Fin annoncée du fonctionnariat pour les enseignants

Page 4 sur 5 Précédent  1, 2, 3, 4, 5  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Re: Fin annoncée du fonctionnariat pour les enseignants

Message par Abraxas le Dim 8 Fév 2009 - 21:17

Clodia1 me cherche, apparemment.
J'ai droit en ce moment à toute une série d'attaques de trolls sur mon blog. Eh bien, il en est venu jusqu'ici.
Que je sache, je suis toujours assez libre pour tenir un blog où je dis du ministre et de ses projets exactement ce qui me plaît - du mal, le plus souvent.
Et combien, s'ils connaissaient le ministre, en auraient le courage — en signant de leur nom ? Hein, Clodia ?
A part ma participation à la commission qui s'est occupée des programmes du Primaire (que j'ai soutenus bec et ongles), et dont j'avais rendu compte, je n'ai jamais travaillé pour le ministère. Qu'on se le dise.

Abraxas
Doyen


Revenir en haut Aller en bas

Re: Fin annoncée du fonctionnariat pour les enseignants

Message par clodia1 le Dim 8 Fév 2009 - 22:03

Abraxas a -comme je l'avais prévu et comme chacun peut le constater- expliqué avec rigueur, honnêteté et oserais-je ajouter modestie la phrase du 10 mai 2007!
On pourra constater aussi que si le "forumeur(euse)" ne se présente comme un(e) groupie prêt(e) à gober les affirmations les plus effarantes, c'est un troll! Sublime, non? Et bien pratique!

clodia1
Niveau 3


Revenir en haut Aller en bas

Re: Fin annoncée du fonctionnariat pour les enseignants

Message par John le Dim 8 Fév 2009 - 22:07

Clodia1, tu cherches à prouver quoi ?

La réponse t'a été apportée :

A part ma participation à la commission qui s'est occupée des programmes du Primaire (que j'ai soutenus bec et ongles), et dont j'avais rendu compte, je n'ai jamais travaillé pour le ministère. Qu'on se le dise.

Clodia1, tu fais la même erreur que ceux qui accusent le Snalc de rouler pour le ministre, ou le Snes d'avoir été les plus grands soutiens d'Allègre.

_________________
En achetant des articles au lien ci-dessous, vous nous aidez, sans frais, à gérer le forum. Merci !


"Celui qui ne participe pas à la lutte participe à la défaite" (Brecht)
"La nostalgie, c'est plus ce que c'était" (Simone Signoret)
"Les médias participent à la falsification permanente de l'information" (Umberto Eco)

John
Médiateur


Revenir en haut Aller en bas

Re: Fin annoncée du fonctionnariat pour les enseignants

Message par oreiller le Dim 8 Fév 2009 - 22:36

Enfin, c'est quand même une sacrée mauvaise foi, là, John. Clodia a parlé, me semble-t-il, d'un coup de fil qu'Abarxas aurait attendu du ministère. Un coup de fil : donc, une éventuelle volonté de, ou un éventuel accord pour travailler pour le ministère. Ce qui n'a rien à voir avec le fait d'avoir effectivement travaillé ou pas avec le ministère.

oreiller
Niveau 10


Revenir en haut Aller en bas

Re: Fin annoncée du fonctionnariat pour les enseignants

Message par henriette le Dim 8 Fév 2009 - 22:47

Heu, franchement, ces querelles sur des propos de 2007 et les exégèses des uns et des autres, ça ne fait pas trop avancer le schmilblick, je trouve...
Et ça pollue un peu ce fil dont le sujet est pourtant vraiment autrement plus important que "qui a dit quoi en pensant quoi parce qu'il savait que", non ? Parce que au bout du compte, ça change quoi ?
C'est ce qu'il faut faire, et non ce qu'il aurait fallu, dont il doit être question si on veut vraiment que toutes ces paroles aient une chance de servir à quelque chose !

henriette
Médiateur


Revenir en haut Aller en bas

Re: Fin annoncée du fonctionnariat pour les enseignants

Message par John le Dim 8 Fév 2009 - 22:53

Ce n'est pas de la mauvaise foi !

La phrase que Clodia1 cite, c'est : "Ce blog est libre -il disparaîtrait dans l'instant même où moi-même, par obligation, ne le serait plus"

Et tu en déduis : "Abraxas aurait attendu un coup de fil du ministère. Un coup de fil : donc, une éventuelle volonté de, ou un éventuel accord pour travailler pour le ministère."

Ben non, j'en déduis que si Abraxas n'avait pas été libre, le blog n'aurait pas pu l'être non plus. C'est l'équivalent de la fable du Loup et du chien.

_________________
En achetant des articles au lien ci-dessous, vous nous aidez, sans frais, à gérer le forum. Merci !


"Celui qui ne participe pas à la lutte participe à la défaite" (Brecht)
"La nostalgie, c'est plus ce que c'était" (Simone Signoret)
"Les médias participent à la falsification permanente de l'information" (Umberto Eco)

John
Médiateur


Revenir en haut Aller en bas

Re: Fin annoncée du fonctionnariat pour les enseignants

Message par John le Dim 8 Fév 2009 - 22:54

Heu, franchement, ces querelles sur des propos de 2007 et les exégèses des uns et des autres, ça ne fait pas trop avancer le schmilblick, je trouve...
Et ça pollue un peu ce fil dont le sujet est pourtant vraiment autrement plus important que "qui a dit quoi en pensant quoi parce qu'il savait que", non ? Parce que au bout du compte, ça change quoi ?
C'est ce qu'il faut faire, et non ce qu'il aurait fallu, dont il doit être question si on veut vraiment que toutes ces paroles aient une chance de servir à quelque chose !

Je confirme ce que dit Henriette.

_________________
En achetant des articles au lien ci-dessous, vous nous aidez, sans frais, à gérer le forum. Merci !


"Celui qui ne participe pas à la lutte participe à la défaite" (Brecht)
"La nostalgie, c'est plus ce que c'était" (Simone Signoret)
"Les médias participent à la falsification permanente de l'information" (Umberto Eco)

John
Médiateur


Revenir en haut Aller en bas

Re: Fin annoncée du fonctionnariat pour les enseignants

Message par Syl80 le Dim 8 Fév 2009 - 22:57

D'accord avec henriette et John, le forum n'est pas le lieu pour faire un procès d'intention. Je ne comprends pas toute cette agressivité... C'est inutile.

Syl80
Niveau 10


Revenir en haut Aller en bas

Re: Fin annoncée du fonctionnariat pour les enseignants

Message par oreiller le Dim 8 Fév 2009 - 22:58

JE n'en déduis rien (enfin, si, mais je ne l'ai pas dit... Laughing ). Je voulais juste réagir à la réflexion faite par Clodia suite à le dernière réponse, qui n'en est pas une, d'Abraxas. Je disais que d'après Clodia, Abraxas aurait attendu un coup de fil. Au lieu de répondre oui ou non, il dit qu'il n'a jamais travaillé pour le ministère, hormis pour les programmes du primaire. Et tu renchéris. C'est ça que j'appelle de la mauvaise foi.

oreiller
Niveau 10


Revenir en haut Aller en bas

Re: Fin annoncée du fonctionnariat pour les enseignants

Message par Abraxas le Lun 9 Fév 2009 - 5:56

Mais bordel, qu'est-ce que c'est que cette histoire de coup de fil que j'aurais attendu ? Je suis le dernier au courant…
Bonnetdane n'a jamais roulé pour personne — d'autant que je laisse les commentaires des uns et des autres, sauf attaques personnelles (et encore, j'ai toujours laissé celles qui me concernaient personnellement). Allez voir sur les blogs pédagos si vous pouvez dire ce que vous voulez…
Allez, fin de l'épisode. Il y a beaucoup plus urgent en ce moment que de savoir si je suis ou non dans la ligne de tel ou tel anonyme.

Abraxas
Doyen


Revenir en haut Aller en bas

Re: Fin annoncée du fonctionnariat pour les enseignants

Message par Pierre_au_carré le Lun 9 Fév 2009 - 10:56

Dans l'absolu, beaucoup de monde peut attendre ce coup de fil...

Je ne pense pas qu'Abraxas soit suicidaire, donc accepter des responsabilités à l'EN... Wink

Pierre_au_carré
Guide spirituel


Revenir en haut Aller en bas

Re: Fin annoncée du fonctionnariat pour les enseignants

Message par oreiller le Lun 9 Fév 2009 - 20:02

Les enseignants-chercheurs s¹alarment pour leur statut de fonctionnaire
public d¹Etat

LEMONDE.FR | 09.02.09 | 18h46


Alors que la communauté universitaire prépare sa mobilisation, mardi 10
février, contre le nouveau décret statutaire des enseignants-chercheurs, une
rumeur persistante fait trembler les universitaires. Les 19 281
enseignants-chercheurs des vingt universités devenues autonomes le 1er
janvier 2009 auraient perdu, à cette date, leur statut de fonctionnaire
public d'Etat.

Un mail, circulant sur certaines listes de diffusion, explique ainsi que "le
ministère vient de diffuser une lettre aux présidents des universités
passées aux compétences élargies que les personnels de ces universités sont
depuis le 20 janvier sortis de la fonction publique d'Etat. Ils ne
bénéficieront donc plus de l'aide sociale qui en résultait."

Datée du 27 janvier, cette lettre a bien été envoyée par la direction
générale des ressources humaines du ministère de l'enseignement supérieur et
de la recherche à l'ensemble des "présidents des universités bénéficiant des
responsabilités et compétences élargies".
Elle leur explique qu'en vertu de
la loi relative aux libertés et aux responsabilités des universités, "les
personnels de [leur] établissement ne seront plus directement rémunérés sur
le budget de l'Etat et ne pourront donc plus bénéficier des prestations
d'action sociale interministérielles et ministérielles qui leur sont servies
actuellement sur ce budget".

Ces prestations sociales diverses (aide aux enfants handicapés, aide
ménagère à domicile, chèque vacances, chèque emploi service, prêts à court
terme et sans intérêt, etc.) incombent donc aux établissements autonomes.
Mais, précise la circulaire, "pour mettre en place votre politique d'action
sociale, a été intégrée à votre dotation globale une partie des crédits
inscrits au titre de la mise en ¦uvre de la politique d'action sociale".

"TENTATION DE CRÉER UNE FONCTION PUBLIQUE UNIVERSITAIRE"

En clair, au lieu d'être concentrée au niveau national, la gestion des
prestations sociales est déconcentrée au niveau des universités autonomes, à
l'instar de qui se fait déjà dans les organismes de recherche, comme le
CNRS, l'Inserm ou l'Institut de recherche du développement. S'ils ont une
gestion autonome, ces organismes emploient bel et bien des fonctionnaires
publics d'Etat. De même, depuis 2005, les universités gèrent les prestations
sociales de leur personnels ATER. "Il y a chez certains élus une tentation
de créer une fonction publique universitaire", dénonce-t-on au Snesup (FSU),
syndicat opposé à la gestion déconcentrée des prestations sociales.

Face à cette inquiétude suscitée par cette circulaire, le ministère de
l'enseignement supérieur annonce l'envoi imminent d'"une nouvelle lettre aux
présidents d'université. Dans cette nouvelle circulaire, nous annonçons que
les prestations sociales seront finalement toujours gérées par le ministère
de la fonction publique pendant trois ans, et ce, de manière dérogatoire",
explique l'entourage de Valérie Pécresse, ministre de l'enseignement
supérieur et de la recherche.

Philippe Jacqué

oreiller
Niveau 10


Revenir en haut Aller en bas

Re: Fin annoncée du fonctionnariat pour les enseignants

Message par oreiller le Lun 9 Fév 2009 - 20:16

la lettre en question :
http://www.le-mammouth-dechaine.fr/Ndj/

Réaction d'un enseignant-chercheur sur la liste de diffusion de la SAES (socété des anglicistes de l'enseignement supérieur) :

Cette lettre provenant du Ministère a suscité le débat sur d’autres listes de diffusion. Après plusieurs vérifications et appels téléphoniques au Ministère de l’ESR, il apparaît que l’information est VRAIE. Dans les universités passées aux compétences élargies, les personnels ne pourraient plus bénéficier des aides sociales ministérielles proposées aux fonctionnaires d’état, mais seulement des aides sociales mises en place par les universités mêmes (avec quel budget ? là est la question… !). Le gouvernement semble vouloir nous faire passer, progressivement, du statut de fonctionnaire d’état à celui de fonctionnaire des collectivités territoriales, ou bien à celui de simples employés des universités. Bien cordialement.

oreiller
Niveau 10


Revenir en haut Aller en bas

Re: Fin annoncée du fonctionnariat pour les enseignants

Message par neo le Lun 9 Fév 2009 - 20:22

@oreiller a écrit:

Datée du 27 janvier, cette lettre a bien été envoyée par la direction
générale des ressources humaines du ministère de l'enseignement supérieur et
de la recherche à l'ensemble des "présidents des universités bénéficiant des
responsabilités et compétences élargies".[/u][/b] Elle leur explique qu'en vertu de
la loi relative aux libertés et aux responsabilités des universités, "les
personnels de [leur] établissement ne seront plus directement rémunérés sur
le budget de l'Etat et ne pourront donc plus bénéficier des prestations
d'action sociale interministérielles et ministérielles qui leur sont servies
actuellement sur ce budget".

C'est une véritable déclaration de guerre à l'ensemble de la Fonction Publique d'Etat!
Comment se fait-il que tous les fonctionnaires ne sont pas dans la rue?

neo
Grand sage


Revenir en haut Aller en bas

Re: Fin annoncée du fonctionnariat pour les enseignants

Message par clodia1 le Lun 9 Fév 2009 - 23:00

@Oreiller Merci. Je crois qu'on peut effectivement parler de mauvaise foi.

La situation est très grave et certains collègues font allusion à une sorte d'union sacrée. Certes, certes... Mais on peut s'étonner et s'inquiéter -légitimement, il me semble- du singulier manque de discernement dont ont fait preuve en 2007 certains des nouveaux opposants à Darcos et il serait souhaitable que nos adversaires d'hier aient un minimum d'honnêteté intellectuelle et ne prétendent pas avoir été des alliés de toujours...

Pourquoi Abraxas refuse-t-il d'admettre qu'il a été un sarkosyste convaincu comme en témoigne le billet du 1er mai 2007 -vrai? faux? entretien avec Darcos- qui n'est qu'un tract électoral sarkosyste à destination des enseignants.(lien mis en ligne hier) Mais comme Bonnetdane n'a jamais roulé pour personne...

Pourquoi Abraxas ne rappelle-t-il pas comme il invitait ses lecteurs- dans un billet du 10 mai 2007- à lire le rapport Darcos:
"Croyez-moi, ça vaut le coup d'y jeter un coup d'oeil attentif. ca évitera aux uns et aux autres de continuer à trimballer des idées reçues sur le libéralisme dévoreur de fonction publique..."
Les guillemets sont d'origine! En effet, le libéralisme aime la fonction publique, le libéralisme respecte la fonction publique, le libéralisme veut toujours plus et plus de fonction publique, comme nous le voyons tous les jours!

Pour lever les derniers doutes sur l'interprétation de la phrase qui , je le confesse, m'obsède..., voici en intégralité le paragraphe dans laquelle elle est incluse:
"À vous de réagir[à propos du rapport Darcos] -et pour éviter LES INSINUATIONS SYMPATHIQUES (les majuscules ne sont pas d'origine...), je précise que je ne suis pas mandaté pour vous demander de le faire: ce blog est libre et le restera-il disparaîtrait dans l'instant même, où moi-même, par obligation, ne le serait (sic? ) plus. "

Pourquoi nier l'évidence?

clodia1
Niveau 3


Revenir en haut Aller en bas

Re: Fin annoncée du fonctionnariat pour les enseignants

Message par oreiller le Lun 9 Fév 2009 - 23:08

J'ai mon opinion là-dessus.

Mais sinon, Clodia1, tu n'as pas répondu à ma question : tu ne voudrais pas remplacer Aschieri, s'il te plaît ? Allez !

oreiller
Niveau 10


Revenir en haut Aller en bas

Re: Fin annoncée du fonctionnariat pour les enseignants

Message par clodia1 le Lun 9 Fév 2009 - 23:34

@oreiller
Ne te moque pas!

clodia1
Niveau 3


Revenir en haut Aller en bas

Re: Fin annoncée du fonctionnariat pour les enseignants

Message par oreiller le Lun 9 Fév 2009 - 23:41

Je ne moque absolument pas. Tu disais plus haut "je pense qu'on devrait demander à nos syndicats de mettre en place des caisses de solidarités / caisses de grève" (afin de permettre à TOUS/ TOUTES de faire grève, indépendamment des revenus). ça, c'est du syndicalisme ! J'aimerais que ladirection de mon syndicat ressemble à ça. Et je pense que nous sommes nombreux à attendre la même chose : une véritable combativité, avec les actions qui en découlent. Marre des communiqués de presse mous de chez mous, où on nous dit que les directions syndicales ont jugé uregnt d'attendre... d'attendre d'avoir pris les petits-fours chez Sarko et Darcos, et d'avoir digéré en passant le weekend à la campagne.

Bref, le jour où Aschieri appelle à organiser des caisses de grève, je l'invite à boire le champagne et à manger les petits-fours... Mais comme je n'y crois pas trop, je me dis que le mieux serait qu'on ait à la tête de la FSU notre Clodia1, qui serait meiux à même de nous défendre face au bulldozer ou au rouleau-compresseur de Darkosy.

oreiller
Niveau 10


Revenir en haut Aller en bas

Re: Fin annoncée du fonctionnariat pour les enseignants

Message par neo le Mar 10 Fév 2009 - 0:02

@clodia1 a écrit:

Pourquoi Abraxas ne rappelle-t-il pas comme il invitait ses lecteurs- dans un billet du 10 mai 2007- à lire le rapport Darcos:
"Croyez-moi, ça vaut le coup d'y jeter un coup d'oeil attentif. ca évitera aux uns et aux autres de continuer à trimballer des idées reçues sur le libéralisme dévoreur de fonction publique..."
Et en 2009, il en pense quoi, Abraxas, du rapport entre libéralisme et fonction publique?

neo
Grand sage


Revenir en haut Aller en bas

Re: Fin annoncée du fonctionnariat pour les enseignants

Message par henriette le Mar 10 Fév 2009 - 0:34

Attention : mode coup de gueule "on"

Franchement, je vous trouve vraiment très lourds et particulièrement stériles avec vos querelles de clochers politico-syndicalistes. Ce fil traite d'un problème gravissime, qui concerne tout le monde, et je ne dois pas être la seule à souhaiter y lire une vraie réflexion sur la question et non des échanges de tirs dans les pattes.
Aussi ai-je une demande : pourquoi ne pas aller vous prendre le bec ailleurs que sur ce fil et en créer un spécial, avec le titre "Règlement de compte à OK Corral" où vous pourrez vous en donner à coeur joie et où ceux que ça intéresse auront tout loisir de compter les points ?

Mode coup de gueule "off"

henriette
Médiateur


Revenir en haut Aller en bas

Re: Fin annoncée du fonctionnariat pour les enseignants

Message par Reine Margot le Mar 10 Fév 2009 - 6:49

d'accord avec henriette. ou alors,en mp?
cela dit je suis d'accord pour les caisses de grève, ça éviterait un 2003 bis, avec le lot de désillusions que ça implique.

_________________
1 enseignant molesté, c’est un fait divers, pas un phénomène de société.
2 enseignants molestés, c’est un fait divers, pas un phénomène de société.
150 enseignants molestés, ce sont des faits divers, pas des phénomènes de société.
151 enseignants molestés, ce sont des faits divers, pas des phénomènes de société.
………………………………
[la progression arithmétique se poursuit en série]
…………………………………..
156 879 enseignants molestés, ce sont des faits divers, pas des phénomènes de société.
156 880 enseignants molestés, ce sont des faits divers, pas des phénomènes de société. »

Reine Margot
Demi-dieu


Revenir en haut Aller en bas

Re: Fin annoncée du fonctionnariat pour les enseignants

Message par clodia1 le Mar 10 Fév 2009 - 6:58

Erratum: J'ai écrit" les guillemets sont d'origine" après "le libéralisme dévoreur de fonction publique..."c'est bien sûr "les points de suspension sont d'origine" que j'aurais dû écrire.
Je répondrai plus tard- et je crois d'ailleurs déjà avoir répondu à ceux qui m'accusent de "stérile" crime lèse Abraxas.

clodia1
Niveau 3


Revenir en haut Aller en bas

Re: Fin annoncée du fonctionnariat pour les enseignants

Message par oreiller le Mer 11 Fév 2009 - 23:44

Motions votées par la Coordination Nationale des Universités du 11 février.

La motion 2 intéressera particulièrement les personnels du 1er et du second degrés
.

----------------------------------------------------------------

D'après ce que j'en sais, la coordination a réuni : 450 personnes dans l'amphi des mandatés, 67 universités représentées (79 établissements) et 12 organismes (sociétes savantes,
syndicats, slu, slr, ...) + un amphi à coté relié par grand écran.Le Supérieur donne clairement l'exemple de ce qui doit être fait lorsqu'on est attaqué, me semble-t-il...Ca sent le chaud...
C.


Motions votées par la Coordination Nationale du 11 février 2009 (à Paris VIII)
mercredi 11 février 2009,
http://www.sauvonsluniversite.com/spip.php?auteur3


En document joint, la liste des universités, associations, organisations, syndicats représentés.

Communiqué du matin
L’Université est à Saint Denis aujourd’hui. Après la journée de manifestation nationale qui a rassemblé près de 100000 personnes et confirmé la force exceptionnelle de la mobilisation, la Coordination nationale des Universités, aujourd’hui réunie à Paris 8, dénonce la manœuvre médiatique et la stratégie de diversion que Valérie Pécresse a trouvées comme seule réponse à nos demandes de retrait des réformes en cours. La coordination affirme que tous les représentants de l’Université et la Recherche se trouvent en ce jour réunis à l’université Paris 8, et non au Ministère où ne se déroule qu’une parodie de consultation.

Motion 1
Comme celles du 22 janvier et du 2 février 2009, la Coordination Nationale réunie le 11 février 2009 condamne la mise en place d’une politique d’affaiblissement structurel de l’enseignement et de la recherche, la précarisation des personnels de toutes catégories, enseignants, enseignants-chercheurs, chercheurs, BIATOSS et ITA, notamment au travers de l’individualisation des carrières, de la mise en place du nouveau contrat doctoral et des suppressions d’emplois. Cette politique menace les conditions de vie, la formation et l’avenir des étudiants. La Coordination Nationale constate que toutes ces contre-réformes résultent de la loi LRU et du pacte sur la Recherche. En conséquence, elle demande en urgence que la communauté universitaire et le monde de la recherche soient consultés sur une nouvelle loi garantissant démocratie, collégialité, indépendance, liberté et égalité entre les universités et les domaines de recherche, car l’Université n’est pas une entreprise et le Savoir n’est pas une marchandise. Elle exige le rétablissement des postes supprimés, un plan pluriannuel de création d’emplois statutaires dans les universités et les grands organismes de recherche, dont elle refuse le démantèlement. Elle soutient les mobilisations en cours. Elle constate que les ministères n’ont toujours pas retiré :
la réforme de la formation et des concours de recrutement des enseignants du premier et du second degrés.
le projet de décret sur le statut des enseignants-chercheurs.
En conséquence la Coordination Nationale appelle l’ensemble des universités et des laboratoires à rejoindre le mouvement de grève totale, reconductible, illimitée, déjà engagée dans de très nombreuses universités.

Motion 2
La Coordination Nationale constate l’amplification et l’élargissement de la mobilisation à toute la communauté de l’enseignement supérieur et de la recherche. Elle se félicite de l’appel de la Sorbonne lancé par des présidents d’université et invite tous les présidents à se rallier à ce texte. Elle condamne le caractère systématique, idéologique et économique de toutes les réformes engagées par le gouvernement : c’est toute sa politique de la recherche et de l’enseignement supérieur qui est mise en cause. La coordination dénonce la série de « réformes » que le Ministère de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche et le ministère de l’Education Nationale ont engagées à la hussarde sans aucune négociation :
la loi LRU et le pacte de la Recherche
la transformation radicale des organismes de recherche en agences de moyens
la réforme de l’allocation des moyens aux établissements qui renforce la concurrence entre eux (modèle dit « Sympa »)
le pilotage, par le pouvoir politique, de la Recherche et de l’Université
la précarisation des personnels de l’enseignement supérieur et de la recherche et la remise en cause des statuts nationaux (EC, BIATOSS, ITA, PRAG, PRCE…)
le démantèlement des concours nationaux de recrutement des enseignants du premier et du second degrés, et le projet de « masterisation » de la formation des enseignants
le projet de contrat doctoral
l’abandon de la définition nationale des DUT ainsi que du fléchage des moyens des IUT et des IUFM.
la réforme du système de bourse sur critères sociaux
Il apparaît clair que les attaques contre l’université ne sont qu’un élément d’une politique plus générale de destruction du service public d’éducation de la maternelle au supérieur, comme en témoigne la remise en cause de la laïcité par les accords Kouchner avec le Vatican. La Coordination Nationale appelle donc à la convergence des revendications de la maternelle à l’enseignement supérieur. Elle invite les enseignants du premier et du second degrés et leurs organisations syndicales à rejoindre ce mouvement. Elle appelle à l’ouverture d’un grand débat national sur l’ensemble des dossiers contestés à l’heure actuelle et qui concernent l’ensemble de la société française.

Motion 3
Tant que ses revendications ne sont pas entendues, la Coordination Nationale maintient ses actions, à commencer par la grève. Elle appelle les confédérations syndicales à soutenir ces revendications le 18 février, lors de la rencontre avec le chef de l’Etat.
Pour renforcer le mouvement de grève initiée le 2 février, et parfois plus tôt, la Coordination Nationale appelle à des formes d’actions diversifiées qui peuvent s’inscrire dans le calendrier suivant :
le jeudi 12 février, l’AG qui se tiendra au CNRS (siège parisien) à 10H doit rassembler le plus largement possible.
le vendredi 13 février, à 15h, cérémonie de non remise symbolique des maquettes dans les différents rectorats et au ministère, assorties de « cœurs » comme autant de preuves d’amour pour la ministre.
le mardi 17 février, journée massive d’information (distribution de tracts, RV communs) dans les gares.
le jeudi 19, journée nationale de manifestations. La Coordination Nationale propose en outre l’organisation d’une manifestation nationale réunissant l’ensemble du personnel éducatif à une date proche (fin février ou début mars).
Dès maintenant, la Coordination Nationale appelle à signer le moratoire sur les expertises de l’ANR et de l’AERES (à l’appel de SLR et du C3N), à tenir et à renforcer son engagement du 2 février : « l’Université et la Recherche s’arrêtent ».
La prochaine AG de la Coordination Nationale aura lieu le vendredi 20 février à Paris Ouest Nanterre. Nous mettons à l’ordre du jour de cette AG une démission de nos fonctions administratives.

Motion 4
La Coordination Nationale condamne catégoriquement les violences policières contre la communauté universitaire, qui défend pacifiquement ses revendications légitimes. Elle dénonce la présence policière sur les campus.

oreiller
Niveau 10


Revenir en haut Aller en bas

Re: Fin annoncée du fonctionnariat pour les enseignants

Message par oreiller le Jeu 12 Fév 2009 - 23:52

Sur certaines listes de diffusion du supérieur, on commence à parler de possible démission collective du jury du baccalauréat (ou du jury de capes / agreg, mais le boycott du bac a plus de succès).
En fait, c'est les propos archi-méprisants que Darcos a prononcés aujourd'hui, au sujet de ma mastérisation des concours, qui radicalise les positions. Apparemment, déjà Pécresse passe très mal dans le supérieur, mais Darcos remporte la palme de la haine...

oreiller
Niveau 10


Revenir en haut Aller en bas

Re: Fin annoncée du fonctionnariat pour les enseignants

Message par John le Jeu 12 Fév 2009 - 23:55

démission collective du jury du baccalauréat

Oui, ça a des chances d'aboutir, si l'impulsion est donnée par le supérieur, et que le secondaire suit.

_________________
En achetant des articles au lien ci-dessous, vous nous aidez, sans frais, à gérer le forum. Merci !


"Celui qui ne participe pas à la lutte participe à la défaite" (Brecht)
"La nostalgie, c'est plus ce que c'était" (Simone Signoret)
"Les médias participent à la falsification permanente de l'information" (Umberto Eco)

John
Médiateur


Revenir en haut Aller en bas

Re: Fin annoncée du fonctionnariat pour les enseignants

Message par oreiller le Jeu 12 Fév 2009 - 23:56

Je parlais il y a quelques minutes des propos de Darcos, qui ont mis le feu aux poudres chez les enseignants-chercheurs aujourd'hui.
Voici donc ces propos.
...................................................
La Conférence des Présidents d'Universités a demandé le report de la réforme des concours. Réponse de Darcos aujourd'hui sur RMC. C'est ci-dessous, et cela se passe de commentaires :

Il n’y a « aucune raison aujourd’hui objectivement [repousser la réforme de la formation et du recrutement des enseignants à 2011, comme le demande le bureau de la CPU]. D’ailleurs, on me dit "les universités ne voudront pas préparer les étudiants à cela" ; vous savez, moi je recrute 14 000 personnes ; on va les trouver les gens pour passer nos concours. Et aujourd’hui, un professeur sur deux qui est recruté par moi, n’est déjà pas passé par des systèmes de formation des maîtres. Il a tout simplement une licence ou une maîtrise, et il se présente à nos concours et il les a. Donc moi je n’ai pas absolument besoin d’entrer dans des discussions sibyllines avec les préparateurs à mes concours. Je suis recruteur. Je définis les concours dont j’ai besoin. Je garantis la formation professionnelle des personnels que je recruterai. Après, chacun nous suit, ou pas. »

oreiller
Niveau 10


Revenir en haut Aller en bas

Page 4 sur 5 Précédent  1, 2, 3, 4, 5  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum