Dans la série "Vincent Peillon envisage" : voici l'enseignement de la morale "laïque"

Page 2 sur 2 Précédent  1, 2

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Re: Dans la série "Vincent Peillon envisage" : voici l'enseignement de la morale "laïque"

Message par John le Mer 1 Aoû 2012 - 14:03

J'espère que cette morale laïque ne sera donc pas simplement ce qu' "il y a toujours eu".
Ben de l'instruction civique, ça ne fait de mal à personne Shocked

John
Médiateur


Revenir en haut Aller en bas

Re: Dans la série "Vincent Peillon envisage" : voici l'enseignement de la morale "laïque"

Message par JPhMM le Mer 1 Aoû 2012 - 14:04

@John a écrit:
J'espère que cette morale laïque ne sera donc pas simplement ce qu' "il y a toujours eu".
Ben de l'instruction civique, ça ne fait de mal à personne Shocked
En effet, mais alors le ministre se contenterait d'appeler de ses vœux une pratique qu'il y a toujours eu.

_________________
Labyrinthe où l'admiration des ignorants et des idiots qui prennent pour savoir profond tout ce qu'ils n'entendent pas, les a retenus, bon gré malgré qu'ils en eussent. D'ailleurs, il n'y a point de meilleur moyen pour mettre en vogue ou pour défendre des doctrines étranges et absurdes, que de les munir d'une légion de mots obscurs, douteux , et indéterminés. Ce qui pourtant rend ces retraites bien plus semblables à des cavernes de brigands ou à des tanières de renards qu'à des forteresses de généreux guerriers. Que s'il est malaisé d'en chasser ceux qui s'y réfugient, ce n'est pas à cause de la force de ces lieux-là, mais à cause des ronces, des épines et de l'obscurité des buissons dont ils sont environnés. Car la fausseté étant par elle-même incompatible avec l'esprit de l'homme, il n'y a que l'obscurité qui puisse servir de défense à ce qui est absurde. — John Locke

JPhMM
Demi-dieu


Revenir en haut Aller en bas

Re: Dans la série "Vincent Peillon envisage" : voici l'enseignement de la morale "laïque"

Message par JPhMM le Mer 1 Aoû 2012 - 14:07

Plus précisément, un questionnement éthique me semble évidemment nécessaire au cours de la scolarité, mais les classes de primaire ne me semblent actuellement pas le meilleur moment pour ce questionnement-là, tant la chose morale me semble devenue extraordinairement complexe.

_________________
Labyrinthe où l'admiration des ignorants et des idiots qui prennent pour savoir profond tout ce qu'ils n'entendent pas, les a retenus, bon gré malgré qu'ils en eussent. D'ailleurs, il n'y a point de meilleur moyen pour mettre en vogue ou pour défendre des doctrines étranges et absurdes, que de les munir d'une légion de mots obscurs, douteux , et indéterminés. Ce qui pourtant rend ces retraites bien plus semblables à des cavernes de brigands ou à des tanières de renards qu'à des forteresses de généreux guerriers. Que s'il est malaisé d'en chasser ceux qui s'y réfugient, ce n'est pas à cause de la force de ces lieux-là, mais à cause des ronces, des épines et de l'obscurité des buissons dont ils sont environnés. Car la fausseté étant par elle-même incompatible avec l'esprit de l'homme, il n'y a que l'obscurité qui puisse servir de défense à ce qui est absurde. — John Locke

JPhMM
Demi-dieu


Revenir en haut Aller en bas

Re: Dans la série "Vincent Peillon envisage" : voici l'enseignement de la morale "laïque"

Message par Robin le Mer 1 Aoû 2012 - 14:29

@JPhMM a écrit:@Robin :
Autant il est essentiel de souligner la détermination pure de la volonté par soi, sans condition, comme la racine du devoir et autant, par conséquent, il est vrai de dire que la reconnaissance de la volonté a attendu la philosophie kantienne pour gagner son fondement solide et son point de départ, autant l'affirmation du point de vue simplement moral qui ne se transforme pas en concept de moralité objective réduit ce gain à un vain formalisme et la science morale à une rhétorique sur le devoir en vue du devoir.

Very Happy

Chatel "envisageait" aussi :

" Le mot "morale", d'origine latine, a le sens d'un ensemble de prescriptions et d'interdits (en insistant sur les interdits), alors que le mot "éthique", d'origine grecque (ethos) a plutôt le sens d'un ensemble de prescriptions positives (cf. l'Ethique à Nicomaque d'Aristote), d'une réflexion sur le "souverain bien", sur l'art de se conduire en homme, etc.

Après la séparation de l'Eglise et de l'Etat et la dissolution des congrégations dans les années 1905 et la marginalisation par la République de l'enseignement confessionnel, se posa la question de l'enseignement d'une morale "laïque" (ou plus exactement d'un "catéchisme laïc"), étant entendu qu'il ne pouvait être question de laisser les petits Français en friche eu égard à la question, encore essentielle alors, des normes du comportement individuel et des nécessités de l'ordre public et de l'aptitude à intérioriser la Loi, faute de "mouiller à la Grâce" (Charles Péguy).

Ce fut l'instauration des cours de morale. Mais où trouver un contenu sans trop donner l'impression de copier l'Eglise ?

"On" se tourna vers un philosophe allemand, admirateur de la Révolution française et nettement antérieur à la querelle de l'Alsace-Lorraine ("ne jamais en parler, y penser toujours !") : Emmanuel Kant, dont la morale exprimée dans la Critique de la Raison pratique est elle-même une laïcisation des préceptes évangéliques, à travers la Réforme protestante : c'est la fameuse "morale du devoir" qui stipule qu'un acte est d'autant plus "moral" qu'il est "désintéressé".

De deux choses l'une, ou bien l'on reprend les cours de morale tels qu'ils étaient dispensés jusque dans les années 60 et qui consistaient à calligraphier en pleins et en déliés à la plume sergent-major une phrase elle-même calligraphiée en pleins et en déliés au tableau noir par l'instituteur/trice, ou bien l'instituteur fait un cours de philosophie (l'éthique) et ouvre un "débat".

Luc Chatel n'a pas précisé où allait sa préférence, mais je ne vois pas comment, dans le contexte actuel, on peut en revenir au cours de morale tel que nous l'avons connu jusqu'aux années 60 (la calligraphie sans débat).

La vérité, c'est que Luc Chatel ne sait plus à qul saint se vouer et que faute de faire règner un semblant d'ordre dans les établissements scolaires - l'ordre n'étant pas une fin en soi, mais une nécessité liée aux conditions particulières de transmission du savoir à l'Ecole (la dimension collective de la classe), on se tourne vers la morale, en oubliant (ou en faisant semblant d'oublier) qu'à l'époque des leçons de morale ces conditions particulières étaient généralement réunies et faisaient l'objet d'un consensus tacite.

Et puis, à la veille des élections présidentielles, il faut bien essayer de faire oublier aux Français la suppression de 16 000 postes d'enseignants et les innombrables suppressions de classes pour obéir aux "critères de convergence" de la commission européenne qui gouverne désormais la France et lui dicte sa politique dans tous les domaines, y compris le domaine scolaire où elle excella jadis. Mais apparemment, le fait de supprimer à tour de bras des classes et des postes d'enseignants et de nommer les TZR (professeurs remplaçants) sur des postes de titulaires fait partie de la "morale" personnelle de Monsieur Chatel.

N.B. ; certaines municipalités sont désormais obligées pour conserver leur école de rémunérer l'institutrice ou l'instituteur sur le bubget de la commune et des établissements privés sous contrat ouvrent des classes hors contrat.

En tout état de cause, nous en revenons au temps de Marcel Pagnol où "la morale du devoir" commençait déjà à se craqueler (elle est définitivement par terre aujourd'hui), comme en témoigne le savoureux dialogue dans Topaze autour des palmes académiques et de la manière la plus rapide et la plus sûre de gagner de l'argent (ou de ne jamais en gagner) et d'être "distingué", opposant un instituteur vertueux et féru de "morale" à un ami qui n'est ni l'un ni l'autre (et qui n'est pas instituteur), mais qui a les distinctions et l'argent et se fait fort de faire obtenir les palmes à l'instituteur pour de toutes autres raisons que son "mérite" (ses relations).

Comme le dit la société des agrégés par la plume de Monsieur Léost, chacun sait que les professeurs, ces admirables saints laïcs, "ne comptent pas leurs heures" et ne regardent pas leurs bulletins de salaire.

Il est amusant (si l'on peut dire) d'entendre un politique parler de cours de "morale", alors que (presque) tout le monde, à commencer par les politiques, se fiche éperdûment de la morale, la "morale" consistant à flatter les riches, à se moquer des pauvres, à mentir, à se parjurer... à faire ce qui vous chante, à condition de ne pas se faire prendre. Mais certains commencent à se demander si, au fond et tout bien réfléchi, ça ne pourrait quand même pas servir à quelque chose... pour les autres.

N.B. : Au moment où j'écrivais ces lignes, n'avaient pas encore éclaté les révélations de Monsieur Robert Bourgi concernant les valises bourrées d'argent liquide de la France-Afrique, une grande leçon de "morale", au même titre que l'affaire Liliane Bettancourt, l'amnésie opportune de M. Jacques Chirac au sujet des emplois fictifs de la Ville de Paris et l'affaire des vedettes de Taïwan.

Oui, mais à quoi ? Imaginez un instituteur vraiment vertueux et féru de vérité qui expliquerait à Enzo et à Chloé que la morale, ça ne sert absolument à rien, ni à gagner de l'argent, ni à réussir dans la vie, ni à être l'heureux possesseur d'une Rolex avant l'âge de quarante ans, ni à être distingué, ni à être heureux, mais qu'il faut la pratiquer quand même, même si Dieu n'existe pas.

Et il faut bien avouer que les "valeurs" transmises par les cours de morale jusqu'aux années 60 - pour autant que je m'en souvienne : probité, goût de l'effort, entraide, générosité, modestie... sont aux antipodes de celles de la société actuelle, ce qui fait beaucoup de "résistances" à surmonter !

Je viens d'étudier avec un élève qui entre en troisième le début des Misérables de Victor Hugo, où le "digne aubergiste" refuse d'offrir le gîte et le couvert à Jean Valjean, sous prétexte qu'il sort de prison.

Il me semble qu'il y a là, et dans les oeuvres littéraires en général, de quoi réfléchir et faire réfléchir sur la "morale", au-delà de la calligraphie et du "débat" citoyen ; je pense aussi au Petit Prince d'Antoine de Saint-Exupéry pour les plus jeunes ou à ces admirables nouvelles sur la "charité" que sont Un coeur simple de Gustave Flaubert, Boule de suif de Guy de Maupassant ou au sermon du curé dans Manon des Sources de Marcel Pagnol pour les plus âgés.

Mais encore faudrait-il remettre en place une formation initiale et des heures de français au programme et considérer la "morale" comme autre chose qu'un ensemble d'interdits sociaux qu'il conviendrait de "restaurer" pour assurer des conditions de travail décentes dans les établissements scolaires, remplacer les parents défaillants, "moraliser le consumérisme" et empêcher les enfants d'imiter les adultes.

Ceci dit, et en ce qui concerne la nécessité de transmettre des connaissances - ce qui reste jusqu'à preuve du contraire la mission essentielle de l'Ecole - dans les meilleures conditions possibles, il me semble qu'il y a quelques principes essentiels valables à toutes les époques et sous toutes les latitudes qui ne souffrent aucune discussion.

Robin
Neoprof expérimenté


Revenir en haut Aller en bas

Re: Dans la série "Vincent Peillon envisage" : voici l'enseignement de la morale "laïque"

Message par User5899 le Mer 1 Aoû 2012 - 14:35

Cet enseignement doit aider les élèves "à parler" des questions éthiques et "les professeurs ne doivent intervenir que si la discussion dérape", ajoute M. Baubérot, spécialiste de la laïcité, dans un entretien au quotidien La Croix publié lundi.
Oui, ben là, je reste chez moi. Ecouter sans rien dire des ados étaler leur ignorance m'exaspère au plus haut point.
En général, quand on a des connaissances générales, c'est plus facile de réfléchir sur des questions générales que de mettre sur la table la totalité des préjugés familiaux qu'on légitime à coups de "tout se vaut". Dans "professeur", "fesseur" ne renvoie pas à une perversion sexuelle.

_________________
Zu End' ewiges Wissen !
Der Welt melden
Weise nichts mehr !

En cas de ban, ne pas utiliser les MP ! Passer par l'icône du mail  Razz

User5899
Dieu de l'Olympe


Revenir en haut Aller en bas

Re: Dans la série "Vincent Peillon envisage" : voici l'enseignement de la morale "laïque"

Message par Robin le Mer 1 Aoû 2012 - 14:39

Cripure a écrit:
Cet enseignement doit aider les élèves "à parler" des questions éthiques et "les professeurs ne doivent intervenir que si la discussion dérape", ajoute M. Baubérot, spécialiste de la laïcité, dans un entretien au quotidien La Croix publié lundi.
Oui, ben là, je reste chez moi. Ecouter sans rien dire des ados étaler leur ignorance m'exaspère au plus haut point.
En général, quand on a des connaissances générales, c'est plus facile de réfléchir sur des questions générales que de mettre sur la table la totalité des préjugés familiaux qu'on légitime à coups de "tout se vaut". Dans "professeur", "fesseur" ne renvoie pas à une perversion sexuelle.

Je me doutais bien que ça finirait par la préconisation d'un "spécialiste de la laïcité" de laisser parler les élèves ! Twisted Evil

Robin
Neoprof expérimenté


Revenir en haut Aller en bas

Re: Dans la série "Vincent Peillon envisage" : voici l'enseignement de la morale "laïque"

Message par philann le Mer 1 Aoû 2012 - 15:25

voili voilou, tout se vaut, chaque opinion a sa place et son intérêt.
"c'est mon opinion et je la partage"

Faudra un jour m'expliquer pourquoi on augmente à BAC + 5 le niveau de recrutement des enseignants, si c'est pour qu'ils soient toujours de plus en plus passifs en cours avec pour instruction de n'apporter (transmettre) de moins en moins de chose aux élèves!

_________________
2014-2015: poste fixe dans les Hauts de Seine Very Happy Very Happy Very Happy
2013-2014: certifiée stagiaire dans les Hauts de Seine cheers 
2011-2013: prof. contractuelle dans l'Essonne

philann
Doyen


Revenir en haut Aller en bas

Re: Dans la série "Vincent Peillon envisage" : voici l'enseignement de la morale "laïque"

Message par Marie Laetitia le Mer 1 Aoû 2012 - 15:50

@philann a écrit:voili voilou, tout se vaut, chaque opinion a sa place et son intérêt.
"c'est mon opinion et je la partage"

Faudra un jour m'expliquer pourquoi on augmente à BAC + 5 le niveau de recrutement des enseignants, si c'est pour qu'ils soient toujours de plus en plus passifs en cours avec pour instruction de n'apporter (transmettre) de moins en moins de chose aux élèves!

aaaah diabolicus diabolicus diabolicus et damnatio ! Mais quelle horreur ! Philann ! À genoux et demande pardon... Apporter du savoir aux élèves, mais ça va pas?!!! Shocked Shocked Shocked



diable

_________________
 
Si tu crois encore qu'il nous faut descendre dans le creux des rues pour monter au pouvoir, si tu crois encore au rêve du grand soir, et que nos ennemis, il faut aller les pendre... Aucun rêve, jamais, ne mérite une guerre. L'avenir dépend des révolutionnaires, mais se moque bien des petits révoltés. L'avenir ne veut ni feu ni sang ni guerre. Ne sois pas de ceux-là qui vont nous les donner (J. Brel, La Bastille)

________________________________________________

Antigone, c'est la petite maigre qui est assise là-bas, et qui ne dit rien. Elle regarde droit devant elle. Elle pense. (...) Elle pense qu'elle va mourir, qu'elle est jeune et qu'elle aussi, elle aurait bien aimé vivre. Mais il n'y a rien à faire. elle s'appelle Antigone et il va falloir qu'elle joue son rôle jusqu'au bout...

Marie Laetitia
Bon génie


Revenir en haut Aller en bas

Re: Dans la série "Vincent Peillon envisage" : voici l'enseignement de la morale "laïque"

Message par JPhMM le Mer 1 Aoû 2012 - 17:03

@Marie Laetitia a écrit:aaaah diabolicus diabolicus diabolicus et damnatio ! Mais quelle horreur ! Philann ! À genoux et demande pardon... Apporter du savoir aux élèves, mais ça va pas?!!! Shocked Shocked Shocked



diable
Tu tiens la forme toi !

Laughing

_________________
Labyrinthe où l'admiration des ignorants et des idiots qui prennent pour savoir profond tout ce qu'ils n'entendent pas, les a retenus, bon gré malgré qu'ils en eussent. D'ailleurs, il n'y a point de meilleur moyen pour mettre en vogue ou pour défendre des doctrines étranges et absurdes, que de les munir d'une légion de mots obscurs, douteux , et indéterminés. Ce qui pourtant rend ces retraites bien plus semblables à des cavernes de brigands ou à des tanières de renards qu'à des forteresses de généreux guerriers. Que s'il est malaisé d'en chasser ceux qui s'y réfugient, ce n'est pas à cause de la force de ces lieux-là, mais à cause des ronces, des épines et de l'obscurité des buissons dont ils sont environnés. Car la fausseté étant par elle-même incompatible avec l'esprit de l'homme, il n'y a que l'obscurité qui puisse servir de défense à ce qui est absurde. — John Locke

JPhMM
Demi-dieu


Revenir en haut Aller en bas

Re: Dans la série "Vincent Peillon envisage" : voici l'enseignement de la morale "laïque"

Message par philann le Mer 1 Aoû 2012 - 17:04

c'est vrai t'as l'air en forme!!!

Quant à moi malmaisbien

_________________
2014-2015: poste fixe dans les Hauts de Seine Very Happy Very Happy Very Happy
2013-2014: certifiée stagiaire dans les Hauts de Seine cheers 
2011-2013: prof. contractuelle dans l'Essonne

philann
Doyen


Revenir en haut Aller en bas

Vincent PEILLON a raison !

Message par Michel THYS le Dim 5 Aoû 2012 - 15:06

Bonjour,
Les morales religieuses, fondées sur la soumission à un dieu et à un livre « sacré », sur la « carotte et le bâton », me semblent avoir fait la preuve de leur piètre efficacité à développer une conscience morale autonome et responsable. Elles sont d'autant plus obsolètes et peu efficaces qu'aucun dieu ne s'est jamais manifesté concrètement, leur existence apparaissant de plus en plus comme subjective, imaginaire et donc illusoire, du moins dans la plupart de nos pays européens.
Mais l'actuel déclin de la religiosité n'a pas été compensé par une éducation laïque "humanisante".

À mes yeux, la suppression du cours de morale laïque en 1968 (« Il est interdit d'interdire ! ») fut une erreur, et le Ministre Vincent PEILLON a donc raison : la laïcité n'est pas que politique, séparant (théoriquement !) l'Etat et les religions, elle n'est pas « que la simple tolérance, l'indifférence, la neutralité ». Elle est aussi « philosophique » (notion belge ...), elle comporte « des valeurs qui doivent être enseignées », en plus de celles de la démocratie et de la citoyenneté républicaines.

Il va de soi qu'aucun dogmatisme ni «relativisme» ne sont à craindre, puisque toutes les valeurs ne se valent pas. Certaines valeurs morales sont en effet universelles, ou du moins « universalisables », non négociables, parce que bénéfiques et donc acceptables par tous et partout, telles que le respect de l'autre et de sa différence enrichissante, celui de la dignité de l'homme, de la femme et de l'enfant, de leur liberté (effective, pas seulement symbolique !) de conscience, de religion, de pensée et d'expression.
Loin d'apparaître spontanément, ou par obéissance à des « commandements », ces valeurs ne s'acquièrent que par une éducation familiale (hélas souvent déficiente) ET donc scolaire, fondée sur l'autonomie, la responsabilité individuelle, l'esprit critique, l'apprentissage des limites et du respect des autres et de soi-même, sur l'exemple des parents et des éducateurs, non pas intellectuellement, mais par des expériences affectives, vécues au fil de l'actualité ou suggérées par empathie, parfois a contrario, etc …

Mais cette morale laïque, en vigueur depuis le « pacte scolaire » de 1959 dans l'enseignement officiel belge (certes critiquable par ailleurs), est rétive au prosélytisme, ce dont profitent évidemment toutes les religions, favorisées par l'actuelle conception laxiste et électoraliste de la tolérance et de la neutralité. Il me semble pourtant que la plus élémentaire honnêteté intellectuelle devrait inciter à proposer, à tous et partout, une information minimale, objective et non prosélyte, aussi bien le phénomène religieux (qui fait partie de la culture générale, notamment artistique), que les options de l'humanisme laïque.

Vincent PEILLON a compris que la laïcité politique et la laïcité philosophique sont complémentaires. Puisse-t-il réussir à promouvoir ses vues humaniste !
Merci pour vos commentaires et critiques.

Michel THYS, à Ittre, en Belgique.
http://michel.thys.over-blog.org/article-une-approche-inhabituelle-neuroscientifique-du-phenomene-religieux-62040993.html


Michel THYS
Je viens de m'inscrire !


Revenir en haut Aller en bas

Re: Dans la série "Vincent Peillon envisage" : voici l'enseignement de la morale "laïque"

Message par John le Dim 5 Aoû 2012 - 15:08

Je suis plutôt d'accord avec Michel Thys, que je remercie pour sa contribution.

(sauf lorsqu'il écrit que la philosophie est une "notion belge" Very Happy - mais je comprends bien ce qu'il veut dire : il faut entendre le mot "philosophique", au moment où il l'utilise, au sens où le système éducatif belge emploie le mot "philosophie".)

_________________
En achetant des articles au lien ci-dessous, vous nous aidez, sans frais, à gérer le forum. Merci !


"Celui qui ne participe pas à la lutte participe à la défaite" (Brecht)
"La nostalgie, c'est plus ce que c'était" (Simone Signoret)
"Les médias participent à la falsification permanente de l'information" (Umberto Eco)

John
Médiateur


Revenir en haut Aller en bas

Re: Dans la série "Vincent Peillon envisage" : voici l'enseignement de la morale "laïque"

Message par Dugong le Dim 5 Aoû 2012 - 15:11

"Sans vouloir simplifier ou réduire l’infinie complexité du psychisme humain, en particulier le phénomène religieux, à des « mécanismes » psycho-neuro-physio-génético-éducatifs, n’est-il pas légitime de compléter son approche traditionnelle (philosophique, historique, métaphysique, théologique, psychanalytique, anthropologique, sociologique …) par l’apport des neurosciences ?"

Non.

Un jeu de langage où "réduire à" est remplacé par "compléter par" ne justifie rien du tout. J'en sais quelque chose...

Morale et laïcité sont tombées à l'eau depuis longtemps. Qui s'acharnerait à faire du bouche à bouche à des cadavres ?


Dugong
Niveau 9


Revenir en haut Aller en bas

Re: Dans la série "Vincent Peillon envisage" : voici l'enseignement de la morale "laïque"

Message par Dugong le Dim 5 Aoû 2012 - 15:17

... Je conviens néanmoins que des clignotements multicolores d'un écran de scanner fait plus moderne et épatant que la lumière vacillante des bougies dans l'ombre froide des cathédrales.

Dugong
Niveau 9


Revenir en haut Aller en bas

@ Dugong :

Message par Michel THYS le Dim 5 Aoû 2012 - 15:33

Je comprends votre pessimisme et votre défaitisme. Mais si on laisse même la notion de morale laïque (non confessionnelle) et la laïcité philosophique "tomber à l'eau", sans les repêcher, sans même tenter de redonner "force et vigueur" à ce projet, cela ne revient-il pas à laisser le champ libre, plus encore qu'actuellement, au prosélytisme religieux (catholique, évangélique, islamique et sectaire) ? Est-cela que vous voulez ? Est-cela l'esprit des Lumières ?
Et quand bien il serait déjà trop tard pour réagir, même symboliquement, "c'est encore mieux lorsque c'est inutile", comme disait Edmond Rostand ...

Michel THYS
Je viens de m'inscrire !


Revenir en haut Aller en bas

Re: Dans la série "Vincent Peillon envisage" : voici l'enseignement de la morale "laïque"

Message par Dugong le Dim 5 Aoû 2012 - 15:46

@Michel THYS a écrit:"c'est encore mieux lorsque c'est inutile", comme disait Edmond Rostand ...
Certes.

mais le champ des Inutiles est devenu tellement vaste - la vie humaine restant limitée - qu'il faut savoir y choisir celles qui nous conviennent le mieux.

Dugong
Niveau 9


Revenir en haut Aller en bas

Re: Dans la série "Vincent Peillon envisage" : voici l'enseignement de la morale "laïque"

Message par Dugong le Dim 5 Aoû 2012 - 16:31

D'ailleurs, voici un évènement non encore effectif mais qui sera évidemment largement exploité par les lobbys religieux :

http://www.lefigaro.fr/conjoncture/2012/08/05/20002-20120805ARTFIG00050--paris-l-hopital-convoite-les-patients-riches-et-etrangers.php

Un commentaire prospectif :

"Arrivent à l'hôpital des gens qui lui amènent un paralysé, porté par quatre hommes. Comme ils ne peuvent l’approcher à cause de la foule encombrant les urgences, ils découvrent le toit au-dessus de lui, font une ouverture pour l'hélicoptère *, et descendent le brancard sur lequel était couché le paralysé. Voyant leur fortune, le DRH ** dit au paralysé : « Mon fils, si tu les allonges, tes affections sont effacées. » Or, il y avait dans l’assistance quelques scribes qui raisonnaient en eux-mêmes : « Pourquoi cet homme parle-t-il ainsi ? Il blasphème. Qui donc peut faire ainsi, sinon la Sécu ? » Saisissant aussitôt dans son esprit les raisonnements qu’ils faisaient, le DRH leur dit : « Pourquoi tenir de tels raisonnements ? Qu’est-ce qui est le plus facile ? de dire au paralysé : "insère ta carte gold, raque, lève-toi et marche", ou bien de dire : "Lève-toi, reprends ta carte gold, insère ta vitale et marche"

Alex-Yves Saint-Marc

* que les Elohim cooptèrent ?

** pour Directeur des Riches Hospitalisés (littéralement "celui qui les dirigent vers les bons lits")

Dugong
Niveau 9


Revenir en haut Aller en bas

Re: Dans la série "Vincent Peillon envisage" : voici l'enseignement de la morale "laïque"

Message par Instructeurpublic le Dim 5 Aoû 2012 - 18:10

@Michel THYS a écrit:
Mais l'actuel déclin de la religiosité

Je suis plutôt dans votre camp (s'il en est) mais je ne peux m'empêcher de souligner, au travers de cette citation, votre excès d'optimisme.

Instructeurpublic
Fidèle du forum


Revenir en haut Aller en bas

Re: Dans la série "Vincent Peillon envisage" : voici l'enseignement de la morale "laïque"

Message par philann le Dim 5 Aoû 2012 - 19:09

Mais qu'est-ce que c'est que "morale laïque" ou "laïcité philosophique" si ce n'est du Gloubi Boulga version indigeste ?? ! heu

Je veux qu'on enseigne La Morale. Et d'un autre côté dans ce pays, la laïcité est la règle dans les établissements publiques: le principe de séparation dans l'État de la société civile et de la société religieuse.Nul besoin d'aller chercher une quelconque morale pour réaffirmer cette règle.

Je suis plutôt dans votre camp (s'il en est) mais je ne peux m'empêcher de souligner, au travers de cette citation, votre excès d'optimisme.

+ 1000

Quel beau pseudonyme: "instructeur public"
Il me fait penser à instituteur (bien plus beau à mon goût que Professeur des écoles): celui qui institue, qui fonde. Very Happy

_________________
2014-2015: poste fixe dans les Hauts de Seine Very Happy Very Happy Very Happy
2013-2014: certifiée stagiaire dans les Hauts de Seine cheers 
2011-2013: prof. contractuelle dans l'Essonne

philann
Doyen


Revenir en haut Aller en bas

Re: Dans la série "Vincent Peillon envisage" : voici l'enseignement de la morale "laïque"

Message par Instructeurpublic le Lun 6 Aoû 2012 - 10:05

@philann a écrit:Mais qu'est-ce que c'est que "morale laïque" ou "laïcité philosophique" si ce n'est du Gloubi Boulga version indigeste ?? ! heu

Je veux qu'on enseigne La Morale. Et d'un autre côté dans ce pays, la laïcité est la règle dans les établissements publiques: le principe de séparation dans l'État de la société civile et de la société religieuse.Nul besoin d'aller chercher une quelconque morale pour réaffirmer cette règle.

Je suis plutôt dans votre camp (s'il en est) mais je ne peux m'empêcher de souligner, au travers de cette citation, votre excès d'optimisme.

+ 1000

Quel beau pseudonyme: "instructeur public"
Il me fait penser à instituteur (bien plus beau à mon goût que Professeur des écoles): celui qui institue, qui fonde. Very Happy

Oui c'est comme ça qu'une société qui marche sur ses deux pieds devrait fonctionner : d'abord un instituteur qui institue, puis un instructeur qui instruit. Sachant que l'instruction est le meilleur des véhicules pour l'éducation et la morale.


Dernière édition par Instructeurpublic le Lun 6 Aoû 2012 - 20:16, édité 1 fois

Instructeurpublic
Fidèle du forum


Revenir en haut Aller en bas

Re: Dans la série "Vincent Peillon envisage" : voici l'enseignement de la morale "laïque"

Message par Robin le Lun 6 Aoû 2012 - 15:52

@Dugong a écrit:
@Michel THYS a écrit:"c'est encore mieux lorsque c'est inutile", comme disait Edmond Rostand ...
Certes.

mais le champ des Inutiles est devenu tellement vaste - la vie humaine restant limitée - qu'il faut savoir y choisir celles qui nous conviennent le mieux.

Oui, je suis d'accord aussi pour un enseignement du fait religieux et une réflexion sur la morale à partir de textes, mais sans prêchi-prêcha, sans prosélytisme (je ne suis pas contre l'idée de laisser les élèves s'exprimer, mais le "cours" ne doit pas se réduire à des échanges d'opinions)... ce serait d'ailleurs une bonne initiation au cours de Philo en terminale. Au fait, je n'arrive pas à savoir exactement s'il y en a ou non en Belgique.

Robin
Neoprof expérimenté


Revenir en haut Aller en bas

Re: Dans la série "Vincent Peillon envisage" : voici l'enseignement de la morale "laïque"

Message par Robin le Lun 6 Aoû 2012 - 15:57

Amitiés à Dugong et à John Smile

Robin
Neoprof expérimenté


Revenir en haut Aller en bas

Page 2 sur 2 Précédent  1, 2

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum