Recherche anecdotes sur la liaison G. Sand/Musset

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Recherche anecdotes sur la liaison G. Sand/Musset

Message par InvitéeHr le Mer 10 Oct 2012 - 15:47

J'aborde la dernière lettre du chapitre et je recherche des anecdotes sur leur liaison, (infidélités, sexualité ou autres). Merci à vous.

InvitéeHr
Expert


Revenir en haut Aller en bas

Re: Recherche anecdotes sur la liaison G. Sand/Musset

Message par JPhMM le Mer 10 Oct 2012 - 16:13

Il a été son voisin de table lors d'un dîner que Buloz a donné à ses collaborateurs. Il l'a trouvée très belle, « brune, pâle, olivâtre, avec des reflets de bronze et des yeux énormes, comme une Indienne » ; elle avait un petit poignard suspendu à la ceinture. Depuis ce temps il pense à elle, et elle, qui l'avait naguère jugé trop dandy, le voit d'un œil tout différent. Leur liaison amoureuse commence à la fin de juillet sous les meilleurs auspices. Leur premier soin est de chercher pour abriter leur idylle un endroit solitaire où personne ne les connaîtra : ce sera la forêt de Fontainebleau où ils s'isolent pendant une huitaine de jours, parcourant à cheval les sites pittoresques.
Ils reviennent à Paris pour filer le parfait amour : ce sont quatre mois de bonheur et de travail côte à côte. Le « gamin d'Alfred » ne tarit pas en poèmes fantaisistes, en dessins spirituels. Il croque sa maîtresse en vers badins

George est dans sa chambrette
Entre deux pots de fleurs...


en esquisses crayonnées avec talent. Il remplit les albums de charges cocasses d'amis, de confrères, et de Solange aussi (George l'a ramenée de Nohant, et Maurice est non loin d'elle, interne au collège Henri IV). Joyeuses parties, plaisantes supercheries se succèdent : c'est une fête perpétuelle.
Pourquoi faut-il que leur vienne la fatale pensée du voyage en Italie ? Il semble bien que ce fut George la plus obstinée puisqu'elle alla jusqu'à solliciter le consentement de la mère de Musset. Paris les voit partir le 12 décembre. Ils descendirent le Rhône de Lyon à Avignon en compagnie de Stendhal, qui regagnait son consulat de Civita-Vecchia. Sa conversation perpétuellement railleuse ne plut guère à George Sand, et quand, un peu gris, il se mit à danser autour de la table d'auberge, elle le trouva grotesque. Aussi ne regretta-t-elle pas qu'il prît à Marseille la route de terre, alors qu'avec Musset, elle allait s'embarquer sur le Sully à destination de Gênes. Au-delà de Gênes on laissa le sort décider. « Rome et Venise furent jouées à pile ou face. Venise face retomba dix fois sur le plancher. » Ils y arrivent le 31 décembre au soir et descendent à l'hôtel Danieli, luxueux et très cher.
George Sand y tombe malade dès les premiers jours, et pendant ce temps, Musset la néglige, pour courir les cabarets et les filles. A peine est-elle rétablie qu'il s'alite à son tour, terrassé par une fièvre typhoïde, et son état prend vite une tournure inquiétante. Le médecin qui le soigne avec dévouement, le docteur Pagello, va connaître une célébrité inattendue, pas tant pour avoir guéri un malade illustre que pour lui avoir ravi sa maîtresse. Cette histoire a déjà garni plusieurs rayons de bibliothèque avec les récits plus ou moins romancés des protagonistes et les livres des commentateurs.
Musset reparti pour la France le 29 mars, « le cœur en écharpe », George demeure à Venise avec Pagello, fait quelques excursions dans les petites Alpes de Vénétie et dans les îles de l'Archipel, mais surtout travaille sans relâche, expédiant à Buloz deux poétiques Lettres d'un voyageur et trois romans : Leone Leoni, André, Jacques, écrits en moins de cinq mois.
Georges Lubin, Album Sand, Gallimard 1973




Croquis de Musset qui représente Stendhal gris dansant dans l'auberge.

Autres dessins de Musset : http://alfreddemusset.canalblog.com/archives/2006/12/11/2315737.html

_________________
Labyrinthe où l'admiration des ignorants et des idiots qui prennent pour savoir profond tout ce qu'ils n'entendent pas, les a retenus, bon gré malgré qu'ils en eussent. D'ailleurs, il n'y a point de meilleur moyen pour mettre en vogue ou pour défendre des doctrines étranges et absurdes, que de les munir d'une légion de mots obscurs, douteux , et indéterminés. Ce qui pourtant rend ces retraites bien plus semblables à des cavernes de brigands ou à des tanières de renards qu'à des forteresses de généreux guerriers. Que s'il est malaisé d'en chasser ceux qui s'y réfugient, ce n'est pas à cause de la force de ces lieux-là, mais à cause des ronces, des épines et de l'obscurité des buissons dont ils sont environnés. Car la fausseté étant par elle-même incompatible avec l'esprit de l'homme, il n'y a que l'obscurité qui puisse servir de défense à ce qui est absurde. — John Locke

JPhMM
Demi-dieu


Revenir en haut Aller en bas

Re: Recherche anecdotes sur la liaison G. Sand/Musset

Message par InvitéeHr le Mer 10 Oct 2012 - 16:39

Merci ! Je voulais aussi savoir si la mention de "mon grand et brave George" dans la lettre (elle se trouve dans le manuel Fleurs d'encre) peut révéler une ambiguïté sexuelle du côté de Musset.

InvitéeHr
Expert


Revenir en haut Aller en bas

Re: Recherche anecdotes sur la liaison G. Sand/Musset

Message par moon le Mer 10 Oct 2012 - 19:42

Dans Namouna et dans les Confessions d'un enfant du siècle, les descriptions des deux héros après l'amour correspondent à un autoportrait de Musset. Il n'y a aucune ambiguïté en ce qui concerne la sexualité de Musset, de nombreuses jeunes femmes auraient pu en témoigner. Après leur liaison, ils vont tenter pendant une année de maintenir une relation amicale, fraternelle, placée sous les auspices de la création littéraire ( ils se sont servi de leur correspondance pour leur œuvre, elle était un lieu d'essai). Évidemment ça n'a pas fonctionné, et les dernières lettres sont de véritables torpilles. Quand Musset appelle Sand mon cher George, c'est un moyen de glisser du côté de la fraternité pour effacer l'image de l'amante maternante.
Bon sinon, pour le graveleux, à Venise il était ivre en permanence. Il est persuadé d'avoir vu Sand et Pagello se draguer mutuellement pendant que Pagello le soignait, sous ses yeux. Retour à Paris séparément. Pagello suit Sand. Tentative de relation fraternelle à trois. Echec. Echec également du couple Sand / Pagello qui rentre piteux en Italie. Sand a également fricoté avec Chopin qui a je ne sais plus quel lien avec Musset. Elle est également en relation étroite avec l'actrice Rachel, que se tape Vigny, avec qui Musset entretient une relation épistolaire assez active. Sainte-Beuve, de son côté tente une approche consolatrice auprès de Sand après la rupture histoire de caser ses billes, des fois qu'il ait une ouverture. Échec. Je ne saurais trop te dire si c'est avant ou après avoir couché avec la femme de Hugo. Qui donc le déteste, et vit une relation passionnée avec Juliette Drouet, une actrice aussi, ma foi. Et pendant ce temps Balzac crache sur tout le monde en ne se tapant pas grand chose ( Mme Hanska a bon dos) tandis que Flaubert erre dans des sphères lointaines et que Maupassant soigne sa syphilis. Et tout ce petit monde s'écrit.
Moralité : au XIXème tous débauchés.

moon
Sage


Revenir en haut Aller en bas

Re: Recherche anecdotes sur la liaison G. Sand/Musset

Message par Dugong le Mer 10 Oct 2012 - 19:58

Musset y allait fort avec la Chopine.

Dugong
Niveau 9


Revenir en haut Aller en bas

Re: Recherche anecdotes sur la liaison G. Sand/Musset

Message par InvitéeHr le Mer 10 Oct 2012 - 20:07

@moon a écrit:Sand a également fricoté avec Chopin qui a je ne sais plus quel lien avec Musset. Elle est également en relation étroite avec l'actrice Rachel, que se tape Vigny, avec qui Musset entretient une relation épistolaire assez active

Tout ça est vachement clair en effet Very Happy Merci pour ce tableau en tout cas.

InvitéeHr
Expert


Revenir en haut Aller en bas

Re: Recherche anecdotes sur la liaison G. Sand/Musset

Message par moon le Jeu 11 Oct 2012 - 4:37

Pour les détails, il Y a une nouvelle édition de leur correspondance chez Babel par J.M Dias. Il l'a sous-titrée le Roman de Venise. C'est très bien fait, car il y intègre aussi des extraits de romans, de journaux, ou de lettres à d'autres personnes qui éclairent leur correspondance, effectivement romanesque à souhait. Je l'ai dévoré, et mine de rien, on apprend beaucoup de choses sur les écrivains de l'époque.

moon
Sage


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum