Les majorations de service - au niveau national et dans l'académie de Lille.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Les majorations de service - au niveau national et dans l'académie de Lille.

Message par Karine B. le Mar 27 Nov 2012 - 23:32


_________________
Le SNES, what else ?

Stagiaire à la rentrée 2015



Blog Maison Avant / Après Mise à jour en août 2013

Karine B.
Guide spirituel


Revenir en haut Aller en bas

Re: Les majorations de service - au niveau national et dans l'académie de Lille.

Message par neo le Dim 9 Déc 2012 - 12:05

http://www.lille.snes.edu/spip.php?article2430

La mobilisation a payé, elle paiera encore !
mardi 27 novembre 2012

Reçu en audience de 17 h à 19 h 30 mardi 27 novembre, le SNES de Lille a porté entre autres les revendications des collègues de lycée touchés depuis 2 ans par la majoration de service (1 h de cours non payée pour enseignement de plus de 8 h devant des groupes de moins de 20).

Le recteur Pollet nous a indiqué :

qu’il mettrait fin à cette pratique de majoration dès la rentrée 2013,
il ne veut plus que l’académie de Lille se singularise dans son interprétation des décrets de 1950 ;

que rien ne serait demandé aux collègues considérés cette année en « sous-service » pour ce motif (faire remonter les cas au SNES si problème dans les établissements) ;

qu’une enveloppe d’HSE était laissée à la discrétion des chefs d’établissement qui n’avaient pas majoré les services et dont les VS avaient été retoqués par les services du rectorat à la rentrée de novembre ;

que cette année, comme l’an dernier, les classes non touchées par la réforme (terminales STG, ST2S) n’entrent pas dans le calcul des 8 heures, de même que l’accompagnement personnalisé (des VS rectifiés par erreur devraient être à nouveau revus : soyez vigilants et sollicitez nous pour intervention).

MAIS les collègues majorés dès septembre resteront majorés cette année !
Ce résultat est une première victoire dont nous nous félicitons, mais qui reste donc insuffisante. Il est à mettre au crédit des actions menées depuis l’an dernier par le SNES-FSU et ses militants
: information et mobilisation des collègues, motions en CA, grève académique en 2011 - 2012 et multiplication des grèves locales majoritaires depuis septembre 2012 (Mousseron et Kastler Denain, Wingles, Somain, l’Escaut Valenciennes ...), interventions constantes à tous les niveaux (F.Rolet, secrétaire générale du SNES, étant encore intervenue auprès du ministère la semaine dernière).

Ce résultat nous montre que l’action collective et la mobilisation rendent possibles des victoires syndicales.
Le SNES continue à réclamer la non application pour tous des cette année : il est inacceptable que les collègues majorés initialement ne soient pas immédiatement réintégrés dans leurs droits statutaires

Et comme il reste beaucoup à faire, beaucoup à gagner :

Tous en grève mardi 11 décembre

Pour améliorer les conditions de travail et en finir avec la souffrance au travail
Pour une revalorisation salariale immédiate
Pour une loi de refondation de l’Ecole concertée et qui prenne en compte les personnels (suppression de la réforme du lycée et de la voie technologique, du LPC ...)

neo
Grand sage


Revenir en haut Aller en bas

Re: Les majorations de service - au niveau national et dans l'académie de Lille.

Message par neo le Dim 13 Jan 2013 - 19:33

Majorations de service - Suite : menace nationale ?

http://www.snes.edu/Majoration-de-service-reponse-de-V.html

Majoration de service : réponse de V. Peillon au JO du 25 décembre 2012
13 janvier 2013

Dans sa réponse à la question écrite n°553 du député Christophe Sirugue concernant les majorations de services pour heures devant effectif faible, le ministre Vincent Peillon répond au JO du 25/12/2012 :
"Il convient donc de se référer aux seuls termes des articles 4 des décrets de 1950. Cette lecture a été confirmée par le juge administratif dans plusieurs décisions récentes (TA de Montpellier, 30 décembre 2011, n° 1005424, BOURDETTE ; TA de Clermont, 21 décembre 2011, n° 1100365 SOGNY, TA de Grenoble, BREUIL, 29 novembre 2011, n° 0902861). Le juge administratif considère que, quelque soit la nature de l’enseignement (classe entière, groupes, travaux dirigés...), seul doit être pris en compte le nombre d’élèves auxquels fait face l’enseignant pour le calcul des 8 heures d’enseignement devant effectif faible. "

Dès qu’il a eu connaissance de cette réponse, le SNES a protesté auprès du Cabinet en disant son incompréhension devant ce double langage et la colère que cela suscite chez les collègues.
Le SNES a eu les explications suivantes : un ministre ne peut répondre officiellement qu’en se conformant strictement au droit et la réponse de V. Peillon a été rédigée par la Direction des affaires juridiques.
Mais un courriel a été envoyé aux académies leur disant de se conformer au " droit coutumier" en attendant que la situation soit éclaircie et des négociations ouvertes sur la sécurisation et l’évolution des décrets de 1950. Le SNES a insisté sur l’engagement du Ministre, le besoin de dire clairement aux rectorats de garder l’esprit de la circulaire de 1952 ne comptant que les classes et demandé copie du message envoyé. Une lettre doit être envoyée d’ici la fin du mois aux Recteurs, dont le SNES aura la copie.
Il faut donc refuser toute situation qui ne respecterait pas l’engagement pris et faire remonter auprès de votre section académique tout problème qui persisterait.

Si le cabinet cherche à minimiser l’impact du texte du 25 décembre, il n’en demeure pas moins que le ministre aurait dû avoir un commentaire de nature politique par rapport à la réponse de la Direction des affaires juridiques, ce qui lui aurait permis de tenir ses engagements. La réponse publiée au JO risque de mettre en difficulté tous ceux qui luttent dans chaque académie pour faire respecter le décret de 50 et contre la réduction de salaire déguisée qu’on tente d’imposer aux enseignants. Même si elle a été nuancée grâce à l’intervention du SNES, cette réponse reste donc inacceptable et le SNES continuera d’intervenir à chaque fois que nécessaire pour le respect des droits des personnels. Faites-nous part des difficultés rencontrées.

Lire la réponse de V. Peillon au JO du 25 décembre 2012 : http://www.snes.edu/IMG/pdf/Reponse_Peillon_majorations_de_services.pdf

neo
Grand sage


Revenir en haut Aller en bas

Re: Les majorations de service - au niveau national et dans l'académie de Lille.

Message par User5899 le Lun 14 Jan 2013 - 0:34

En gros,
1) Le ministère publie un texte avec des termes précis.
2) Un recteur joue à ne pas les comprendre pour complaire à son maître de droite.
3) Le juge administratif n'y comprend goutte et s'emmêle les pinceaux.
4) Le ministère ne peut pas rectifier l'erreur du juge en expliquant ses termes précis, parce que la bêtise du juge est prioritaire.


Ben on est gouvernés !! Suspect

Peillon écrit officiellement : "quelque soit la forme de l'enseignement", en plus furieux

_________________
Zu End' ewiges Wissen !
Der Welt melden
Weise nichts mehr !

En cas de ban, ne pas utiliser les MP ! Passer par l'icône du mail  Razz

User5899
Dieu de l'Olympe


Revenir en haut Aller en bas

Re: Les majorations de service - au niveau national et dans l'académie de Lille.

Message par neo le Sam 26 Jan 2013 - 22:49

http://www.lille.snes.edu/spip.php?breve3472
Accord de compétitivité dans l’EN ? Oui, à Lille !
vendredi 25 janvier 2013

Le Recteur Pollet et le Ministre Peillon maintiennent les majorations de services et introduisent ainsi le pacte de compétitivité dans l’Éducation nationale

Vous avez sans doute entendu parler du chantage dans les usines Renault ou à Sevelnord : en échange d’une promesse de maintien de l’emploi, les salariés sont invités à accepter d’être payés moins et/ou de travailler plus.

C’est un marché de dupes pour des salariés qui seront perdants au final sur tous les tableaux.

En majorant d’une heure les services de certains enseignants (ceux qui ont pendant plus de 8 h des groupes - et non plus seulement des classes - inférieurs à 20 élèves), ce même principe est appliqué dans l’Éducation nationale, dans notre académie, depuis 2 ans : il est demandé aux personnels de fournir une heure de cours gratuite.

En novembre, face au SNES d’abord et face à l’intersyndicale le lendemain, le recteur Pollet s’était dit prêt à annuler ce calcul inacceptable, et à mettre fin aux majorations pour la rentrée 2013 : « L’un des paramètres qui avait été utilisé pour calibrer les dotations sera abandonné définitivement pour la préparation de rentrée 2013, rendant le contrôle des VS inutile ; les établissements disposeront d’un volant d’ARE (heures de première chaire, heure de laboratoire, UNSS) leur permettant de ne pas appliquer la circulaire d’avril 2011 à partir de septembre 2013. »

Pourtant, en janvier 2013, le recteur change de discours et annonce que, finalement, il va continuer à appliquer les majorations de service (c’est-à-dire le travail gratuit). Et n’allez pas protester, nous dit le recteur : comment expliquerez vous aux parents que vous souhaitez prendre des moyens (l’équivalent de 170 postes, dit-il) au détriment de leurs enfants, pour maintenir votre salaire ? Vous avez dit « chantage » ?

Quelle confiance pourrons nous désormais accorder à ses propos ?

Pire, dans une réponse à un député publiée en décembre 2012, on découvre que le Ministère envisage d’appliquer cette nouvelle logique de majorations partout en France.

Les enseignants n’ont pas de leçons à recevoir : ils ont déjà beaucoup donné (dégringolade du pouvoir d’achat depuis le début des années 80, gel du point d’indice depuis 2009 malgré une hausse du niveau de recrutement à bac +5, alignement des cotisations retraites sur le privé qui équivaut à une journée de salaire par mois, journée de carence …). Dans le même temps, leurs conditions se sont dégradées continuellement, au point que l’on peine à trouver des candidats pour passer les concours.

Si nous laissons faire pour les majorations, qui interdira de s’en prendre ensuite à d’autres personnels en inventant d’autres façons de contourner nos statuts ?

Le SNES-FSU intervient actuellement au niveau du Ministère.

Mais il faut également que les personnels de l’académie prennent leurs responsabilités pour contrer les attaques :

Tous en grève le jeudi 31 janvier !

voir aussi l'article : http://www.lille.snes.edu/spip.php?article2473
Éléments techniques donnés au CTA (Comité Technique Académique) du 21 janvier 2013
Extrait :
S’inquiétant de remontées différentes des chefs d’établissement tant sur le volant d’Are reçu que sur le discours tenu par le Rectorat, le SNES-FSU a proposé au SGEN-CFDT et à l’UNSA (qui comprend des syndicats enseignants et le Snpden, syndicat majoritaire des chefs d’établissement, notamment) de boycotter le CTA du lundi 21/01/13 ou du moins de poser une question préalable commune sur ce sujet avant de décider si nous siégeons. Nous nous sommes heurtés à un refus et nous sommes trouvés bien seuls sur cette question (posée en déclaration et en question diverse), le SGEN-CFDT et l’UNSA n’ayant JAMAIS pris la parole sur ce point, même pas pour appuyer nos interventions.

neo
Grand sage


Revenir en haut Aller en bas

Re: Les majorations de service - au niveau national et dans l'académie de Lille.

Message par mimile le Mar 25 Juin 2013 - 11:07

Dans mon établissement, cette majoration de service va être appliquée à la rentrée 2013 (en tout cas, c'est compté comme ça dans les services). Il me semblait bien pourtant que le recteur avait décidé de ne plus interpréter ainsi le décret de 1950...

Quel texte officiel montrer au CDE pour qu'il n'applique pas cette majoration ?

mimile
Sage


Revenir en haut Aller en bas

Re: Les majorations de service - au niveau national et dans l'académie de Lille.

Message par InvitéMA le Dim 9 Fév 2014 - 18:21

On en est où au niveau national? ça existe encore cte chose!?

InvitéMA
Neoprof expérimenté


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum