Collège : gestion de classes difficiles

Page 3 sur 7 Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Re: Collège : gestion de classes difficiles

Message par lapetitemu le Mar 25 Sep 2012 - 18:43

Alors, pourquoi ? Quelle est la recette ? ^^

Sinon, une question : est-ce que vous aussi, vous rencontrez le problème des remarques à voix haute des élèves, et est-ce que vous aussi, vous trouvez que c'est LA plaie des classes difficiles ? (et même de classes pas trop difficiles)
J'arrive à régler à peu près tous les autres problèmes, mais ça, j'ai l'impression que je ne parviendrai jamais à l'éradiquer. Certains élèves (pas tous, mais beaucoup trop, en fait ça devrait même n'être aucun) ne peuvent s'empêcher de tout commenter à voix haute, ou de dire à voix haute ce qui leur passe par la tête. On peut sévir mais on a l'impression que c'est plus fort qu'eux. En fait, ils ont l'air de ne pas considérer ça comme un problème. Et c'est vraiment LE truc qui m'a beaucoup surprise quand j'ai débuté la carrière. Le bavardage, l'insolence, l'absence de travail, je m'y attendais, mais cette manie de parler à voix haute en classe, je ne pensais pas que c'était possible, et je ne m'y fais toujours pas.

lapetitemu
Expert


Revenir en haut Aller en bas

Re: Collège : gestion de classes difficiles

Message par Derborence le Mar 25 Sep 2012 - 18:46

@lapetitemu a écrit:Alors, pourquoi ? Quelle est la recette ? ^^

Sinon, une question : est-ce que vous aussi, vous rencontrez le problème des remarques à voix haute des élèves, et est-ce que vous aussi, vous trouvez que c'est LA plaie des classes difficiles ? (et même de classes pas trop difficiles)
J'arrive à régler à peu près tous les autres problèmes, mais ça, j'ai l'impression que je ne parviendrai jamais à l'éradiquer. Certains élèves (pas tous, mais beaucoup trop, en fait ça devrait même n'être aucun) ne peuvent s'empêcher de tout commenter à voix haute, ou de dire à voix haute ce qui leur passe par la tête. On peut sévir mais on a l'impression que c'est plus fort qu'eux. En fait, ils ont l'air de ne pas considérer ça comme un problème. Et c'est vraiment LE truc qui m'a beaucoup surprise quand j'ai débuté la carrière. Le bavardage, l'insolence, l'absence de travail, je m'y attendais, mais cette manie de parler à voix haute en classe, je ne pensais pas que c'était possible, et je ne m'y fais toujours pas.
Oui, cela arrive dans certaines classes.
Pas de solution miracle : punitions, punitions et punitions (je donne des conjugaisons). Cela dissuade très vite les élèves d'intervenir à voix haute pendant le cours.

_________________
"La volonté permet de grimper sur les cimes ; sans volonté on reste au pied de la montagne."
Proverbe chinois

"Derborence, le mot chante triste et doux dans la tête pendant qu’on se penche sur le vide, où il n’y a plus rien, et on voit qu’il n’y a plus rien."
Charles-Ferdinand Ramuz, Derborence

Derborence
Modérateur


Revenir en haut Aller en bas

Re: Collège : gestion de classes difficiles

Message par Marie Laetitia le Mar 25 Sep 2012 - 18:53

Pour la classe de 4e, disons qu'il y a eu un incident avec un de leurs camarades, viré de cours, et même envoyé sous d'autres cieux au moins le temps du trimestre. Avec insulte à mon intention par l'élève et dépôt de plainte de ma part. Depuis, le calme même chez les deux agités qui ont un plus mauvais fond que le 3e qui s'est fait pincer (mais je touche du bois).

_________________
 
Si tu crois encore qu'il nous faut descendre dans le creux des rues pour monter au pouvoir, si tu crois encore au rêve du grand soir, et que nos ennemis, il faut aller les pendre... Aucun rêve, jamais, ne mérite une guerre. L'avenir dépend des révolutionnaires, mais se moque bien des petits révoltés. L'avenir ne veut ni feu ni sang ni guerre. Ne sois pas de ceux-là qui vont nous les donner (J. Brel, La Bastille)

________________________________________________

Antigone, c'est la petite maigre qui est assise là-bas, et qui ne dit rien. Elle regarde droit devant elle. Elle pense. (...) Elle pense qu'elle va mourir, qu'elle est jeune et qu'elle aussi, elle aurait bien aimé vivre. Mais il n'y a rien à faire. elle s'appelle Antigone et il va falloir qu'elle joue son rôle jusqu'au bout...

Marie Laetitia
Bon génie


Revenir en haut Aller en bas

Re: Collège : gestion de classes difficiles

Message par philann le Mar 25 Sep 2012 - 19:12

Derborescence: Ce n'est absolument pas ingérable c'est une question de sévérité et de politique d'établissement. Dans mon ancien collège, c'était toléré par plein de collègues, résultat en cours on se serait cru au café du commerce et quand je sévissais, limite ils ne comprenaient ce qui beuguait.
En revanche, cette année je suis dans un collège où les collègues alignent les élèves dès qu'ils mouftent. (genre le PP d'une de mes classes, qui ne les laisse pas rentrer en cours tant qu'ils n'ont pas dit bonjour, même si ça doit durer 20 min.) Du coup, il y a des bavardages, mais à part quelques exceptions, personne ne se permet de sortir à haute voix ce qui lui passe par la tête!!

Il y a beaucoup de problèmes qui se résolvent plus facilement quand on gère collectivement plutôt que chacun dans son coin.

_________________
2014-2015: poste fixe dans les Hauts de Seine Very Happy Very Happy Very Happy
2013-2014: certifiée stagiaire dans les Hauts de Seine cheers 
2011-2013: prof. contractuelle dans l'Essonne

philann
Doyen


Revenir en haut Aller en bas

Re: Collège : gestion de classes difficiles

Message par Ancalimë le Mar 25 Sep 2012 - 19:22

J'ai de nouveau des difficultés avec ma fameuse classe de 5eme et ça rejoint exactement ce que tu dis lapetitemu sur la prise de parole intempestive.

La classe est très bruyante, il y a en permanence un bruit de fond très désagréable : des élèves qui ricanent au fond, d'autres qui commentent le cours, encore d'autres qui bavardent d'autres choses. Et par dessus ce bruit de fond les remarques perpétuelles d'une dizaine d'élèves qui prennent sans cesse la parole sans lever la main : commentaires tout haut sur le cours, blagues ridicules, interpellations de leurs camarades, interpellation au prof (eh Madame, vous pouvez répéter, eh j'ai pas compris, ...). Et s'élève parfois un bruit de fond de masse, exemple, je me trompe en répondant à une surveillante qui me demande si tout le monde est là, je réponds oui, puis rectifie car un élève est absent. Toute la classe s'exclame : "Ouuuhh, vous vous êtes trompée Madame !" Autre problème ils n'ont aucune autonomie : ils lèvent sans cesse la main pour poser pleins de questions idiotes ou demander de répéter. Et même lorsque je leur dis que je n'accepte plus de questions, car il n'y a pas lieu de poser des questions, ils insistent et finissent par poser leurs questions à voix haute.

Je précise que je suis très stricte sur la prise de parole depuis le début de l'année : A chaque intervention déplacée leur nom est écrit au tableau, puis suivi d'une croix puis c'est le carnet. J'ai déjà pris les carnets de deux élèves. Tous les carnets sont sortis en début d'heure et sur la table. Mais lorsque c'est toute la classe c'est difficile à gérer, on ne peut pas être aussi réactif et on est très vite dépassé. Et pourtant je me bats sur cette prise de parole depuis le début d'année !

Voici ce que j'ai essayé et ce que ça a donné :
- Hier j'ai arrêté le cours, je me suis assisse et j'ai attendu que le calme revienne. Il est revenu après un moment, mais le bruit a repris dès que j'ai recommencé le cours. Ce n'est pas la bonne solution. D'ailleurs qu'est ce que je fais si le calme ne revient pas ?
- J'ai dicté le cours, ils n'aiment pas ça. Mais le problème c'est que même pour ça ils sont incapables de tenir leur langue : ils lèvent sans cesse la main pour faire répéter, ou le demande à voix haute, n'écrivent pas à la même vitesse, ne sont pas concentrés, etc... Donc c'est galère aussi.

Je pense leur faire un discours demain sur la prise de parole :
1/ La prise de parole est un droit que l'on obtient si on le mérite, c'est à dire s'il est exercé dans le respect des autres. Ils sont dans ma classe, et chez moi, et c'est moi qui décide si je donne la parole à telle ou telle personne. Si untel n'est pas interrogé c'est que Untel ne se montre pas respectueux des règles de vie de classe, ni de son prof ni de ses camarades. Il n'apporte rien au cours, il est donc mis à l'écart. S'il change de comportement il sera de nouveau interrogé. Le droit d'être interrogé se mérite, il n'est pas donné d'office.
2/ Il y a un temps pour poser des questions et un temps pour travailler en autonomie. S'ils n'ont pas compris un exercice ils essayent et on verra ensuite. Il faut aussi se heurter aux difficultés et ne pas toujours être assisté. C'est aussi les aider de ne pas répondre à leurs questions.
3/ Je ne suis là ni pour les aimer, ni pour me faire aimer mais pour les faire travailler et pour que tous les élèves progressent. C'est ça le but. Mais il est hors de question de travailler dans le bruit. Donc lorsqu'il y aura du bruit, le cours sera affiché au tableau, à eux de noter, puis évaluation.

Lorsqu'il y aura du bruit je compte projeter sur le vidéoprojecteur le cours à copier (cela évite les questions pendant la dictée) chacun va à son rythme, puis propositions d'exercices pour ceux qui ont terminés, toujours en autonomie. Ainsi, ceux qui savent travailler en autonomie (les bons) progressent et les autres (les perturbateurs) s'aperçoivent qu'ils ont besoin du prof pour les aider. Si le calme ne se rétablit toujours pas, je leur donne cinq minutes pour apprendre ce qui est affiché au tableau, puis évaluation, et ainsi de suite jusqu'à ce qu'ils en aient marre de se faire évaluer. De plus, je n'adapte pas les évaluations en fonction de ce que l'on a pu faire en cours ou non, ils ont les évaluations prévues, avec indication des références du cours dans le manuel pour que les bons, qui iront consulter le manuel, ne soient pas pénalisés.

Je vais aussi ultra sévir sur les sanctions : attendre le calme complet en début d'heure et à partir de là tomber sur le premier qui parle jusqu'à tous les pourrir un par un.

D'autres pistes ? Je suis preneuse de tous vos conseils et expériences ! Very Happy

Autre problème, j'ai un élève très dyslexique dans la classe, dyslexie non prise en charge par la famille, donc aucun dispositif mis en place. Il est incapable de se concentrer plus de 5min, ne note rien du cours ou a 2 à l'heure lorsqu'on est près de lui, ne comprend pas grand chose, est hyperactif et conteste systématiquement tout ce qui lui est reproché. En accord avec le PAI, je vais lui fournir une partie du cours photocopié, mais j'ai signé avec lui un contrat pour que cela ne le dispense pas de rattraper les cours, de noter les corrections et d'être attentif en classe. Je vais aussi l'isoler au premier rang, tout seul, et lui donner un élève "tuteur", une très bonne élève, qui pourra lui montrer son classeur s'il a des cours à rattraper. Le prof principal va faire une demande d'AVS, mais ça a très peu de chances d'aboutir.

D'autres idées pour cet élève ? C'est un des cas du collège, tout le monde se sent complètement démuni, et surtout horripilé par ce gamin, qui n'est pas vraiment méchant, mais proprement INGERABLE.

Hum... J'ai été longue...

Dernière question : Comment ça se passe dans vos classes à présent ? Des progrès ?


Ancalimë
Niveau 5


Revenir en haut Aller en bas

Re: Collège : gestion de classes difficiles

Message par User5899 le Mar 25 Sep 2012 - 19:29

@Kosakuyosida a écrit:
Cripure a écrit:
@marie91270 a écrit:
@Lapluspire a écrit:Ah oui ! J'ai une collègue qui envoie un texto aux parents pendant le cours !!! furieux Je n'oserais pas, mais d'après elle, c'est très efficace !

L'an dernier dans une classe d'affreux je l'ai fait. Une fois. J'ai carrément appelé un parent!
Oui, moi aussi, une fois l'an dernier.
Le coup de l'appel en "direct live", j'y ai pensé une fois... mais c'est risqué. Si le parents ne décroche pas, ça perd de son effet.
C'est vrai. Une chance sur deux Razz

_________________
Zu End' ewiges Wissen !
Der Welt melden
Weise nichts mehr !

En cas de ban, ne pas utiliser les MP ! Passer par l'icône du mail  Razz

User5899
Dieu de l'Olympe


Revenir en haut Aller en bas

Re: Collège : gestion de classes difficiles

Message par BritLéty le Mar 25 Sep 2012 - 19:40

@Ancalimë a écrit:J'ai de nouveau des difficultés avec ma fameuse classe de 5eme et ça rejoint exactement ce que tu dis lapetitemu sur la prise de parole intempestive.

La classe est très bruyante, il y a en permanence un bruit de fond très désagréable : des élèves qui ricanent au fond, d'autres qui commentent le cours, encore d'autres qui bavardent d'autres choses. Et par dessus ce bruit de fond les remarques perpétuelles d'une dizaine d'élèves qui prennent sans cesse la parole sans lever la main : commentaires tout haut sur le cours, blagues ridicules, interpellations de leurs camarades, interpellation au prof (eh Madame, vous pouvez répéter, eh j'ai pas compris, ...). Et s'élève parfois un bruit de fond de masse, exemple, je me trompe en répondant à une surveillante qui me demande si tout le monde est là, je réponds oui, puis rectifie car un élève est absent. Toute la classe s'exclame : "Ouuuhh, vous vous êtes trompée Madame !" Autre problème ils n'ont aucune autonomie : ils lèvent sans cesse la main pour poser pleins de questions idiotes ou demander de répéter. Et même lorsque je leur dis que je n'accepte plus de questions, car il n'y a pas lieu de poser des questions, ils insistent et finissent par poser leurs questions à voix haute.

Tu ne réponds pas. Tu ne réponds qu'aux questions des personnes autorisées à parler.

Je précise que je suis très stricte sur la prise de parole depuis le début de l'année : A chaque intervention déplacée leur nom est écrit au tableau, puis suivi d'une croix puis c'est le carnet. J'ai déjà pris les carnets de deux élèves.

Au vu de ce que tu racontes, je trouve ça très peu, moi j'en ai déjà ramassé 4 sans avoir les problèmes que tu as.

Tous les carnets sont sortis en début d'heure et sur la table. Mais lorsque c'est toute la classe c'est difficile à gérer, on ne peut pas être aussi réactif et on est très vite dépassé. Et pourtant je me bats sur cette prise de parole depuis le début d'année !

C'est vrai, mais c'est à ce moment là qu'il faut au contraire serrer les boulons. Si tu le fais pour 1, tu le fais pour 10. Si le carnet ne suffit pas, monte d'un cran dans l'échelle des sanctions.

Voici ce que j'ai essayé et ce que ça a donné :
- Hier j'ai arrêté le cours, je me suis assisse et j'ai attendu que le calme revienne. Il est revenu après un moment, mais le bruit a repris dès que j'ai recommencé le cours. Ce n'est pas la bonne solution. D'ailleurs qu'est ce que je fais si le calme ne revient pas ?

Ils profitent que tu parles pour parler à leur tour? Ne parle plus, tous à l'écrit!


- J'ai dicté le cours, ils n'aiment pas ça. Mais le problème c'est que même pour ça ils sont incapables de tenir leur langue : ils lèvent sans cesse la main pour faire répéter, ou le demande à voix haute, n'écrivent pas à la même vitesse, ne sont pas concentrés, etc... Donc c'est galère aussi.

Je pense leur faire un discours demain sur la prise de parole :
1/ La prise de parole est un droit que l'on obtient si on le mérite, c'est à dire s'il est exercé dans le respect des autres. Ils sont dans ma classe, et chez moi, et c'est moi qui décide si je donne la parole à telle ou telle personne. Si untel n'est pas interrogé c'est que Untel ne se montre pas respectueux des règles de vie de classe, ni de son prof ni de ses camarades. Il n'apporte rien au cours, il est donc mis à l'écart. S'il change de comportement il sera de nouveau interrogé. Le droit d'être interrogé se mérite, il n'est pas donné d'office.
2/ Il y a un temps pour poser des questions et un temps pour travailler en autonomie. S'ils n'ont pas compris un exercice ils essayent et on verra ensuite. Il faut aussi se heurter aux difficultés et ne pas toujours être assisté. C'est aussi les aider de ne pas répondre à leurs questions.
3/ Je ne suis là ni pour les aimer, ni pour me faire aimer mais pour les faire travailler et pour que tous les élèves progressent. C'est ça le but. Mais il est hors de question de travailler dans le bruit. Donc lorsqu'il y aura du bruit, le cours sera affiché au tableau, à eux de noter, puis évaluation.

Moui, m'enfin le sermon c'est bien pour la forme, mais on sait bien que si prise de conscience il doit y avoir, elle durera une semaine avec les classes sympas, et largement moins avec les autres...
Quand à l'évaluation automatique, tu te punis toi même, et quid des élèves gentils mais en difficulté? Cela ne me semble pas très juste pour eux.


Lorsqu'il y aura du bruit je compte projeter sur le vidéoprojecteur le cours à copier (cela évite les questions pendant la dictée) chacun va à son rythme, puis propositions d'exercices pour ceux qui ont terminés, toujours en autonomie. Ainsi, ceux qui savent travailler en autonomie (les bons) progressent et les autres (les perturbateurs) s'aperçoivent qu'ils ont besoin du prof pour les aider. Si le calme ne se rétablit toujours pas, je leur donne cinq minutes pour apprendre ce qui est affiché au tableau, puis évaluation, et ainsi de suite jusqu'à ce qu'ils en aient marre de se faire évaluer. De plus, je n'adapte pas les évaluations en fonction de ce que l'on a pu faire en cours ou non, ils ont les évaluations prévues, avec indication des références du cours dans le manuel pour que les bons, qui iront consulter le manuel, ne soient pas pénalisés.

Le travail écrit en silence, il y a que ça de vrai... Par contre pas de "proposition d'exercices". On les fait, point barre, et ceux qui sont plus lents auront du travail en plus à la maison, c'est tout.

Je vais aussi ultra sévir sur les sanctions : attendre le calme complet en début d'heure et à partir de là tomber sur le premier qui parle jusqu'à tous les pourrir un par un.

D'autres pistes ? Je suis preneuse de tous vos conseils et expériences ! Very Happy

Autre problème, j'ai un élève très dyslexique dans la classe, dyslexie non prise en charge par la famille, donc aucun dispositif mis en place. Il est incapable de se concentrer plus de 5min, ne note rien du cours ou a 2 à l'heure lorsqu'on est près de lui, ne comprend pas grand chose, est hyperactif et conteste systématiquement tout ce qui lui est reproché. En accord avec le PAI, je vais lui fournir une partie du cours photocopié, mais j'ai signé avec lui un contrat pour que cela ne le dispense pas de rattraper les cours, de noter les corrections et d'être attentif en classe. Je vais aussi l'isoler au premier rang, tout seul, et lui donner un élève "tuteur", une très bonne élève, qui pourra lui montrer son classeur s'il a des cours à rattraper. Le prof principal va faire une demande d'AVS, mais ça a très peu de chances d'aboutir.

D'autres idées pour cet élève ? C'est un des cas du collège, tout le monde se sent complètement démuni, et surtout horripilé par ce gamin, qui n'est pas vraiment méchant, mais proprement INGERABLE.

Hum... J'ai été longue...

Dernière question : Comment ça se passe dans vos classes à présent ? Des progrès ?



Dernière édition par BritLéty le Mar 25 Sep 2012 - 19:42, édité 1 fois

BritLéty
Habitué du forum


Revenir en haut Aller en bas

Re: Collège : gestion de classes difficiles

Message par Al-qalam le Mar 25 Sep 2012 - 19:41

L'an dernier, un élève a affirmé à sa PP pour justifier un mot nion signé que sa mère était en Chine. L'appel en direct live à la maman a fait le tour du lycée. Twisted Evil Une arme qui n'est pas négligeable !

Al-qalam
Grand sage


Revenir en haut Aller en bas

Re: Collège : gestion de classes difficiles

Message par Marie Laetitia le Mar 25 Sep 2012 - 20:03

Autre problème, j'ai un élève très dyslexique dans la classe, dyslexie non prise en charge par la famille, donc aucun dispositif mis en place. Il est incapable de se concentrer plus de 5min, ne note rien du cours ou a 2 à l'heure lorsqu'on est près de lui, ne comprend pas grand chose, est hyperactif et conteste systématiquement tout ce qui lui est reproché.

ton élève il cumule bien des probls au delà de la dyslexie. J'ai trois dys dans une classe, ce sont des élèves très corrects qui ne me posent pas le quart des probls du tiens...
Donc, son probl majeur c'est qu'il profite de la situation pour en faire le moins possible et ça ne mérite aucun aménagement. Il a très clairement un gros problème d'éducation.
Pour mes dys, je tire des exemplaires des textes à coller dans le cahier en plus gros et pour le reste, rien de spécifique. Ils ne sont pas vraiment plus lents que les autres.


- Hier j'ai arrêté le cours, je me suis assisse et j'ai attendu que le calme revienne. Il est revenu après un moment, mais le bruit a repris dès que j'ai recommencé le cours. Ce n'est pas la bonne solution. D'ailleurs qu'est ce que je fais si le calme ne revient pas ?

Tu peux essayer le chrono. Tu les préviens que désormais tu ne réclames plus le silence, tu vas t'asseoir et tu vas attendre le silence en comptant les minutes le temps que le silence revienne seul. Au bout de 50 min. de cours ainsi perdu (cumul), tu fais une heure de cours en plus (mon principal m'a annoncé que nous aurions au besoin 1 HSE pour en finir avec les bavardages intempestifs dans une des classes de 6e)

Pour le reste, ton plan d'action me semble bon.

_________________
 
Si tu crois encore qu'il nous faut descendre dans le creux des rues pour monter au pouvoir, si tu crois encore au rêve du grand soir, et que nos ennemis, il faut aller les pendre... Aucun rêve, jamais, ne mérite une guerre. L'avenir dépend des révolutionnaires, mais se moque bien des petits révoltés. L'avenir ne veut ni feu ni sang ni guerre. Ne sois pas de ceux-là qui vont nous les donner (J. Brel, La Bastille)

________________________________________________

Antigone, c'est la petite maigre qui est assise là-bas, et qui ne dit rien. Elle regarde droit devant elle. Elle pense. (...) Elle pense qu'elle va mourir, qu'elle est jeune et qu'elle aussi, elle aurait bien aimé vivre. Mais il n'y a rien à faire. elle s'appelle Antigone et il va falloir qu'elle joue son rôle jusqu'au bout...

Marie Laetitia
Bon génie


Revenir en haut Aller en bas

Re: Collège : gestion de classes difficiles

Message par Ancalimë le Mar 25 Sep 2012 - 20:10

Oui, c'est un élève ingérable et qui profite clairement de la situation. Mais le problème vient avant tout du fait que ses parents ont abandonné ne serait ce que l'idée de lui offrir une éducation correcte. Alors comment le professeur gère t-il l'élève que les parents ont abandonné ?

En lisant vos posts et ceux d'autres fils je retiens deux idées :
- Les faire travailler par écrit et dans le silence : projection d'un cours de grammaire + exos.
- Utiliser le chrono : mettre une colle collective lorsque l'on arrive à 50 min. Comme je n'ai jamais cours avant une récré, ou en fin de journée, je ne peux pas prendre sur ces temps là, j'empiète toujours sur le cours d'un collègue et ce n'est pas très sympa pour lui.
- Se montrer plus sévère dans les sanctions : carnets + appel aux parents et rapports rapidement.

Ancalimë
Niveau 5


Revenir en haut Aller en bas

Re: Collège : gestion de classes difficiles

Message par Derborence le Mar 25 Sep 2012 - 20:13

@Al-qalam a écrit:L'an dernier, un élève a affirmé à sa PP pour justifier un mot nion signé que sa mère était en Chine. L'appel en direct live à la maman a fait le tour du lycée. Twisted Evil Une arme qui n'est pas négligeable !
J'en ai eu un il y a deux ans qui avait dit à un collègue que sa mère était décédée. affraid affraid affraid
Quelques jours plus tard, mot de la mère dans la carnet pour excuser un travail non fait par le charmant gamin.
Réponse du collègue sur le carnet :
"Madame, je suis ravi d'apprendre que vous allez bien, A. disant que vous êtes décédée quand je mets un mot dans son carnet..."

_________________
"La volonté permet de grimper sur les cimes ; sans volonté on reste au pied de la montagne."
Proverbe chinois

"Derborence, le mot chante triste et doux dans la tête pendant qu’on se penche sur le vide, où il n’y a plus rien, et on voit qu’il n’y a plus rien."
Charles-Ferdinand Ramuz, Derborence

Derborence
Modérateur


Revenir en haut Aller en bas

Re: Collège : gestion de classes difficiles

Message par Marie Laetitia le Mar 25 Sep 2012 - 20:15

@Ancalimë a écrit:Oui, c'est un élève ingérable et qui profite clairement de la situation. Mais le problème vient avant tout du fait que ses parents ont abandonné ne serait ce que l'idée de lui offrir une éducation correcte. Alors comment le professeur gère t-il l'élève que les parents ont abandonné ?

euh... Jocker... Non, bon disons que tu n'es pas la seule à devoir le gérer. Qu'en disent tes collègues? Le PP? Si personne ne lâche l'affaire, vous pouvez ensemble insister pour qu'il tienne correctement son cahier, ou rattrape le retard par rapport à ce qui est fait en cours, quitte à le coller un certain nb de fois pour cela. Convoquer les parents pour un rappel de leurs responsabilités ( Rolling Eyes ) ?

Enfin, à ce stade, il faut voir pour éventuellement lui trouver une place ailleurs parce que s'il ne comprend rien à rien...

_________________
 
Si tu crois encore qu'il nous faut descendre dans le creux des rues pour monter au pouvoir, si tu crois encore au rêve du grand soir, et que nos ennemis, il faut aller les pendre... Aucun rêve, jamais, ne mérite une guerre. L'avenir dépend des révolutionnaires, mais se moque bien des petits révoltés. L'avenir ne veut ni feu ni sang ni guerre. Ne sois pas de ceux-là qui vont nous les donner (J. Brel, La Bastille)

________________________________________________

Antigone, c'est la petite maigre qui est assise là-bas, et qui ne dit rien. Elle regarde droit devant elle. Elle pense. (...) Elle pense qu'elle va mourir, qu'elle est jeune et qu'elle aussi, elle aurait bien aimé vivre. Mais il n'y a rien à faire. elle s'appelle Antigone et il va falloir qu'elle joue son rôle jusqu'au bout...

Marie Laetitia
Bon génie


Revenir en haut Aller en bas

Re: Collège : gestion de classes difficiles

Message par Ancalimë le Mar 25 Sep 2012 - 20:24

Le PP va voir le Principal pour une AVS. Nous constatons tous les mêmes difficultés avec ce gamin, qui d'ailleurs pourrit la classe (comment avoir une classe calme avec un surexcité de ce genre, sans compter que derrière lui il y a quatre autres perturbateurs ?). Je pense que la réponse est en effet en équipe, mais pour le moment, tout le monde le découvre et personne n'a de solutions. Il est déjà passé en commission éducative l'année dernière. Si les parents ne sont pas convoqués par le PP rapidement, moi je les convoquerai.

Ancalimë
Niveau 5


Revenir en haut Aller en bas

Re: Collège : gestion de classes difficiles

Message par Ancalimë le Mer 26 Sep 2012 - 12:46

J'ai appliqué ce matin ce que j'ai dit plus haut :
- Discours calme et froid sur les règles de prise parole.
- Projection du cours au tableau et copie.
- 6 exercices à faire pendant l'heure, à terminer pour le lendemain si ce n'est pas terminé. + projection de la correction des exos à faire pour aujourd'hui au tableau.

J'ai eu le calme. J'ai refusé de répondre aux questions pendant les 10 premières minutes des exercices, puis je suis allée voir directement les élèves qui levaient la main, pour les aider dans la réalisation des exercices. Ils se sont aperçus qu'ils avaient besoin de l'aide de leur professeur pour réussir.

Chaque élève parlant sans lever la main a eu son nom inscrit au tableau. Il y en a eu trois.

L'élève qui pose problème je l'ai placé devant le tableau, tout seul, au premier rang. Il a bien bossé, hormis le fait qu'il demande sans cesse de l'aide et qu'il faudrait que je passe l'heure avec lui pour que ce soit réellement efficace.

Je leur ai dit que le cours de demain (qui comprend une évaluation) fonctionnerait sur le même principe, ainsi que celui de lundi. Lundi je pense faire un bilan avec eux : "Prêts à recommencer un cours normal ou encore quelques exercices ?". Mais c'est peut-être trop tôt.

J'ai un peu peur de la contestation générale et bruyante face à ces méthodes un peu tyranniques de contrôle de la parole, mais pour l'instant ça semble aller. Par contre, rien d'intéressant à faire un cours comme ça, hormis pour avoir le calme...

D'autres idées sur la façon de gérer cette classe et la prise de parole intempestive ?

Ancalimë
Niveau 5


Revenir en haut Aller en bas

Re: Collège : gestion de classes difficiles

Message par BritLéty le Mer 26 Sep 2012 - 14:34

J'ai un peu peur de la contestation générale et bruyante face à ces méthodes un peu tyranniques de contrôle de la parole, mais pour l'instant ça semble aller. Par contre, rien d'intéressant à faire un cours comme ça, hormis pour avoir le calme...

Whaou!

Alors moi j'assume: je suis un tyran et si vous êtes pas contents c'est pareil.

Je ne vois pas pourquoi imposer à ses élèves d'attendre d'avoir la parole avant de parler est de la tyrannie... je trouve même que c'est le cours normal des choses...

J'ai l'impression que tu culpabilises d'imposer le silence à tes élèves, non?

BritLéty
Habitué du forum


Revenir en haut Aller en bas

Re: Collège : gestion de classes difficiles

Message par Marie Laetitia le Mer 26 Sep 2012 - 14:56

pour la prise de parole intempestive, je n'écoute pas les réponses (et en général ils n'aiment pas).

Sinon chez moi, le chrono continue à faire des miracles... Shocked

_________________
 
Si tu crois encore qu'il nous faut descendre dans le creux des rues pour monter au pouvoir, si tu crois encore au rêve du grand soir, et que nos ennemis, il faut aller les pendre... Aucun rêve, jamais, ne mérite une guerre. L'avenir dépend des révolutionnaires, mais se moque bien des petits révoltés. L'avenir ne veut ni feu ni sang ni guerre. Ne sois pas de ceux-là qui vont nous les donner (J. Brel, La Bastille)

________________________________________________

Antigone, c'est la petite maigre qui est assise là-bas, et qui ne dit rien. Elle regarde droit devant elle. Elle pense. (...) Elle pense qu'elle va mourir, qu'elle est jeune et qu'elle aussi, elle aurait bien aimé vivre. Mais il n'y a rien à faire. elle s'appelle Antigone et il va falloir qu'elle joue son rôle jusqu'au bout...

Marie Laetitia
Bon génie


Revenir en haut Aller en bas

Re: Collège : gestion de classes difficiles

Message par User5899 le Mer 26 Sep 2012 - 15:08

@Ancalimë a écrit:J'ai appliqué ce matin ce que j'ai dit plus haut :
- Discours calme et froid sur les règles de prise parole.
- Projection du cours au tableau et copie.
- 6 exercices à faire pendant l'heure, à terminer pour le lendemain si ce n'est pas terminé. + projection de la correction des exos à faire pour aujourd'hui au tableau.

J'ai eu le calme. J'ai refusé de répondre aux questions pendant les 10 premières minutes des exercices, puis je suis allée voir directement les élèves qui levaient la main, pour les aider dans la réalisation des exercices. Ils se sont aperçus qu'ils avaient besoin de l'aide de leur professeur pour réussir.

Chaque élève parlant sans lever la main a eu son nom inscrit au tableau. Il y en a eu trois.

L'élève qui pose problème je l'ai placé devant le tableau, tout seul, au premier rang. Il a bien bossé, hormis le fait qu'il demande sans cesse de l'aide et qu'il faudrait que je passe l'heure avec lui pour que ce soit réellement efficace.

Je leur ai dit que le cours de demain (qui comprend une évaluation) fonctionnerait sur le même principe, ainsi que celui de lundi. Lundi je pense faire un bilan avec eux : "Prêts à recommencer un cours normal ou encore quelques exercices ?". Mais c'est peut-être trop tôt.

J'ai un peu peur de la contestation générale et bruyante face à ces méthodes un peu tyranniques de contrôle de la parole, mais pour l'instant ça semble aller. Par contre, rien d'intéressant à faire un cours comme ça, hormis pour avoir le calme...

D'autres idées sur la façon de gérer cette classe et la prise de parole intempestive ?
Mais ça me paraît très bien, ça Very Happy

_________________
Zu End' ewiges Wissen !
Der Welt melden
Weise nichts mehr !

En cas de ban, ne pas utiliser les MP ! Passer par l'icône du mail  Razz

User5899
Dieu de l'Olympe


Revenir en haut Aller en bas

Re: Collège : gestion de classes difficiles

Message par Ancalimë le Mer 26 Sep 2012 - 17:02

BritLéty, non je ne culpabilise pas, mais j'ai toujours en tête ce que m'a dit ma tutrice, qui tenait admirablement ses classes, sur le fait qu'il fallait toujours laisser une porte de sortie à l'élève pour ne pas qu'il explose.

Je me demande souvent si je n'impose pas trop fort sans laisser de porte de sortie. Mais si vous me dites que tout ça n'a rien de tyrannique, c'est parfait, je suis contente. Very Happy

Ancalimë
Niveau 5


Revenir en haut Aller en bas

Re: Collège : gestion de classes difficiles

Message par MelanieSLB le Mer 26 Sep 2012 - 17:12

@Ancalimë a écrit:BritLéty, non je ne culpabilise pas, mais j'ai toujours en tête ce que m'a dit ma tutrice, qui tenait admirablement ses classes, sur le fait qu'il fallait toujours laisser une porte de sortie à l'élève pour ne pas qu'il explose.

Je me demande souvent si je n'impose pas trop fort sans laisser de porte de sortie. Mais si vous me dites que tout ça n'a rien de tyrannique, c'est parfait, je suis contente. Very Happy

Je pense qu'elle te disait ça par rapport à un élève, surtout pénible.
Exemple avec L. en début de semaine:
"L., tu as été pénible ce cours-ci, tu as une croix à côté de ton nom, tu sais ce que ça veut dire."
"Madame, s'il vous plaît, me mettez pas de mot. Non, s'il vous plaît, Madame. Et je donnerai pas mon carnet, de toute façon."
Et là, au lieu de m'énerver et de lui réclamer à grands cris son carnet, je lui ai laissé une porte de sortie:
"L., je te donne le choix. Soit tu me donnes ton carnet maintenant et tu as une remarque dedans, soit tu ne me le donnes pas, et si tu te fais remarquer ne serait-ce qu'une fois au prochain cours, ça sera directement une heure de retenue. Qu'est-ce que tu préfères?"
J'ai redonné les termes de l'accord 2 fois avant qu'il ne me donne son carnet, mais j'ai eu ce que je voulais et sans aucun drame.

Quand c'est la classe complète, tu ne peux pas laisser de porte de sortie, parce que dans ce cas, c'est toi ou eux.

_________________
La réforme du collège en clair : www.reformeducollege.fr .
La Réforme du Collège en Clair a aussi sa page Facebook !

Et pour ceux qui voudraient en comprendre quelques fondements idéologiques:
De l’école, Jean-Claude Milner, visionnaire en 1984 (ça ne s'invente pas!) de ce qui nous arrive: "On ne dira pas que les enseignants sont l'appendice inutile d'une institution dangereuse et presque criminelle; on dira seulement qu'ils doivent devenir Autres: animateurs, éducateurs, grands frères, nourrices, etc. La liste est variable. Que, par là, les enseignants cessent d’être ce qu'ils doivent être, c'est encore une fois sortir de la question. On ne dira pas que les enseignants n'ont pas à exister, mais qu'ils ont à exister Autrement. Que cette Autre existence consiste à renoncer à soi-même pour disparaître dans la nuit éducative et s'y frotter, tous corps et tous esprits confondus, avec les partenaires de l'acte éducatif - manutentionnaires, parents, élèves, etc. -, seul un méchant pourrait en prendre ombrage." (page 24)

MelanieSLB
Grand sage


Revenir en haut Aller en bas

Re: Collège : gestion de classes difficiles

Message par Ancalimë le Mer 26 Sep 2012 - 21:21

Je pense qu'en effet tu as raison. Very Happy

Ancalimë
Niveau 5


Revenir en haut Aller en bas

Re: Collège : gestion de classes difficiles

Message par paul31 le Mer 26 Sep 2012 - 21:22

@Derborence a écrit:
@Al-qalam a écrit:L'an dernier, un élève a affirmé à sa PP pour justifier un mot nion signé que sa mère était en Chine. L'appel en direct live à la maman a fait le tour du lycée. Twisted Evil Une arme qui n'est pas négligeable !
J'en ai eu un il y a deux ans qui avait dit à un collègue que sa mère était décédée. affraid affraid affraid
Quelques jours plus tard, mot de la mère dans la carnet pour excuser un travail non fait par le charmant gamin.
Réponse du collègue sur le carnet :
"Madame, je suis ravi d'apprendre que vous allez bien, A. disant que vous êtes décédée quand je mets un mot dans son carnet..."


Comment peut-on dire que sa mère est décédée ???


_________________
2012-2013 : deux sixièmes, 1 quatrième,1 troisième en français et une cinquième en latin. cafe
2011-2012 deux quatrièmes , une troisième DP6H et une cinquième
2010-2011 : une cinquième et deux sixièmes
2009-2010 : deux sixièmes et une quatrième.

petitdrapeau
chat chat chat chat chat

paul31
Expert


Revenir en haut Aller en bas

Re: Collège : gestion de classes difficiles

Message par Ancalimë le Jeu 27 Sep 2012 - 18:59

Eh bien le cours d'aujourd'hui a de nouveau été folklorique :
Je les range dans le couloir en silence. Ils entrent en classe agités. Je dois attendre le silence pendant 10 min, le temps que certains se retournent, gagnent leurs places et que tous cessent de bavarder. Ils s'assoient. J'annonce la couleur, une évaluation, comme il était prévu. Deux trois interventions déplacées, je marque les noms au tableau. Mais surtout il sont tous énervés, ricanent, etc... Le cours n'a pas commencé et déjà des noms sont au tableau et déjà j'ai du hausser la voix.

L'évaluation commence, comme d'habitude des tonnes de questions, auxquelles je ne réponds pas répétant qu'ils doivent d'abord travailler en autonomie, et une agitation qui continue, alors qu'ils sont en devoir. Ils se calment peu à peu malgré quelques gloussements et toujours des noms au tableau. Je passe dans les rangs mais lorsque je me déplace les bruits se font plus importants que lorsque je suis face à eux à les regarder.

Lorsque l'évaluation est finie je passe dans les rangs pour ramasser les copies. Pendant ce temps ceux qui ont terminé reprennent les exercices de la dernière fois. Je leur ai indiqué jusqu'où il fallait aller pour lundi. Je vérifie les exercices qui devaient être faits pour aujourd'hui (tous faits) mais le brouhaha monte, ils ne sont plus sous pression, et n'ont aucune envie de faire les exercices (d'ailleurs certains ne comprennent pas ce qu'il faut faire, et n'ont d'ailleurs pas du tout réussi l'évaluation, normal ils n'écoutent rien et ne lisent pas le cours). Je prends quatre carnets car je suis venue à bout du système des croix pour quatre élèves. Je remplis sous leurs yeux un carnet. Le bruit continue. Je me fâche, en leur disant qu'ils ont le comportement de gamins de primaire. Ils me répondent par "Ouh là là, c'est méchant ça Madame". De même lorsque je reprends un élève en lui disant qu'après le carnet c'est la colle ils me disent "Ouh là là, on a peur Madame".

A la fin du cours, je prends les quatre élèves à qui j'ai pris le carnet et explique ce qui ne va pas dans leur attitude. Je donne en plus du mot, une punition au plus pénible. Pour deux d'entre eux la prochaine fois c'est colle + appel aux parents.

mais ma question face à tant d'hostilité de la part de gamins que je ne connais absolument pas et ce depuis la toute première minute du premier cours est : Quel est leur but ?

J'avoue que je ne comprends pas ce qu'ils cherchent et sans comprendre, dur de trouver des solutions.

Ensuite je ne vois pas ce qui ne va pas dans mon attitude pour qu'un tel bazar puisse s'installer. Les élèves sont difficiles pour certains dans cette classe, mais l'établissement, milieu rural, n'est pas ZEP bien que pas particulièrement facile.

Si vous pouviez m'éclairer, je suis preneuse.

Ah sinon, le seul point positif, le gamin dys +++ est complètement à mes ordres pour le moment parce que je m'occupe de lui.

Ancalimë
Niveau 5


Revenir en haut Aller en bas

Re: Collège : gestion de classes difficiles

Message par Marie Laetitia le Jeu 27 Sep 2012 - 19:05

Leur but, à mon avis c'est de chercher tes limites... il faut une réponse plus rapide, du coup. Les noms au tableau ne suffisent plus. Avec ceux-là il faut prendre les carnets au 2e rappel à l'ordre, mettre un mot pour qu'il y ait une trace et donner tout de suite une punition bien pénible.

Pour ça
Ils me répondent par "Ouh là là, c'est méchant ça Madame". De même lorsque je reprends un élève en lui disant qu'après le carnet c'est la colle ils me disent "Ouh là là, on a peur Madame".
Moi je fais un rapport d'incident pour insolence avec demande d'heure de colle (prévoir un devoir bien ch***t sur le respect envers les adultes) + appel immédiat (enfin dès fin de cours ou début de soirée aux parents)


_________________
 
Si tu crois encore qu'il nous faut descendre dans le creux des rues pour monter au pouvoir, si tu crois encore au rêve du grand soir, et que nos ennemis, il faut aller les pendre... Aucun rêve, jamais, ne mérite une guerre. L'avenir dépend des révolutionnaires, mais se moque bien des petits révoltés. L'avenir ne veut ni feu ni sang ni guerre. Ne sois pas de ceux-là qui vont nous les donner (J. Brel, La Bastille)

________________________________________________

Antigone, c'est la petite maigre qui est assise là-bas, et qui ne dit rien. Elle regarde droit devant elle. Elle pense. (...) Elle pense qu'elle va mourir, qu'elle est jeune et qu'elle aussi, elle aurait bien aimé vivre. Mais il n'y a rien à faire. elle s'appelle Antigone et il va falloir qu'elle joue son rôle jusqu'au bout...

Marie Laetitia
Bon génie


Revenir en haut Aller en bas

Re: Collège : gestion de classes difficiles

Message par Ancalimë le Jeu 27 Sep 2012 - 19:15

Merci pour ta réponse Marie Laetitia.

Pour l'insolence, le problème, et c'est bien plus dérangeant, c'est que c'est venu de toute la classe, en un brouhaha commun, donc sanctionner individuellement c'est quasiment impossible.

Je pense bien en effet que leur but est de chercher les limites, de tester à fond. Je ne vais rien lâcher mais je trouve ça bien cruel et bien injuste. La solution serait donc de sanctionner encore plus fort et plus rapidement ? C'est ce que je pense aussi. Mais pour le moment ce que je constate c'est que plus je me montre sévère plus ils se montrent insolents. On entre en conflit frontal et pour avoir déjà vécu ça l'année dernière, je sais que c'est une situation très délicate et dangereuse.

Autre chose qui m'inquiète : en collège les situations évoluent toujours, et souvent pas en bien. Donc si en septembre on est à ce niveau là, qu'en sera t-il en mai et juin ? C'est pour cela qu'il faut impérativement s'imposer maintenant. Mais comment ? J'ai l'impression d'avoir déjà déployé un sacré arsenal !

Ancalimë
Niveau 5


Revenir en haut Aller en bas

Re: Collège : gestion de classes difficiles

Message par Marie Laetitia le Jeu 27 Sep 2012 - 19:57

comment réagit la hiérarchie? CPE, principal et adjoint?

_________________
 
Si tu crois encore qu'il nous faut descendre dans le creux des rues pour monter au pouvoir, si tu crois encore au rêve du grand soir, et que nos ennemis, il faut aller les pendre... Aucun rêve, jamais, ne mérite une guerre. L'avenir dépend des révolutionnaires, mais se moque bien des petits révoltés. L'avenir ne veut ni feu ni sang ni guerre. Ne sois pas de ceux-là qui vont nous les donner (J. Brel, La Bastille)

________________________________________________

Antigone, c'est la petite maigre qui est assise là-bas, et qui ne dit rien. Elle regarde droit devant elle. Elle pense. (...) Elle pense qu'elle va mourir, qu'elle est jeune et qu'elle aussi, elle aurait bien aimé vivre. Mais il n'y a rien à faire. elle s'appelle Antigone et il va falloir qu'elle joue son rôle jusqu'au bout...

Marie Laetitia
Bon génie


Revenir en haut Aller en bas

Re: Collège : gestion de classes difficiles

Message par Ancalimë le Jeu 27 Sep 2012 - 20:58

Pour l'instant rien de particulier. Ni du côté du PP. Il y a d'autres classes à gérer, peut-être plus problématiques. Et on est toujours en phase de "découverte".

Ancalimë
Niveau 5


Revenir en haut Aller en bas

Page 3 sur 7 Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum