Le jour où une élève m'a dit : "Moi, j'aime pas les juifs"

Page 1 sur 2 1, 2  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Le jour où une élève m'a dit : "Moi, j'aime pas les juifs"

Message par Docteur OX le Jeu 5 Juil 2012 - 14:10

http://leplus.nouvelobs.com/contribution/585411-le-jour-ou-une-eleve-m-a-dit-moi-j-aime-pas-les-juifs.html

Iannis Roder est professeur d'histoire-géographie à Saint-Denis. Les réflexions antisémites, il en entend régulièrement dans les salles de classe et s'interroge : comment expliquer un tel phénomène ? Le Nouvel Observateur publie cette semaine un dossier spécial "Antisémitisme : ce qu'on ne veut pas dire" (édition du 5 juillet), où vous pouvez retrouver ce témoignage.

Je suis d'une génération pour qui l'antisémitisme était mort avec la Shoah. Je n'avais pas pensé qu'il reviendrait d'ailleurs.

"Il n'y avait pas un juif hier dans les tours"


La première fois, c'était en 1998 dans une classe de 5e. Lorsqu'on a abordé le chapitre sur l'islam, une gamine a râlé : "On ne fait que quatre heures sur l’Islam, alors que l'année dernière, on a fait les Hébreux pendant au moins dix heures ! De toute façon, moi j'aime pas les juifs."

Je suis tombé des nues. Ce n'était que le début. Au tournant des années 2000, deux évènements ont libéré la parole : le 11 septembre et la seconde Intifada. Je me souviens précisément du 12 septembre 2001. La plupart de mes élèves étaient atterrés, mais l’un d'eux avait déjà une explication "complotiste" : "Il n'y avait pas un juif hier dans les tours, c'est eux qui l'ont fait." Pour une minorité, c'était "bien fait pour les Américains et pour les juifs".

Presque toujours, ces propos viennent d'enfants issus de l'immigration et se réclamant de l'Islam. En 2002, un garçon m'a expliqué que "Hitler aurait fait un bon musulman". Cela fait dix ans que je sais que c'est là, latent chez certains. Dès qu'on évoque la Shoah ou qu'ils comprennent qu'un des personnages est juif, ça sort.

Par exemple, cette année, Ousmane, 15 ans, alors que je parlais de Léon Blum : "Il est juif, qu'il crève !" Comme ça, direct. Je l'ai envoyé chez le proviseur qui a convoqué sa mère. Elle a pleuré et décidé de le changer d'établissement. Plus tard, des copains d'Ousmane m'ont rapporté ses propos : "Roder, il s'est énervé pour rien, un truc de fou." Il ne voyait pas le mal.

Pourquoi nie-t-on cette réalité dramatique ?

En salle des profs, quand je soulevais le problème, on me parlait du malaise social et de la politique israélienne, quand on ne me prenait pas pour un réac de droite. Le déni est ce qui m'a le plus choqué.

Avant, dans les années 80, au moindre soupçon d'antisémitisme, l'indignation était immédiate. Je me souviens de la manifestation après la profanation du cimetière juif de Carpentras, en 1990, tout le monde était dans la rue. Là, personne, rien.

On m'a dit que j'inventais, que je dramatisais, que je manipulais mes élèves pour leur faire dire des horreurs. Au motif qu'elle est au côté des opprimés, la gauche n'a pas voulu voir le problème. Ça a été une claque pour moi, que mes amis politiques ne réagissent pas. Ceux qui s'étaient levés sur Carpentras sont restés assis et muets. Pour eux, ces jeunes sont des victimes sociales et ne peuvent donc pas être antisémites. Comme si l'on ne pouvait être les deux à la fois.

Et puis, j'ai l'impression que pour certains, l'idée que des juifs sont victimes est lassante. Du genre : "C'est bon, ils ont déjà la Shoah, de quoi se plaignent-ils encore ?"

Avec la minute de silence après la tuerie de Mohamed Merah dans une école juive, les choses ont changé. Combien de jeunes ont refusé de respecter cette cérémonie, au motif qu'on n'en fait "pas autant pour les enfants palestiniens" ?

Beaucoup de profs en Seine-Saint-Denis, et plus seulement les profs d'histoire dans le huis clos de leurs classes, ont découvert cet antisémitisme. Désormais, j'ai le sentiment que la communauté scolaire sait, et peut commencer à se demander comment lutter contre ces préjugés.

Que faire contre ce fléau ?

Ces enfants sont les premiers à dire "le racisme c'est pas bien", mais ils ont une vision communautariste de la société. Pour eux il y a d'un côté les "Français", c'est à dire les blancs et les juifs, et de l'autre, eux. Quand un garçon me dit "les racistes du PSG c'est que des juifs !", il est dans un degré de confusion tel que l'incantation morale n'a aucun poids. Il entend probablement toute la journée que les juifs sont riches, puissants, racistes et tirent sur des enfants palestiniens, alors que Ben Laden et Merah sont des héros.

Ces jeunes sont abreuvés d'images, à la fois surinformés et incapables d'analyser ce qu'ils reçoivent. Pour ceux qui ont 500 mots de vocabulaire, les théories du complot, les explications simplistes sont rassurantes.

En classe, j'essaye de leur montrer ce qu'il y a derrière les événements. Quand on commence l'histoire du nazisme, il y a toujours des remarques antisémites au début : "Hitler a pas fini le boulot, Hitler est mon cousin, les Juifs ont tous les pouvoirs..."

Je les laisse parler, puis je leur explique que le nazisme est une vision raciale du monde, dans laquelle les noirs sont à la limite de l'humanité, et où les Juifs comme les handicapés doivent être éradiqués. Soudain, ils s'identifient aux victimes, ça disqualifie Hitler. On peut casser les préjugés chez certains.

Deux jours après l'affaire Merah, un élève m'a dit : "Vous avez vu ce qu'il a fait celui-là ? Il a tiré dans la tête d'une petite fille. C'est un nazi en fait, il a cru qu'il tuait son ennemi."

Je me suis dit qu'il avait compris. Ça m'a fait plaisir.

Propos recueillis par Isabelle Monnin
ça aurait pu être, presque mot pour mot, mon témoignage quand j'enseignais en zep...

Docteur OX
Sage


Revenir en haut Aller en bas

Re: Le jour où une élève m'a dit : "Moi, j'aime pas les juifs"

Message par Violet le Jeu 5 Juil 2012 - 14:14

Et un nouveau jeune homme agressé dans un train parce qu'il est juif... pale

Violet
Bon génie


Revenir en haut Aller en bas

Re: Le jour où une élève m'a dit : "Moi, j'aime pas les juifs"

Message par Nestya le Jeu 5 Juil 2012 - 14:23

Dans mon collège, "juif" est devenu une insulte. Mais c'est surtout de la bêtise et de l'ignorance. J'ai discuté avec un 3ème en début d'année qui avait traité un camarade de "sale juif" (alors que le camarade en question n'était pas juif!). Pour lui, c'était simplement une insulte comme "sale c**". Il ne savait pas vraiment ce que c'était qu'être juif. Il avait bien quelques souvenirs de son année de 6ème et de ses cours sur les Hébreux mais il n'avait pas fait le rapprochement.

_________________
"Un lecteur vit un millier de vies avant de mourir. Celui qui ne lit pas n'en vit qu'une."
George R.R.Martin

Nestya
Bon génie


Revenir en haut Aller en bas

Re: Le jour où une élève m'a dit : "Moi, j'aime pas les juifs"

Message par doublecasquette le Jeu 5 Juil 2012 - 14:26

Presque toujours, ces propos viennent d'enfants issus de l'immigration et se réclamant de l'Islam. En 2002, un garçon m'a expliqué que "Hitler aurait fait un bon musulman". Cela fait dix ans que je sais que c'est là, latent chez certains. Dès qu'on évoque la Shoah ou qu'ils comprennent qu'un des personnages est juif, ça sort



Il n'a qu'à venir enseigner au collège de Sault, exempt de tout immigré. Il aura un bel antisémitisme aussi et du pur "made in France", bien méchant et bien lourd, pur porc.

J'ai entendu ce prof, ou un de ses affidiés, ce matin (ou hier ?) à la radio. S'il vivait ailleurs, il verrait que la France, ni la Hongrie d'ailleurs, n'ont besoin des "immigrés" pour recommencer à afficher sans complexes leur antisémitisme constitutif.

_________________
Pardon pour vous, pardon pour eux, pour le silence
Et les mots inconsidérés,
Pour les phrases venant de lèvres inconnues
Qui vous touchent de loin comme balles perdues,
Et pardon pour les fronts qui semblent oublieux.



Papote aussi par là : http://salledesmaitres.forumactif.org/
et là : http://www.slecc.fr/forum_0910/index.php

Et puis par là : http://doublecasquette3.eklablog.com/

doublecasquette
Prophète


Revenir en haut Aller en bas

Re: Le jour où une élève m'a dit : "Moi, j'aime pas les juifs"

Message par chessfiend le Jeu 5 Juil 2012 - 14:29

Dans mon collège, des élèves de troisième sont allés à Liverpool et ont visité le musée de l'esclavage: un élève (blanc) a ensuite dit sérieusement: "j'ai compris! Les noirs ont fait comme les arabes en France, ils ont envahi l'Angleterre!"

Comme disait Nestya: la bêtise et l'ignorance...


Dernière édition par chessfiend le Jeu 5 Juil 2012 - 14:30, édité 1 fois

chessfiend
Niveau 6


Revenir en haut Aller en bas

Re: Le jour où une élève m'a dit : "Moi, j'aime pas les juifs"

Message par doublecasquette le Jeu 5 Juil 2012 - 14:30

Quant à ça:

Je suis tombé des nues. Ce n'était que le début. Au tournant des années 2000, deux évènements ont libéré la parole : le 11 septembre et la seconde Intifada. Je me souviens précisément du 12 septembre 2001. La plupart de mes élèves étaient atterrés, mais l’un d'eux avait déjà une explication "complotiste" : "Il n'y avait pas un juif hier dans les tours, c'est eux qui l'ont fait." Pour une minorité, c'était "bien fait pour les Américains et pour les juifs".


l'Amérique du Sud, où l'Islam n'est guère présent, le pense aussi.

_________________
Pardon pour vous, pardon pour eux, pour le silence
Et les mots inconsidérés,
Pour les phrases venant de lèvres inconnues
Qui vous touchent de loin comme balles perdues,
Et pardon pour les fronts qui semblent oublieux.



Papote aussi par là : http://salledesmaitres.forumactif.org/
et là : http://www.slecc.fr/forum_0910/index.php

Et puis par là : http://doublecasquette3.eklablog.com/

doublecasquette
Prophète


Revenir en haut Aller en bas

Re: Le jour où une élève m'a dit : "Moi, j'aime pas les juifs"

Message par neomath le Jeu 5 Juil 2012 - 17:29

@Docteur OX a écrit:http://leplus.nouvelobs.com/contribution/585411-le-jour-ou-une-eleve-m-a-dit-moi-j-aime-pas-les-juifs.html

Presque toujours, ces propos viennent d'enfants issus de l'immigration et se réclamant de l'Islam.

Ce genre d'article haineux et nauséabond aurait il passé le filtre de la modération si une autre communauté avait joué le rôle du bouc émissaire ?

_________________
“L'ignorance et la bêtise sont des facteurs considérables de l'Histoire.”
  Raymond Aron

neomath
Fidèle du forum


Revenir en haut Aller en bas

Re: Le jour où une élève m'a dit : "Moi, j'aime pas les juifs"

Message par stench le Jeu 5 Juil 2012 - 17:40

Et à côté de ça, le 2 juin dernier, en 2012, une manifestation organisée par des néo nazi est autorisée à Hambourg.

stench
Guide spirituel


Revenir en haut Aller en bas

Re: Le jour où une élève m'a dit : "Moi, j'aime pas les juifs"

Message par doublecasquette le Jeu 5 Juil 2012 - 19:02

@neomath a écrit:
@Docteur OX a écrit:http://leplus.nouvelobs.com/contribution/585411-le-jour-ou-une-eleve-m-a-dit-moi-j-aime-pas-les-juifs.html

Presque toujours, ces propos viennent d'enfants issus de l'immigration et se réclamant de l'Islam.

Ce genre d'article haineux et nauséabond aurait il passé le filtre de la modération si une autre communauté avait joué le rôle du bouc émissaire ?
Même question ...

DC véto

Nous rappellerons que l'antisémitisme n'est pas apanage des musulmans, ceci sans nier que ce soit malheureusement très répandu chez eux aussi. Mais on n'a pas grand chose à leur envier en ce domaine, hélas.No No

_________________
Pardon pour vous, pardon pour eux, pour le silence
Et les mots inconsidérés,
Pour les phrases venant de lèvres inconnues
Qui vous touchent de loin comme balles perdues,
Et pardon pour les fronts qui semblent oublieux.



Papote aussi par là : http://salledesmaitres.forumactif.org/
et là : http://www.slecc.fr/forum_0910/index.php

Et puis par là : http://doublecasquette3.eklablog.com/

doublecasquette
Prophète


Revenir en haut Aller en bas

Re: Le jour où une élève m'a dit : "Moi, j'aime pas les juifs"

Message par Instructeurpublic le Jeu 5 Juil 2012 - 19:56

Je tiens à apporter mon témoignage. Je suis en ZEP et entre les Maghrébins, certains Africains de l'ouest et les Turcs, on peut dire que j'enseigne à environ 60-65% de jeunes musulmans. J'y fais mon chapitre sur la solution finale tous les ans depuis 6 ans maintenant. Et bien je ne recense à ce jour aucun problème de cet ordre, absolument aucun. La détestation d'Hitler est la seule réaction émotive que je constate. J'ai bien parfois quelques protestations polies en éducation civique lorsque j'évoque la laïcité mais jamais avec la Shoah. Aussi je suis surpris par le niveau des protestations évoquées par l'article. Beaucoup me paraissent relever d'une pseudo conscience politique que beaucoup d'élèves n'ont pas à cet âge.

Instructeurpublic
Fidèle du forum


Revenir en haut Aller en bas

Re: Le jour où une élève m'a dit : "Moi, j'aime pas les juifs"

Message par Presse-purée le Jeu 5 Juil 2012 - 20:58

Iannis Roder. Ce nom me dit quelque chose... *recherche*

Edit: C'est pas un des auteurs des Territoires perdus de la République?

_________________
Homines, dum docent, discunt.Sénèque, Epistulae Morales ad Lucilium VII, 8

"La culture est aussi une question de fierté, de rapport de soi à soi, d’esthétique, si l’on veut, en un mot de constitution du sujet humain." (Paul Veyne, La société romaine)
"Soyez résolus de ne servir plus, et vous voilà libres". La Boétie
"Confondre la culture et son appropriation inégalitaire du fait des conditions sociales : quelle erreur !" H. Pena-Ruiz
"Il vaut mieux qu'un élève sache tenir un balai plutôt qu'il ait été initié à la philosophie: c'est ça le socle commun" un IPR

Presse-purée
Grand sage


Revenir en haut Aller en bas

Re: Le jour où une élève m'a dit : "Moi, j'aime pas les juifs"

Message par Presse-purée le Jeu 5 Juil 2012 - 21:01

ça part en vrille dans les commentaires de l'article...

_________________
Homines, dum docent, discunt.Sénèque, Epistulae Morales ad Lucilium VII, 8

"La culture est aussi une question de fierté, de rapport de soi à soi, d’esthétique, si l’on veut, en un mot de constitution du sujet humain." (Paul Veyne, La société romaine)
"Soyez résolus de ne servir plus, et vous voilà libres". La Boétie
"Confondre la culture et son appropriation inégalitaire du fait des conditions sociales : quelle erreur !" H. Pena-Ruiz
"Il vaut mieux qu'un élève sache tenir un balai plutôt qu'il ait été initié à la philosophie: c'est ça le socle commun" un IPR

Presse-purée
Grand sage


Revenir en haut Aller en bas

Re: Le jour où une élève m'a dit : "Moi, j'aime pas les juifs"

Message par Dhaiphi le Jeu 5 Juil 2012 - 21:06

@Instructeurpublic a écrit:Beaucoup me paraissent relever d'une pseudo conscience politique que beaucoup d'élèves n'ont pas à cet âge.
S'il y a bien une chose dont on peut être à peu près certain, c'est bien celle-là. Very Happy

_________________
De toutes les écoles que j’ai fréquentées, c’est l’école buissonnière qui m’a paru la meilleure.  
[Anatole France]
J'aime les regretteurs d'hier qui voudraient changer le sens des rivières et retrouver dans la lumière la beauté d'Ava Gardner.
[Alain Souchon]

Dhaiphi
Esprit éclairé


Revenir en haut Aller en bas

Re: Le jour où une élève m'a dit : "Moi, j'aime pas les juifs"

Message par Instructeurpublic le Jeu 5 Juil 2012 - 21:12

Je viens de relire. Perso je n'accorde que très peu de crédibilité à cet article que je trouve vraiment étrange sous plein d'aspects. Notamment celui d'induire une pseudo solidarité blancs/juifs contre arabes/noirs. Je peux me tromper mais si j'ai raison, ce que fait ce type est d'une gravité extrême.

Instructeurpublic
Fidèle du forum


Revenir en haut Aller en bas

Re: Le jour où une élève m'a dit : "Moi, j'aime pas les juifs"

Message par Christian-HG-TZR67 le Ven 6 Juil 2012 - 8:35

Je constate la même chose que l'auteur de l'article... les propos de nature antisémite augmentent, même s'il ne faut pas exagérer. Le plus souvent les élèves qui les tiennent sont :
- victimes de clichés,
- ignorants et confondent Juifs et Israéliens....

Enfin, avec le net, ils ont de plus en plus accès aux théories des conspirationnistes, cf les explications du 11.09.2001... pour quelques uns, même des gentils et sérieux, ce qu'on dit en cours n'est pas forcément plus juste a priori que ce qu'ils lisent sur le net... pale

Christian-HG-TZR67
Niveau 6


Revenir en haut Aller en bas

Re: Le jour où une élève m'a dit : "Moi, j'aime pas les juifs"

Message par Mike92 le Ven 6 Juil 2012 - 8:50

On ne va pas faire un nouveau cliché : musulmans tous antisémites ? juifs = tous pro-israéliens inconditionnels ? musulmans = tous extrémistes ? Mais la recrudescence de l'antisémitisme est bien réelle. Le rejet, la haine et l'envie (l'autre a toujours plus que moi!) ne prendront jamais fin. A chacun de lutter contre, mais pas par une nouvelle haine !

_________________
Fais bon accueil aux étrangers, car toi aussi, tu seras un étranger. (Roger Ikor)
site : http://allemand-postbac.npage.de
manuels publiés : http://www.decitre.fr/auteur/141431/Michel+Luciani/

Mike92
Niveau 10


Revenir en haut Aller en bas

Re: Le jour où une élève m'a dit : "Moi, j'aime pas les juifs"

Message par linkus le Ven 6 Juil 2012 - 9:22

@Nestya a écrit:Dans mon collège, "juif" est une insulte. Mais c'est surtout de la bêtise et de l'ignorance. J'ai discuté avec un 3ème en début d'année qui avait traité un camarade de "sale juif" (alors que le camarade en question n'était pas juif!). Pour lui, c'était simplement une insulte comme "sale c**". Il ne savait pas vraiment ce que c'était qu'être juif. Il avait bien quelques souvenirs de son année de 6ème et de ses cours sur les Hébreux mais il n'avait pas fait le rapprochement.

Non, malheureusement cela existe depuis longtemps. Je me rappelle ce qu'on entendais comme insulte:
-"Sale Juif"!
-Arrête de faire le "juif"
etc etc ....

linkus
Expert


Revenir en haut Aller en bas

Re: Le jour où une élève m'a dit : "Moi, j'aime pas les juifs"

Message par Mike92 le Ven 6 Juil 2012 - 9:35

Dans ma jeunesse, ma marâtre, pétainiste, me disait quand je comptais mon argent de poche : "que tu es juif !" Vichy n'était d'ailleurs mentionné en famille que pour la qualité de ses eaux...

_________________
Fais bon accueil aux étrangers, car toi aussi, tu seras un étranger. (Roger Ikor)
site : http://allemand-postbac.npage.de
manuels publiés : http://www.decitre.fr/auteur/141431/Michel+Luciani/

Mike92
Niveau 10


Revenir en haut Aller en bas

Re: Le jour où une élève m'a dit : "Moi, j'aime pas les juifs"

Message par Instructeurpublic le Ven 6 Juil 2012 - 10:25

Oui les expressions de type "sale juif", "t'es un juif", faire quelque chose "en juif"... dans le sens "en fourbe", j'ai toujours entendu ça. C'est condamnable mais malheureusement rien de nouveau. Je dirais même que ça a diminué car franchement au collège j'entendais ça tous les jours et j'ai probablement dû le dire moi-même. D'ailleurs, au passage, je l'ai autant entendu que "sale arabe", "travail d'arabe", etc.

Ici l'article dit autre chose, il nous vend du choc des civilisations en prenant des gosses comme boucs émissaires. Propagande subtile mais pas pour les gens avertis.

Instructeurpublic
Fidèle du forum


Revenir en haut Aller en bas

Re: Le jour où une élève m'a dit : "Moi, j'aime pas les juifs"

Message par Rouletabille le Ven 6 Juil 2012 - 10:35

Moi, dans mon collège ultra rural, je constate davantage une parole raciste contre les "arabes", les "musulmans"... En ayant fait les chapitres d'Education Civique avec les 3e, j'ai une nouvelle fois constaté l'implantation des idées du FN, constaté que mes élèves trouvait que "Marine a raison"...

Il est vrai que chez moi, le FN est à 25/30%...

De même, les élèves répétant ce qu'ils entendent chez eux, se soulèvent souvent contre l'impôt progressif, contre la solidarité... Je constate chaque jour la victoire idéologique d'une certaine droite....

Et pourtant, chez moi, le chômage est trés élevé... Le premier employé est une industrie agro-alimentaire où on travaille en 3*8...

Par contre, lorsqu'on évoque les Hébreux, le Judaïsme, les Juifs, Israël - Palestine, RAS... Il ne maîtrise rien de ces sujets...

Quand on évoque Hitler, indignation globale a part quelques petits malins...

Une totale désorientation idéologique en somme.

Rouletabille
Niveau 6


Revenir en haut Aller en bas

Re: Le jour où une élève m'a dit : "Moi, j'aime pas les juifs"

Message par Lapomme le Ven 6 Juil 2012 - 11:40

Dans mon école urbaine à forte population musulmane (90%), il est extrêmement difficile d'aborder des sujets comme le 11 septembre ou l'holocauste. Quant au conflit israëlo-palestinien, n'en parlons même pas. Ceci dit, c'est surtout au collège. Au lycée, l'esprit critique tend à se développer et les réactions sont moins vives.

Lapomme
Niveau 5


Revenir en haut Aller en bas

Re: Le jour où une élève m'a dit : "Moi, j'aime pas les juifs"

Message par thaliabellamy le Ven 6 Juil 2012 - 11:52

Le parti pris de cet auteur m'écoeure. Encore de la victimisation, des préjugés, des clichés, ça me lasse rien que de l'aborder....


Bientôt , j'écrirai un article sur mes chers élèves nazillons, racistes, islamophobes, homophobes et incivilisés et je pleurerai sur toutes les fois où ils ont ouvertement décrié ma religion.

J'en écrirai une thèse!!!


Aucun racisme n'est plus grave qu'un autre, ils sont TOUS condamnables


Dernière édition par thaliabellamy le Ven 6 Juil 2012 - 14:21, édité 1 fois

thaliabellamy
Niveau 6


Revenir en haut Aller en bas

Re: Le jour où une élève m'a dit : "Moi, j'aime pas les juifs"

Message par Clarinette le Ven 6 Juil 2012 - 12:03

Je trouve effectivement le parti-pris de cet article assez nauséabond.
Ceci dit, je me souviendrai toujours de ce "hadj" (qui a accompli son pélerinage à la Mecque) plein de sagesse rencontré à Rabat, mon pays de naissance (même si je suis "française de souche", comme on dit). Il m'a hébergée une nuit et nous avons passé la soirée à discuter philosophie, amour de son prochain, etc... Et puis à un moment, la conversation est arrivée sur la Shoah, et il a indiqué on ne peut plus clairement qu'il regrettait que l'éradication des Juifs n'ait pas été menée à son terme... affraid J'ai assez rapidement prétexté que je tombais de sommeil... Suspect

La religion est décidément une des plus belles s***peries que l'homme ait inventées....

_________________

Clarinette
Guide spirituel


Revenir en haut Aller en bas

Re: Le jour où une élève m'a dit : "Moi, j'aime pas les juifs"

Message par neomath le Ven 6 Juil 2012 - 12:56

@Clarinette a écrit:Je trouve effectivement le parti-pris de cet article assez nauséabond.
Ceci dit, je me souviendrai toujours de ce "hadj" (qui a accompli son pélerinage à la Mecque) plein de sagesse rencontré à Rabat, mon pays de naissance (même si je suis "française de souche", comme on dit). Il m'a hébergée une nuit et nous avons passé la soirée à discuter philosophie, amour de son prochain, etc... Et puis à un moment, la conversation est arrivée sur la Shoah, et il a indiqué on ne peut plus clairement qu'il regrettait que l'éradication des Juifs n'ait pas été menée à son terme... affraid J'ai assez rapidement prétexté que je tombais de sommeil... Suspect
Petit rappel des faits en ce qui concerne les juifs marocains.
1) Lorsque le régime de Vichy, représenté sur place par de bons "français de souche", comme vous dites, a voulu faire appliquer les lois raciales que le gouvernement de Pétain venait de décider le Sultan a déclaré haut et fort que les juifs marocains étaient des sujets comme les autres et les autorités françaises ont du remballer leurs étoiles jaunes.
2) Le Maroc est musulman depuis des siècles. Si l'antisémitisme au Maroc, qui est une réalité aujourd'hui, est lié à la religion comment expliquez vous qu'il ne se manifeste que depuis 1948 ?
La religion est décidément une des plus belles s***peries que l'homme ait inventées....
Je ne savais pas qu'Hitler, Staline, Pol Pot (liste non exhaustive) étaient confits en dévotions.

_________________
“L'ignorance et la bêtise sont des facteurs considérables de l'Histoire.”
  Raymond Aron

neomath
Fidèle du forum


Revenir en haut Aller en bas

Re: Le jour où une élève m'a dit : "Moi, j'aime pas les juifs"

Message par Tristana le Ven 6 Juil 2012 - 13:39

@Instructeurpublic a écrit:Je viens de relire. Perso je n'accorde que très peu de crédibilité à cet article que je trouve vraiment étrange sous plein d'aspects. Notamment celui d'induire une pseudo solidarité blancs/juifs contre arabes/noirs. Je peux me tromper mais si j'ai raison, ce que fait ce type est d'une gravité extrême.
Je suis assez d'accord avec ça.
L'antisémitisme existe, au même titre que la haine du Noir, de l'Arabe, etc. Il est ridicule d'essayer encore aujourd'hui de dire qu'une discrimination ou qu'une intolérance est plus grave qu'une autre.

Tristana
Doyen


Revenir en haut Aller en bas

Page 1 sur 2 1, 2  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum