Partagez
Voir le sujet précédentAller en basVoir le sujet suivant
John
John
Médiateur

L'association Aidoprofs proteste contre le manque de mobilité professionnelle dans l'Education nationale. Empty L'association Aidoprofs proteste contre le manque de mobilité professionnelle dans l'Education nationale.

par John le Dim 9 Déc 2012 - 0:25
http://www.aideauxprofs.org/index.asp?affiche=News_display.asp&rub=Apres_Prof_que_faire&ArticleID=2576

Comment professeur peut-il être un emploi d'avenir dans le contexte d'une mobilité professionnelle empêchée en cours d'année scolaire ?
Le Président de la République François Hollande veut créer un appel aux vocations, renouveler le stock des enseignants qui partent en retraite, et surtout, tenter d'enclencher machine arrière sur la pénurie des enseignants qui a été véritablement organisée par la politique du Gouvernement précédent.

Professeur est-il réellement un emploi d'avenir ?

Les bourses offertes aux étudiants intéressés par ce métier ne vont-elles pas simplement servir de "salaire d'étudiant" ? Les engagements demandés sont si minces...réaliser des études pour devenir enseignant et se présenter au concours. Ah bon, c'est tout ? Quel sera le ratio de candidats admis parmi les étudiants qui auront bénéficié de ces bourses ? Le Gouvernement n'a-t-il pas pris ici un risque financier conséquent ?

Quel avenir peut-on dessiner aux futurs enseignants actuellement en-dehors de la promesse d'une refondation de leur formation initiale, dans le contexte d'un déficit budgétaire colossal, et d'un manque de marges de manoeuvre pour espérer revaloriser toute la profession ?

Car c'est bien de cela dont il s'agit: quel enseignant, recruté à Bac+4, soit une année de plus qu'avant, va accepter de stagner financièrement au bout de 10 ans d'ancienneté dans ce métier, sans avoir envie d'aller voir ailleurs ? Après l'échelon 6, atteint rapidement, les indices évoluent plus lentement, ne reflétant plus du tout le Master qu'on leur demande d'obtenir. La différence avec des ingénieurs et autres cadres moyens et supérieurs s'effectue à leur détriment, très rapidement.

Luc Chatel avait revalorisé dans le Pacte de Carrière les échelons 1 à 6, ce qui a complètement laissés de côté les enseignants en milieu et en fin de carrière. Si les salaires sont devenus "corrects" pour les débutants, il faut bien avouer que la progression salariale ressemble fort à un encéphalogramme quasi plat entre 10 et 35 ans d'ancienneté. Aucune valorisation des compétences, peu de gestion réelle des meilleurs éléments, qu'ils soient créatifs dans leurs projets ou innovants dans leur pédagogie, le système d'évaluation actuel en frustrant beaucoup, car relié à des fourchettes de notes relatives aux échelons...comme si l'enseignant motivé, créatif, productif, n'avait finalement pas sa place dans un tel système, où parler d'évaluation au mérite serait commettre un esclandre pour toute la profession.

Professeur est-il réellement un métier d'avenir, dans le contexte d'une mobilité freinée par les académies, tout au long de l'année ?

Nous avons interpellé les conseillers de Vincent Peillon le 27 août 2012 lors de notre rencontre au Ministère à ce sujet, ainsi que le jeudi 22 novembre au salon européen de l'Education, lors de leurs déplacements sur le salon avec le Ministre. La priorité est, nous a-t-on dit alors, au "recrutement" et "à l'école numérique".

Oui, mais pour espérer fidéliser les nouveaux enseignants dans leur métier, leur donner envie d'y rester, il ne faut pas entraver comme actuellement leur mobilité tout au long de l'année, ni les contraindre à rester enseignant coûte que coûte, sous prétexte qu'on en manque.

Ainsi Aide aux Profs a-t-elle pu constater qu'en 2011-2012, de nombreuses académies et inspections académiques ont:

- refusé de nombreuses demandes de disponibilité pour convenances personnelles au motif habituel des "nécessités de service";

- refusé de nombreuses demandes de temps partiel ou de mi-temps;

- refusé des centaines de demandes de départ en détachement en cours d'année, même quand l'enseignant avait eu l'assurance d'être recruté;

- refusé quasiment toutes les demandes de financement d'un bilan de compétences, qu'un enseignant titulaire peut pourtant demander avec 10 ans d'ancienneté;

- accordé avec parcimonie des congés de formation professionnelle (5 à 7 ans d'attente quelle que soit l'académie, chaque année de plus donne à chaque enseignant 5 à 10 points pour le départager de ses "concurrents");

- accordé à peine 60% des demandes de financement de formation par le DIF, dont les enseignants sont sous-informés pour leur formation continue;

- refusé des demandes de démission en cours d'année;

- refusé le financement d'Indemnités de Départ Volontaire pour "projet personnel" alors qu'il est bien prévu dans la loi;

- appliqué les planchers des taux d'indemnisation pour l'IDV pour les créations et reprises d'entreprise: est-ce ainsi que l'Education Nationale compte contribuer à son niveau au Redressement Productif de notre pays, en remerciant de telle manière celles et ceux qui se sont investis pour elle, parfois des décennies ?

Comment le métier d'enseignant peut-il être qualifié "d'emploi d'avenir" quand la Gestion des Ressources Humaines en est rendue au point d'empêcher les enseignants en poste de donner un nouvel élan, ailleurs, à leur parcours de carrière, en cours d'année scolaire ? Aucune autre profession salariée de l'Etat n'est autant verrouillée en cours d'année dans sa mobilité professionnelle.

Si le changement, c'est maintenant, Aide aux Profs espère qu'il ne sera pas de nouveau promis, sur cette question des mobilités en cours d'année, pour la campagne présidentielle de 2017 !

Association Aide aux Profs,
Mouvement associatif de seconde carriere des enseignants

_________________
En achetant des articles au lien ci-dessous, vous nous aidez, sans frais, à gérer le forum. Merci !


"Celui qui ne participe pas à la lutte participe à la défaite" (Brecht)
"La nostalgie, c'est plus ce que c'était" (Simone Signoret)
"Les médias participent à la falsification permanente de l'information" (Umberto Eco)
LadyC
LadyC
Empereur

L'association Aidoprofs proteste contre le manque de mobilité professionnelle dans l'Education nationale. Empty Re: L'association Aidoprofs proteste contre le manque de mobilité professionnelle dans l'Education nationale.

par LadyC le Dim 9 Déc 2012 - 10:27
On parle bien de décisions illégales là ? :shock: C'est sidérant...

_________________
Life is what happens to you while you're making other plans. John Lennon
Life is not governed by will or intention. Life is a question of nerves, and fibres, and slowly built-up cells in which thought hides itself and passion has its dreams. Oscar Wilde


Bien que femme, je me suis permis_ / demandé_ / rendu_ compte / fait_ désirer...L'association Aidoprofs proteste contre le manque de mobilité professionnelle dans l'Education nationale. Vieille etc._  Smile
Marcel Khrouchtchev
Marcel Khrouchtchev
Enchanteur

L'association Aidoprofs proteste contre le manque de mobilité professionnelle dans l'Education nationale. Empty Re: L'association Aidoprofs proteste contre le manque de mobilité professionnelle dans l'Education nationale.

par Marcel Khrouchtchev le Dim 9 Déc 2012 - 10:29
En effet, comment peut-on refuser une démission? heu
MelanieSLB
MelanieSLB
Doyen

L'association Aidoprofs proteste contre le manque de mobilité professionnelle dans l'Education nationale. Empty Re: L'association Aidoprofs proteste contre le manque de mobilité professionnelle dans l'Education nationale.

par MelanieSLB le Dim 9 Déc 2012 - 10:38
@LadyC a écrit:On parle bien de décisions illégales là ? :shock: C'est sidérant...

Ça t'étonne vraiment? heu

@Marcel Khrouchtchev a écrit:En effet, comment peut-on refuser une démission? heu

Je l'avais lu je ne sais plus où, les démissions peuvent être refusées en cas de nécessité de service Suspect , le seul choix étant alors l'abandon de poste, et l'impossibilité de redevenir fonctionnaire.

On marche sur la tête dans l'EN, quelque soit l'angle considéré!

_________________
La réforme du collège en clair : www.reformeducollege.fr .

Et pour ceux qui voudraient en comprendre quelques fondements idéologiques:
De l’école, Jean-Claude Milner, visionnaire en 1984 (ça ne s'invente pas!) de ce qui nous arrive: "On ne dira pas que les enseignants sont l'appendice inutile d'une institution dangereuse et presque criminelle; on dira seulement qu'ils doivent devenir Autres: animateurs, éducateurs, grands frères, nourrices, etc. La liste est variable. Que, par là, les enseignants cessent d’être ce qu'ils doivent être, c'est encore une fois sortir de la question. On ne dira pas que les enseignants n'ont pas à exister, mais qu'ils ont à exister Autrement. Que cette Autre existence consiste à renoncer à soi-même pour disparaître dans la nuit éducative et s'y frotter, tous corps et tous esprits confondus, avec les partenaires de l'acte éducatif - manutentionnaires, parents, élèves, etc. -, seul un méchant pourrait en prendre ombrage." (page 24)
Marcel Khrouchtchev
Marcel Khrouchtchev
Enchanteur

L'association Aidoprofs proteste contre le manque de mobilité professionnelle dans l'Education nationale. Empty Re: L'association Aidoprofs proteste contre le manque de mobilité professionnelle dans l'Education nationale.

par Marcel Khrouchtchev le Dim 9 Déc 2012 - 10:41
L'Etat est de toute façon le premier à ne pas appliquer à ses fonctionnaires le droit qu'il prétend imposer aux autres. Le cas des congés formation est très ponctuel, mais il m'a toujours particulièrement choqué, car n'importe quel employeur se ferait tancer s'il mettait autant de temps à accorder des congé pour formation.
Condorcet
Condorcet
Oracle

L'association Aidoprofs proteste contre le manque de mobilité professionnelle dans l'Education nationale. Empty Re: L'association Aidoprofs proteste contre le manque de mobilité professionnelle dans l'Education nationale.

par Condorcet le Dim 9 Déc 2012 - 14:21
@Marcel Khrouchtchev a écrit:L'Etat est de toute façon le premier à ne pas appliquer à ses fonctionnaires le droit qu'il prétend imposer aux autres. Le cas des congés formation est très ponctuel, mais il m'a toujours particulièrement choqué, car n'importe quel employeur se ferait tancer s'il mettait autant de temps à accorder des congé pour formation.

+ 1000 (à la fois juge et partie...).
Contenu sponsorisé

L'association Aidoprofs proteste contre le manque de mobilité professionnelle dans l'Education nationale. Empty Re: L'association Aidoprofs proteste contre le manque de mobilité professionnelle dans l'Education nationale.

par Contenu sponsorisé
Voir le sujet précédentRevenir en hautVoir le sujet suivant
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum