évaluation séquence autobiographie

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

évaluation séquence autobiographie

Message par Ilse le Jeu 4 Oct 2012 - 21:23

bonsoir,
Je voudrais renouveler un peu mes sujets type brevet sur l'autobiographie. Quel texte faites-vous en évaluation finale ?

Ilse
Érudit


Revenir en haut Aller en bas

Re: évaluation séquence autobiographie

Message par Derborence le Jeu 4 Oct 2012 - 21:25

Je donnais soit un Rousseau, soit un Giono, soit un Sarraute.

_________________
"La volonté permet de grimper sur les cimes ; sans volonté on reste au pied de la montagne."
Proverbe chinois

"Derborence, le mot chante triste et doux dans la tête pendant qu’on se penche sur le vide, où il n’y a plus rien, et on voit qu’il n’y a plus rien."
Charles-Ferdinand Ramuz, Derborence

Derborence
Modérateur


Revenir en haut Aller en bas

Re: évaluation séquence autobiographie

Message par Ilse le Jeu 4 Oct 2012 - 21:32

Je donnais aussi souvent Sarraute (la peur). Quel texte de Rousseau faisais-tu ? Et quel Giono ?

Ilse
Érudit


Revenir en haut Aller en bas

Re: évaluation séquence autobiographie

Message par Derborence le Jeu 4 Oct 2012 - 21:33


L'habitude de vivre ensemble dans un état paisible m'unit tendrement à mon cousin Bernard. En peu de temps, j'eus pour lui des sentiments plus affectueux que ceux que j'avais eus pour mon frère, et qui ne se sont jamais effacés. C'était un grand garçon fort efflanqué, fort fluet, aussi doux d'esprit que faible de corps, et qui n'abusait pas trop de la prédilection qu'on avait pour lui dans la maison, comme fils de mon tuteur. Nos travaux, nos amusements, nos goûts étaient les mêmes ; nous étions seuls, nous étions de même âge, chacun des deux avait besoin d'un camarade; nous séparer était, en quelque sorte, nous anéantir.

Quoique nous eussions peu d'occasions de faire preuve de notre attachement l'un pour l'autre, il était extrême ; et non seulement nous ne pouvions vivre un instant séparés, mais nous n'imaginions pas que nous puissions jamais l'être. Tous deux d'un esprit facile à céder aux caresses, complaisants quand on ne voulait pas nous contraindre, nous étions toujours d'accord sur tout. Si, par la faveur de ceux qui nous gouvernaient, il avait sur moi quelque ascendant sous leurs yeux, quand nous étions seuls, j'en avais un sur lui qui rétablissait l'équilibre. Dans nos études, je lui soufflais sa leçon quand il hésitait ; quand mon thème était fait, je lui aidais à faire le sien ; et, dans nos amusements, mon goût plus actif lui servait toujours de guide.

Enfin, nos deux caractères s'accordaient si bien, et l'amitié qui nous unissait était si vraie, que, dans plus de cinq ans que nous fûmes presque inséparables, tant à Bossey qu'à Genève, nous nous battîmes souvent, je l'avoue, mais jamais on n'eut besoin de nous séparer, jamais une de nos querelles ne dura plus d'un quart d'heure, et jamais nous ne portâmes l'un contre l'autre aucune accusation. Ces remarques sont, si l'on veut, puériles, mais il en résulte pourtant un exemple peut-être unique depuis qu'il existe des enfants.

Jean-Jacques ROUSSEAU, Les Confessions.

Dans Jean le Bleu, l'écrivain Jean Giono raconte des épisodes de son enfance, dans la petite ville de Manosque, dans le sud de la France, au début du XXe siècle.

Mon père avait envie d’un petit jardin. Son désir flambait au milieu de nous comme un feu. On s’y brûlait et on s’y réchauffait. Dès qu’on avait fini de manger, à midi, le chant du vent, dans la rue, attirait mon père. Il s’en allait faire un tour dans les chemins au bord de la ville. Il devait regarder tous les enclos et même mesurer la terre en marchant de son grand pas d’un angle du mur à l’autre angle, et puis, chercher, à tant le mètre, combien ça pouvait faire d’argent. Il profitait de ces promenades pour rapporter la pâture du rossignol. Moi, de ce temps, je m’en allais dans notre grand escalier et je montais à la rencontre du soleil. Au-dessus de l’atelier de mon père était un vaste grenier sonore comme une cale de navire. Une large fenêtre, dominant toute la cour aux moutons, permettait de voir, au-delà des toits, par là-bas loin, le scintillement de la rivière, le sommeil des collines, et les nuages qui nageaient comme des poissons avec de l’ombre sous le ventre. On ne pouvait vivre dans le bas de notre maison qu’en rêvant. Il y avait trop de lèpre de terre sur les murs, trop de nuit qui sentait le mauvais champignon, trop de bruits dans l’épaisseur des pierres. La tranquillité, on ne l’avait qu'en partant de cette maison, et, pour partir, on pouvait se servir de ces bruits, de ces nuits, de ces visages étranges que l’humidité dessinait sur les murs. On pouvait se servir de la large fenêtre.
Je revois cette profondeur marine qui grondait au-delà de la ville. Toute la plaine fumait sous l’écume des routes. Des champs, frais hersés, s’envolaient des embruns tordus.
Jean GIONO, Jean le Bleu (1932).

_________________
"La volonté permet de grimper sur les cimes ; sans volonté on reste au pied de la montagne."
Proverbe chinois

"Derborence, le mot chante triste et doux dans la tête pendant qu’on se penche sur le vide, où il n’y a plus rien, et on voit qu’il n’y a plus rien."
Charles-Ferdinand Ramuz, Derborence

Derborence
Modérateur


Revenir en haut Aller en bas

Re: évaluation séquence autobiographie

Message par Derborence le Jeu 4 Oct 2012 - 21:35

J'ai simplement copié-collé les textes. Si un sujet t'intéresse, tu peux me donner ton mail en MP.

_________________
"La volonté permet de grimper sur les cimes ; sans volonté on reste au pied de la montagne."
Proverbe chinois

"Derborence, le mot chante triste et doux dans la tête pendant qu’on se penche sur le vide, où il n’y a plus rien, et on voit qu’il n’y a plus rien."
Charles-Ferdinand Ramuz, Derborence

Derborence
Modérateur


Revenir en haut Aller en bas

Re: évaluation séquence autobiographie

Message par Ilse le Jeu 4 Oct 2012 - 21:35

Merci, je ne les connaissais pas.
Le texte de Rousseau me parait un peu difficile pour mes élèves.
Je t'envoie mon mail en MP, merci.

Ilse
Érudit


Revenir en haut Aller en bas

Re: évaluation séquence autobiographie

Message par Aurélie33 le Ven 5 Oct 2012 - 11:02

Je viens justement de préparer mon évaluation. Elle n'est pas très originale car elle reprend un sujet des annales en l'adaptant à ce que j'ai travaillé plus précisément... C'est un extrait de Grégoire Bouillier, Rapport sur moi, 2002.
Dis-moi si cela t'intéresse...

Aurélie33
Niveau 6


Revenir en haut Aller en bas

Re: évaluation séquence autobiographie

Message par Ilse le Ven 5 Oct 2012 - 16:42

Aurélie, je suis intéressée par ta proposition car c'est un texte que je ne connais pas du tout.

Ilse
Érudit


Revenir en haut Aller en bas

Re: évaluation séquence autobiographie

Message par Amaliah le Ven 5 Oct 2012 - 18:43

Moi aussi Aurélie, je serais intéressée, si ça ne t'embête pas trop.
Voici mon mail : lizat11@hotmail.fr.
Un grand merci d'avance!

Amaliah
Guide spirituel


Revenir en haut Aller en bas

Re: évaluation séquence autobiographie

Message par Aurélie33 le Ven 5 Oct 2012 - 20:58

Je viens de me connecter, je vous envoie cela !

Aurélie33
Niveau 6


Revenir en haut Aller en bas

Re: évaluation séquence autobiographie

Message par Aurélie33 le Ven 5 Oct 2012 - 21:10

NathalieT, envoie-moi en MP ton mail car je n'arrive pas à joindre de pièce ici... Désolée...

Aurélie33
Niveau 6


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum