[résolu]Je cherche un historique des programmes d'H-G

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

[résolu]Je cherche un historique des programmes d'H-G

Message par Thalia de G le 1/12/2012, 18:28

Tout est dans le titre, ou presque. Je voudrais celui qui a précédé 1968.
Merci d'avance.


Dernière édition par Thalia de G le 1/12/2012, 19:57, édité 2 fois

Thalia de G
Modérateur


Revenir en haut Aller en bas

Re: [résolu]Je cherche un historique des programmes d'H-G

Message par Cath le 1/12/2012, 18:30

Ah ah! Wink

Cath
Esprit sacré


Revenir en haut Aller en bas

Re: [résolu]Je cherche un historique des programmes d'H-G

Message par boris vassiliev le 1/12/2012, 18:43

Ah l'époque où on apprenait les choses dans l'ordre ? petitdrapeau

_________________
La politique, c'est du show business ! Du show business !!

boris vassiliev
Grand sage


Revenir en haut Aller en bas

Re: [résolu]Je cherche un historique des programmes d'H-G

Message par Iphigénie le 1/12/2012, 18:47

@Thalia de G a écrit:Tout est dans le titre, ou presque. Je voudrais remonter à 1968.
Merci d'avance.

Alors en 68, en
sixième:l'orient et la Grèce
quatrième c'était :"la fin du moyen-âge et les temps modernes, XIVe à XVIIe
(donc la cinquième ça devait être Rome et le Moyen Age)
en troisième:la naissance du monde contemporain: 1715-1870
ça j'en suis sûre, j'ai les Monnier sous les yeux...

en seconde je ne sais plus exactement mais je suis sûre qu'on reprenait Napoléon(parce que je me souviens que je lisais Guerre et Paix en même temps Laughing )
Et Lénine et Roosevelt , sûr aussi , c'était en terminale (on devait avoir la tranche 1914-1945, crois pas qu'on allait plus loin) Wink
Bon y a des trous, mais il y aura bien quelqu'un capable de compléter.... Wink



Iphigénie
Esprit sacré


Revenir en haut Aller en bas

Re: [résolu]Je cherche un historique des programmes d'H-G

Message par Thalia de G le 1/12/2012, 19:39

Merci à toi, Iphigénie et à Monnier Laughing (moi j'avais les Malet Isaac)

Thalia de G
Modérateur


Revenir en haut Aller en bas

Re: [résolu]Je cherche un historique des programmes d'H-G

Message par Oudemia le 1/12/2012, 19:52

Et avant 68, mêmes programmes mais en 3e : XVIe à XVIIe s.
2e : 1789-1848 (donc en détails, j'avais adoré!)
1e: 1848-1914
Terminale: le monde contemporain donc je suppose 1914-1939, ou 40, ou 45, bizarrement je n'ai aucun souvenir de cette année-là (sauf que notre professeur nous avait dit de commencer à lire Le Monde diplomatique...)

EDIT Quand je dis avant 68, c'est bac en 67, et ce qui y avait conduit ; est-ce que c'était la dernière année d'un programme ?


Dernière édition par Oudemia le 1/12/2012, 19:57, édité 1 fois

Oudemia
Guide spirituel


Revenir en haut Aller en bas

Re: [résolu]Je cherche un historique des programmes d'H-G

Message par John le 1/12/2012, 19:54

Euh, je ne suis pas sûr que le sujet soit résolu : ils ont évolué plusieurs fois, entre 1968 et 2012 :/
Tu voulais juste les programmes de 1968 ?

_________________
En achetant des articles au lien ci-dessous, vous nous aidez, sans frais, à gérer le forum. Merci !


"Celui qui ne participe pas à la lutte participe à la défaite" (Brecht)
"La nostalgie, c'est plus ce que c'était" (Simone Signoret)
"Les médias participent à la falsification permanente de l'information" (Umberto Eco)

John
Médiateur


Revenir en haut Aller en bas

Re: [résolu]Je cherche un historique des programmes d'H-G

Message par Thalia de G le 1/12/2012, 19:56

@John a écrit:Euh, je ne suis pas sûr que le sujet soit résolu : ils ont évolué plusieurs fois, entre 1968 et 2012 :/
Tu voulais juste les programmes de 1968 ?
Oui. Je vais modifier mon 1er message. C'était l'émotion de repenser à ma studieuse jeunesse. Very Happy

Thalia de G
Modérateur


Revenir en haut Aller en bas

Re: [résolu]Je cherche un historique des programmes d'H-G

Message par Mareuil le 1/12/2012, 23:18

@Thalia de G a écrit:Tout est dans le titre, ou presque. Je voudrais celui qui a précédé 1968.
Merci d'avance.

Si cela peut vous être utile, voici le travail du GRIP sur la géo.


"I - BRÈVE HISTOIRE DE LA GÉOGRAPHIE SCOLAIRE
A - Naissance de l’enseignement de la géographie
- Cadre légal
La loi du 28 mars 1833 (Guizot) prescrit l’enseignement des « éléments de l’histoire et de la
géographie, surtout de l’histoire et de la géographie de la France. »
La loi du 15 mars 1850 ( Falloux) inscrit la géographie, comme l’histoire et les sciences,
parmi les matières facultatives.
La loi du 10 avril 1867 (Victor Duruy) en fait une matière obligatoire au cours moyen.
Après la défaite de 1870 ( « Le désastre n’est-il pas le résultat des retards de notre système éducatif
et particulièrement de l’indifférence pour les études géographiques ? »), Jules Simon charge les
géographes Charles Levasseur et Auguste Himly d’un rapport sur l’enseignement de la géographie,
rapport qui aboutit à la constitution d’une géographie scolaire dotée d’horaires et de programmes
précis.
La loi du 20 mars 1882 (Jules Ferry) étend l’enseignement de la géographie à tous les
niveaux en précisant : « la géographie, particulièrement celle de la France. »
4
Géographie Programmes Documents GRIP : http://www.slecc.fr/GRIP_programmes.htm
- Pédagogie.
L’abbé Gaultier (1783-1818), par ailleurs introducteur en France de l’enseignement mutuel
lancastérien, est un des fondateurs de l’enseignement de la géographie. Essentiellement
nomenclaturale et de mémoire (énumérer et retenir toutes les villes traversées par un cours d’eau ;
réciter toutes les villes-étapes et les pays traversés lors d’un grand voyage etc.), elle repose sur les
cartes et ne fait aucune part à l’observation directe.
À noter que Pestalozzi (1746 -1827) développait un point de vue différent avec une
pédagogie fondée sur l’observation des choses (phénomènes astronomiques, accidents de terrain,
milieu proche) et une progression par intuition et comparaison, allant du familier au lointain : de la
flaque à la rivière, puis à la mer ; de la maison à l’école et au village, du village à la route et à la
ville etc.
C’est d’ailleurs cette conception qui va s’imposer dans la première période de l’Instruction
publique, comme l’explique Gabriel Compayré : « Le point de départ de l’enseignement
géographique est assurément dans l’étude de la géographie locale. Entre l’ancien système, qui
étudiait d’abord le globe, qui « commençait par où l’on doit finir », comme disait le Père Girard, et
la nouvelle méthode, qui part du village ou de la ville que l’on habite pour s’étendre de proche en
proche et embrasser peu à peu la terre entière, notre choix ne peut hésiter. »
- Représentations de l’espace.
Le XIXe siècle connaît aussi une inflexion considérable dans la représentation de l’espace :
jusqu’au milieu du siècle en effet, c’est le bassin versant des fleuves qui est considéré comme
l’élément structurant et non le relief (pour la France, cela conduit à structurer le territoire en bassins
en fonction de la mer ou de l’océan où se jettent les fleuves). Sous l’influence des géographes
comme Levasseur, Foncin ou Vidal de la Blache, cette représentation cède progressivement le pas à
la cartographie familière aux écoliers du XXe siècle où les reliefs symbolisés par des teintes
différentes, des plaines aux plateaux, aux chaînes et aux sommets, sont les éléments structurants.
B - La géographie de l’Instruction publique : 1887-1969
Rejet de l’enseignement nomenclatural et de l’enseignement par les mots, méthode intuitive
et enseignement par les choses, c’est dans ce cadre général de la pédagogie buissonnienne que
s’inscrit dès ses débuts la géographie scolaire de l’Instruction publique.
Les orientations prises par la géographie des géographes s’y prêtent d’ailleurs bien : si la
géographie de Foncin - qui est malgré tout l’auteur le plus vendu à la fin du XIXe siècle - est encore
une géographie d’inventaire ( productions, richesses, subdivisions administratives), c’est l’école
vidalienne ( monographies locales débouchant sur des connaissances générales et une causalité
« possibiliste ») qui s’impose à l’école.
Priorité donc à l’étude locale qui permet d’acquérir les outils (échelle, courbes de niveau) et
le vocabulaire géographique ( fleuve, rivière, baie, cap, colline, montagne etc.), puis par extension
conduit à l’étude du territoire national et à celle du monde. Dans cet enseignement « de base », la
géographie physique est toujours première, mais les aspects humains, économiques et la
géographie générale, de même que la géographie scientifique (astronomie) sont intégrés à la
progression.
Du point de vue pédagogique encore, une place centrale est donnée à la carte : « La carte
n’est pas seulement un moyen de représenter les objets à étudier, c’est le seul moyen d’en acquérir
une certaine notion, la condition sans laquelle on n’aura jamais que des mots dans la mémoire et
non des idées dans la tête. » Buisson. À noter que l’on demande aux élèves de dessiner les cartes de
mémoire, en les y aidant par la simplification géométrique (map drawing) dont l’hexagone français
est un exemple.
D’autre part, l’observation directe des fait géographiques (classes promenades) est
recommandée. À partir de 1936, sous l’impulsion du géographe Max Sorre, nommé directeur de
5
Géographie Programmes Documents GRIP : http://www.slecc.fr/GRIP_programmes.htm

l’enseignement primaire par Jean Zay, l’enseignement s’oriente vers une géographie du paysage qui
prolonge plutôt qu’elle ne modifie les fondamentaux vidaliens.
Une fois refermée la parenthèse du « petit pays » de Vichy et son localisme idéologique,
l’enseignement géographique reprend le même cours jusqu’au début des années soixante-dix.
Voir plus loin pour les évolutions des programmes, somme toute mineures, de 1923 à 1969.

C- La rupture des années soixante-dix : l’éveil
Voir d’une part l’arrêté du 7 août 1969
http://eduscol.education.fr/cid48402/arrete-du-7-aout-1969.html
qui attendra huit années ( IO de 1977-78) pour entrer dans les faits.
D’autre part
http://www.samuelhuet.com/paid/43-melanges/727-g-belbenoit-reflexions-profane-eveil
Noter les deux passages de ce dernier document qui à eux seuls rendent compte de
l’engloutissement du continent vidalien et de tout enseignement structuré et progressif de la
géographie.
« - Depuis l'arrêté du 7 août 1969, je le rappelle, 15 heures sont consacrées aux disciplines
" fondamentales ", (on a tendance maintenant à dire plutôt " instrumentales ") : le français et les
mathématiques. Il y a, d'autre part, deux blocs de 6 heures, un pour l'éducation physique et
sportive, un pour les activités d'éveil - celles, dit le texte initial, qui figuraient autrefois à l'emploi
du temps sous les noms d'histoire, géographie, sciences d'observation, travail manuel, musique,
dessin, éducation morale et civique. C'est cet ensemble, c'est cela qui constitue les disciplines ou
activités d'éveil.... »
« - Un auditeur
Y aura-t-il assez de temps à l'école primaire ou dans la scolarité primaire pour pouvoir
exercer pleinement cette démarche de l'esprit qui veut qu'on aille d'abord des observations faites
par l'enfant pour arriver à la rigueur dont vient de parler Monsieur ?
M. Belbenoît
Tout dépend sur quoi porte cette rigueur. Si vous avez déterminé un programme précis de
connaissances, fait une liste des sujets à traiter comme en comportent les programmes
traditionnels, la réponse est certainement négative. Si en revanche, vous avez formulé vos objectifs
en aptitudes, en capacités de manipuler un certain nombre d'outils, de méthodes, de vocabulaires,
je crois qu'on peut y arriver. »
Le fait est qu’on n’y arrivera pas.
D – Des programmes instables pour un enseignement minoré.
- Succession d’instructions : 1977-1980, 1984, 1985,1990, 1995, 2002, 2008.
*
* *
6
Géographie Programmes Documents GRIP : http://www.slecc.fr/GRIP_programmes.htm
II – PROGRAMMES 1882-1923-1938-1945 et suivants
Instructions officielles 2 août 1882 Écrit par J. Ferry
Écoles maternelles publiques

Mareuil
Neoprof expérimenté


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum