L'enseignement de l'histoire

Page 5 sur 15 Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6 ... 10 ... 15  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Re: L'enseignement de l'histoire

Message par kiwi le Ven 24 Aoû 2012 - 13:42

@sandman a écrit:
@Instructeurpublic a écrit:Quand je parle de dogme, je parle bien du DD. Pourquoi vous me parlez tous d'écologie ?
Je pense que le DD est un concept fourre-tout qui a longtemps été assimilé à l'écologie.
Je ne suis absolument pas un adepte de ce concept et je déteste la moralisation souvent inhérente à ce sujet lorsqu'il est tronqué (ne pas polluer, réchauffement climatique).
Là, le professeur peut avoir le recul nécessaire pour prendre ses distances sans sombrer dans la caricature.

Et qui est encore assimilé à l'écologie chez nombre de personnes, adultes comme élèves d'ailleurs. Sauf que ce programme invite davantage à mettre l'accent sur l'aspect social voire économique qu'environnemental. Bien sûr que par moment, on peut parler de pollution (comme on évoque l'agriculture intensive productiviste et ses effets sur l'environnement). Mais à aucun moment, on ne moralise les élèves : "fermez vos robinets quand vous vous lavez les dents, triez vos déchets"... Ce n'est pas l'esprit du programme me semble-t-il.

kiwi
Grand sage


Revenir en haut Aller en bas

Re: L'enseignement de l'histoire

Message par kiwi le Ven 24 Aoû 2012 - 13:45

@Instructeurpublic a écrit:

"édit : le fil directeur du programme est le DD mais tu n'en parles plus après le premier chapitre. Avoue qu'au minimum il y a maldonne quelque part."

Maldonne sur l'intitulé du programme sans nul doute. On parle davantage d'inégalités de développement, des problèmes de partage des ressources et des conflits qui en résultent dans un contexte d'accroissement démographique, que de développement durable (sauf dans ce fameux 1er chapitre). Je ne reviens pas sur cette notion ensuite non, même pas en fin de certains chapitres.

kiwi
Grand sage


Revenir en haut Aller en bas

Re: L'enseignement de l'histoire

Message par sandman le Ven 24 Aoû 2012 - 13:45

@kiwi a écrit:
@sandman a écrit:
@Instructeurpublic a écrit:Quand je parle de dogme, je parle bien du DD. Pourquoi vous me parlez tous d'écologie ?
Je pense que le DD est un concept fourre-tout qui a longtemps été assimilé à l'écologie.
Je ne suis absolument pas un adepte de ce concept et je déteste la moralisation souvent inhérente à ce sujet lorsqu'il est tronqué (ne pas polluer, réchauffement climatique).
Là, le professeur peut avoir le recul nécessaire pour prendre ses distances sans sombrer dans la caricature.

Et qui est encore assimilé à l'écologie chez nombre de personnes, adultes comme élèves d'ailleurs. Sauf que ce programme invite davantage à mettre l'accent sur l'aspect social voire économique qu'environnemental. Bien sûr que par moment, on peut parler de pollution (comme on évoque l'agriculture intensive productiviste et ses effets sur l'environnement). Mais à aucun moment, on ne moralise les élèves : "fermez vos robinets quand vous vous lavez les dents, triez vos déchets"... Ce n'est pas l'esprit du programme me semble-t-il.
Entièrement d'accord.

sandman
Niveau 10


Revenir en haut Aller en bas

Re: L'enseignement de l'histoire

Message par sandman le Ven 24 Aoû 2012 - 13:49

@kiwi a écrit:
@Instructeurpublic a écrit:

"édit : le fil directeur du programme est le DD mais tu n'en parles plus après le premier chapitre. Avoue qu'au minimum il y a maldonne quelque part."

Maldonne sur l'intitulé du programme sans nul doute. On parle davantage d'inégalités de développement, des problèmes de partage des ressources et des conflits qui en résultent dans un contexte d'accroissement démographique, que de développement durable (sauf dans ce fameux 1er chapitre). Je ne reviens pas sur cette notion ensuite non, même pas en fin de certains chapitres.
J'y reviens quelques fois dans l'année justement pour ne pas confondre ce concept avec l'écologie, notamment à partir d'un schéma, simplement pour avoir un fil directeur en essayant de ne pas être redondant et de ne pas porter au nues un concept bancal.

sandman
Niveau 10


Revenir en haut Aller en bas

Re: L'enseignement de l'histoire

Message par Instructeurpublic le Ven 24 Aoû 2012 - 13:51

@sandman a écrit:
@Instructeurpublic a écrit:Quand je parle de dogme, je parle bien du DD. Pourquoi vous me parlez tous d'écologie ?
Je pense que le DD est un concept fourre-tout qui a longtemps été assimilé à l'écologie.
Je ne suis absolument pas un adepte de ce concept et je déteste la moralisation souvent inhérente à ce sujet lorsqu'il est tronqué (ne pas polluer, réchauffement climatique).
Là, le professeur peut avoir le recul nécessaire pour prendre ses distances sans sombrer dans la caricature.

Là j'ai pas trop le temps de disserter mais dans ma tête ça va beaucoup plus loin que des caricatures liées à l'écologie : le développement durable c'est juste le nouveau cache sexe de la domination des riches sur le monde à toutes les échelles géographiques, que l'on parle des mobilités dans les villes occidentales ou bien des rapports nord-sud. Mais peut-être continuez vous à enseigner aux élèves que périurbanisation = voitures = embouteillages = pollution = vive les transports en commun ? Votre lanterne rouge a-t-elle un peu de retard à l'allumage où bien avez-vous été totalement dépouillés de votre esprit critique ?

Je ne m'énerve pas Madeleine, j'explique aux gens !! furieux


Dernière édition par Instructeurpublic le Ven 24 Aoû 2012 - 14:03, édité 1 fois

Instructeurpublic
Fidèle du forum


Revenir en haut Aller en bas

Re: L'enseignement de l'histoire

Message par Ingeborg B. le Ven 24 Aoû 2012 - 13:58

@kiwi a écrit:
@sandman a écrit:
@Instructeurpublic a écrit:Quand je parle de dogme, je parle bien du DD. Pourquoi vous me parlez tous d'écologie ?
Je pense que le DD est un concept fourre-tout qui a longtemps été assimilé à l'écologie.
Je ne suis absolument pas un adepte de ce concept et je déteste la moralisation souvent inhérente à ce sujet lorsqu'il est tronqué (ne pas polluer, réchauffement climatique).
Là, le professeur peut avoir le recul nécessaire pour prendre ses distances sans sombrer dans la caricature.

Et qui est encore assimilé à l'écologie chez nombre de personnes, adultes comme élèves d'ailleurs. Sauf que ce programme invite davantage à mettre l'accent sur l'aspect social voire économique qu'environnemental. Bien sûr que par moment, on peut parler de pollution (comme on évoque l'agriculture intensive productiviste et ses effets sur l'environnement). Mais à aucun moment, on ne moralise les élèves : "fermez vos robinets quand vous vous lavez les dents, triez vos déchets"... Ce n'est pas l'esprit du programme me semble-t-il.
Je precise tout d'abord que je n'aime pas beaucouo ce pseudo-concept de développement durable. Cependant, il est bon de rappeler qu'à l'origine, il comporte trois piliers : économique, social et écologique. Il revient au professeur de montrer l'importance des deux premiers. Dans le prograame de seconde, nous insistons ainsi sur les problèmes induits par les inégalités et la fragmentation aux différentes échelles.
Il est sûr qu'une lecture caricaturale de quelques titres peut amener à des critiques totalement inféondés qui illustrent aussi un manque de culture géographique.

Ingeborg B.
Esprit éclairé


Revenir en haut Aller en bas

Re: L'enseignement de l'histoire

Message par Instructeurpublic le Ven 24 Aoû 2012 - 14:02

groyer a écrit:
@kiwi a écrit:
@sandman a écrit:
@Instructeurpublic a écrit:Quand je parle de dogme, je parle bien du DD. Pourquoi vous me parlez tous d'écologie ?
Je pense que le DD est un concept fourre-tout qui a longtemps été assimilé à l'écologie.
Je ne suis absolument pas un adepte de ce concept et je déteste la moralisation souvent inhérente à ce sujet lorsqu'il est tronqué (ne pas polluer, réchauffement climatique).
Là, le professeur peut avoir le recul nécessaire pour prendre ses distances sans sombrer dans la caricature.

Et qui est encore assimilé à l'écologie chez nombre de personnes, adultes comme élèves d'ailleurs. Sauf que ce programme invite davantage à mettre l'accent sur l'aspect social voire économique qu'environnemental. Bien sûr que par moment, on peut parler de pollution (comme on évoque l'agriculture intensive productiviste et ses effets sur l'environnement). Mais à aucun moment, on ne moralise les élèves : "fermez vos robinets quand vous vous lavez les dents, triez vos déchets"... Ce n'est pas l'esprit du programme me semble-t-il.
Je precise tout d'abord que je n'aime pas beaucouo ce pseudo-concept de développement durable. Cependant, il est bon de rappeler qu'à l'origine, il comporte trois piliers : économique, social et écologique. Il revient au professeur de montrer l'importance des deux premiers. Dans le prograame de seconde, nous insistons ainsi sur les problèmes induits par les inégalités et la fragmentation aux différentes échelles.
Il est sûr qu'une lecture caricaturale de quelques titres peut amener à des critiques totalement inféondés qui illustrent aussi un manque de culture géographique.

C'est vrai c'est ce qui est demandé aux professeurs mais à aucun moment il n'est demandé d'interroger le concept lui-même, ses origines, ses sous entendus, etc. Le DD tu bectes épicétou. D'où le dogme dont je parlais et on est bien loin de l'écologie en réalité.

Instructeurpublic
Fidèle du forum


Revenir en haut Aller en bas

Re: L'enseignement de l'histoire

Message par Ingeborg B. le Ven 24 Aoû 2012 - 14:06

@Instructeurpublic a écrit:
@sandman a écrit:
@Instructeurpublic a écrit:Quand je parle de dogme, je parle bien du DD. Pourquoi vous me parlez tous d'écologie ?
Je pense que le DD est un concept fourre-tout qui a longtemps été assimilé à l'écologie.
Je ne suis absolument pas un adepte de ce concept et je déteste la moralisation souvent inhérente à ce sujet lorsqu'il est tronqué (ne pas polluer, réchauffement climatique).
Là, le professeur peut avoir le recul nécessaire pour prendre ses distances sans sombrer dans la caricature.

Là j'ai pas trop le temps de disserter mais dans ma tête ça va beaucoup plus loin que des caricatures liées à l'écologie : le développement durable c'est juste le cache sexe de la domination des riches sur le monde à toutes les échelles géographiques, que l'on parle des mobilités dans les villes occidentales ou bien des rapports nord-sud. Mais peut-être continuez vous à enseigner aux élèves que périurbanisation = voitures = embouteillages = pollution = vive les transports en commun ? Votre lanterne rouge a-t-elle un peu de retard à l'allumage où bien avez-vous été totalement dépouillés de votre esprit critique ?

Je ne m'énerve pas Madeleine, j'explique aux gens !! furieux
Les programmes n'interdisent pas de critiquer le DD et on peut le faire par exemple en montrant que les rénovations urbaines qui mettent en avant le DD accentuent la fragmentation. Cette dimension critique apparaît dans de nombreux manuels. J'insiste par exemple sur cet aspect en étudiant les politiques urbaines menées à Rio et Londres. Il suffit aussi pour cela de s'inspirer de l'Atlas du développement durable dirigé par Y. Veyret qui propose une approche très critique de ce concept.

Ingeborg B.
Esprit éclairé


Revenir en haut Aller en bas

Re: L'enseignement de l'histoire

Message par boris vassiliev le Ven 24 Aoû 2012 - 14:09

En 2nde, le premier chapitre sur le DD vise justement à interroger le concept lui-même, en particulier à revenir sur son élaboration progressive. Et bien évidemment je ne me prive pas d'être critique sur le concept au cours des chapitres.

boris vassiliev
Grand sage


Revenir en haut Aller en bas

Re: L'enseignement de l'histoire

Message par Instructeurpublic le Ven 24 Aoû 2012 - 14:09

groyer a écrit:
@Instructeurpublic a écrit:
@sandman a écrit:
@Instructeurpublic a écrit:Quand je parle de dogme, je parle bien du DD. Pourquoi vous me parlez tous d'écologie ?
Je pense que le DD est un concept fourre-tout qui a longtemps été assimilé à l'écologie.
Je ne suis absolument pas un adepte de ce concept et je déteste la moralisation souvent inhérente à ce sujet lorsqu'il est tronqué (ne pas polluer, réchauffement climatique).
Là, le professeur peut avoir le recul nécessaire pour prendre ses distances sans sombrer dans la caricature.

Là j'ai pas trop le temps de disserter mais dans ma tête ça va beaucoup plus loin que des caricatures liées à l'écologie : le développement durable c'est juste le cache sexe de la domination des riches sur le monde à toutes les échelles géographiques, que l'on parle des mobilités dans les villes occidentales ou bien des rapports nord-sud. Mais peut-être continuez vous à enseigner aux élèves que périurbanisation = voitures = embouteillages = pollution = vive les transports en commun ? Votre lanterne rouge a-t-elle un peu de retard à l'allumage où bien avez-vous été totalement dépouillés de votre esprit critique ?

Je ne m'énerve pas Madeleine, j'explique aux gens !! furieux
Les programmes n'interdisent pas de critiquer le DD et on peut le faire par exemple en montrant que les rénovations urbaines qui mettent en avant le DD accentuent la fragmentation. Cette dimension critique apparaît dans de nombreux manuels. J'insiste par exemple sur cet aspect en étudiant les politiques urbaines menées à Rio et Londres. Il suffit aussi pour cela de s'inspirer de l'Atlas du développement durable dirigé par Y. Veyret qui propose une approche très critique de ce concept.

Bien sûr que ce concept est critiqué et heureusement. Et donc ? Tu trouves ça normal d'en avoir fait le fil directeur d'un programme scolaire ?

Instructeurpublic
Fidèle du forum


Revenir en haut Aller en bas

Re: L'enseignement de l'histoire

Message par Aurore le Ven 24 Aoû 2012 - 14:10

@Instructeurpublic a écrit:
@Aurore a écrit:
@Instructeurpublic a écrit:J'ai pas tout lu donc je ne sais pas si ça a été évoqué.

Concernant le fameux premier chapitre du programme d'histoire, l'IPR a bien dit qu'on pouvait faire les chapitres dans l'ordre qu'on voulait à condition de ne pas fragmenter les blocs (pour les petit malins qui voudraient refaire l'ancien prog Wink ). Donc, me concernant, le premier chapitre introductif devient un bilan de fin d'année... peut-être sous forme de fiche en cas de retard malencontreux. Oups... emballé c'est c'est pesé, pliez les nappes, c'est la fin du pique-nique.
IP, que penses-tu du programme de seconde dont il était question plus haut ? Je suis curieuse de connaître ton avis...

Je débarque donc je ne sais pas ce qui a été dis et en plus je n'ai jamais enseigné en seconde. Mais je vais quand même te donner mon avis Very Happy

Le problème de la seconde a toujours été d'évoquer en un an l'histoire de notre civilisation de l'antiquité à la belle époque. La solution trouvée à été celle d'un grand zapping pointant la focale sur des étapes essentielles de la construction de notre civilisation. A mon avis ce n'est pas tant le côté "sauts dans le temps" qui est gênant car un prof consciencieux ne manquera pas de mettre en avant ces sauts sur de multiples frises chronologiques. Non, ce qui me gêne le plus c'est la combinaison de ces sauts dans le temps avec l'approche par études de cas (ou par personnages historiques) qui vient encore amplifier l'effet zapping. On a en quelque sorte un double effet zapping qui met l'histoire en apesanteur et fait sans doute passer le cerveau des élèves à la machine à laver.

Mais je crois que le pire en seconde c'est quand même la géo. Même programme dogmatique qu'en cinquième... suivez mon regard. Rolling Eyes
Merci. Nous sommes donc bien d'accord, même si je persiste à penser que passer directement des grandes découvertes à la révolution française, ou bien de l'Empire romain à l'Occident chrétien des XI-XIIIe siècles constitue un problème majeur si l'on tient compte des connaissances effectives de la plupart des élèves arrivant au lycée.
Et entièrement d'accord avec le toi sur le DD... topela

Aurore
Esprit éclairé


Revenir en haut Aller en bas

Re: L'enseignement de l'histoire

Message par Aurore le Ven 24 Aoû 2012 - 14:10

@Instructeurpublic a écrit:
groyer a écrit:
@Instructeurpublic a écrit:
@sandman a écrit:
@Instructeurpublic a écrit:Quand je parle de dogme, je parle bien du DD. Pourquoi vous me parlez tous d'écologie ?
Je pense que le DD est un concept fourre-tout qui a longtemps été assimilé à l'écologie.
Je ne suis absolument pas un adepte de ce concept et je déteste la moralisation souvent inhérente à ce sujet lorsqu'il est tronqué (ne pas polluer, réchauffement climatique).
Là, le professeur peut avoir le recul nécessaire pour prendre ses distances sans sombrer dans la caricature.

Là j'ai pas trop le temps de disserter mais dans ma tête ça va beaucoup plus loin que des caricatures liées à l'écologie : le développement durable c'est juste le cache sexe de la domination des riches sur le monde à toutes les échelles géographiques, que l'on parle des mobilités dans les villes occidentales ou bien des rapports nord-sud. Mais peut-être continuez vous à enseigner aux élèves que périurbanisation = voitures = embouteillages = pollution = vive les transports en commun ? Votre lanterne rouge a-t-elle un peu de retard à l'allumage où bien avez-vous été totalement dépouillés de votre esprit critique ?

Je ne m'énerve pas Madeleine, j'explique aux gens !! furieux
Les programmes n'interdisent pas de critiquer le DD et on peut le faire par exemple en montrant que les rénovations urbaines qui mettent en avant le DD accentuent la fragmentation. Cette dimension critique apparaît dans de nombreux manuels. J'insiste par exemple sur cet aspect en étudiant les politiques urbaines menées à Rio et Londres. Il suffit aussi pour cela de s'inspirer de l'Atlas du développement durable dirigé par Y. Veyret qui propose une approche très critique de ce concept.

Bien sûr que ce concept est critiqué et heureusement. Et donc ? Tu trouves ça normal d'en avoir fait le fil directeur d'un programme scolaire ?
Voilà... topela

Aurore
Esprit éclairé


Revenir en haut Aller en bas

Re: L'enseignement de l'histoire

Message par sandman le Ven 24 Aoû 2012 - 14:12

@Instructeurpublic a écrit:
@sandman a écrit:
@Instructeurpublic a écrit:Quand je parle de dogme, je parle bien du DD. Pourquoi vous me parlez tous d'écologie ?
Je pense que le DD est un concept fourre-tout qui a longtemps été assimilé à l'écologie.
Je ne suis absolument pas un adepte de ce concept et je déteste la moralisation souvent inhérente à ce sujet lorsqu'il est tronqué (ne pas polluer, réchauffement climatique).
Là, le professeur peut avoir le recul nécessaire pour prendre ses distances sans sombrer dans la caricature.

Là j'ai pas trop le temps de disserter mais dans ma tête ça va beaucoup plus loin que des caricatures liées à l'écologie : le développement durable c'est juste le nouveau cache sexe de la domination des riches sur le monde à toutes les échelles géographiques, que l'on parle des mobilités dans les villes occidentales ou bien des rapports nord-sud. Mais peut-être continuez vous à enseigner aux élèves que périurbanisation = voitures = embouteillages = pollution = vive les transports en commun ? Votre lanterne rouge a-t-elle un peu de retard à l'allumage où bien avez-vous été totalement dépouillés de votre esprit critique ?

Je ne m'énerve pas Madeleine, j'explique aux gens !! furieux
Ça te dirait de rester correct et de ne pas t'emballer ? Faut garder son sang froid et stopper ce ton arrogant et méprisant.

sandman
Niveau 10


Revenir en haut Aller en bas

Re: L'enseignement de l'histoire

Message par Ingeborg B. le Ven 24 Aoû 2012 - 14:14

@Instructeurpublic a écrit:
groyer a écrit:
@kiwi a écrit:
@sandman a écrit:
@Instructeurpublic a écrit:Quand je parle de dogme, je parle bien du DD. Pourquoi vous me parlez tous d'écologie ?
Je pense que le DD est un concept fourre-tout qui a longtemps été assimilé à l'écologie.
Je ne suis absolument pas un adepte de ce concept et je déteste la moralisation souvent inhérente à ce sujet lorsqu'il est tronqué (ne pas polluer, réchauffement climatique).
Là, le professeur peut avoir le recul nécessaire pour prendre ses distances sans sombrer dans la caricature.

Et qui est encore assimilé à l'écologie chez nombre de personnes, adultes comme élèves d'ailleurs. Sauf que ce programme invite davantage à mettre l'accent sur l'aspect social voire économique qu'environnemental. Bien sûr que par moment, on peut parler de pollution (comme on évoque l'agriculture intensive productiviste et ses effets sur l'environnement). Mais à aucun moment, on ne moralise les élèves : "fermez vos robinets quand vous vous lavez les dents, triez vos déchets"... Ce n'est pas l'esprit du programme me semble-t-il.
Je precise tout d'abord que je n'aime pas beaucouo ce pseudo-concept de développement durable. Cependant, il est bon de rappeler qu'à l'origine, il comporte trois piliers : économique, social et écologique. Il revient au professeur de montrer l'importance des deux premiers. Dans le prograame de seconde, nous insistons ainsi sur les problèmes induits par les inégalités et la fragmentation aux différentes échelles.
Il est sûr qu'une lecture caricaturale de quelques titres peut amener à des critiques totalement inféondés qui illustrent aussi un manque de culture géographique.

C'est vrai c'est ce qui est demandé aux professeurs mais à aucun moment il n'est demandé d'interroger le concept lui-même, ses origines, ses sous entendus, etc. Le DD tu bectes épicétou. D'où le dogme dont je parlais et on est bien loin de l'écologie en réalité.
Si, on peut interroger sa construction et les IPR ont même recommandé de le faire lors de la présentation des programmes à laquelle j'avais assisté.
Cela peut être intéressant justement pour proposer une approche plus complexe et critique que celle diffusée notamment dans les médias


Dernière édition par John le Ven 24 Aoû 2012 - 14:15, édité 1 fois (Raison : Erreur de balises)

Ingeborg B.
Esprit éclairé


Revenir en haut Aller en bas

Re: L'enseignement de l'histoire

Message par Instructeurpublic le Ven 24 Aoû 2012 - 14:21

groyer a écrit:
@Instructeurpublic a écrit:
groyer a écrit:
@kiwi a écrit:
@sandman a écrit:
Je pense que le DD est un concept fourre-tout qui a longtemps été assimilé à l'écologie.
Je ne suis absolument pas un adepte de ce concept et je déteste la moralisation souvent inhérente à ce sujet lorsqu'il est tronqué (ne pas polluer, réchauffement climatique).
Là, le professeur peut avoir le recul nécessaire pour prendre ses distances sans sombrer dans la caricature.

Et qui est encore assimilé à l'écologie chez nombre de personnes, adultes comme élèves d'ailleurs. Sauf que ce programme invite davantage à mettre l'accent sur l'aspect social voire économique qu'environnemental. Bien sûr que par moment, on peut parler de pollution (comme on évoque l'agriculture intensive productiviste et ses effets sur l'environnement). Mais à aucun moment, on ne moralise les élèves : "fermez vos robinets quand vous vous lavez les dents, triez vos déchets"... Ce n'est pas l'esprit du programme me semble-t-il.
Je precise tout d'abord que je n'aime pas beaucouo ce pseudo-concept de développement durable. Cependant, il est bon de rappeler qu'à l'origine, il comporte trois piliers : économique, social et écologique. Il revient au professeur de montrer l'importance des deux premiers. Dans le prograame de seconde, nous insistons ainsi sur les problèmes induits par les inégalités et la fragmentation aux différentes échelles.
Il est sûr qu'une lecture caricaturale de quelques titres peut amener à des critiques totalement inféondés qui illustrent aussi un manque de culture géographique.

C'est vrai c'est ce qui est demandé aux professeurs mais à aucun moment il n'est demandé d'interroger le concept lui-même, ses origines, ses sous entendus, etc. Le DD tu bectes épicétou. D'où le dogme dont je parlais et on est bien loin de l'écologie en réalité.
Si, on peut interroger sa construction et les IPR ont même recommandé de le faire lors de la présentation des programmes à laquelle j'avais assisté.
Cela peut être intéressant justement pour proposer une approche plus complexe et critique que celle diffusée notamment dans les médias

Et bien j'espère que tu ne te prives pas pour le faire mais avoue que c'est original comme situation : mettre un truc au programme (et pas qu'un peu, c'est le fil directeur de la 5e et de la 2de, sans compter le saupoudrage ailleurs ainsi que le travail de sape en primaire) pour le démonter intégralement ensuite... Qui pense aux élèves et à leurs apprentissages ? Qui décide de l'ordre du jour ? Voilà de vraies questions ?

Instructeurpublic
Fidèle du forum


Revenir en haut Aller en bas

Re: L'enseignement de l'histoire

Message par Aurore le Ven 24 Aoû 2012 - 14:30

@kiwi a écrit:
@Aurore a écrit:
Bon, je suis EC à l'université en histoire de la musique et j'ai enseigné dans le secondaire, puisqu'il faut calmer les ardeurs de certains.
Vous mettez aussitôt en cause les personnes et leur qualification sans pour autant défendre ni même vous prononcer sur le contenu des programmes incriminés. Voilà qui est bien étrange...

Ah, parce qu'enseigner l'histoire de la musique à l'université donne des connaissances sur comment s'enseigne un programme d'histoire et de géographie en collège et en lycée? :
je modifie alors ma question : seuls les enseignants du secondaire sont-ils aptes à juger les programmes du secondaire ?
Je note que vous ne me répondez toujours pas sur le fond, à savoir la pertinence de ce malheureux programme gruyère de 2de. Il est tellement plus facile de décrédibiliser a priori son contradicteur sur ses titres...
@kiwi a écrit: Si vous pratiquiez les programmes que vous critiquez, vous vous rendriez compte qu'en fait, ils passent plutôt bien auprès des élèves. Comme dit plus haut, le développement durable tant décrié n'est en fait presque pas enseigné. On fait de la géo très actuelle en 5ème (partage des ressources, inégalités à différentes échelles), et les élèves aiment ça.
"les élèves aiment ça" : voilà un argument de poids, à ranger à côté de celui du fonctionnaire... Very Happy

@kiwi a écrit:Après, peut-être que vous préfèreriez apprendre par cœur le taux de salinité de la mer Méditerranée, ou les tonnages de céréales en URSS. On peut rester assis à son bureau et ânonner le cours avec des petits élèves modèles qui écrivent bêtement la leçon qu'ils iront apprendre par coeur le soir-même, ou récitent des séries de dates ou de chefs-lieux de département. J'ai le sentiment que l'enseignement de l'histoire et de la géographie que vous admirez est un enseignement passéiste (oserais-je dire arriéré) qui n'est plus pratiqué.
Ma conception passéiste, arriérée et, pour tout dire, réactionnaire, de l'enseignement de l'histoire-géo me dit qu'il vaut mieux que l'élève maîtrise quelques rudiments de géographie physique, de climatologie et de répartition du peuplement de la péninsule ibérique avant que de s'attaquer aux innovations de l'agriculture goutte à goutte dans la région de Séville (pourquoi là ? c'est où M'dame ? Un club de foot ? heu ), ou bien qu'il sache que la Révolution Française n'a pas eu lieu sous le règne de Louis XIV et n'est pas tombée de nulle part.


Aurore
Esprit éclairé


Revenir en haut Aller en bas

Re: L'enseignement de l'histoire

Message par Ingeborg B. le Ven 24 Aoû 2012 - 14:42

@Aurore a écrit:
@kiwi a écrit:
@Aurore a écrit:
Bon, je suis EC à l'université en histoire de la musique et j'ai enseigné dans le secondaire, puisqu'il faut calmer les ardeurs de certains.
Vous mettez aussitôt en cause les personnes et leur qualification sans pour autant défendre ni même vous prononcer sur le contenu des programmes incriminés. Voilà qui est bien étrange...

Ah, parce qu'enseigner l'histoire de la musique à l'université donne des connaissances sur comment s'enseigne un programme d'histoire et de géographie en collège et en lycée? :
je modifie alors ma question : seuls les enseignants du secondaire sont-ils aptes à juger les programmes du secondaire ?
Je note que vous ne me répondez toujours pas sur le fond, à savoir la pertinence de ce malheureux programme gruyère de 2de. Il est tellement plus facile de décrédibiliser a priori son contradicteur sur ses titres...
@kiwi a écrit: Si vous pratiquiez les programmes que vous critiquez, vous vous rendriez compte qu'en fait, ils passent plutôt bien auprès des élèves. Comme dit plus haut, le développement durable tant décrié n'est en fait presque pas enseigné. On fait de la géo très actuelle en 5ème (partage des ressources, inégalités à différentes échelles), et les élèves aiment ça.
"les élèves aiment ça" : voilà un argument de poids, à ranger à côté de celui du fonctionnaire... Very Happy

@kiwi a écrit:Après, peut-être que vous préfèreriez apprendre par cœur le taux de salinité de la mer Méditerranée, ou les tonnages de céréales en URSS. On peut rester assis à son bureau et ânonner le cours avec des petits élèves modèles qui écrivent bêtement la leçon qu'ils iront apprendre par coeur le soir-même, ou récitent des séries de dates ou de chefs-lieux de département. J'ai le sentiment que l'enseignement de l'histoire et de la géographie que vous admirez est un enseignement passéiste (oserais-je dire arriéré) qui n'est plus pratiqué.
Ma conception passéiste, arriérée et, pour tout dire, réactionnaire, de l'enseignement de l'histoire-géo me dit qu'il vaut mieux que l'élève maîtrise
quelques rudiments de géographie physique, de climatologie et de répartition du peuplement de la péninsule ibérique avant que de s'attaquer aux innovations de l'agriculture goutte à goutte dans la région de Séville (pourquoi là ? c'est où M'dame ? Un club de foot ? heu ), ou bien qu'il sache que la Révolution Française n'a pas eu lieu sous le règne de Louis XIV et n'est pas tombée de nulle part.

Je vous signale au passage que la géographie a un petit peu évolué comme le monde qui nous entoure.... Cela semble vous mettre en colère, mais c'est la réalité...

Ingeborg B.
Esprit éclairé


Revenir en haut Aller en bas

Re: L'enseignement de l'histoire

Message par Bélinac le Ven 24 Aoû 2012 - 14:43

@Aurore a écrit:
Ma conception passéiste, arriérée et, pour tout dire, réactionnaire, de l'enseignement de l'histoire-géo me dit qu'il vaut mieux que l'élève maîtrise quelques rudiments de géographie physique, de climatologie et de répartition du peuplement de la péninsule ibérique avant que de s'attaquer aux innovations de l'agriculture goutte à goutte dans la région de Séville (pourquoi là ? c'est où M'dame ? Un club de foot ? heu ), ou bien qu'il sache que la Révolution Française n'a pas eu lieu sous le règne de Louis XIV et n'est pas tombée de nulle part.


Tu veux revenir à la Géo d' avant Vidal de la Blache ? Le déterminisme géographique a fait long feu, non ? Il y a bien longtemps que la géographie physique est devenue un déterminant marginal de la localisation des hommes et des activités...


Dernière édition par Bélinac le Ven 24 Aoû 2012 - 14:48, édité 1 fois

Bélinac
Habitué du forum


Revenir en haut Aller en bas

Re: L'enseignement de l'histoire

Message par Bélinac le Ven 24 Aoû 2012 - 14:45

On est plus au milieu du 19° où la présence de charbon dans le sous - sol expliquait la localisation des industries....


Dernière édition par Bélinac le Ven 24 Aoû 2012 - 14:45, édité 1 fois

Bélinac
Habitué du forum


Revenir en haut Aller en bas

Re: L'enseignement de l'histoire

Message par boris vassiliev le Ven 24 Aoû 2012 - 14:45

En tout cas, c'est pénible, ces prises de position à l'emporte-pièce quand on passe son temps, justement, à se mettre à la place des élèves et à se demander comment présenter les choses pour qu'ils comprennent et assimilent au mieux, tout en restant à peu près dans le cadre des programmes.

_________________
La politique, c'est du show business ! Du show business !!

boris vassiliev
Grand sage


Revenir en haut Aller en bas

Re: L'enseignement de l'histoire

Message par sandman le Ven 24 Aoû 2012 - 14:46

@boris vassiliev a écrit:En tout cas, c'est pénible, ces prises de position à l'emporte-pièce quand on passe son temps, justement, à se mettre à la place des élèves et à se demander comment présenter les choses pour qu'ils comprennent et assimilent au mieux, tout en restant à peu près dans le cadre des programmes.
Oh que oui.

sandman
Niveau 10


Revenir en haut Aller en bas

Re: L'enseignement de l'histoire

Message par Ingeborg B. le Ven 24 Aoû 2012 - 14:52

@sandman a écrit:
@boris vassiliev a écrit:En tout cas, c'est pénible, ces prises de position à l'emporte-pièce quand on passe son temps, justement, à se mettre à la place des élèves et à se demander comment présenter les choses pour qu'ils comprennent et assimilent au mieux, tout en restant à peu près dans le cadre des programmes.
Oh que oui.
+1000 !

Ingeborg B.
Esprit éclairé


Revenir en haut Aller en bas

Re: L'enseignement de l'histoire

Message par Aurore le Ven 24 Aoû 2012 - 14:56

Donc, si je comprends bien, vous trouvez normal qu'un élève étudie l'agriculture de l'aire méditerranéenne sans pouvoir définir les caractéristiques de son climat et sans être capable de placer correctement les pays, régions et principales villes concernés sur une carte ?

Aurore
Esprit éclairé


Revenir en haut Aller en bas

Re: L'enseignement de l'histoire

Message par Aurore le Ven 24 Aoû 2012 - 15:01

@boris vassiliev a écrit:En tout cas, c'est pénible, ces prises de position à l'emporte-pièce quand on passe son temps, justement, à se mettre à la place des élèves et à se demander comment présenter les choses pour qu'ils comprennent et assimilent au mieux,
Intentions louables qui, toutefois, en restent à la profession de foi et ne garantissent en rien le fait de parvenir à l'objectif visé.
@boris vassiliev a écrit:tout en restant à peu près dans le cadre des programmes.
Et si c'était ces derniers qui posaient problème ?

Aurore
Esprit éclairé


Revenir en haut Aller en bas

Re: L'enseignement de l'histoire

Message par Aurore le Ven 24 Aoû 2012 - 15:03

@Bélinac a écrit:On est plus au milieu du 19° où la présence de charbon dans le sous - sol expliquait la localisation des industries....
Démonstration aisément démontable : elle vaut pour les industries, mais pas pour les friches industrielles... Very Happy

Aurore
Esprit éclairé


Revenir en haut Aller en bas

Re: L'enseignement de l'histoire

Message par boris vassiliev le Ven 24 Aoû 2012 - 15:04

@Aurore a écrit:
@boris vassiliev a écrit:En tout cas, c'est pénible, ces prises de position à l'emporte-pièce quand on passe son temps, justement, à se mettre à la place des élèves et à se demander comment présenter les choses pour qu'ils comprennent et assimilent au mieux,
Intentions louables qui, toutefois, en restent à la profession de foi et ne garantissent en rien le fait de parvenir à l'objectif visé.
@boris vassiliev a écrit:tout en restant à peu près dans le cadre des programmes.
Et si c'était ces derniers qui posaient problème ?

Mais je n'ai jamais dit le contraire !!! A la page 3 du sujet, j'ai même "proposé" ce que je verrais comme programme en 2nde à la place du programme-gruyère, comme tu dis !

boris vassiliev
Grand sage


Revenir en haut Aller en bas

Page 5 sur 15 Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6 ... 10 ... 15  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum