Partagez
Voir le sujet précédentAller en basVoir le sujet suivant
avatar
sinan
Niveau 7

thématique amoureuse dans l'Antiquité

par sinan le Jeu 23 Aoû 2012 - 21:09
Bonjour
je compte faire une séquence GT sur la quête amoureuse en poésie (j'en ai déjà parlé lorsque je me demandais quelle cursive faire)
pour commencer, je voudrais faire un point de connaissance sur les mythes et textes antiques qui ont influencé les écrivains
j'ai pensé à :
- Orphée et Eurydice
- Hélène versus Pénélope
- Ovide et son oeuvre

qu'évoqueriez-vous d'autre ?

peut-être que je pourrais leur demander un petit exposé, mais j'ai lu dans un autre post que c'était déconseillé en 1re car cronophage

merci de votre aide
avatar
Ruthven
Monarque

Re: thématique amoureuse dans l'Antiquité

par Ruthven le Ven 24 Aoû 2012 - 8:00
Au moins le mythe raconté par Aristophane dans le Banquet (en fait tous les discours sont importants dans le Banquet, mais il faudrait peut-être aussi ajouter celui d'Erixymaque sur l'attirance des contraires) et la description de la rencontre amoureuse dans le Phèdre :

"Au commencement de ce mythe, nous avons, dans chaque âme, distingué trois éléments: deux qui ont la forme d'un cheval, et un troisième qui a l'aspect d'un cocher. Gardons en tête cette image. Voici donc que, de ces chevaux, l'un, disons-nous, est bon, et l'autre, non. Mais nous n'avons pas expliqué en quoi consiste l'excellence du bon ou le vice du mauvais: c'est ce qu'il faut dire à présent. Eh bien, le premier des deux, celui qui tient la meilleure place, a le port droit, il est bien découplé, il a l'encolure haute, la ligne du naseau légèrement recourbée; sa robe est blanche, ses yeux sont noirs, il aime l'honneur en même temps que la sagesse et la pudeur, il est attaché à l'opinion vraie; nul besoin, pour le cocher, de le frapper pour le conduire, l'encouragement et la parole suffisent. Le second, au contraire, est de travers, massif, bâti on ne sait comment; il a l'encolure épaisse, sa nuque est courte et sa face camarde; sa couleur est noire et ses yeux gris injectés de sang, il a le goût de la démesure et de la vantardise; ses oreilles sont velues, il est sourd et c'est à peine s'il obéit au fouet garni de pointes. Lors donc que le cocher, voyant apparaître l'objet de son amour et sentant la chaleur qui s'est répandue dans toute son âme, s'est laissé envahir par le chatouillement et les aiguillons (du désir), alors celui des chevaux qui obéit au cocher, se contraint comme toujours à la pudeur et se retient de bondir sur l'aimé. Mais l'autre, qui ne se soucie plus ni de l'aiguillon du cocher ni des pointes du fouet, s'élance d'un bond violent, donnant toutes les peines du monde à son compagnon d'attelage et à son cocher, et il les contraint à se porter vers le garçon et à lui rappeler combien sont délicieux les plaisirs d'Aphrodite. Au début, tous deux résistent, et s'indignent qu'on les oblige à faire quelque chose de terrible et qui est contraire à la loi. Mais, à la fin, quand le mal ne connaît plus de borne, ils se laissent entraîner et consentent à faire ce à quoi on les invite.
Les voilà donc tout près de lui: ils contemplent le physique du garçon, qui resplendit comme un astre. A cette vue, la mémoire du cocher s'est portée vers la nature de la beauté; il l'a revue, dressée à côté de la sagesse et debout sur son piédestal sacré. Cette vision l'a rempli de crainte et, de respect, il se renverse en arrière. Du coup, il a été forcé de tirer par-devers lui les rênes avec une vigueur telle qu'il fait s'abattre les deux chevaux sur leur croupe: l'un sans contrainte, parce qu'il ne résiste pas; l'autre, que submerge la démesure, en le contraignant durement. Tandis qu'ils s'éloignent tous les deux, l'un, de honte et d'effroi, mouille de sueur l'âme tout entière, alors que l'autre, une fois passée la douleur que lui ont causée le mors et la chute, n'a pas encore repris son souffle que, de colère, il se répand en invectives, abreuvant de reproches le cocher et son compagnon d'attelage, sous prétexte que, par lâcheté et par pusillanimité, ils ont abandonné leur poste et n'ont pas tenu leur parole. En dépit de leur refus, il veut les contraindre à revenir à la charge; ils ont, en le suppliant, toutes les peines du monde à obtenir de lui qu'on remette la chose à une autre fois. Quand arrive le moment convenu, comme ils font tous deux mine d'avoir oublié, il leur rappelle la chose, les harcèle, hennit, tire et les force à s'approcher de nouveau du bien-aimé pour lui faire les mêmes propositions. Et, une fois qu'ils sont près de lui, il avance la tête, il déploie sa queue, mord le frein et tire sans vergogne. Mais le cocher, encore plus ému cette fois-ci, tire encore plus violemment le frein du cheval emporté par la démesure, l'arrache de ses dents, fait saigner sa langue injurieuse et ses mâchoires, et, forçant ses jambes et sa croupe à toucher terre, "il le livre aux douleurs".
Or quand, traitée plusieurs de la même façon, la bête vicieuse a renoncé à la démesure, elle suit désormais, l'échine basse, la décision réfléchie du cocher; et, lorsqu'elle aperçoit le bel objet, elle meurt d'effroi. Il en résulte que l'âme de l'amoureux est, dès lors, remplie de réserve autant que de crainte, lorsqu'elle suit le garçon. Voilà donc que ce dernier devient, à l'égal d'un dieu, l'objet d'une dévotion sans bornes: son amant ne simule pas, il est véritablement épris, et l'aimé, de son côté, se prend naturellement d'amitié pour celui qui est à sa dévotion."

Platon Phèdre 253c-254a (trad. L.Brisson)
avatar
cathemis
Habitué du forum

Re: thématique amoureuse dans l'Antiquité

par cathemis le Ven 24 Aoû 2012 - 8:36
- Perséphone, Adonis et Aphrodite...
- Pyrame et THisbé (Roméo et Juliette)
- Phèdre bien sûr !
avatar
leyade
Bon génie

Re: thématique amoureuse dans l'Antiquité

par leyade le Ven 24 Aoû 2012 - 10:03
Didon et Enée
ariane et thésée , médée et Jason

_________________
Maggi is my way, Melfor is my church and Picon is my soutien. Oui bon je sais pas dire soutien en anglais.
avatar
Marillion
Sage

Re: thématique amoureuse dans l'Antiquité

par Marillion le Ven 24 Aoû 2012 - 10:06
Daphnis et Chloé
avatar
Loumia
Niveau 6

Re: thématique amoureuse dans l'Antiquité

par Loumia le Ven 24 Aoû 2012 - 10:10
La plupart des romans grecs (notre Apulée latin aborde la question érotique de manière certes truculente mais je ne pense pas que ça corresponde à ce que tu souhaites démontrer Razz ).
Sinon, les poètes élégiaque (Ovide mais aussi Tibulle, Properce...) qui développent le thème du paraclausityron : celui ci permet aussi d'aborder la place de l'amour dans la société romaine en opposition avec la société grecque.
avatar
sinan
Niveau 7

Re: thématique amoureuse dans l'Antiquité

par sinan le Ven 24 Aoû 2012 - 13:44
merci beaucoup pour votre aide !
je note , je note
j'avoue que j'ignore totalement ce qu'est le "paraclausityron" !
avatar
Loumia
Niveau 6

Re: thématique amoureuse dans l'Antiquité

par Loumia le Ven 24 Aoû 2012 - 19:12
C'est le topos de la "porte close", très fréquent dans la poésie élégiaque : on a l'image du poète qui vient clamer son amour devant la porte de son amante, matrone romaine qui ne peut pas décemment ouvrir (c'est là que réside la grande différence avec le thème de la porte close chez les grecs... La femme est alors souvent une prostituée hautaine qui refuse d'ouvrir sa porte par fierté). Le poète entame alors un véritable dialogue avec cette porte qu'il rend responsable de tous ses maux d'amour : tu en as des exemples chez Ovide surtout (les Amours), mais aussi chez Horace, Catulle, Tibulle, Properce... C'est véritablement un classique de la poésie érotique. Ovide l'emploie même en dehors du genre, dans les Métamorphoses (chant XIV, épisode d'Iphis et d'Anaxarète).
avatar
Azad
Habitué du forum

Re: thématique amoureuse dans l'Antiquité

par Azad le Ven 24 Aoû 2012 - 20:57
Pourquoi pas le mythe de l'androgyne ? Je n'ai jamais fait d'extrait, mais je leur raconte souvent l'histoire et ça les intéresse.
avatar
sinan
Niveau 7

Re: thématique amoureuse dans l'Antiquité

par sinan le Mar 28 Aoû 2012 - 8:57
merci pour vos réponses
très instructif, l'histoire de la porte close
le mythe de l'androgyne, c'est ce que raconte Platon dans le Banquet ?
avatar
JPhMM
Demi-dieu

Re: thématique amoureuse dans l'Antiquité

par JPhMM le Mar 28 Aoû 2012 - 9:20
ou Aristophane, c'est selon ton point de vue. Laughing

_________________
Labyrinthe où l'admiration des ignorants et des idiots qui prennent pour savoir profond tout ce qu'ils n'entendent pas, les a retenus, bon gré malgré qu'ils en eussent. D'ailleurs, il n'y a point de meilleur moyen pour mettre en vogue ou pour défendre des doctrines étranges et absurdes, que de les munir d'une légion de mots obscurs, douteux , et indéterminés. Ce qui pourtant rend ces retraites bien plus semblables à des cavernes de brigands ou à des tanières de renards qu'à des forteresses de généreux guerriers. Que s'il est malaisé d'en chasser ceux qui s'y réfugient, ce n'est pas à cause de la force de ces lieux-là, mais à cause des ronces, des épines et de l'obscurité des buissons dont ils sont environnés. Car la fausseté étant par elle-même incompatible avec l'esprit de l'homme, il n'y a que l'obscurité qui puisse servir de défense à ce qui est absurde. — John Locke

Je crois que je ne crois en rien. Mais j'ai des doutes. — Jacques Goimard
Em's
Niveau 1

Re: thématique amoureuse dans l'Antiquité

par Em's le Mar 28 Aoû 2012 - 18:33
Pygmalion, intéressant à la fois par une histoire d'amour peu courante (il tombe amoureux d'une statue qui prend vie) et le rapport à l'art qui permet aux élèves de réfléchir à leurs propres perceptions....
avatar
Ruthven
Monarque

Re: thématique amoureuse dans l'Antiquité

par Ruthven le Mar 28 Aoû 2012 - 20:20
Pour lire le Banquet, l'introduction et la traduction de Luc Brisson en GF Flammarion sont vraiment bien.

Même si c'est l'appellation traditionnelle, c'est gênant de nommer ce mythe le myhte des androgynes dans la mesure où il y a aussi une étiologie de l'homosexualité masculine et féminine. Les hommes originels n'étaient pas que des androgynes selon Aristophane.
avatar
Caelicola
Niveau 1

Re: thématique amoureuse dans l'Antiquité

par Caelicola le Mer 5 Sep 2012 - 17:59
Moi j'ai un faible pour l'histoire de Léandre et Héro, autre couple d'ancêtres de Roméo et Juliette : un détroit les sépare ; chaque nuit, guidé par la lampe qu'elle tient à sa fenêtre, il le traverse à la nage pour la rejoindre... Jusqu'à la tempête qui lui sera fatale.
Contenu sponsorisé

Re: thématique amoureuse dans l'Antiquité

par Contenu sponsorisé
Voir le sujet précédentRevenir en hautVoir le sujet suivant
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum