[Psychologie adolescente] De quoi nos élèves ont-ils honte ? Interrogation née après mention des prénoms des parents

Page 2 sur 4 Précédent  1, 2, 3, 4  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Re: [Psychologie adolescente] De quoi nos élèves ont-ils honte ? Interrogation née après mention des prénoms des parents

Message par egomet le Ven 14 Sep - 18:16

Quant à la faisabilité, mazette, il faut bien distinguer ce qui est infaisable en pratique et ce qui est mal vu des inspecteurs.

egomet
Esprit éclairé


Revenir en haut Aller en bas

Re: [Psychologie adolescente] De quoi nos élèves ont-ils honte ? Interrogation née après mention des prénoms des parents

Message par InviteeF le Ven 14 Sep - 18:16

@egomet a écrit:
lo*vi a écrit:
Personnellement, d'un point de vue pédagogique, je déteste les "phrases toutes faites neutres et artificielles, non authentiques" (aussi à contre-courant soit-il)
Mais indépendamment de cela, il y a la question de la faisabilité.... Et donc pour les éléments évoqués ici, avec l'interdiction de faire de la grammaire et l'obligation de "perspective actionnelle mettant l'élève au coeur de son apprentissage" ça donnerait.... ?

Franchement, la situation de communication en classe est fondamentalement inauthentique, ne serait-ce qu'à cause du groupe et des rapports d'autorité. Les mises en situation sont toujours des jeux de rôles. Il est beaucoup plus facile de jouer la partie s'il n'y a pas de malentendu à ce sujet.

Ce n'est pas ce que nous demandent les IPR (qui vont venir me voir cette année)

@egomet a écrit:
Il est beaucoup plus facile de jouer la partie s'il n'y a pas de malentendu à ce sujet.
Ça n'exclut pas d'entendre celui qui voudrait exprimer un point de vue plus personnel. Mais il ne faut pas que l'expression de soi devienne un obstacle ou un même un but. Il y a bien assez à faire avec la langue.

Donc, du coup, tu suggères de créer un référentiel dans lequel on ne parle pas de soi, mais d'informations factices, dans une démarche type jeu de rôle, pour apprendre, in fine, à parler de soi, mais sans avoir à le faire réellement devant le public classe + prof, mais tout de même, un jour si on le désire, pouvoir le faire ?

Exemple : Je suis Paris Hilton


Dernière édition par lo*vi le Ven 21 Sep - 22:33, édité 1 fois

InviteeF
Grand Maître


Revenir en haut Aller en bas

Re: [Psychologie adolescente] De quoi nos élèves ont-ils honte ? Interrogation née après mention des prénoms des parents

Message par InviteeF le Ven 14 Sep - 18:17

@John a écrit:
Est-ce que le fait de demander les prénoms des parents ou frères et soeurs est vraiment déplacé, selon vous ?
Ca, non.

Merci, je le pense aussi...

@John a écrit:Par contre, c'est le sujet réel de ton topic : il aurait mieux valu l'intituler sur ce thème, au lieu de lui donner une portée générale qu'il n'a pas vraiment.



NON !!!!
Ce n'est pas le débat que je voulais lancer mais une question surgie depuis.
Néanmoins, la discussion précise m'intéresse quand même, mais ce qui prime à mes yeux, c'est la portée générale (après, je ne vais pas mettre un flingue sur la tempe des neo pour qu'ils répondent dans la direction qui m'intéresse vraiment, mais si je change le titre, je ne vois plus comment je tourne vers le sujet qui me botte, franchement...)


Dernière édition par lo*vi le Ven 14 Sep - 18:19, édité 1 fois

InviteeF
Grand Maître


Revenir en haut Aller en bas

Re: [Psychologie adolescente] De quoi nos élèves ont-ils honte ? Interrogation née après mention des prénoms des parents

Message par InviteeF le Ven 14 Sep - 18:18

@egomet a écrit:Quant à la faisabilité, mazette, il faut bien distinguer ce qui est infaisable en pratique et ce qui est mal vu des inspecteurs.

L'année de stage ?

Je n'ai pas les attributs masculins nécessaires, je crois Embarassed


Dernière édition par lo*vi le Ven 21 Sep - 22:32, édité 1 fois

InviteeF
Grand Maître


Revenir en haut Aller en bas

Re: [Psychologie adolescente] De quoi nos élèves ont-ils honte ? Interrogation née après mention des prénoms des parents

Message par InviteeF le Ven 14 Sep - 18:21

lo*vi a écrit:
@John a écrit:
Est-ce que le fait de demander les prénoms des parents ou frères et soeurs est vraiment déplacé, selon vous ?
Ca, non.

Merci, je le pense aussi...

@John a écrit:Par contre, c'est le sujet réel de ton topic : il aurait mieux valu l'intituler sur ce thème, au lieu de lui donner une portée générale qu'il n'a pas vraiment.



NON !!!!
Ce n'est pas le débat que je voulais lancer mais une question surgie depuis.
Néanmoins, la discussion précise m'intéresse quand même, mais ce qui prime à mes yeux, c'est la portée générale (après, je ne vais pas mettre un flingue sur la tempe des neo pour qu'ils répondent dans la direction qui m'intéresse vraiment, mais si je change le titre, je ne vois plus comment je tourne vers le sujet qui me botte, franchement...)

Qui plus est, je ne doute pas encore assez de moi pour poser cette question-là, je ne demande pas ici un jugement sur cette démarche-là de ma part, mais bel et bien un avis sur le rapport à la honte chez les ados. Merci donc de laisser ce titre !! "[Psychologie adolescente] De quoi nos élèves ados ont-ils honte ? (prénoms des parents et autres)"


Dernière édition par lo*vi le Ven 14 Sep - 18:23, édité 1 fois

InviteeF
Grand Maître


Revenir en haut Aller en bas

Re: [Psychologie adolescente] De quoi nos élèves ont-ils honte ? Interrogation née après mention des prénoms des parents

Message par Hannibal le Ven 14 Sep - 18:22

@MrBrightside a écrit:Anecdote de formation l'an dernier:

Notre formatrice nous présentait des documents sur l'argent de poche et la consommation chez les jeunes. Elle proposait en exercice de poser des questions à ce sujet aux lycéens type "How much pocket money do you get?" (Combien d'argent de poche on te donne?)

Nous, stagiaires, avons tous été choqué de la question et de la manière dont elle était posée. Et pourtant, la formatrice nous a assuré que jamais un élève ne s'était senti agressé ou honteux de ne rien recevoir...

Vous, stagiaires, aviez raison d'être choqués.
Elle, formatrice, est une de la pire espèce - celle qui ose tout.
Moi, président, je mettrais un terme à ces pratiques.


_________________
"Quand la pierre tombe sur l'oeuf, malheur à l'oeuf.
Quand l'oeuf tombe sur la pierre, malheur à l'oeuf." (proverbe)

Hannibal
Habitué du forum


Revenir en haut Aller en bas

Re: [Psychologie adolescente] De quoi nos élèves ont-ils honte ? Interrogation née après mention des prénoms des parents

Message par egomet le Ven 14 Sep - 18:23

lo*vi a écrit:
Donc, du coup, tu suggères de créer un référentiel dans lequel on ne parle pas de soi, mais d'informations factices, dans une démarche type jeu de rôle, pour apprendre, in fine, à parler de soi, mais sans avoir à le faire réellement devant le public classe + prof, mais tout de même, un jour si on le désire, pouvoir le faire ?

Exemple : Je suis Paris Hilton.

(je commence à me dire que je vais avoir 25 ans, mais que dans ma tête, l'âge est en verlan...)


Oui, par exemple, encore que Paris Hilton ne soit pas forcément le meilleur choix. Ou alors des exercices de grammaire à faire à l'oral, qui donnent toutes les structures nécessaires pour le jour où ils en auront besoin.

En revanche, pour les IPR, je ne te conseille pas d'aller à l'encontre de leurs idées cette année, attributs masculins ou pas (c'est plutôt une question de compte en banque, d'ailleurs). Pour la suite, tu verras bien.

_________________
Primum non nocere.
Sapientia vero ubi invenitur et quis est locus intellegentiae? Non est in me, non est mecum.


Poésies, roman etc. http://egomet.sanqualis.com/

egomet
Esprit éclairé


Revenir en haut Aller en bas

Re: [Psychologie adolescente] De quoi nos élèves ont-ils honte ? Interrogation née après mention des prénoms des parents

Message par InviteeF le Ven 14 Sep - 18:25

@egomet a écrit:
lo*vi a écrit:
Donc, du coup, tu suggères de créer un référentiel dans lequel on ne parle pas de soi, mais d'informations factices, dans une démarche type jeu de rôle, pour apprendre, in fine, à parler de soi, mais sans avoir à le faire réellement devant le public classe + prof, mais tout de même, un jour si on le désire, pouvoir le faire ?

Exemple : Je suis Paris Hilton.

(je commence à me dire que je vais avoir 25 ans, mais que dans ma tête, l'âge est en verlan...)


Oui, par exemple, encore que Paris Hilton ne soit pas forcément le meilleur choix. Ou alors des exercices de grammaire à faire à l'oral, qui donnent toutes les structures nécessaires pour le jour où ils en auront besoin.

En revanche, pour les IPR, je ne te conseille pas d'aller à l'encontre de leurs idées cette année, attributs masculins ou pas (c'est plutôt une question de compte en banque, d'ailleurs). Pour la suite, tu verras bien.

Merci egomet ! Smile

Les exos de grammaire (même à l'oral) sont strictement interdits par les IPR, justement (...)

InviteeF
Grand Maître


Revenir en haut Aller en bas

Re: [Psychologie adolescente] De quoi nos élèves ont-ils honte ? Interrogation née après mention des prénoms des parents

Message par egomet le Ven 14 Sep - 18:29

lo*vi a écrit:

Qui plus est, je ne doute pas encore assez de moi pour poser cette question-là, je ne demande pas ici un jugement sur cette démarche-là de ma part, mais bel et bien un avis sur le rapport à la honte chez les ados. Merci donc de laisser ce titre !! "[Psychologie adolescente] De quoi nos élèves ados ont-ils honte ? (prénoms des parents et autres)"

Si c'est le rapport à la honte qui t'intéresse le plus, je ferai une remarque. La honte n'est pas forcément une mauvaise chose en soi. C'est ce qui empêche les mauvaises actions. La honte est beaucoup plus efficace pour ça que toutes les punitions et toutes les contraintes. Mais c'est le rôle de l'éducateur d'orienter la honte des enfants sur les bons sujets. Je ne dois pas avoir honte de ce que je suis, mais seulement de mes actes. Il faut par exemple, si on y arrive, retourner la honte sur celui qui se moque de son camarade.

_________________
Primum non nocere.
Sapientia vero ubi invenitur et quis est locus intellegentiae? Non est in me, non est mecum.


Poésies, roman etc. http://egomet.sanqualis.com/

egomet
Esprit éclairé


Revenir en haut Aller en bas

Re: [Psychologie adolescente] De quoi nos élèves ont-ils honte ? Interrogation née après mention des prénoms des parents

Message par egomet le Ven 14 Sep - 18:32

lo*vi a écrit:
Merci egomet ! Smile

Les exos de grammaire (même à l'oral) sont strictement interdits par les IPR, justement (...)

Ah! ces IPR... je vous jure. furieux

C'est surtout à l'oral que ces exos sont utiles, pour créer des automatismes. Dans une conversation authentique, tu ne peux ni prendre 5 minutes à conjuguer un verbe, ni te permettre des fautes trop lourdes.

_________________
Primum non nocere.
Sapientia vero ubi invenitur et quis est locus intellegentiae? Non est in me, non est mecum.


Poésies, roman etc. http://egomet.sanqualis.com/

egomet
Esprit éclairé


Revenir en haut Aller en bas

Re: [Psychologie adolescente] De quoi nos élèves ont-ils honte ? Interrogation née après mention des prénoms des parents

Message par Ruthven le Ven 14 Sep - 18:32

@egomet a écrit:
lo*vi a écrit:

Qui plus est, je ne doute pas encore assez de moi pour poser cette question-là, je ne demande pas ici un jugement sur cette démarche-là de ma part, mais bel et bien un avis sur le rapport à la honte chez les ados. Merci donc de laisser ce titre !! "[Psychologie adolescente] De quoi nos élèves ados ont-ils honte ? (prénoms des parents et autres)"

Si c'est le rapport à la honte qui t'intéresse le plus, je ferai une remarque. La honte n'est pas forcément une mauvaise chose en soi. C'est ce qui empêche les mauvaises actions. La honte est beaucoup plus efficace pour ça que toutes les punitions et toutes les contraintes. Mais c'est le rôle de l'éducateur d'orienter la honte des enfants sur les bons sujets. Je ne dois pas avoir honte de ce que je suis, mais seulement de mes actes. Il faut par exemple, si on y arrive, retourner la honte sur celui qui se moque de son camarade.

Shame-culture or guilt-culture ? Tu es bien païen dans ton approche en faisant de la honte le fondement de la moralité ! Razz

Ruthven
Grand Maître


Revenir en haut Aller en bas

Re: [Psychologie adolescente] De quoi nos élèves ont-ils honte ? Interrogation née après mention des prénoms des parents

Message par egomet le Ven 14 Sep - 18:33

Pas le fondement, le levier.

_________________
Primum non nocere.
Sapientia vero ubi invenitur et quis est locus intellegentiae? Non est in me, non est mecum.


Poésies, roman etc. http://egomet.sanqualis.com/

egomet
Esprit éclairé


Revenir en haut Aller en bas

Re: [Psychologie adolescente] De quoi nos élèves ont-ils honte ? Interrogation née après mention des prénoms des parents

Message par InviteeF le Ven 14 Sep - 18:33

@egomet a écrit:
lo*vi a écrit:

Qui plus est, je ne doute pas encore assez de moi pour poser cette question-là, je ne demande pas ici un jugement sur cette démarche-là de ma part, mais bel et bien un avis sur le rapport à la honte chez les ados. Merci donc de laisser ce titre !! "[Psychologie adolescente] De quoi nos élèves ados ont-ils honte ? (prénoms des parents et autres)"

Si c'est le rapport à la honte qui t'intéresse le plus, je ferai une remarque. La honte n'est pas forcément une mauvaise chose en soi. C'est ce qui empêche les mauvaises actions. La honte est beaucoup plus efficace pour ça que toutes les punitions et toutes les contraintes. Mais c'est le rôle de l'éducateur d'orienter la honte des enfants sur les bons sujets. Je ne dois pas avoir honte de ce que je suis, mais seulement de mes actes. Il faut par exemple, si on y arrive, retourner la honte sur celui qui se moque de son camarade.

Très vrai.
D'après Don Juan Manuel (GRAND auteur médiéval castillan), la honte est la plus grande de toutes les vertus car elle implique l'existence d'honneur et sens moral.
Et pour le reste de ton message, et la démarche de l'éducateur, j'approuve pleinement ! Very Happy

InviteeF
Grand Maître


Revenir en haut Aller en bas

Re: [Psychologie adolescente] De quoi nos élèves ont-ils honte ? Interrogation née après mention des prénoms des parents

Message par egomet le Ven 14 Sep - 18:35

La honte n'est pas une vertu, mais elle imprime les vertus ou les vices dans le cœur de l'homme.

_________________
Primum non nocere.
Sapientia vero ubi invenitur et quis est locus intellegentiae? Non est in me, non est mecum.


Poésies, roman etc. http://egomet.sanqualis.com/

egomet
Esprit éclairé


Revenir en haut Aller en bas

Re: [Psychologie adolescente] De quoi nos élèves ont-ils honte ? Interrogation née après mention des prénoms des parents

Message par Hannibal le Ven 14 Sep - 18:36

lo*vi a écrit:Les exos de grammaire (même à l'oral) sont strictement interdits par les IPR, justement (...)

Sage décision.
A ces causes et autres, pour l’édification des fidèles et pour le bien de leurs âmes, nous leur défendons de jamais lire aucun livre, sous peine de damnation éternelle. Et, de peur que la tentation diabolique ne leur prenne de s’instruire, nous défendons aux pères et aux mères d’enseigner à lire à leurs enfants. Et, pour prévenir toute contravention à notre ordonnance, nous leur défendons expressément de penser, sous les mêmes peines; enjoignons à tous les vrais croyants de dénoncer à notre officialité quiconque aurait prononcé quatre phrases liées ensemble, desquelles on pourrait inférer un sens clair et net. Ordonnons que dans toutes les conversations on ait à se servir de termes qui ne signifient rien, selon l’ancien usage de la Sublime-Porte.

_________________
"Quand la pierre tombe sur l'oeuf, malheur à l'oeuf.
Quand l'oeuf tombe sur la pierre, malheur à l'oeuf." (proverbe)

Hannibal
Habitué du forum


Revenir en haut Aller en bas

Re: [Psychologie adolescente] De quoi nos élèves ont-ils honte ? Interrogation née après mention des prénoms des parents

Message par egomet le Ven 14 Sep - 18:38

@Hannibal a écrit:
lo*vi a écrit:Les exos de grammaire (même à l'oral) sont strictement interdits par les IPR, justement (...)

Sage décision.
A ces causes et autres, pour l’édification des fidèles et pour le bien de leurs âmes, nous leur défendons de jamais lire aucun livre, sous peine de damnation éternelle. Et, de peur que la tentation diabolique ne leur prenne de s’instruire, nous défendons aux pères et aux mères d’enseigner à lire à leurs enfants. Et, pour prévenir toute contravention à notre ordonnance, nous leur défendons expressément de penser, sous les mêmes peines; enjoignons à tous les vrais croyants de dénoncer à notre officialité quiconque aurait prononcé quatre phrases liées ensemble, desquelles on pourrait inférer un sens clair et net. Ordonnons que dans toutes les conversations on ait à se servir de termes qui ne signifient rien, selon l’ancien usage de la Sublime-Porte.

Laughing

_________________
Primum non nocere.
Sapientia vero ubi invenitur et quis est locus intellegentiae? Non est in me, non est mecum.


Poésies, roman etc. http://egomet.sanqualis.com/

egomet
Esprit éclairé


Revenir en haut Aller en bas

Re: [Psychologie adolescente] De quoi nos élèves ont-ils honte ? Interrogation née après mention des prénoms des parents

Message par InviteeF le Ven 14 Sep - 18:38

@Hannibal a écrit:
lo*vi a écrit:Les exos de grammaire (même à l'oral) sont strictement interdits par les IPR, justement (...)

Sage décision.
A ces causes et autres, pour l’édification des fidèles et pour le bien de leurs âmes, nous leur défendons de jamais lire aucun livre, sous peine de damnation éternelle. Et, de peur que la tentation diabolique ne leur prenne de s’instruire, nous défendons aux pères et aux mères d’enseigner à lire à leurs enfants. Et, pour prévenir toute contravention à notre ordonnance, nous leur défendons expressément de penser, sous les mêmes peines; enjoignons à tous les vrais croyants de dénoncer à notre officialité quiconque aurait prononcé quatre phrases liées ensemble, desquelles on pourrait inférer un sens clair et net. Ordonnons que dans toutes les conversations on ait à se servir de termes qui ne signifient rien, selon l’ancien usage de la Sublime-Porte.

Justement : je me sens en porte-à-faux.
Mais je suis lâche : je vais me conformer cette année.
Je cauchemarde la nuit de la concrétisation du film Idiocracy mais je me plie le jour.

Pas fière de moi.
Mais j'ai besoin de cette titularisation pour ensuite pouvoir refaire, comme quand contractuelle, des cours en cohérence avec ma vision de l'apprentissage d'une langue et de l'expression dans celle-ci. L'importance du Verbe, notamment. De donner des outils pour s'exprimer, produire, pas répéter bêtement en adaptant légèrement.

Pour le coup, j'ai au moins aussi honte qu'une ado (mais pas certaine que cela fasse de moi une femme vertueuse pour l'occasion professeur )


Dernière édition par lo*vi le Ven 14 Sep - 18:39, édité 1 fois

InviteeF
Grand Maître


Revenir en haut Aller en bas

Re: [Psychologie adolescente] De quoi nos élèves ont-ils honte ? Interrogation née après mention des prénoms des parents

Message par John le Ven 14 Sep - 18:39

Il y a des écrits de la part des IPR qui disent que ces exercices sont interdits ?

De ce que je sais, il s interdisent certaines formes d'exercices de grammaire, mais pas toutes.

_________________
En achetant des articles au lien ci-dessous, vous nous aidez, sans frais, à gérer le forum. Merci !


"Celui qui ne participe pas à la lutte participe à la défaite" (Brecht)
"La nostalgie, c'est plus ce que c'était" (Simone Signoret)
"Les médias participent à la falsification permanente de l'information" (Umberto Eco)

John
Médiateur


Revenir en haut Aller en bas

Re: [Psychologie adolescente] De quoi nos élèves ont-ils honte ? Interrogation née après mention des prénoms des parents

Message par InviteeF le Ven 14 Sep - 18:40

@John a écrit:Il y a des écrits de la part des IPR qui disent que ces exercices sont interdits ?

De ce que je sais, il s interdisent certaines formes d'exercices de grammaire, mais pas toutes.

Le programme (je te cherche la référence exacte si ça t'intéresse)


(qui a une corde ? )

InviteeF
Grand Maître


Revenir en haut Aller en bas

Re: [Psychologie adolescente] De quoi nos élèves ont-ils honte ? Interrogation née après mention des prénoms des parents

Message par John le Ven 14 Sep - 18:41

Le programme (je te cherche la référence exacte si ça t'intéresse)
Ah oui, je veux bien, effectivement !

_________________
En achetant des articles au lien ci-dessous, vous nous aidez, sans frais, à gérer le forum. Merci !


"Celui qui ne participe pas à la lutte participe à la défaite" (Brecht)
"La nostalgie, c'est plus ce que c'était" (Simone Signoret)
"Les médias participent à la falsification permanente de l'information" (Umberto Eco)

John
Médiateur


Revenir en haut Aller en bas

Re: [Psychologie adolescente] De quoi nos élèves ont-ils honte ? Interrogation née après mention des prénoms des parents

Message par egomet le Ven 14 Sep - 18:42

Écrits ou pas, on s'expose quand le statut ne protège pas.

Moi, je n'ai pas joué le jeu, j'ai été sorti.

lo*vi, ça c'est une honte de bon aloi. Smile

_________________
Primum non nocere.
Sapientia vero ubi invenitur et quis est locus intellegentiae? Non est in me, non est mecum.


Poésies, roman etc. http://egomet.sanqualis.com/

egomet
Esprit éclairé


Revenir en haut Aller en bas

Re: [Psychologie adolescente] De quoi nos élèves ont-ils honte ? Interrogation née après mention des prénoms des parents

Message par pitchounette le Ven 14 Sep - 18:47

lo*vi a écrit:Je ne suis pas fan de l'idée "mentez raisonnablement !" mais faut creuser, on peut peut-être trouver quelque chose de presque satisfaisant là-dessus.... scratch

au bafa, c'est ce qu'ils nous avaient conseillé quand on devait mettre en situation les ados pour des grands jeux ou autres..pour éviter qu'ils soient mal à l'aise pendant l'activité
on leur donnait comme une fiche de rôle déjà toute faite. Après ils devaient se l'approprier. c'est comme ça qu'on avait créer un super cluedo géant

_________________
Le bonheur est dans le pré après 7 ans de région parisienne

pitchounette
Expert spécialisé


Revenir en haut Aller en bas

Re: [Psychologie adolescente] De quoi nos élèves ont-ils honte ? Interrogation née après mention des prénoms des parents

Message par InviteeF le Ven 14 Sep - 18:50

Lenou3132 a écrit:
lo*vi a écrit:Je ne suis pas fan de l'idée "mentez raisonnablement !" mais faut creuser, on peut peut-être trouver quelque chose de presque satisfaisant là-dessus.... scratch

au bafa, c'est ce qu'ils nous avaient conseillé quand on devait mettre en situation les ados pour des grands jeux ou autres..pour éviter qu'ils soient mal à l'aise pendant l'activité
on leur donnait comme une fiche de rôle déjà toute faite. Après ils devaient se l'approprier. c'est comme ça qu'on avait créer un super cluedo géant

Je ne doute pas qu'au BAFA ce soit super (j'ai été chef scout, je le faisais aussi) mais là je suis dans une salle de classe.
J'ai une autre vision (pfiou, je me sens vieille et rétrograde sur ce coup mais.... rien n'y fait lecteur )


Sinon, John : http://eduscol.education.fr/cid48779/langues-vivantes-etrangeres-college.html

et quelques copiers-collers de mes notes sur ces textes peut-être légèrement modifiés quand j'ai fait mes fiches mais vraiment à un ou deux mots près seulement pour synthétiser si tel est le cas

"Entraîner les élèves à induire une règle à partir d’exemples, de façon à poser des jalons utiles à leur expression orale et écrite, sans perdre de vue que la grammaire n’a de sens que par et pour la communication."

"Considérer les compétences linguistiques et culturelles non pas comme des fins en elles-mêmes mais mises en situation dans la réalisation de tâches."

"Créer des mises en situation via une pratique dite actionnelle. Relier la langue à l’action. Mettre en place la réalisation de tâches sociales telles que mener à bien un projet, atteindre un objectif, résoudre un problème."

"Impliquer l’élève dans des situations de communication motivées et motivantes."

"Encourager les tâches qui favorisent les activités de dialogue."

"Ancrer l’apprentissage dans une réalité quotidienne."

Enjoy your reading.... malmaisbien



InviteeF
Grand Maître


Revenir en haut Aller en bas

Re: [Psychologie adolescente] De quoi nos élèves ont-ils honte ? Interrogation née après mention des prénoms des parents

Message par seahala le Ven 14 Sep - 18:50

C'est vrai que je n'irai faire un "cours de grammaire " le jour d'une inspection ! Mais, je trouve qu'on nous met beaucoup trop le pression avec ça : il faut faire de la langue sans grammaire selon eux !! Or du coup, on est culpabilisé par des impératifs contradictoires... L 'incohérence n'est pas forcément là où l'on croirait...
Je trouve ça sain ainsi qu'utile de passer du temps - dans la langue maternelle !- sur un point de langue qui mérite qu'on s'y attarde, de l'expliquer, de le faire utiliser et le faire s'approprier par les élèves grâce à des exercices - ce mot tant honni !! - ce qui n'exclue nullement la communication par ailleurs....

seahala
Niveau 8


Revenir en haut Aller en bas

Re: [Psychologie adolescente] De quoi nos élèves ont-ils honte ? Interrogation née après mention des prénoms des parents

Message par InviteeF le Ven 14 Sep - 18:52

Oh merci Seahala

je me sens mieux de voir que je ne suis pas la seule à penser ça
je n'ai rencontré (IRL) que des mordu(e)s de la perspective actionnelle, je me sens tellement seule et Vieille France dans ma vision des choses.

ça me met du baume au coeur de vous lire ce soir, Egomet, toi, les autres... VRAIMENT ! hearts

InviteeF
Grand Maître


Revenir en haut Aller en bas

Re: [Psychologie adolescente] De quoi nos élèves ont-ils honte ? Interrogation née après mention des prénoms des parents

Message par egomet le Ven 14 Sep - 18:54

lo*vi a écrit:
Lenou3132 a écrit:
lo*vi a écrit:Je ne suis pas fan de l'idée "mentez raisonnablement !" mais faut creuser, on peut peut-être trouver quelque chose de presque satisfaisant là-dessus.... scratch

au bafa, c'est ce qu'ils nous avaient conseillé quand on devait mettre en situation les ados pour des grands jeux ou autres..pour éviter qu'ils soient mal à l'aise pendant l'activité
on leur donnait comme une fiche de rôle déjà toute faite. Après ils devaient se l'approprier. c'est comme ça qu'on avait créer un super cluedo géant

Je ne doute pas qu'au BAFA ce soit super (j'ai été chef scout, je le faisais aussi) mais là je suis dans une salle de classe.
J'ai une autre vision (pfiou, je me sens vieille et rétrograde sur ce coup mais.... rien n'y fait lecteur )


Il n'y a pas tromperie dans une fiction, puisqu'elle est posée dès le début comme telle. Et si les élèves apprennent...

_________________
Primum non nocere.
Sapientia vero ubi invenitur et quis est locus intellegentiae? Non est in me, non est mecum.


Poésies, roman etc. http://egomet.sanqualis.com/

egomet
Esprit éclairé


Revenir en haut Aller en bas

Page 2 sur 4 Précédent  1, 2, 3, 4  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum