Partagez
Voir le sujet précédentAller en basVoir le sujet suivant
Infirmière des Cancres
Niveau 1

Re: dyslexie : témoignage d'un orthophoniste

par Infirmière des Cancres le Dim 21 Oct 2012 - 21:34
Un infirmière prend soin des gens.
avatar
Thalia de G
Médiateur

Re: dyslexie : témoignage d'un orthophoniste

par Thalia de G le Dim 21 Oct 2012 - 21:34
@Provence a écrit:Qui es-tu, infirmière? heu
Merci de vous présenter ici http://www.neoprofs.org/f26-votre-presentation, c'est une simple question de courtoisie envers ses interlocuteurs.

_________________
Le printemps a le parfum poignant de la nostalgie, et l'été un goût de cendres.
Soleil noir de mes mélancolies.
Infirmière des Cancres
Niveau 1

Re: dyslexie : témoignage d'un orthophoniste

par Infirmière des Cancres le Dim 21 Oct 2012 - 21:38
Il n'y a de pire sourd que celui qui ne veut pas entendre, n'est ce pas?

Relisez bien, vous finirez par comprendre. Et n'ayez pas peur d'être gauchère, nous ne sommes plus au Moyen-âge.

avatar
Provence
Bon génie

Re: dyslexie : témoignage d'un orthophoniste

par Provence le Dim 21 Oct 2012 - 21:39
@Infirmière des Cancres a écrit:Il n'y a de pire sourd que celui qui ne veut pas entendre, n'est ce pas?


Tu connais l'histoire de la poutre et de la paille du voisin?
Qui es-tu? Rolling Eyes
avatar
MelanieSLB
Doyen

Re: dyslexie : témoignage d'un orthophoniste

par MelanieSLB le Dim 21 Oct 2012 - 21:43
@Infirmière des Cancres a écrit:Ce n'est pas la personne qui porte un handicap qui doit prouver le handicap.

T'es bien sûre de toi, là? Donc, n'importe quel élève peut arriver demain, dire je suis dyslexique, et avoir droit à tout un tas d'aménagements? C'est pour ça que quand il y a suspicion de dyslexie, il y a tout un tas de rdv médicaux et un dossier mdph à remplir, parce qu'il suffit de clamer qu'on a un handicap (invisible-c'est bien pratique) pour avoir le droit aux aménagements dûs aux vrais dyslexiques? N'importe quoi. Sinon, il y aurait bien plus de tiers-temps qu'il n'y en a actuellement.

@Infirmière des Cancres a écrit:
C'est la personne ou l'institution qui doit prouver qu'elle a bien aménagé l'environnement de la personne handicapée. ça c'est la loi.

En pratique, un étudiant qui porte des lunettes n'a pas besoin de fournir un document médical expliquant la raison pour laquelle il porte des lunettes. Il y est automatiquement autorisé, par tout le monde. Et s'il les casse, il est évident que le professeur veillera naturellement à le mettre plus près, ou à demander à un copain de photocopier ses notes etc pour ne pas que le fait d'avoir été sans ses lunettes un moment ne le mette en difficulté.

Parce qu'on est naturellement bienveillant avec une personne qui porte un handicap.

Parce qu'aucun prof ne laisserait un étudiant dans son fauteuil roulant devant les marches de l'escalier, sous prétexte qu'il n'a pas un diagnostic précis qui explique pourquoi il ne peut pas monter les marches aussi bien et vite que les autres étudiants.

La dyslexie est un handicap invisible. Ce n'est pas le handicap qui fait souffrir les élèves et les étudiants. C'est le déni de ce handicap.

Dans tous ces cas-là, le handicap est visible, donc on aménage en conséquence. Quand le habdicap est invisible, on veut juste un mot du médecin scolaire donnant le nom du handicap + une liste de recommandations sur les aménagements possibles. On ne va pas croire sur parole des élèves souvent partisans du moindre effort (ce sont souvent ces élèves-là qui clament être dys-quelquechose, et pour lesquels on ne voit jamais l'ombre d'un PAI).

_________________
La réforme du collège en clair : www.reformeducollege.fr .

Et pour ceux qui voudraient en comprendre quelques fondements idéologiques:
De l’école, Jean-Claude Milner, visionnaire en 1984 (ça ne s'invente pas!) de ce qui nous arrive: "On ne dira pas que les enseignants sont l'appendice inutile d'une institution dangereuse et presque criminelle; on dira seulement qu'ils doivent devenir Autres: animateurs, éducateurs, grands frères, nourrices, etc. La liste est variable. Que, par là, les enseignants cessent d’être ce qu'ils doivent être, c'est encore une fois sortir de la question. On ne dira pas que les enseignants n'ont pas à exister, mais qu'ils ont à exister Autrement. Que cette Autre existence consiste à renoncer à soi-même pour disparaître dans la nuit éducative et s'y frotter, tous corps et tous esprits confondus, avec les partenaires de l'acte éducatif - manutentionnaires, parents, élèves, etc. -, seul un méchant pourrait en prendre ombrage." (page 24)
InviteeF
Grand Maître

Re: dyslexie : témoignage d'un orthophoniste

par InviteeF le Dim 21 Oct 2012 - 21:45
@Infirmière des Cancres a écrit:Il n'y a de pire sourd que celui qui ne veut pas entendre, n'est ce pas?

Relisez bien, vous finirez par comprendre. Et n'ayez pas peur d'être gauchère, nous ne sommes plus au Moyen-âge.

Moyen Âge s'écrit "Moyen Âge", et pas autrement.
Et il ne s'agit pas de peur Laughing Laughing Laughing Laughing Laughing Laughing Laughing Laughing mais de refus d'admettre un raisonnement digne de Ionesco. Evil or Very Mad

Et puis on ne dit plus "cancre" mais "élève en situation de réussite différée". lol! malmaisbien
avatar
Provence
Bon génie

Re: dyslexie : témoignage d'un orthophoniste

par Provence le Dim 21 Oct 2012 - 21:46
Il manquait à ma soirée un petit vent de folie surréaliste... Razz
InviteeF
Grand Maître

Re: dyslexie : témoignage d'un orthophoniste

par InviteeF le Dim 21 Oct 2012 - 21:48
La nouvelle loi sur le handicap veut redonner la parole à la personne en situation de handicap ou à sa famille pour les mineurs. Toute démarche de reconnaissance, même si elle est accompagnée par les structures scolaires, sociales ou associatives, devra émaner des parents ou de la personne en situation de handicap.

Source: APEDA (Association française de parents d’enfants en difficulté d’apprentissage du langage écrit et oral)

Si même les associations de parents concernés le disent... et sinon, vous ça va ? yesyes
avatar
doublecasquette
Devin

Re: dyslexie : témoignage d'un orthophoniste

par doublecasquette le Dim 21 Oct 2012 - 21:51
@Provence a écrit:Il manquait à ma soirée un petit vent de folie surréaliste... Razz

Oui, hein ? Qu'est-ce qu'il est joli, ton âne qui chante, Provence ! Mais es-tu sûre que ce qu'il chante ne vise à discriminer personne ? Et puis, un âne... chanteur... c'est correc', ça ?

lo*vi a écrit:
La nouvelle loi sur le handicap veut redonner la parole à la personne en situation de handicap ou à sa famille pour les mineurs. Toute démarche de reconnaissance, même si elle est accompagnée par les structures scolaires, sociales ou associatives, devra émaner des parents ou de la personne en situation de handicap.

Source: APEDA (Association française de parents d’enfants en difficulté d’apprentissage du langage écrit et oral)

Si même les associations de parents concernés le disent... et sinon, vous ça va ? yesyes

Oui, merci, ça va, ça va, ça va bien !

_________________
Pardon pour vous, pardon pour eux, pour le silence
Et les mots inconsidérés,
Pour les phrases venant de lèvres inconnues
Qui vous touchent de loin comme balles perdues,
Et pardon pour les fronts qui semblent oublieux.
avatar
Duplay
Expert

Re: dyslexie : témoignage d'un orthophoniste

par Duplay le Dim 21 Oct 2012 - 21:53
@Provence a écrit:Il manquait à ma soirée un petit vent de folie surréaliste... Razz

santeverre elephantrose

Buvons à la santé de mes camarades gauchers. Ouf, soulagée de savoir que je devrais normalement échapper au bûcher. yesyes

Et à la tienne, lo*vi ! santeverre Very Happy
avatar
philann
Doyen

Re: dyslexie : témoignage d'un orthophoniste

par philann le Dim 21 Oct 2012 - 21:53
@Infirmière des Cancres a écrit:Ce n'est pas la personne qui porte un handicap qui doit prouver le handicap. C'est la personne ou l'institution qui doit prouver qu'elle a bien aménagé l'environnement de la personne handicapée. ça c'est la loi.

En pratique, un étudiant qui porte des lunettes n'a pas besoin de fournir un document médical expliquant la raison pour laquelle il porte des lunettes. Il y est automatiquement autorisé, par tout le monde. Et s'il les casse, il est évident que le professeur veillera naturellement à le mettre plus près, ou à demander à un copain de photocopier ses notes etc pour ne pas que le fait d'avoir été sans ses lunettes un moment ne le mette en difficulté.

Parce qu'on est naturellement bienveillant avec une personne qui porte un handicap.

Parce qu'aucun prof ne laisserait un étudiant dans son fauteuil roulant devant les marches de l'escalier, sous prétexte qu'il n'a pas un diagnostic précis qui explique pourquoi il ne peut pas monter les marches aussi bien et vite que les autres étudiants.

La dyslexie est un handicap invisible. Ce n'est pas le handicap qui fait souffrir les élèves et les étudiants. C'est le déni de ce handicap.

Outre le ton sur lequel je ne reviens pas. Ce que vous dites n'est pas exact (pour ne pas dire faux!!) Les parents d'enfants dyslexiques doivent faire une demande de PAI CHAQUE ANNÉE
Voir ce document

Il doit être prouvé que l'enfant est effectivement handicapé par une dyslexie. Ce handicap doit être évalué par une équipe pluri disciplinaire.

Si l'enfant n'a pas de PAI, il n'y a aucune obligation pour un enseignant ou une équipe éducative à aménager les épreuves ou les conditions de travail. EN revanche, la PAI est contraignante et l'enseignant a peu d'excuses pour le pas aménager le travail d'un enfant sous PAI qu'il soit dyslexique ou non.

_________________
2014-2015: poste fixe dans les Hauts de Seine Very Happy Very Happy Very Happy
2013-2014: certifiée stagiaire dans les Hauts de Seine cheers 
2011-2013: prof. contractuelle dans l'Essonne
avatar
Provence
Bon génie

Re: dyslexie : témoignage d'un orthophoniste

par Provence le Dim 21 Oct 2012 - 21:58
@doublecasquette a écrit:
@Provence a écrit:Il manquait à ma soirée un petit vent de folie surréaliste... Razz

Oui, hein ? Qu'est-ce qu'il est joli, ton âne qui chante, Provence ! Mais es-tu sûre que ce qu'il chante ne vise à discriminer personne ? Et puis, un âne... chanteur... c'est correc', ça ?

En grand, il est encore plus beau.



avatar
Thalia de G
Médiateur

Re: dyslexie : témoignage d'un orthophoniste

par Thalia de G le Dim 21 Oct 2012 - 22:01
@Provence a écrit:
@doublecasquette a écrit:
@Provence a écrit:Il manquait à ma soirée un petit vent de folie surréaliste... Razz

Oui, hein ? Qu'est-ce qu'il est joli, ton âne qui chante, Provence ! Mais es-tu sûre que ce qu'il chante ne vise à discriminer personne ? Et puis, un âne... chanteur... c'est correc', ça ?

En grand, il est encore plus beau.



Tu n'aurais pas le son par hasard ? Razz

_________________
Le printemps a le parfum poignant de la nostalgie, et l'été un goût de cendres.
Soleil noir de mes mélancolies.
avatar
John
Médiateur

Re: dyslexie : témoignage d'un orthophoniste

par John le Dim 21 Oct 2012 - 22:03
Tu n'aurais pas le son par hasard ?
On a déjà le texte à chaque message... Embarassed

(Oui Provence, je sors)

_________________
En achetant des articles au lien ci-dessous, vous nous aidez, sans frais, à gérer le forum. Merci !


"Celui qui ne participe pas à la lutte participe à la défaite" (Brecht)
"La nostalgie, c'est plus ce que c'était" (Simone Signoret)
"Les médias participent à la falsification permanente de l'information" (Umberto Eco)
avatar
Circé
Expert spécialisé

Re: dyslexie : témoignage d'un orthophoniste

par Circé le Dim 21 Oct 2012 - 22:04
Je viens de lire tout le fil ... bouh, il fait pas bon s'absenter pour cause de tonnes de copies par ici mais bon. Razz
J'ai demandes de rendez-vous sur demandes de rendez-vous de parents qui veulent ME voir MOI (et pourquoi la prof de français???) pour faire aménager mes évaluations (et y'a que ça qui les intéressent - et pourquoi que MOI ??) des moultes gamins dys (j'en ai 8 avec un bilan orthophonique en main par classe). Ils n'ont aucun PAI...les bilans sont anciens, beaucoup ne vont plus chez l'orthophoniste.
Je ne critique personne, j'apporte juste un témoignage qui fait état de mon impuissance (je ne suis pas formée à la remédiation et à décider d'un quelconque aménagement) et de ma lassitude...
J'aménage donc mes évaluations autant que faire se peut... mais sans avoir aucune aide de qui que ce soit ...
avatar
Provence
Bon génie

Re: dyslexie : témoignage d'un orthophoniste

par Provence le Dim 21 Oct 2012 - 22:04
@Thalia de G a écrit:
Tu n'aurais pas le son par hasard ? Razz
Si, si! diable

avatar
Provence
Bon génie

Re: dyslexie : témoignage d'un orthophoniste

par Provence le Dim 21 Oct 2012 - 22:05
@John a écrit:
Tu n'aurais pas le son par hasard ?
On a déjà le texte à chaque message... Embarassed

(Oui Provence, je sors)

Non, mais, dis! furieux furieux furieux

Razz
avatar
Circé
Expert spécialisé

Re: dyslexie : témoignage d'un orthophoniste

par Circé le Dim 21 Oct 2012 - 22:06
Haro sur le baudet !!!!
sorciere2
avatar
Provence
Bon génie

Re: dyslexie : témoignage d'un orthophoniste

par Provence le Dim 21 Oct 2012 - 22:07
Yahvé! Yahvé! Pourquoi m'as-tu abandonnée? Sad
avatar
doublecasquette
Devin

Re: dyslexie : témoignage d'un orthophoniste

par doublecasquette le Dim 21 Oct 2012 - 22:09
@Thalia de G a écrit:
Tu n'aurais pas le son par hasard ? Razz
Si, si, elle l'a, le son de l'âne ! Elle l'a même pris bio parce que c'est mieux pour la planète !


_________________
Pardon pour vous, pardon pour eux, pour le silence
Et les mots inconsidérés,
Pour les phrases venant de lèvres inconnues
Qui vous touchent de loin comme balles perdues,
Et pardon pour les fronts qui semblent oublieux.
avatar
adelaideaugusta
Fidèle du forum

Re: dyslexie : témoignage d'un orthophoniste

par adelaideaugusta le Dim 21 Oct 2012 - 22:49
lo*vi a écrit:
@Infirmière des Cancres a écrit:Il n'y a de pire sourd que celui qui ne veut pas entendre, n'est ce pas?

Relisez bien, vous finirez par comprendre. Et n'ayez pas peur d'être gauchère, nous ne sommes plus au Moyen-âge.

Moyen Âge s'écrit "Moyen Âge", et pas autrement.
Et il ne s'agit pas de peur Laughing Laughing Laughing Laughing Laughing Laughing Laughing Laughing mais de refus d'admettre un raisonnement digne de Ionesco. Evil or Very Mad

Et puis on ne dit plus "cancre" mais "élève en situation de réussite différée". lol! malmaisbien

Si tu te dis infirmière de ces pauvres enfants que sont les dyslexiques, vrais ou faux, ce n'est pas bien de les appeler des cancres.
Ce sont des victimes, soit de leur maladie, pour les vrais, soit d'une "dyspédagogie", pour les faux.

Ayant eu dans ma famille de très nombreux faux dyslexiques, je désapprouve ce terme. furieux furieux
avatar
Loreleii
Neoprof expérimenté

Re: dyslexie : témoignage d'un orthophoniste

par Loreleii le Dim 21 Oct 2012 - 22:50
@Infirmière des Cancres a écrit:
@Nasopi a écrit:Je me suis toujours demandé si ces ectopies n'étaient pas la cause, mais la conséquence de ces dyslexies, dont on n'arrive pas vraiment à savoir si elles sont vraies ou fausses.

La dyslexie est un handicap invisible. La dyslexie se voit à l'IRM, contrairement à l'ignorance.

http://www.cbai.be/revuearticle/1054/#.UFOeYSjIWnM.facebook


Zorro est arrivé !!! veneration
Infirmière des Cancres
Niveau 1

la loi et la réglementation scolaire

par Infirmière des Cancres le Dim 21 Oct 2012 - 23:01

@philann a écrit:
Si l'enfant n'a pas de PAI, il n'y a aucune obligation pour un enseignant ou une équipe éducative à aménager les épreuves ou les conditions de travail. EN revanche, la PAI est contraignante et l'enseignant a peu d'excuses pour le pas aménager le travail d'un enfant sous PAI qu'il soit dyslexique ou non.

S'il y a un PAI, il y a handicap et aménagements raisonnables (= qui ne sont pas dans ceux prévus par la loi qui peuvent être refusés).

On ne peut pas refuser les aménagements prévus par un PAI.

Peut-on refuser les aménagements à un élève dyslexique sous prétexte qu'il n'aurait pas de PAI... si la dyslexie est bien reconnue comme un handicap, et que l'aménagement demandé est bien raisonnable, je pense qu'en justice, la discrimination bénéficie du renversement de la charge de la preuve. Cela signifie que ce n'est pas la personne qui doit prouver son handicap et qu'elle est discriminée sans l'aménagement demandé, mais c'est à l'institution a prouver que l'environnement (ici scolaire de l'élève) était suffisamment aménagé pour ne pas qu'il soit discriminé. Restera à prouver que l'école était bien informée du handicap et de la demande d'aménagement. Ce que le PAI fait. Ce PAI est une sécurité pour l'élève et pour l'école.


Si on laisse ces aspects légaux, réglementaires, contraignants ... de côté, et qu'on en revient au fond, la première chose que des enseignants disent quand ils mettent en place une pédagogie différenciée en classe pour un ou deux élèves présentant des troubles dys, c'est que cette pédagogie différenciée, ces aménagements, profitent aussi à d'autres élèves! (chercher l'étude de Philippe Tremblay sur l'inclusion sur le net) C'est donc un bénéfice pour tout le groupe, et ça, ça vaut vraiment la peine, non? Pourquoi attendre d'y être contraint et de ne faire qu'obéir?



avatar
Celeborn
Esprit sacré

Re: dyslexie : témoignage d'un orthophoniste

par Celeborn le Dim 21 Oct 2012 - 23:06
@Infirmière des Cancres a écrit:

Peut-on refuser les aménagements à un élève dyslexique sous prétexte qu'il n'aurait pas de PAI... si la dyslexie est bien reconnue comme un handicap, et que l'aménagement demandé est bien raisonnable, je pense qu'en justice, la discrimination bénéficie du renversement de la charge de la preuve.

Heureusement que vous n'êtes pas juge… Non mais sérieusement, s'il n'y a pas de PAI, on ne sait pas si l'élève est on non dyslexique.

Déjà que quand il y en a un, on sait très bien que la plupart du temps, il ne l'est pas, alors si on plus on n'a pas le document…

_________________
"On va bien lentement dans ton pays ! Ici, vois-tu, on est obligé de courir tant qu'on peut pour rester au même endroit. Si on veut aller ailleurs, il faut courir au moins deux fois plus vite que ça !" (Lewis Carroll)
Mon Blog
avatar
Provence
Bon génie

Re: dyslexie : témoignage d'un orthophoniste

par Provence le Dim 21 Oct 2012 - 23:20
@Thalia de G a écrit:
@Provence a écrit:Qui es-tu, infirmière? heu
Merci de vous présenter ici http://www.neoprofs.org/f26-votre-presentation, c'est une simple question de courtoisie envers ses interlocuteurs.

Youhou!
User5899
Dieu de l'Olympe

Re: dyslexie : témoignage d'un orthophoniste

par User5899 le Dim 21 Oct 2012 - 23:52
@Infirmière des Cancres a écrit:
Cripure a écrit:
@bluebizine a écrit:la dyslexie n'est pas une maladie, on naît dyslexique, on vit dyslexique et on meurt dyslexique. Bref, c'est neurologique, pas une maladie.
Vous avez une façon de raisonner qui, je dois le reconnaître, est mille fois plus surréaliste que celle des élèves de STMG les plus fantaisistes :shock: :shock:


Etre gaucher n'est pas une maladie. On naît gaucher, on vit gaucher et on meurt gaucher. Au Moyen âge, on les brûlait. Il y a un demi siècle, on les "diagnostiquait" et on les "rééduquait".

Pourvu qu'il ne faille pas attendre un demi siècle encore pour pouvoir naître dyslexique, vivre dyslexique et mourir dyslexique, sans "diagnostic", sans "rééducation", être dys, tout simplement, comme on peut naître gaucher aujourd'hui et ne jamais être emmerdé par cette différence.
En l'occurrence, si on suit tous les donneurs de leçons qui prolifèrent depuis quelques jours sur le thème de la dyslexie, cette différence ne gêne aujourd'hui qu'autrui.
Par ailleurs, le préfixe "dys" n'exprime pas une simple différence. C'est ainsi. Le gaucher a longtemps été mal à droite, mais aujourd'hui, il n'est pas dysdextrique.


Dernière édition par Cripure le Lun 22 Oct 2012 - 0:00, édité 1 fois
Contenu sponsorisé

Re: dyslexie : témoignage d'un orthophoniste

par Contenu sponsorisé
Voir le sujet précédentRevenir en hautVoir le sujet suivant
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum