Don't whack your teacher : « Jouons à "Tue ton prof" »

Page 2 sur 4 Précédent  1, 2, 3, 4  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Re: Don't whack your teacher : « Jouons à "Tue ton prof" »

Message par Robin le Sam 6 Oct 2012 - 10:43

C'est consternant. Le petit c... qui commente cette merde (faite par des adolescents attardés)... attend sans doute avec impatience "A mort les pédés !", "A mort les youpins !" et "A mort les nègres !" Et on laisse faire et on s'étonne de la barbarie grandissante dans les collèges... Mais non, voyons, ils se défoulent "virtuellement" (ben voyons !)

Robin
Neoprof expérimenté


Revenir en haut Aller en bas

Re: Don't whack your teacher : « Jouons à "Tue ton prof" »

Message par Robin le Sam 6 Oct 2012 - 10:52

Sebastien Haffner explique dans son "Histoire d'un Allemand" que les nazis ont exploité la fascination d'une partie de la jeunesse allemande pour la guerre que faisaient leurs aînés et qu'ils considéraient comme un jeu.

Il dit aussi que "ce que tous les enfants savent" est la vérité profonde d'une société. Ce que savent la plupart des enfants désormais, c'est que l'on peut tuer impunément un prof, le pousser à la dépression, transformer sa vie en enfer et qu'on a le droit de le faire parce que le professeur veut l'obliger à faire des efforts et l'empêche de "s'épanouir".

Le professeur est le Juif de la société libérale-libertaire en état de décomposition avancée.

Robin
Neoprof expérimenté


Revenir en haut Aller en bas

Re: Don't whack your teacher : « Jouons à "Tue ton prof" »

Message par Nadejda le Sam 6 Oct 2012 - 10:57

@Robin a écrit:Sebastien Haffner explique dans son "Histoire d'un Allemand" que les nazis ont exploité la fascination d'une partie de la jeunesse allemande pour la guerre que faisaient leurs aînés et qu'ils considéraient comme un jeu.

Il dit aussi que "ce que tous les enfants savent" est la vérité profonde d'une société. Ce que savent la plupart des enfants désormais, c'est que l'on peut tuer impunément un prof, le pousser à la dépression, transformer sa vie en enfer et qu'on a le droit de le faire parce que le professeur veut l'obliger à faire des efforts et l'empêche de "s'épanouir".

Le professeur est le Juif de la société libérale-libertaire en état de décomposition avancée.

Je repense à Jeunesse sans dieu d'Ödön von Horváth...

Nadejda
Grand Maître


Revenir en haut Aller en bas

Re: Don't whack your teacher : « Jouons à "Tue ton prof" »

Message par lene75 le Sam 6 Oct 2012 - 12:17

@John a écrit:Toute cette violence due aux profs de maths, ça m'afflige...

lol!

_________________
Une classe, c'est comme une boîte de chocolats, on sait jamais sur quoi on va tomber...

lene75
Monarque


Revenir en haut Aller en bas

Re: Don't whack your teacher : « Jouons à "Tue ton prof" »

Message par verdurin le Sam 6 Oct 2012 - 19:04

Avez vous remarqué que la musique de ce «jeu» est pompé sur mario ?
Je suggère un procès par Nitendo.
L'auteur du jeu pourra pleurer.

_________________
Contre la bêtise, les dieux eux mêmes luttent en vain.
Ni centidieux, ni centimètres.

verdurin
Niveau 10


Revenir en haut Aller en bas

Re: Don't whack your teacher : « Jouons à "Tue ton prof" »

Message par Marcassin le Sam 6 Oct 2012 - 19:22

@doubledecker a écrit:bof...la même animation existe en version "patronale", (suffit d'aller voir sur youtune en remplaçant teacher par boss), y'a même un "don't whack your ex" et puis aussi il y a eu cette animation sur facebook où le but du jeu était de balancer sarkozy le plus loin possible.
Ah, bon, tout va bien alors.

_________________
"Je regarde la grammaire comme la première partie de l'art de penser." (Condillac)
"Je ne cherche pas à innover, je cherche à être efficace." (Provence)

Marcassin
Habitué du forum


Revenir en haut Aller en bas

Re: Don't whack your teacher : « Jouons à "Tue ton prof" »

Message par christophevan le Sam 6 Oct 2012 - 19:24

Suspect

Je suis dubitatif... Pas sur le jeu. Il est débile, sans intérêt... Mais sur les réactions qu'on trouve sur ce forum.
Des jeux vidéos visant à tuer dans tous les sens, ça existe depuis longtemps. Comme beaucoup d'amis, j'ai beaucoup joué à GTA, il y a 10 ans. Jeu hautement intelligent : buter un flic raportait plus de points qu'une personne lambda (au choix : mec bodybuildé, nenette, vieille mémé...) et nos missions étaient de livrer de la drogue ou ce genre de chose. Pourtant, je ne pense pas que ce jeu ait donné envie à mes potes et à moi d'aller zigouiller du poulet.

On extrapole sur un jeu que peu d'élèves connaissent. Le but est de tuer un prof... Franchement, est-ce vraiment étonnant qu'un tel jeu sorte? Je suis surtout étonné qu'un tel jeu ne soit pas sorti avant... Quand on voit le nombre de jeu existant sur internet aujourd'hui, s'il n'y en a qu'un comme ça, ce n'est pas dramatique.

Mais là où je décroche vraiment, c'est quand je vois ça :

Sebastien Haffner explique dans son "Histoire d'un Allemand" que les nazis ont exploité la fascination d'une partie de la jeunesse allemande pour la guerre que faisaient leurs aînés et qu'ils considéraient comme un jeu.

Le professeur est le Juif de la société libérale-libertaire en état de décomposition avancée.
Shocked

Que je sache, il ne me semble pas avoir été placé dans des ghettos, il ne me semble pas que les livres écrits par des enseignants aient été brûlés en place publique, ni que nous ayons été mis au ban de la société.
Quand je parle de mon métier, même si quelques remarques déplaisantes (sur les vacances, le rythme de travail) arrivent parfois à mes oreilles, il ne me semble pas que les gens me tournent le dos ou me considèrent comme nuisibles, y compris chez beaucoup de mes élèves ou de leurs parents.



christophevan
Niveau 7


Revenir en haut Aller en bas

Re: Don't whack your teacher : « Jouons à "Tue ton prof" »

Message par Serge le Sam 6 Oct 2012 - 20:10

Jeu hautement intelligent : buter un flic raportait plus de points qu'une personne lambda (au choix : mec bodybuildé, nenette, vieille mémé...) et nos missions étaient de livrer de la drogue ou ce genre de chose. Pourtant, je ne pense pas que ce jeu ait donné envie à mes potes et à moi d'aller zigouiller du poulet.
Tant mieux pour toi.

Eh ben, depuis qu'un de mes voisins joue à ce genre de jeux, on l'entend hurler tout seul, et il fait de plus en plus bizarre et agressif quand il parle au voisinage ...

Un de mes neveux qui joue à ça aussi (environ 16 ans) s'enferme depuis près d'un an dans sa chambre, répond mal, commence à avoir un regard bizarre et des propos souvent très forts (les mots "buter", "massacrer", etc. font à présent partie de son lexique courant)

_________________

Pour faire découvrir la Cafet à nos élèves > ICI

Serge
Médiateur


Revenir en haut Aller en bas

Re: Don't whack your teacher : « Jouons à "Tue ton prof" »

Message par christophevan le Sam 6 Oct 2012 - 20:17

Eh ben, depuis qu'un de mes voisins joue à ce genre de jeux, on l'entend hurler tout seul, et il fait de plus en plus bizarre et agressif quand il parle au voisinage ...

Comment connaîs tu le "genre" de jeu auquel joue ton voisin? Tu y as été ? après, s'il est si dérangeant et qu'il est menaçant, insultant et si agressif, il y a des lois qui existent.

Un de mes neveux qui joue à ça aussi (environ 16 ans) s'enferme depuis près d'un an dans sa chambre, répond mal, commence à avoir un regard bizarre et des propos souvent très forts (les mots "buter", "massacrer", etc. font à présent partie de son lexique courant)

Ah... Et il n'y a personne qui cherche à le limiter? Le problème vient-il du jeu ou de la façon qu'il a d'y jouer?


Après, si pour toi, les jeux videos sont une explication suffisante pour expliquer la violence qui existe dans la société, tant mieux. Mais je ne suis pas sûr qu'en interdisant tous ces jeux on arrive à régler le problème.

christophevan
Niveau 7


Revenir en haut Aller en bas

Re: Don't whack your teacher : « Jouons à "Tue ton prof" »

Message par Serge le Sam 6 Oct 2012 - 20:38

Ils sont un facteur aggravant en tout cas. Tout le monde n'y est pas sensible aux même degré, c'est tout.

Pour le voisin en question, oui, je suis allé chez lui pendant qu'il jouait et c'était hallucinant comment il était "dedans", les yeux exorbités, faisant comme si je n'étais pas là tant il était absorbé, sa femme en était gênée ... (et son changement d'attitude semble s'être bien détériorée depuis qu'il a commencé à jouer)

Quant à mon neveu, c'est aussi le cas. Cela a commencé de façon anodine, ses parents pensant comme toi, et depuis qu'ils ont compris leur erreur, s'ils le limitent c'est un conflit ouvert et des crises de violence (surtout verbales).

Même si tous ne sont pas sensibles de la même manière, il n'est pas saugrenu de penser que la façon dont on nourrit ses pensées et ses émotions ait une influence sur notre humeur et notre perception de la violence, comme du rapport à autrui. Elle conduit souvent à une banalisation de la violence et à une désensibilisation à la vue de la douleur de l'autre.


Dernière édition par Serge le Dim 7 Oct 2012 - 10:27, édité 3 fois

_________________

Pour faire découvrir la Cafet à nos élèves > ICI

Serge
Médiateur


Revenir en haut Aller en bas

Re: Don't whack your teacher : « Jouons à "Tue ton prof" »

Message par fandorine le Sam 6 Oct 2012 - 21:56

Avez vous remarqué que la musique de ce «jeu» est pompé sur mario ?
Je suggère un procès par Nitendo.
L'auteur du jeu pourra pleurer.
Non. La musique, c'est "the entertainer" de Scott Joplin.

fandorine
Niveau 8


Revenir en haut Aller en bas

Re: Don't whack your teacher : « Jouons à "Tue ton prof" »

Message par lene75 le Sam 6 Oct 2012 - 22:00

@christophevan a écrit:Comme beaucoup d'amis, j'ai beaucoup joué à GTA, il y a 10 ans. Jeu hautement intelligent : buter un flic raportait plus de points qu'une personne lambda (au choix : mec bodybuildé, nenette, vieille mémé...) et nos missions étaient de livrer de la drogue ou ce genre de chose. Pourtant, je ne pense pas que ce jeu ait donné envie à mes potes et à moi d'aller zigouiller du poulet.

À l'époque, il y avait eu des problèmes avec ce jeu, précisément. Nous aussi on y a joué, sans conséquences, mais ça n'a pas été le cas de tout le monde.

_________________
Une classe, c'est comme une boîte de chocolats, on sait jamais sur quoi on va tomber...

lene75
Monarque


Revenir en haut Aller en bas

Re: Don't whack your teacher : « Jouons à "Tue ton prof" »

Message par MrBrightside le Dim 7 Oct 2012 - 1:30

Je trouve tout cela très sexuel, autant dans les châtiments infligés au prof (enfonçage de parapluie ou de stylo, le pulvérisateur dans le bouche, l'enfant assis sur le dos de son prof) que dans les commentaires du gamin "tiens, prends ça."

Je pense que le petit Hugo attends impatiemment sa première érection... professeur

_________________

MrBrightside
Esprit sacré


Revenir en haut Aller en bas

Re: Don't whack your teacher : « Jouons à "Tue ton prof" »

Message par Jiddu Krishnamurti le Dim 7 Oct 2012 - 7:16

@Serge a écrit:Ils sont un facteur aggravant en tout cas. Tout le monde n'y est pas sensible aux même degré, c'est tout.

Pour le voisin en question, oui, je suis allé chez lui pendant qu'il jouait et c'était hallucinant comment il était "dedans", les yeux exorbités, faisant comme si je n'était pas là tant il était absorbé, sa femme en était gênée ... (et son changement d'attitude semble s'être bien détériorée depuis qu'il a commencé à jouer)

Quant à mon neveu, c'est aussi le cas. Cela a commencé de façon anodine, ses parents pensant comme toi, et depuis qu'ils ont compris leur erreur, s'ils le limitent c'est un conflit ouvert et des crises de violence (surtout verbales).

Même si tous ne sont pas sensibles de la même manière, il n'est pas saugrenu de penser que la façon dont on nourrit ses pensées et ses émotions ait une influence sur notre humeur et notre perception de la violence, comme du rapport à autrui. Elle conduit souvent à une banalisation de la violence et à une désensibilisation à la vue de la douleur de l'autre.

La violence dans la société n'a pas attendu le XXIe siècle pour atteindre des sommets dans l'horreur. Il faut sortir de cette moralisation manichéenne.
Je n'ai jamais vu une seule fois dans ma vie une personne avoir les comportements que tu décris (de manière tellement caricaturale qu'il est difficile d'y croire) et pourtant, tous mes amis sont des hardcore gamers.
Bref, si tant est que ces histoires soient vraies, le problème ne vient surement pas uniquement que des jeux.

Jiddu Krishnamurti
Niveau 5


Revenir en haut Aller en bas

Re: Don't whack your teacher : « Jouons à "Tue ton prof" »

Message par lene75 le Dim 7 Oct 2012 - 8:12

@Jiddu Krishnamurti a écrit:Je n'ai jamais vu une seule fois dans ma vie une personne avoir les comportements que tu décris (de manière tellement caricaturale qu'il est difficile d'y croire) et pourtant, tous mes amis sont des hardcore gamers.

Il y a deux choses différentes :
- la violence engendrée par les jeux / dessins animés /films, etc., violents, à divers degrés, du grand frère qui tape sa petite soeur à la maison après avoir joué au jeu en poussant les cris du héro (vécu quand j'étais petite) à des actes beaucoup plus graves (délits, crimes), en passant par les crises d'agitation, les tics nerveux, l'irritabilité, les problèmes de concentration, l'anxiété, les crises d'angoisse, les troubles du sommeil, etc. C'est le cas de mes neveux, en âge d'école primaire, mais également de beaucoup de leurs copains. Après, évidemment, les plus fragiles sont les plus touchés, mais la fragilité peut être aussi créée ou énormément accentuée par la précocité de l'exposition : des gamins de 2 ans sont couramment devant des trucs qu'ils ne devraient pas regarder à la télé et avec des manettes de jeux violents entre les mains. Mes neveux de 7-8 ans regardent depuis longtemps des films interdits aux moins de 18 ans dont je ne supporte moi-même pas la vue. Je me souviens par ailleurs d'un reportage poignant sur la guerre en Irak ou je ne sais plus où, où on voyait les militaires américains recruter des ados sur des parkings de supermarchés et ensuite les mêmes ados ou des similaires dans des tanks qui expliquaient, en semblant tomber des nues, qu'en fait tuer des vraies gens, c'était pas tout à fait comme dans un jeu vidéo, même en mettant la musique à fond dans le tank pale
- l'addiction aux écrans, qui fonctionne comme une drogue, et qui donne les symptômes que Serge décrit, sans forcément concerner des jeux violents (même si c'est souvent le cas). C'est tellement courant qu'il existe des centres de désintoxication spécialisés là-dedans, l'un de mes élèves y était suivi il y a deux ans. Comme des toxicomanes, ceux qui sont victimes de cette addiction peuvent manifester des comportements violents quand on leur supprime leur ordi / leur console.

_________________
Une classe, c'est comme une boîte de chocolats, on sait jamais sur quoi on va tomber...

lene75
Monarque


Revenir en haut Aller en bas

Re: Don't whack your teacher : « Jouons à "Tue ton prof" »

Message par Jiddu Krishnamurti le Dim 7 Oct 2012 - 8:18

@lene75 a écrit:
@Jiddu Krishnamurti a écrit:Je n'ai jamais vu une seule fois dans ma vie une personne avoir les comportements que tu décris (de manière tellement caricaturale qu'il est difficile d'y croire) et pourtant, tous mes amis sont des hardcore gamers.

Il y a deux choses différentes :
- la violence engendrée par les jeux / dessins animés /films, etc., violents, à divers degrés, du grand frère qui tape sa petite soeur à la maison après avoir joué au jeu en poussant les cris du héro (vécu quand j'étais petite) à des actes beaucoup plus graves (délits, crimes), en passant par les crises d'agitation, les tics nerveux, l'irritabilité, les problèmes de concentration, l'anxiété, les crises d'angoisse, les troubles du sommeil, etc. C'est le cas de mes neveux, en âge d'école primaire, mais également de beaucoup de leurs copains. Après, évidemment, les plus fragiles sont les plus touchés, mais la fragilité peut être aussi créée ou énormément accentuée par la précocité de l'exposition : des gamins de 2 ans sont couramment devant des trucs qu'ils ne devraient pas regarder à la télé et avec des manettes de jeux violents entre les mains. Mes neveux de 7-8 ans regardent depuis longtemps des films interdits aux moins de 18 ans dont je ne supporte moi-même pas la vue. Je me souviens par ailleurs d'un reportage poignant sur la guerre en Irak ou je ne sais plus où, où on voyait les militaires américains recruter des ados sur des parkings de supermarchés et ensuite les mêmes ados ou des similaires dans des tanks qui expliquaient, en semblant tomber des nues, qu'en fait tuer des vraies gens, c'était pas tout à fait comme dans un jeu vidéo, même en mettant la musique à fond dans le tank pale
- l'addiction aux écrans, qui fonctionne comme une drogue, et qui donne les symptômes que Serge décrit, sans forcément concerner des jeux violents (même si c'est souvent le cas). C'est tellement courant qu'il existe des centres de désintoxication spécialisés là-dedans, l'un de mes élèves y était suivi il y a deux ans. Comme des toxicomanes, ceux qui sont victimes de cette addiction peuvent manifester des comportements violents quand on leur supprime leur ordi / leur console.

Je suis tout à fait d'accord sur ton deuxième point qui est bcp plus nuancé que ce que raconte Serge.
En revanche, sur le premier point, je persiste à croire que le film/jeu/DA n'est qu'un facteur déclenchant d'une violence dont nous sommes tous, plus ou moins, porteur. Et que donc, en réalité, la source du problème ne vient pas des jeux/films/DA eux-mêmes mais de leur encadrement.

Jiddu Krishnamurti
Niveau 5


Revenir en haut Aller en bas

Re: Don't whack your teacher : « Jouons à "Tue ton prof" »

Message par lene75 le Dim 7 Oct 2012 - 8:35

Oui, mais c'est assez évident que le jeu ne crée pas par lui-même la violence mais révèle une violence que nous portons en nous. La culture, et l'éducation qui va avec, ont normalement pour fonction d'encadrer la violence, pas de l'exacerber, or en proposant des jeux dont la cible est un public fragile et non encadré et qui font l'apologie du non respect et du bouc-émissaire (le prof ou le flic pour GTA), c'est tout l'inverse qu'on fait. Puisque la cible est désignée, on peut appeler ça de l'incitation à la violence. Une question toute bête : si à la place d'un flic ou d'un prof, le jeu s'intitulait "tue un arabe" ou "tue un juif", crois-tu qu'il ne susciterait aucune réaction ? D'ailleurs ces jeux existent plus ou moins, d'une manière plus subtile : mes neveux ont un jeu de guerre américain, un truc qui se passe en Irak ou assimilé, où tous les gentils sont blancs et tous les méchants sont de couleur. Faire jouer des tout petits gamins à des trucs comme ça, ça leur met aussi des idées par très saines dans la tête.

_________________
Une classe, c'est comme une boîte de chocolats, on sait jamais sur quoi on va tomber...

lene75
Monarque


Revenir en haut Aller en bas

Re: Don't whack your teacher : « Jouons à "Tue ton prof" »

Message par InvitéPas le Dim 7 Oct 2012 - 8:55

Quand il dit "han ça doit être trop bien !" , il fait l'apologie de la violence, non ? A sa place je me ferais discret...

lene, je suis très intéressée par ce que tu dis sur l'addiction aux écrans et les centres de désintox. Tu pourrais m'en dire d'avantage, me donner des sources, stp ?

_________________
"L'ENT idéal ne serait constitué que d'une poubelle et la seule fonction de l'ENT serait de se mettre lui-même dans sa propre poubelle de façon récursive et sans mécanisme de sortie." Dugong

"S'il arrive que tu tombes, apprends vite à chevaucher ta chute. Que ta chute devienne ton cheval pour continuer ton voyage." Frankétienne
I love you

InvitéPas
Niveau 10


Revenir en haut Aller en bas

Re: Don't whack your teacher : « Jouons à "Tue ton prof" »

Message par Jiddu Krishnamurti le Dim 7 Oct 2012 - 9:04

@lene75 a écrit:Oui, mais c'est assez évident que le jeu ne crée pas par lui-même la violence mais révèle une violence que nous portons en nous. La culture, et l'éducation qui va avec, ont normalement pour fonction d'encadrer la violence, pas de l'exacerber, or en proposant des jeux dont la cible est un public fragile et non encadré et qui font l'apologie du non respect et du bouc-émissaire (le prof ou le flic pour GTA), c'est tout l'inverse qu'on fait. Puisque la cible est désignée, on peut appeler ça de l'incitation à la violence. Une question toute bête : si à la place d'un flic ou d'un prof, le jeu s'intitulait "tue un arabe" ou "tue un juif", crois-tu qu'il ne susciterait aucune réaction ? D'ailleurs ces jeux existent plus ou moins, d'une manière plus subtile : mes neveux ont un jeu de guerre américain, un truc qui se passe en Irak ou assimilé, où tous les gentils sont blancs et tous les méchants sont de couleur. Faire jouer des tout petits gamins à des trucs comme ça, ça leur met aussi des idées par très saines dans la tête.

Je suis parfaitement d'accord avec toi sur ce point là.
Et donc, je réitère ce qui était mon premier propos : c'est à l'entourage d'assurer un meilleur encadrement des personnes les plus sensibles. Quelqu'un jouant de manière même poussée à des jeux vidéos mais dans un encadrement sain ne peut pas se transformer dans les caricatures que nous présentent Serge dans son post. Donc plutôt que remettre en question les jeux, remettons en question notre approche des jeux plutôt.

Jiddu Krishnamurti
Niveau 5


Revenir en haut Aller en bas

Re: Don't whack your teacher : « Jouons à "Tue ton prof" »

Message par Celadon le Dim 7 Oct 2012 - 9:55

@Krishnamurti : jamais ? Permets-moi de répéter :
http://www.youtube.com/watch?v=Kaq7hLCsyeM
C'est du chiqué ? Surjoué ? Hélas...

Celadon
Oracle


Revenir en haut Aller en bas

Re: Don't whack your teacher : « Jouons à "Tue ton prof" »

Message par christophevan le Dim 7 Oct 2012 - 10:27

si à la place d'un flic ou d'un prof, le jeu s'intitulait "tue un arabe" ou "tue un juif"


Ce genre de comparaison m'ennuie. Comparer ce qui revèle du métier, du domaine social et d'un choix (car généralement, on choisit un métier) à quelquechose de culturel ou de "biologique", donc provoqué par la naissance ou l'éducation, ne me paraît pas très sain.

J'espère que tous ceux qui deviennent professeurs sont conscients qu'une partie de la population et des élèves ne nous portent pas dans leur coeur, en raison de notre fonction sociale et de notre "influence" sur leur vie mais ce n'est qu'une minorité : elle est hautement visible, comme le montre ce jeu, mais je ne pense pas que nous soyons, dans l'ensemble, victimes d'un harcèlement permanent de la population et de la société.

Donc comparer la situation des enseignants à celle des Juifs (allusion pas anodine, car elle renvoie à des millénaires d'humiliations, de violences, voire d'extermination) ou à celle des Arabes, je trouve ça maladroit : eux ont été victimes de violences et de comportements clairement discriminatoires, non pas du fait de quelques-uns mais de la société entière ou d'une partie importante de celle-ci. Et elles ne s'attaquent pas à un métier ou à la perception qu'on a de ce métier, mais à des fantasmes sur une "race", une culture ou une religion.

Quand on compare un groupe avec les Arabes ou les Juifs, je me dis souvent qu'on s'approche du point Godwin...

christophevan
Niveau 7


Revenir en haut Aller en bas

Re: Don't whack your teacher : « Jouons à "Tue ton prof" »

Message par Serge le Dim 7 Oct 2012 - 11:58

C'est aussi bien pratique de vouloir le croire.

@Jiddu Krishnamurti a écrit:
@lene75 a écrit:
@Jiddu Krishnamurti a écrit:Je n'ai jamais vu une seule fois dans ma vie une personne avoir les comportements que tu décris (de manière tellement caricaturale qu'il est difficile d'y croire) et pourtant, tous mes amis sont des hardcore gamers.

Il y a deux choses différentes :
- la violence engendrée par les jeux / dessins animés /films, etc., violents, à divers degrés, du grand frère qui tape sa petite soeur à la maison après avoir joué au jeu en poussant les cris du héros (vécu quand j'étais petite) à des actes beaucoup plus graves (délits, crimes), en passant par les crises d'agitation, les tics nerveux, l'irritabilité, les problèmes de concentration, l'anxiété, les crises d'angoisse, les troubles du sommeil, etc. C'est le cas de mes neveux, en âge d'école primaire, mais également de beaucoup de leurs copains. (...) l'addiction aux écrans, qui fonctionne comme une drogue, et qui donne les symptômes que Serge décrit, sans forcément concerner des jeux violents (même si c'est souvent le cas). C'est tellement courant qu'il existe des centres de désintoxication spécialisés là-dedans, l'un de mes élèves y était suivi il y a deux ans.

Je suis tout à fait d'accord sur ton deuxième point qui est bcp plus nuancé que ce que raconte Serge.

Mort de rire. Elle t'explique et te décrit dans le détail, et en autrement bien pire, les mêmes manifestations que j'évoquais. Laughing
La mauvaise foi poussée à ce stade, franchement ... En tout cas, tu m'as bien fait rire, et rien que ça, ça fait du bien ! Je te remercie Razz



En revanche, sur le premier point, je persiste à croire que le film/jeu/DA n'est qu'un facteur déclenchant d'une violence dont nous sommes tous, plus ou moins, porteur. Et que donc, en réalité, la source du problème ne vient pas des jeux/films/DA eux-mêmes mais de leur encadrement.

C'est ce que nous nous "tuons" à te répéter. Pourquoi faire semblant de penser que nous disons l'inverse ?
Mais que les jeux vidéos ultra violent soient un facteur "déclenchant" de la violence comme tu dis si bien toi-même, ou juste "facteur aggravant" comme je l'ai dit (je suis donc finalement plus soft que toi dans mon analyse), ce devrait être suffisant pour en percevoir le côté non anodin et le potentiel de nuisance, non ?


Donc plutôt que remettre en question les jeux, remettons en question notre approche des jeux plutôt.

Parce que quelqu'un qui se fait happer par ses bas instincts en est encore capable ? Shocked
Pourquoi existe-t-il des "centres spécialisés" si cette dérive est si anecdotique, peu fréquente et si caricaturale qu'on ne peut y croire ? scratch Ben oui, ils ne doivent recevoir que des gens qui disent n'avoir aucun problème avec l'addiction et la violence exacerbée par les jeux en questions. Du coup, les médecins de ces centres sont sans doute des gens qui exagèrent, forcément sans patients en plus, puisque ces jeux sont sans conséquences, et ils les attendent en vain en jouant à la belote. cafe



Je n'ai jamais vu une seule fois dans ma vie une personne avoir les comportements que tu décris (de manière tellement caricaturale qu'il est difficile d'y croire) et pourtant, tous mes amis sont des hardcore gamers.

Que tu me crois ou pas, c'est ton droit, ce n'est plus de mon ressort, je te dis juste ce que je constate, tu en fais ce que tu en veux, ça reste finalement ton problème. D'autre part, il n'y a rien de caricatural dans ce qui j'ai décrit (un ado qui s'enferme dans sa chambre, totalement absorbé, devenant asocial, avec des tics nerveux, en poussant de grands cris assortis de gros mots, je suis heureux de savoir que tu n'en as pas dans ton cercle d'amis, mais il faut être sacrément naïf pour s'imaginer que c'est rare, que ça n'existe pas -ne serait-ce qu'avec des jeux videos plus "classiques"- et c'est pour le moins étonnant de faire semblant de croire que si en plus les jeux en questions sont archi-violents et sanglants, ça n'aurait pas plus d'impact qu'un visionnage d'un épisode de Bambi). Lene75 est allée encore plus loin pour te faire comprendre les impacts qu'il peut y avoir, en t'expliquant bien que ces conséquences n'ont rien de rares. Bien des reportages montrent des cas plus excessifs encore, et heureusement plus minoritaires, de jeunes adultes jouant à de tels jeux, souvent en transe, devenant de plus en plus asocial dans leur rapport aux autres, offrent une vision qui malgré tout existe aussi bel et bien, et dont on ne peut faire abstraction. Donc qualifier de "caricature" les manifestations bien plus soft et fréquentes des effets des jeux vidéos que j'ai pu constater, moi comme tant d'autres, ça me fait un peu marrer (jaune, je dois dire, surtout quand on en constate dans son entourage et même dans sa famille, il faut avouer qu'on perd un peu le sens de l'humour). Personnellement, je trouve que la caricature, c'est oser justifier de ton "petit groupe d'amis" qui se livrerait à de tel jeux à l'état d'esprit violent et qui serait parfaitement sains, pour évacuer le problème réel d'un revers de main, comme si vous étiez représentatifs et une preuve de quoi que ce soit. Ton "expérience" est bien plus caricaturale dans sa prétendue démonstration de non nocivité, et pourtant je ne la remets pas en cause (alors que franchement, je pourrais tout aussi bien me dire que pour prendre plaisir à jouer à de tels jeux malsains, il y aurait quand même forcément un certain penchant très pervers qui s'exprime, sinon où serait le plaisir ?). Dieu merci, il y en a aussi qui ne rentrent pas dans des transes avec la bave qui coule, tant mieux pour vous. Neutral Mais il y a entre ces deux cas de figures, qui existent bel et bien, des tas de manifestations négatives intermédiaires et révélant une forme de perversion et de goût pour la cruauté tantôt détournée, tantôt exacerbée par ce dérivatif ...

Bref, si tant est que ces histoires soient vraies, le problème ne vient sûrement pas uniquement que des jeux.

Il y a par rapport à ce genre de justification une bonne dose de mauvaise foi. Parce que si tu lis bien, personne ne dit que les jeux vidéos violents sont forcément la cause directe de ces comportements, mais qu'ils en constituent certainement "un facteur aggravant".
Cela devrait être bien suffisant pour en tirer quelques conséquences.

La violence dans la société n'a pas attendu le XXIe siècle pour atteindre des sommets dans l'horreur. Il faut sortir de cette moralisation manichéenne.


Nous sommes d'accord. Puisque les Romains prenaient aussi plaisir à des spectacles exaltant de la même façon la violence et le sang qui coule, c'est que ce goût est parfaitement normal. Il aurait été d'une moralité très manichéenne de les empêcher de trouver du plaisir à regarder ce genre de choses, puisque ce goût pour trouver du plaisir à des spectacles mettant en scène la cruauté, la souffrance et l'horreur a toujours existé. Brillante démonstration, merci.







_________________

Pour faire découvrir la Cafet à nos élèves > ICI

Serge
Médiateur


Revenir en haut Aller en bas

Re: Don't whack your teacher : « Jouons à "Tue ton prof" »

Message par Celadon le Dim 7 Oct 2012 - 12:23

C'est tout de même la preuve que les millénaires ne jouent guère sur la structure profonde de l'humain qui s'adaptera toujours, voire fera survivre l'atroce en l'habillant de ludique.
Je n'aimerais pas connaître les raffinements du millénaire suivant.

Celadon
Oracle


Revenir en haut Aller en bas

Re: Don't whack your teacher : « Jouons à "Tue ton prof" »

Message par Hannibal le Dim 7 Oct 2012 - 12:38

Le prochain pédagogue que j'entends soutenir que les élèves doivent être plus actifs, les T.I.C.E davantage utilisées et le cours moins répétitif, je l'oblige à jouer deux heures durant à ce truc.

_________________
"Quand la pierre tombe sur l'oeuf, malheur à l'oeuf.
Quand l'oeuf tombe sur la pierre, malheur à l'oeuf." (proverbe)

Hannibal
Habitué du forum


Revenir en haut Aller en bas

Re: Don't whack your teacher : « Jouons à "Tue ton prof" »

Message par Serge le Dim 7 Oct 2012 - 12:45

Parce que faire un exercice en ligne ou leur montrer un diaporama se situe sur le même plan pour toi ?
Il faut donc faire des cours répétitifs ? Bref, le sujet est aussi intéressant, mais concernant la violence de jeux vidéos, tu me sembles un peu hors sujet sur ce coup, Hannibal.

C'est tout de même la preuve que les millénaires ne jouent guère sur la structure profonde de l'humain qui s'adaptera toujours

En même temps si, quand même. Les humains dans leur majorité commencent à prendre conscience de beaucoup de choses au contraire. On a aboli l'esclavage, les tortures, la peine de mort, on commence à penser au respect de notre environnement. Bien sûr il existe toujours des pays plus hermétiques, des individus isolés plus égoïstes ou moins sensibles aux autres. Tous ne s'élèvent pas aussi vite ni de la même manière. Mais cela reste bien plus minoritaire que dans les temps passés, et heureusement.

En revanche, comme on ne peut plus prendre plaisir à voir des gens être torturés pour de vrai, certains sont bien obligés de passer par ces dérivatifs virtuels pour combler ces même bas instincts. La ruban "ludique" que le paquet n'enlève rien à l'affaire, c'est vrai. Et effectivement, nous pourrions être surpris de ce que les millénaires suivants inventeront pour "aider" ces personnes à combler leur soif d'horreur et d'expression d'aggressivité refoulée ( vivement la trois D, puis des jeux où on aura la sensation tactile réelle d'étrangler quelqu'un ou de pouvoir lui arrache un oeil avec un couteau, miam miam) veneration


Oui, déjà que ceux du millénaire actuel

_________________

Pour faire découvrir la Cafet à nos élèves > ICI

Serge
Médiateur


Revenir en haut Aller en bas

Page 2 sur 4 Précédent  1, 2, 3, 4  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum