Partagez
Voir le sujet précédentAller en basVoir le sujet suivant
John
John
Médiateur

La Réunion : un jeune séquestré et forcé à lire l'Evangile selon Saint Mathieu. Empty La Réunion : un jeune séquestré et forcé à lire l'Evangile selon Saint Mathieu.

par John le Dim 16 Sep 2012 - 15:44
https://www.clicanoo.re/339105-un-lyceen-sequestre-et-force-a-lire-l-evangile.html

COMPARUTION IMMÉDIATE. Contraint de suivre ce trentenaire multirécidiviste jusqu’à sa chambre, l’adolescent terrorisé s’est retrouvé à lire des passages de l’évangile de saint Matthieu avec un couteau cuisine pointé sur le torse. Son kidnappeur, qui l’a laissé partir deux heures plus tard, écope de trois ans ferme.

SAINT-DENIS

« J’ai eu une peur énorme. J’ai vraiment cru que c’était mon dernier soir et que j’allais mourir… » Le récit que va faire Julien*, 16 ans, de cette soirée du 30 août dernier a proprement stupéfait les policiers qui ont enregistré sa plainte.

Ce soir-là, vers 16 h 30, le lycéen élève de 1re décide de ne pas attendre le bus devant l’hôtel de ville et entreprend de regagner à pied le domicile familial à Saint-François. Empruntant les rampes, il tombe alors face à un homme d’une trentaine d’années d’aspect peu rassurant qui lui réclame du riz.

Julien n’en a évidemment pas et veut poursuivre son chemin, lorsque l’homme revient vers lui et l’attrape par l’épaule. En chantonnant un air de Bob Marley, il commence alors à tracer des signes de croix avec son pouce sur le front du lycéen, puis lui raconte qu’il est un gars « connu aux Camélias et à la Chaumière ». Tétanisé, le jeune garçon commence à pleurer, ce qui va mettre en colère l’homme, visiblement sous l’effet de l’alcool et de médicaments. Il force le gamin à l’accompagner à la boutique pour prendre une bière puis l’entraîne vers la résidence des Jardins de Bourbons, où il squatte le studio qu’une association d’aide sociale a fourni à l’un de ses amis. Prenant soin de dissimuler le code d’accès à l’immeuble, il entraîne l’adolescent dans sa chambre.

UNE LAME DE 40 CM

Là, il le fait asseoir sur le lit, lui demande de rouler des cigarettes en faisant semblant de parler au téléphone. Puis il fouille les poches du lycéen et lui prend son téléphone et les cinq euros qui s’y trouvent. Et alors qu’il commence à protester, Julien voit son ravisseur revenir avec un couteau de cuisine « de 40 cm », qu’il pointe contre son torse. L’homme lui tend alors un livre rouge, et le force à lire. Il s’agit de l’évangile selon saint Matthieu. L’adolescent en entame la lecture sous la menace de l’arme blanche, en remarquant le visage du Christ tatoué sur le bras de l’homme au couteau. La scène de la lecture va durer trois longs quarts d’heure, l’homme ayant fini par reposer le couteau au bout d’une vingtaine de minutes. En écoutant le jeune, il déguste des tranches de saucisson comme si de rien n’était.

Il est environ 19 h lorsqu’il ramène l’adolescent à la boutique voisine et le laisse partir. Une heure plus tard, Julien se présente au commissariat avec son père et raconte son calvaire. « Quand il m’a laissé, je me suis senti revivre », explique encore le lycéen, qui écopera de quatre jours d’interruption de travail suite à cette fin de journée traumatisante.

Avant-hier, Jean-Christophe Vigie, le suspect âgé de 34 ans, est identifié et interpellé. L’homme, qui compte 22 condamnations pour vols et violences à son casier judiciaire, était déféré hier, et jugé selon la procédure de comparution immédiate pour vol avec violence et enlèvement avec séquestration. Il était sorti de prison en juillet dernier, après une peine de trois ans ferme.

"LA VICTIME ÉTAIT TERRORISÉE"

« Il m’a suivi volontairement », indique le prévenu à la barre, « mais c’est vrai que j’ai crié fort et il a eu peur. » « Pourquoi avoir sorti ce couteau et l’avoir forcé à lire l’évangile ? », l’interroge le président du tribunal, Jean-Pierre Niel. « Le couteau, c’était pour manger du saucisson. La lecture, c’était comme ça », a du mal à justifier le mis en cause, qui assure que le Rivotril qu’il consomme lui a été prescrit pour ses crises d’épilepsie. L’expert psychiatre qui l’examine décrit un sujet dans « un état de confusion et d’amnésie provoquée par une intoxication aux psychotropes et à l’alcool. » Le médecin décrit encore un homme au comportement « antisocial » et présentant une certaine dangerosité, mais l’estime accessible à une sanction pénale.

« Il a profité de son emprise pour extorquer ce jeune et lui voler ses affaires. La victime était terrorisée », rappelle la procureur adjoint Danièle Braud, qui requiert une peine de quatre ans de prison ferme et un an de sursis avec mise à l’épreuve.

Me Henri Moselle, en défense, ne peut que constater que son client « reconnaît les faits, même s’ils sont curieux. Peut-être qu’après seize ans de sa vie passés en prison, il est difficile pour lui de s’adapter à la société. » Après en avoir délibéré, les juges ont condamné Jean-François Vigie à trois ans de prison ferme, avec un mandat de dépôt à l’audience. L’homme a regagné la maison d’arrêt. Julien, lui, a changé ses habitudes de la vie quotidienne et évite désormais les déplacements à pied. « Il est juste soulagé d’être en vie », expliquera son père, venu assister à l’audience

Sébastien Gignoux

_________________
En achetant des articles au lien ci-dessous, vous nous aidez, sans frais, à gérer le forum. Merci !


"Celui qui ne participe pas à la lutte participe à la défaite" (Brecht)
"La nostalgie, c'est plus ce que c'était" (Simone Signoret)
"Les médias participent à la falsification permanente de l'information" (Umberto Eco)
Voir le sujet précédentRevenir en hautVoir le sujet suivant
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum