[Psychologie adolescente] De quoi nos élèves ont-ils honte ? Interrogation née après mention des prénoms des parents

Page 1 sur 4 1, 2, 3, 4  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

[Psychologie adolescente] De quoi nos élèves ont-ils honte ? Interrogation née après mention des prénoms des parents

Message par InviteeF le Ven 14 Sep - 17:35

Bonsoir les neo,


en me repassant le cours de la journée, je me suis posée la question : de quoi vos/nos élèves ont-ils honte ?
et, in extenso que peut-on y faire ? DOIT-ON y faire quelque chose ?

Aujourd'hui, en faisant de l'expression orale en interaction avec mes 4emes, j'ai constaté dans chaque classe que plusieurs gamins refusaient (ou avaient honte) de donner le prénom de leurs parents. Prénoms pourtant tout à fait ordinaires à mes yeux et sans moquerie facile associée (Martine, Isabelle, Philippe, Xavier...)

Je me souviens avoir été gênée, complexée par beaucoup de choses insignifiantes à cet âge-là, mais à ce point... soit j'ai la mémoire courte, soit quelque chose m'échappe

What's the ?


Dernière édition par lo*vi le Ven 14 Sep - 18:44, édité 5 fois

InviteeF
Grand Maître


Revenir en haut Aller en bas

Re: [Psychologie adolescente] De quoi nos élèves ont-ils honte ? Interrogation née après mention des prénoms des parents

Message par Madame_Prof le Ven 14 Sep - 17:44

Tu n'as pas peur d'avoir des élèves dont l'un des parents est décédé quand tu leur demandes de formuler ça?

Sinon, je ne sais pas... Tout ce qui est personnel, ce qui relève du cadre privé, est sujet à un manque de confiance à cet âge là : suis-je comme les autres? ma famille est-elle comme les autres? Ils s'imaginent des tas de trucs.. et n'ont souvent pas beaucoup confiance en eux.

_________________
2016-2017 T4 TZR en AFA avec des 6e, 5e, 2nde ! Militante plus que jamais Razz
2015-2016 - T3 TZR en AFA avec des 5e, 4e (dont une SEGPA), 3e... et toujours militante !
2014-2015 - T2 TZR en AFA avec des 5e, 4e, 3e + prof principal... et militante ! 
2013-2014 - Néo-titulaire TZR en AFA avec des 5e, 4e, 3e + prof principal  
2012-2013 - Année de stage avec des 6e, 5e, 4e

Madame_Prof
Monarque


Revenir en haut Aller en bas

Re: [Psychologie adolescente] De quoi nos élèves ont-ils honte ? Interrogation née après mention des prénoms des parents

Message par InviteeF le Ven 14 Sep - 17:47

@Madame_Prof a écrit:Tu n'as pas peur d'avoir des élèves dont l'un des parents est décédé quand tu leur demandes de formuler ça?

J'ai d'abord vérifié que tel n'était pas le cas.

@Madame_Prof a écrit:Sinon, je ne sais pas... Tout ce qui est personnel, ce qui relève du cadre privé, est sujet à un manque de confiance à cet âge là : suis-je comme les autres? ma famille est-elle comme les autres? Ils s'imaginent des tas de trucs.. et n'ont souvent pas beaucoup confiance en eux.

c'est possible, mais ça me parait un peu... je ne sais pas comment dire... plus complexe. Étroitement lié à la question des parents.

InviteeF
Grand Maître


Revenir en haut Aller en bas

Re: [Psychologie adolescente] De quoi nos élèves ont-ils honte ? Interrogation née après mention des prénoms des parents

Message par Madame_Prof le Ven 14 Sep - 17:48

Je sais pas... mais des fois ils sont vraiment immatures, et un simple prénom leur paraît trop vieillot et honteux.


_________________
2016-2017 T4 TZR en AFA avec des 6e, 5e, 2nde ! Militante plus que jamais Razz
2015-2016 - T3 TZR en AFA avec des 5e, 4e (dont une SEGPA), 3e... et toujours militante !
2014-2015 - T2 TZR en AFA avec des 5e, 4e, 3e + prof principal... et militante ! 
2013-2014 - Néo-titulaire TZR en AFA avec des 5e, 4e, 3e + prof principal  
2012-2013 - Année de stage avec des 6e, 5e, 4e

Madame_Prof
Monarque


Revenir en haut Aller en bas

Re: [Psychologie adolescente] De quoi nos élèves ont-ils honte ? Interrogation née après mention des prénoms des parents

Message par MrBrightside le Ven 14 Sep - 17:51

Anecdote de formation l'an dernier:

Notre formatrice nous présentait des documents sur l'argent de poche et la consommation chez les jeunes. Elle proposait en exercice de poser des questions à ce sujet aux lycéens type "How much pocket money do you get?" (Combien d'argent de poche on te donne?)

Nous, stagiaires, avons tous été choqué de la question et de la manière dont elle était posée. Et pourtant, la formatrice nous a assuré que jamais un élève ne s'était senti agressé ou honteux de ne rien recevoir...

_________________

MrBrightside
Esprit sacré


Revenir en haut Aller en bas

Re: [Psychologie adolescente] De quoi nos élèves ont-ils honte ? Interrogation née après mention des prénoms des parents

Message par InviteeF le Ven 14 Sep - 17:52

Madame Prof a écrit:Je sais pas... mais des fois ils sont vraiment immatures, et un simple prénom leur paraît trop vieillot et honteux.

C'est ce que me disait mon amoureux : ils auraient préféré des parents s'appelant Brandon ou Loana (au secouuuuuuurs !!!! )

InviteeF
Grand Maître


Revenir en haut Aller en bas

Re: [Psychologie adolescente] De quoi nos élèves ont-ils honte ? Interrogation née après mention des prénoms des parents

Message par InviteeF le Ven 14 Sep - 17:54

@MrBrightside a écrit:Anecdote de formation l'an dernier:

Notre formatrice nous présentait des documents sur l'argent de poche et la consommation chez les jeunes. Elle proposait en exercice de poser des questions à ce sujet aux lycéens type "How much pocket money do you get?" (Combien d'argent de poche on te donne?)

Nous, stagiaires, avons tous été choqué de la question et de la manière dont elle était posée. Et pourtant, la formatrice nous a assuré que jamais un élève ne s'était senti agressé ou honteux de ne rien recevoir...

Oh mon dieu, c'est immonde.

Est-ce que le fait de demander les prénoms des parents ou frères et soeurs est vraiment déplacé, selon vous ?
Le but était de leur apprendre le lexique de la famille + masculin/féminin + la 3eme personne du présent de l'indicatif du verbe s'appeler. Après avoir checké que pas de parent décédé je pensais que pas de problème, d'ailleurs les élèves ont tous joué le jeu au final alors que je ne les forçais pas, ils avaient le choix entre
- mon père / ma mère
- mon frère/ma soeur
- mon voisin/ma voisine

rah, je commence à culpabiliser !

InviteeF
Grand Maître


Revenir en haut Aller en bas

Re: [Psychologie adolescente] De quoi nos élèves ont-ils honte ? Interrogation née après mention des prénoms des parents

Message par John le Ven 14 Sep - 17:54

Elle proposait en exercice de poser des questions à ce sujet aux lycéens type "How much pocket money do you get?" (Combien d'argent de poche on te donne?)
Nous, stagiaires, avons tous été choqué de la question et de la manière dont elle était posée. Et pourtant, la formatrice nous a assuré que jamais un élève ne s'était senti agressé ou honteux de ne rien recevoir...
C'est vous qui aviez raison, car c'est une question à laquelle j'ai eu droit étant élève. Tout le monde disait des sommes, et moi rien, ça m'avait fait bizarre...

_________________
En achetant des articles au lien ci-dessous, vous nous aidez, sans frais, à gérer le forum. Merci !


"Celui qui ne participe pas à la lutte participe à la défaite" (Brecht)
"La nostalgie, c'est plus ce que c'était" (Simone Signoret)
"Les médias participent à la falsification permanente de l'information" (Umberto Eco)

John
Médiateur


Revenir en haut Aller en bas

Re: [Psychologie adolescente] De quoi nos élèves ont-ils honte ? Interrogation née après mention des prénoms des parents

Message par Ruthven le Ven 14 Sep - 17:55

J'ai toujours eu en horreur les cours de langue où il fallait parler de soi ...

Ruthven
Grand Maître


Revenir en haut Aller en bas

Re: [Psychologie adolescente] De quoi nos élèves ont-ils honte ? Interrogation née après mention des prénoms des parents

Message par InviteeF le Ven 14 Sep - 17:57

@Ruthven a écrit:J'ai toujours eu en horreur les cours de langue où il fallait parler de soi ...

Donc concrètement, alors, comment gère-t-on si

* on DOIT faire parler les élèves en interaction
* on DOIT leur apprendre en priorité à parler d'eux
* on DOIT leur apprendre le lexique et les structures nécessaires pour ce faire

on leur dit "vous êtes telle star du porno de l'industrie musicale ou cinématographique/du monde du sport, présentez-vous à la première personne?"

InviteeF
Grand Maître


Revenir en haut Aller en bas

Re: [Psychologie adolescente] De quoi nos élèves ont-ils honte ? Interrogation née après mention des prénoms des parents

Message par egomet le Ven 14 Sep - 17:58

Inutile de se bagarrer pour des prénoms. De toute façon on ne supprime pas la honte ni faisant du rentre-dedans, ni avec une sollicitude mal placée. "Faut pas avoir honte" est une phrase qui tombe souvent très mal, si elle est prononcée en public. En quatrième, c'est aussi l'âge où l'on n'a plus envie d'être jugé d'après ses parents, sans forcément en avoir honte. On veut juste s'en détacher un peu.

Il faut parfois tout simplement prendre le temps de se connaître. Il y a des choses qu'on n'a tout simplement pas envie de dire à n'importe qui. Commençons par des choses plus neutres. De toute façon, on n'est pas à l'école pour raconter sa vie.

_________________
Primum non nocere.
Sapientia vero ubi invenitur et quis est locus intellegentiae? Non est in me, non est mecum.


Poésies, roman etc. http://egomet.sanqualis.com/

egomet
Esprit éclairé


Revenir en haut Aller en bas

Re: [Psychologie adolescente] De quoi nos élèves ont-ils honte ? Interrogation née après mention des prénoms des parents

Message par Ruthven le Ven 14 Sep - 17:59

lo*vi a écrit:
@Ruthven a écrit:J'ai toujours eu en horreur les cours de langue où il fallait parler de soi ...

Donc concrètement, alors, comment gère-t-on si

* on DOIT faire parler les élèves en interaction
* on DOIT leur apprendre en priorité à parler d'eux
* on DOIT leur apprendre le lexique et les structures nécessaires pour ce faire

on leur dit "vous êtes telle star du porno de l'industrie musicale ou cinématographique/du monde du sport, présentez-vous à la première personne?"

C'est pas mal comme idée ...

Ruthven
Grand Maître


Revenir en haut Aller en bas

Re: [Psychologie adolescente] De quoi nos élèves ont-ils honte ? Interrogation née après mention des prénoms des parents

Message par Blan6ine le Ven 14 Sep - 18:00

@John a écrit:
Elle proposait en exercice de poser des questions à ce sujet aux lycéens type "How much pocket money do you get?" (Combien d'argent de poche on te donne?)
Nous, stagiaires, avons tous été choqué de la question et de la manière dont elle était posée. Et pourtant, la formatrice nous a assuré que jamais un élève ne s'était senti agressé ou honteux de ne rien recevoir...
C'est vous qui aviez raison, car c'est une question à laquelle j'ai eu droit étant élève. Tout le monde disait des sommes, et moi rien, ça m'avait fait bizarre...

Après, comme c'est un exercice de langue et non un entretien à la caisse des impôts, les élèves peuvent mentir, donner une réponse fictive.
Peut-être d'ailleurs faudrait-il leur demander combien ils aimeraient recevoir...
Mais c'est évident que poser des questions de ce type, face à des élèves qui ne savent pas à quel point ils doivent être honnêtes ou non selon les situation, peut clairement conduire à des malaises ou des sentiments de honte...



Oh la la, Mr B., quelle formatrice!! Comment est-elle parvenue à ce poste?

_________________
Quand on partage un bien matériel, il se divise; quand on partage un bien immatériel, il se multiplie. (Serge Soudoplatoff )

Blan6ine
Érudit


Revenir en haut Aller en bas

Re: [Psychologie adolescente] De quoi nos élèves ont-ils honte ? Interrogation née après mention des prénoms des parents

Message par egomet le Ven 14 Sep - 18:01

@Ruthven a écrit:J'ai toujours eu en horreur les cours de langue où il fallait parler de soi ...

Moi aussi.

Ils parleront très bien d'eux-mêmes quand ils en auront envie, pour peu qu'on leur ait donné le vocabulaire. Je ne crois pas que l'usage de la première personne soit insurmontable. Les structures peuvent très bien s'apprendre sur des phrases neutres, artificielles, conçues seulement à l'usage des classes.

_________________
Primum non nocere.
Sapientia vero ubi invenitur et quis est locus intellegentiae? Non est in me, non est mecum.


Poésies, roman etc. http://egomet.sanqualis.com/

egomet
Esprit éclairé


Revenir en haut Aller en bas

Re: [Psychologie adolescente] De quoi nos élèves ont-ils honte ? Interrogation née après mention des prénoms des parents

Message par InviteeF le Ven 14 Sep - 18:02

@egomet a écrit: De toute façon on ne supprime pas la honte ni faisant du rentre-dedans, ni avec une sollicitude mal placée. "Faut pas avoir honte" est une phrase qui tombe souvent très mal, si elle est prononcée en public.

Tout à fait d'accord avec toi !
Qui plus est, c'est une question qui me tient vraiment à coeur (la honte, et que mes élèves soient bien, d'où ma démarche de poster pour en parler)
Je n'ai pas prononcé les mots "honte" ni "gêne".
J'ai exposé ça de la façon suivante : le doc donnait "mon père" "ma mère", j'ai ajouté "je vous donne aussi mon frère/ma soeur, mon voisin/ma voisine" (note : mon voisin ma voisine me semblait plus neutre, justement), à vous de réemployer le modèle de phrase avec les éléments que vous voulez.


@egomet a écrit:. En quatrième, c'est aussi l'âge où l'on n'a plus envie d'être jugé d'après ses parents, sans forcément en avoir honte. On veut juste s'en détacher un peu.
Bien vu !

@egomet a écrit:Il faut parfois tout simplement prendre le temps de se connaître. Il y a des choses qu'on n'a tout simplement pas envie de dire à n'importe qui. Commençons par des choses plus neutres. De toute façon, on n'est pas à l'école pour raconter sa vie.

D'accord aussi mais, un PRENOM ???

InviteeF
Grand Maître


Revenir en haut Aller en bas

Re: [Psychologie adolescente] De quoi nos élèves ont-ils honte ? Interrogation née après mention des prénoms des parents

Message par InviteeF le Ven 14 Sep - 18:03

@Ruthven a écrit:
lo*vi a écrit:
@Ruthven a écrit:J'ai toujours eu en horreur les cours de langue où il fallait parler de soi ...

Donc concrètement, alors, comment gère-t-on si

* on DOIT faire parler les élèves en interaction
* on DOIT leur apprendre en priorité à parler d'eux
* on DOIT leur apprendre le lexique et les structures nécessaires pour ce faire

on leur dit "vous êtes telle star du porno de l'industrie musicale ou cinématographique/du monde du sport, présentez-vous à la première personne?"

C'est pas mal comme idée ...

Des collègues le font.
Perso, l'identification avec le star-system me gêne vraiment.
J'ai tendance à ne pas trouver qu'il s'agit de bons modèles du coup je répugne à encourager l'identification.
Je n'aimerais pas qu'un prof le fasse avec mes mômes, en tout cas !!!!

@Blan6ine a écrit:
Oh la la, Mr B., quelle formatrice!! Comment est-elle parvenue à ce poste?
+1

@egomet a écrit:
@Ruthven a écrit:J'ai toujours eu en horreur les cours de langue où il fallait parler de soi ...

Moi aussi.

Ils parleront très bien d'eux-mêmes quand ils en auront envie, pour peu qu'on leur ait donné le vocabulaire. Je ne crois pas que l'usage de la première personne soit insurmontable. Les structures peuvent très bien s'apprendre sur des phrases neutres, artificielles, conçues seulement à l'usage des classes.

Personnellement, d'un point de vue pédagogique, je déteste les "phrases toutes faites neutres et artificielles, non authentiques" (aussi à contre-courant soit-il)
Mais indépendamment de cela, il y a la question de la faisabilité.... Et donc pour les éléments évoqués ici, avec l'interdiction de faire de la grammaire et l'obligation de "perspective actionnelle mettant l'élève au coeur de son apprentissage" ça donnerait.... ?


Dernière édition par lo*vi le Ven 14 Sep - 18:07, édité 1 fois

InviteeF
Grand Maître


Revenir en haut Aller en bas

Re: [Psychologie adolescente] De quoi nos élèves ont-ils honte ? Interrogation née après mention des prénoms des parents

Message par egomet le Ven 14 Sep - 18:07

lo*vi a écrit:
D'accord aussi mais, un PRENOM ???


Le prénom, ça peut avoir un côté familier. Pour le professeur, papa, ce n'est pas Alfred ou Arthur, c'est Monsieur Untel.

Et puis le prénom des parents, ça tire vers l'enfance. C'est une question un peu idiote qu'on pose aux tout-petits, mais rarement aux adultes.


Dernière édition par egomet le Ven 14 Sep - 18:50, édité 1 fois

_________________
Primum non nocere.
Sapientia vero ubi invenitur et quis est locus intellegentiae? Non est in me, non est mecum.


Poésies, roman etc. http://egomet.sanqualis.com/

egomet
Esprit éclairé


Revenir en haut Aller en bas

Re: [Psychologie adolescente] De quoi nos élèves ont-ils honte ? Interrogation née après mention des prénoms des parents

Message par Nita le Ven 14 Sep - 18:08

Oui, j'aime bien l'idée du paravent, j'ai toujours eu horreur de parler de moi en classe. Tu es contre le star system ?
Bon.
OK.

My name is Jane. Jane Austen. I love my sister Cassandra...



bref aperçu de la tempête sous un crâne d'ado:
Avouer qu'on a des parents ? Qu'on les aime ? En classe ?Plutôt crever ! Y a que ma bestah qui compte, cte tepu !

_________________
A clean house is a sign of a broken computer.

Nita
Empereur


Revenir en haut Aller en bas

Re: [Psychologie adolescente] De quoi nos élèves ont-ils honte ? Interrogation née après mention des prénoms des parents

Message par pitchounette le Ven 14 Sep - 18:08

Si tu es des tournures bien particulières à leur faire étudier et que tu veux absolument les faire participer, est ce que tu ne peux pas leur dire de mentir dans une mesure raisonnable? heu

_________________
Le bonheur est dans le pré après 7 ans de région parisienne

pitchounette
Expert spécialisé


Revenir en haut Aller en bas

Re: [Psychologie adolescente] De quoi nos élèves ont-ils honte ? Interrogation née après mention des prénoms des parents

Message par InviteeF le Ven 14 Sep - 18:10

@egomet a écrit:
lo*vi a écrit:
D'accord aussi mais, un PRENOM ???


Le prénom, ça peut avoir un côté familier. Pour le professeur, papa, ce n'est pas Alfred ou Arthur, c'est Monsieur Untel.

Et puis le prénom des parents, ça tire vers l'enfance. C'est une question un peu idiote qu'on pose aux tout-petits, mais pas rarement aux adultes.

J'imagine que tu voulais dire "rarement" ou "pas" : c'est tout à fait vrai (remarque judicieuse)
Néanmoins en voyant le doc du bouquin (tout frais émoulu 2012, conseillé par les formatrices, etc) ça ne m'a pas choquée dans le contexte : "qui je suis, je me présente" et encore moins avec les précautions que j'ai prises.
J'ai souvenir d'avoir eu bien plus violent au collège et au lycée (profession des parents + grade à noter au tableau en sciences éco, notamment...)

InviteeF
Grand Maître


Revenir en haut Aller en bas

Re: [Psychologie adolescente] De quoi nos élèves ont-ils honte ? Interrogation née après mention des prénoms des parents

Message par InviteeF le Ven 14 Sep - 18:11

@Nita a écrit:Oui, j'aime bien l'idée du paravent, j'ai toujours eu horreur de parler de moi en classe. Tu es contre le star system ?
Bon.
OK.

My name is Jane. Jane Austen. I love my sister Cassandra...

Je voue un culte à Jane Austen, mais je sais bien que mes élèves non...
(quoi que l'an dernier, j'en avais 3 qui lisaient Jane Austen fleurs2 )

@Nita a écrit:
bref aperçu de la tempête sous un crâne d'ado:
Avouer qu'on a des parents ? Qu'on les aime ? En classe ?Plutôt crever ! Y a que ma bestah qui compte, cte tepu !

Ahah, merci, ça m'a bien fait rire !

Et oui, je suis contre le star-system (mon côté jeune prof de gauche avec éducation catho stricte, tout ça tout ça)

InviteeF
Grand Maître


Revenir en haut Aller en bas

Re: [Psychologie adolescente] De quoi nos élèves ont-ils honte ? Interrogation née après mention des prénoms des parents

Message par InviteeF le Ven 14 Sep - 18:12

Lenou3132 a écrit:Si tu es des tournures bien particulières à leur faire étudier et que tu veux absolument les faire participer, est ce que tu ne peux pas leur dire de mentir dans une mesure raisonnable? heu

Je ne suis pas fan de l'idée "mentez raisonnablement !" mais faut creuser, on peut peut-être trouver quelque chose de presque satisfaisant là-dessus.... scratch

Programmes de m*****, laissez-moi enseigner la grammaire, nom d'un chien ! furieux

InviteeF
Grand Maître


Revenir en haut Aller en bas

Re: [Psychologie adolescente] De quoi nos élèves ont-ils honte ? Interrogation née après mention des prénoms des parents

Message par egomet le Ven 14 Sep - 18:13

lo*vi a écrit:
Personnellement, d'un point de vue pédagogique, je déteste les "phrases toutes faites neutres et artificielles, non authentiques" (aussi à contre-courant soit-il)
Mais indépendamment de cela, il y a la question de la faisabilité.... Et donc pour les éléments évoqués ici, avec l'interdiction de faire de la grammaire et l'obligation de "perspective actionnelle mettant l'élève au coeur de son apprentissage" ça donnerait.... ?

Franchement, la situation de communication en classe est fondamentalement inauthentique, ne serait-ce qu'à cause du groupe et des rapports d'autorité. Les mises en situation sont toujours des jeux de rôles. Il est beaucoup plus facile de jouer la partie s'il n'y a pas de malentendu à ce sujet.

Ça n'exclut pas d'entendre celui qui voudrait exprimer un point de vue plus personnel. Mais il ne faut pas que l'expression de soi devienne un obstacle ou un même un but. Il y a bien assez à faire avec la langue.

_________________
Primum non nocere.
Sapientia vero ubi invenitur et quis est locus intellegentiae? Non est in me, non est mecum.


Poésies, roman etc. http://egomet.sanqualis.com/

egomet
Esprit éclairé


Revenir en haut Aller en bas

Re: [Psychologie adolescente] De quoi nos élèves ont-ils honte ? Interrogation née après mention des prénoms des parents

Message par John le Ven 14 Sep - 18:14

Est-ce que le fait de demander les prénoms des parents ou frères et soeurs est vraiment déplacé, selon vous ?
Ca, non.

Par contre, c'est le sujet réel de ton topic : il aurait mieux valu l'intituler sur ce thème, au lieu de lui donner une portée générale qu'il n'a pas vraiment.

_________________
En achetant des articles au lien ci-dessous, vous nous aidez, sans frais, à gérer le forum. Merci !


"Celui qui ne participe pas à la lutte participe à la défaite" (Brecht)
"La nostalgie, c'est plus ce que c'était" (Simone Signoret)
"Les médias participent à la falsification permanente de l'information" (Umberto Eco)

John
Médiateur


Revenir en haut Aller en bas

Re: [Psychologie adolescente] De quoi nos élèves ont-ils honte ? Interrogation née après mention des prénoms des parents

Message par egomet le Ven 14 Sep - 18:16

Quant à la faisabilité, mazette, il faut bien distinguer ce qui est infaisable en pratique et ce qui est mal vu des inspecteurs.

_________________
Primum non nocere.
Sapientia vero ubi invenitur et quis est locus intellegentiae? Non est in me, non est mecum.


Poésies, roman etc. http://egomet.sanqualis.com/

egomet
Esprit éclairé


Revenir en haut Aller en bas

Page 1 sur 4 1, 2, 3, 4  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum