis par là : http://doublecasquette3.eklablog.com/

doublecasquette
Prophète


Revenir en haut Aller en bas

Re: "Fesser un enfant augmente le risque qu'il souffre de problèmes mentaux".

Message par Lapomme le Mar 3 Juil 2012 - 15:26

Cripure a écrit:
@Lapomme a écrit:Il faudrait quand même faire la différence entre fessée et limites. Il est tout à fait possible d'imposer des limites à ses enfants sans les frapper! Perso, je connais pas mal de gosses qui connaissent très bien les limites imposées par leurs parents et qui les respectent. Ce sont souvent des enfants calmes et relativement épanouis. Au contraire, ceux qui se prennent des fessées sont généralement des petits durs au caractère difficile!

Enfin bon, même les chiens, on ne les frappe plus pour les éduquer! On dirait que seule la violence envers les enfants est acceptable... Parce qu'on peut dire ce qu'on veut, une fessée ou une claque ça reste un acte violent. Le mec qui baffe sa femme, même une fois par mois, parce qu'elle a fait une bétise, vous trouvez ça normal?
Que le mec envoie une baffe à sa femme, que la femme envoie une baffe à son mec parce que l'un ou l'autre est insupportable est je ne dis pas souhaitable, mais concevable. Je ne souhaite pas qu'on éduque l'enfant à coups de baffes, je souhaite qu'il reste quelque chose qui apparaisse comme une limite. Vous me faites rire avec votre éducation de la parlote ! Je prends le train très souvent, je suis habitué aux monstres et à leurs parents bobos "Attila, mon chéri, voudrais-tu, je te prie, considérer le cadre social qui nous encercle et dans lequel ton comportement bruyant est totalement inapproprié, et envisager, tu es chou, de le modifier en conséquence au plus vite avant que le méchant monsieur juste en face, qui lit ce libre épais et ennuyeux, ne me fasse le mauvais sort auquel il est en train de réfléchir ? Tu seras bien urbain" : ça ne sert à rien. Vive Soeur Marie-Thérèse des Batignoles et sa ventouse à chiottes sur la gueule à Kevin !
Et puis, si vous ne voulez pas les dresser un peu, rien ne vous oblige à en avoir.

Mais justement, pour rester dans la métaphore animale, on ne frappe ni les chiens ni les chevaux au dressage et pourtant, on arrive à en faire quelque chose. Incroyable, non?
Entre la parlotte et la baffe, il y a toute une série de mesures, de punitions, de sanctions dont disposent les parents.

Lapomme
Niveau 5


Revenir en haut Aller en bas

Re: "Fesser un enfant augmente le risque qu'il souffre de problèmes mentaux".

Message par User5899 le Mar 3 Juil 2012 - 15:27

@doublecasquette a écrit:Cripure, je vous assure qu'on peut avoir des enfants sages, calmes et disciplinés sans les démolir à coups de barre de fer dans la gueule. Il suffit d'avoir une bonne autorité naturelle et de leur laisser du temps pour jouer, bouger et courir librement. Un gosse, c'est comme un chiot ou un poulain.
DC, je ne prends même pas la peine de vous répondre, là.

_________________
Zu End' ewiges Wissen !
Der Welt melden
Weise nichts mehr !

En cas de ban, ne pas utiliser les MP ! Passer par l'icône du mail  Razz

User5899
Dieu de l'Olympe


Revenir en haut Aller en bas

Re: "Fesser un enfant augmente le risque qu'il souffre de problèmes mentaux".

Message par Lapomme le Mar 3 Juil 2012 - 15:29

Cripure a écrit:
@Clarinette a écrit:
@Lapomme a écrit:Et pourtant, on met souvent en corrélation fessée juvénile et pratique (plus ou moins légère) du SM à l'âge adulte.
C'est donc ça ! Razz
C'est hallucinant Smile Vous ne devriez pas parler de SM sans savoir de quoi vous parlez. En particulier, qu'il s'agit de pratiques de plaisir, et non de pratiques qui marquent une déchéance. Le SM n'est pas l'alcoolisme.
Par ailleurs, il y a un plaisir sexuel bien avant l'adolescence, et je suis d'accord avec DC concernant la fessée.
PS Pendant la Gay Pride, un beau barbu de la quarantaine m'a gentiment demandé si je ne voulais pas lui donner une fessée le soir même Smile Encore une victime du modèle suédois ? lol!

Quand ai-je associé SM et déchéance? Je n'ai porté aucun jugement de valeur. Et pour cause, j'ai été élevée à la baffe! Tu en tireras les conclusions qui s'imposent.

D'ailleurs, si ton barbu aime la fessée, c'est peut-être justement parce qu'il ne vient pas de Suéde (ou alors qu'il est né avant 1979...).

Lapomme
Niveau 5


Revenir en haut Aller en bas

Re: "Fesser un enfant augmente le risque qu'il souffre de problèmes mentaux".

Message par User5899 le Mar 3 Juil 2012 - 15:31

@Lapomme a écrit:Entre la parlotte et la baffe, il y a toute une série de mesures, de punitions, de sanctions dont disposent les parents.
Très bien : faites-le. La vérité, c'est que jamais on n'a fait autant de psychologie avec les gosses, et jamais il n'y en a eu autant de puants et de simplement insupportables. Mais si les vôtres sont bien, c'est très bien Very Happy Moi, je ne veux pas les éduquer, puisque je n'en ai pas, je veux juste avoir la paix dans les situations où l'on est en droit d'avoir ladite paix. Par ailleurs, qu'ils jouent, qu'ils s'épanouissent (autrement si possible qu'en téléchargeant des pets sur leurs portables) et qu'ils deviennent des adultes ouverts et souriants, oui. Vous trouvez que c'en prend le chemin ? Pas moi. Hélas.

_________________
Zu End' ewiges Wissen !
Der Welt melden
Weise nichts mehr !

En cas de ban, ne pas utiliser les MP ! Passer par l'icône du mail  Razz

User5899
Dieu de l'Olympe


Revenir en haut Aller en bas

Re: "Fesser un enfant augmente le risque qu'il souffre de problèmes mentaux".

Message par doublecasquette le Mar 3 Juil 2012 - 15:32

Cripure a écrit:
@Clarinette a écrit:
@Lapomme a écrit:Et pourtant, on met souvent en corrélation fessée juvénile et pratique (plus ou moins légère) du SM à l'âge adulte.
C'est donc ça ! Razz
C'est hallucinant Smile Vous ne devriez pas parler de SM sans savoir de quoi vous parlez. En particulier, qu'il s'agit de pratiques de plaisir, et non de pratiques qui marquent une déchéance. Le SM n'est pas l'alcoolisme.
Par ailleurs, il y a un plaisir sexuel bien avant l'adolescence, et je suis d'accord avec DC concernant la fessée.
PS Pendant la Gay Pride, un beau barbu de la quarantaine m'a gentiment demandé si je ne voulais pas lui donner une fessée le soir même Smile Encore une victime du modèle suédois ? lol!

Disons que la fessée sur un gosse de quatre ans en plein caca-boudin, ce n'est probablement pas pareil que la fessée sur un six-dix ans en pleine période de latence. L'effet est certainement différent.

mais enfin, pour moi, ça a obligatoirement une connotation sexuelle, quand il s'agit de vraie fessée, au sens où je l'entends. Les fesses sont une zone érogène reconnue en tant que telle.

_________________
Pardon pour vous, pardon pour eux, pour le silence
Et les mots inconsidérés,
Pour les phrases venant de lèvres inconnues
Qui vous touchent de loin comme balles perdues,
Et pardon pour les fronts qui semblent oublieux.



Papote aussi par là : http://salledesmaitres.forumactif.org/
et là : http://www.slecc.fr/forum_0910/index.php

Et puis par là : http://doublecasquette3.eklablog.com/

doublecasquette
Prophète


Revenir en haut Aller en bas

Re: "Fesser un enfant augmente le risque qu'il souffre de problèmes mentaux".

Message par doublecasquette le Mar 3 Juil 2012 - 15:38

Cripure a écrit:
@Lapomme a écrit:Entre la parlotte et la baffe, il y a toute une série de mesures, de punitions, de sanctions dont disposent les parents.
Très bien : faites-le. La vérité, c'est que jamais on n'a fait autant de psychologie avec les gosses, et jamais il n'y en a eu autant de puants et de simplement insupportables. Mais si les vôtres sont bien, c'est très bien Very Happy .

Ben, s'il n'y avait pas l'école, où on a valorisé à tort et à travers la moindre de leur parole la plus stupide et hors sujet, ce serait mieux.

Vous ne pouvez vous imaginer combien de fois j'ai dû réprimander ma fille pour des interventions complètement nulles dans nos conversations d'adultes. Et, sur ses bulletins scolaires, que des éloges pour sa présence active en classe et sa bonne participation orale.

Franchement, vous, les profs, vous n'êtes pas très exigeants et ne nous rendez guère service à nous parents en valorisant tous les *** de mouches et autres sodomisations de diptères de ces affreux.

Et je ne parle pas des kilos de gribouillis de maternelle qu'il faut garder comme précieuses preuves des qualités artistiques scolaires de nos bambins et qu'on nous remettait en fin d'année comme s'il s'agissait du Graal.

_________________
Pardon pour vous, pardon pour eux, pour le silence
Et les mots inconsidérés,
Pour les phrases venant de lèvres inconnues
Qui vous touchent de loin comme balles perdues,
Et pardon pour les fronts qui semblent oublieux.



Papote aussi par là : http://salledesmaitres.forumactif.org/
et là : http://www.slecc.fr/forum_0910/index.php

Et puis par là : http://doublecasquette3.eklablog.com/

doublecasquette
Prophète


Revenir en haut Aller en bas

Re: "Fesser un enfant augmente le risque qu'il souffre de problèmes mentaux".

Message par coindeparadis le Mar 3 Juil 2012 - 16:03

Je trouve cet amalgame fâcheux voire dangereux. Pour avoir travaillé avec des enfants maltraités, j'ai pu constater les effets des coups mais aussi des insultes, humiliations ... comme le fait justement remarquer Clarinette. Faire le parallèle avec la fessée annuelle que l'on laisse partir un jour d'exaspération est stupide et risque de faire cacher la forêt par l'arbre. Parce que cette étude n'a rien de bien nouveau : mieux vaut être aimé que frappé pour devenir un adulte épanoui. Quel scoop !

_________________
Ne t'excuse jamais d'être ce que tu es. Gandhi

coindeparadis
Guide spirituel


Revenir en haut Aller en bas

Re: "Fesser un enfant augmente le risque qu'il souffre de problèmes mentaux".

Message par roxanne le Mar 3 Juil 2012 - 16:13

@doublecasquette a écrit:
@totoro a écrit:
@Lapomme a écrit:
@doublecasquette a écrit:Alors, ce n'est pas une fessée et je parie bien que si la fessée est interdite, aucun parent ne sera verbalisé pour avoir tapé un petit coup sur le derrière de son bébé qui fait le fou dans la queue de la caisse au supermarché.

Non et ce n'est d'ailleurs pas le cas dans les pays où la fessée est déjà interdite. Ceci dit, je continue à penser qu'on peut élever ses enfants et surtout bien les élever sans recourir à la sacro-sainte tape sur les fesses (ou la main). Ceux qui ne sont pas d'accord peuvent faire ce qu'ils veulent (tant qu'il n'y a pas maltraitance, il n'y a pas mort d'homme effectivement) mais qu'on ne vienne pas me dire que mes gosses seront forcément mal élevés parce que je ne les tape pas.

Quand à frapper l'enfant d'un autre,

J'attends LA solution pour calmer Junior à la caisse du supermarché...



Fastoche ! Ne pas l'emmener au supermarché ...

Sinon, une méthode qui a fait ses preuves: demander à un intervenant extérieur de gronder l'enfant. S'il est grand, costaud et encore mieux black, c'est redoutable. Il y en avait un qui avait grondé ma fille Boulevard Barbès, comme ça, et je l'avais bien remercié car elle s'était immédiatement calmée. Il avait juste dit en roulant de gros yeux: "les petites filles, ça doit obéir à leur maman !".
c'est assez vrai..je sais bien qu'on ne fait pas toujours comme on veut mais le supermarché est déjà un endroit super excitant pour un adulte, alors un enfant..

roxanne
Enchanteur


Revenir en haut Aller en bas

Re: "Fesser un enfant augmente le risque qu'il souffre de problèmes mentaux".

Message par Marie Laetitia le Mar 3 Juil 2012 - 16:52

@doublecasquette a écrit:Exemple pour Cripure. dès qu'un de mes gosses la ramenait quand il y avait des invités, il se prenait un sec "tu n'es pas le centre du monde et les invités ne sont pas venu pour toi. Sors ou tais-toi !".

Bon, je me faisais mal voir par les invités car j'inhibais mes enfants mais au moins, on avait de l'air et du silence.



Mon beau-père, qui les gardait souvent, avait pour habitude de dire: "Chez le général de Gaulle, les enfants se taisaient à table ! Alors, taisez-vous !".

Il y a un ton pour dire ce genre de chose et je vous assure que la baffe est superflue car le gamin rentrerait sous terre tant il a honte de lui.Embarassed Embarassed

ce n'est pas faux. Et d'ailleurs dans les exemples d'éducation sans fessée, tape ni quoi que ce soit de cet ordre, que j'ai autour de moi, en fait tous vont bien au-delà, soit en manquant complètement de fermeté, soit en étant exclusivement dans le dialogue (ça a peut-être ses vertus, moi, ça me gonfle). Du coup ça oriente mon regard.
Je peux prendre l'exemple de l'éducation de mon chat pour lequel les fessées étaient totalement inopérantes araignée l'isolement en revanche, avec la grosse voix, ça marche assez bien. Enfin, rapporté à un chat qui connaît très bien les règles mais n'en a pas grand chose à secouer... sorciere2

_________________
 
Si tu crois encore qu'il nous faut descendre dans le creux des rues pour monter au pouvoir, si tu crois encore au rêve du grand soir, et que nos ennemis, il faut aller les pendre... Aucun rêve, jamais, ne mérite une guerre. L'avenir dépend des révolutionnaires, mais se moque bien des petits révoltés. L'avenir ne veut ni feu ni sang ni guerre. Ne sois pas de ceux-là qui vont nous les donner (J. Brel, La Bastille)

________________________________________________

Antigone, c'est la petite maigre qui est assise là-bas, et qui ne dit rien. Elle regarde droit devant elle. Elle pense. (...) Elle pense qu'elle va mourir, qu'elle est jeune et qu'elle aussi, elle aurait bien aimé vivre. Mais il n'y a rien à faire. elle s'appelle Antigone et il va falloir qu'elle joue son rôle jusqu'au bout...

Marie Laetitia
Bon génie


Revenir en haut Aller en bas

Re: "Fesser un enfant augmente le risque qu'il souffre de problèmes mentaux".

Message par Lefteris le Mar 3 Juil 2012 - 16:58

Et hop, on est reparti dans la "maltraitance". Je n'ai jamais été torturé, mais j'ai pris des torgnoles, ça ne m'a jamais fait plaisir sur le moment , mais j'ai bien dû reconnaître par la suite que je les méritais, et même à 16 ou 17 ans où j'avais répondu à mon père.Et je suis parti au lycée avec la trace de la giroflée. Quand c'est rare, ça montre au contraire que l'on est vraiment allé trop loin, on réfléchit sur ce qui ne se fait pas dans la vie et qui hérisse le poil.

Etant dans l'escalade du laxisme, il y a même des parents qui refusent qu'on fasse une réflexion à leur gosse, même chez soi. J'en ai dans ma famille Twisted Evil On ne peut même pas dire à un gosse "arrête de manger salement" ou "tais-toi un peu", ça fait un drame. Insupportable à la fin .

_________________
Δεν ελπίζω τίποτα, δεν φοβάμαι τίποτα, είμαι λεύθερος ("je n'espère rien, je ne crains rien, je suis libre") (Ν. Kazantzakis)

Lefteris
Guide spirituel


Revenir en haut Aller en bas

Re: "Fesser un enfant augmente le risque qu'il souffre de problèmes mentaux".

Message par Tristana le Mar 3 Juil 2012 - 17:29

@A Tuin a écrit:Ou alors on passe du côté de la fessée sous le coup de la colère, quand les mots ne suffisent plus comme disait quelqu'un plus haut. Ce n'est pas du tout la même chose : dans ce dernier cas en effet l'action est probablement arbitraire, injuste et méchante envers l'enfant. Avec un adulte qui cherche à faire mal et qui s'acharne, mais là on n'est plus dans le même registre, je crois qu'il ne faut pas tout mélanger.
Sauf que je trouve une injustice plus supportable que la brimade corporelle pensée, réfléchie et voulue. Là, on tombe dans une forme de cruauté.
Ça a été dit par d'autres : même pour dresser des animaux, on déconseille fortement de frapper. Ça veut bien dire que le fait de taper n'a aucune valeur éducative. En revanche, oui, être autoritaire, ferme, lever la voix, etc, ce sont des choses dont on peut se servir et qui je crois ont autant d'utilité que la fessée, qui peut effrayer, mais ne permet pas de comprendre.

Bon, je ne dis pas qu'il est mal d'avoir levé la main sur son enfant, parce que je sais que parfois c'est plus fort que nous. Mais cette propension à dire : "j'ai pris des claques et je le vis très bien" me désespère toujours autant. Ayons le mérite de reconnaître que la fessée ou la claque ne sont qu'un aveu d'impuissance, et que si ça ne traumatise pas les enfants pour les 30 années à venir, ça ne leur apprend certainement pas grand-chose.
Et puisque tout le monde y va de son vécu personnel, voici le mien : je me souviens de deux châtiments corporels. Le 1er, donné par ma mère, une "fessée déculottée" parce que je me relevais 15 fois faire pipi quand j'avais 6 ou 7 ans. Le coucher était un cauchemar pour moi, j'étais une petite fille très angoissée et du coup j'avais l'impression d'avoir envie de faire pipi. Agacée et probablement stressée que je ne dorme pas assez, ma mère m'a fessée. Ce que j'en retiens ? Une grande injustice parce que j'étais déjà misérable à l'idée d'aller dormir, et encore plus misérable d'avoir en permanence cette fausse envie de faire pipi, provoquée par le stress. Le 2e, je le dois à une enseignante en CE1 : j'avais raté ma page de garde de cahier d'histoire-géographie. J'étais effectivement une très bonne élève mais très brouillon, peu appliquée, donc tout ce que je faisais était plein de ratures, de saletés, etc. Elle m'a claquée devant toute la classe avant de déchirer ma page d'un air furieux. Là encore, tout ce que j'en retiens c'est une profonde injustice, car même si j'aurais pu à l'époque être davantage appliquée, cela ne méritait certainement pas d'en arriver là.
J'avoue que depuis, je n'ai que mépris et méfiance pour cette manière d'éduquer les enfants — même si, pour avoir grandi et avoir été au contact de jeunes enfants, je comprends qu'on puisse en arriver là, et je reconnais aisément qu'il n'y a pas mort d'homme. Mais ça n'a, à mon sens, pas grand-chose d'efficace.

Tristana
Doyen


Revenir en haut Aller en bas

Re: "Fesser un enfant augmente le risque qu'il souffre de problèmes mentaux".

Message par Marie Laetitia le Mar 3 Juil 2012 - 17:32

Ayons le mérite de reconnaître que la fessée ou la claque ne sont qu'un aveu d'impuissance
Non. Pas forcément. ET dans les deux cas personnels que tu cites, ce n'était pas mérité, évidemment pas.

_________________
 
Si tu crois encore qu'il nous faut descendre dans le creux des rues pour monter au pouvoir, si tu crois encore au rêve du grand soir, et que nos ennemis, il faut aller les pendre... Aucun rêve, jamais, ne mérite une guerre. L'avenir dépend des révolutionnaires, mais se moque bien des petits révoltés. L'avenir ne veut ni feu ni sang ni guerre. Ne sois pas de ceux-là qui vont nous les donner (J. Brel, La Bastille)

________________________________________________

Antigone, c'est la petite maigre qui est assise là-bas, et qui ne dit rien. Elle regarde droit devant elle. Elle pense. (...) Elle pense qu'elle va mourir, qu'elle est jeune et qu'elle aussi, elle aurait bien aimé vivre. Mais il n'y a rien à faire. elle s'appelle Antigone et il va falloir qu'elle joue son rôle jusqu'au bout...

Marie Laetitia
Bon génie


Revenir en haut Aller en bas

Re: "Fesser un enfant augmente le risque qu'il souffre de problèmes mentaux".

Message par Zébulonix le Mar 3 Juil 2012 - 17:54

Bon, ben j'avoue avoir "battu" mon chien pour le dresser, et filer des "claques" avec ma pantoufle sur les fesses de ma fille.
Je suis un vieux con, mais dans mon esprit et le leur, ça donne des limites.

Sinon, soyez gentils, pour rendre vos messages plus lisibles, éviter de [quoter] à tout va. Il suffit de ne prendre que la phrase ou le passage du message auquel vous répondez.

Zébulonix
Niveau 5


Revenir en haut Aller en bas

Re: "Fesser un enfant augmente le risque qu'il souffre de problèmes mentaux".

Message par roxanne le Mar 3 Juil 2012 - 17:57

Krokotiili a écrit:
@roxanne a écrit:
Cripure a écrit:Si le titre de ce post énonce une vérité, qu'est-ce qu'il y a comme enfants battus dans ce pays ! Suspect

Un soir, chez des amis, le petit de nos hôtes cassait les pieds. Il a fini par me grimper sur les genoux, voulait sauter à pieds joints sur les cuisses, alors que je lui avais dit non. Il a continué en se mettant à hurler. Je lui ai envoyé une bonne baffe, ça a claqué bien creux, un vrai plaisir.

Un break...

J'ai vu que le père allait criser. Mais la mère a simplement souri en disant : "C'est vrai que ça le calme, quand même". On a rigolé et le chiard est allé bouder dans son coin. Et on a eu la paix.

C'était il y a trois ans. Je précise qu'il n'est pas mort.
bien_sûr.Par contre, c'est toujours délicat avec les enfants des autres.D'ailleurs (à moins d'un enfant complétement ingérable et dangereux) souvent il suffit de se fâcher un peu.Sinon, l'éducation c'est à la fois une grande joie mais aussi une grande responsabilité.Et là , comme ailleurs, on fait le mieux possible, comme on peut.Evidemment, j'espère pouvoir éviter de frapper même occasionnellement mon fils, mais je ne suis pas sure que ça n'arrivera pas un jour.

une fois quelqu'un d'autre que mes parents s'est autorisé à me remettre à ma place.
ma vengeance à été terrible (j'ai mis des grillons et autres sauterelles dans sa BàL, j'ai dégonflé les pneus de son vélo, et je sais plus quoi encore ...)
Je crois que c'est aux parents de poser les limites. Pas aux autres.
ben, non dans la mesure où la gêne me concerne ou que l'enfant agit mal , ou se met en danger, j'estime que je peux intervenir, calmement , et ça ne me dérangerait pas que quelqu'un le fasse pour mon fils.Après, tout est question de forme..
Spoiler:
dis donc tu étais une petite peste , toi ! Very Happy

roxanne
Enchanteur


Revenir en haut Aller en bas

Re: "Fesser un enfant augmente le risque qu'il souffre de problèmes mentaux".

Message par doublecasquette le Mar 3 Juil 2012 - 18:03

Il est de notoriété publique que, chez le chien, le stimulus aversif est le moins efficace des moyens de dressage, sauf pour des dressages très particuliers, comme créancer un chien un peu speed et têtu (genre braque allemand)en voie unique.

La gratification pour les bonnes manières, la voix forte et grave avec posture corporelle ad hoc pour les mauvaises manières et surtout intervenir en phase appétitive et non une fois l'erreur commise.

Ça marche fort bien avec les petits humains aussi.

_________________
Pardon pour vous, pardon pour eux, pour le silence
Et les mots inconsidérés,
Pour les phrases venant de lèvres inconnues
Qui vous touchent de loin comme balles perdues,
Et pardon pour les fronts qui semblent oublieux.



Papote aussi par là : http://salledesmaitres.forumactif.org/
et là : http://www.slecc.fr/forum_0910/index.php

Et puis par là : http://doublecasquette3.eklablog.com/

doublecasquette
Prophète


Revenir en haut Aller en bas

Page 4 sur 6 Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum