SOS Education : un remède pire que le mal ?

Page 1 sur 2 1, 2  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

SOS Education : un remède pire que le mal ?

Message par Robin le Sam 8 Sep 2012 - 11:16

Le "libéralisme" à la portée de M. et Mme. tout le monde :

Prenez une école raélienne où l'on enseigne que les terriens ont été crées par une race supérieure d'extra-terrestres...

... une madrassa où l'on enseigne que l'ange Gabriel a dicté la vérité définitive au prophète Mohammed dans une grotte, y compris la "guerre sainte"...

... une école où l'on préconise la fonétizaçion de l'ortografe du françé...

... une autre où l'on enseigne que le monde a été crée en 6 jours comme nous le connaissons maintenant et que nos lointains ancêtres coexistaient avec les dinosaures...

... une autre encore que la Terre est plate comme une crêpe et que le Soleil tourne autour (ce qui est "l'évidence" même)...

... une autre où l'on a rétabli les châtiments corporels...

... une autre où les enfants s'amusent toute la journée à "construire leurs propres savoirs"...

... une autre où on "laisse émerger" les dits savoirs...

... une autre où on leur fait apprendre par cœur les manuels antérieurs à 1960...

... et une autre enfin où une poignée d'attardés s'évertue à leur apprendre à lire, à écrire, à compter et à réfléchir...

Vous instaurez la "pluralité des offres éducatives", le "libre choix de l'école" le "chèque éducation", vous mettez tout ça dans un sac, vous secouez, et vous obtenez le meilleur système éducatif possible dans le meilleur des mondes possibles.

Il faut avoir le courage de regarder la vérité en face : Voilà où peut conduire l'idéologie libérale, le communautarisme, le désastre du collège unique et la faillite d'une école primaire qui ne joue plus son rôle.

Qu'il y ait des gens pour s'en réjouir, et même des intellectuels comme Philippe Némo ou un philosophe comme Jean-Noël Dumont et les membres de SOS Éducation pour ne pas voir que l'instauration du "chèque éducation", "d'écoles à la carte", la suppression des programmes nationaux et l'assimilation de l'éducation à une "marchandise" comme une autre, mène à l'éclatement de la communauté nationale et du pacte républicain me sidère.

La lutte contre le pédagogisme et pour l'instauration de programmes dignes de ce nom et de méthodes explicites ne passe pas par la "politique du pire".

Si je partage en partie les diagnostics, je ne suis pas d'accord avec les "remèdes".

L'un des plus grands dangers qui nous guettent actuellement, et qui guette au premier titre l'école parce que l'école est le lieu privilégié, avec la famille, de la formation de l'identité personnelle, est ce repli sur soi communautaire qui est à l'opposé de l'esprit des Lumières.

Le petit d'homme n'est rien par lui-même, c'est une chose entendue, il faut qu'il transite provisoirement par une phase identitaire (la famille, le village, la tradition, la communauté élargie), mais sa vocation la plus haute est de devenir une personne tendue vers l'universel.

C'est la grandeur de Kant et de l'héritage des Lumières que d'exiger de nous ce dépassement de l'appartenance à une communauté : je suis ceci ou cela (juif, musulman chrétien, français de souche ou d'adoption...), mais, au-delà de ma contingence en tant qu'être fini, je dois chercher à approfondir mon "essence" en répondant à l'appel de l'esprit universel et chercher, comme le disait Érasme citant Térence, un membre de l'humanité à qui "rien de ce qui est humain ne doit demeurer étranger."

C'est le rôle de l’École, tout en respectant l'identité culturelle, religieuse, etc. de chaque enfant, de l'amener à dépasser l'étroitesse de son horizon personnel à travers la confrontation à une culture commune.

Faire des "écoles à la carte" qui au nom de la "liberté éducative" ne seraient qu'un prolongement de la famille est absolument contraire à l'idéal républicain et à la tradition culturelle de la France.

L’État n'a pas non plus vocation à se substituer à la famille, ni à dire à l'enfant "ce qu'il doit penser", mais l’École doit être le lieu où, au-delà de sa communauté d'origine à laquelle il conserve un attachement légitime, il accède à la citoyenneté, à la Raison et à la dimension de l'universalité.




Robin
Neoprof expérimenté


Revenir en haut Aller en bas

Re: SOS Education : un remède pire que le mal ?

Message par labaroline le Sam 8 Sep 2012 - 13:23

+1000 !

labaroline
Habitué du forum


Revenir en haut Aller en bas

Re: SOS Education : un remède pire que le mal ?

Message par egomet le Sam 8 Sep 2012 - 14:07

@Robin a écrit:

Si je partage en partie les diagnostics, je ne suis pas d'accord avec les "remèdes".

L'un des plus grands dangers qui nous guettent actuellement, et qui guette au premier titre l'école parce que l'école est le lieu privilégié, avec la famille, de la formation de l'identité personnelle, est ce repli sur soi communautaire qui est à l'opposé de l'esprit des Lumières.


Je ne sais pas si repli communautaire est très adapté pour parler des propositions de Jean-Noël Dumont. Elle sont à l'opposé du jacobinisme, c'est sûr, mais pas forcément de l'idéal de liberté des Lumières. Il n'y a pas que l’État centralisé à la française qui puisse se dire l'héritier des Lumières. D'ailleurs le suffrage universel ne suffit pas à éviter l'oppression, sans un minimum de respect du principe de subsidiarité.

La culture commune peut très bien être garantie par les examens. Et pour éviter les dérives communautaires, rien n'empêche de mettre un cahier des charges. Le libéralisme, ce n'est pas la jungle. Les fraudeurs vont en prison, c'est la condition même des marchés.

Quant à la question du chèque éducation et de la suppression de la carte scolaire, ça ne relève pas d'une politique du pire, mais d'un calcul d'opportunité politique. Il n'est pas question de bien en soi, mais de décisions à prendre concrètement, en examinant ce qui est possible aujourd'hui. Le système éducatif français a eu ses heures de gloire, mais il est sclérosé. Il ne tient plus que par des tas de petites tricheries à tous les niveaux: professeurs qui mentent à leur IPR, parents qui se domicilient ailleurs pour éviter des établissements poubelles etc. Après 30 ans de réformes, nous avons une machine administrative monstrueusement lourde et aveugle, qu'on ne pourra pas corriger. Mais vous avez peut-être un espoir dans la concertation en cours?
Si vous voulez faire le tri dans les méthodes pédagogiques, vous n'avez pas d'autre solution accessible que d'autoriser une certaine concurrence et de permettre aux familles de voter avec leurs pieds. En centralisant, vous écrasez inévitablement certaines méthodes et vous vous empêchez de vérifier l'efficacité de celles qui sont retenues, ne serait-ce qu'à cause de l'obéissance du fonctionnaire éthique et responsable. D'ailleurs, il est tout à fait permis de penser que des méthodes différentes puissent servir des objectifs similaires.

Supprimer la carte scolaire, c'est supprimer l'enfermement obligatoire dans le ghetto. Le chèque éducation, c'est la possibilité de préserver un minimum de solidarité nationale et permettre aux pauvres d'accéder aux mêmes écoles que les riches. Soit dit en passant, avec la carte scolaire, ce n'est pas le cas du tout puisque la résidence impose l'école. Seuls ceux qui sont assez riches pour se payer un bon quartier ont une bonne école. La carte scolaire n'est pas du tout un outil de mixité sociale. Concrètement, elle a des effets exactement contraires à ceux qu'elle se propose. La grosse erreur de raisonnement est de ne pas tenir compte de la réaction des agents.


_________________
Primum non nocere.
Sapientia vero ubi invenitur et quis est locus intellegentiae? Non est in me, non est mecum.


Poésies, roman etc. http://egomet.sanqualis.com/

egomet
Esprit éclairé


Revenir en haut Aller en bas

Re: SOS Education : un remède pire que le mal ?

Message par User5899 le Sam 8 Sep 2012 - 16:53

Un bon beau plaidoyer, Robin, auquel je souscris pleinement, tout en ayant très peur que l'école ne pèse déjà plus très lourd face aux invitations communautaristes dont le net s'est fait le VRP privilégié, faute sans doute aux différents participants de savoir échanger autre chose que leurs ressemblances (je puis d'ailleurs m'inscrire parmi ces fauteurs de peu, parfois).

_________________
Zu End' ewiges Wissen !
Der Welt melden
Weise nichts mehr !

En cas de ban, ne pas utiliser les MP ! Passer par l'icône du mail  Razz

User5899
Dieu de l'Olympe


Revenir en haut Aller en bas

Re: SOS Education : un remède pire que le mal ?

Message par Ronin le Sam 8 Sep 2012 - 23:14

@egomet a écrit:
@Robin a écrit:

Si je partage en partie les diagnostics, je ne suis pas d'accord avec les "remèdes".

L'un des plus grands dangers qui nous guettent actuellement, et qui guette au premier titre l'école parce que l'école est le lieu privilégié, avec la famille, de la formation de l'identité personnelle, est ce repli sur soi communautaire qui est à l'opposé de l'esprit des Lumières.


Je ne sais pas si repli communautaire est très adapté pour parler des propositions de Jean-Noël Dumont. Elle sont à l'opposé du jacobinisme, c'est sûr, mais pas forcément de l'idéal de liberté des Lumières. Il n'y a pas que l’État centralisé à la française qui puisse se dire l'héritier des Lumières. D'ailleurs le suffrage universel ne suffit pas à éviter l'oppression, sans un minimum de respect du principe de subsidiarité.

La culture commune peut très bien être garantie par les examens. Et pour éviter les dérives communautaires, rien n'empêche de mettre un cahier des charges. Le libéralisme, ce n'est pas la jungle. Les fraudeurs vont en prison, c'est la condition même des marchés.

Quant à la question du chèque éducation et de la suppression de la carte scolaire, ça ne relève pas d'une politique du pire, mais d'un calcul d'opportunité politique. Il n'est pas question de bien en soi, mais de décisions à prendre concrètement, en examinant ce qui est possible aujourd'hui. Le système éducatif français a eu ses heures de gloire, mais il est sclérosé. Il ne tient plus que par des tas de petites tricheries à tous les niveaux: professeurs qui mentent à leur IPR, parents qui se domicilient ailleurs pour éviter des établissements poubelles etc. Après 30 ans de réformes, nous avons une machine administrative monstrueusement lourde et aveugle, qu'on ne pourra pas corriger. Mais vous avez peut-être un espoir dans la concertation en cours?
Si vous voulez faire le tri dans les méthodes pédagogiques, vous n'avez pas d'autre solution accessible que d'autoriser une certaine concurrence et de permettre aux familles de voter avec leurs pieds. En centralisant, vous écrasez inévitablement certaines méthodes et vous vous empêchez de vérifier l'efficacité de celles qui sont retenues, ne serait-ce qu'à cause de l'obéissance du fonctionnaire éthique et responsable. D'ailleurs, il est tout à fait permis de penser que des méthodes différentes puissent servir des objectifs similaires.

Supprimer la carte scolaire, c'est supprimer l'enfermement obligatoire dans le ghetto. Le chèque éducation, c'est la possibilité de préserver un minimum de solidarité nationale et permettre aux pauvres d'accéder aux mêmes écoles que les riches. Soit dit en passant, avec la carte scolaire, ce n'est pas le cas du tout puisque la résidence impose l'école. Seuls ceux qui sont assez riches pour se payer un bon quartier ont une bonne école. La carte scolaire n'est pas du tout un outil de mixité sociale. Concrètement, elle a des effets exactement contraires à ceux qu'elle se propose. La grosse erreur de raisonnement est de ne pas tenir compte de la réaction des agents.


Je me reconnais dans certaines de vos analyses.

Ronin
Guide spirituel


Revenir en haut Aller en bas

Re: SOS Education : un remède pire que le mal ?

Message par Robin le Lun 10 Sep 2012 - 0:55

@egomet a écrit:
@Robin a écrit:

Si je partage en partie les diagnostics, je ne suis pas d'accord avec les "remèdes".

L'un des plus grands dangers qui nous guettent actuellement, et qui guette au premier titre l'école parce que l'école est le lieu privilégié, avec la famille, de la formation de l'identité personnelle, est ce repli sur soi communautaire qui est à l'opposé de l'esprit des Lumières.


Je ne sais pas si repli communautaire est très adapté pour parler des propositions de Jean-Noël Dumont. Elle sont à l'opposé du jacobinisme, c'est sûr, mais pas forcément de l'idéal de liberté des Lumières. Il n'y a pas que l’État centralisé à la française qui puisse se dire l'héritier des Lumières. D'ailleurs le suffrage universel ne suffit pas à éviter l'oppression, sans un minimum de respect du principe de subsidiarité.

La culture commune peut très bien être garantie par les examens. Et pour éviter les dérives communautaires, rien n'empêche de mettre un cahier des charges. Le libéralisme, ce n'est pas la jungle. Les fraudeurs vont en prison, c'est la condition même des marchés.

Quant à la question du chèque éducation et de la suppression de la carte scolaire, ça ne relève pas d'une politique du pire, mais d'un calcul d'opportunité politique. Il n'est pas question de bien en soi, mais de décisions à prendre concrètement, en examinant ce qui est possible aujourd'hui. Le système éducatif français a eu ses heures de gloire, mais il est sclérosé. Il ne tient plus que par des tas de petites tricheries à tous les niveaux: professeurs qui mentent à leur IPR, parents qui se domicilient ailleurs pour éviter des établissements poubelles etc. Après 30 ans de réformes, nous avons une machine administrative monstrueusement lourde et aveugle, qu'on ne pourra pas corriger. Mais vous avez peut-être un espoir dans la concertation en cours?
Si vous voulez faire le tri dans les méthodes pédagogiques, vous n'avez pas d'autre solution accessible que d'autoriser une certaine concurrence et de permettre aux familles de voter avec leurs pieds. En centralisant, vous écrasez inévitablement certaines méthodes et vous vous empêchez de vérifier l'efficacité de celles qui sont retenues, ne serait-ce qu'à cause de l'obéissance du fonctionnaire éthique et responsable. D'ailleurs, il est tout à fait permis de penser que des méthodes différentes puissent servir des objectifs similaires.

Supprimer la carte scolaire, c'est supprimer l'enfermement obligatoire dans le ghetto. Le chèque éducation, c'est la possibilité de préserver un minimum de solidarité nationale et permettre aux pauvres d'accéder aux mêmes écoles que les riches. Soit dit en passant, avec la carte scolaire, ce n'est pas le cas du tout puisque la résidence impose l'école. Seuls ceux qui sont assez riches pour se payer un bon quartier ont une bonne école. La carte scolaire n'est pas du tout un outil de mixité sociale. Concrètement, elle a des effets exactement contraires à ceux qu'elle se propose. La grosse erreur de raisonnement est de ne pas tenir compte de la réaction des agents.


Je suis d'accord sur le fait que l’État centralisé à la française n'est pas le seul héritage des Lumières et je suis très sensible au fait que Condorcet lui-même refusait le monopole d’État pour l'éducation non pas que je cède à un argument d'autorité, mais parce que je comprends que derrière ce souci, il y a celui d'assurer la possibilité d'existence des libertés concrètes sans laquelle le mot "Liberté" n'a aucun sens.

C'est pour cette raison que je me suis battu en 1981 pour le maintien de l'enseignement privé sous contrat et contre le "grand service public laïc unifié d'éducation" et j'ai même un faible pour des Écoles qui se réclament de Maria Montessori ou de Rudolf Steiner qui cherchent à développer l'habileté manuel ou l'imagination créatrice et la sensibilité artistique.

Je suis absolument d'accord également sur la faillite du collège unique et tout ce que vous dites sur le contournement de la carte scolaire et les stratégies d'évitement des gens "bien renseignés".

Mon problème est celui du communautarisme et du contrôle des dérives.

En ce qui concerne J.N. Dumont, je suis tombé sur une vidéo où il explique que le "père de famille" est le seul juge de la destinée de ses enfants, ce qui me paraît éthiquement et spirituellement discutable (il y a un beau poème de K. Gibran à ce sujet).

Sa référence implicite à Louis de Bonald, logiquement liée à une vision "organiciste" de la société ne me paraît pas très compatible avec la philosophie des Lumières. J.N. Dumont a parfaitement le droit de se dire "réactionnaire" (bien qu'il le fasse, à l'instar de Philippe Némo avec une agressivité et un mépris pour les idées différentes des siennes parfaitement déplaisants) et de se référer à Louis de Bonnald ou à Joseph de Maistre, mais non à prétendre que ces philosophies véhiculent un "idéal de Liberté".

Ceci dit, je suis aussi critique que vous sur la pensée des Lumières et sur la Révolution française. J.P. Brighelli rappelait ici même, sur un autre fil, ce texte terrifiant de Saint-Just sur les têtes qui doivent tomber pour assurer le bonheur et la liberté futurs de l'Humanité.

Robin
Neoprof expérimenté


Revenir en haut Aller en bas

Re: SOS Education : un remède pire que le mal ?

Message par Robin le Lun 10 Sep 2012 - 0:55

Errata : l'habileté manuelle

Robin
Neoprof expérimenté


Revenir en haut Aller en bas

Re: SOS Education : un remède pire que le mal ?

Message par Robin le Lun 10 Sep 2012 - 0:57

Louis de Bonald avec un seul "n" !

Robin
Neoprof expérimenté


Revenir en haut Aller en bas

Re: SOS Education : un remède pire que le mal ?

Message par egomet le Mar 11 Sep 2012 - 11:30

Auriez-vous un lien vers la vidéo de J-N Dumont? J'aimerais voir l'ensemble de son intervention avant de répondre.

_________________
Primum non nocere.
Sapientia vero ubi invenitur et quis est locus intellegentiae? Non est in me, non est mecum.


Poésies, roman etc. http://egomet.sanqualis.com/

egomet
Esprit éclairé


Revenir en haut Aller en bas

Re: SOS Education : un remède pire que le mal ?

Message par egomet le Mar 11 Sep 2012 - 11:37

On a l'impression d'être devant un dilemme fâcheux:
- d'un côté ce sont nos libertés qui sont menacées
- de l'autre c'est le lien social et in fine la paix.

Je pose la question différemment. Aujourd'hui, l’immixtion systématique de l’État dans l'éducation et le fait de donner des missions politiques à l'école favorisent-ils la paix sociale ou au contraire créent-ils une tension insupportable? Le mot essentiel de ma question étant "aujourd'hui".

_________________
Primum non nocere.
Sapientia vero ubi invenitur et quis est locus intellegentiae? Non est in me, non est mecum.


Poésies, roman etc. http://egomet.sanqualis.com/

egomet
Esprit éclairé


Revenir en haut Aller en bas

Re: SOS Education : un remède pire que le mal ?

Message par Robin le Mar 11 Sep 2012 - 11:56

@egomet a écrit:On a l'impression d'être devant un dilemme fâcheux:
- d'un côté ce sont nos libertés qui sont menacées
- de l'autre c'est le lien social et in fine la paix.

Je pose la question différemment. Aujourd'hui, l’immixtion systématique de l’État dans l'éducation et le fait de donner des missions politiques à l'école favorisent-ils la paix sociale ou au contraire créent-ils une tension insupportable? Le mot essentiel de ma question étant "aujourd'hui".

Vous avez parfaitement posé le problème.

Je vais chercher la vidéo !

Robin
Neoprof expérimenté


Revenir en haut Aller en bas

Re: SOS Education : un remède pire que le mal ?

Message par Robin le Mar 11 Sep 2012 - 11:58


Robin
Neoprof expérimenté


Revenir en haut Aller en bas

Re: SOS Education : un remède pire que le mal ?

Message par Robin le Mar 11 Sep 2012 - 12:28

Surtout à partir de 2a/2 4'33

Robin
Neoprof expérimenté


Revenir en haut Aller en bas

Re: SOS Education : un remède pire que le mal ?

Message par Robin le Mar 11 Sep 2012 - 12:33

Sur la liberté l'enseignement de l'Histoire qui serait actuellement "idéologique" et la suppression des Programmes nationaux... Là ça dérape dure (à mon avis).

Robin
Neoprof expérimenté


Revenir en haut Aller en bas

Re: SOS Education : un remède pire que le mal ?

Message par egomet le Mar 11 Sep 2012 - 12:46

Je crois que vous interprétez mal ses propos.

Je le trouve très mesuré: "Il est vrai que les coutumes ont quelque chose d'opprimant. On peut vouloir libérer l'enfant de l'oppression des coutumes, mais qu'a-t-on à lui donner en échange?"

Pour ma part, je comprends ça comme une vraie question.

On risque de remplacer l'oppression de la famille, quand elle existe, par l'oppression de l’État. Il est beaucoup plus difficile d'échapper à l’État qu'à sa famille.

D'ailleurs, si je me rappelle bien les cours qu'il nous faisait il y a dix ans, J-N Dumont n'a aucune naïveté en ce qui concerne la famille.

_________________
Primum non nocere.
Sapientia vero ubi invenitur et quis est locus intellegentiae? Non est in me, non est mecum.


Poésies, roman etc. http://egomet.sanqualis.com/

egomet
Esprit éclairé


Revenir en haut Aller en bas

Re: SOS Education : un remède pire que le mal ?

Message par egomet le Mar 11 Sep 2012 - 12:47

Quant à l'enseignement de l'histoire, franchement, il a raison. C'est un enseignement qui tombe toujours dans une idéologie.

Ce qui importe, c'est déjà de s'assurer que plusieurs points de vue soient disponibles.

_________________
Primum non nocere.
Sapientia vero ubi invenitur et quis est locus intellegentiae? Non est in me, non est mecum.


Poésies, roman etc. http://egomet.sanqualis.com/

egomet
Esprit éclairé


Revenir en haut Aller en bas

Re: SOS Education : un remède pire que le mal ?

Message par Robin le Mar 11 Sep 2012 - 14:50

@egomet a écrit:Quant à l'enseignement de l'histoire, franchement, il a raison. C'est un enseignement qui tombe toujours dans une idéologie.

Ce qui importe, c'est déjà de s'assurer que plusieurs points de vue soient disponibles.

Mais s'il y a plusieurs écoles, il y aura forcément plusieurs points de vues et un seul point de vue par école et non pas "une pluralité de points de vues" ; il y a moyen d'enseigner l'Histoire sans tomber dans l'idéologie, même s'il est difficile d'enseigner une Histoire totalement libérée de l'idéologie.

Modéré ou pas, J.N. Dumont est dans une logique communautariste, une logique où il y aurait autant d'écoles que de communautés (juive, musulmane, catholique (qui enseignerait mieux, selon lui, les "valeurs", ce qui est assez amusant quand a vu les choses de près et n'importe qui aurait le droit d'ouvrir une école, y compris l’Église de scientologie) ; que devient la République et la Nation ? (déjà bien affaiblie par l'euro-atlantisme post-démocratique), que devient la Démocratie ?

Historiquement parlant, l’École publique laïque a été instituée pour consolider la République (et Dieu sait, si j'ose dire, que ça n'était pas gagné en 1870, quand les députés allaient encore chercher le duc de Chambord) et former des électeurs "éclairés". Quid de ce projet ?

Robin
Neoprof expérimenté


Revenir en haut Aller en bas

Re: SOS Education : un remède pire que le mal ?

Message par Robin le Mar 11 Sep 2012 - 15:05

Ceci dit, J.N. Dumont pose parfaitement bien le problème, celui du salaire des professeurs.

A partir du moment où l’État finance les salaires, il se donne plus qu' un droit de regard sur les programmes, même s'il respecte le "caractère propre" des Établissements.

Il n'y a pas de problème de ce genre pour les écoles privées hors contrat (Steiner, Montessori, Tersac, etc.) et les organismes comme Acadomia.

La Loi Debré assure un certain équilibre avec les établissements privés sous contrat. Mais ce n'est pas assez pour SOS Éducation.

Ce que préconise SOS Éducation, c'est un financement direct par le chèque éducation, le libre choix de l'école et la "dérégulation" en matière de programme, c'est-à-dire le désinvestissement de l’État.

Et J.N. Dumont intervient pour donner une légitimation philosophique "mesurée" à ce projet.


Dernière édition par Robin le Mar 11 Sep 2012 - 20:35, édité 1 fois

Robin
Neoprof expérimenté


Revenir en haut Aller en bas

Re: SOS Education : un remède pire que le mal ?

Message par egomet le Mar 11 Sep 2012 - 15:17

@Robin a écrit:

Mais s'il y a plusieurs écoles, il y aura forcément plusieurs points de vues et un seul point de vue par école et non pas "une pluralité de points de vues" ; il y a moyen d'enseigner l'Histoire sans tomber dans l'idéologie, même s'il est difficile d'enseigner une Histoire totalement libérée de l'idéologie.


Certes, mais dans un système centralisé, vous avez essentiellement un point de vue et c'est tout. A moins de croire que l’État soit capable de résister à la tentation propagandiste. Au demeurant, quand je dis l’État, il s'agit bien plus des haut fonctionnaires, plus ou moins cooptés, que des élus. Ces derniers représentent plus ou moins la diversité des opinions des Français, mais ne connaissent à peu près rien à l'éducation nationale et leur décisions sont fréquemment dénaturées par le pouvoir administratif. Or que voit-on chez ces haut fonctionnaires qui inspirent les lois et les circulaires? Une volonté très clairement affichée de transformer la société, et pas seulement de favoriser le "vivre ensemble". Le système éducatif est très clairement conçu comme le levier d'une égalisation de la société. Ça va même très loin, quand par exemple Meirieu nous parle d'utopie. Je trouve cela extrêmement dangereux.

Vous dites que chaque école a son point de vue unique. Oui, sans doute pour certaines d'entre elles, mais il faut bien voir que, dans un système plus libre, la plupart des écoles adopteraient finalement une posture modérée, soit pour ne pas choquer les familles, soit pour trouver des professeurs. Je pense que les écoles posant vraiment problème d'un point de vue idéologique, c'est à dire diffusant une idéologie incompatible avec les lois de la République, seraient de toute façon assez rare pour qu'on puisse traiter le problème par ailleurs. De plus, comme je l'ai déjà dit, rien n'interdit d'avoir des examens nationaux pour assurer un bagage commun. Les résultats aux examens sont déjà une grosse incitation à ne pas faire n'importe quoi. Il faut bien voir aussi que l'école n'a qu'un temps et qu'après elle ou même parallèlement à elle, on est amené à fréquenter d'autres gens. Vous aurez probablement plus de diversité de points de vue, malgré tout avec des écoles diverses. Au fond, c'est une façon de disperser le pouvoir. Ce n'est peut-être pas la meilleure mais elle peut fonctionner. Et bien mieux que ce qu'on a en ce moment.

_________________
Primum non nocere.
Sapientia vero ubi invenitur et quis est locus intellegentiae? Non est in me, non est mecum.


Poésies, roman etc. http://egomet.sanqualis.com/

egomet
Esprit éclairé


Revenir en haut Aller en bas

Re: SOS Education : un remède pire que le mal ?

Message par egomet le Mar 11 Sep 2012 - 15:19

@Robin a écrit:

Modéré ou pas, J.N. Dumont est dans une logique communautariste, une logique où il y aurait autant d'écoles que de communautés (juive, musulmane, catholique (qui enseignerait mieux, selon lui, les "valeurs", ce qui est assez amusant quand a vu les choses de près et n'importe qui aurait le droit d'ouvrir une école, y compris l’Église de scientologie) ; que devient la République et la Nation ? (déjà bien affaiblie par l'euro-atlantisme post-démocratique), que devient la Démocratie ?

Historiquement parlant, l’École publique laïque a été instituée pour consolider la République (et Dieu sait, si j'ose dire, que ça n'était pas gagné en 1870, quand les députés allaient encore chercher le duc de Chambord) et former des électeurs "éclairés". Quid de ce projet ?

La démocratie aussi peut se transformer en un système d'oppression. La séparation des pouvoirs est plus importante que le suffrage universel.

_________________
Primum non nocere.
Sapientia vero ubi invenitur et quis est locus intellegentiae? Non est in me, non est mecum.


Poésies, roman etc. http://egomet.sanqualis.com/

egomet
Esprit éclairé


Revenir en haut Aller en bas

Re: SOS Education : un remède pire que le mal ?

Message par egomet le Mar 11 Sep 2012 - 15:26

@Robin a écrit:Ceci dit, J.N. Dumont pose parfaitement bien le problème, celui du salaire des professeurs.

A partir du moment où l’État finance les salaires, il se donne plus qu' un droit de regard sur les programmes, même s'il respecte le "caractère propre" des Établissements.

Il n'y a pas de problème de ce genre pour les écoles privées hors contrat (Steiner, Montessori, Tersac, etc.) et les organismes comme Acadomia.

La Loi Debré assure un certain équilibre avec les établissements privés sous contrat. Mais ce n'est pas assez pour SOS Éducation.

Ce que préconise SOS Éducation, c'est un financement (direct par le chèque éducation), le libre choix de l'école et la "dérégulation" en matière de programme, c'est-à-dire le désinvestissement de l’État.

Et J.N. Dumont intervient pour donner une légitimation philosophique "mesurée" à ce projet.

Je ne suis pas sûr que le problème du salaire soit le plus important pour lui. Quand il parle de déconsidération des professeurs, c'est bien plus l'absence de liberté qu'il vise. Il faudra que je lui demande un de ces jours.

Et malgré la loi Debré, on est très loin d'une liberté pédagogique, dans les établissements privés sous contrat. J'ai payé pour savoir.

_________________
Primum non nocere.
Sapientia vero ubi invenitur et quis est locus intellegentiae? Non est in me, non est mecum.


Poésies, roman etc. http://egomet.sanqualis.com/

egomet
Esprit éclairé


Revenir en haut Aller en bas

Re: SOS Education : un remède pire que le mal ?

Message par Robin le Mar 11 Sep 2012 - 18:20

@egomet a écrit:
@Robin a écrit:Ceci dit, J.N. Dumont pose parfaitement bien le problème, celui du salaire des professeurs.

A partir du moment où l’État finance les salaires, il se donne plus qu' un droit de regard sur les programmes, même s'il respecte le "caractère propre" des Établissements.

Il n'y a pas de problème de ce genre pour les écoles privées hors contrat (Steiner, Montessori, Tersac, etc.) et les organismes comme Acadomia.

La Loi Debré assure un certain équilibre avec les établissements privés sous contrat. Mais ce n'est pas assez pour SOS Éducation.

Ce que préconise SOS Éducation, c'est un financement (direct par le chèque éducation), le libre choix de l'école et la "dérégulation" en matière de programme, c'est-à-dire le désinvestissement de l’État.

Et J.N. Dumont intervient pour donner une légitimation philosophique "mesurée" à ce projet.

Je ne suis pas sûr que le problème du salaire soit le plus important pour lui. Quand il parle de déconsidération des professeurs, c'est bien plus l'absence de liberté qu'il vise. Il faudra que je lui demande un de ces jours.

Et malgré la loi Debré, on est très loin d'une liberté pédagogique, dans les établissements privés sous contrat. J'ai payé pour savoir.

Nous nous sommes mal compris. J.N. Dumont ne dit pas que les salaires des enseignants sont plus importants que la considération, il dit que la liberté n'a aucun sens en dehors de ses conditions concrètes de possibilité (Programmes, salaires des enseignants...) Les salaires constituent un obstacle important à la liberté d'enseignement parce qu'aucun établissement, à moins de faire payer des frais de scolarité considérables (donc ne scolariser que des enfants de familles très aisées) ne peut assumer le salaire de cinq, dix, vingt ou cinquante professeurs (faites un rapide calcul en prenant pour base 2000 euros/mois). D'où le chèque-éducation qui permettrait à chaque établissement de rémunérer directement ses propres enseignants, entretenir ses locaux, etc. proportionnellement à ses besoins.

Robin
Neoprof expérimenté


Revenir en haut Aller en bas

Re: SOS Education : un remède pire que le mal ?

Message par egomet le Mar 11 Sep 2012 - 18:37

Effectivement.

C'est bien le sens de ses remarques.

Je préciserai d'ailleurs que cette impossibilité de faire payer le coût réel provient essentiellement de la concurrence du secteur public. Ce dernier est, dit-on, gratuit. En réalité, le coût est socialisé. Ce que l’État fournit gratuitement est payé par l'impôt.
Celui qui veut se passer du service public scolaire, pour avoir plus de liberté dans l'éducation de ses enfants, n'est pas dispensé pour autant de payer l'impôt. Il doit donc payer deux fois (en supposant qu'il soit dans une moyenne raisonnable, c'est à dire que son imposition couvre le service auquel il a droit).
L'avantage, c'est que les enfants ne souffrent pas de l'incapacité des parents à payer.

Le chèque éducation est le moyen le plus simple de concilier la liberté des écoles et une grande facilité d'accès pour les gamins. C'est un moyen terme raisonnable, il me semble. Si on attend la faillite complète de l'école publique, on risque de ne même plus avoir cette solidarité.

_________________
Primum non nocere.
Sapientia vero ubi invenitur et quis est locus intellegentiae? Non est in me, non est mecum.


Poésies, roman etc. http://egomet.sanqualis.com/

egomet
Esprit éclairé


Revenir en haut Aller en bas

Re: SOS Education : un remède pire que le mal ?

Message par Robin le Mar 11 Sep 2012 - 20:37

@egomet a écrit:
@Robin a écrit:

Modéré ou pas, J.N. Dumont est dans une logique communautariste, une logique où il y aurait autant d'écoles que de communautés (juive, musulmane, catholique, qui enseignerait mieux, selon lui, les "valeurs", ce qui est assez amusant quand a vu les choses de près et n'importe qui aurait le droit d'ouvrir une école, y compris l’Église de scientologie) ; que devient la République et la Nation ? (déjà bien affaiblie par l'euro-atlantisme post-démocratique), que devient la Démocratie ?

Historiquement parlant, l’École publique a été instituée pour consolider la République (et Dieu sait, si j'ose dire, que ça n'était pas gagné en 1870, quand les députés allaient encore chercher le duc de Chambord) et former des électeurs "éclairés". Quid de ce projet ?

La démocratie aussi peut se transformer en un système d'oppression. La séparation des pouvoirs est plus importante que le suffrage universel.

Robin
Neoprof expérimenté


Revenir en haut Aller en bas

Re: SOS Education : un remède pire que le mal ?

Message par egomet le Mar 11 Sep 2012 - 20:47

Oui? Vous avez une remarque à faire?

_________________
Primum non nocere.
Sapientia vero ubi invenitur et quis est locus intellegentiae? Non est in me, non est mecum.


Poésies, roman etc. http://egomet.sanqualis.com/

egomet
Esprit éclairé


Revenir en haut Aller en bas

Page 1 sur 2 1, 2  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum