4eme : Je crois qu'un de mes élèves devient fou.

Page 2 sur 6 Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Re: 4eme : Je crois qu'un de mes élèves devient fou.

Message par fanette le Mar 9 Oct 2012 - 21:31

Normalement, en cas d'urgence, le médecin scolaire doit se déplacer au plus vite. Mets la pression sur le CDE en expliquant qu'il y a danger pour cet élève et ses camarades (par écrit, c'est toujours mieux ...).

fanette
Habitué du forum


Revenir en haut Aller en bas

Re: 4eme : Je crois qu'un de mes élèves devient fou.

Message par V.Marchais le Mar 9 Oct 2012 - 21:33

DAP ?

C'est un peu tôt pour juger des résultats (j'ai fait seulement deux contrôles écrits, un de grammaire et une étude de texte). Je dirais stable par rapport à ce que disait ma collègue qui l'avait l'an passé.

Je ne sais pas si A. pourrait être dangereux. Je ne l'ai jamais vu faire preuve de violence. Mais je ne l'avais jamais vu non plus aussi tendu, au bord de l'explosion. En fait, je me demande quelle forme prendrait chez lui cette explosion et ça me fiche la trouille. Ma peur est-elle une raison suffisante pour le sortir de classe ?

V.Marchais
Bon génie


Revenir en haut Aller en bas

Re: 4eme : Je crois qu'un de mes élèves devient fou.

Message par Marie Laetitia le Mar 9 Oct 2012 - 21:36

Dispositif d'aide pédagogique, un truc comme ça. Bref les quelques élèves concernés ne sont pas en classe mais avec une conseillère pédagogique qui les prend en charge pour un travail de fond en français par exemple.

Moi, si j'appréhendais réellement ses réactions, ça suffirait pour que je demande à ce qu'il soit pris en charge à part. Il a vraiment besoin, dangereux ou pas, d'une prise en charge très spécifique. En tout cas en parler aux collèges, COP, infirmier, CPE et CDE jusqu'à ce qu'une solution soit trouvée pour les prochains cours. En attendant une autre solution externe.


Dernière édition par Marie Laetitia le Mar 9 Oct 2012 - 21:38, édité 2 fois

_________________
 
Si tu crois encore qu'il nous faut descendre dans le creux des rues pour monter au pouvoir, si tu crois encore au rêve du grand soir, et que nos ennemis, il faut aller les pendre... Aucun rêve, jamais, ne mérite une guerre. L'avenir dépend des révolutionnaires, mais se moque bien des petits révoltés. L'avenir ne veut ni feu ni sang ni guerre. Ne sois pas de ceux-là qui vont nous les donner (J. Brel, La Bastille)

________________________________________________

Antigone, c'est la petite maigre qui est assise là-bas, et qui ne dit rien. Elle regarde droit devant elle. Elle pense. (...) Elle pense qu'elle va mourir, qu'elle est jeune et qu'elle aussi, elle aurait bien aimé vivre. Mais il n'y a rien à faire. elle s'appelle Antigone et il va falloir qu'elle joue son rôle jusqu'au bout...

Marie Laetitia
Bon génie


Revenir en haut Aller en bas

Re: 4eme : Je crois qu'un de mes élèves devient fou.

Message par Invité19 le Mar 9 Oct 2012 - 21:36

le sortir, pas forcément... parce qu'il n'y a rien de concret malheureusement.

mais les troubles ont l'air grave, il peut très bien tenter de se pendre ou autre, et puis tu ne sais pas comment il pourrait réagir si les autres l'agressent... donc prévenir le chef pour qu'il fasse venir au plus vite la médecine scolaire... tu dois voir quand les parents ?

Invité19
Enchanteur


Revenir en haut Aller en bas

Re: 4eme : Je crois qu'un de mes élèves devient fou.

Message par V.Marchais le Mar 9 Oct 2012 - 21:38

Jeudi.

V.Marchais
Bon génie


Revenir en haut Aller en bas

Re: 4eme : Je crois qu'un de mes élèves devient fou.

Message par V.Marchais le Mar 9 Oct 2012 - 21:39

Bon, je vais méditer sur tout ça.
Merci, tous.

V.Marchais
Bon génie


Revenir en haut Aller en bas

Re: 4eme : Je crois qu'un de mes élèves devient fou.

Message par Invité19 le Mar 9 Oct 2012 - 21:40

tiens nous au courant, et bon courage, on croise les doigts pour que la pression soit retombée de son côté en attendant que la situation bouge

Invité19
Enchanteur


Revenir en haut Aller en bas

Re: 4eme : Je crois qu'un de mes élèves devient fou.

Message par Anacyclique le Mar 9 Oct 2012 - 21:41

Nasopi, peut-être qu'ils sont dans le déni. Il est plus facile et supportable de penser que leur garçon joue au crétin, malheureusement. Penser à autre chose que ça c'est déjà avoir digéré l'éventualité d'un problème médical sérieux...

J'ai eu les deux cas de figure. Un cas de pétage de plombs feint (exactement le même profil, que l'on l'a supporté à l'année. Du pipeau malgré ses airs de fou dangereux) et un cas tout aussi grave, un lunatique assez violent qui s'emballe et dont les délires se conjuguent avec consommation de pétards... Un suivi psychiatrique dont on n'a aucun écho (motus ?) et des collègues flippés... On n'avance pas d'un iota et ça m'afflige. On sent tous qu'il va se passer quelque chose. A part répéter qu'il est vraiment potentiellement dangereux, nocif, on ne fait rien... Tout le monde est au courant, parents, psy, boulot, et on n'avance pas.
Je te souhaite de trouver plus de solutions.


Dernière édition par Nellen le Mar 9 Oct 2012 - 21:43, édité 2 fois

_________________
"Faire ce que l'on dit et dire ce que l'on fait. Passer aux actes afin de faire sa part."

Anacyclique
Expert spécialisé


Revenir en haut Aller en bas

Re: 4eme : Je crois qu'un de mes élèves devient fou.

Message par leyade le Mar 9 Oct 2012 - 21:42

No .... j'espère qu'il va être diagnostiqué, ce serait un premier pas...

_________________
Maggi is my way, Melfor is my church and Picon is my soutien. Oui bon je sais pas dire soutien en anglais.

leyade
Bon génie


Revenir en haut Aller en bas

Re: 4eme : Je crois qu'un de mes élèves devient fou.

Message par Invité le Mar 9 Oct 2012 - 21:45

Es-tu la seule à réagir ? Tes collègues n'ont-ils rien constaté ?
Je ne sais pas s'il faut sortir de cours l'élève dès le début de l'heure, mais si tu sens que ça pourrait chauffer, alors oui. Mais pas accompagné, tu fais venir l'infirmière ou autre.

Pour répondre à ta question première, je n'ai jamais eu ce type de cas à gérer, mais des gosses qui explosent violemment, oui, et c'est traumatisant pour les élèves comme pour nous. Je crois qu'il faut avoir confiance en nos pressentiments. Une année (je débutais), j'avais un petit blondinet en 6ème dont je trouvais le regard effrayant. Un jour, il a perdu un oeil en nettoyant un fusil. Bref, tout ça pour dire qu'on connaît les élèves, on pressent les dangers.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: 4eme : Je crois qu'un de mes élèves devient fou.

Message par Galadriel29 le Mar 9 Oct 2012 - 21:49

Oh là là, bizarre en effet! Avais tu eu d autres raisons d avoir peur avant? J espère que ça va aller.

_________________
Kentoc'h mervel eget bezañ saotret!

"C'est parce que la vitesse de la lumière est supérieure à celle du son que certains ont l'air brillant avant d'avoir l'air con."

Galadriel29
Neoprof expérimenté


Revenir en haut Aller en bas

Re: 4eme : Je crois qu'un de mes élèves devient fou.

Message par V.Marchais le Mar 9 Oct 2012 - 21:50

Mes collègues ont un peu l'habitude du "cas A." Ils disent qu'il "s'est pas arrangé", que "c'est de plus en plus net, il a un pète au casque..." C'est terrible mais je crois qu'on finit effectivement par s'habituer.
Moi, A., le découvrant cette année, je le trouve vraiment flippant. Certainement, il a un pète au casque. Et on ne peut pas se contenter de le remarquer en salle des profs.

V.Marchais
Bon génie


Revenir en haut Aller en bas

Re: 4eme : Je crois qu'un de mes élèves devient fou.

Message par doublecasquette le Mar 9 Oct 2012 - 22:05

@V.Marchais a écrit:DAP ?

C'est un peu tôt pour juger des résultats (j'ai fait seulement deux contrôles écrits, un de grammaire et une étude de texte). Je dirais stable par rapport à ce que disait ma collègue qui l'avait l'an passé.

Je ne sais pas si A. pourrait être dangereux. Je ne l'ai jamais vu faire preuve de violence. Mais je ne l'avais jamais vu non plus aussi tendu, au bord de l'explosion. En fait, je me demande quelle forme prendrait chez lui cette explosion et ça me fiche la trouille. Ma peur est-elle une raison suffisante pour le sortir de classe ?

Demande à Ronin. C'est son métier, il saura te conseiller utilement, sans doute.

_________________
Pardon pour vous, pardon pour eux, pour le silence
Et les mots inconsidérés,
Pour les phrases venant de lèvres inconnues
Qui vous touchent de loin comme balles perdues,
Et pardon pour les fronts qui semblent oublieux.



Papote aussi par là : http://salledesmaitres.forumactif.org/
et là : http://www.slecc.fr/forum_0910/index.php

Et puis par là : http://doublecasquette3.eklablog.com/

doublecasquette
Prophète


Revenir en haut Aller en bas

Re: 4eme : Je crois qu'un de mes élèves devient fou.

Message par malo21 le Mar 9 Oct 2012 - 22:05

surtout si la petite voix lui dit de faire des choses contre les autres qui rient ou se moquent. après tout cela dépend des parents aussi. je pense qu' j'irai voir le chef pour lui expliquer et que plusieurs personnes soient là quand tu verras les parents: chef, sous chef, cpe, infirmière.... va falloir agir vite pour lui et aussi pour les autres. je suis de tout coeur avec toi...

malo21
Habitué du forum


Revenir en haut Aller en bas

Re: 4eme : Je crois qu'un de mes élèves devient fou.

Message par ysabel le Mar 9 Oct 2012 - 22:10

@V.Marchais a écrit:DAP ?

C'est un peu tôt pour juger des résultats (j'ai fait seulement deux contrôles écrits, un de grammaire et une étude de texte). Je dirais stable par rapport à ce que disait ma collègue qui l'avait l'an passé.

Je ne sais pas si A. pourrait être dangereux. Je ne l'ai jamais vu faire preuve de violence. Mais je ne l'avais jamais vu non plus aussi tendu, au bord de l'explosion. En fait, je me demande quelle forme prendrait chez lui cette explosion et ça me fiche la trouille. Ma peur est-elle une raison suffisante pour le sortir de classe ?

si c'est un pb de schizophrénie, sans traitement, oui.

_________________
« vous qui entrez, laissez toute espérance ». Dante

« Il vaut mieux n’avoir rien promis que promettre sans accomplir » (L’Ecclésiaste)

ysabel
Enchanteur


Revenir en haut Aller en bas

Re: 4eme : Je crois qu'un de mes élèves devient fou.

Message par User5899 le Mar 9 Oct 2012 - 22:12

@V.Marchais a écrit:Vraiment.

Quelle pathologie exactement, je ne saurais le dire, mais nous passons au-delà de la simple bizarrerie qui faisait sa réputation depuis deux ans, au point que je me mets à avoir peur des conséquences.

A. est maintenant en Quatrième. Comme je le disais, il a toujours été à part, mal intégré, un peu dans son coin, un peu grognant, un peu dans sa bulle, mais tant bien que mal capable de passer des journées à peu près normales en classe.

Cette année, il a changé. Et il continue d'évoluer, de façon inquiétante, et ce à toute vitesse.

Il parle tout seul, tout le temps. Il commente tout ce qu'il fait à voix haute : "Bon, il faut que je prenne une feuille. Alors les feuilles elles sont dans ma pochettes. Ma pochette, oui, elle est là, alors je prends la feuille et maintenant..." Non stop. Et ce n'est pas de la provocation. Plusieurs élèves de la classe en ont ras-le-bol. Les autres se marrent.
Il a des problèmes d'élocution qui se sont aggravés avec le temps, il parle dans sa barbe, avale les mots, s'énerve d'un seul coup... On a du mal à comprendre ce qu'il raconte. En plus, il ne regarde jamais la personne à laquelle il parle. En fait, on a du mal à faire la différence entre les moments où il parle tout seul et les moments où il s'adresse à la classe ou au professeur. Pourtant, il veut bien faire, il essaie de participer. C'est difficile parce que je sais que lui donner la parole va susciter l'hilarité. A. cherche ses mots laborieusement, en faisant des gestes et des contorsions étranges, dans un débit haché pleins de silence pesant, crie presque le mot en question quand il l'a enfin trouvé en tapant du poing sur la table (genre : "Yess, j'ai réussi"). Les autres le prennent pour un débile. Pourtant, ce qu'il dit est très souvent juste et pertinent, mais alors pour arriver à l'énoncer... affraid

Aujourd'hui, je l'ai interrogé sur le cours à l'oral. Il fallait bien, presque tout le monde est passé sauf lui. Ça a été un supplice pour tout le monde. A. devait me citer les différents modes verbaux et m'expliquer ce que traduit chacun d'eux. Ses efforts pour se remémorer le cours étaient plus que visibles. En fait, c'était effrayant. Il pensait à voix haute, passant en revue toutes les notions de grammaire et, se rendant compte que ce qu'il disait risquait d'être pris pour une réponse fausse, il s'interrompait en criant : "J'ai pas dit ça. NAN. j'ai pas dit ça." Il se remettait à réfléchir à voix haute en criant régulièrement : "J'ai pas dit ça. NNNNNAAAAAAAAAAAAAAAANNNN. Nan, nan, nan." Il roulait des yeux fous et suait littéralement à grosses gouttes sous l'effort. J'ai essayé de le rassurer : "J'ai compris, tu as le droit de réfléchir, prends ton temps, tu me diras quand tu voudras confirmer ta réponse. Réfléchis tranquillement." Il a fini par arriver à me réciter sa leçon ( ) mais je vous jure que j'avais la trouille de l'état dans lequel il était. Un état second. Je me disais : là, si je le reprends, si je lui donne l'impression que son mode de fonctionnement n'est pas compris, que ses efforts ne portent pas, il va péter les plombs. Il est tendu à bloc. Plus, ce n'est pas possible.

Bien sûr, j'ai prévenu l'infirmière. J'ai pris RV avec les parents en demandant à l'adjoint de m'assister (c'est quand même hyper space ce que j'ai à leur expliquer).

Mais j'ai peur quand je vois l'évolution ultra-rapide de ce gamin. Il est passé au-delà. De quoi, pourquoi, je ne sais pas, mais il n'est plus du tout dans un fonctionnement social adapté. J'ai peur qu'il devienne incontrôlable en classe (aujourd'hui, j'ai vraiment eu l'impression qu'on était sur le fil). J'ai peur des réactions des autres et de ce qu'elles peuvent déclencher. Je pense que je vais consacrer un moment à faire le point avec eux, leur dire ce que je pense. Dans le fond, c'est pas drôle du tout, et ils feraient mieux d'arrêter de l'asticoter s'ils ne veulent pas que ça tourne mal. Je redoute qu'A. ne finisse par se retourner contre les autres, ou que les autres ne lui en fassent trop voir, je ne sais pas. Mais là, ça ne marche plus. Le groupe est en danger. je le sens comme ça.

A. n'a rien fait de mal, il n'y a pas de raison de l'exclure, mais l'inclusion ne se fait pas bien. Je ne sais plus comment gérer au quotidien. J'ai l'impression qu'un drame peut survenir à tout moment.
Ce sont des signes de schizophrénie. Infirmière, médecin scolaire d'urgence. Il peut être dangereux, mais de toutes façons, il est clair que déjà, il souffre, et c'est un motif pour bousculer les cadres. Il faut un avis médical rapide, puis vous aviserez.

_________________
Zu End' ewiges Wissen !
Der Welt melden
Weise nichts mehr !

En cas de ban, ne pas utiliser les MP ! Passer par l'icône du mail  Razz

User5899
Dieu de l'Olympe


Revenir en haut Aller en bas

Re: 4eme : Je crois qu'un de mes élèves devient fou.

Message par micaschiste le Mar 9 Oct 2012 - 22:13

@ysabel a écrit:
@V.Marchais a écrit:DAP ?

C'est un peu tôt pour juger des résultats (j'ai fait seulement deux contrôles écrits, un de grammaire et une étude de texte). Je dirais stable par rapport à ce que disait ma collègue qui l'avait l'an passé.

Je ne sais pas si A. pourrait être dangereux. Je ne l'ai jamais vu faire preuve de violence. Mais je ne l'avais jamais vu non plus aussi tendu, au bord de l'explosion. En fait, je me demande quelle forme prendrait chez lui cette explosion et ça me fiche la trouille. Ma peur est-elle une raison suffisante pour le sortir de classe ?

si c'est un pb de schizophrénie, sans traitement, oui.

+1 (je viens de t'envoyer un MP).

_________________
"Il ne sert à rien à l'homme de gagner la Lune s'il vient à perdre la Terre". François Mauriac
"Pick a star in the dark horizon and follow the light "

micaschiste
Doyen


Revenir en haut Aller en bas

Re: 4eme : Je crois qu'un de mes élèves devient fou.

Message par nlm76 le Mar 9 Oct 2012 - 22:25

Un diagnostic par internet et par des non-médecins, c'est limite, mais effectivement, on a tous les signes d'une psychose grave. Urgence urgentissime.
Au fait, une chose : j'ai appris ça d'un psy. La différence entre être fou et ne pas l'être, c'est juste "ne pas l'être". En l'occurrence, c'est probablement trop tard, mais quand on aperçoit quelqu'un en train de s'approcher de l'abîme de la folie, lui dire comme :
"Non, ne deviens pas fou, reste avec nous ; de l'autre côté, c'est une souffrance terrible, dont on ne revient entièrement".
Je crois (je touche du bois) que ce genre de paroles m'a aidé à faire échapper une personne très proche à la schizophrénie.

nlm76
Expert spécialisé


Revenir en haut Aller en bas

Re: 4eme : Je crois qu'un de mes élèves devient fou.

Message par Presse-purée le Mar 9 Oct 2012 - 22:34

@V.Marchais a écrit:Mes collègues ont un peu l'habitude du "cas A." Ils disent qu'il "s'est pas arrangé", que "c'est de plus en plus net, il a un pète au casque..." C'est terrible mais je crois qu'on finit effectivement par s'habituer.
Moi, A., le découvrant cette année, je le trouve vraiment flippant. Certainement, il a un pète au casque. Et on ne peut pas se contenter de le remarquer en salle des profs.

Pour les autres, et surtout pour lui. Dans le cas que tu décris, ce qui m'effraie, c'est surtout de me dire qu'il risque peut-être de se retourner contre lui-même.

(P.S.: ravi de te revoir dans le coin, soit dit en passant).

_________________
Homines, dum docent, discunt.Sénèque, Epistulae Morales ad Lucilium VII, 8

"La culture est aussi une question de fierté, de rapport de soi à soi, d’esthétique, si l’on veut, en un mot de constitution du sujet humain." (Paul Veyne, La société romaine)
"Soyez résolus de ne servir plus, et vous voilà libres". La Boétie
"Confondre la culture et son appropriation inégalitaire du fait des conditions sociales : quelle erreur !" H. Pena-Ruiz
"Il vaut mieux qu'un élève sache tenir un balai plutôt qu'il ait été initié à la philosophie: c'est ça le socle commun" un IPR

Presse-purée
Grand sage


Revenir en haut Aller en bas

Re: 4eme : Je crois qu'un de mes élèves devient fou.

Message par Ronin le Mar 9 Oct 2012 - 23:29

Il faut orienter les parents vers un pédo-psychiatre. Il y a à Tours un centre pour ado dans lequel bosse le Dr Pascal Lenoir, très pro. Tout ce que tu peux faire c'est insister auprès des parents sur la souffrance de leur enfant. Il s'agit de leur faire passer que l'on est au-delà d'un problème de travail ou d'une simple crise d'opposition adolescente classique.

Si tu ressens, avec tes tripes, que le gamin est vraiment en souffrance alors il s'agit clairement d'une indication pour la psychiatrie. Dans la plupart des structures il existe à côté des consultations et rendez-vous "classiques" des procédures d'urgence qui peuvent prendre différentes appellations ( consultations non programmées, intermède etc...) qui permettent de voir un pédo-psy dans la semaine.

Au pire le plus rapide est une consultation aux urgences pédiatriques qui feront intervenir le pédo-psychiatre d'astreinte.

_________________

Ronin
Guide spirituel


Revenir en haut Aller en bas

Re: 4eme : Je crois qu'un de mes élèves devient fou.

Message par V.Marchais le Mer 10 Oct 2012 - 9:35

Merci, Ronin. Merci à tous. J'ai noté le nom du Dr Lenoir, j'en parlerai aux parents demain.

Je vous donnerai des nouvelles.

V.Marchais
Bon génie


Revenir en haut Aller en bas

Re: 4eme : Je crois qu'un de mes élèves devient fou.

Message par Invité12 le Mer 10 Oct 2012 - 12:07

Pas de conseils concrets, mais juste un témoignage...

Un ami proche est atteint de schizophrénie. Comme toi, avant, on le trouvait simplement "bizarre", un peu difficile à vivre, singulier, mais on faisait avec. Une crise plus aiguë s'est manifestée lors d'une soirée. Ce n'est pas l'adolescence qui a aggravé le cas, mais quelque chose qui a sans doute à voir, car la crise s'est manifestée au tout début de sa vie en dehors du foyer familial, alors qu'il prenait son indépendance. Cette fois il n'y avait plus de doute, on a appelé les secours et il est entré à l'H.P. pour un bout de temps.

Voilà, tout va donc bien jusqu'à la crise, donc. Or elle est imprévisible. Mon ami était surtout dangereux pour lui-même, mais parfois (rarement) aussi pour les autres, pas par méchanceté ou déchaînement de violence ou je ne sais quoi, mais parce qu'il avait du mal à ne pas fantasmer l'autre, il niait la réalité et les signes envoyés par l'autre, je dirais. Je te raconte ceci non pas d'un point de vue médical, mais d'un point de vue empirique, donc j'ai du mal à le formuler, et je ne veux pas raconter sur internet de situation concrète.

En tout cas, je trouve le conseil de Ronin (insister auprès des parents sur la souffrance de leur enfant) très judicieux. Car il faut se méfier du déni. J'ai eu affaire aux parents d'un élève qui m'avaient annoncé que leur fils allait ENFIN passer des tests à telle date. A la date-dite, j'ai rappelé pour avoir des nouvelles, et ils m'ont annoncé qu'ils avaient changé d'avis, que leur fils n'était pas "fou" (on était loin du cas que tu décris, et personne n'avait employé ce terme). J'étais désemparée, et c'est avec intérêt que je lirai les nouvelles de ton entretien avec les parents de ton élève.

Invité12
Niveau 8


Revenir en haut Aller en bas

Re: 4eme : Je crois qu'un de mes élèves devient fou.

Message par lapetitemu le Mer 10 Oct 2012 - 13:07

Je n'y connais rien, et je suis d'accord avec tout le monde pour dire qu'il faut prendre en charge le problème rapidement, pour lui, pour l'élève ; simplement, si tu dis que les élèves se sont "habitués", peut-être qu'il n'y aura pas de problèmes graves en classe. Je veux dire, s'ils en sont au stade de "il est comme ça, on a l'habitude", et que tu leur dis un petit mot en leur demandant de faire attention à l'élève en question, peut-être que ça suffira à éviter les conflits.
Après, ça n'empêchera pas que l'élève se fasse du mal lui-même, ce qui est autre chose.

lapetitemu
Expert


Revenir en haut Aller en bas

Re: 4eme : Je crois qu'un de mes élèves devient fou.

Message par carolette le Mer 10 Oct 2012 - 13:42

Il faut aussi espérer que les parents puissent entendre ce que tu leur diras...

Il y a deux ans, j'ai emmené un de mes élèves de CE1 en classe verte, et il a "pété les plombs" (hallucinations visuelles et sonores), nous avons été contraints d'appeler les parents pour qu'ils viennent le récupérer. Heureusement, l'un des animateurs était infirmier urgentiste, cela nous a bien aidé, l'enfant a pu se confier à lui.
Dès qu'il est rentré chez lui, son comportement est redevenu normal, le médecin de famille a décrété que tout allait bien, et les parents n'ont rien fait, et je sais que la mère m'en veut parce que j'ai signalé les faits au médecin scolaire. Lequel médecin scolaire a trouvé qu'il n'y avait pas de quoi fouetter un chat, tandis que l'infirmier scolaire, qui a longtemps travaillé en psychiatrie infantile, a reconnu qu'il y avait un souci, et que ça s'appelait une décompensation psychotique, diagnostic, à distance certes, confirmé par le mari d'une maman accompagnatrice, psychiatre lui-même...

Tout ce que j'aurais pu faire, c'est qu'une trace subsiste dans son dossier médical scolaire, le jour où une autre crise se présentera... parce que je suis quasi sûre qu'il y a eu un précédent (déménagement rapide de la famille suite à un deuil, événement traumatique comme l'éloignement de la famille en a été un autre, et il y a quelque chose dans le dossier je crois...), et qu'il y aura autre chose.
En classe, l'enfant travaille correctement, mais pense aussi à haute voix, dit "oups" tout le temps...

Avec le recul, on se dit qu'on aurait mieux fait de le faire hospitaliser, il y aurait eu au moins un diagnostic médical...

carolette
Érudit


Revenir en haut Aller en bas

Re: 4eme : Je crois qu'un de mes élèves devient fou.

Message par Malaga le Mer 10 Oct 2012 - 17:20

Comme d'autres l'ont dit, la façon dont tu décris ce jeune garçon fait penser à de la schizophrénie.
L'assistante sociale peut aussi être une aide pour gérer cette situation difficile.

Comment sont les parents de cet élève (d'après ce que t'ont dit tes collègues qui l'ont déjà eu) ?

Malaga
Modérateur


Revenir en haut Aller en bas

Re: 4eme : Je crois qu'un de mes élèves devient fou.

Message par V.Marchais le Jeu 11 Oct 2012 - 20:39

Bon. Voilà les nouvelles de la journées, qui m'ont laissée dans la plus grande perplexité.

Depuis mardi, j'ai transmis un rapport écrit détaillé sur le comportement d'A. lors du dernier cours au chef, mais aussi à la COP, à l'infirmière, au PP, à tout le monde à peu près.

J'en ai aussi parlé à mes collègues. Et là, stupeur : la plupart me soutiennent qu'A. simulerait la débilité, prendrait un malin plaisir à jouer les fous. "Ce que tu décris, me dit ma collègue H., il me l'a fait l'année dernière en cours. Les élèves m'ont dit que le cours d'avant, il allait très bien. Je me suis fâchée, ça l'a guéri instantanément." Ça me trouble beaucoup, ce qu'elle dit.

A. est tellement à côté de la plaque qu'il est effectivement ch*** et souvent puni. Mais tout le monde s'accorde à dire qu'il ne tourne pas rond. Pour moi, le simple fait que ce gamin n'ait aucun copain à sa troisième année de scolarité dans notre collège, c'est un indice que quelque chose ne va pas. C'est vrai que souvent, pour tenter d'attirer l'attention, il fait le pitre - souvent des bruits incongrus ou des poses sur sa chaise - mais il n'est même pas assez malin pour comprendre que cela contribue plus sûrement à le marginaliser davantage qu'à l'intégrer. Bref, je sais bien qu'il fait régulièrement des bêtises, il a d'ailleurs déjà essayé de se fiche de moi, mais je m'en suis toujours rendu compte jusque là ; et puis j'ai du mal à penser qu'un enfant de 13 ans ait des connaissances qui le rendent capable de simuler si bien un épisode de perte de raison. Je doute.

Dans tous les cas, on a un enfant qui va mal. Et puis je n'étais pas au cours de H. l'an passé, mais j'étais au mien mardi, et je ne pense pas qu'on puisse simuler une transpiration soudaine ni le regard qu'A. avait en réfléchissant. Je ne le sens pas. Ou alors, il faut l'oscariser, ce môme. Jack Nicholson dans Vol au-dessus d'un nid de coucou, à côté, c'est une starlette de pacotille.
Gros gros doutes, vous dis-je.

En tout état de cause, je m'en tiens aux faits. Je maintiens mon rapport, qui décrit des gestes, un comportement, rien d'autre. Finalement, la cause de ce comportement, troubles psychiques ou provocation de gosse, ce n'est pas à moi de la déterminer. Je botte en touche, j'ai pas les compétences requises. Je redis que je pense qu'A. doit être vu par un spécialiste. N'importe comment, vu le profil, ce ne sera pas du temps perdu.

Entretemps, j'ai vu les parents, donc. Et cela aussi m'a troublée. Ils ne sont pas comme j'imaginais. Ils se sont montrés à l'écoute, plus inquiets qu'ils n'osent l'avouer ni à nous ni à eux-mêmes, probablement. Ils ont admis sans difficulté qu'il y a bel et bien des problèmes avec A., même s'ils n'ont pas remarqué d'évolution récente. En fait, je crois qu'ils sont en demande d'aide. Ils ont tout de suite accepté une prise en charge d'A. par l'association qui travaille avec le RER, qui comporte plusieurs psy. L'association a été contactée immédiatement. A. sera reçu très bientôt. L'infirmière, de son côté, prévient le médecin scolaire. On nous a promis un bilan avant les vacances de Toussaint.

Voilà tout ce que je puis vous dire à cette heure. Ça m'a vraiment perturbée, ce que m'ont raconté mes collègues. Des conneries, oui, il y en a, mais ça ne doit pas nous empêcher de voir le contexte sacrément inquiétant. Je suis prête à admettre que ce gosse se fiche de moi, mais je voudrais que ce soient des personnes compétentes qui me le garantissent, afin d'être sûre que nous ne sommes pas en train de passer à côté de quelque chose de grave.

Perplexement vôtre,
V.

V.Marchais
Bon génie


Revenir en haut Aller en bas

Page 2 sur 6 Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum