Une remarque assassine et révélatrice.

Page 1 sur 5 1, 2, 3, 4, 5  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Une remarque assassine et révélatrice.

Message par Anaxagore le Ven 28 Déc 2012 - 23:06

Voilà la dernière que j'ai entendue en cette période de fête : un professeur dont la classe est très
faible qui enseignerait le programme « ne ferait pas son travail », j'en déduis que « son travail »
serait de combler les lacunes vaille que vaille des chérubins...Non seulement il est extrêmement
grave de ne pas enseigner le programme (et « à fond » !), mais sans faire un cours complet au
niveau des élèves on fait des replâtrages stériles et décousus et on démobilise les élèves.

Admettons que l'on fasse un cours complet adapté aux élèves (il faut encore savoir ce que cela veut
dire...les lacunes étant en général diverses et variées...) mais dans ce cas là il ne faut plus appeler
« 5e », « 4e » ou « 3e » ce qui est une scolarité adaptée, et il faut permettre aux élèves capables de
suivre une scolarité classique de le faire. On le dit aux parents et au public. Si chacun peut adapter
la scolarité dans son coin – décentralisation ultime - quelle est la cohérence de l'édifice ? Quelle est
l'instruction qui sera donnée à un élève ? Si un parent ne le sais pas pour ses propres enfants, ni
l'institution pour ses élèves cela pose sérieusement problème. D'autre part sur le plan des qualités
morales que l'on est censé développer chez les élèves, l'absence totale d'exigences est un désastre et
source de démobilisation. Va-t-on toujours s'aligner vers le bas dès que des efforts sont à faire ? Ce
serait une spirale infernale, mais au fait, n'est-ce pas la spirale dans laquelle nous nous trouvons ?
C'est l'école rêvée des pseudo-pédagogues. Si on définit des scolarités diversifiées, il reste encore à
les penser pour assurer une instruction équilibrée et satisfaisante pour chaque élève. Il convient de
s'assurer des débouchés et passerelles que l'on va créer. Il convient aussi de s'assurer qu'un niveau
d'exigences ambitieux y sera exercé. Il est fondamental que les connaissances à avoir soient pensées
et précisées dans des programmes nationaux. Le devoir des professeurs est alors de les enseigner et
le devoir des élèves est de faire le travail nécessaire pour les maîtriser. Ce type de solution n'existe
pas sauf pour le cas extrême des SEGPA et pour les cas médicaux.

Revenons à notre professeur, qui exerce dans le système actuel (bien entendu). Tout ceci soulève un
certain nombre de questions, la première étant : Pourquoi a-t-on fait passer à un moment donné un
élève qui n'avait pas le niveau ? J'y vois trois réponses : parce que c'est trop cher, par se que son sort
nous indiffère, parce que l'on pense qu'il va pouvoir se rattraper. Le professeur devrait refaire les
leçons que les élèves n'auraient pas acquises ? Une leçon qui n'est pas inscrite dans une progression
est en général un sparadrap éphémère et c'est d'autant plus vrai que cela concerne des connaissances
fondamentales (et une leçon qui s'éternise n'est pas une solution). D'autre part, la conséquence serait
en général une démobilisation des élèves qui ricaneraient sur l'incohérence de la situation (et cette
absence d'exigences) de l'institution qui les a fait passer dans la classe supérieure en dépit de leur
pauvre niveau. Les élèves prennent aussi pour du mépris le mensonge qui consisterait à leur
enseigner des choses de niveau CE ou CM alors qu'on leur a proposé un passage en 4e ou en 3e
(même s'ils ne maîtrisent pas les connaissances de base). A contrario le fait de montrer aux élèves
que l'on ne cède pas et que l'on va être exigeant les pousse à se prendre en main, à s'investir et à
travailler. Les élèves ont en général vite fait de savoir si un professeur est venu pour leur apprendre
quelque chose et être exigeant, c'est-à-dire les respecter. Les élèves ne veulent pas d'une école pour
le « bon sauvage ». Ils souhaitent terriblement une scolarité « normale », même s'ils n'ont pas
forcément assez de volonté pour faire les efforts nécessaires. Le professeur est donc dans la
situation habituelle : il fait des rappels et révisions brèves aux moments opportuns, au fil des
chapitres, répond à des questions, fait des éclaircissements lorsque c'est nécessaire...et cela peut
fonctionner ; du moins lorsque les élèves se montrent à la hauteur des espoirs de ceux qui les ont
fait passer dans la classe supérieure...Le professeur suit le programme et revient sur ce qui n'a pas
été compris au fil des chapitres. Inutile de rappeler que les efforts nécessaires pour des élèves qui
sont passés dans la classe supérieure sans avoir le niveau depuis plusieurs années sont immenses et
ne sont pas toujours faits. C'est là qu'intervient le « gentil » suintant la bonne pensée (insistant en
général): « Il faut leur enseigner des choses à leur niveau. ». Passons sur la mise en accusation du
professeur alors que l'institution refuse à la fois le redoublement et la mise en place de parcours
adaptés. Examinons la situation: si les élèves suivent le professeur et travaillent suffisamment, ils
peuvent être sauvés (c'est justement le pari qu'ont fait les personnes qui ont autorisé le passage), en
revanche si le professeur renonce, au mieux ils sont perdus pour la suite, et les élèves le savent. Les
élèves sont terriblement à la recherche d'un cadre fixe et solide, rassurant et clair. Tout cadre
entraîne une certaine rigidité, et les élèves ont des devoirs : devoirs envers eux-même, les autres
élèves, et la collectivité. Ils ne doivent pas empêcher ou gêner l'instruction d'eux-mêmes ou des
autres, leur devoir est donc de se mettre à jour et de travailler à partir de tout ce qui leur a été
transmis par le passé (les anciens cahiers ne sont pas pour le barbecue, les livres-dont le prêt est
considéré comme un progrès!-sont faits pour être lus), de participer activement. On ne peut pas
dépenser indéfiniment l'argent public sans attendre de retour, aussi des heures de présence et d'étude
obligatoires pour les élèves qui n'accomplissent pas leur part de travail ne seraient sans doute pas de
trop.
En résumé, en cohérence avec le système, du point de vue de l'instruction publique comme du point
de vue des élèves le travail du professeur est de suivre les programmes.

Qu'en est-il de ce redoublement honni par les technocrates ? Il est certain que pour produire des
effets bénéfiques il doit être prononcé au moment opportun et pas dix ans plus tard. Quelle est la
différence avec les alternatives précédemment décrites ? La première est la clarté aussi bien pour
l'élève que pour les autres : le but est de poursuivre avec succès le type scolarité suivi. La deuxième
est qu'il minimise les efforts demandés à l'élève pour se remettre à niveau, c'est un effort financier
que la collectivité consent pour tendre la main à un élève qui doit l'utiliser avec profit. Un
redoublement cela se pense aussi en termes de pratiques, pensons aux redoublants de deuxième
année de classe préparatoires, le travail, l'attitude, en résumé les exigences que l'on doit avoir envers
un redoublant ne sont pas les mêmes que celles que l'on a envers un élève quelconque. Mais « on »
ne souhaite pas y penser.

Une dernière question que l'on peut se poser est : que signifie « suivre le programme » quand il
advient que ce dernier est incohérent ? Il me semble que si l'on s'autorise des digressions ou des
compléments, il est du devoir du professeur de s'assurer que du point de vue des contenus il n'y aura
pas de lacunes qui pourraient pénaliser l'élève dans la suite de son instruction. Insistons sur la
nécessité d'avoir des programmes de très grande qualité, denses, exigeants et progressifs, comme le
rappelle le GRIP (dont les travaux permettent d'ores et déjà d'avoir des propositions pour l'école
maternelle et l'école primaire de très grande qualité). L'art de concevoir de bons programmes,
d'élémenter (au sens de Condorcet) le savoir à transmettre, pour que ce qui est transmis soit solide
et fécond, a en son temps été pensé en profondeur au temps de Ferdinand Buisson, il est grand
temps que soient redécouverts sa méthode intuitive et un savoir pédagogique qui n'était aucunement
en opposition avec la science dans ce qu'elle avait de plus moderne. Remarquons à ce propos qu'un
bon programme tel que le XXe siècle en a connu (ie qui n'est pas un empilement de notions) est bâti
de telle sorte que les plus médiocres puissent suivre, il est un enrichissement constant et pas une
suite d'obstacles éliminateurs.

En conclusion, remarquons que cette haine du professeur, sa mise en accusation systématique sans
jamais commencer par observer l'ensemble de la situation est symptomatique de l'obscurantisme
actuel. On constate encore une fois que les principales qualités que doit avoir un professeur pour
exercer sa mission sont : le calme, la solidité, la constance, une volonté de fer, une main sûre et
agile. Il est seul.

Anaxagore

Anaxagore
Doyen


Revenir en haut Aller en bas

Re: Une remarque assassine et révélatrice.

Message par archeboc le Ven 28 Déc 2012 - 23:31

Merci Anaxagore pour cette réflexion.

Je vais être plus raz-des-pâquerettes :

@Anaxagore a écrit:Voilà la dernière que j'ai entendue en cette période de fête : un professeur dont la classe est très faible qui enseignerait le programme « ne ferait pas son travail »,

C'est une réflexion plus inspirée par l'abus d'alcool que par la lecture des instructions officielles. Non ?

Champagne, au sortir d'un long dîner qui lui enfle l'estomac, et dans les douces fumées d'un vin d'Avenay ou de Sillery, signe un ordre qu'on lui présente, qui ôterait le pain à toute une province si l'on n'y remédiait. Il est excusable : quel moyen de comprendre, dans la première heure de la digestion, qu'on puisse quelque part mourir de faim?

archeboc
Neoprof expérimenté


Revenir en haut Aller en bas

Re: Une remarque assassine et révélatrice.

Message par yphrog le Sam 29 Déc 2012 - 1:15

Je ne suis pas fait pour la France, je crois. L'idée que les professeurs de mon enfant vont suivre un programme me dégoute profondément. Je ne veux absolument pas que mon enfant soit programmé. (Vous croyez que je vous fais un jeu de mots à deux balles, j'en suis sur.)

Je ne veux pas non plus qu'elle passe par une école normale pour élire un président normal.

Il y a plein de choses que j'admire en France, mais ce n'est certainement pas le prêt à porter des programmes, ni la normalisation de la pensée, ni l'esprit soumise que cela engendre.

Je n'ai pas de contre-exemple meilleur à vous citer. Mon Amérique est profondément malade, l'Asie que j'ai connu ado est l'exception qui deviendrait la règle si on ne vivait pas une crise écologique sans précedente...

suivre le programme... "get with the program"... détruisons notre avenir avec un conformisme on ne peut plus séyant à la pétrolarchie.

Spoiler:
vogue, vogue, la pirogue Rolling Eyes


_________________
ok


yphrog
Grand sage


Revenir en haut Aller en bas

Re: Une remarque assassine et révélatrice.

Message par verdurin le Sam 29 Déc 2012 - 1:33

Ça, c'est un texte avec beaucoup de prétentions littéraires.
Mais assez vide de sens.

Bien sur, on peut trouver plus bête :
Sasha P. Rog a écrit: L'idée que les professeurs de mon enfant vont suivre un programme me dégoute profondément. Je ne veux absolument pas que mon enfant soit programmé. (Vous croyez que je vous fais un jeu de mots à deux balles, j'en suis sur.)
Ce n'est pas une excuse.

_________________
Contre la bêtise, les dieux eux mêmes luttent en vain.
Ni centidieux, ni centimètres.

verdurin
Niveau 10


Revenir en haut Aller en bas

Re: Une remarque assassine et révélatrice.

Message par yphrog le Sam 29 Déc 2012 - 1:36

@verdurin a écrit:Ça, c'est un texte avec beaucoup de prétentions littéraires.
Mais assez vide de sens.

d'espoir, plutôt. Demain, ça ira mieux. Rolling Eyes

_________________
ok


yphrog
Grand sage


Revenir en haut Aller en bas

Re: Une remarque assassine et révélatrice.

Message par Condorcet le Sam 29 Déc 2012 - 1:36

Sasha, j'ai suivi les programmes comme beaucoup ici du CP au doctorat, de l'école à l'université en France. En aucune façon, je ne me sens "normalisé" ni "soumis".

_________________
"L'esprit même du château fort, c'est le pont-levis" (René Char).

Condorcet
Oracle


Revenir en haut Aller en bas

Re: Une remarque assassine et révélatrice.

Message par Anaxagore le Sam 29 Déc 2012 - 9:35

@archeboc a écrit:Merci Anaxagore pour cette réflexion.

Je vais être plus raz-des-pâquerettes :

@Anaxagore a écrit:Voilà la dernière que j'ai entendue en cette période de fête : un professeur dont la classe est très faible qui enseignerait le programme « ne ferait pas son travail »,

C'est une réflexion plus inspirée par l'abus d'alcool que par la lecture des instructions officielles. Non ?

Champagne, au sortir d'un long dîner qui lui enfle l'estomac, et dans les douces fumées d'un vin d'Avenay ou de Sillery, signe un ordre qu'on lui présente, qui ôterait le pain à toute une province si l'on n'y remédiait. Il est excusable : quel moyen de comprendre, dans la première heure de la digestion, qu'on puisse quelque part mourir de faim?

In vino veritas, non?

J'ai trouvé cette remarque, entendue hors cadre professionnel, assez révélatrice du professeur-bashing du café du commerce.
Cependant elle soulève un certains nombre de questions, que je pense un professeur quelconque peut parfois se poser, Patissot par exemple?


Dernière édition par Anaxagore le Sam 29 Déc 2012 - 9:45, édité 1 fois

Anaxagore
Doyen


Revenir en haut Aller en bas

Re: Une remarque assassine et révélatrice.

Message par Anaxagore le Sam 29 Déc 2012 - 9:38

Sasha P. Rog a écrit:
@verdurin a écrit:Ça, c'est un texte avec beaucoup de prétentions littéraires.
Mais assez vide de sens.

d'espoir, plutôt. Demain, ça ira mieux. Rolling Eyes

Ne vous inquiétez pas, le pessimisme de la raison n'empêche pas l'optimisme de la volonté, comme il se dit.

Wink

Anaxagore
Doyen


Revenir en haut Aller en bas

Re: Une remarque assassine et révélatrice.

Message par Invité20 le Sam 29 Déc 2012 - 13:22

@condorcet a écrit:Sasha, j'ai suivi les programmes comme beaucoup ici du CP au doctorat, de l'école à l'université en France. En aucune façon, je ne me sens "normalisé" ni "soumis".

+1 !

Le fait d'étudier tous ensemble les mêmes savoirs au même moment peut même avoir l'effet ultra-positif de souder tous les citoyens dans le cadre d'un projet ou d'une lutte commune, d'accroître leur sens de la responsabilité collective et de réduire leur vilaine tendance naturelle à l'individualisme sauvage. On n'épuisera pas la liste des bienfaits d'un solide programme national d'instruction obligatoire.


DC véto vache vache

Invité20
Habitué du forum


Revenir en haut Aller en bas

Re: Une remarque assassine et révélatrice.

Message par yphrog le Sam 29 Déc 2012 - 13:30

doublecasquette véto a écrit:
@condorcet a écrit:Sasha, j'ai suivi les programmes comme beaucoup ici du CP au doctorat, de l'école à l'université en France. En aucune façon, je ne me sens "normalisé" ni "soumis".

+1 !

Le fait d'étudier tous ensemble les mêmes savoirs au même moment peut même avoir l'effet ultra-positif de souder tous les citoyens dans le cadre d'un projet ou d'une lutte commune, d'accroître leur sens de la responsabilité collective et de réduire leur vilaine tendance naturelle à l'individualisme sauvage. On n'épuisera pas la liste des bienfaits d'un solide programme national d'instruction obligatoire.

DC véto vache vache

Je mets des photos des funérailles de Kim Jong-Il? angedemon

En effet, il y a des bienfaits de la nationalisation / standardisation, mais aussi des inconvénients.


_________________
ok


yphrog
Grand sage


Revenir en haut Aller en bas

Re: Une remarque assassine et révélatrice.

Message par Invité20 le Sam 29 Déc 2012 - 13:39

Sasha, il est impossible de dire ce que vous dites. Si le programme scolaire est exigeant, intelligemment progressif et bien structuré, il va obligatoirement ouvrir à chacun une multitude de portes. Chacun poussera celles qui le tente et chacun prendra un chemin différent. L'un aura du goût pour les montagnes jeunes et l'industrie des vallées alpines, l'autre pour la géométrie, un autre sera féru de version grecque ... Mais ils auront tous un fond de langage commun qui leur confèrera une complicité indestructible.

Invité20
Habitué du forum


Revenir en haut Aller en bas

Re: Une remarque assassine et révélatrice.

Message par yphrog le Sam 29 Déc 2012 - 13:45

Ne vous inquiétez pas, doublecasquette véto, je ne considère évidemment pas les programmes nationaux en France comme assimilable à ceux du Corée du Nord. Razz

_________________
ok


yphrog
Grand sage


Revenir en haut Aller en bas

Re: Une remarque assassine et révélatrice.

Message par Invité20 le Sam 29 Déc 2012 - 13:55

Sasha P. Rog a écrit:Ne vous inquiétez pas, doublecasquette véto, je ne considère évidemment pas les programmes nationaux en France comme assimilable à ceux du Corée du Nord. Razz
Non, bien sûr, mais les programmes d'histoire 1885-1914 ont bien aidé à remplir de chair à canon les tranchées de 14/18, et ceux de 1920 à 1939 à nous faire applaudir les accords de Münich et à nous prendre une mémorable pâtée suivie de quatre ans de cauchemar en 1940. Ceux qui m'ont été dispensés de 1960 à 1980 m'ont fait voter oui à l'Europe la fleur au fusil.
Donc, vous n'avez pas absolument tort non plus.

Invité20
Habitué du forum


Revenir en haut Aller en bas

Re: Une remarque assassine et révélatrice.

Message par Vudici le Sam 29 Déc 2012 - 15:13

Et ceux qui génèrent des manuels d'histoire qui en Flandre parlent de la "walbanie" pour décrire les régions de l'ancien bassin houiller et sidérurgique wallon et de "wallonisation" pour décrire un système d'état-providence ne sont évidement pas innocents quand on observe les plus de 40 % de votes pour la droite populiste et indépendantiste flamande ...

_________________
Front de Libération des Lichens Injustement Massacrés

Vudici
Fidèle du forum


Revenir en haut Aller en bas

Re: Une remarque assassine et révélatrice.

Message par Condorcet le Sam 29 Déc 2012 - 15:51

doublecasquette véto a écrit:
Sasha P. Rog a écrit:Ne vous inquiétez pas, doublecasquette véto, je ne considère évidemment pas les programmes nationaux en France comme assimilable à ceux du Corée du Nord. Razz
Non, bien sûr, mais les programmes d'histoire 1885-1914 ont bien aidé à remplir de chair à canon les tranchées de 14/18, et ceux de 1920 à 1939 à nous faire applaudir les accords de Münich et à nous prendre une mémorable pâtée suivie de quatre ans de cauchemar en 1940. Ceux qui m'ont été dispensés de 1960 à 1980 m'ont fait voter oui à l'Europe la fleur au fusil.
Donc, vous n'avez pas absolument tort non plus.

Cela me semble plus compliqué (notamment concernant les accords de Munich et ce qui s'en suit).

Condorcet
Oracle


Revenir en haut Aller en bas

Re: Une remarque assassine et révélatrice.

Message par Anaxagore le Sam 29 Déc 2012 - 16:03

La réflexion sur les programmes n'est pas une mince affaire, mais elle est cruciale et passionnante.


Dernière édition par Anaxagore le Sam 29 Déc 2012 - 17:10, édité 1 fois

Anaxagore
Doyen


Revenir en haut Aller en bas

Re: Une remarque assassine et révélatrice.

Message par Invité20 le Sam 29 Déc 2012 - 17:02

@condorcet a écrit:
doublecasquette véto a écrit:
Sasha P. Rog a écrit:Ne vous inquiétez pas, doublecasquette véto, je ne considère évidemment pas les programmes nationaux en France comme assimilable à ceux du Corée du Nord. Razz
Non, bien sûr, mais les programmes d'histoire 1885-1914 ont bien aidé à remplir de chair à canon les tranchées de 14/18, et ceux de 1920 à 1939 à nous faire applaudir les accords de Münich et à nous prendre une mémorable pâtée suivie de quatre ans de cauchemar en 1940. Ceux qui m'ont été dispensés de 1960 à 1980 m'ont fait voter oui à l'Europe la fleur au fusil.
Donc, vous n'avez pas absolument tort non plus.

Cela me semble plus compliqué (notamment concernant les accords de Munich et ce qui s'en suit).


Je ne doute pas que ce soit bien plus complexe mais un bon programme d'histoire, appuyé sur un bon choix de textes littéraires et philosophiques, et aidé d'une géographie bien enseignée, distillé sur une trentaine d'années est quand même un chouette adjuvant.

Invité20
Habitué du forum


Revenir en haut Aller en bas

Re: Une remarque assassine et révélatrice.

Message par Robin le Sam 29 Déc 2012 - 17:38

Sasha qui joue ici, si j'ai bien compris le rôle indispensable du Huron de Voltaire veut sans doute nous signaler l'angle mort de notre rétroviseur : il est difficile à quelqu'un qui a été élevé dans une certaine culture (et en l'occurrence une certaine conception de l'école) de prendre ses distances avec cette culture.

Il me semble en effet, que l'école française n'est pas toujours attentive à d'autres formes d'intelligence que la conceptuelle (la sensibilité, l'imagination, la créativité artistique).

Ceci dit, c'est à mon avis la baisse généralisée des exigences qui conduit à l'uniformisation des esprits et des comportements et non l'inverse : les élèves ne disposent plus des instruments critiques langagiers nécessaires à une remise en cause pertinente des clôtures idéologiques (c'est le savoir qui délivre et l'ignorance qui emprisonne). On s'aligne en effet, mais sur le SMIC culturel (le "socle commun")

D'accord avec doublecasquette sur la dimension propagandiste de l'enseignement de l'Histoire (la construction de l'utopie totalitaire européenne présentée comme le meilleur des mondes et l'horizon indépassable de l'Histoire).

Robin
Neoprof expérimenté


Revenir en haut Aller en bas

Re: Une remarque assassine et révélatrice.

Message par Invité20 le Sam 29 Déc 2012 - 18:31

Si vous voulez mon avis, Robin, le jour où le GRIP va se lancer dans la rédaction de manuels d'histoire, les concepteurs vont souffrir le martyr. Comment faire un manuel d'histoire qui ne soit pas un moule à veaux, sans pour autant faire quelque chose d'hyper fouillé? Vous vous y voyez, vous ?

Invité20
Habitué du forum


Revenir en haut Aller en bas

Re: Une remarque assassine et révélatrice.

Message par Robin le Sam 29 Déc 2012 - 18:43

doublecasquette véto a écrit: Si vous voulez mon avis, Robin, le jour où le GRIP va se lancer dans la rédaction de manuels d'histoire, les concepteurs vont souffrir le martyr. Comment faire un manuel d'histoire qui ne soit pas un moule à veaux, sans pour autant faire quelque chose d'hyper fouillé? Vous vous y voyez, vous ?


A vrai dire non.

« L'Histoire justifie ce que l'on veut. Elle n'enseigne rigoureusement rien car elle contient tout et donne des exemples de tout... C'est le produit le plus dangereux que la chimie de l'intellect ait élaboré. Ses propriétés sont bien connues. Il fait rêver, il enivre les peuples, leur engendre de faux souvenirs, exagère leurs réflexes, entretient leurs vieilles plaies, les tourmente dans leur repos, les conduit au délire des grandeurs et rend les nations amères, superbes, insupportables et vaines." (Paul Valéry)

Robin
Neoprof expérimenté


Revenir en haut Aller en bas

Re: Une remarque assassine et révélatrice.

Message par Robin le Sam 29 Déc 2012 - 18:46

Mais le même a dit aussi :

"Associée à l'indépendance de l'esprit, l'Histoire peut nous aider à mieux voir... et la plus certaine et la plus importante leçon de l'Histoire est de montrer les grands avantages d'une préparation constante qui permet à l'homme de manœuvrer, au plus tôt, contre l'imprévu. "

Robin
Neoprof expérimenté


Revenir en haut Aller en bas

Re: Une remarque assassine et révélatrice.

Message par Isis39 le Sam 29 Déc 2012 - 18:48

@condorcet a écrit:
doublecasquette véto a écrit:
Sasha P. Rog a écrit:Ne vous inquiétez pas, doublecasquette véto, je ne considère évidemment pas les programmes nationaux en France comme assimilable à ceux du Corée du Nord. Razz
Non, bien sûr, mais les programmes d'histoire 1885-1914 ont bien aidé à remplir de chair à canon les tranchées de 14/18, et ceux de 1920 à 1939 à nous faire applaudir les accords de Münich et à nous prendre une mémorable pâtée suivie de quatre ans de cauchemar en 1940. Ceux qui m'ont été dispensés de 1960 à 1980 m'ont fait voter oui à l'Europe la fleur au fusil.
Donc, vous n'avez pas absolument tort non plus.

Cela me semble plus compliqué (notamment concernant les accords de Munich et ce qui s'en suit).

+1

Isis39
Empereur


Revenir en haut Aller en bas

Re: Une remarque assassine et révélatrice.

Message par Isis39 le Sam 29 Déc 2012 - 18:53

doublecasquette véto a écrit:

Je ne doute pas que ce soit bien plus complexe mais un bon programme d'histoire, appuyé sur un bon choix de textes littéraires et philosophiques

Il va falloir revoir ce qu'est l'histoire.
Et surtout, que le Grip ne se mette pas à faire des manuels d'histoire.

Isis39
Empereur


Revenir en haut Aller en bas

Re: Une remarque assassine et révélatrice.

Message par Condorcet le Sam 29 Déc 2012 - 18:54

@Robin a écrit:Sasha qui joue ici, si j'ai bien compris le rôle indispensable du Huron de Voltaire veut sans doute nous signaler l'angle mort de notre rétroviseur : il est difficile à quelqu'un qui a été élevé dans une certaine culture (et en l'occurrence une certaine conception de l'école) de prendre ses distances avec cette culture.

Il me semble en effet, que l'école française n'est pas toujours attentive à d'autres formes d'intelligence que la conceptuelle (la sensibilité, l'imagination, la créativité artistique).

Ceci dit, c'est à mon avis la baisse généralisée des exigences qui conduit à l'uniformisation des esprits et des comportements et non l'inverse : les élèves ne disposent plus des instruments critiques langagiers nécessaires à une remise en cause pertinente des clôtures idéologiques (c'est le savoir qui délivre et l'ignorance qui emprisonne). On s'aligne en effet, mais sur le SMIC culturel (le "socle commun")

D'accord avec doublecasquette sur la dimension propagandiste de l'enseignement de l'Histoire (la construction de l'utopie totalitaire européenne présentée comme le meilleur des mondes et l'horizon indépassable de l'Histoire).

Les enseignants d'histoire omettent fort rarement la prise de recul nécessaire face à l'événement et le croisement des sources. Pour la plupart, il n'y a pas "d'horizon indépassable de l'Histoire".

_________________
"L'esprit même du château fort, c'est le pont-levis" (René Char).

Condorcet
Oracle


Revenir en haut Aller en bas

Re: Une remarque assassine et révélatrice.

Message par doublecasquette le Sam 29 Déc 2012 - 18:57

@Isis39 a écrit:
doublecasquette véto a écrit:

Je ne doute pas que ce soit bien plus complexe mais un bon programme d'histoire, appuyé sur un bon choix de textes littéraires et philosophiques

Il va falloir revoir ce qu'est l'histoire.
Et surtout, que le Grip ne se mette pas à faire des manuels d'histoire.

Ah bon, pourquoi ?

DC instit professeur

PS : C'est une vraie question.

_________________
Pardon pour vous, pardon pour eux, pour le silence
Et les mots inconsidérés,
Pour les phrases venant de lèvres inconnues
Qui vous touchent de loin comme balles perdues,
Et pardon pour les fronts qui semblent oublieux.



Papote aussi par là : http://salledesmaitres.forumactif.org/
et là : http://www.slecc.fr/forum_0910/index.php

Et puis par là : http://doublecasquette3.eklablog.com/

doublecasquette
Prophète


Revenir en haut Aller en bas

Page 1 sur 5 1, 2, 3, 4, 5  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum