Anthony Horowitz, La Maison de Soie

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Anthony Horowitz, La Maison de Soie

Message par Robin le Sam 18 Aoû 2012 - 12:59

The Sunday Times Bestseller, Antony Horowitz, The New Sherlock Holmes Novel, The House of Silk, Orion Books Ltd (2011)

Ce livre est paru en français aux éditions Calmann-Lévy.
(traduction Michel Laporte)

La Maison de soie (The House of Silk) est un roman policier anglais d'Anthony Horowitz, publié en 2011. Sous-titré dans la version française Le nouveau Sherlock Holmes, il fait revivre le personnage créé par Sir Arthur Conan Doyle en 1887.

Alors qu'il existe nombre d'adaptations et pastiches de Sherlock Holmes, c'est la première fois que le retour du célèbre détective se fait à la demande des ayants droit de l'écrivain écossais.

Je suis tombé par hasard cet été sur ce roman que j'ai lu d'un bout à l'autre (en anglais) sans pouvoir le lâcher. The House of Silk (La maison de soie) paraîtra sans doute digne aux lecteurs les plus exigeants de figurer dans le "corpus holmésien". Sherlock Holmes est victime d'un complot diabolique, reçoit l'aide de son futur ennemi, le professeur Moriaty (parce qu'il y a quand même des limites et que même les pires criminels ont un code de l'honneur) et sa prodigieuse organisation intellectuelle résoud trois énigmes pour le prix d'une. Le roman s'achève par une poursuite échevelée et un dénouement totalement inattendu.

L'auteur met au premier plan des personnages épisodiques, comme "les irréguliers de Baker Street" et prête à Watson des préoccupations éthiques (sur le devenir des coupables arrêtés par Sherlock Holmes) et sociales (sur la condition des petits prolétaires urbains sous l'ère victorienne). Les descriptions des bas-fonds londoniens font un clin d'oeil à Charles Dickens.

Au 221B Baker Street, Holmes et Watson raçoivent la visite d'un marchand d'art, Edmond Carstairs, qui dit craindre pour sa vie. Un cambriolage au domicile de Carstairs, « Ridgeway Hall », amène Holmes et Watson à y faire la connaissance de l'entourage du marchand d'art, dont sa femme Catherine (ex-épouse Marryat), rencontrée durant son retour d'Amérique, et sa sœur Eliza Carstairs. Cette dernière est persuadée que le récent décès de leur mère n'est pas accidentel et mettra le déclin inexpliqué de sa propre santé sur le compte d'un empoisonnement. Aidé par des enfants de la rue, les « irréguliers de Baker Street » dont il monnaye la recherche de renseignements, Holmes ne tarde pas à retrouver l'homme suspecté du vol… poignardé.

L'un de ces enfants des rues, Ross Dixon, disparu à son tour, est retrouvé mort dans d'atroces circonstances, un ruban de soie noué post mortem à l'un de ses poignets.

"The adventures of The Man in the Flat Cap and The House of Silk were, in some respects, the more sensational of Sherlock Holme's career but at the time it was impossible for me to tell them, for reasons that will become abundantly clear..."

Les aventures de l'Homme à la casquette et de la maison de soie furent, à bien des égards, les plus sensationnelles dans la carrière de Sherlock Holmes, mais pour des raisons qui apparaîtront comme évidentes, il était impossible de les raconter sur le moment.

Il était tout aussi impossible de faire deux récits distincts de ces deux aventures inextricablement liées. Et pourtant, j'ai toujours éprouvé le désir de les coucher par écrit, afin de compléter le canon holmésien. A cet égard, je suis comme un chimiste en quête d'une formule, ou comme un philatéliste qui ne peut être totalement satisfait, tant qu'il n'a pas mis la main sur les deux ou trois spécimen qui manquent à sa collection. C'est plus fort que moi. Ce qui doit être fait, doit être fait.

C'était impossible auparavant - et je ne fais pas seulement allusion à l'aversion bien connue de Holmes pour la publicité. Non, les événements que je m'apprête à évoquer furent simplement trop monstrueux, trop choquants pour être imprimés. Et ils le demeurent encore. Il n'est pas exagéré d'affirmer qu'ils pourraient faire chanceler la société sur ses bases et, particulièrement en ces temps de guerre, je n'ai pas le droit d'assumer un tel risque. Quand j'aurai terminé ma tâche, à supposer que j'en aurai la force, après l'avoir fait empaqueter, je ferai enfermer ce manuscrit dans le coffre de Cox and Co. à Charing Cross, parmi d'autres documents personnels. Je donnerai des instructions pour que le paquet ne soit ouvert que dans une centaine d'années. Il est impossible d'imaginer ce que le monde sera alors, quels progrès l'Humanité aura accomplis, mais peut-être les futurs lecteurs seront-ils davantage habitués au scandale et à la corruption que ceux d'aujourd'hui. Je leur lègue un portrait de Sherlock Holmes, et une perspective totalement inédite.

Mais restons-en là. Mes préoccupations personnelles m'ont déjà fait perdre suffisamment d'énergie. Il y a longtemps que j'aurais dû ouvrir la porte du 221b Baker street et pénétrer dans la pièce où débutèrent tant d'aventures. Je la vois à présent, la lueur de la lampe derrière la fenêtre et les dix-sept marches qui me font signe depuis la rue. Comme tout cela semble loin, il y a si longtemps que je n'y suis retourné. Mais oui, le voilà, avec sa pipe à la main. Il se tourne vers moi. il me sourit. Que la partie commence..."

Anthony Horowitz est un écrivain de littérature d'enfance et de jeunesse et de fantastique et scénariste de feuilletons télévisés anglais, en particulier des adaptations de romans policiers d'Agatha Christie. Il est né le 5 avril 1956 dans le nord de Londres.

Robin
Neoprof expérimenté


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum