Institut Montaigne: l'école primaire est "le maillon faible" du système

Page 23 sur 23 Précédent  1 ... 13 ... 21, 22, 23

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Re: Institut Montaigne: l'école primaire est "le maillon faible" du système

Message par Celeborn le Lun 30 Juil 2012 - 22:42

@suecia a écrit:
@Sapotille a écrit:
@suecia a écrit:
@Avril69 a écrit:Jusqu'à 10. Éventuellement 12-15 dans les bons collèges.
Et je sais que les Chinois l'apprennent jusqu'à 20 (mais ils ont une mémoire d'éléphant).

Oui nous aussi seulement jusqu a 10. Il est question d aller jusqu a 12 mais je pense que le probleme est plus profond. Il faut redonner aux maths un bon statut social, c est complique.

Un de mes petits enfants sortant du CM1 dans le Sud de la France, connait les tables de 15 et de 25 .

Oui donc en France le niveau en maths est toujours haut. Ou il est dans un ecole a profil "maths"?

Tu vois une prof d'anglais quelques minutes dans un reportage, et ça y est, tu sais comment elle enseigne et qu'elle est vraiment ridicule.

Quelqu'un te dit que son enfant connaît sa table de 15, et ça y est, en France on a un super niveau en maths.

Ta voisine ou ta cousine ou je-ne-sais-plus-qui n'est pas fan de la France, et ça y est, les Suédois dans leur ensemble ont du mal à se sentir bien en France.


On va subir ça encore longtemps ? Moi, je fatigue déjà. Parle-nous de ton expérience dans le système suédois si tu veux — c'est même régulièrement intéressant — mais par pitié, il faut arrêter de conclure n'importe quoi à partir d'un cas particulier analysé n'importe comment. Je subis déjà ça au quotidien dans mes activités syndicales avec n'importe qui qui conclut n'importe quoi à partir de random-expérimentation menée sur 35 pékins, alors on pourrait peut-être éviter d'en arriver là dans cette discussion, non ?

Alors pour que tu comprennes bien : les débats pédagogiques en France sont TRÈS compliqués et mettent en jeu des théories pédagogiques qu'on a probablement peine à ne serait-ce qu'imaginer ailleurs (suffit de voir ce que produisent nos « spécialistes » en « science de l'éducation » au quotidien). Ça s'apparente à une véritable guerre à laquelle participent force groupes de pression, et les ministres de l'Éducation nationale valsent joyeusement, chacun étant encore + détesté que le précédent. La question des méthodes de lecture est quasiment un débat de société, et la communication sur le sujet est complètement biaisée. On a expérimenté à peu près tout et n'importe quoi à divers degrés. On a fait faire des trucs complètement délirants aux profs en formation, et on continue d'ailleurs de le faire actuellement, mais de façon beaucoup + dissimulée. L'Éducation nationale est un système extraordinairement obscur et gangréné de pseudos « spécialistes » aux idéologies souvent douteuses, et je reste gentil.

À l'arrivée, l'IMAGE qu'on doit se faire du système français n'a, je pense, rien à voir avec la RÉALITÉ de ce qui se passe dans les classes, réalité elle-même multiple puisque les grands débats se retrouvent dans la manière d'enseigner des uns et des autres.

La seule conclusion qu'on peut tirer, c'est qu'on avait une école qu'on nous enviait (pensons à la maternelle, qui fut un modèle pour beaucoup), et que cette école — qui avait probablement des défauts — on s'est évertué à la démolir mais sans construire quoi que ce soit de crédible sur les décombres. On dissimule le désastre en trafiquant plus ou moins discrètement les examens nationaux, pour faire croire que tout va très bien madame la marquise, mais la réalité, c'est que les élèves, pour beaucoup d'entre eux (40 % ? 50% ?), sont incapables à l'entrée en collège d'écrire correctement leur langue (d'origine ou d'adoption) et de lire de façon fluide en respectant la ponctuation. Alors tu m'étonnes qu'on ait du mal en langues vivantes, auxquelles les élèves sont préparées dans le premier degré fort souvent par des personnes qui n'ont jamais fait d'études d'anglais et à qui on a distribué l'accréditation dans une pochette surprise, et qui apprennent des choses fausses aux élèves, et prononcées avec les pieds. Voilà, si tu veux une vision d'ensemble du système français actuellement, ça me semble un assez bon aperçu.



Dernière édition par Celeborn le Mar 31 Juil 2012 - 1:28, édité 1 fois

Celeborn
Esprit sacré


Revenir en haut Aller en bas

Re: Institut Montaigne: l'école primaire est "le maillon faible" du système

Message par Vudici le Lun 30 Juil 2012 - 22:46

@suecia a écrit:
@Vudici a écrit:
@Sapotille a écrit:
Le seul choix que nous ayons ici, c'est l'école privée , en général catholique, mais elle utilise la même pédagogie qu'ailleurs, c'est à dire une majorité de CP avec départ global pour l'apprentissage de la lecture.

Et puis quand les parents font ce choix, ils doivent se débrouiller pour les transports...
Nous, on doit toujours se débrouiller pour les transports..., quel que soit le réseau... et il y a rarement possibilité de manger un repas complet à la campagne: tout le monde apporte son pique-nique...

Nous on doit se debrouiller pour les transports si on a choisi une ecole plus loin que l ecole de proximite. Si l ecole de proximite est loin (presque toujours le cas a la campagne), la commune paye le taxi.

Est ce que vous avez des evaluations nationales avant le bac? Si oui pourriez vous m envoyer des exemples d evaluations de maths de niveau primaire et college? pour m assurer que nous sommes vraiment, vraiment au fond du trou et que je ne reve pas? (en sachant que nos programmes et evaluations refletent toujours un niveau tres minimum et que beaucoup de nos eleves vont plus loin heureusement).
Nous n'avons pas de bac en Belgique, seulement un examen fin 6e primaire basique-basique (en gros, si l'enfant a moins de 70 % à cet examen, il redoublera très probablement sa première secondaire, ce qui explique que cet examen soit très décrié. J'essaye toujours de te le trouver...)

Vudici
Fidèle du forum


Revenir en haut Aller en bas

Re: Institut Montaigne: l'école primaire est "le maillon faible" du système

Message par suecia le Lun 30 Juil 2012 - 22:47

@Celeborn a écrit:
@suecia a écrit:
@Sapotille a écrit:
@suecia a écrit:
@Avril69 a écrit:Jusqu'à 10. Éventuellement 12-15 dans les bons collèges.
Et je sais que les Chinois l'apprennent jusqu'à 20 (mais ils ont une mémoire d'éléphant).

Oui nous aussi seulement jusqu a 10. Il est question d aller jusqu a 12 mais je pense que le probleme est plus profond. Il faut redonner aux maths un bon statut social, c est complique.

Un de mes petits enfants sortant du CM1 dans le Sud de la France, connait les tables de 15 et de 25 .

Oui donc en France le niveau en maths est toujours haut. Ou il est dans un ecole a profil "maths"?

Tu vois une prof d'anglais quelques minutes dans un reportage, et ça y est, tu sais comment elle enseigne et qu'elle est vraiment ridicule.

Quelqu'un te dit que son enfant connaît sa table de 15, et ça y est, en France on a un super niveau en maths.

Ta voisine ou ta cousine ou je-ne-sais-plus-qui n'est pas fan de la France, et ça y est, les Suédois dans leur ensemble ont du mal à se sentir bien en France.


On va subir ça encore longtemps ? Moi, je fatigue déjà. Parle-nous de ton expérience dans le système suédois si tu veux — c'est même régulièrement intéressant — mais par pitié, il faut arrêter de conclure n'importe quoi à partir d'un cas particulier analysé n'importe comment. Je subis déjà ça au quotidien dans mes activités syndicales avec qui n'importe qui qui conclut n'importe quoi à partir de random-expérimentation menée sur 35 pékins, alors on pourrait peut-être éviter d'en arriver là dans cette discussion, non ?

Alors pour que tu comprennes bien : les débats pédagogiques en France sont TRÈS compliqués et mettent en jeu des théories pédagogiques qu'on a probablement peine à ne serait-ce qu'imaginer ailleurs (suffit de voir ce que produisent nos « spécialistes » en « science de l'éducation » au quotidien). Ça s'apparente à une véritable guerre à laquelle participent force groupes de pression, et les ministres de l'Éducation nationale valsent joyeusement, chacun étant encore + détesté que le précédent. La question des méthodes de lecture est quasiment un débat de société, et la communication sur le sujet est complètement biaisée. On a expérimenté à peu près tout et n'importe quoi à divers degrés. On a fait faire des trucs complètement délirants aux profs en formation, et on continue d'ailleurs de le faire actuellement, mais de façon beaucoup + dissimulée. L'Éducation nationale est un système extraordinairement obscur et gangréné de pseudos « spécialistes » aux idéologies souvent douteuses, et je reste gentil.

À l'arrivée, l'IMAGE qu'on doit se faire du système français n'a, je pense, rien à voir avec la RÉALITÉ de ce qui se passe dans les classes, réalité elle-même multiple puisque les grands débats se retrouvent dans la manière d'enseigner des uns et des autres.

La seule conclusion qu'on peut tirer, c'est qu'on avait une école qu'on nous enviait (pensons à la maternelle, qui fut un modèle pour beaucoup), et que cette école — qui avait probablement des défauts — on s'est évertué à la démolir mais sans construire quoi que ce soit de crédible sur les décombres. On dissimule le désastre en trafiquant plus ou moins discrètement les examens nationaux, pour faire croire que tout va très bien madame la marquise, mais la réalité, c'est que les élèves, pour beaucoup d'entre eux (40 % ? 50% ?), sont incapables à l'entrée en collège d'écrire correctement leur langue (d'origine ou d'adoption) et de lire de façon fluide en respectant la ponctuation. Alors tu m'étonnes qu'on ait du mal en langues vivantes, auxquelles les élèves sont préparées dans le premier degré fort souvent par des personnes qui n'ont jamais fait d'études d'anglais et à qui on a distribué l'accréditation dans une pochette surprise, et qui apprennent des choses fausses aux élèves, et prononcées avec les pieds. Voilà, si tu veux une vision d'ensemble du système français actuellement, ça me semble un assez bon aperçu.


Je pense que tu n es pas oblige de me lire.

suecia
Niveau 9


Revenir en haut Aller en bas

Re: Institut Montaigne: l'école primaire est "le maillon faible" du système

Message par doublecasquette le Lun 30 Juil 2012 - 22:52

@ Celeborn

fleurs topela bisous

_________________
Pardon pour vous, pardon pour eux, pour le silence
Et les mots inconsidérés,
Pour les phrases venant de lèvres inconnues
Qui vous touchent de loin comme balles perdues,
Et pardon pour les fronts qui semblent oublieux.



Papote aussi par là : http://salledesmaitres.forumactif.org/
et là : http://www.slecc.fr/forum_0910/index.php

Et puis par là : http://doublecasquette3.eklablog.com/

doublecasquette
Prophète


Revenir en haut Aller en bas

Re: Institut Montaigne: l'école primaire est "le maillon faible" du système

Message par doublecasquette le Lun 30 Juil 2012 - 22:57

Les évaluations nationales françaises en élémentaire

CE1 (enfants de 8 ans après deux années d'école élémentaire) et CM2 (enfants de 11 ans après cinq années d'école élémentaire)

http://ia89.ac-dijon.fr/ien/avallon/spip.php?article206

_________________
Pardon pour vous, pardon pour eux, pour le silence
Et les mots inconsidérés,
Pour les phrases venant de lèvres inconnues
Qui vous touchent de loin comme balles perdues,
Et pardon pour les fronts qui semblent oublieux.



Papote aussi par là : http://salledesmaitres.forumactif.org/
et là : http://www.slecc.fr/forum_0910/index.php

Et puis par là : http://doublecasquette3.eklablog.com/

doublecasquette
Prophète


Revenir en haut Aller en bas

Re: Institut Montaigne: l'école primaire est "le maillon faible" du système

Message par suecia le Lun 30 Juil 2012 - 22:59

@doublecasquette a écrit:Les évaluations nationales françaises en élémentaire

CE1 (enfants de 8 ans après deux années d'école élémentaire) et CM2 (enfants de 11 ans après cinq années d'école élémentaire)

http://ia89.ac-dijon.fr/ien/avallon/spip.php?article206

Merci je vais regarder en details.

En fait pour les maths de fin de college les epreuves sont similaires. Est ce un niveau minimal ou moyen en France?

Par contre pour le CE1 c est beaucoup, beaucoup plus avance. Ca confirme ce que je pense de notre demarrage tres tres lent. Est ce un niveau minimal pour le CE1 ou moyen? quels sont les resultats?

suecia
Niveau 9


Revenir en haut Aller en bas

Re: Institut Montaigne: l'école primaire est "le maillon faible" du système

Message par doublecasquette le Lun 30 Juil 2012 - 23:05

@suecia a écrit:
@doublecasquette a écrit:Les évaluations nationales françaises en élémentaire

CE1 (enfants de 8 ans après deux années d'école élémentaire) et CM2 (enfants de 11 ans après cinq années d'école élémentaire)

http://ia89.ac-dijon.fr/ien/avallon/spip.php?article206

Merci je vais regarder en details.

En fait pour les maths de fin de college les epreuves sont similaires. Est ce un niveau minimal ou moyen en France?

Des élèves qui auraient moins de 33 % de réussites à ces épreuves devraient normalement bénéficier d'un Projet Personnalisé de Réussite Educative, si les parents sont d'accord, et à condition que ce Projet ne nécessite ni maintien dans la classe dont le programme correspond aux connaissances non sues ni aide spécialisée dispensée par des professeurs formés (qui ont été supprimés ces cinq dernières années alors que leur nombre était déjà insuffisant).

_________________
Pardon pour vous, pardon pour eux, pour le silence
Et les mots inconsidérés,
Pour les phrases venant de lèvres inconnues
Qui vous touchent de loin comme balles perdues,
Et pardon pour les fronts qui semblent oublieux.



Papote aussi par là : http://salledesmaitres.forumactif.org/
et là : http://www.slecc.fr/forum_0910/index.php

Et puis par là : http://doublecasquette3.eklablog.com/

doublecasquette
Prophète


Revenir en haut Aller en bas

Re: Institut Montaigne: l'école primaire est "le maillon faible" du système

Message par Celeborn le Lun 30 Juil 2012 - 23:05

@suecia a écrit:
Je pense que tu n es pas oblige de me lire.

Je t'envoie un message privé, qu'on évite de trop dévier ici.


_________________
"On va bien lentement dans ton pays ! Ici, vois-tu, on est obligé de courir tant qu'on peut pour rester au même endroit. Si on veut aller ailleurs, il faut courir au moins deux fois plus vite que ça !" (Lewis Carroll)
Mon Blog

Celeborn
Esprit sacré


Revenir en haut Aller en bas

Re: Institut Montaigne: l'école primaire est "le maillon faible" du système

Message par Avril69 le Mar 31 Juil 2012 - 0:34

Suecia, peux-tu nous expliquer comment vous abordez l'expression écrite à l'école suédoise ?
Vos étés réputés pour savoir raconter des histoires, à l'instar de la fameuse Astrid Lindgren, donc ça ne doit pas être trop mal, si ?

Avril69
Neoprof expérimenté


Revenir en haut Aller en bas

Re: Institut Montaigne: l'école primaire est "le maillon faible" du système

Message par Daphné le Mar 31 Juil 2012 - 9:11

@Celeborn a écrit:
@suecia a écrit:
@Sapotille a écrit:
@suecia a écrit:
@Avril69 a écrit:Jusqu'à 10. Éventuellement 12-15 dans les bons collèges.
Et je sais que les Chinois l'apprennent jusqu'à 20 (mais ils ont une mémoire d'éléphant).

Oui nous aussi seulement jusqu a 10. Il est question d aller jusqu a 12 mais je pense que le probleme est plus profond. Il faut redonner aux maths un bon statut social, c est complique.

Un de mes petits enfants sortant du CM1 dans le Sud de la France, connait les tables de 15 et de 25 .

Oui donc en France le niveau en maths est toujours haut. Ou il est dans un ecole a profil "maths"?

Tu vois une prof d'anglais quelques minutes dans un reportage, et ça y est, tu sais comment elle enseigne et qu'elle est vraiment ridicule.

Quelqu'un te dit que son enfant connaît sa table de 15, et ça y est, en France on a un super niveau en maths.

Ta voisine ou ta cousine ou je-ne-sais-plus-qui n'est pas fan de la France, et ça y est, les Suédois dans leur ensemble ont du mal à se sentir bien en France.


On va subir ça encore longtemps ? Moi, je fatigue déjà. Parle-nous de ton expérience dans le système suédois si tu veux — c'est même régulièrement intéressant — mais par pitié, il faut arrêter de conclure n'importe quoi à partir d'un cas particulier analysé n'importe comment. Je subis déjà ça au quotidien dans mes activités syndicales avec n'importe qui qui conclut n'importe quoi à partir de random-expérimentation menée sur 35 pékins, alors on pourrait peut-être éviter d'en arriver là dans cette discussion, non ?

Alors pour que tu comprennes bien : les débats pédagogiques en France sont TRÈS compliqués et mettent en jeu des théories pédagogiques qu'on a probablement peine à ne serait-ce qu'imaginer ailleurs (suffit de voir ce que produisent nos « spécialistes » en « science de l'éducation » au quotidien). Ça s'apparente à une véritable guerre à laquelle participent force groupes de pression, et les ministres de l'Éducation nationale valsent joyeusement, chacun étant encore + détesté que le précédent. La question des méthodes de lecture est quasiment un débat de société, et la communication sur le sujet est complètement biaisée. On a expérimenté à peu près tout et n'importe quoi à divers degrés. On a fait faire des trucs complètement délirants aux profs en formation, et on continue d'ailleurs de le faire actuellement, mais de façon beaucoup + dissimulée. L'Éducation nationale est un système extraordinairement obscur et gangréné de pseudos « spécialistes » aux idéologies souvent douteuses, et je reste gentil.

À l'arrivée, l'IMAGE qu'on doit se faire du système français n'a, je pense, rien à voir avec la RÉALITÉ de ce qui se passe dans les classes, réalité elle-même multiple puisque les grands débats se retrouvent dans la manière d'enseigner des uns et des autres.

La seule conclusion qu'on peut tirer, c'est qu'on avait une école qu'on nous enviait (pensons à la maternelle, qui fut un modèle pour beaucoup), et que cette école — qui avait probablement des défauts — on s'est évertué à la démolir mais sans construire quoi que ce soit de crédible sur les décombres. On dissimule le désastre en trafiquant plus ou moins discrètement les examens nationaux, pour faire croire que tout va très bien madame la marquise, mais la réalité, c'est que les élèves, pour beaucoup d'entre eux (40 % ? 50% ?), sont incapables à l'entrée en collège d'écrire correctement leur langue (d'origine ou d'adoption) et de lire de façon fluide en respectant la ponctuation. Alors tu m'étonnes qu'on ait du mal en langues vivantes, auxquelles les élèves sont préparées dans le premier degré fort souvent par des personnes qui n'ont jamais fait d'études d'anglais et à qui on a distribué l'accréditation dans une pochette surprise, et qui apprennent des choses fausses aux élèves, et prononcées avec les pieds. Voilà, si tu veux une vision d'ensemble du système français actuellement, ça me semble un assez bon aperçu.


Voilà, c'est très bien résumé veneration

Daphné
Demi-dieu


Revenir en haut Aller en bas

Re: Institut Montaigne: l'école primaire est "le maillon faible" du système

Message par Igniatius le Mar 31 Juil 2012 - 9:55

Je suis assez d'accord, évidemment, avec ton résumé Celeborn, mais on pourrait tout autant te rétorquer que tu te contentes de donner un avis personnel ici : le constat est sans doute partagé mais les études démontrant la responsabilité de tel ou tel n'existent pas.
C'est juste du bon sens, pas de la science.

Bref, Suecia fait ce qu'elle peut avec ce qu'on lui donne.

_________________
"Celui qui se perd dans sa passion est moins perdu que celui qui perd sa passion."
St Augustin

"God only knows what I'd be without you"
Brian Wilson

Igniatius
Empereur


Revenir en haut Aller en bas

Re: Institut Montaigne: l'école primaire est "le maillon faible" du système

Message par doublecasquette le Mar 31 Juil 2012 - 10:24

Tiens, pour suecia, regardez ce que j'ai trouvé en fouillant dans le forum "maths"...
Il n'y a pas que les Suédois qui s'inquiètent en voyant leurs élèves devenir nuls de chez nuls en mathématiques :

http://www.neoprofs.org/t43389-jean-pierre-demailly-l-innumerisme-menace-notre-societe-a-breve-echeance?highlight=Demailly

_________________
Pardon pour vous, pardon pour eux, pour le silence
Et les mots inconsidérés,
Pour les phrases venant de lèvres inconnues
Qui vous touchent de loin comme balles perdues,
Et pardon pour les fronts qui semblent oublieux.



Papote aussi par là : http://salledesmaitres.forumactif.org/
et là : http://www.slecc.fr/forum_0910/index.php

Et puis par là : http://doublecasquette3.eklablog.com/

doublecasquette
Prophète


Revenir en haut Aller en bas

Re: Institut Montaigne: l'école primaire est "le maillon faible" du système

Message par philann le Mar 31 Juil 2012 - 10:26

Ignatius, tu pourrais développer s'il te plaît les "études démontrant que la responsabilité de tel ou tel n'existent pas" ?? PArce que j'ai peur de ne pas comprendre. Je crois au contraire qu'elle existe et que la responsabilité de beaucoup de gens est engagée, y compris celle de chacun d'entre nous!! Mais plus spécifiquement encore de ceux qui vivent sur le dos de la bête...

_________________
2014-2015: poste fixe dans les Hauts de Seine Very Happy Very Happy Very Happy
2013-2014: certifiée stagiaire dans les Hauts de Seine cheers 
2011-2013: prof. contractuelle dans l'Essonne

philann
Doyen


Revenir en haut Aller en bas

Re: Institut Montaigne: l'école primaire est "le maillon faible" du système

Message par Igniatius le Mar 31 Juil 2012 - 12:27

Ne t'inquiète pas, je suis d'accord avec toi (sauf que je ne sens pas ma responsabilité engagée) et avec l'état des lieux établis par Celeborn.
Je dis juste que le reproche de généraliser à partir d'exemples peut être retourné contre énormément des acteurs de l'éducation, domaine où prouver des choses est particulièrement difficile.
Il y a donc une forte dose de subjectivité dans tous nos jugements (moi le premier d'ailleurs).

Le pb des "études", c'est que dès que l'on en brandit une qui va ds notre sens, ceux qui ne sont pas d'accord avec ses conclusions en brandissent une autre qui dit le contraire.
Enfin je crois quand même que bcp de leurs études à eux sont particulièrement biaisées et discutables.

_________________
"Celui qui se perd dans sa passion est moins perdu que celui qui perd sa passion."
St Augustin

"God only knows what I'd be without you"
Brian Wilson

Igniatius
Empereur


Revenir en haut Aller en bas

Re: Institut Montaigne: l'école primaire est "le maillon faible" du système

Message par philann le Mar 31 Juil 2012 - 15:11

Very Happy je ne m'inquiétais pas, mais je constate que je suis d'accord avec ce que tu écris! Very Happy


_________________
2014-2015: poste fixe dans les Hauts de Seine Very Happy Very Happy Very Happy
2013-2014: certifiée stagiaire dans les Hauts de Seine cheers 
2011-2013: prof. contractuelle dans l'Essonne

philann
Doyen


Revenir en haut Aller en bas

Re: Institut Montaigne: l'école primaire est "le maillon faible" du système

Message par adelaideaugusta le Mer 1 Aoû 2012 - 20:54

@ysabel a écrit:
@suecia a écrit:
@ysabel a écrit:
@suecia a écrit: Je suis d accord bien sur mais quand meme... la difference entre un sujet et un complement... on n a pas besoin d annees d etudes pour savoir ca? Une fois qu on le sait, ce n est pas ca qui va faire qu on maitrise l anglais...

Bah, la plupart de nos lycéens actuels ne la connaissent pas Twisted Evil Rolling Eyes

Honnetement j ai vraiment du mal a le croire etant donne que les Francais font de la grammaire a l ecole, contrairement a nous.
Cela dit, la Finlande a aussi un bon niveau en anglais (moins bon que le notre mais acceptable) bien que leur grammaire n ait absolument rien a voir avec celle de l anglais etant donne que le finnois est une langue agglutinante.
Je doute que la maitrise de leur grammaire leur apporte quoi que ce soit pour la maitrise de la grammaire anglaise.

ça fait seulement 10 ans que j'enseigne en lycée... j'ai sans doute mal vu

Moi aussi, j'ai mal vu... Demandant à une amie (enseignante de maths dans un lycée)de me trouver une répétitrice qui fasse faire du français à mon petit-fils qui redouble sa cinquième (si seulement il écrivait phonétiquement, ce serait à peu près lisible !), elle m'a trouvé...une Vietnamienne. Devant mon étonnement, elle m'a dit : "Le problème, c'est que les étudiants français ne connaissent pas la grammaire."

Je reviens sur la grammaire suédoise : je dois me pincer pour croire cela :

"Oui et c est sans parler de l orthographe. On ne peut pas vraiment faire de faute d orthographe en suedois sauf entre les sons sj, stj, skj, tj, qui n ont pas ete reformes.
Conjugaison en suedois du verbe avoir:
(jag) har
(du) har
(han) har
(vi) har
(ni) har
(de) har
Comparez avec le francais...vous comprenez facilement que ce sont litteralement des annees d enseignement economisees."

Si toute la langue est comme cela, la littérature suédoise doit être mortellement ennuyeuse !On peut se demander si les gens lisent encore en Suède !

Si on simplifie notre langue, tout deviendra illisible !

Exemple tiré du Petit Robert.
Prenons le mot entendu èr.

Air, (plusieurs sens selon le contexte), aire, (idem),erre (plusieurs sens : l'erre d'un bateau, erre du verbe errer),
hère (pauvre hère), haire ( qui va avec la discipline, chemise de laine rugueuse pour pénitent, mais comme les enfants n'ont jamais entendu parler de Tartuffe, on peut l'oublier.)

Et le mot "so" ??? En suédois, il serait unique pour : sot, seau, sceau, saut.

Je trouve cela dramatique, quand on prend vraiment conscience du problème.


adelaideaugusta
Fidèle du forum


Revenir en haut Aller en bas

Re: Institut Montaigne: l'école primaire est "le maillon faible" du système

Message par retraitée le Mer 1 Aoû 2012 - 21:39

Hérault, héraut, héros, air haut, erre haut, R O, dirait nathalie Sarraute.

retraitée
Vénérable


Revenir en haut Aller en bas

Re: Institut Montaigne: l'école primaire est "le maillon faible" du système

Message par Avril69 le Mer 1 Aoû 2012 - 21:43

@adelaideaugusta a écrit:
@ysabel a écrit:
@suecia a écrit:
@ysabel a écrit:
@suecia a écrit: Je suis d accord bien sur mais quand meme... la difference entre un sujet et un complement... on n a pas besoin d annees d etudes pour savoir ca? Une fois qu on le sait, ce n est pas ca qui va faire qu on maitrise l anglais...

Bah, la plupart de nos lycéens actuels ne la connaissent pas Twisted Evil Rolling Eyes

Honnetement j ai vraiment du mal a le croire etant donne que les Francais font de la grammaire a l ecole, contrairement a nous.
Cela dit, la Finlande a aussi un bon niveau en anglais (moins bon que le notre mais acceptable) bien que leur grammaire n ait absolument rien a voir avec celle de l anglais etant donne que le finnois est une langue agglutinante.
Je doute que la maitrise de leur grammaire leur apporte quoi que ce soit pour la maitrise de la grammaire anglaise.

ça fait seulement 10 ans que j'enseigne en lycée... j'ai sans doute mal vu

Moi aussi, j'ai mal vu... Demandant à une amie (enseignante de maths dans un lycée)de me trouver une répétitrice qui fasse faire du français à mon petit-fils qui redouble sa cinquième (si seulement il écrivait phonétiquement, ce serait à peu près lisible !), elle m'a trouvé...une Vietnamienne. Devant mon étonnement, elle m'a dit : "Le problème, c'est que les étudiants français ne connaissent pas la grammaire."

Je reviens sur la grammaire suédoise : je dois me pincer pour croire cela :

"Oui et c est sans parler de l orthographe. On ne peut pas vraiment faire de faute d orthographe en suedois sauf entre les sons sj, stj, skj, tj, qui n ont pas ete reformes.
Conjugaison en suedois du verbe avoir:
(jag) har
(du) har
(han) har
(vi) har
(ni) har
(de) har
Comparez avec le francais...vous comprenez facilement que ce sont litteralement des annees d enseignement economisees."

Si toute la langue est comme cela, la littérature suédoise doit être mortellement ennuyeuse !On peut se demander si les gens lisent encore en Suède !

Si on simplifie notre langue, tout deviendra illisible !

Exemple tiré du Petit Robert.
Prenons le mot entendu èr.

Air, (plusieurs sens selon le contexte), aire, (idem),erre (plusieurs sens : l'erre d'un bateau, erre du verbe errer),
hère (pauvre hère), haire ( qui va avec la discipline, chemise de laine rugueuse pour pénitent, mais comme les enfants n'ont jamais entendu parler de Tartuffe, on peut l'oublier.)

Et le mot "so" ??? En suédois, il serait unique pour : sot, seau, sceau, saut.

Je trouve cela dramatique, quand on prend vraiment conscience du problème.

En chinois non plus, la conjugaison n'existe pas... Mais d'autres difficultés compensent largement !

Avril69
Neoprof expérimenté


Revenir en haut Aller en bas

Re: Institut Montaigne: l'école primaire est "le maillon faible" du système

Message par John le Jeu 2 Aoû 2012 - 1:55

J'aimerais bien qu'on en reste à l'école primaire...

Donc, pour s'interroger sur la grandeur de la littérature suédoise, c'est ici :
http://www.neoprofs.org/t50461p15-la-litterature-suedoise#1554948

Pour parler de la littérature suédoise en général, c'est là :
http://www.neoprofs.org/t50462-aimez-vous-la-litterature-suedoise#1554951


_________________
En achetant des articles au lien ci-dessous, vous nous aidez, sans frais, à gérer le forum. Merci !


"Celui qui ne participe pas à la lutte participe à la défaite" (Brecht)
"La nostalgie, c'est plus ce que c'était" (Simone Signoret)
"Les médias participent à la falsification permanente de l'information" (Umberto Eco)

John
Médiateur


Revenir en haut Aller en bas

Page 23 sur 23 Précédent  1 ... 13 ... 21, 22, 23

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum