Partagez
Voir le sujet précédentAller en basVoir le sujet suivant
Robin
Robin
Neoprof expérimenté

Gilles Lipovetsky, L'ère du vide, Essais sur l'individualisme contemporain Empty Gilles Lipovetsky, L'ère du vide, Essais sur l'individualisme contemporain

par Robin le Ven 24 Aoû 2012 - 21:56
Gilles Lipovetsky, L'Ere du vide, essais sur l'individualisme contemporain, Les essais CCCCV, Gallimard, 1983 et dans la collection FOLIO Essais

Gilles Lipovetsky (né en 1944) est un essayiste et professeur de français. Il est professeur agrégé de philosophie, membre du Conseil d'analyse de la société et consultant de l'association Progrès du Management.

Dans sa jeunesse, il suit des études de philosophie à l'université de la Sorbonne à Paris. Son nom reste associé à la pensée postmoderniste, de même qu'aux notions d'hypermodernité et d'hyperindividualisme.

Plan de l'ouvrage :


Avant-propos

Chapitre Premier : Séduction non stop

Chapitre II : L'indifférence pure

Chapitre III : Narcisse ou la stratégie du vide

Chapitre IV : Modernisme et post-modernisme

Chapitre V : La société humoristique

Chapitre VI : Violence sauvages, violences modernes

"Ces six études s'efforcent chacune, à des niveaux différents, de saisir un des traits significatifs de l'air du temps, - le nouvel air du temps, bien loin de la révolte et de la remise en cause des années d'expansion.

Nouvelles attitudes : apathie, indifférence, désertion, substitution d'un principe de séduction au principe de conviction, généralisation de la manière humoristique. Nouvelle organisation de la personnalité : narcissisme, nouvelles modalités du rapport social, marquées en particulier par la réduction de la violence et la transformation intime de ses manifestations. Nouvel état de la culture, caractérisé par l'affaiblissement et l'épuisement de ce qui fait depuis un siècle figure d'avant-garde.

Gilles Lipovetsky croit pouvoir rapporter l'ensemble de ces phénomènes à un même facteur : l'individualisme entrant dans un nouveau stade historique propre aux sociétés démocratiques avancées, et qui définirait proprement l'âge "post-moderne".

" les articles et études que voici, explique Gilles Lipovetsky dans l'avant-propos, n'ont quelque titre à être réunis que dans la mesure où tous, à des niveaux différents, posent le même problème général : l'ébranlement de la société, des mœurs, de l'individu contemporain de l'âge de la consommation de masse, l'émergence d'un mode de socialisation et d'individualisation inédit, en rupture avec celui institué depuis les XVIIème et XVIIIème siècles.

C'est à dévoiler cette mutation historique toujours en œuvre que s'emploient ces textes, considérant en effet que l'univers des objets, des images, de l'information et les valeurs hédonistes, permissives et psychologistes qui lui sont liées ont généré, en même temps qu'une nouvelle forme de contrôle des comportements, une diversification incomparable des modes de vie, un flottement systématique de la sphère privée, des croyances et des rôles, autrement dit, une nouvelle phase dans l'histoire de l'individualisme occidental.

Notre temps n'a réussi à évacuer l'eschatologie révolutionnaire qu'en accomplissant une révolution permanente du quotidien et de l'individu lui-même : privatisation élargie, érosion des identités sociales, désaffection idéologique et politique, déstabilisation accélérée des personnalités, nous vivons une deuxième révolution individualiste.

Une idée centrale ordonne les analyses qui suivent : à mesure que se développent les sociétés démocratiques avancées, celles-ci trouvent leur intelligibilité à la lumière d'une logique nouvelle que nous nommons ici le procès de personnalisation, lequel ne cesse de remodeler en profondeur l'ensemble des secteurs de la vie sociale. Sans doute toutes les sphères ne sont-elles pas restructurées au même degré ni de la même manière par le procès en cours et nous n'ignorons pas les limites des théories s'efforçant d'unifier le tout social sous un principe simple quand il est manifeste que nos sociétés mettent en œuvre une pluralité de critères spécifiques.

Si toutefois nous avons maintenu l'idée d'un schéma homogène, cela tient au fait qu'il s'est agi avant tout de dresser moins un relevé instantané du moment actuel que les lignes de transformation, la tendance forte qui agence à l'échelle de l'Histoire les institutions, les modes de vie, les aspirations et finalement les personnalités. Le procès de personnalisation procède d'une perspective comparative et historique, il désigne la ligne directrice, le sens nouveau, le type d'organisation et de contrôle social qui nous arrache à l'ordre disciplinaire-révolutionnaire-conventionnel ayant prévalu jusque dans les années cinquante.

Rupture avec la phase augurale des sociétés modernes, démocratiques-disciplinaires, universalistes-rigoristes, idéologiques-coercitives, tel est le sens du procès de personnalisation dont on voit combien il est réducteur de l'assimiler à une stratégie de rechange du capital, fût-elle à visage humain.

Quand un même procès annexe en mouvement synchrone l'ensemble d'un système, il est illusoire de vouloir le rabattre sur une fonction locale instrumentale, même s'il est vrai qu'il peut contribuer efficacement à la reproduction ou à l'augmentation de la plus-value.

L'hypothèse avancée est autre : c'est une mutation sociologique globale qui est en cours, une création historique proche de ce que Castoriadis appelle une "signification imaginaire centrale", combinaison synergique d'organisations et de significations, d'actions et de valeurs, amorcée à partir des années vingt - seules les sphères artistiques et psychanalytiques l'ont anticipée de quelques décennies - et ne cessant d'amplifier ses effets depuis la Seconde Guerre Mondiale (...)"

Hannibal
Hannibal
Habitué du forum

Gilles Lipovetsky, L'ère du vide, Essais sur l'individualisme contemporain Empty Re: Gilles Lipovetsky, L'ère du vide, Essais sur l'individualisme contemporain

par Hannibal le Ven 24 Aoû 2012 - 22:46
Ce bouquin-là m'a pas mal marqué, je le trouve fort juste, bien écrit et finalement assez nuancé, dans la mesure où les cadres autoritaires dont il décrit l'effondrement avaient, autant que le vide plus anarchique qu'a créé l'individualisme, leurs avantages et leurs inconvénients propres.



_________________
"Quand la pierre tombe sur l'oeuf, malheur à l'oeuf.
Quand l'oeuf tombe sur la pierre, malheur à l'oeuf." (proverbe)
Voir le sujet précédentRevenir en hautVoir le sujet suivant
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum