Récits de premiers cours

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Récits de premiers cours

Message par John le Mer 4 Fév - 0:31

Voici la sauvegarde de quelques récits de premiers cours rassemblés par Fabienne il y a quelques années. Vous pouvez naturellement ajouter votre propre récit à la suite de ce post !

Comme nous nous destinons à faire le plus beau métier du monde, l'idée a germé dans ma tête de mettre en ligne quelques témoignages de tout premiers cours. Cette page est la vôtre, racontez-nous vos souvenirs, l'émotion, le trac, l'envie de bien faire mêlée à l'appréhension... (Fabienne)

--------------------------------------------------------------------------------

Récit de Nathalie T.
Bonjour
J'ai un souvenir très précis de ma première journée. Je devais commencer mes cours à 10 heures. Je pars de chez moi, et je sens qu'il se passe quelque chose de bizarre . J'avais un pneu crevé!!! J'ai appris par la suite qu'on me l'avait crevé à coups de couteau . Quelqu'un avait dû apprendre que j'étais prof....
J'arrive au lycée échevelée, en sueur et très sale .Et, enfin, je rentre dans la salle. Je prends la feuille pour faire l'appel, et là, je vois un nom que je connais bien. C'était le fils d'amis, ce qui m'a encore plus perturbée , car j'ai eu l'impression d'avoir un juge devant moi !.Et je me suis tout à coup rendue compte que la feuille tremblait, je l'ai donc posée sur le bureau en mettant mes mains dessus. La suite du cours s'est ensuite déroulée normalement, sauf qu'à un moment donné, j'ai heurté quelque chose et j'ai dit pardon: c'était une table!!!!
Voilà donc ma première journée de cours.....
Amicalement.



--------------------------------------------------------------------------------

Récit de JEG:
Souvenirs, souvenirs...
Mon premier cours fut assez original : j'ai commencé par leur lire... l'arrivée d'un nouveau (!!)
dans une classe. (Charles Bovary bien sûr) :-)
Chacun des élèves (c'était dans un lycée militaire, et à part les redoublants, tous les élèves de cette classe de 2de venaient d'arriver) était nouveau. Mais en fait, le vrai nouveau... c'était moi...



--------------------------------------------------------------------------------

Récit de Christine G. :
En 1994, j’étais étudiante en Maîtrise de Lettres Classiques. Par manque de pépètes, j’avais rempli au Rectorat un dossier de M.A. en début d’année et je continuais à travailler le soir dans une cafétéria à Montpellier.
C’était un Vendredi de Mars ou d’Avril, je ne m’en souviens plus exactement mais ce soir-là, le Proviseur d’un collège de Béziers m’a téléphoné pour me proposer un remplacement à partir du Lundi. Panique, puis inconscience, j’ai décidé que j’aviserai le Lundi sur place, que je me contenterai de prendre quelques textes.
Debout le lundi, bien avant l’aurore, peu confiante dans ma 2CV, je suis partie très en avance. La tête pleine, je rate la sortie de Béziers et arrive à Narbonne, même chemin en sens inverse. Sortie à Béziers. J’arrive encore en avance au Lycée Henri IV (qui fait aussi collège). Après un moment, je suis finalement reçue par le Proviseur, grand
seigneur, qui dans une autre vie avait été aussi prof de français et qui m’assure de l’entière liberté de mon enseignement ! Aujourd’hui je me dis que ce devait être un homme formidable mais à ce moment-là, ça m’a terrorisée.
Découverte de la salle des profs, distribution des clefs et des manuels et DRING !
Je me souviens d’un tremblement tel qu’il m’a fallu mes deux mains pour ouvrir la serrure. Je me souviens de ces cartables dans les allées comme autant de pièges à éviter pour ne pas m’affaler, spectacle que j’ai finalement réussi à éviter. Je me souviens que c’était un cours de Latin avec des élèves de 4ème. Le reste, impossible, tout est
allé trop vite.
Mais ce sont ces premiers instants, sans doute catastrophiques sur le plan pédagogique et didactique (je n’ai entendu parler que plus tard des IO) qui m’ont vraiment donné envie de faire ce métier.

_________________
En achetant des articles au lien ci-dessous, vous nous aidez, sans frais, à gérer le forum. Merci !


"Celui qui ne participe pas à la lutte participe à la défaite" (Brecht)
"La nostalgie, c'est plus ce que c'était" (Simone Signoret)
"Les médias participent à la falsification permanente de l'information" (Umberto Eco)

John
Médiateur


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum