Après Peter Gumbel, Antonella Verdiani critique l'école française... sans y avoir été élève ni enseignante.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Après Peter Gumbel, Antonella Verdiani critique l'école française... sans y avoir été élève ni enseignante.

Message par John le Sam 29 Sep 2012 - 15:02

http://www.terrafemina.com/vie-privee/famille/articles/17472-lecole-autrement--les-pedagogies-du-bonheur-expliquees-par-antonella-verdiani.html

Extraits :
L'école autrement : les pédagogies du bonheur expliquées par Antonella Verdiani
Docteur en sciences de l'éducation, Antonella Verdiani signe « Ces écoles qui rendent nos enfants heureux », en librairie le 26 septembre. Elle y décrit les « pédagogies et méthodes pour éduquer à la joie » qu'elle a pu observer en France mais aussi ailleurs dans le monde, notamment lors de sa mission de responsable des questions d'éducation pour l'UNESCO. Un ouvrage précis et argumenté qui explique les différentes pédagogies alternatives existantes et leurs valeurs. Entretien.

Terrafemina : Que peut-on reprocher au système d’éducation traditionnel français ?
Antonella Verdiani : Tout d’abord, il est bien trop rigide. Il n’y a pas assez de passerelles entre les matières… Et l’apprentissage par cœur est au centre du système, sans laisser à l’enfant l’occasion de s’exprimer. La discipline seule ne sert à rien ; c’est la discipline dans la joie qui peut faire avancer. Le système italien par exemple, celui que j’ai connu enfant, est beaucoup plus basé sur l’oral ; en philosophie, tous les cours étaient parlés.

Tf : Comment penser l’évaluation scolaire sans système de notation ?
A. V : Toute l’école traditionnelle est basée sur la compétition, qu’entraîne le système de notation. Et on en oublie la coopération. C’est comme le capitalisme. Avec la méthode du Libre Progrès, les enfants s’auto-évaluent, et c’est beaucoup plus positif.

Tf : Dans les différentes écoles alternatives que vous évoquez dans votre livre, quels sont les éléments pédagogiques qui « rendent les enfants heureux » ?
A. V : Tout d’abord, l’enfant est mis au cœur de l’enseignement, et tout est fondé sur la liberté. La liberté pour l’enfant de s’exprimer à l’oral, mais aussi physiquement ; il n’est pas obligé de rester assis par exemple. Dans ces méthodes, on donne également de l’importance au corps, il y a un équilibre entre le développement mental et physique. Sans pour autant aborder la religion, ces pédagogies alternatives sont ouvertes à la dimension existentielle de la vie ; on n’aura pas peur d’aborder la question de la mort par exemple, face à un enfant qui perd un proche. La place est laissée aux émotions, contrairement à l’école traditionnelle où il ne faut pas pleurer ou trop rire.

Tf : Quelle expérience personnelle avez-vous de l’école, en tant qu’ancienne élève et mère ?
A. V : Moi j’ai suivi mon cursus en Italie.

« Ces écoles qui rendent nos enfants heureux », Antonella Verdiani, éditions Actes Sud – Domaine du possible, 22€.

_________________
En achetant des articles au lien ci-dessous, vous nous aidez, sans frais, à gérer le forum. Merci !


"Celui qui ne participe pas à la lutte participe à la défaite" (Brecht)
"La nostalgie, c'est plus ce que c'était" (Simone Signoret)
"Les médias participent à la falsification permanente de l'information" (Umberto Eco)

John
Médiateur


Revenir en haut Aller en bas

Re: Après Peter Gumbel, Antonella Verdiani critique l'école française... sans y avoir été élève ni enseignante.

Message par Moonchild le Sam 29 Sep 2012 - 15:14

Terrafemina : Que peut-on reprocher au système d’éducation traditionnel français ?
Antonella Verdiani : Tout d’abord, il est bien trop rigide. Il n’y a pas assez de passerelles entre les matières… Et l’apprentissage par cœur est au centre du système, sans laisser à l’enfant l’occasion de s’exprimer. La discipline seule ne sert à rien ; c’est la discipline dans la joie qui peut faire avancer. Le système italien par exemple, celui que j’ai connu enfant, est beaucoup plus basé sur l’oral ; en philosophie, tous les cours étaient parlés.
Ou comment les pédagos "progressistes" atteignent presque le point Godwin sans même le vouloir... Rolling Eyes

Moonchild
Expert


Revenir en haut Aller en bas

Re: Après Peter Gumbel, Antonella Verdiani critique l'école française... sans y avoir été élève ni enseignante.

Message par lebrudu84 le Sam 29 Sep 2012 - 15:16

Toi aussi, entoure la bonne réponse: une école de la joie c'est

a) une école où le professeur est flagellé, écartelé et finalement décapité par des parents en liesse suivis de leurs joyeux bambins (option FCPE).
b) une école où les élèves prennent de jolies pilules bleues avant de venir, comme leur professeur, d'ailleurs (option Sanofi)
c) une école où les élèves oublient de venir (option Assemblée Nationale un jour de vote gênant)
d) un jour de grève.

_________________
cheers Bravo, tu as saisi la différence entre l'auxiliaire "être" et l'auxiliaire "avoir"! veneration

lebrudu84
Niveau 9


Revenir en haut Aller en bas

Re: Après Peter Gumbel, Antonella Verdiani critique l'école française... sans y avoir été élève ni enseignante.

Message par Frisouille le Sam 29 Sep 2012 - 15:23

Mais quand nous laissera-t'on travailler tranquilles ? Evil or Very Mad Rolling Eyes

Frisouille
Enchanteur


Revenir en haut Aller en bas

Re: Après Peter Gumbel, Antonella Verdiani critique l'école française... sans y avoir été élève ni enseignante.

Message par Docteur OX le Sam 29 Sep 2012 - 15:48

La discipline dans la joie.... heu

Docteur OX
Sage


Revenir en haut Aller en bas

Re: Après Peter Gumbel, Antonella Verdiani critique l'école française... sans y avoir été élève ni enseignante.

Message par doublecasquette le Sam 29 Sep 2012 - 15:58

@Moonchild a écrit:
Terrafemina : Que peut-on reprocher au système d’éducation traditionnel français ?
Antonella Verdiani : Tout d’abord, il est bien trop rigide. Il n’y a pas assez de passerelles entre les matières… Et l’apprentissage par cœur est au centre du système, sans laisser à l’enfant l’occasion de s’exprimer. La discipline seule ne sert à rien ; c’est la discipline dans la joie qui peut faire avancer. Le système italien par exemple, celui que j’ai connu enfant, est beaucoup plus basé sur l’oral ; en philosophie, tous les cours étaient parlés.
Ou comment les pédagos "progressistes" atteignent presque le point Godwin sans même le vouloir... Rolling Eyes


_________________
Pardon pour vous, pardon pour eux, pour le silence
Et les mots inconsidérés,
Pour les phrases venant de lèvres inconnues
Qui vous touchent de loin comme balles perdues,
Et pardon pour les fronts qui semblent oublieux.



Papote aussi par là : http://salledesmaitres.forumactif.org/
et là : http://www.slecc.fr/forum_0910/index.php

Et puis par là : http://doublecasquette3.eklablog.com/

doublecasquette
Prophète


Revenir en haut Aller en bas

Re: Après Peter Gumbel, Antonella Verdiani critique l'école française... sans y avoir été élève ni enseignante.

Message par Marcassin le Sam 29 Sep 2012 - 16:00

Tout ce qui est supposé rendre l'homme heureux m'inquiète toujours.

Quant à l'école, je ne sache pas que sa mission soit de rendre heureux.

_________________
"Je regarde la grammaire comme la première partie de l'art de penser." (Condillac)
"Je ne cherche pas à innover, je cherche à être efficace." (Provence)

Marcassin
Habitué du forum


Revenir en haut Aller en bas

Re: Après Peter Gumbel, Antonella Verdiani critique l'école française... sans y avoir été élève ni enseignante.

Message par Volubilys le Sam 29 Sep 2012 - 17:07

L'école autrement : les pédagogies du bonheur expliquées par Antonella Verdiani
Docteur en sciences de l'éducation, Antonella Verdiani signe « Ces écoles qui rendent nos enfants heureux », en librairie le 26 septembre. Elle y décrit les « pédagogies et méthodes pour éduquer à la joie » qu'elle a pu observer en France mais aussi ailleurs dans le monde, notamment lors de sa mission de responsable des questions d'éducation pour l'UNESCO. Un ouvrage précis et argumenté qui explique les différentes pédagogies alternatives existantes et leurs valeurs. Entretien.


Éduquer à la joie?
Car le joie ça s'apprend?
Car c'est le but de l'école de rendre les gens joyeux?
C'est moi ou ça fait carrément secte? pale

Volubilys
Esprit éclairé


Revenir en haut Aller en bas

Re: Après Peter Gumbel, Antonella Verdiani critique l'école française... sans y avoir été élève ni enseignante.

Message par Moonchild le Sam 29 Sep 2012 - 17:13

@Volubilys a écrit:C'est moi ou ça fait carrément secte? pale
Non, pas forcément une secte à proprement parler.

Moonchild
Expert


Revenir en haut Aller en bas

Re: Après Peter Gumbel, Antonella Verdiani critique l'école française... sans y avoir été élève ni enseignante.

Message par Paratge le Sam 29 Sep 2012 - 17:36

La disicipline par la joie ?
Réminiscences...

Et pourquoi pas Schule durch Freude ?
Après tout c'est le fascisme qui a supprimé l'Instruction publique pour la remplacer par l'Éducation nationale. Very Happy
Voir Michel Delord, Huile de ricin et Coca-cola.

Paratge
Érudit


Revenir en haut Aller en bas

Re: Après Peter Gumbel, Antonella Verdiani critique l'école française... sans y avoir été élève ni enseignante.

Message par Morgared le Sam 29 Sep 2012 - 17:50

@Marcassin a écrit:

Quant à l'école, je ne sache pas que sa mission soit de rendre heureux.

Tiens, c'est très exactement ce que j'ai dit à mon IPR lors d'une descente collective d'IPR pour casser la résistance au socle commun dans mon établissement. Je critiquais l'évaluation des comportements et la prétention explicite et inappropriée du socle à faire "réussir leur vie" aux élèves. Il m'a reproché de ne pas vouloir que mes élèves soient heureux : d'après lui, ce doit être précisément l'objectif de l'école, sinon, on fabrique un monde orwellien à la 1984, avec Big Brother et compagnie. Bien sûr, il ne m'a pas laissé la possibilité de lui signaler l'ironie de son contresens sur Orwell...

Morgared
Niveau 9


Revenir en haut Aller en bas

Re: Après Peter Gumbel, Antonella Verdiani critique l'école française... sans y avoir été élève ni enseignante.

Message par Paratge le Sam 29 Sep 2012 - 17:54

« On peut dire que c’est un non-sens éducatif de proposer ou de promouvoir quelque chose d’autre que l’objet principal de l’école, qui est l’élimination de l’ignorance.
En vérité, une confusion générique est à la base toutes les confusions particulières : le but de l’école a été perdu et enterré sous une multitude de buts secondaires. »

Jacques Barzun.

Paratge
Érudit


Revenir en haut Aller en bas

Re: Après Peter Gumbel, Antonella Verdiani critique l'école française... sans y avoir été élève ni enseignante.

Message par Presse-purée le Sam 29 Sep 2012 - 18:51

ça restera un livre plus solide et riche d'enseignements que celui de Gumbel. Elle a tout de même davantage de légitimité à écrire au sujet de systèmes d'éducation. Par ailleurs, le sujet du livre ne semble pas être le système scolaire français, on lui pose juste une question à ce sujet.

Voir ici puis passez par le bandeau si vous voulez l'acheter

Bref, perso je vais lire ce bouquin pour m'en faire une idée.

_________________
Homines, dum docent, discunt.Sénèque, Epistulae Morales ad Lucilium VII, 8

"La culture est aussi une question de fierté, de rapport de soi à soi, d’esthétique, si l’on veut, en un mot de constitution du sujet humain." (Paul Veyne, La société romaine)
"Soyez résolus de ne servir plus, et vous voilà libres". La Boétie
"Confondre la culture et son appropriation inégalitaire du fait des conditions sociales : quelle erreur !" H. Pena-Ruiz
"Il vaut mieux qu'un élève sache tenir un balai plutôt qu'il ait été initié à la philosophie: c'est ça le socle commun" un IPR

Presse-purée
Grand sage


Revenir en haut Aller en bas

Re: Après Peter Gumbel, Antonella Verdiani critique l'école française... sans y avoir été élève ni enseignante.

Message par Presse-purée le Sam 29 Sep 2012 - 19:01

Ce qui est marrant, c'est que ce livre va servir d'appui à certains pour dire que l'APC c'est le bien et que ceux qui sont contre sont de droite.

J'vous donne au passage une référence biblio: Normand Baillargeon, prof de philo de l'éduc et violemment contre l'APC... par ailleurs militant anarcho-syndicaliste, proche de Chomsky etc etc



Le lien pour un petit résumé:
La page amazon de ce bouquin

Une recension de la revue erudit.org, par Stéphane Martineau, revue des sciences de l'éducation vol. 33 n°3, 2007, p.784 785

_________________
Homines, dum docent, discunt.Sénèque, Epistulae Morales ad Lucilium VII, 8

"La culture est aussi une question de fierté, de rapport de soi à soi, d’esthétique, si l’on veut, en un mot de constitution du sujet humain." (Paul Veyne, La société romaine)
"Soyez résolus de ne servir plus, et vous voilà libres". La Boétie
"Confondre la culture et son appropriation inégalitaire du fait des conditions sociales : quelle erreur !" H. Pena-Ruiz
"Il vaut mieux qu'un élève sache tenir un balai plutôt qu'il ait été initié à la philosophie: c'est ça le socle commun" un IPR

Presse-purée
Grand sage


Revenir en haut Aller en bas

Re: Après Peter Gumbel, Antonella Verdiani critique l'école française... sans y avoir été élève ni enseignante.

Message par gelsomina31 le Sam 29 Sep 2012 - 19:30

@Presse-purée a écrit:Ce qui est marrant, c'est que ce livre va servir d'appui à certains pour dire que l'APC c'est le bien et que ceux qui sont contre sont de droite.

(...)

APC, kézako?

_________________
Fear buildswalls.Hope builds bridges !

Salut et fraternité!

gelsomina31
Grand Maître


Revenir en haut Aller en bas

Re: Après Peter Gumbel, Antonella Verdiani critique l'école française... sans y avoir été élève ni enseignante.

Message par User5899 le Sam 29 Sep 2012 - 20:43

@John a écrit:http://www.terrafemina.com/vie-privee/famille/articles/17472-lecole-autrement--les-pedagogies-du-bonheur-expliquees-par-antonella-verdiani.html

Extraits :
l’enfant est mis au cœur de l’enseignement, et tout est fondé sur la liberté. La liberté pour l’enfant de s’exprimer à l’oral, mais aussi physiquement ; il n’est pas obligé de rester assis par exemple. Dans ces méthodes, on donne également de l’importance au corps
Ah oui, c'est la méthode de l'autre, là, les deux doigts, non ? Very Happy
Blague à part, pffffffffff... Que d'âneries, d'affirmations sans fondement, de clichés en tous genres...

_________________
Zu End' ewiges Wissen !
Der Welt melden
Weise nichts mehr !

En cas de ban, ne pas utiliser les MP ! Passer par l'icône du mail  Razz

User5899
Dieu de l'Olympe


Revenir en haut Aller en bas

Re: Après Peter Gumbel, Antonella Verdiani critique l'école française... sans y avoir été élève ni enseignante.

Message par kensington le Sam 29 Sep 2012 - 20:55

@Marcassin a écrit:Tout ce qui est supposé rendre l'homme heureux m'inquiète toujours.

Quant à l'école, je ne sache pas que sa mission soit de rendre heureux.

Maintenant si! Notre ministre a rappelé plusieurs fois que les écoliers français étaient avec les petits Japonais les plus malheureux au monde. A cause des notes, des rythmes scolaires et tout ça, tout ça.

@Paratge a écrit:« On peut dire que c’est un non-sens éducatif de proposer ou de promouvoir quelque chose d’autre que l’objet principal de l’école, qui est l’élimination de l’ignorance.
En vérité, une confusion générique est à la base toutes les confusions particulières : le but de l’école a été perdu et enterré sous une multitude de buts secondaires. »

Jacques Barzun.

aai

kensington
Esprit éclairé


Revenir en haut Aller en bas

Re: Après Peter Gumbel, Antonella Verdiani critique l'école française... sans y avoir été élève ni enseignante.

Message par Invité le Dim 30 Sep 2012 - 12:20

Bon, eh bien, quand on lit des âneries pareilles, ce n'est plus la peine de se demander pourquoi toute évaluation PISA est systématiquement critiquée: apparemment, n'importe qui est légitime pour critiquer le système scolaire français, même en n'y connaissant rien, à partir du moment où ces critiques vont dans le sens d'une dénonciation de l'oppression des enfants infligée par l'école.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Après Peter Gumbel, Antonella Verdiani critique l'école française... sans y avoir été élève ni enseignante.

Message par LouisBarthas le Dim 30 Sep 2012 - 15:11

Prions l'autorité de rester dans ses justes limites. Qu'elle se borne à être juste, nous nous chargerons d'être heureux.
Benjamin Constant, De la liberté des Anciens comparée à celle des Modernes


Le fantasme de toute puissance et d'emprise sur les enfants de se croire capable et autorisé à pénétrer le cerveau de ses semblables pour connaître et décider de ce qui les rendra heureux par des pédagogies et méthodes pour éduquer à la joie est une vieille histoire. Le libéral Benjamin Constant en avait déjà saisi le danger.
Alors que l'école se doit d'instruire en étant juste et respectueuse envers les élèves, pour cette intellectuelle docteur en "sciences de l'éducation", rémunérée par l'Unesco, l'école doit éduquer à la joie et rendre les enfants heureux.
Voilà un beau programme totalitaire : nous connaissons les recettes du bonheur de chacun et nous allons éduquer scientifiquement vos enfants pour les rendre heureux.

...aucune mesure institutionnelle, jamais, n'assure le bonheur.
Jean-Claude Milner, De l'École (Seuil, 1984, page 88)


Dernière édition par LouisBarthas le Dim 30 Sep 2012 - 15:38, édité 1 fois

_________________
Le véritable ennemi, c'est l'esprit réduit à l'état de gramophone. - George Orwell
Mais leur plus grande félicité vient du continuel orgueil de leur savoir. Eux qui bourrent le cerveau des enfants de pures extravagances. - Erasme

Aller apprendre l'ignorance à l'école, c'est une histoire qui ne s'invente pas ! - Alexandre Vialatte
Chaque génération, sans doute, se croit vouée à refaire le monde. La mienne sait pourtant qu’elle ne le refera pas. Mais sa tâche est peut-être plus grande. Elle consiste à empêcher que le monde ne se défasse. - Albert Camus

LouisBarthas
Neoprof expérimenté


Revenir en haut Aller en bas

Re: Après Peter Gumbel, Antonella Verdiani critique l'école française... sans y avoir été élève ni enseignante.

Message par Marcassin le Dim 30 Sep 2012 - 15:22

Merci pour toutes ces références !

@kensington a écrit:Notre ministre a rappelé plusieurs fois que les écoliers français étaient avec les petits Japonais les plus malheureux au monde. A cause des notes, des rythmes scolaires et tout ça, tout ça.
Sauf que le taux de suicide des adolescents japonais est tout simplement le double du nôtre. Ne laissons plus passer ce genre de mensonge, prétexte à toutes les réformes les plus aberrantes.

http://www.neoprofs.org/t52730-20-septembre-2012-longue-interview-de-vincent-peillon-par-france-culture#1630556

_________________
"Je regarde la grammaire comme la première partie de l'art de penser." (Condillac)
"Je ne cherche pas à innover, je cherche à être efficace." (Provence)

Marcassin
Habitué du forum


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum