L'enseignement de l'histoire

Page 14 sur 15 Précédent  1 ... 8 ... 13, 14, 15  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Re: L'enseignement de l'histoire

Message par alberto79 le Sam 25 Aoû 2012 - 22:44

Hier soir est déjà une période susceptible d´être étudiée par les historiens. Bien évidemment des précautions méthodologiques s´imposent et les limitations épistémologiques de cette « histoire du temps présent » doivent être claires aussi bien pour les chercheurs eux-mêmes que pour leurs lecteurs. Autre chose c´est l´intérêt d´enseigner cette histoire aux lycéens. Si l´on me demande mon opinion, je dirais qu´il me semble prudent de s´arrêter en 1991-2.

alberto79
Habitué du forum


Revenir en haut Aller en bas

Re: L'enseignement de l'histoire

Message par philann le Sam 25 Aoû 2012 - 23:15

@alberto79 a écrit:Hier soir est déjà une période susceptible d´être étudiée par les historiens. Bien évidemment des précautions méthodologiques s´imposent et les limitations épistémologiques de cette « histoire du temps présent » doivent être claires aussi bien pour les chercheurs eux-mêmes que pour leurs lecteurs. Autre chose c´est l´intérêt d´enseigner cette histoire aux lycéens. Si l´on me demande mon opinion, je dirais qu´il me semble prudent de s´arrêter en 1991-2.

+1

philann
Doyen


Revenir en haut Aller en bas

Re: L'enseignement de l'histoire

Message par Isis39 le Dim 26 Aoû 2012 - 11:35

@alberto79 a écrit:Hier soir est déjà une période susceptible d´être étudiée par les historiens. Bien évidemment des précautions méthodologiques s´imposent et les limitations épistémologiques de cette « histoire du temps présent » doivent être claires aussi bien pour les chercheurs eux-mêmes que pour leurs lecteurs. Autre chose c´est l´intérêt d´enseigner cette histoire aux lycéens. Si l´on me demande mon opinion, je dirais qu´il me semble prudent de s´arrêter en 1991-2.

C'est en effet plus prudent mais cela laisse un grand nombre d'élèves démunis face aux évènements récents et ça ouvre la porte à n'importe quelle fausse croyance véhiculée par internet (théorie du complot, et autre joyeuseté).

Cette année un élève m'a affirmé de façon très sûre que les américains n'étaient jamais allés sur la Lune. La preuve, c'était expliqué sur internet. Il faut donc leur donner les moyens de comprendre le monde actuel.

Isis39
Empereur


Revenir en haut Aller en bas

Re: L'enseignement de l'histoire

Message par Condorcet le Dim 26 Aoû 2012 - 12:57

C'est très difficile sachant que les sources et les travaux les décortiquant ne sont pas encore accessibles.

_________________
"L'esprit même du château fort, c'est le pont-levis" (René Char).

Condorcet
Oracle


Revenir en haut Aller en bas

Re: L'enseignement de l'histoire

Message par JPhMM le Dim 26 Aoû 2012 - 13:13

@Isis39 a écrit:C'est en effet plus prudent mais cela laisse un grand nombre d'élèves démunis face aux évènements récents et ça ouvre la porte à n'importe quelle fausse croyance véhiculée par internet (théorie du complot, et autre joyeuseté).

Cette année un élève m'a affirmé de façon très sûre que les américains n'étaient jamais allés sur la Lune. La preuve, c'était expliqué sur internet. Il faut donc leur donner les moyens de comprendre le monde actuel.
J'aurais du mal à mettre dans le même panier Apollo 11 et les événements récents actuellement sujets aux fantasmes de théorie du complot. Ne serait-ce que pour des raisons de dates, et de différence d'époques.

De plus, la plupart des preuves du prétendu complot Apollo 11 a été amenée par des un film qui commence à dater Capricorn One, et un magnifique canular Opération Lune.


Notez le sous-titre. Laughing (décidément, que j'aime certaines intuitions sociétales géniales du meilleur de la SF Very Happy ).

Il existe un argument déterminant : s'il y avait eu ne serait-ce que l'ombre d'un doute, l'URSS s'en serait emparé avec rage.

_________________
Labyrinthe où l'admiration des ignorants et des idiots qui prennent pour savoir profond tout ce qu'ils n'entendent pas, les a retenus, bon gré malgré qu'ils en eussent. D'ailleurs, il n'y a point de meilleur moyen pour mettre en vogue ou pour défendre des doctrines étranges et absurdes, que de les munir d'une légion de mots obscurs, douteux , et indéterminés. Ce qui pourtant rend ces retraites bien plus semblables à des cavernes de brigands ou à des tanières de renards qu'à des forteresses de généreux guerriers. Que s'il est malaisé d'en chasser ceux qui s'y réfugient, ce n'est pas à cause de la force de ces lieux-là, mais à cause des ronces, des épines et de l'obscurité des buissons dont ils sont environnés. Car la fausseté étant par elle-même incompatible avec l'esprit de l'homme, il n'y a que l'obscurité qui puisse servir de défense à ce qui est absurde. — John Locke

JPhMM
Demi-dieu


Revenir en haut Aller en bas

Re: L'enseignement de l'histoire

Message par Collier de Barbe le Dim 26 Aoû 2012 - 14:13

Oui c'est ce que j'ai trouvé comme meilleure réponse car ce négationnisme anti-lunaire revient chaque année, il a beaucoup de succès chez nos éleves...

_________________
CdB
@AbbeCordillere

Collier de Barbe
Neoprof expérimenté


Revenir en haut Aller en bas

Re: L'enseignement de l'histoire

Message par Ellena le Dim 26 Aoû 2012 - 15:29

@condorcet a écrit:
Fanfan11 a écrit:
@kiwi a écrit:

Je ne parle pas de l'évolution de l'enseignement de l'histoire et de la géo, mais de l'évolution de la recherche dans le supérieur, qui implique nécessairement d'être transvasée à un moment donnée dans l'enseignement secondaire.

Quant aux fait que le programme de 5ème passe bien, oui, c'est le cas. J'apprécie ce programme que je trouve cohérent et bien fait, qui permet aux élèves de se questionner (notamment en géo). En outre, je suis ravie de voir que ce programme est apprécié des élèves qui viennent contents dans mon cours et disent "aimer" la discipline. Je constate aussi qu'ils ont retenu pas mal de choses, y compris pour les plus faibles. J'en déduis donc que c'est un bon programme. Mais sans doute suis-je trop sotte. Rolling Eyes

Quant au fait de rester entre nous, non. Mais effectivement comme le dit Sandman, il y a eu une façon d'attaquer la discipline et les enseignants que je n'apprécie pas. Normal après d'être sur la défensive. Prétendre qu'en HG, on est tous des pédagos stupides et dangereux pour le système scolaire, prétendre qu'en HG, on applique bêtement les programmes, prétendre qu'en HG, on n'enseigne plus les repères, , prétendre qu'en HG, on n'enseigne plus les fondamentaux... et j'en passe et des meilleures. C'est FAUX, FAUX et totalement FAUX.
Cela n'empêche pas que l'on soit critiques avec les programmes. On a tous convenu que les programmes de lycée étaient mauvais car mal pensés, mal conçus et surtout infaisables en 1ère, trop compliqués en term. On adapte tous les démarches aux élèves que l'on a en face de nous. On est tous d'accord pour dire que le programme de 3ème est trop chargé, ce qui entraîne un effet zapping (mais certains veulent encore nous rajouter des enseignements!), et qu'en histoire, il déconstruit la chronologie du XXe siècle par rapport aux anciens. Faut pas nous prendre pour des moutons bêlants non plus.
yesyes yesyes yesyes yesyes yesyes yesyes
J'ai suivi le fil sans y participer jusque ici mais là j'approuve totalement. Beaucoup de messages me semblent beaucoup trop agressifs et ne peuvent qu'entraîner des réponses sur la défensive. Beaucoup semblent prétendre des choses sur l'HG sans voir le travail qui se fait dans les classes et à force ça agace et ça dégoute!

Il serait vraiment souhaitable que chacun s'efforce de citer les messages et les auteurs des messages qu'il/elle entend commenter.
Pour ce qui est du programme de 3ème, j'ai déjà expliqué qu'à mon sens, ôter la première partie me paraîtrait approprié (et réduire le volume horaire de l'éducation civique) pour remettre la crise de 1929 et l'Italie fasciste. Que mes critiques déplaisent, je peux le comprendre. Mais enfin, cette manière d'attaquer le locuteur derrière ces formulations générales est vraiment insidieuse aussi. Quant à attaquer la discipline, ce n'est pas faute d'avoir réfléchi, pensé, pétitionné, défendu, aidé etc.... furieux
Je parlais simplement du ton général et énumérer l'ensemble des messages dont le ton est agressif n'est pas possible. Je ne suis ici jamais insidieuse, ni agressive, ce que je supporte mal ce sont les généralisations sur les pratiques en classe. Ca m'apprendra à émettre un point de vue qui n'était pas bien méchant sur un ton général, je le répéte et non sur une ou des personnes en particulier!

Ellena
Niveau 6


Revenir en haut Aller en bas

Re: L'enseignement de l'histoire

Message par Isis39 le Dim 26 Aoû 2012 - 16:37

@JPhMM a écrit:
@Isis39 a écrit:C'est en effet plus prudent mais cela laisse un grand nombre d'élèves démunis face aux évènements récents et ça ouvre la porte à n'importe quelle fausse croyance véhiculée par internet (théorie du complot, et autre joyeuseté).

Cette année un élève m'a affirmé de façon très sûre que les américains n'étaient jamais allés sur la Lune. La preuve, c'était expliqué sur internet. Il faut donc leur donner les moyens de comprendre le monde actuel.
J'aurais du mal à mettre dans le même panier Apollo 11 et les événements récents actuellement sujets aux fantasmes de théorie du complot. Ne serait-ce que pour des raisons de dates, et de différence d'époques.

Oui, mais les élèves le font sans aucun problème !

Isis39
Empereur


Revenir en haut Aller en bas

Re: L'enseignement de l'histoire

Message par Ruthven le Dim 26 Aoû 2012 - 18:37

Pas de réponse pour ma question sur l'introduction de la période tampon ?

Ruthven
Grand Maître


Revenir en haut Aller en bas

Re: L'enseignement de l'histoire

Message par Condorcet le Dim 26 Aoû 2012 - 19:19

Je ne sais pas, Ruthven.

_________________
"L'esprit même du château fort, c'est le pont-levis" (René Char).

Condorcet
Oracle


Revenir en haut Aller en bas

Re: L'enseignement de l'histoire

Message par JPhMM le Dim 26 Aoû 2012 - 19:26

Une bien belle question qui mériterait d'être posée à l'ihtp, je trouve.

_________________
Labyrinthe où l'admiration des ignorants et des idiots qui prennent pour savoir profond tout ce qu'ils n'entendent pas, les a retenus, bon gré malgré qu'ils en eussent. D'ailleurs, il n'y a point de meilleur moyen pour mettre en vogue ou pour défendre des doctrines étranges et absurdes, que de les munir d'une légion de mots obscurs, douteux , et indéterminés. Ce qui pourtant rend ces retraites bien plus semblables à des cavernes de brigands ou à des tanières de renards qu'à des forteresses de généreux guerriers. Que s'il est malaisé d'en chasser ceux qui s'y réfugient, ce n'est pas à cause de la force de ces lieux-là, mais à cause des ronces, des épines et de l'obscurité des buissons dont ils sont environnés. Car la fausseté étant par elle-même incompatible avec l'esprit de l'homme, il n'y a que l'obscurité qui puisse servir de défense à ce qui est absurde. — John Locke

JPhMM
Demi-dieu


Revenir en haut Aller en bas

Re: L'enseignement de l'histoire

Message par Fesseur Pro le Dim 26 Aoû 2012 - 19:55

Dur d'être sûr à 100% concernant une période tampon.

_________________
Pourvu que ça dure... professeur

Fesseur Pro
Doyen


Revenir en haut Aller en bas

Re: L'enseignement de l'histoire

Message par User5899 le Lun 27 Aoû 2012 - 0:10

@Isis39 a écrit:
Cripure a écrit:
@Isis39 a écrit:
@kiwi a écrit:
@Aurore a écrit:

Vous avez raison, il faut les préserver de toute opinion sortant des clous. Histoire d'en faire de bons petits citoyens réagissant au doigt et à l’œil.

L'histoire et la géo que vous préconisez ne permettent pas aux élèves de réfléchir (puisque en gros, vous êtes contre tout ce qui est sujet à polémique, ou tout ce qui est "récent").


topela Totalement d'accord.
On a quand même grandi avec vos collègues qui nous ont expliqué qu'à moins de 40-50 ans d'un sujet, il est impensable de parler d'histoire. On a été un peu formatés Smile

Ah oui. Mais mes profs de fac en contemporaine n'avaient pas du tout ce discours, notamment mon directeur de maîtrise.
Je trouve que la question est tout de même légitime. Les chercheurs ont-ils accès à tous les documents d'archives concernant les deux septennats de Mitterrand ? Le dodéconnat euh, non, le dodéca, euh, les douze années de Chirac ?

_________________
Zu End' ewiges Wissen !
Der Welt melden
Weise nichts mehr !

En cas de ban, ne pas utiliser les MP ! Passer par l'icône du mail  Razz

User5899
Dieu de l'Olympe


Revenir en haut Aller en bas

Re: L'enseignement de l'histoire

Message par User5899 le Lun 27 Aoû 2012 - 0:12

@Ruthven a écrit:
Cripure a écrit:
@Isis39 a écrit:
@kiwi a écrit:
@Aurore a écrit:

Vous avez raison, il faut les préserver de toute opinion sortant des clous. Histoire d'en faire de bons petits citoyens réagissant au doigt et à l’œil.

L'histoire et la géo que vous préconisez ne permettent pas aux élèves de réfléchir (puisque en gros, vous êtes contre tout ce qui est sujet à polémique, ou tout ce qui est "récent").


topela Totalement d'accord.
On a quand même grandi avec vos collègues qui nous ont expliqué qu'à moins de 40-50 ans d'un sujet, il est impensable de parler d'histoire. On a été un peu formatés Smile

Je serais d'ailleurs curieux de savoir quand a émergé la revendication d'une nécessité de période-tampon -
Je n'ai pas de réponse scientifiquement établie. Je me rappelle simplement les hurlements en septembre 83, lors de l'entrée en vigueur en terminale du programme débutant à Yalta.

_________________
Zu End' ewiges Wissen !
Der Welt melden
Weise nichts mehr !

En cas de ban, ne pas utiliser les MP ! Passer par l'icône du mail  Razz

User5899
Dieu de l'Olympe


Revenir en haut Aller en bas

Re: L'enseignement de l'histoire

Message par User5899 le Lun 27 Aoû 2012 - 0:20

@*Fifi* a écrit:Je suis assez surprise de la persistance des débats sur l'histoire "récente" (où on l'appelle comme on veut). Je me vois très mal enseigner le XX° siècle et ne pas aller jusqu'au 11 septembre !
Pour moi, c'est encore du journalisme. Ce n'est pas une insulte, mais une différence Very Happy

_________________
Zu End' ewiges Wissen !
Der Welt melden
Weise nichts mehr !

En cas de ban, ne pas utiliser les MP ! Passer par l'icône du mail  Razz

User5899
Dieu de l'Olympe


Revenir en haut Aller en bas

Re: L'enseignement de l'histoire

Message par *Fifi* le Lun 27 Aoû 2012 - 9:33

Cripure a écrit:
@*Fifi* a écrit:Je suis assez surprise de la persistance des débats sur l'histoire "récente" (où on l'appelle comme on veut). Je me vois très mal enseigner le XX° siècle et ne pas aller jusqu'au 11 septembre !
Pour moi, c'est encore du journalisme. Ce n'est pas une insulte, mais une différence Very Happy
Pour moi l'histoire ce n'est pas "juste" travailler sur une période du passé, c'est travailler sur certaines méthodes. Or, ces méthodes, un journaliste ne les a pas. Mais bon, on va pas refaire tout le débat sur l'histoire proche/du temps présent.

*Fifi*
Modérateur


Revenir en haut Aller en bas

Re: L'enseignement de l'histoire

Message par kiwi le Lun 27 Aoû 2012 - 10:12

Cripure a écrit:
Je trouve que la question est tout de même légitime. Les chercheurs ont-ils accès à tous les documents d'archives concernant les deux septennats de Mitterrand ? Le dodéconnat euh, non, le dodéca, euh, les douze années de Chirac ?

En quoi ne pas avoir accès à toutes les archives est un problème? Les archives sont une source parmi d'autres sur lesquelles travailler. Bien sûr, ça serait mieux de les avoir mais on peut faire sans. Les historiens qui travaillent admettons sur Mitterrand ne décrètent pas leurs travaux irrévocables. En histoire militaire, si l'on doit attendre que toutes les archives soient ouvertes, cela veut dire qu'on ne peut toujours pas travailler sur la Guerre d'Algérie (délai ramené à 60ans). Les travaux de Stora sont-ils à jeter à la poubelle?

kiwi
Grand sage


Revenir en haut Aller en bas

Re: L'enseignement de l'histoire

Message par User5899 le Lun 27 Aoû 2012 - 11:04

@kiwi a écrit:
Cripure a écrit:
Je trouve que la question est tout de même légitime. Les chercheurs ont-ils accès à tous les documents d'archives concernant les deux septennats de Mitterrand ? Le dodéconnat euh, non, le dodéca, euh, les douze années de Chirac ?

En quoi ne pas avoir accès à toutes les archives est un problème? Les archives sont une source parmi d'autres sur lesquelles travailler. Bien sûr, ça serait mieux de les avoir mais on peut faire sans. Les historiens qui travaillent admettons sur Mitterrand ne décrètent pas leurs travaux irrévocables. En histoire militaire, si l'on doit attendre que toutes les archives soient ouvertes, cela veut dire qu'on ne peut toujours pas travailler sur la Guerre d'Algérie (délai ramené à 60ans). Les travaux de Stora sont-ils à jeter à la poubelle?
Vos collègues m'ont simplement appris quand j'étais leur élève que ce n'était pas de l'histoire. C'est tout.

_________________
Zu End' ewiges Wissen !
Der Welt melden
Weise nichts mehr !

En cas de ban, ne pas utiliser les MP ! Passer par l'icône du mail  Razz

User5899
Dieu de l'Olympe


Revenir en haut Aller en bas

Re: L'enseignement de l'histoire

Message par *Fifi* le Lun 27 Aoû 2012 - 11:23

Cripure a écrit:
@kiwi a écrit:
Cripure a écrit:
Je trouve que la question est tout de même légitime. Les chercheurs ont-ils accès à tous les documents d'archives concernant les deux septennats de Mitterrand ? Le dodéconnat euh, non, le dodéca, euh, les douze années de Chirac ?

En quoi ne pas avoir accès à toutes les archives est un problème? Les archives sont une source parmi d'autres sur lesquelles travailler. Bien sûr, ça serait mieux de les avoir mais on peut faire sans. Les historiens qui travaillent admettons sur Mitterrand ne décrètent pas leurs travaux irrévocables. En histoire militaire, si l'on doit attendre que toutes les archives soient ouvertes, cela veut dire qu'on ne peut toujours pas travailler sur la Guerre d'Algérie (délai ramené à 60ans). Les travaux de Stora sont-ils à jeter à la poubelle?
Vos collègues m'ont simplement appris quand j'étais leur élève que ce n'était pas de l'histoire. C'est tout.
Même Thucydide dit écrire sur une période qu'il a lui même connu et pense qu'on peut faire de l'histoire en confrontant les témoignages... Sinon, l'institut d'histoire du temps présent date tout de même de 78... Ce n'est pas d'aujourd'hui. Alors si ca fait encore débat pour ce qui est des événements "très" récents, sous-entendre qu'on ne peut pas étudier la Guerre d'Algérie comme un historien ...
Et puis, je me répète, mais être historien c'est avoir une méthode d'historien, et non de journaliste.

*Fifi*
Modérateur


Revenir en haut Aller en bas

Re: L'enseignement de l'histoire

Message par philann le Lun 27 Aoû 2012 - 11:40

@*Fifi* a écrit:
Cripure a écrit:
@kiwi a écrit:
Cripure a écrit:
Je trouve que la question est tout de même légitime. Les chercheurs ont-ils accès à tous les documents d'archives concernant les deux septennats de Mitterrand ? Le dodéconnat euh, non, le dodéca, euh, les douze années de Chirac ?

En quoi ne pas avoir accès à toutes les archives est un problème? Les archives sont une source parmi d'autres sur lesquelles travailler. Bien sûr, ça serait mieux de les avoir mais on peut faire sans. Les historiens qui travaillent admettons sur Mitterrand ne décrètent pas leurs travaux irrévocables. En histoire militaire, si l'on doit attendre que toutes les archives soient ouvertes, cela veut dire qu'on ne peut toujours pas travailler sur la Guerre d'Algérie (délai ramené à 60ans). Les travaux de Stora sont-ils à jeter à la poubelle?
Vos collègues m'ont simplement appris quand j'étais leur élève que ce n'était pas de l'histoire. C'est tout.
Même Thucydide dit écrire sur une période qu'il a lui même connu et pense qu'on peut faire de l'histoire en confrontant les témoignages... Sinon, l'institut d'histoire du temps présent date tout de même de 78... Ce n'est pas d'aujourd'hui. Alors si ca fait encore débat pour ce qui est des événements "très" récents, sous-entendre qu'on ne peut pas étudier la Guerre d'Algérie comme un historien ...
Et puis, je me répète, mais être historien c'est avoir une méthode d'historien, et non de journaliste.

C'est pas un peu baroque de se référer à Thucydides pour justifier de la pratique actuelle des historiens?

2ème question: Est ce qu'on peut vraiment mettre sur le même plan ce qui fait objet de recherches historiques et ce qui fait suffisamment accord entre historiens pour être enseigné, transmis aux élèves ???

On peut imaginer qu'un thème récent genre le 11 septembre soit étudié actuellement par des historiens mais que pour autant il ne fasse pas encore suffisamment l'objet d'un accord ou d'un concensus pour être enseigné aux élèves.

philann
Doyen


Revenir en haut Aller en bas

Re: L'enseignement de l'histoire

Message par *Fifi* le Lun 27 Aoû 2012 - 11:44

@philann a écrit:
@*Fifi* a écrit:
Cripure a écrit:
@kiwi a écrit:
Cripure a écrit:
Je trouve que la question est tout de même légitime. Les chercheurs ont-ils accès à tous les documents d'archives concernant les deux septennats de Mitterrand ? Le dodéconnat euh, non, le dodéca, euh, les douze années de Chirac ?

En quoi ne pas avoir accès à toutes les archives est un problème? Les archives sont une source parmi d'autres sur lesquelles travailler. Bien sûr, ça serait mieux de les avoir mais on peut faire sans. Les historiens qui travaillent admettons sur Mitterrand ne décrètent pas leurs travaux irrévocables. En histoire militaire, si l'on doit attendre que toutes les archives soient ouvertes, cela veut dire qu'on ne peut toujours pas travailler sur la Guerre d'Algérie (délai ramené à 60ans). Les travaux de Stora sont-ils à jeter à la poubelle?
Vos collègues m'ont simplement appris quand j'étais leur élève que ce n'était pas de l'histoire. C'est tout.
Même Thucydide dit écrire sur une période qu'il a lui même connu et pense qu'on peut faire de l'histoire en confrontant les témoignages... Sinon, l'institut d'histoire du temps présent date tout de même de 78... Ce n'est pas d'aujourd'hui. Alors si ca fait encore débat pour ce qui est des événements "très" récents, sous-entendre qu'on ne peut pas étudier la Guerre d'Algérie comme un historien ...
Et puis, je me répète, mais être historien c'est avoir une méthode d'historien, et non de journaliste.

C'est pas un peu baroque de se référer à Thucydide pour justifier de la pratique actuelle des historiens?

2ème question: Est ce qu'on peut vraiment mettre sur le même plan ce qui fait objet de recherches historiques et ce qui fait suffisamment accord entre historiens pour être enseigné, transmis aux élèves ???

On peut imaginer qu'un thème récent genre le 11 septembre soit étudié actuellement par des historiens mais que pour autant il ne fasse pas encore suffisamment l'objet d'un accord ou d'un concensus pour être enseigné aux élèves.
Oui, bien sûr, mais je répondais à Cripure qui disait que ce n'était même pas de l'histoire. Je n'ai pas parlé là de l'enseignement !
La référence à Thucydide voulait juste montrer que l'intérêt pour le temps proche de l'historien n'était pas un fait récent.

*Fifi*
Modérateur


Revenir en haut Aller en bas

Re: L'enseignement de l'histoire

Message par kiwi le Lun 27 Aoû 2012 - 11:51

@philann a écrit:

C'est pas un peu baroque de se référer à Thucydides pour justifier de la pratique actuelle des historiens?

2ème question: Est ce qu'on peut vraiment mettre sur le même plan ce qui fait objet de recherches historiques et ce qui fait suffisamment accord entre historiens pour être enseigné, transmis aux élèves ???

On peut imaginer qu'un thème récent genre le 11 septembre soit étudié actuellement par des historiens mais que pour autant il ne fasse pas encore suffisamment l'objet d'un accord ou d'un concensus pour être enseigné aux élèves.

Le discours portait ici sur la légitimité ou non de travailler sur le temps présent ou les évènements assez récents, pas sur leur enseignement dans le secondaire. De ce fait : on peut faire travailler des historiens sur des choses très récentes, archives ouvertes ou pas ; on se doit d'attendre que les travaux soient tout de même un peu approfondis et sérieux pour en enseigner les contenus à l'école. C'est mon avis.

kiwi
Grand sage


Revenir en haut Aller en bas

Re: L'enseignement de l'histoire

Message par philann le Lun 27 Aoû 2012 - 11:53

@kiwi a écrit:
@philann a écrit:

C'est pas un peu baroque de se référer à Thucydides pour justifier de la pratique actuelle des historiens?

2ème question: Est ce qu'on peut vraiment mettre sur le même plan ce qui fait objet de recherches historiques et ce qui fait suffisamment accord entre historiens pour être enseigné, transmis aux élèves ???

On peut imaginer qu'un thème récent genre le 11 septembre soit étudié actuellement par des historiens mais que pour autant il ne fasse pas encore suffisamment l'objet d'un accord ou d'un concensus pour être enseigné aux élèves.

Le discours portait ici sur la légitimité ou non de travailler sur le temps présent ou les évènements assez récents, pas sur leur enseignement dans le secondaire. De ce fait : on peut faire travailler des historiens sur des choses très récentes, archives ouvertes ou pas ; on se doit d'attendre que les travaux soient tout de même un peu approfondis et sérieux pour en enseigner les contenus à l'école. C'est mon avis.

et je le partage! Merci pour ta réponse

philann
Doyen


Revenir en haut Aller en bas

Re: L'enseignement de l'histoire

Message par User5899 le Lun 27 Aoû 2012 - 11:58

@*Fifi* a écrit:
@philann a écrit:
@*Fifi* a écrit:
Cripure a écrit:
@kiwi a écrit:

En quoi ne pas avoir accès à toutes les archives est un problème? Les archives sont une source parmi d'autres sur lesquelles travailler. Bien sûr, ça serait mieux de les avoir mais on peut faire sans. Les historiens qui travaillent admettons sur Mitterrand ne décrètent pas leurs travaux irrévocables. En histoire militaire, si l'on doit attendre que toutes les archives soient ouvertes, cela veut dire qu'on ne peut toujours pas travailler sur la Guerre d'Algérie (délai ramené à 60ans). Les travaux de Stora sont-ils à jeter à la poubelle?
Vos collègues m'ont simplement appris quand j'étais leur élève que ce n'était pas de l'histoire. C'est tout.
Même Thucydide dit écrire sur une période qu'il a lui même connu et pense qu'on peut faire de l'histoire en confrontant les témoignages... Sinon, l'institut d'histoire du temps présent date tout de même de 78... Ce n'est pas d'aujourd'hui. Alors si ca fait encore débat pour ce qui est des événements "très" récents, sous-entendre qu'on ne peut pas étudier la Guerre d'Algérie comme un historien ...
Et puis, je me répète, mais être historien c'est avoir une méthode d'historien, et non de journaliste.

C'est pas un peu baroque de se référer à Thucydide pour justifier de la pratique actuelle des historiens?

2ème question: Est ce qu'on peut vraiment mettre sur le même plan ce qui fait objet de recherches historiques et ce qui fait suffisamment accord entre historiens pour être enseigné, transmis aux élèves ???

On peut imaginer qu'un thème récent genre le 11 septembre soit étudié actuellement par des historiens mais que pour autant il ne fasse pas encore suffisamment l'objet d'un accord ou d'un concensus pour être enseigné aux élèves.
Oui, bien sûr, mais je répondais à Cripure qui disait que ce n'était même pas de l'histoire. Je n'ai pas parlé là de l'enseignement !
La référence à Thucydide voulait juste montrer que l'intérêt pour le temps proche de l'historien n'était pas un fait récent.
Hé, ho ! Cripure n'a aucune position sur cette question. Il a écouté ses profs d'histoire ! Je retiens de vos propos qu'il ne faut donc pas écouter ses enseignants, puisque l'enseignant suivant va dire le contraire...
Excusez-moi, mais la documentation accessible à l'historien à l'époque de Thucydide ne me semble pas avoir la complexité ni l'ampleur de celle d'aujourd'hui. Je ne parlais que de l'histoire vue que comme une discipline fondée sur les documents, je n'assénais pas un dogme idéologique. Merci donc de ne pas me prêter des propos qui ne sont pas les miens Wink

_________________
Zu End' ewiges Wissen !
Der Welt melden
Weise nichts mehr !

En cas de ban, ne pas utiliser les MP ! Passer par l'icône du mail  Razz

User5899
Dieu de l'Olympe


Revenir en haut Aller en bas

Re: L'enseignement de l'histoire

Message par *Fifi* le Lun 27 Aoû 2012 - 12:04

Cripure a écrit:
@*Fifi* a écrit:
@philann a écrit:
@*Fifi* a écrit:
Cripure a écrit:Vos collègues m'ont simplement appris quand j'étais leur élève que ce n'était pas de l'histoire. C'est tout.
Même Thucydide dit écrire sur une période qu'il a lui même connu et pense qu'on peut faire de l'histoire en confrontant les témoignages... Sinon, l'institut d'histoire du temps présent date tout de même de 78... Ce n'est pas d'aujourd'hui. Alors si ca fait encore débat pour ce qui est des événements "très" récents, sous-entendre qu'on ne peut pas étudier la Guerre d'Algérie comme un historien ...
Et puis, je me répète, mais être historien c'est avoir une méthode d'historien, et non de journaliste.

C'est pas un peu baroque de se référer à Thucydide pour justifier de la pratique actuelle des historiens?

2ème question: Est ce qu'on peut vraiment mettre sur le même plan ce qui fait objet de recherches historiques et ce qui fait suffisamment accord entre historiens pour être enseigné, transmis aux élèves ???

On peut imaginer qu'un thème récent genre le 11 septembre soit étudié actuellement par des historiens mais que pour autant il ne fasse pas encore suffisamment l'objet d'un accord ou d'un concensus pour être enseigné aux élèves.
Oui, bien sûr, mais je répondais à Cripure qui disait que ce n'était même pas de l'histoire. Je n'ai pas parlé là de l'enseignement !
La référence à Thucydide voulait juste montrer que l'intérêt pour le temps proche de l'historien n'était pas un fait récent.
Hé, ho ! Cripure n'a aucune position sur cette question. Il a écouté ses profs d'histoire ! Je retiens de vos propos qu'il ne faut donc pas écouter ses enseignants, puisque l'enseignant suivant va dire le contraire...
Excusez-moi, mais la documentation accessible à l'historien à l'époque de Thucydide ne me semble pas avoir la complexité ni l'ampleur de celle d'aujourd'hui. Je ne parlais que de l'histoire vue que comme une discipline fondée sur les documents, je n'assénais pas un dogme idéologique. Merci donc de ne pas me prêter des propos qui ne sont pas les miens Wink
Pff, franchement, on ne peut pas discuter !
Vous avez répondu au post de Kiwi sur la question de l'histoire des périodes récentes en disant que vous aviez appris que ce n'était pas de l'histoire. Ok, ce n'est pas votre "dogme", mais j'ai quand même le droit de vous répondre non ? Je ne connais pas votre âge, mais si l'IHTP a été ouvert en 1978, peut-être que vos enseignants auraient pu ou en ont entendu parler ? Et que lorsqu'ils vous disaient que ce n'était pas de l'histoire, c'était leur opinion et non celle de l'ensemble du corps professoral...
L'histoire est forcément fondée sur des documents. Mais ceci ne sont pas forcément des documents écrits, sur papier. Il y a d'autres sources.

*Fifi*
Modérateur


Revenir en haut Aller en bas

Re: L'enseignement de l'histoire

Message par kiwi le Lun 27 Aoû 2012 - 12:06

Cripure a écrit:
Hé, ho ! Cripure n'a aucune position sur cette question. Il a écouté ses profs d'histoire ! Je retiens de vos propos qu'il ne faut donc pas écouter ses enseignants, puisque l'enseignant suivant va dire le contraire...
Excusez-moi, mais la documentation accessible à l'historien à l'époque de Thucydide ne me semble pas avoir la complexité ni l'ampleur de celle d'aujourd'hui. Je ne parlais que de l'histoire vue que comme une discipline fondée sur les documents, je n'assénais pas un dogme idéologique. Merci donc de ne pas me prêter des propos qui ne sont pas les miens Wink

Oui et non. Cela dépend sur quoi. En l’occurrence, l'histoire du temps présent ou récent fait l'objet d'importants débats épistémologiques depuis la création de l'IHTP. Tout le monde n'est pas d'accord, c'est pourquoi certains professeurs ont pu vous dire que c'était du journalisme et d'autres, vous auraient dit que c'était de l'histoire à travailler avec précaution.


kiwi
Grand sage


Revenir en haut Aller en bas

Page 14 sur 15 Précédent  1 ... 8 ... 13, 14, 15  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum