Vous sentez-vous libre dans l'exercice quotidien de votre métier ?

Page 3 sur 3 Précédent  1, 2, 3

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Quand je conçois, prépare, dispense mes cours,

68% 68% 
[ 89 ]
10% 10% 
[ 13 ]
2% 2% 
[ 3 ]
17% 17% 
[ 22 ]
3% 3% 
[ 4 ]
 
Total des votes : 131

Re: Vous sentez-vous libre dans l'exercice quotidien de votre métier ?

Message par totoro le Lun 23 Juil 2012 - 15:47

Je me sens libre vis-à-vis des collègues parce que je n'accepte une progression commune ou des oeuvres communes que si cela me convient, sinon, je fais autre chose.
En revanche, l'HDA, le socle, toussa toussa, le vocabulaire qui change tout les deux ans... et les collègues qui ont fait des formations cette année et qui ne jurent plus que par "les IPR veulent ça"... , ce n'est pas toujours facile de s'en détacher.
Et j'attends toujours mon inspection...

totoro
Guide spirituel


Revenir en haut Aller en bas

Re: Vous sentez-vous libre dans l'exercice quotidien de votre métier ?

Message par alberto79 le Lun 23 Juil 2012 - 20:03

Cripure a écrit:
@alberto79 a écrit:L’une des choses qui font que je n’ai jamais envisagé de travailler dans le secondaire c’est cette présence d’un CDE et un IPR, car je n’aime pas du tout être commandé par personne. D’ ailleurs, pour l’expérience de ma femme et ma propre expérience quand j’entends dire que les hiérarchies sont très lourdes à l’université, je me dis que pas du tout par rapport au secondaire.
Le CDE commande assez peu. Si votre président d'université interdit un couloir pour cause de danger imminent, vous allez obtempérer, je pense... Et ce n'est pas vous qui décidez de l'ensemble des formations ouvertes, des horaires qui leur sont attribués, etc. Vous avez donc bien un supérieur quelque part.
Dans le secondaire, ne sont impressionnés par un IPR que les non-titulaires, et les titulaires qui veulent bien se laisser impressionner (c'est fou ce que leur nombre augmente, d'ailleurs, sans cause identifiable). Les IPR ne sont d'ailleurs pas les supérieurs des profs du secondaire, qui ne dépendent que d'une autorité administrative (proviseur - recteur). Un IPR n'a aucun ordre à me donner, et les miens, quand ils essaient, s'en aperçoivent vite.

Je crois que la différence c’est que le Président de l’Université et tous les autres postes de responsabilité comme directeur de l’UFR, directeur du département, du laboratoire, etc sont des enseignants-chercheurs élus par leurs pairs et dont le mandat est révocable. Leur pouvoir est par conséquent éphémère et faible car il y beaucoup de contrepouvoirs. La LRU a néanmoins porté une grave atteinte à ce système collégial et accru les pouvoirs du président et du CA, ce qui explique l’appui de beaucoup de présidents à cette loi. Cependant, cette loi sera bientôt revue dans le sens d’une plus grande collégialité et en tout cas, si je ne suis pas d’ accord avec mon président je peux toujours me présenter aux élections. Donc je n’ai pas vraiment un supérieur à l’ exception d’un primus inter pares élu par moi-même. Dans le secondaire il y a des personnels de direction (CDE), ce qui n’ existe pas dans le supérieur. Quoi qu’il en soit, je suis d’ accord avec vous sur le fait que si vous faites votre travail vous n’avez rien à craindre ni des CDE ni des IPR. Quant à vous, avec votre expérience et votre savoir-faire, je vois mal un IPR vous donnant des ordres Laughing .

alberto79
Habitué du forum


Revenir en haut Aller en bas

Re: Vous sentez-vous libre dans l'exercice quotidien de votre métier ?

Message par User5899 le Lun 23 Juil 2012 - 22:47

@alberto79 a écrit:
Cripure a écrit:
@alberto79 a écrit:L’une des choses qui font que je n’ai jamais envisagé de travailler dans le secondaire c’est cette présence d’un CDE et un IPR, car je n’aime pas du tout être commandé par personne. D’ ailleurs, pour l’expérience de ma femme et ma propre expérience quand j’entends dire que les hiérarchies sont très lourdes à l’université, je me dis que pas du tout par rapport au secondaire.
Le CDE commande assez peu. Si votre président d'université interdit un couloir pour cause de danger imminent, vous allez obtempérer, je pense... Et ce n'est pas vous qui décidez de l'ensemble des formations ouvertes, des horaires qui leur sont attribués, etc. Vous avez donc bien un supérieur quelque part.
Dans le secondaire, ne sont impressionnés par un IPR que les non-titulaires, et les titulaires qui veulent bien se laisser impressionner (c'est fou ce que leur nombre augmente, d'ailleurs, sans cause identifiable). Les IPR ne sont d'ailleurs pas les supérieurs des profs du secondaire, qui ne dépendent que d'une autorité administrative (proviseur - recteur). Un IPR n'a aucun ordre à me donner, et les miens, quand ils essaient, s'en aperçoivent vite.

Je crois que la différence c’est que le Président de l’Université et tous les autres postes de responsabilité comme directeur de l’UFR, directeur du département, du laboratoire, etc sont des enseignants-chercheurs élus par leurs pairs et dont le mandat est révocable. Leur pouvoir est par conséquent éphémère et faible car il y beaucoup de contrepouvoirs. La LRU a néanmoins porté une grave atteinte à ce système collégial et accru les pouvoirs du président et du CA, ce qui explique l’appui de beaucoup de présidents à cette loi. Cependant, cette loi sera bientôt revue dans le sens d’une plus grande collégialité et en tout cas, si je ne suis pas d’ accord avec mon président je peux toujours me présenter aux élections. Donc je n’ai pas vraiment un supérieur à l’ exception d’un primus inter pares élu par moi-même. Dans le secondaire il y a des personnels de direction (CDE), ce qui n’ existe pas dans le supérieur. Quoi qu’il en soit, je suis d’ accord avec vous sur le fait que si vous faites votre travail vous n’avez rien à craindre ni des CDE ni des IPR. Quant à vous, avec votre expérience et votre savoir-faire, je vois mal un IPR vous donnant des ordres Laughing .
Certes. Mais il faut aussi persuader de ce dernier point les jeunes collègues titulaires (j'insiste, pour des raisons évidentes). J'ai toujours été un casse-pieds, ma carrière a pourtant été tout à fait normale, je n'ai pas subi de brimades, je n'ai pas été fessé, je n'ai pas été ennuyé, menacé. Et pourtant, j'ai refusé de recorriger des copies pour augmenter artificiellement la moyenne, j'ai séché des journées de formation obligatoires sur "comment effacer le tableau" ou sur "Cesser de corriger en rouge : une hygiène de vie". Les autres peuvent le faire aussi Smile

_________________
Zu End' ewiges Wissen !
Der Welt melden
Weise nichts mehr !

En cas de ban, ne pas utiliser les MP ! Passer par l'icône du mail  Razz

User5899
Dieu de l'Olympe


Revenir en haut Aller en bas

Re: Vous sentez-vous libre dans l'exercice quotidien de votre métier ?

Message par Monochrome-n4 le Lun 23 Juil 2012 - 22:49

Vivement la titularisation alors! Very Happy

Monochrome-n4
Niveau 5


Revenir en haut Aller en bas

Re: Vous sentez-vous libre dans l'exercice quotidien de votre métier ?

Message par Emeraldia le Lun 23 Juil 2012 - 22:49

@Daphné a écrit:
@Emeraldia a écrit:Je me sens libre, ce qui me gêne, c'est plutôt le niveau des élèves, leur manque d'intérêt pour la littérature. Du coup, je jongle entre programme, littérature et le fait d'essayer de susciter l'intérêt d'un public de collégiens...

Nous aussi mais ça c'est un autre débat.
Je sais mais je pense que c'est surtout ça qui porte préjudice à notre liberté.

Emeraldia
Érudit


Revenir en haut Aller en bas

Re: Vous sentez-vous libre dans l'exercice quotidien de votre métier ?

Message par Malaca le Lun 23 Juil 2012 - 22:52

Globalement assez libre, jusqu'à présent ... mais la tendance actuelle à devoir rentrer dans des "schémas" se confirme : projets, équipes, livrets, accompagnement ...

Par exemple cette année pas le choix, des livres avaient été commandés pour la rentrée pour toutes les classes de même niveau et les parents avaient déjà acheté les cahiers d'exercices furieux je déteste ça !!

_________________
Ajouter de la vie aux années plutôt que des années à la vie ...

"Fais de ta vie un rêve, et d'un rêve, une réalité." A. de Saint-Exupéry

mes rêves, ma réalité ...

Malaca
Esprit éclairé


Revenir en haut Aller en bas

Re: Vous sentez-vous libre dans l'exercice quotidien de votre métier ?

Message par User5899 le Lun 23 Juil 2012 - 22:59

@Monochrome-n4 a écrit:Vivement la titularisation alors! Very Happy
Ouaip Wink topela

_________________
Zu End' ewiges Wissen !
Der Welt melden
Weise nichts mehr !

En cas de ban, ne pas utiliser les MP ! Passer par l'icône du mail  Razz

User5899
Dieu de l'Olympe


Revenir en haut Aller en bas

Re: Vous sentez-vous libre dans l'exercice quotidien de votre métier ?

Message par alberto79 le Lun 23 Juil 2012 - 23:56

Cripure a écrit:
@alberto79 a écrit:
Cripure a écrit:
@alberto79 a écrit:L’une des choses qui font que je n’ai jamais envisagé de travailler dans le secondaire c’est cette présence d’un CDE et un IPR, car je n’aime pas du tout être commandé par personne. D’ ailleurs, pour l’expérience de ma femme et ma propre expérience quand j’entends dire que les hiérarchies sont très lourdes à l’université, je me dis que pas du tout par rapport au secondaire.
Le CDE commande assez peu. Si votre président d'université interdit un couloir pour cause de danger imminent, vous allez obtempérer, je pense... Et ce n'est pas vous qui décidez de l'ensemble des formations ouvertes, des horaires qui leur sont attribués, etc. Vous avez donc bien un supérieur quelque part.
Dans le secondaire, ne sont impressionnés par un IPR que les non-titulaires, et les titulaires qui veulent bien se laisser impressionner (c'est fou ce que leur nombre augmente, d'ailleurs, sans cause identifiable). Les IPR ne sont d'ailleurs pas les supérieurs des profs du secondaire, qui ne dépendent que d'une autorité administrative (proviseur - recteur). Un IPR n'a aucun ordre à me donner, et les miens, quand ils essaient, s'en aperçoivent vite.

Je crois que la différence c’est que le Président de l’Université et tous les autres postes de responsabilité comme directeur de l’UFR, directeur du département, du laboratoire, etc sont des enseignants-chercheurs élus par leurs pairs et dont le mandat est révocable. Leur pouvoir est par conséquent éphémère et faible car il y beaucoup de contrepouvoirs. La LRU a néanmoins porté une grave atteinte à ce système collégial et accru les pouvoirs du président et du CA, ce qui explique l’appui de beaucoup de présidents à cette loi. Cependant, cette loi sera bientôt revue dans le sens d’une plus grande collégialité et en tout cas, si je ne suis pas d’ accord avec mon président je peux toujours me présenter aux élections. Donc je n’ai pas vraiment un supérieur à l’ exception d’un primus inter pares élu par moi-même. Dans le secondaire il y a des personnels de direction (CDE), ce qui n’ existe pas dans le supérieur. Quoi qu’il en soit, je suis d’ accord avec vous sur le fait que si vous faites votre travail vous n’avez rien à craindre ni des CDE ni des IPR. Quant à vous, avec votre expérience et votre savoir-faire, je vois mal un IPR vous donnant des ordres Laughing .
Certes. Mais il faut aussi persuader de ce dernier point les jeunes collègues titulaires (j'insiste, pour des raisons évidentes). J'ai toujours été un casse-pieds, ma carrière a pourtant été tout à fait normale, je n'ai pas subi de brimades, je n'ai pas été fessé, je n'ai pas été ennuyé, menacé. Et pourtant, j'ai refusé de recorriger des copies pour augmenter artificiellement la moyenne, j'ai séché des journées de formation obligatoires sur "comment effacer le tableau" ou sur "Cesser de corriger en rouge : une hygiène de vie". Les autres peuvent le faire aussi Smile

Ma femme m’a raconté des histoires à ce propos qui me semblaient vraiment choquantes. Ainsi, une fois elle était en train de parler avec une collègue et elles se tutoyaient comme d’ habitude. Voilà que le CDE s’approche et sa collègue commence à la vouvoyer à la grande stupéfaction de ma femme. Après, elle lui explique : « tu sais, je n’allais pas te tutoyer devant lui ». Elle a rencontré énormément de collègues comme ça…

alberto79
Habitué du forum


Revenir en haut Aller en bas

Re: Vous sentez-vous libre dans l'exercice quotidien de votre métier ?

Message par lalilala le Mar 24 Juil 2012 - 0:01

Shocked heu

_________________
Nuestra vida es un círculo dantesco.

Mon blog

lalilala
Esprit sacré


Revenir en haut Aller en bas

Re: Vous sentez-vous libre dans l'exercice quotidien de votre métier ?

Message par Ergo le Mar 24 Juil 2012 - 9:58

Ah ben oui. Very Happy Et je m'y accroche.
L'année dernière, j'étais stagiaire donc non, j'ai dû respecter un minimum l'approche qu'on nous demande (détaillée par kensington plus haut topela).

Cette année, j'ai commencé à faire un petit peu ma sauce. J'ai été inspectée, d'ailleurs: visite conseil + inspection, la 1ère fois, elle a râlé (bon, je ne lui avais pas envoyé le plan de séquence et je lui ai dit que c'est parce que ce n'était pas marqué dans la liste des documents à fournir), la 2ème fois, ça s'est très bien passé et pourtant, elle a regardé un cahier d'élève qui devait bien lui montrer que je ne respectais pas exactement ce qu'on nous demande de faire.

Quant aux chefs, ils ne sont jamais intervenus sur ma pédagogie. Et ils pourraient toujours essayer. La dernière fois que le chef a essayé de donner des exemples, en conseil péda, de ce qu'on pouvait faire en langues par exemple, j'ai répondu que je n'étais pas animatrice. Razz

J'ai été en désaccord avec la PA sur plusieurs points, et on se l'est dit d'ailleurs, et ça ne nous a pas empêché de travailler en commun, loin de là (I love you).

Après, bien sûr, j'avais des chefs qui ne jouaient pas aux petits chefs et donc qui ne se sont pas vengés sur des emplois du temps etc.

Ca changera peut-être l'année prochaine avec les nouveaux mais ils ne me diront pas davantage comment faire un cours et je vais encore essayer des trucs nouveaux. Very Happy

Et l'IPR, ben...la chargée de mission ne reviendra pas m'inspecter l'année prochaine et si l'IPR se déplaçait, ça ne changerait rien. Je me suis pris la tête avec deux IPR différents l'année dernière sur la formation des stagiaires et sur certains points de didactique... Rolling Eyes et je suis tout de même titulaire. Ils n'ont que le pouvoir que je leur accorde - et en ce qui me concerne, je leur accorde de l'indifférence dans le meilleur des cas. A la suite de ma visite conseil, le chef avait essayé de me parler de l'importance de la notation, j'avais répondu que j'étais bien consciente de ce que signifiait une mauvaise note pour ma carrière mais que je préférais garder ma conscience et faire ce que je pouvais au quotidien avec la connaissance des élèves que vouloir à tout prix imposer un modèle dogmatique que je n'appréciais pas pour une note.

_________________
After all we've been through---it can't be for nothing. ---Ellie

No matter. Try again. Fail again. Fail better.---Beckett
Les stulos-plyme des neos. Illustration de la devise de Ronin: "Cède, cède, cède, je le veux !"

Ergo
Enchanteur


Revenir en haut Aller en bas

Page 3 sur 3 Précédent  1, 2, 3

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum