Rue 89 : Le sport à l’école, école de l’humiliation ?

Page 5 sur 6 Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Re: Rue 89 : Le sport à l’école, école de l’humiliation ?

Message par Igniatius le Mer 14 Aoû 2013 - 14:13

J'ai quand même l'impression que l'EPS actuel est nettement plus adapté que ce que j'ai connu.
Baser la note uniquement sur la performance me paraît débile ds la mesure où les barèmes étaient très exigeants, et compte tenu du fait que l'on ne peut pas progresser radicalement en 6 semaines ds un sport que l'on n'a jamais pratiqué.
C'est très différent des maths par exemple, où l'on prend les élèves a peu près tous au même niveau zéro avant d'aborder une notion.
En EPS, le barème est construit pour ceux qui pratiquent le sport en individuel.
C'est comme si je ne mettais 20 qu'aux élèves qui ont travaillé la notion avant.

Aujourd'hui, j'ai l'impression que les barèmes d'EPS tiennent fortement compte de l'implication de l'élève, c'est-à-dire de son travail, comme ds d'autres disciplines.




PS : j'ai tjrs été une tanche en sport a l'école, je détestais ça, ainsi que les sportifs d'ailleurs.
Je ne m'y suis mis qu'à 23 ans et cela m'est aujourd'hui essentiel.

Igniatius
Empereur


Revenir en haut Aller en bas

Re: Rue 89 : Le sport à l’école, école de l’humiliation ?

Message par John le Mer 14 Aoû 2013 - 14:56

Lefteris voit donc des cours de sport où les eleves "ne sont pas en tenue de sport".
Le sport, ça n'arrange pas la vue à distance, on dirait : soit la mienne soit la tienne.

_________________
En achetant des articles au lien ci-dessous, vous nous aidez, sans frais, à gérer le forum. Merci !


"Celui qui ne participe pas à la lutte participe à la défaite" (Brecht)
"La nostalgie, c'est plus ce que c'était" (Simone Signoret)
"Les médias participent à la falsification permanente de l'information" (Umberto Eco)
avatar
John
Médiateur


Revenir en haut Aller en bas

Re: Rue 89 : Le sport à l’école, école de l’humiliation ?

Message par dandelion le Mer 14 Aoû 2013 - 16:15

Lefteris a écrit:
Ponce Pilate a écrit:Ce qui me frappe à la lecture des messages de ce topic : pratiquement tout le monde écrit à la 1ère personne et apporte son ressenti personnel.
Très forte majorité de cerveaux limbiques (les émotions sont fortes et persistantes)
Quelques cerveaux reptiliens (quelques profs, sentant venir le danger, ont mis en oeuvre des techniques de défense, de contournement  ou de fuite).
Les témoignages de bonheur ou de plaisir sont rares.
Il faut se rendre à l'évidence, l'EPS à l'école ne déchaîne pas l'enthousiasme.
Personnellement, c'est par la pratique du judo, du ski, de la natation, des échecs que j'ai enfin découvert la sueur et le plaisir de l'effort .
Il y a plusieurs  aspects dans le sport, qui peuvent d’ailleurs se cumuler : la compétition, le plaisir, ou encore l’apprentissage (effort, persévérance, confrontation à la difficulté physique, technicité..), dans le cas de l’EPS qui est le sujet du topic. Or, il semble ressortir des  impressions diverses  que cette matière ne remplit aucune de ces fonctions, surtout celle d’apprendre, ayant choisi le ludico-éducatif comme ersatz (on les voit trottiner gentiment avec des petits chapeaux chinois de couleur, sans une goutte de sueur, même pas en tenue de sport, ou alors avec des « marques » sur le dos).
Le sport est  ou devrait  être une matière comme une autre, où l’on peut ne pas réussir , mais où l’on doit quand même apprendre et essayer.En quoi une note en sport est plus humiliante qu’en maths ou en français ?  C’est un postulat qui me dépasse totalement, et pourtant c’est celui qui est à la base de certaines rééflexions (et du topic). Je suis également incapable de comprendre comment les  desiderata  et caprices d’ados, âge  auto-centré du « moi je »/ « j’aime/j’aime pas » sont autant pris en compte précisément dans cette matière, qui devrait ente autres permettre de sortir un peu de soi-même. Il faut parfois (souvent) faire des choses que l’on n’aime pas. Est-ce qu’on aime tous les livres tous les auteurs quand on prépare un examen ou un concours ?  C’est le bénéfice global que l’on en retire qui doit être pris en  compte.

Après, dans la vie, on fait ses choix, on laisse tomber ou non le sport, comme les maths ou telle langue vivante, on en fait en compétition ou non , mais en attendant, on apprend à s’oublier un peu et qui sait, on peut découvrir qu’on aime tel ou tel sport.(Il se trouve que pour moi, c’est indispensable , un besoin même, l’homme n’est pas fait pour être sédentaire, combiné à un plaisir –même si l’on souffre- et à un bien-être certain.
Mais ça n'a jamais été les notes qui m'ont humiliée, mais le fait d'être choisie en dernier, les remarques du professeur et cette idée de compétition qui m'est étrangère. Le souvenir aussi d'avoir vu une enseignante obliger une élève à faire un exercice alors qu'elle gémissait de douleur, avec une expression de véritable souffrance dont je me souviens encore vingt ans après, et le professeur qui la forçait à faire l'exercice en lui disant que ça ne pouvait pas faire si mal. Quelques jours après l'élève a appris qu'elle souffrait d'un rhumatisme articulaire aigu. Quand on est à ce point aveuglé par ses convictions que l'on ne peut plus percevoir des signes objectifs de souffrance, je trouve cela inquiétant.
Par ailleurs, le sport n'est pas une matière comme les autres. L'objectif bien compris du sport est de maintenir un état physique optimal. Or, le sport qui vise la performance ne permet pas de maintenir un état physique optimal. Au contraire, il entraîne tout un tas de pathologies. Enfin, pour ce qui est d'apprendre, après trois années de piscine avec l'école, c'est moi qui ai appris à ma fille à nager. Et je vais me résoudre à lui payer des cours pour qu'elle sache bien nager (pas battre le record de rapidité, mais savoir se débrouiller au mieux dans l'eau).
Finalement l'enseignement du sport tel qu'il était pratiqué dans ma jeunesse a contaminé toutes les matières: la même chose pour tout le monde sans tenir compte des capacités de chacun ou de leurs inclinations (je pense seulement aux élèves que l'on force à suivre un cursus académique jusqu'en troisième, malgré leur peu de penchant pour les études). Avec pour conséquence une grande violence pour la plupart.
avatar
dandelion
Grand sage


Revenir en haut Aller en bas

Re: Rue 89 : Le sport à l’école, école de l’humiliation ?

Message par Ponce Pilate le Mer 14 Aoû 2013 - 17:05

JPhMM a écrit:
Ponce Pilate a écrit:Personnellement, c'est par la pratique [...] des échecs que j'ai enfin découvert la sueur [...].
topela 

Il faut le vivre pour le croire. Laughing
C'étaient des sueurs froides !
En début de tournoi, je sentais mon rythme cardiaque s'accélérer. Même remarque lorsque j'étais sur le point de mater mon adversaire ou bien lorsque je me sentais mal. (sérieux)

_________________
Que le net soit avec vous...et avec votre esprit. -----------------> Amen.
avatar
Ponce Pilate
Niveau 6


Revenir en haut Aller en bas

Re: Rue 89 : Le sport à l’école, école de l’humiliation ?

Message par JPhMM le Mer 14 Aoû 2013 - 17:12

Ponce Pilate a écrit:
JPhMM a écrit:
Ponce Pilate a écrit:Personnellement, c'est par la pratique [...] des échecs que j'ai enfin découvert la sueur [...].
topela 

Il faut le vivre pour le croire. Laughing
C'étaient des sueurs froides !
En début de tournoi, je sentais mon rythme cardiaque s'accélérer. Même remarque lorsque j'étais sur le point de mater mon adversaire ou bien lorsque je me sentais mal. (sérieux)
Je n'ai jamais fait de tournois, mais je comprends tout à fait.
Sans faire de tournois, donc, j'ai déjà pas mal transpiré moi-même en jouant aux échecs (mais je suis un nerveux). Very Happy

_________________
Labyrinthe où l'admiration des ignorants et des idiots qui prennent pour savoir profond tout ce qu'ils n'entendent pas, les a retenus, bon gré malgré qu'ils en eussent. D'ailleurs, il n'y a point de meilleur moyen pour mettre en vogue ou pour défendre des doctrines étranges et absurdes, que de les munir d'une légion de mots obscurs, douteux , et indéterminés. Ce qui pourtant rend ces retraites bien plus semblables à des cavernes de brigands ou à des tanières de renards qu'à des forteresses de généreux guerriers. Que s'il est malaisé d'en chasser ceux qui s'y réfugient, ce n'est pas à cause de la force de ces lieux-là, mais à cause des ronces, des épines et de l'obscurité des buissons dont ils sont environnés. Car la fausseté étant par elle-même incompatible avec l'esprit de l'homme, il n'y a que l'obscurité qui puisse servir de défense à ce qui est absurde. — John Locke
avatar
JPhMM
Demi-dieu


Revenir en haut Aller en bas

Re: Rue 89 : Le sport à l’école, école de l’humiliation ?

Message par grandesvacances le Mer 14 Aoû 2013 - 17:15

Le sport au collège et au lycée, j'aimais assez, même sans apprécier toutes les activités proposées, juste parce que ça nous permettait de sortir de la salle de classe et de nous dépenser physiquement : c'était une coupure bienvenue dans une journée globalement ennuyeuse. Mais je ne prenais pas cela au sérieux, même si les profs se livraient à tout un cinéma pour nous persuader de l'importance de la chose. Quant à être humiliée sous prétexte d'avoir raté la galipette machin ou d'avoir lancé le poids à trois mètres, euh...
avatar
grandesvacances
Érudit


Revenir en haut Aller en bas

Re: Rue 89 : Le sport à l’école, école de l’humiliation ?

Message par Ponce Pilate le Mer 14 Aoû 2013 - 17:21

Igniatius a écrit:
.....
PS : j'ai tjrs été une tanche en sport a l'école, je détestais ça, ainsi que les sportifs d'ailleurs.
Je ne m'y suis mis qu'à 23 ans et cela m'est aujourd'hui essentiel.
J'ai l'impression que nous sommes assez nombreux dans ce cas. Perso, j'ai démarré vers 40 ans. Pour chaque activité sportive, j'ai ressenti un coup de foudre et une très forte envie.

_________________
Que le net soit avec vous...et avec votre esprit. -----------------> Amen.
avatar
Ponce Pilate
Niveau 6


Revenir en haut Aller en bas

Re: Rue 89 : Le sport à l’école, école de l’humiliation ?

Message par Ruthven le Mer 14 Aoû 2013 - 17:58

Igniatius a écrit:
PS : j'ai tjrs été une tanche en sport a l'école, je détestais ça, ainsi que les sportifs d'ailleurs.
Je ne m'y suis mis qu'à 23 ans et cela m'est aujourd'hui essentiel.
Constat exactement identique.


Igniatius a écrit:J'ai quand même l'impression que l'EPS actuel est nettement plus adapté que ce que j'ai connu.

Quand je mesure l'écart entre la manière dont on nous faisait faire de l'endurance (allez, courez autour du lac) et la manière dont mes collègues d'EPS travaillent aujourd'hui (les élèves mesurent leur VMA, apprennent à construire un entraînement, à gérer l'effort ...), je trouve aussi qu'il y a du mieux ; ils sont vraiment là pour enseigner des règles, des techniques etc ... Et je remarque que la plupart de mes élèves prennent l'EPS au sérieux pour les évaluations. Ce qui marche en EPS ne marche très certainement pas pour les autres disciplines, et là où cela coince, c'est quand on élabore une pédagogie universelle indépendante de la matière (car il faut reconnaît que l'EPS a souvent été une voie d'entrée pour les pédagogies "modernes").
avatar
Ruthven
Grand Maître


Revenir en haut Aller en bas

Re: Rue 89 : Le sport à l’école, école de l’humiliation ?

Message par roxanne le Mer 14 Aoû 2013 - 18:54

Indéniablement, c'est une matière qui a évolué et il doit être plus agréable d'être élève d'eps aujourd'hui.Mais, je trouve que parallèlement à ça, les profs d'eps ont chopé le melon.Enfin, je parle de ceux de mon collège .Ils sont à fond compétences, pondent un Projet par semaine qui implique une partie ou tout le collège, collègues compris (la journée du sport et compagnie).Et ils sont donneurs de leçon "Quoi, mais ce gamin, il a un coeur gros comme ça (d'un pétomane notoire), il faut savoir le prendre ." "Ah mais avec moi, ils écrivent, regarde !" (oui, parce qu'en plus, histoire de bien montrer qu'ils sont des vrais profs, on en a deux qui corrigent des copies où ils font disserter (et c'est le mot qu'ils emploient devant les élèves) les gamins sur leurs corps...Bref, on est passé du prof de sport sifflet sur le ventre (parfois rondouillard) aux super-pédagos , socle de compétence à la main..
avatar
roxanne
Enchanteur


Revenir en haut Aller en bas

Re: Rue 89 : Le sport à l’école, école de l’humiliation ?

Message par InvitéYo le Mer 14 Aoû 2013 - 19:00

roxanne a écrit:Indéniablement, c'est une matière qui a évolué et il doit être plus agréable  d'être élève d'eps aujourd'hui.Mais, je trouve que parallèlement à ça, les profs d'eps ont chopé le melon.Enfin, je parle de ceux de mon collège .Ils sont à fond compétences, pondent un Projet par semaine qui implique une partie ou tout le collège, collègues compris (la journée du sport et compagnie).Et ils sont donneurs de leçon "Quoi, mais ce gamin, il a un coeur gros comme ça (d'un pétomane notoire), il faut savoir le prendre ." "Ah mais avec moi, ils écrivent, regarde !" (oui, parce qu'en plus, histoire de bien montrer qu'ils sont des vrais profs, on en a deux qui corrigent des copies où ils font disserter (et c'est le mot qu'ils emploient devant les élèves) les gamins sur leurs corps...Bref, on  est passé du prof de sport sifflet sur le ventre (parfois rondouillard) aux super-pédagos , socle de compétence à la main..
+10000000000!!!!!!

InvitéYo
Niveau 10


Revenir en haut Aller en bas

Re: Rue 89 : Le sport à l’école, école de l’humiliation ?

Message par grandesvacances le Mer 14 Aoû 2013 - 19:03

Roxane, j'avais les mêmes dans mon dernier collège ! lol! 

Pour un peu, on en viendrait à regretter le Monsieur Mégot du Petit Spirou !
avatar
grandesvacances
Érudit


Revenir en haut Aller en bas

Re: Rue 89 : Le sport à l’école, école de l’humiliation ?

Message par Lefteris le Mer 14 Aoû 2013 - 19:20

roxanne a écrit:Indéniablement, c'est une matière qui a évolué et il doit être plus agréable  d'être élève d'eps aujourd'hui.Mais, je trouve que parallèlement à ça, les profs d'eps ont chopé le melon.Enfin, je parle de ceux de mon collège .Ils sont à fond compétences, pondent un Projet par semaine qui implique une partie ou tout le collège, collègues compris (la journée du sport et compagnie).Et ils sont donneurs de leçon "Quoi, mais ce gamin, il a un coeur gros comme ça (d'un pétomane notoire), il faut savoir le prendre ." "Ah mais avec moi, ils écrivent, regarde !" (oui, parce qu'en plus, histoire de bien montrer qu'ils sont des vrais profs, on en a deux qui corrigent des copies où ils font disserter (et c'est le mot qu'ils emploient devant les élèves) les gamins sur leurs corps...Bref, on  est passé du prof de sport sifflet sur le ventre (parfois rondouillard) aux super-pédagos , socle de compétence à la main..
Là je te rejoins. Les professeurs de sport sont les plus gravement atteints par le pédagogisme. Je ne sais pas s’ils y croient où s’ils font semblant parce que c’est bien vu, mais toutes les lubies et le langage de la vulgate ressortent  à la moindre occasion. Un truc que je ne comprends pas du tout : moi aussi j’ai été « formé »  en IUFM,  mais j’ai tout de suite compris à qui j’avais affaire, et à quelles escroqueries intellectuelles,  je n’en ai jamais cru un mot, et j’ai même été immédiatement hostile intérieurement devant ces curés  et ayatollahs d’un nouveau genre.
Le gobage de ce catéchisme ne plaide effectivement pas pour le sport en l’occurrence. Et encore, mes collègues sont sympas, même s’ils ont tendance à gonfler démesurément le projet machin truc qui éduquera les « gamins » (nous avons des élèves, ils ont des « gamins » …) Mais dans certains établissements, certains souquent ferme pour s’approprier des horaires  sur le dos des autres, et jouent sur l’argument « communication » « image » pour amadouer le CDE.
En attendant, si j’étais élève, je préfèrais  qu’on me laisse me remuer, transpirer, qu’écouter  des cours d’hygiène,  regarder des croquis,  remplir des fiches. L’EPS  n’est ni éducative, ni sportive  selon moi. Au mieux ça fait faire des sorties à ceux qui n’en font jamais, et le fait de n’avoir jamais de travail à la maison est apprécié des élèves. Ca s’arrête là

_________________
"La réforme [...] c'est un ensemble de décrets qui s'emboîtent les uns dans les autres, qui ne prennent leur sens que quand on les voit tous ensemble"
(F. Robine,  dans son cours sur sa réforme, expliquant comment le piège s'est progressivement mis en place depuis 2013, avec ou sans NVB).
avatar
Lefteris
Guide spirituel


Revenir en haut Aller en bas

Re: Rue 89 : Le sport à l’école, école de l’humiliation ?

Message par roxanne le Mer 14 Aoû 2013 - 19:25

Les appréciations du profs d'eps pour mes 3e étaient un modèle du genre jargon iufm, un truc hallucinant et illisible..
avatar
roxanne
Enchanteur


Revenir en haut Aller en bas

Re: Rue 89 : Le sport à l’école, école de l’humiliation ?

Message par Pupuch76 le Mer 14 Aoû 2013 - 19:54

J'avais beaucoup ri l'année de stage, lorsqu'il fallait présenter le programme de l'année aux parents d'élèves de 6e, ainsi que devant ceux de 5e, 4e, 3e (ils aimaient beaucoup les réunions de parents, moi moins Rolling Eyes ). Nous étions 3 stagiaires (LC, EPS et SVT) dans le collège et j'avais une classe de 6e en commun avec mon collègue stagiaire en EPS. Dans la classe, tous les professeurs sont passés les uns à la suite des autres pour expliquer le fonctionnement dans la classe : français 30 min, maths 30 min... Pour l'EPS ils ont eu le droit à un blabla intensif de... 40 min!
Même chose avec une classe de 4e... Dire qu'en SVT, SPC et techno, nous avons réussi  tenir 15 min... ensemble! Razz
avatar
Pupuch76
Niveau 9


Revenir en haut Aller en bas

Re: Rue 89 : Le sport à l’école, école de l’humiliation ?

Message par Abraxas le Mer 14 Aoû 2013 - 20:03

Je ne comprends pas ce que vous avez, les uns et les autres, contre la compétition. Il faut apprendre aux élèves la compétition. C'est essentiel. C'est vital.
D'ailleurs, ça commence tôt, la compétition :



Very Happy  Very Happy  Very Happy 
avatar
Abraxas
Doyen


Revenir en haut Aller en bas

Re: Rue 89 : Le sport à l’école, école de l’humiliation ?

Message par JPhMM le Mer 14 Aoû 2013 - 20:21

Abraxas a écrit:Je ne comprends pas ce que vous avez, les uns et les autres, contre la compétition.
Frustration sexuelle. Laughing  Laughing 

_________________
Labyrinthe où l'admiration des ignorants et des idiots qui prennent pour savoir profond tout ce qu'ils n'entendent pas, les a retenus, bon gré malgré qu'ils en eussent. D'ailleurs, il n'y a point de meilleur moyen pour mettre en vogue ou pour défendre des doctrines étranges et absurdes, que de les munir d'une légion de mots obscurs, douteux , et indéterminés. Ce qui pourtant rend ces retraites bien plus semblables à des cavernes de brigands ou à des tanières de renards qu'à des forteresses de généreux guerriers. Que s'il est malaisé d'en chasser ceux qui s'y réfugient, ce n'est pas à cause de la force de ces lieux-là, mais à cause des ronces, des épines et de l'obscurité des buissons dont ils sont environnés. Car la fausseté étant par elle-même incompatible avec l'esprit de l'homme, il n'y a que l'obscurité qui puisse servir de défense à ce qui est absurde. — John Locke
avatar
JPhMM
Demi-dieu


Revenir en haut Aller en bas

Re: Rue 89 : Le sport à l’école, école de l’humiliation ?

Message par Calipsa le Mer 14 Aoû 2013 - 20:42

roxanne a écrit:Les professeurs de sport sont les plus gravement atteints par le pédagogisme.
Il faut dire en leur faveur qu'ils sont souvent jeunes, musclés, charmants (faisant des clins d'oeil à toutes les femmes profs) et coqueluches de toutes les jeunes collègues. Ceci excuse cela. Bon je m'égare moi...Very Happy 
Par contre la course contre la faim...Sleep


Dernière édition par Will.T le Lun 26 Aoû 2013 - 8:33, édité 2 fois (Raison : déblanchiment)
avatar
Calipsa
Niveau 5


Revenir en haut Aller en bas

Re: Rue 89 : Le sport à l’école, école de l’humiliation ?

Message par Ergo le Mer 14 Aoû 2013 - 20:47

JPhMM a écrit:
Abraxas a écrit:Je ne comprends pas ce que vous avez, les uns et les autres, contre la compétition.
Frustration sexuelle. Laughing  Laughing 
La compétition des autres ne me dérange pas. Mais je déteste y participer (je vous accorde qu'il a bien fallu, le concours...).
Je n'ai jamais compris en quoi la compétition était stimulante. scratch
(Cela étant dit, je n'ai jamais été en compétition en EPS.)

_________________
No matter. Try again. Fail again. Fail better. ---Samuel Beckett
Stay afraid, but do it anyway. What's important is the action. You don't have to wait to be confident. Just do it and eventually the confidence will follow. ---Carrie Fisher
avatar
Ergo
Enchanteur


Revenir en haut Aller en bas

Re: Rue 89 : Le sport à l’école, école de l’humiliation ?

Message par Lefteris le Mer 14 Aoû 2013 - 21:13

Calipsa a écrit:
roxanne a écrit:Les professeurs de sport sont les plus gravement atteints par le pédagogisme.
Il faut dire en leur faveur qu'ils sont souvent jeunes, musclés, charmants (faisant des clins d'oeil à toutes les femmes profs) et coqueluches de toutes les jeunes collègues. Ceci excuse cela. Bon je m'égare moi...Very Happy 
Par contre la course contre la faim...Sleep 
Tu te trompes dans les balises, c'est moi que tu cites (mais c'est l'idée de Roxanne effectivement). Dans mon établissement, deux sur trois sont aussi jeunes âgés que moi , je suis plus sportif qu'eux , et personne ne fait de l'oeil aux jeunes collègues Razz. Te fais pas muter chez nous. Si jamais ça t'arrive, et que tu nous confonds, tu me reconnaîtras aisément : je suis celui qui ne fait pas de projets...

Ergo a écrit:
JPhMM a écrit:
Abraxas a écrit:Je ne comprends pas ce que vous avez, les uns et les autres, contre la compétition.
Frustration sexuelle. Laughing  Laughing 
La compétition des autres ne me dérange pas. Mais je déteste y participer (je vous accorde qu'il a bien fallu, le concours...).
Je n'ai jamais compris en quoi la compétition était stimulante. scratch
(Cela étant dit, je n'ai jamais été en compétition en EPS.)
La compétition sportive a ceci  de bien qu'elle est une sorte de pharmakon, on peut ne pas la prendre au sérieux , ou pour ce qu'elle est. Elle vaut mieux que la compétition quotidienne pour avoir plus que le voisin, être bien vu du chef , gratter un petit avantage... La compétition dans le concours est certainement une des plus rudes, car elle élimine et joue le gagne-pain : certes, mais elle est anonyme, sans haine ni vanité, c'est un moyen pas une finalité.

_________________
"La réforme [...] c'est un ensemble de décrets qui s'emboîtent les uns dans les autres, qui ne prennent leur sens que quand on les voit tous ensemble"
(F. Robine,  dans son cours sur sa réforme, expliquant comment le piège s'est progressivement mis en place depuis 2013, avec ou sans NVB).
avatar
Lefteris
Guide spirituel


Revenir en haut Aller en bas

Re: Rue 89 : Le sport à l’école, école de l’humiliation ?

Message par boris vassiliev le Mer 14 Aoû 2013 - 21:16

Comme beaucoup ici, j'ai subi les heures d'EPS durant tout le secondaire. Non pas à cause des profs, compréhensifs (et même compatissants...) mais du fait que j'étais mal dans ma peau et que je me suis toujours demandé pourquoi on nous embêtait avec ça puisqu'il ne s'agissait pas de "travailler" comme dans une "vraie" matière...
Au collège, c'était vraiment pénible à cause des brutes auxquelles je me retrouvais confronté puisqu'il fallait bien me caser dans une équipe à la fin. Il n'y a que l'endurance qui m'allait à peu près (si ce n'était pas trop long, bien sûr...) car au moins j'avais la paix pendant ce temps. En 3e à la piscine, je barbotais gentiment (on avait réussi à me faire à peu près nager à l'école primaire, enfin, à ne pas couler), le prof (qui était un amour) ayant renoncé assez tôt à me faire plonger...
En 2nde, le prof était sympa (trop, c'était vraiment le wye, surtout dans une classe presque entièrement masculine), donc j'avais passé l'année à faire semblant de faire les activités sauf l'endurance : le prof avait renoncé à m'évaluer au foot (la pire des choses, je me prenais des ballons de tous les côtés et de toute façon je gênais à tous les postes...) et au tennis (façon Jacques Tati dans les Vacances de M. Hulot... Razz )
En 1ère et Tle, c'était beaucoup plus sympa car j'étais en L et il n'y avait presque que des filles. Les quelques garçons que nous étions n'étaient pas du tout du genre sportifs, donc on nous évaluait plus ou moins avec les barèmes des filles et ça faisait à peu près la moyenne. Et comme on était en groupes et que la prof ne pouvait pas être partout, on passait bien sûr le plus clair de notre temps à blaguer, c'était le point positif.
Ce contexte favorable m'avait ainsi permis d'avoir un totalement inespéré 13/20 au bac : barème "adapté" en athlétisme, volley contre des équipes de nanas et... escalade : avec une bonne poulie en haut du mur et deux copains qui tirent la corde, ça monte assez bien, on a à peine besoin d'attraper les bitonios fixés au mur...Laughing 

Et depuis [mode provoc on] : "No sport"Smile , à moins que la dépense physique ne serve à quelque chose : tondre l'herbe, couper des arbres, bricoler, arpenter le lycée... [mode provoc off].

_________________
Hé ben moi j'aurais donné à mademoiselle 20/20, et en cotant vache. (Robert Dalban, Les Tontons flingueurs (1963), Michel Audiard)
avatar
boris vassiliev
Grand sage


Revenir en haut Aller en bas

Re: Rue 89 : Le sport à l’école, école de l’humiliation ?

Message par Lefteris le Mer 14 Aoû 2013 - 21:29

boris vassiliev a écrit:.... Il n'y a que l'endurance qui m'allait à peu près (si ce n'était pas trop long, bien sûr...
Tu as suivi l'école du rire pendant ce temps Very Happy 
le prof avait renoncé à m'évaluer au foot (la pire des choses, je me prenais des ballons  de tous les côtés et de toute façon je gênais à tous les postes...) et au tennis (façon Jacques Tati dans les Vacances de M. Hulot... Razz)
Digne d'un sketch... Very Happy 
En 1ère et Tle, c'était beaucoup plus sympa car j'étais en L et il n'y avait presque que des filles. Les quelques garçons que nous étions n'étaient pas du tout du genre sportifs
J'étais en A (ancêtre des L)   et il n'y avait même que des filles en seconde Sad , adieu les copains. mais en sport, nous étions en "barrettes" (comme en latin) , entre garçons, avec un prof de sport masculin .  Nous finîmes à 4 garçons, en terminale, deux sportifs , deux totalement rétifs . J'avais un pote tellement sportif qu'il pouvait rester plusieurs minutes à se balancer sur la corde , sans avancer d'un centimètre Razz .  Et tout le monde passait le bac avec les mêmes épreuves et le même barème, en course à pied, au grimper de corde , etc. O tempora, ô mores ...

_________________
"La réforme [...] c'est un ensemble de décrets qui s'emboîtent les uns dans les autres, qui ne prennent leur sens que quand on les voit tous ensemble"
(F. Robine,  dans son cours sur sa réforme, expliquant comment le piège s'est progressivement mis en place depuis 2013, avec ou sans NVB).
avatar
Lefteris
Guide spirituel


Revenir en haut Aller en bas

Re: Rue 89 : Le sport à l’école, école de l’humiliation ?

Message par JPhMM le Mer 14 Aoû 2013 - 21:35

Lefteris a écrit:des filles en seconde
Je détestais le sport, mais j'ai adoré aller en EPS...

Vraiment.

Rolling Eyes 

_________________
Labyrinthe où l'admiration des ignorants et des idiots qui prennent pour savoir profond tout ce qu'ils n'entendent pas, les a retenus, bon gré malgré qu'ils en eussent. D'ailleurs, il n'y a point de meilleur moyen pour mettre en vogue ou pour défendre des doctrines étranges et absurdes, que de les munir d'une légion de mots obscurs, douteux , et indéterminés. Ce qui pourtant rend ces retraites bien plus semblables à des cavernes de brigands ou à des tanières de renards qu'à des forteresses de généreux guerriers. Que s'il est malaisé d'en chasser ceux qui s'y réfugient, ce n'est pas à cause de la force de ces lieux-là, mais à cause des ronces, des épines et de l'obscurité des buissons dont ils sont environnés. Car la fausseté étant par elle-même incompatible avec l'esprit de l'homme, il n'y a que l'obscurité qui puisse servir de défense à ce qui est absurde. — John Locke
avatar
JPhMM
Demi-dieu


Revenir en haut Aller en bas

Re: Rue 89 : Le sport à l’école, école de l’humiliation ?

Message par Calipsa le Mer 14 Aoû 2013 - 21:39

Le message initial a été blanchi par son auteur.


Dernière édition par Calipsa le Dim 25 Aoû 2013 - 22:05, édité 1 fois
avatar
Calipsa
Niveau 5


Revenir en haut Aller en bas

Re: Rue 89 : Le sport à l’école, école de l’humiliation ?

Message par Babayaga le Mer 14 Aoû 2013 - 21:54

Nom d'utilisateur a écrit:PS. puisque ce fil se poursuit, un petit bémol à mon ode à l'évolution de l'EPS : la natation reste plombée par l'absence d'apprentissage élémentaire de la nage dans les petites classes. Cela demeure l'affaire de la famille ; lorsque celle-ci n'y pourvoit pas, les enfants sont relégués durant les séquences de piscine et le vivent mal.

Mais c'est apparemment sans solution, puisque il faudrait idéalement pouvoir travailler avec deux ou trois enfants au rythme de plusieurs séances de 20 minutes hebdomadaires durant deux ou trois semaines.
Ca dépend des communes. Mes enfants font 6 semaines de natation par an avec l'école, ça commence en grande section de maternelle, et c'est chaque année, je suppose, car mon fils entre en CM1 et il en a eu chaque année. C'est une volonté de la mairie, et nous sommes équipés pour. Je trouve cela formidable, car pour ma part j'ai fait de la natation en 1ère pour la première fois, je pensais savoir bien nager, mais en vérité, je ne connaissais que la mer, et nager dans de l'eau non salée, j'avais beaucoup de mal à flotter...

_________________
Je ne gère plus la rubrique en accès restreint, adressez-vous à Hermione, merci Smile
avatar
Babayaga
Vénérable


Revenir en haut Aller en bas

Re: Rue 89 : Le sport à l’école, école de l’humiliation ?

Message par Babayaga le Mer 14 Aoû 2013 - 22:01

Abraxas a écrit:
Gryphe a écrit:A croire qu'à part un ou deux contre-exemples, il n'y a eu que des nuls en sport sur ce forum. lol! 
Je remarque que ce sont surtout les filles qui n'aimaient pas l'EPS…
Faudrait peut-être les en dispenser et les mettre au point de croix ?

Je ne me résigne pas à croire ce que je lis sur ce topic. Y compris, sous la plume (ou la souris) de certain(e)s qui défendent ordinairement l'Ecole de la République, une exaltation des concepts les plus pédagos sous prétexte que l'EPS les a fait souffrir. A bas l'élitisme, hein ! Vive les dispenses de tous ordres — et pourquoi ne pas se faire dispenser de maths, aussi, sous prétexte que l'on a ses règles ?

J'espère bien que l'EPS fait souffrir ! Comme j'espère bien que les maths, le Français, les langues, vous ont fait souffrir — et malheureusement, nous savons que c'est rarement le cas.

Soit l'Ecole a pour objet d'amener chacun au plus haut de ses capacités, soit nous ne faisons pas le même métier.

Et pour aller au plus haut, il faut se bouger le cul et se remuer les méninges, voilà. Que certains profs ne soient pas bien fins dans la façon d'inciter à la performance, certes. Mais de là à condamner en bloc une discipline parce que vous avez de grosses fesses — alors que ça peut être très harmonieux, de grosses fesses, et qu'il y a des sports (le ski, par exemple) qui en font grand cas.

Ah, mais il ne faut pas brusquer dans leur corps des ados déjà mal dans leur peau — oui, et il ne faut pas faire cours le matin parce qu'ils se couchent tard, et ne pas les contrarier parce qu'ils croient avoir inventé l'eau chaude.

Franchement, ça ne va pas ! L'EPS (qui malheureusement n'(est plus du sport) était une école d'endurance, de dépassement, de souffrance consentie et dépassée. Des valeurs guerrières au meilleur sens du terme — parce que figurez-vous que partout, dans le monde réel, ça tire, et qu'il faut s'y préparer. Des élèves peu sportifs, ça donne des étudiants lymphatiques — auront-ils les muscles adéquats pour faire la queue à Pôle Emploi ?

L'Education, ça fait mal — c'est même pour ça qu'on appelle les élèves au travail (voir l'étymologie). Ceux qui prétendent faire de l'Ecole un champ de roses sont des assassins — à commencer par les profs de gym qui ont abandonné toute idée de compétition — je les vomis. À l'arrivée, ça donne les absurdités de Peter Gumbel.

Il faut savoir ce que vous voulez. Même les traumatismes, bien gérés, peuvent donner de l'allant. En sport plus qu'ailleurs, le slogan reste "Tout ce qui ne te tue pas te rend plus fort". J'en ai ras-la-casquette d'avoir en HK des élèves qui ressemblent à des endives cuites et qui se planteront au premier contrôle parce qu'ils n'ont jamais même envisagé de se dépasser.
J'ai envie de penser comme vous, et pourtant...
Quand j'assiste au cross du collège, je suis censée encourager les élèves, leur dire de courir alors qu'ils marchent. Mais quand je vois des filles obèses qui sont en souffrance, au bord du malaise, je me pose des questions (il y a davantage de filles obèses que de garçons dans le Pas de Calais). Je pense qu'il y a un point où c'est trop tard, limite c'est traumatisant physiquement de leur faire faire de l'endurance.

_________________
Je ne gère plus la rubrique en accès restreint, adressez-vous à Hermione, merci Smile
avatar
Babayaga
Vénérable


Revenir en haut Aller en bas

Re: Rue 89 : Le sport à l’école, école de l’humiliation ?

Message par Babayaga le Mer 14 Aoû 2013 - 22:09

John a écrit:
Que certains profs ne soient pas bien fins dans la façon d'inciter à la performance, certes.
Ben moi c'est tout ce que je dis.
Ah si, je pose aussi une question bête : celui ou celle qui, à cause d'un problème de traitement des perceptions visuelles dans le cerveau, ne perçoit pas les distances correctement entre un objet et l'environnement immédiat : comment on l'évalue en sport de balles, volants et ballons ?
Parce que si on l'évalue à la performance, ce n'est même pas la peine qu'il/elle se déplace : il connaît déjà sa note, à plus ou moins deux points en fonction de l'indulgence du prof d'EPS en face de lui.
Je vois revenir souvent la performance, mais dans les cours de sport que j'ai eus (1991 à 1997), j'ai déploré que la performance ne soit pas plus notée que ça. On faisait une performance initiale, et il s'agissait ensuite de l'améliorer, le professeur notait le progrès et non la prouesse. Je me souviens avoir eu 14/20 au 90 m alors que j'étais la seconde du groupe. L'année d'après, j'y suis allée mollo en début de trimestre pour grapiller 2 dixièmes à la fin du trimestre et avoir 20/20.

_________________
Je ne gère plus la rubrique en accès restreint, adressez-vous à Hermione, merci Smile
avatar
Babayaga
Vénérable


Revenir en haut Aller en bas

Page 5 sur 6 Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum