"Jamais dans ce lycée" : Gaëlle Guernalec-Levy s'intéresse aux établissements qualifiés de "lycées poubelles".

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

"Jamais dans ce lycée" : Gaëlle Guernalec-Levy s'intéresse aux établissements qualifiés de "lycées poubelles".

Message par John le Ven 14 Sep 2012 - 14:50

Interview sur Vousnousils :
Je me suis inté­res­sée au lycée Bergson parce qu'il est consi­déré par la plu­part des ado­les­cents comme le pire lycée de l'est pari­sien. Et, aussi, parce qu'on ne ren­contre pas les mêmes dif­fi­cul­tés sociales à Paris qu'en ban­lieue : a priori, il y a donc moins de rai­son de fuir tel ou tel établis­se­ment... Or on assiste à un phé­no­mène de contour­ne­ment de la carte sco­laire. Dans l'absolu, il n'existe pas de bons et de mau­vais établis­se­ments. C'est le recru­te­ment des élèves qui assure in fine un bon taux de réus­site. Ce sont les bons élèves qui font les bons lycées, pas l'inverse. A Paris, l'affectation d'un lycée prend en compte le niveau sco­laire. Tout le monde trouve ça nor­mal, au motif que le niveau sco­laire décou­le­rait du seul mérite.

Quelle est la res­pon­sa­bi­lité des ensei­gnants dans la répu­ta­tion d'un lycée ?

Au lycée Bergson, qui souffre d'une si mau­vaise répu­ta­tion, j'ai vu des ensei­gnants pas­sion­nés qui refu­saient de faire des cours au rabais. Il faut savoir que ce lycée accueille tout le monde, y com­pris les multi-redoublants, et que beau­coup retrouvent le goût du tra­vail. Malgré tous les efforts entre­pris par l'équipe péda­go­gique, je conti­nue d'entendre des choses fausses sur l'établissement. Un tra­vail de com­mu­ni­ca­tion de longue haleine est à mener pour faire prendre conscience aux parents qu'on peut très bien réus­sir au lycée Bergson.

Pour lire l'article : http://www.vousnousils.fr/2012/09/14/ce-sont-les-bons-eleves-qui-font-les-bons-lycees-533882

Extraits du livre sur le Nouvel Obs : http://tempsreel.nouvelobs.com/education/20120913.OBS2350/choisir-un-college-un-lycee-le-meilleur-pour-mon-enfant.html

C’est drôle comme les parents d’élèves en difficulté aussi bien que les parents d’élèves brillants ont tous une excellente raison de ne pas vouloir du lycée Bergson pour leur enfant. Les premiers parce que leur enfant a besoin d’un cadre, d’être "tenu", et que seul un bon privé leur offrira cette garantie. Les seconds parce qu’un tel lycée, où ne sont affectés que des cas scolaires ou sociaux, ne peut pas permettre à leur enfant d’exploiter le maximum de ses capacités. Bien des familles fantasment sur les lycées d’élite, perçus comme la voie royale et assurée de la réussite. Pour peu que leur enfant ait un profil de premier de la classe, ils s’y voient déjà. L’expérience peut être riche, déterminante, elle peut changer le cours d’une vie. Elle peut aussi se révéler traumatisante.

"Avez-vous un bel aquarium ?", interroge Alain Anton, ancien proviseur de Bergson. Mettez des beaux poissons dedans, ils se mangent entre eux. Lorsque j’étais en poste à Bergson, tous mes bons élèves demandaient Sophie-Germain ou Charlemagne. Mais tous les bons ne sont pas forts mentalement. Faites une analyse de ce qu’est votre enfant. Il est bon. Mais est-il fort ? Il peut se faire démolir. Il faut être conscient de ce que son gamin peut endurer."

Des parents, souvent de gauche, voire membres de la FCPE, scolarisent sans la moindre réserve leur enfant dans l’école primaire du secteur mais font tout pour contourner la carte scolaire au moment du secondaire. Parce que l’on sait, intuitivement ou pour s’être documenté, que le collège unique accueille tous les enfants, dont ceux qui ont déjà accumulé du retard, ceux qui ne savent ni lire ni écrire, ceux qui sont en rébellion contre le système scolaire, ceux qui basculeront dans la délinquance, ceux qui n’ont jamais appris la différence entre le bien et le mal et feront les barbares de demain, en gang ou pas, ceux qui ne sauront pas exprimer autrement leur mal-être que par la violence. La mixité sociale est merveilleusement enrichissante jusqu’au CM2, elle devient éminemment dangereuse à partir de la sixième, et il est hors de question de sacrifier son enfant sur l’autel de ses idéaux politiques.


_________________
En achetant des articles au lien ci-dessous, vous nous aidez, sans frais, à gérer le forum. Merci !


"Celui qui ne participe pas à la lutte participe à la défaite" (Brecht)
"La nostalgie, c'est plus ce que c'était" (Simone Signoret)
"Les médias participent à la falsification permanente de l'information" (Umberto Eco)

John
Médiateur


Revenir en haut Aller en bas

Re: "Jamais dans ce lycée" : Gaëlle Guernalec-Levy s'intéresse aux établissements qualifiés de "lycées poubelles".

Message par Ronin le Ven 14 Sep 2012 - 18:06

Comment ça de l'hypocrisie ? nan !!!! comment de beaux idéaux et puis la réalité, hum hum...

_________________

Ronin
Guide spirituel


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum