Colloque FSU : "la grève enseignante, en quête d’efficacité"

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Colloque FSU : "la grève enseignante, en quête d’efficacité"

Message par invitéW le Mar 18 Sep - 10:33


Colloque sur la grève enseignante, croisant les regards d’acteurs et de chercheurs, d’historiens et de sociologues.



11 octobre 2012



Lycée Diderot 61 rue David d’Angers 75019 Paris, M° Danube

Les enseignants sont réputés pour la récurrence et la force de leurs
grèves. Pourtant, ils doutent régulièrement de l’efficacité de cet
outil. Ce débat ancien met en cause les formes particulières d’action
secrétées par le milieu (grèves de 24 heures préparées à froid, grèves
d’examen...), sans parvenir pour l’instant à proposer des
alternatives. Ce colloque de l’institut de recherches de la FSU réunit
historiens, sociologues et militants pour analyser et confronter des
expériences de lutte échelonnées entre 1920 et 2010, à tous les degrés
d’enseignement.

PROGRAMME



9 h : Accueil des participants, café



9 h 10 : Ouverture


Bernadette Groison (secrétaire générale de la FSU)
Alain Dalançon (président de l’IRHSES)


9 h 20 : Introduction


Laurent Frajerman (historien, institut de recherches de la FSU)


9 h 35 « Faire la grève, une bonne idée ? »


Présidente Danielle Tartakowsky (professeure d’Histoire, université de Paris 8)


Loïc Le Bars (historien) : « La genèse de la grève vue par les
instituteurs syndicaliste-révolutionnaires : débats de 1920 et 1938. »


Yves Verneuil (historien, IUFM de Reims) : « L’appropriation de la grève par les professeurs, 1919-1939. »


Nada Chaar (sociologue, institut de recherches de la FSU et CURAPP) « Les non grévistes, anatomie d’un phénomène récurrent »


Jean-Michel Drevon (secrétaire national EE de la FSU 2001-2010,
bureau de l’institut de recherches de la FSU) : « Quel écho de ces
débats syndicaux au XXIe siècle ? »


11 h : Table ronde : « la grève de 24 h, toujours critiquée, encore pratiquée »


Animée par Laurent Frajerman (historien, institut)


Michel Deschamps (secrétaire général de la FSU, 1993-1999), Laurent
Cadreils (secrétaire du SNUipp Haute-Garonne), Monique Vuaillat
(secrétaire générale du SNES, 1984-2002 et de la FSU, 2000-2002),
Bernadette Groison (secrétaire générale de la FSU), Marianne Baby
(secrétaire générale adjointe du SNUipp), Frédérique Rolet
(co-secrétaire générale du SNES).


12 h 30 : repas


14 h : « Les alternatives à la grève classique : une recherche typiquement enseignante ? »


Président Julien Fretel (Professeur de science politique, CURAPP Amiens)


Projection d’une vidéo de Sophie Richardot, sur le mouvement de 2009


Alain Dalançon (historien, président de l’IRHSES) : « Une alternative
à la grève classique : la grève administrative SNES -SNET de 1965 »


Bertrand Geay (sociologue, CURAPP, université d’Amiens) : « Le
rapport à la grève des enseignants-chercheurs mis à l’épreuve : le
mouvement du printemps 2009 »


Alain Ponvert (CDFN de la FSU et secrétariat du S3 du SNES de Rouen)
« Une expérience de lutte interprofessionnelle, le Havre 2010 »


Baptiste Giraud (politiste, LEST, Aix-Marseille) « Les grèves enseignantes sont-elles spécifiques ? »


15 h 30 « La grève, oui mais combien de temps ? »


Président René Mouriaux (directeur de recherches honoraire en sciences politiques, CEVIPOF)


Robert Hirsch (historien) « originalité et postérité de la grève des instituteurs parisiens de 1947 »


Bernard Boisseau (ex co-secrétaire général du SNES), « la grève des
enseignants de Seine-Saint-Denis en 1998, une lutte locale porteuse de
leçons nationales »


Gérard Aschieri (secrétaire général de la FSU, 2001-2010, président
de l’institut) : « la grève de 2003, leçons d’un traumatisme »


17 h Conclusion


André Robert (sociologue, université de Lyon II)

http://institut.fsu.fr/Colloque-la-greve-enseignante-en.html

invitéW
Prophète


Revenir en haut Aller en bas

Re: Colloque FSU : "la grève enseignante, en quête d’efficacité"

Message par yseult le Mar 18 Sep - 11:39

très intéressant (du point de vue historique entre autres...) mais vont-ils vraiment accoucher d'une alternative au bout de cette journée?
Ceci dit, c'est une excellente idée de colloque. Tout professeur (tout travailleur?) devrait avoir l'obligation d'y assister, de le visionner. D'ailleurs pourra-t-on écouter, visionner une retransmission??

yseult
Fidèle du forum


Revenir en haut Aller en bas

Re: Colloque FSU : "la grève enseignante, en quête d’efficacité"

Message par nohalles le Mar 18 Sep - 18:09

Vive la greve, generale...

nohalles
Niveau 2


Revenir en haut Aller en bas

Re: Colloque FSU : "la grève enseignante, en quête d’efficacité"

Message par chaumont2012 le Mar 18 Sep - 23:01

oui, la grève, c'est comme l'amour : mieux vaut faire que parler.

chaumont2012
Niveau 6


Revenir en haut Aller en bas

Re: Colloque FSU : "la grève enseignante, en quête d’efficacité"

Message par John le Mar 18 Sep - 23:03

Qui compte y aller ?

_________________
En achetant des articles au lien ci-dessous, vous nous aidez, sans frais, à gérer le forum. Merci !


"Celui qui ne participe pas à la lutte participe à la défaite" (Brecht)
"La nostalgie, c'est plus ce que c'était" (Simone Signoret)
"Les médias participent à la falsification permanente de l'information" (Umberto Eco)

John
Médiateur


Revenir en haut Aller en bas

Re: Colloque FSU : "la grève enseignante, en quête d’efficacité"

Message par ysabel le Mer 19 Sep - 5:21

@chaumont2012 a écrit:oui, la grève, c'est comme l'amour : mieux vaut faire que parler.

Razz lol!

_________________
« vous qui entrez, laissez toute espérance ». Dante

« Il vaut mieux n’avoir rien promis que promettre sans accomplir » (L’Ecclésiaste)

ysabel
Enchanteur


Revenir en haut Aller en bas

Re: Colloque FSU : "la grève enseignante, en quête d’efficacité"

Message par Duplay le Mer 19 Sep - 6:54

@yseult a écrit:Tout professeur (tout travailleur?) devrait avoir l'obligation d'y assister, de le visionner.

Shocked

Duplay
Expert spécialisé


Revenir en haut Aller en bas

Re: Colloque FSU : "la grève enseignante, en quête d’efficacité"

Message par yseult le Mer 19 Sep - 15:47

viii enfin j'écris cela en pensant aux collègues qui oublient vite les origines de la grève, c'est pour ça...je suis un peu extrême dans mes propos... Embarassed

j'édite pour corriger la faute sur le verbe. Si ceux qui me citent pouvaient aussi la corriger. Merci. Wink


Dernière édition par yseult le Mer 19 Sep - 17:06, édité 1 fois

yseult
Fidèle du forum


Revenir en haut Aller en bas

Re: Colloque FSU : "la grève enseignante, en quête d’efficacité"

Message par Ergo le Mer 19 Sep - 15:50

Pfff, c'est un jeudi...

_________________
After all we've been through---it can't be for nothing. ---Ellie

No matter. Try again. Fail again. Fail better.---Beckett
Les stulos-plyme des neos. Illustration de la devise de Ronin: "Cède, cède, cède, je le veux !"

Ergo
Enchanteur


Revenir en haut Aller en bas

Re: Colloque FSU : "la grève enseignante, en quête d’efficacité"

Message par EU1 le Mer 19 Sep - 15:57

Mowgli a écrit:
@yseult a écrit:Tout professeur (tout travailleur?) devrait avoir l'obligation d'y assister, de le visionner.

Shocked


affraid affraid

EU1
Fidèle du forum


Revenir en haut Aller en bas

Re: Colloque FSU : "la grève enseignante, en quête d’efficacité"

Message par Ergo le Mer 19 Sep - 15:59

@yseult a écrit:viii enfin j'écris cela en pensant aux collègues qui oublient vite les origines de la grève, c'est pour ça...je sui un peu extrême dans mes propos... Embarassed
Wink

_________________
After all we've been through---it can't be for nothing. ---Ellie

No matter. Try again. Fail again. Fail better.---Beckett
Les stulos-plyme des neos. Illustration de la devise de Ronin: "Cède, cède, cède, je le veux !"

Ergo
Enchanteur


Revenir en haut Aller en bas

Re: Colloque FSU : "la grève enseignante, en quête d’efficacité"

Message par Dugong le Mer 19 Sep - 16:10

@yseult a écrit:Ceci dit, c'est une excellente idée de colloque. Tout professeur (tout travailleur?) devrait avoir l'obligation d'y assister, de le visionner. D'ailleurs pourra-t-on écouter, visionner une retransmission??
Tout à fait d'accord.

Pour que les yeux restent ouverts, il y a des appareils :



Et question appareil, à la FSU, on s'y connaît.

Dugong
Niveau 9


Revenir en haut Aller en bas

Re: Colloque FSU : "la grève enseignante, en quête d’efficacité"

Message par neo le Mar 25 Sep - 9:00

@John a écrit:Qui compte y aller ?
J'aurais bien aimé y aller, mais je suis loin...
Sinon, je partage totalement l'avis du congrès académique de Lille, sur la question du syndicalisme (unité syndicale et modalités d'action) :
http://www.lille.snes.edu/spip.php?article2264

Le SNES propose de développer l’unité d’action sur des bases claires (objectifs, revendications) avec l’ensemble des organisations syndicales si possible, sinon avec celles qui ont les mêmes préoccupations. Le syndicalisme doit aussi être porteur de revendications qui augmenteront sa capacité à peser effectivement sur les décisions (…) et de modalités d'actions (grève pouvant aller jusqu'à la grève reconductible…).
L’unité syndicale doit se faire autour d’une plate-forme revendicative exigeante et sans en rabattre sur le contenu et les modalités d’action. Cela implique de l’emporter sur les organisations syndicales qui se contentent d’accompagner le système.

neo
Grand sage


Revenir en haut Aller en bas

Re: Colloque FSU : "la grève enseignante, en quête d’efficacité"

Message par invitéW le Mer 3 Oct - 13:06

up

invitéW
Prophète


Revenir en haut Aller en bas

Re: Colloque FSU : "la grève enseignante, en quête d’efficacité"

Message par Gryphe le Dim 21 Oct - 15:19

Compte-rendu de ce colloque par VousNousIls :
http://www.vousnousils.fr/2012/10/18/la-greve-enseignante-en-quete-d%E2%80%99efficacite-536015

La grève enseignante, en quête d'efficacité

L'Institut de recherches de la FSU orga­ni­sait la semaine der­nière un inté­res­sant col­loque sur la grève ensei­gnante. Il abor­dait notam­ment l'efficacité des formes clas­siques de la mobi­li­sa­tion et la recherche d'alternatives à la grève de 24h. Compte-rendu.

L'Institut de recherches de la FSU orga­ni­sait ce jeudi le col­loque "La grève ensei­gnante, en quête d'efficacité", où inter­ve­nants d'horizons divers ont croisé leurs réflexions sur cet outil incon­tour­nable de la lutte syn­di­cale. Ils se sont pen­chés sur les spé­ci­fi­ci­tés de la grève chez les ensei­gnants et ont ana­lysé, à la lumière de plu­sieurs expé­riences de lutte éche­lon­nées entre 1920 et 2010, l'efficacité des dif­fé­rentes formes de mobilisation.

Les ensei­gnants, des "gréviculteurs" ?

Le monde ensei­gnant est sou­vent pointé du doigt pour la fré­quence de ses grèves, qui vaut par­fois aux ensei­gnants le qua­li­fi­ca­tif de "gré­vi­cul­teurs". Selon Laurent Frajerman, his­to­rien et ani­ma­teur de la jour­née, ce n'est pas uni­que­ment un effet de média­ti­sa­tion exces­sive. En 2006, les grèves ensei­gnantes repré­sen­taient 70 % des jours de grève dans la fonc­tion publique et 45 % des jours de grève dans le privé, alors que les ensei­gnants ne repré­sentent que 3 % de la masse salariale.

Pour Alain Dalançon, pré­sident de l'Institut de recherches sur l'Histoire du syn­di­ca­lisme dans les ensei­gne­ments du second degré (IRHSES), la grève ensei­gnante pos­sède d'autres spécificités :

- Elle n'a qu'un impact limité sur l'économie du pays

- Elle a long­temps été reje­tée par les ensei­gnants : très atta­chés à leurs mis­sions, ces der­niers ont mis du temps à inté­grer la grève à leur culture

Une appro­pria­tion dif­fi­cile de la grève par les enseignants

Le par­cours d'appropriation de la grève comme outil de reven­di­ca­tion par les ensei­gnants a en effet été dif­fi­cile, estime Loïc Le Bars, his­to­rien. Il évoque ainsi l'échec de la mobi­li­sa­tion des ins­ti­tu­teurs syndicaliste-révolutionnaires de 1920, avor­tée en catas­trophe à cause de la faible mobi­li­sa­tion des syndiqués.

Dans le 2nd degré, l'esprit syn­di­ca­liste des ensei­gnants s'est formé avec la pre­mière "grève du bac" en 1927, sur laquelle revient Yves Verneuil. L'historien rap­pelle que cette grève a contri­bué à démon­trer l'importance sociale des pro­fes­seurs de l'enseignement secon­daire, puisqu'à l'époque, le bac­ca­lau­réat consti­tuait une "porte d'entrée dans la bourgeoisie".

Aujourd'hui, la grève s'est ins­ti­tu­tion­na­li­sée, même si elle reste l'objet de débats, indique Nada Chaar, sociologue.

En effet, comme l'explique Laurent Frajerman, après une ins­ti­tu­tion­na­li­sa­tion et une radi­ca­li­sa­tion entre 1946 et le début des années 80, la grève ensei­gnante est aujourd'hui remise en ques­tion par les pro­fes­seurs eux-mêmes. La forme la plus clas­sique de mobi­li­sa­tion, la grève de 24h, est cri­ti­quée sur son effi­ca­cité sans qu'une alter­na­tive à celle-ci ne s'impose réellement.

Faut-il remettre en ques­tion la grève de 24h ?

La grève de 24h est la forme de mobi­li­sa­tion la plus uti­li­sée par les ensei­gnants, mais aussi la plus cri­ti­quée, indique Laurent Frajerman.

Pour Monique Vuaillat, ancienne secré­taire géné­rale du SNES et de la FSU, la grève de 24h n'est qu'une par­tie de la pano­plie de moyens d'actions syn­di­caux. Si elle vient seule, elle est inef­fi­cace, estime-t-elle. Un avis par­tagé par Marianne Baby, secré­taire géné­rale adjointe du SNUipp. "La grève de 24h se pose rare­ment comme seul élément mobi­li­sa­teur", affirme-t-elle, citant notam­ment les "Nuits des écoles" et les mani­fes­ta­tions de parents qui accom­pagnent sou­vent les jour­nées de mobi­li­sa­tion des enseignants.

En outre, "la grève de 24h per­met d'ancrer les reven­di­ca­tions dans l'esprit col­lec­tif", ajoute Laurent Cadreils, secré­taire du SNUipp Haute-Garonne. Et l'on peut ensuite construire un mou­ve­ment durable grâce à Internet, Facebook et autres réseaux sociaux, pré­cise Marianne Baby.

Les alter­na­tives aux grèves classiques

Les grèves admi­nis­tra­tives, par­fois envi­sa­gées comme alter­na­tives à la grève de 24 h, ont été pour la plu­part d'entre elles de rela­tifs échecs. Lors de la grève de 2003, par exemple, la mobi­li­sa­tion n'a pas connu l'ampleur escomp­tée : cer­tains ensei­gnants gré­vistes, par acquis de conscience, fai­saient tout de même cours dans l'intérêt des élèves devant pas­ser le bac. Finalement, le blo­cage de l'examen, un temps envi­sagé, n'a pas eu lieu, explique Jean-Michel Devron, du bureau de l'institut de recherches de la FSU.

De même, affirme Bertrand Geay, socio­logue, la grève active des enseignants-chercheurs du prin­temps 2009 a laissé un sen­ti­ment par­tagé d'insuccès, du fait de la coor­di­na­tion insuf­fi­sante entre les universitaires.

Pour autant, Laurent Frajerman estime que l'on ne peut pas répondre à la ques­tion de l'efficacité pour établir de "bonnes pra­tiques de grève", car elle dépend for­te­ment du contexte.

La richesse du sujet appelle à un approfondissement, affirme André Robert, socio­logue, à la fin du col­loque. Pour pour­suivre la réflexion, il serait inté­res­sant d"examiner les ini­tia­tives de grève ensei­gnante à l'étranger" et d'"explorer les formes de renou­vel­le­ment contem­po­raines de la grève", comme les Nuits des Ecoles, conclut-il.

Elsa Doladille

_________________
Τί ἐστιν ἀλήθεια ;

Gryphe
Médiateur


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum