L'enseignement de l'histoire

Page 1 sur 15 1, 2, 3 ... 8 ... 15  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Re: L'enseignement de l'histoire

Message par Condorcet le Jeu 23 Aoû 2012 - 16:51

Je reste très perplexe devant la mutation de l'enseignement de l'histoire-géographie, notamment l'adjonction de compétences et d'activités auxiliaires qui, loin de conforter les acquis ou d'enrichir le regard de l'élève, le confronte aux limites de son savoir. Au lycée et à plus forte raison au collège, il me semble plutôt que chaque journée doit se prêter à la découverte de connaissances hier ignorées, de l'édification de savoirs qui forment autant de repères familiers et de boussoles intellectuelles, une colonne vertébrale en quelque sorte. Quel est l'intérêt de fractionner à l'envi, de changer sans cesse de focale, d'outil de mesure ou d'objet observé quand les fondamentaux sont ignorés ?

_________________
"L'esprit même du château fort, c'est le pont-levis" (René Char).

Condorcet
Oracle


Revenir en haut Aller en bas

Re: L'enseignement de l'histoire

Message par philann le Jeu 23 Aoû 2012 - 17:48

@condorcet a écrit:Je reste très perplexe devant la mutation de l'enseignement de l'histoire-géographie, notamment l'adjonction de compétences et d'activités auxiliaires qui, loin de conforter les acquis ou d'enrichir le regard de l'élève, le confronte aux limites de son savoir. Au lycée et à plus forte raison au collège, il me semble plutôt que chaque journée doit se prêter à la découverte de connaissances hier ignorées, de l'édification de savoirs qui forment autant de repères familiers et de boussoles intellectuelles, une colonne vertébrale en quelque sorte. Quel est l'intérêt de fractionner à l'envi, de changer sans cesse de focale, d'outil de mesure ou d'objet observé quand les fondamentaux sont ignorés ?

+1 veneration

philann
Doyen


Revenir en haut Aller en bas

Re: L'enseignement de l'histoire

Message par Aurore le Jeu 23 Aoû 2012 - 19:16

@kiwi a écrit:Lisez les BO avant de dire que l'HG est vérolée par les innovations pédago.
Pardon de vous contredire, mais, suivant de près la scolarité de quelques proches, je suis effarée par les programmes HG de seconde : éclatés, incohérents, ils privilégient des "méthodes" de type universitaire au détriment d'une trame chronologique cohérente. Dans ces conditions, seuls les excellents élèves ayant une culture personnelle ET un goût affirmé pour les deux disciplines sont susceptibles de tirer leur épingle du jeu.

Au fait, qu'entendez-vous par "tout-connaissances" ?


Dernière édition par Aurore le Jeu 23 Aoû 2012 - 19:21, édité 1 fois

Aurore
Esprit éclairé


Revenir en haut Aller en bas

Re: L'enseignement de l'histoire

Message par kiwi le Jeu 23 Aoû 2012 - 19:29

@Aurore a écrit:
@kiwi a écrit:Lisez les BO avant de dire que l'HG est vérolée par les innovations pédago.
Pardon de vous contredire, mais, suivant de près la scolarité de quelques proches, je suis effarée par les programmes HG de seconde : éclatés, incohérents, ils privilégient des "méthodes" de type universitaire au détriment d'une trame chronologique cohérente. Dans ces conditions, seuls les excellents élèves ayant une culture personnelle ET un goût affirmé pour les deux disciplines sont susceptibles de tirer leur épingle du jeu.

Au fait, qu'entendez-vous par "tout-connaissances" ?

Ne faire que répondre à des questions de cours, et prendre un document comme prétexte à des questions de cours (et non pas avoir des connaissances pour comprendre le sens du document). Notamment. Là pour le coup c'est bien, on va valoriser les élèves qui apprennent la leçon, mais qui ne la comprennent pas forcément. A quand le juste milieu???

Je parlais du collège. Ceci dit, il me semble qu'en histoire en seconde, la chronologie est respectée mais bon...

kiwi
Grand sage


Revenir en haut Aller en bas

Re: L'enseignement de l'histoire

Message par Condorcet le Jeu 23 Aoû 2012 - 19:29

@kiwi a écrit:
@Serge a écrit:

Même si je comprends l'esprit des compétences et toutes les bonnes intentions qui sont derrière. J'en vois l'intérêt dans certains cas, comme tout le monde ici, car il n'y a pas un collègue qui ne travaille que des connaissances sans les faire appliquer d'une façon ou d'une autre. Reste l'application qui se fait souvent au détriment de choses essentielles (le temps n'étant pas extensible), pour des résultats souvent pas très folichons (exemple avec l'HDA, les IDD, qui ont en effet majoritairement fait un flop et qui ont rarement apporté un vrai plus, sauf cas particuliers. J'ai beaucoup aimé en faire et j'utilise souvent encore cette façon de faire, mais uniquement quand je le sens, et parce que je le sens) Avant même de juger de la pertinence ou pas de l'enseignement par compétences, de façon notoire peu adapté au français en plus, le problème, c'est ce côté "imposé" qui bloque tout et qui est clairement contreproductif en bafouant la liberté et les choix pédagogiques des enseignants. Et la généralisation, les conséquences que cela va induire (surtout si on évoque la fin des notes et les exemples de démobilisation des élèves qui ne se sentent plus du tout poussés à mieux faire, vu que le minimum suffit à la validation), le fait que bien souvent le travail par compétences n'implique pas vraiment les connaissances, qui passent à l'arrière plan, etc.

Voilà, c'est ça qui me gonfle : qu'on nous impose une méthode, une démarche. Quand on sait qu'il ne s'agit que de mode et que dans 10ans, ça en sera une autre... Que certains enseignants proposent des choses c'est très bien. Que l'institution nous les fasse connaître aussi. En revanche, je veux être libre de faire ce qui fonctionne dans mon bahut, avec telle classe et même avec tel élève de telle classe, quitte à prendre des idées à droite et à gauche. Car on veut tous une chose me semble-t-il : la réussite d'un maximum d'élève (sous entendu pour moi, qu'à la sortie du collège, chaque élève ait une orientation choisie et non subie grâce à son travail).

Je rejoins aussi le précédent intervenant : cracher sur les IDD ou les TPE c'est très facile. Lorsque les équipes sont investies (et correctement rémunérées pour), et font les choses intelligemment, il y a moyen de faire apprendre aux élèves. Ce n'est pas que du vent. Pas toujours.

Quant aux remarques sur l'HG Rolling Eyes Rolling Eyes Rolling Eyes Elle émane de personnes qui manifestement n'ont pas bien lu les nouveaux programmes d'une part et la réforme du DNB d'autre part. Ces personnes devraient se réjouir au contraire. On passe du pas-de-connaissances au tout-connaissances. Lisez les BO avant de dire que l'HG est vérolée par les innovations pédago.

Le programme de 3ème comporte à ce titre des oublis étonnants en histoire, assez symptomatiques des excès de l'étude de cas en histoire (une curiosité en soi) : la crise de 1929, l'Italie fasciste, les Etats-Unis de 1917 à 1941, la guerre d'Indochine et dans une moindre mesure, celle du Vietnam sont méconnus, les révolutions russe de 1917 deviennent la révolution russe (sous-entendu, la révolution bolchevique) . Bref, beaucoup trop de raccourcis. A propos, il serait bon de nommer précisément les auteurs des messages auxquels on répond.


Dernière édition par condorcet le Jeu 23 Aoû 2012 - 19:38, édité 1 fois (Raison : faute d'orthographe (pardon))

Condorcet
Oracle


Revenir en haut Aller en bas

Re: L'enseignement de l'histoire

Message par sandman le Jeu 23 Aoû 2012 - 19:32

@condorcet a écrit:
@kiwi a écrit:
@Serge a écrit:

Même si je comprends l'esprit des compétences et toutes les bonnes intentions qui sont derrière. J'en vois l'intérêt dans certains cas, comme tout le monde ici, car il n'y a pas un collègue qui ne travaille que des connaissances sans les faire appliquer d'une façon ou d'une autre. Reste l'application qui se fait souvent au détriment de choses essentielles (le temps n'étant pas extensible), pour des résultats souvent pas très folichons (exemple avec l'HDA, les IDD, qui ont en effet majoritairement fait un flop et qui ont rarement apporté un vrai plus, sauf cas particuliers. J'ai beaucoup aimé en faire et j'utilise souvent encore cette façon de faire, mais uniquement quand je le sens, et parce que je le sens) Avant même de juger de la pertinence ou pas de l'enseignement par compétences, de façon notoire peu adapté au français en plus, le problème, c'est ce côté "imposé" qui bloque tout et qui est clairement contreproductif en bafouant la liberté et les choix pédagogiques des enseignants. Et la généralisation, les conséquences que cela va induire (surtout si on évoque la fin des notes et les exemples de démobilisation des élèves qui ne se sentent plus du tout poussés à mieux faire, vu que le minimum suffit à la validation), le fait que bien souvent le travail par compétences n'implique pas vraiment les connaissances, qui passent à l'arrière plan, etc.

Voilà, c'est ça qui me gonfle : qu'on nous impose une méthode, une démarche. Quand on sait qu'il ne s'agit que de mode et que dans 10ans, ça en sera une autre... Que certains enseignants proposent des choses c'est très bien. Que l'institution nous les fasse connaître aussi. En revanche, je veux être libre de faire ce qui fonctionne dans mon bahut, avec telle classe et même avec tel élève de telle classe, quitte à prendre des idées à droite et à gauche. Car on veut tous une chose me semble-t-il : la réussite d'un maximum d'élève (sous entendu pour moi, qu'à la sortie du collège, chaque élève ait une orientation choisie et non subie grâce à son travail).

Je rejoins aussi le précédent intervenant : cracher sur les IDD ou les TPE c'est très facile. Lorsque les équipes sont investies (et correctement rémunérées pour), et font les choses intelligemment, il y a moyen de faire apprendre aux élèves. Ce n'est pas que du vent. Pas toujours.

Quant aux remarques sur l'HG Rolling Eyes Rolling Eyes Rolling Eyes Elle émane de personnes qui manifestement n'ont pas bien lu les nouveaux programmes d'une part et la réforme du DNB d'autre part. Ces personnes devraient se réjouir au contraire. On passe du pas-de-connaissances au tout-connaissances. Lisez les BO avant de dire que l'HG est vérolée par les innovations pédago.

Le programme de 3ème comportent à ce titre des oublis étonnants en histoire : la crise de 1929, l'Italie fasciste, les Etats-Unis de 1917 à 1941, la guerre d'Indochine et dans une moindre mesure, celle du Vietnam sont méconnus, les révolutions russe de 1917 deviennent la révolution russe (sous-entendu, la révolution bolchevique) . Bref, beaucoup trop de raccourcis. A propos, il serait bon de nommer précisément les auteurs des messages auxquels on répond.
C'est très vrai. Cette année beaucoup plus que l'année dernière je vais faire du zapping. Je le ressens déjà quand je compare mes cours. Quant à l'Italie fasciste, le dernier programme en vigueur l'avait zappé également.

sandman
Niveau 10


Revenir en haut Aller en bas

Re: L'enseignement de l'histoire

Message par kiwi le Jeu 23 Aoû 2012 - 19:36

@condorcet a écrit:
Le programme de 3ème comportent à ce titre des oublis étonnants en histoire : la crise de 1929, l'Italie fasciste, les Etats-Unis de 1917 à 1941, la guerre d'Indochine et dans une moindre mesure, celle du Vietnam sont méconnus, les révolutions russe de 1917 deviennent la révolution russe (sous-entendu, la révolution bolchevique) . Bref, beaucoup trop de raccourcis. A propos, il serait bon de nommer précisément les auteurs des messages auxquels on répond.

Oublis qui existaient déjà dans l'ancien programme, sauf concernant la crise de 1929 (enfin, 20min dans une année entière...). On ne fait qu'évoquer le reste et encore. Je n'ai jamais parlé de la guerre d'Indochine en cours, ni des EU de 1917 à 1941 (où as-tu vu que c'était traité en 3ème ça? le New deal n'a jamais été dans le programme), le Vietnam non plus, l'Italie fasciste tout ça... pas le temps et est-ce indispensable pour un élève de 3ème, franchement? Je n'ai pas des étudiants en histoire face à moi, mais juste des élèves de 14ans qu'il convient de rendre moins ignares et un peu plus réfléchis.

kiwi
Grand sage


Revenir en haut Aller en bas

Re: L'enseignement de l'histoire

Message par kiwi le Jeu 23 Aoû 2012 - 19:40

@Aurore a écrit:
@kiwi a écrit:
Voilà, c'est ça qui me gonfle : qu'on nous impose une méthode, une démarche. Quand on sait qu'il ne s'agit que de mode et que dans 10ans, ça en sera une autre... Que certains enseignants proposent des choses c'est très bien. Que l'institution nous les fasse connaître aussi. En revanche, je veux être libre de faire ce qui fonctionne dans mon bahut, avec telle classe et même avec tel élève de telle classe, quitte à prendre des idées à droite et à gauche. Car on veut tous une chose me semble-t-il : la réussite d'un maximum d'élève (sous entendu pour moi, qu'à la sortie du collège, chaque élève ait une orientation choisie et non subie grâce à son travail).
Au vu de l'interpénétration de la bureaucratie manageriale grenellienne et de la mouvance pédago, et ce depuis plus de 30 ans, votre souhait (que je partage) est un vœu pieux.

Non pas un vœu pieux. Je fais ce qui me convient en classe. Les démarches hypothético-inductives ont le vent en poupe en HG. Qu'à cela ne tienne : si l'étude de cas fonctionne, ok, très bien. Si ça ne marche pas, je ferais passer les contenus et les savoir-faire autrement l'année d'après et surtout, selon les gamins que j'ai en face de moi. Je ne suis actionnaire d'aucun dogme. Et si ça ne plait pas à l'IPR, ben tant pis.

kiwi
Grand sage


Revenir en haut Aller en bas

Re: L'enseignement de l'histoire

Message par Condorcet le Jeu 23 Aoû 2012 - 19:41

@kiwi a écrit:
@condorcet a écrit:
Le programme de 3ème comportent à ce titre des oublis étonnants en histoire : la crise de 1929, l'Italie fasciste, les Etats-Unis de 1917 à 1941, la guerre d'Indochine et dans une moindre mesure, celle du Vietnam sont méconnus, les révolutions russe de 1917 deviennent la révolution russe (sous-entendu, la révolution bolchevique) . Bref, beaucoup trop de raccourcis. A propos, il serait bon de nommer précisément les auteurs des messages auxquels on répond.

Oublis qui existaient déjà dans l'ancien programme, sauf concernant la crise de 1929 (enfin, 20min dans une année entière...). On ne fait qu'évoquer le reste et encore. Je n'ai jamais parlé de la guerre d'Indochine en cours, ni des EU de 1917 à 1941 (où as-tu vu que c'était traité en 3ème ça? le New deal n'a jamais été dans le programme), le Vietnam non plus, l'Italie fasciste tout ça... pas le temps et est-ce indispensable pour un élève de 3ème, franchement? Je n'ai pas des étudiants en histoire face à moi, mais juste des élèves de 14ans qu'il convient de rendre moins ignares et un peu plus réfléchis.

Quand j'étais en 3ème (en 1992), je l'ai appris (ce n'était pas une option supplémentaire mais bel et bien dans le programme) et je fréquentais un collège qui n'était pas huppé loin de là.

Addenda : j'ai appris cette année-là tous les thèmes évoqués dans mon précédent message. Je ne me rappelle plus le volume horaire alloué à l'H-G à cette époque.

Condorcet
Oracle


Revenir en haut Aller en bas

Re: L'enseignement de l'histoire

Message par Isis39 le Jeu 23 Aoû 2012 - 19:43

@condorcet a écrit:

Le programme de 3ème comporte à ce titre des oublis étonnants en histoire, assez symptomatiques des excès de l'étude de cas en histoire (une curiosité en soi) : la crise de 1929, l'Italie fasciste, les Etats-Unis de 1917 à 1941, la guerre d'Indochine et dans une moindre mesure, celle du Vietnam sont méconnus, les révolutions russe de 1917 deviennent la révolution russe (sous-entendu, la révolution bolchevique) . Bref, beaucoup trop de raccourcis. A propos, il serait bon de nommer précisément les auteurs des messages auxquels on répond.

Le programme de 3e est déjà d'une lourdeur impossible !!! On ne peut pas tout faire et tout voir !

La généralisation des études de cas en histoire me pose problème aussi. Autant souvent en géographie, c'est bien adapté, autant en histoire, cette démarche ne convient pas trop aux élèves. Je l'ai bien vu en 4e, notamment dans l'étude de la Révolution française. A part pour quelques chapitres, c'est une démarche artificielle...

Isis39
Empereur


Revenir en haut Aller en bas

Re: L'enseignement de l'histoire

Message par kiwi le Jeu 23 Aoû 2012 - 19:44

@condorcet a écrit:
@kiwi a écrit:
@condorcet a écrit:
Le programme de 3ème comportent à ce titre des oublis étonnants en histoire : la crise de 1929, l'Italie fasciste, les Etats-Unis de 1917 à 1941, la guerre d'Indochine et dans une moindre mesure, celle du Vietnam sont méconnus, les révolutions russe de 1917 deviennent la révolution russe (sous-entendu, la révolution bolchevique) . Bref, beaucoup trop de raccourcis. A propos, il serait bon de nommer précisément les auteurs des messages auxquels on répond.

Oublis qui existaient déjà dans l'ancien programme, sauf concernant la crise de 1929 (enfin, 20min dans une année entière...). On ne fait qu'évoquer le reste et encore. Je n'ai jamais parlé de la guerre d'Indochine en cours, ni des EU de 1917 à 1941 (où as-tu vu que c'était traité en 3ème ça? le New deal n'a jamais été dans le programme), le Vietnam non plus, l'Italie fasciste tout ça... pas le temps et est-ce indispensable pour un élève de 3ème, franchement? Je n'ai pas des étudiants en histoire face à moi, mais juste des élèves de 14ans qu'il convient de rendre moins ignares et un peu plus réfléchis.

Quand j'étais en 3ème (en 1992), je l'ai appris (ce n'était pas une option supplémentaire mais bel et bien dans le programme) et je fréquentais un collège qui n'était pas huppé loin de là.

Là, tu évoques un programme encore plus ancien que l'ancien programme critiqué sur ce fil.

Et pourquoi en 3ème on va faire du zapping avec le nouveau programme? Parce qu'on nous rajoute toujours et toujours plus de trucs à enseigner, notamment cette fichue hda qui ne sert à rien. Une lubie de plus. Et parce qu'aussi, on va avoir intérêt à terminer le programme, vu que maintenant, ça va tomber sur tout et n'importe quoi. 3h sur la 2de GM et zou, on passe à la suite.

kiwi
Grand sage


Revenir en haut Aller en bas

Re: L'enseignement de l'histoire

Message par Isis39 le Jeu 23 Aoû 2012 - 19:46

Si on écoute Condorcet, on va encore en rajouter et on fera la Seconde Guerre en 1h30....

Isis39
Empereur


Revenir en haut Aller en bas

Re: L'enseignement de l'histoire

Message par Isis39 le Jeu 23 Aoû 2012 - 19:50

@kiwi a écrit:
@condorcet a écrit:

Quand j'étais en 3ème (en 1992), je l'ai appris (ce n'était pas une option supplémentaire mais bel et bien dans le programme) et je fréquentais un collège qui n'était pas huppé loin de là.

Là, tu évoques un programme encore plus ancien que l'ancien programme critiqué sur ce fil.

J'ai fait ce programme à mes débuts en collège. Il y avait ces éléments mais on s'arrêtait plus tôt (en chronologie) et ces thèmes étaient vus très rapidement. Et franchement, les élèves n'en gardaient pas grand chose. C'est pourquoi la réforme de (98 ?) qui avait allégé le programme avait été bienvenue.
Aujourd'hui, retour en arrière, on en rajoute de nouveau : comme le dit kiwi, on va courir et faire un grand zapping. Que va-t-il en rester ?

Isis39
Empereur


Revenir en haut Aller en bas

Re: L'enseignement de l'histoire

Message par Condorcet le Jeu 23 Aoû 2012 - 19:54

@Kiwi et Isis39. Non car on ôterait le premier thème. Et je ne suis pas un chaud partisan de l'HDA bien au contraire.
Pourquoi ne pas se borner à des ambitions plus modestes et bien traiter ce qu'on fait ? Pourquoi mettre des mots ronflants derrière des réalités moins flatteuses ? Le thème "La crise de 1929 et ses conséquences" semble trop banal peut-être...
Enfin, la formule "si on écoute Condorcet" me semble assez incongrue car il n'aura échappé à personne ici que je n'exerce aucune fonction à la DGESCO et que je ne suis ni n'ai vocation à être IPR...

_________________
"L'esprit même du château fort, c'est le pont-levis" (René Char).

Condorcet
Oracle


Revenir en haut Aller en bas

Re: L'enseignement de l'histoire

Message par Carnyx le Jeu 23 Aoû 2012 - 20:03

« Les démarches hypothético-inductives ont le vent en poupe en HG. Qu'à cela ne tienne : si l'étude de cas fonctionne... »

Oui, il y a bien une pédagogie officielle en HG. Elle est réaffirmée par les programmes qui sont verrouillés pour empêcher au maximum le cours dit magistral et réduire la liberté pédagogique : études de cas obligatoire avant contextualisation, choix des sujets obligatoires « expérience combattante » et pas guerre de 14-18, etc.

Intitulés ronflants et démarches qui seraient plutôt destinés à des étudiants heu C'est ce qu'on appelle le prépostérisme : faire avant que qu'on devrait faire après.

_________________
Of all tyrannies, a tyranny sincerely exercised for the good of its victims may be the most oppressive. It would be better to live under robber barons than under omnipotent moral busybodies. The robber baron’s cruelty may sometimes sleep, his cupidity may at some point be satiated; but those who torment us for our own good will torment us without end for they do so with the approval of their own conscience.

Carnyx
Neoprof expérimenté


Revenir en haut Aller en bas

Re: L'enseignement de l'histoire

Message par Isis39 le Jeu 23 Aoû 2012 - 20:10

@Carnyx a écrit:
Oui, il y a bien une pédagogie officielle en HG. Elle est réaffirmée par les programmes qui sont verrouillés pour empêcher au maximum le cours dit magistral et réduire la liberté pédagogique : études de cas obligatoire avant contextualisation, choix des sujets obligatoires « expérience combattante » et pas guerre de 14-18, etc.

Intitulés ronflants et démarches qui seraient plutôt destinés à des étudiants heu C'est ce qu'on appelle le prépostérisme : faire avant que qu'on devrait faire après.

Je ne vois pas en quoi ces programmes empêchent le cours magistral... D'ailleurs, vu la lourdeur du programme de 3e, cela va plutôt l'encourager, afin de terminer ce programme pour l'épreuve terminale.

Isis39
Empereur


Revenir en haut Aller en bas

Re: L'enseignement de l'histoire

Message par Celeborn le Jeu 23 Aoû 2012 - 20:18

@Isis39 a écrit:
@Celeborn a écrit: Mais pour cela il faudrait non seulement transmettre les connaissances (et là, l'histoire en miettes et la géo en cas ne me paraissent déjà pas des façons de faire idéales),

Pourquoi parlez-vous d'histoire en miettes ?

Je pense par exemple à ces chapitres en 6e et surtout en 5e qui sous prétexte d'ouverture culturelle font passer du temps sur le Monomotapa en dehors de toute véritable cohérence programmatique (et chronologique) d'ensemble. C'est également le cas en 3e où la chronologie est mise à mal dans les deux premiers thèmes de l'année, qui a mon avis consomment du temps qui serait nettement + utile ailleurs (par exemple à traiter de façon linéaire et sans solution de continuité la Russie de 17 aux années 30, ou parler de la crise de 29 au États-Unis). je ne parle pas du fait de traiter la crise des années 30 et le Front Populaire APRÈS la seconde guerre mondiale ou encore de Gaulle APRÈS la décolonisation. C'est ce genre de choses qui me font dire que l'ensemble est mal construit, et que ce serait quand même moins tordu en collège de faire les choses clairement dans l'ordre.

_________________
"On va bien lentement dans ton pays ! Ici, vois-tu, on est obligé de courir tant qu'on peut pour rester au même endroit. Si on veut aller ailleurs, il faut courir au moins deux fois plus vite que ça !" (Lewis Carroll)
Mon Blog

Celeborn
Esprit sacré


Revenir en haut Aller en bas

Re: L'enseignement de l'histoire

Message par Condorcet le Jeu 23 Aoû 2012 - 20:29

Celeborn topela

_________________
"L'esprit même du château fort, c'est le pont-levis" (René Char).

Condorcet
Oracle


Revenir en haut Aller en bas

Re: L'enseignement de l'histoire

Message par User5899 le Jeu 23 Aoû 2012 - 20:33

@kiwi a écrit:Quant aux remarques sur l'HG Rolling Eyes Rolling Eyes Rolling Eyes Elle émane de personnes qui manifestement n'ont pas bien lu les nouveaux programmes d'une part et la réforme du DNB d'autre part. Ces personnes devraient se réjouir au contraire. On passe du pas-de-connaissances au tout-connaissances. Lisez les BO avant de dire que l'HG est vérolée par les innovations pédago.
Je crois qu'il a été question des interventions sur l'histoire-géo dans ce forum.
Si votre discipline se souvient brutalement qu'il existe une chronologie et des faits, c'est peut-être un début de renouveau ?

_________________
Zu End' ewiges Wissen !
Der Welt melden
Weise nichts mehr !

En cas de ban, ne pas utiliser les MP ! Passer par l'icône du mail  Razz

User5899
Dieu de l'Olympe


Revenir en haut Aller en bas

Re: L'enseignement de l'histoire

Message par Isis39 le Jeu 23 Aoû 2012 - 20:33

@Celeborn a écrit:
@Isis39 a écrit:
@Celeborn a écrit: Mais pour cela il faudrait non seulement transmettre les connaissances (et là, l'histoire en miettes et la géo en cas ne me paraissent déjà pas des façons de faire idéales),

Pourquoi parlez-vous d'histoire en miettes ?

Je pense par exemple à ces chapitres en 6e et surtout en 5e qui sous prétexte d'ouverture culturelle font passer du temps sur le Monomotapa en dehors de toute véritable cohérence programmatique (et chronologique) d'ensemble. C'est également le cas en 3e où la chronologie est mise à mal dans les deux premiers thèmes de l'année, qui a mon avis consomment du temps qui serait nettement + utile ailleurs (par exemple à traiter de façon linéaire et sans solution de continuité la Russie de 17 aux années 30, ou parler de la crise de 29 au États-Unis). je ne parle pas du fait de traiter la crise des années 30 et le Front Populaire APRÈS la seconde guerre mondiale ou encore de Gaulle APRÈS la décolonisation. C'est ce genre de choses qui me font dire que l'ensemble est mal construit, et que ce serait quand même moins tordu en collège de faire les choses clairement dans l'ordre.

C'est vrai qu'en 3e, la fin du programme invite à un retour en arrière.
Mais rien n'empêche le professeur d'organiser différemment sa progression. Je ne vais pas le faire cette année (déjà assez de travail) mais l'année prochaine, je pense que je vais déplacer des éléments dans le programme pour plus de cohérence, notamment chronologique.

Isis39
Empereur


Revenir en haut Aller en bas

Re: L'enseignement de l'histoire

Message par Isis39 le Jeu 23 Aoû 2012 - 20:35

Cripure a écrit:
@kiwi a écrit:Quant aux remarques sur l'HG Rolling Eyes Rolling Eyes Rolling Eyes Elle émane de personnes qui manifestement n'ont pas bien lu les nouveaux programmes d'une part et la réforme du DNB d'autre part. Ces personnes devraient se réjouir au contraire. On passe du pas-de-connaissances au tout-connaissances. Lisez les BO avant de dire que l'HG est vérolée par les innovations pédago.
Je crois qu'il a été question des interventions sur l'histoire-géo dans ce forum.
Si votre discipline se souvient brutalement qu'il existe une chronologie et des faits, c'est peut-être un début de renouveau ?

Mais nous ne l'avons jamais oublié cher Cripure ! Ne confondez pas ceux qui font les programmes et ceux qui les appliquent !

Isis39
Empereur


Revenir en haut Aller en bas

Re: L'enseignement de l'histoire

Message par User5899 le Jeu 23 Aoû 2012 - 20:36

@Aurore a écrit:
@kiwi a écrit:Lisez les BO avant de dire que l'HG est vérolée par les innovations pédago.
Pardon de vous contredire, mais, suivant de près la scolarité de quelques proches, je suis effarée par les programmes HG de seconde : éclatés, incohérents, ils privilégient des "méthodes" de type universitaire au détriment d'une trame chronologique cohérente. Dans ces conditions, seuls les excellents élèves ayant une culture personnelle ET un goût affirmé pour les deux disciplines sont susceptibles de tirer leur épingle du jeu.

Au fait, qu'entendez-vous par "tout-connaissances" ?
Et que dire de ce fourre-tout en 1re sur "la notion de guerre" ? Shocked Shocked

_________________
Zu End' ewiges Wissen !
Der Welt melden
Weise nichts mehr !

En cas de ban, ne pas utiliser les MP ! Passer par l'icône du mail  Razz

User5899
Dieu de l'Olympe


Revenir en haut Aller en bas

Re: L'enseignement de l'histoire

Message par Carnyx le Jeu 23 Aoû 2012 - 20:38

« Je crois qu'il a été question des interventions sur l'histoire-géo dans ce forum.
Si votre discipline se souvient brutalement qu'il existe une chronologie et des faits, c'est peut-être un début de renouveau ? »
Laughing Laughing

_________________
Of all tyrannies, a tyranny sincerely exercised for the good of its victims may be the most oppressive. It would be better to live under robber barons than under omnipotent moral busybodies. The robber baron’s cruelty may sometimes sleep, his cupidity may at some point be satiated; but those who torment us for our own good will torment us without end for they do so with the approval of their own conscience.

Carnyx
Neoprof expérimenté


Revenir en haut Aller en bas

Re: L'enseignement de l'histoire

Message par Aurore le Jeu 23 Aoû 2012 - 20:41

@kiwi a écrit:

il me semble qu'en histoire en seconde, la chronologie est respectée mais bon...
Programme d'histoire-gruyère de seconde de l'année écoulée (cours et manuel) :

- préambule sur les migrations (étude de cas : famine en Irlande des années 1840)
- Être citoyen à Athènes et à Rome
- La féodalité dans l'Occident chrétien (XIe-XIIIe)
- Les grandes découvertes
- La Révolution française

La chronologie est (plus ou moins) respectée, mais à quel prix : on n'en est même plus au stade des miettes, et les trous l'emportent sur le fromage...

Programme de géo de l'année entière (!!!) : le développement durable (je passe sur la controverse idéologique autour de ce terme).

Sans commentaire... titanic


Dernière édition par Aurore le Jeu 23 Aoû 2012 - 20:46, édité 1 fois

Aurore
Esprit éclairé


Revenir en haut Aller en bas

Re: L'enseignement de l'histoire

Message par Aurore le Jeu 23 Aoû 2012 - 20:42

@kiwi a écrit:
@Aurore a écrit:
@kiwi a écrit:
Voilà, c'est ça qui me gonfle : qu'on nous impose une méthode, une démarche. Quand on sait qu'il ne s'agit que de mode et que dans 10ans, ça en sera une autre... Que certains enseignants proposent des choses c'est très bien. Que l'institution nous les fasse connaître aussi. En revanche, je veux être libre de faire ce qui fonctionne dans mon bahut, avec telle classe et même avec tel élève de telle classe, quitte à prendre des idées à droite et à gauche. Car on veut tous une chose me semble-t-il : la réussite d'un maximum d'élève (sous entendu pour moi, qu'à la sortie du collège, chaque élève ait une orientation choisie et non subie grâce à son travail).
Au vu de l'interpénétration de la bureaucratie manageriale grenellienne et de la mouvance pédago, et ce depuis plus de 30 ans, votre souhait (que je partage) est un vœu pieux.

Non pas un vœu pieux. Je fais ce qui me convient en classe. Les démarches hypothético-inductives ont le vent en poupe en HG. Qu'à cela ne tienne : si l'étude de cas fonctionne, ok, très bien. Si ça ne marche pas, je ferais passer les contenus et les savoir-faire autrement l'année d'après et surtout, selon les gamins que j'ai en face de moi. Je ne suis actionnaire d'aucun dogme. Et si ça ne plait pas à l'IPR, ben tant pis.
Sauf que l'autonomie des établissements et le CDE supérieur hiérarchique, c'est pour très bientôt. Et là, on en reparle...

Aurore
Esprit éclairé


Revenir en haut Aller en bas

Page 1 sur 15 1, 2, 3 ... 8 ... 15  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum