Partagez
Voir le sujet précédentAller en basVoir le sujet suivant
Iphigénie
Enchanteur

Re: En réaction aux "pédagogies nouvelles" : Essai de bibliographie

par Iphigénie le Mar 15 Jan 2013, 12:53
Quant aux mots rares et précieux, toute bonne édition à destination des élèves les définit en bas de page. Le problème encore, c'est que des mots qui nous paraissent basiques ne sont pas définis alors que beaucoup d'élèves ont des lacunes terribles en vocabulaire (moi, ce n'est pas "récurrent" ou "pandémie" que j'ai à définir pour certains élèves de 6e, mais "pâquerette", "roseau" ou "nouer").
en seconde ce matin:
j'explique: in-onder:un -n-
ne comprenaient pas le mot "onde."
Ce n'est effectivement pas le vocabulaire "classique" qui les gêne, c'est le vocabulaire courant contemporain.
Autre avantage de twitter dans leur formation....
avatar
Paratge
Érudit

Re: En réaction aux "pédagogies nouvelles" : Essai de bibliographie

par Paratge le Mar 15 Jan 2013, 13:11
Un livre prophétique :
LE LYCÉE UNIDIMENSIONNEL, Henri Gunsberg, 1970
Téléchargeable

On découvre le pourquoi de cette animosité sarcastique à l’égard des professeurs et de cette condamnation de l’enseignement traditionnel. Le travail du professeur, tel qu’il a été conçu jusqu’à présent, s’ajuste fort mal à la société que prônent les modernistes. Le professeur lui-même est dans sa vie quotidienne la négation de l’idéologie nouvelle : il ne s’insère pas dans la société, travaille en artisan et jouit d’une indépendance peu conciliable avec les dures contraintes de la machine sociale. Indépendant, il rejette les nouvelles sujétions à la société dans son travail ; artisan, il conteste les règles modernes de la production et de la consommation ; intellectuel libre, il place au sommet des valeurs qui ne sont pas celles de la société de consommation ; éducateur, il donne par son exemple et les vertus qu’il exalte la plus fâcheuse des leçons et n’apprend pas aux esprits à s’intégrer mécaniquement dans la société ; enseignant, il se moque de la rentabilité du produit qu’il façonne et ne se soucie guère de sa propre contribution à la production.

Comment ne pas comprendre l’indignation des modernistes ? Le professeur, dans son travail, sabote délibérément, ou par négligence, ou avec désinvolture la société que veulent construire les chevaliers croisés de la droite moderniste.
La droite moderniste s’affaire à bâtir une certaine société, à fabriquer un certain type d’homme – une société apaisante en surface où régnerait la démocratie formelle et le souci de l’efficacité, où l’homme serait dressé à savourer les joies et les plaisirs du travail collectif, des objets produits par milliers et millions d’exemplaires, des divertissements de masse, des idées confortables confectionnées pour tous et, semble-t-il, par tous. Elle veut socialiser l’élève pour le préparer à cette société jugée supérieure à la nôtre, mais elle veut le socialiser comme la Général Motors socialise le travailleur …

Comprendre les réactions des modernistes est aisé, mais la gauche ? Qu’y a-t-il de commun entre la droite moderniste et les véritables progressistes ?
Les enseignants se sont jetés sur les seuls changements qui semblaient possibles, réalisables dans leur vie quotidienne. Privés d’idéologie, ils adoptèrent rapidement les arguments des modernistes, des gauchistes et des tenants de l’école nouvelle : ne pouvant transformer la société et les hommes par l’action politique, ils s’enthousiasmèrent à l’idée de changer le lycée et les adolescents. On leur décrivait la future organisation de l’Éducation nationale comme un paradis de liberté et de libéralisme, d’amicale coopération et de démocratie réelle où des rapports confiants naîtraient entre tous. On allait forger des êtres doués d’un esprit critique exceptionnel et capables de créer, sans passer par le décevant intermédiaire de partis politiques qui se corrompent dans l’action, une nouvelle société, meilleure, plus juste, baignant dans l’amour et la fraternité.
Ces troupes sans cadres étaient aussi des cadres sans troupes. Ils en trouvèrent. Modernistes, gauchistes, chrétiens et pédagogues de choc étaient devenus leurs cadres ; les lycéens devinrent leurs troupes.
avatar
Abraxas
Doyen

Re: En réaction aux "pédagogies nouvelles" : Essai de bibliographie

par Abraxas le Mar 15 Jan 2013, 14:16
SI l'on regarde les chiffres, il est vrai que l'école d'avant 1975 (le grand démarrage du grand n'importe quoi décidé par deux hommes de gauche, Giscard et Haby…) était élitiste. Mais quand on compare la proportion (faible) d'enfants issus des classes populaires qui parvenaint alors à se hisser vers le haut du système, et la proportion (carréent négligeable) de ceux qui y parviennent aujourd'hui, je crois que je préfère encore l'ancien système. Avec de bonnes intentions, on a détruit le peu qui marchait.
Parce qu'on a voulu changer les méthodes — qui bon an mal an sortaient 15% d'ouvriers / petits paysans pour en faire des cadres. Résultat, on est à moins de 2% aujourd'hui, malgré tous les plans de discrimination positive du monde. Parce qu'effectivement on les a coupés de la Langue. Et ce n'est pas en réhabilitant le rap comme vecteur de poésie qu'on s'en sortira.
avatar
Paratge
Érudit

Re: En réaction aux "pédagogies nouvelles" : Essai de bibliographie

par Paratge le Mar 15 Jan 2013, 14:28
@Abraxas a écrit: Et ce n'est pas en réhabilitant le rap comme vecteur de poésie qu'on s'en sortira.

E con la prevalenza del cretino! Very Happy
avatar
philann
Doyen

Re: En réaction aux "pédagogies nouvelles" : Essai de bibliographie

par philann le Mar 15 Jan 2013, 14:37
+1000
On a fait de l école une machine de reproduction sociale en excluant la culture classique et l exigence intellectuelle, ce que les classes favorisées peuvent très bien trouver ailleurs!

Quant à l'étonnement sur le fait que bcp de ces politiques viennent de la gauche... Rolling Eyes :shock:

_________________
2014-2015: poste fixe dans les Hauts de Seine Very Happy Very Happy Very Happy
2013-2014: certifiée stagiaire dans les Hauts de Seine cheers 
2011-2013: prof. contractuelle dans l'Essonne
avatar
Ronin
Guide spirituel

Re: En réaction aux "pédagogies nouvelles" : Essai de bibliographie

par Ronin le Mar 15 Jan 2013, 14:41
Ah ? moi ça ne m'étonne pas.

_________________
avatar
Marcel Khrouchtchev
Enchanteur

Re: En réaction aux "pédagogies nouvelles" : Essai de bibliographie

par Marcel Khrouchtchev le Mar 15 Jan 2013, 14:42
@Ronin a écrit:Ah ? moi ça ne m'étonne pas.

Cela ne t'étonne pas, parce que "la gauche", dans le langage commun, c'est devenu la social-démocratie libérale. Si on en revenait aux fondements de ce qu'est la gauche, une telle position serait bien plus difficile à comprendre.
avatar
Ronin
Guide spirituel

Re: En réaction aux "pédagogies nouvelles" : Essai de bibliographie

par Ronin le Mar 15 Jan 2013, 14:47
Non. Le clivage à mon avis ne se situe pas en terme de gauche/droite. Il y a des" pédagos" à gauche mais aussi à droite et des "républicains" à gauche et à droite. C'est un peu plus compliqué à ce que j'en vois même si les "pédagos" se revendiquent fièrement de gauche et progressistes. Ce qui d'ailleurs me fait me méfier des progressistes auto-proclamés.

Mais je ne vais pas épiloguer, d'autres que moi ont expliqué, écrit et décrit bien que je ne saurais le faire tout cela.

_________________
avatar
Mike92
Niveau 10

Re: En réaction aux "pédagogies nouvelles" : Essai de bibliographie

par Mike92 le Mar 15 Jan 2013, 15:27
Parce qu'on a voulu changer les méthodes — qui bon an mal an sortaient 15% d'ouvriers / petits paysans pour en faire des cadres. Résultat, on est à moins de 2% aujourd'hui, malgré tous les plans de discrimination positive du monde. Parce qu'effectivement on les a coupés de la Langue. Et ce n'est pas en réhabilitant le rap comme vecteur de poésie qu'on s'en sortira.
Bien dit, abracadabrax ! mais le niveau actuel est tel que, me semble-t-il, il faudrait quand même les aider un peu en langue et grammaire avant d'attaquer Baudelère et Rimbot..


A

_________________
Fais bon accueil aux étrangers, car toi aussi, tu seras un étranger. (Roger Ikor)
site : http://allemand-postbac.npage.de
manuels publiés : http://www.decitre.fr/auteur/141431/Michel+Luciani/
avatar
retraitée
Vénérable

Re: En réaction aux "pédagogies nouvelles" : Essai de bibliographie

par retraitée le Mar 15 Jan 2013, 15:42
Ils ne connaissent pas non plus le monde qui les environne. certains ignorent ce qu'est un moineau, sont incapables de nommer les arbres ou les plantes les plus courantes. L'autre jour encore, la caissière du supermarché s'interrogeait sur le nom des légumes que j'avais achetés, afin de trouver le code idoine.
J'ai appris "La mort du loup" au CM2, je confirme!

En 6e, au programme, Télémaque de Fénelon (sans doute édition abrégée, mais quand même!)
avatar
doctor who
Vénérable

Re: En réaction aux "pédagogies nouvelles" : Essai de bibliographie

par doctor who le Mar 15 Jan 2013, 15:44
Ben oui, la lecture des grands auteurs en primaire (je ne dis pas la littérature, hein, ce serait n'importe quoi), ce n'est pas nouveau, et ça marchait bien.

_________________
Mon blog sur Tintin (entre autres) : http://popanalyse.over-blog.com/
Blog pédagogique : http://pedagoj.eklablog.com
avatar
retraitée
Vénérable

Re: En réaction aux "pédagogies nouvelles" : Essai de bibliographie

par retraitée le Mar 15 Jan 2013, 15:46
@iphigénie a écrit:
Quant aux mots rares et précieux, toute bonne édition à destination des élèves les définit en bas de page. Le problème encore, c'est que des mots qui nous paraissent basiques ne sont pas définis alors que beaucoup d'élèves ont des lacunes terribles en vocabulaire (moi, ce n'est pas "récurrent" ou "pandémie" que j'ai à définir pour certains élèves de 6e, mais "pâquerette", "roseau" ou "nouer").
en seconde ce matin:
j'explique: in-onder:un -n-
ne comprenaient pas le mot "onde."
Ce n'est effectivement pas le vocabulaire "classique" qui les gêne, c'est le vocabulaire courant contemporain.
Autre avantage de twitter dans leur formation....

Un agneau se désaltérait/dans le courant d'une onde pure...
Appris au CE ou au CM, et bien sûr, le boulot de l'instituteur, c'était aussi d'expliquer les mots inconnus!
De là, on passait aux mots de la famille, inonder, inondation, et on expliquait pourquoi il n'y avait qu'un -N !
avatar
Iphigénie
Enchanteur

Re: En réaction aux "pédagogies nouvelles" : Essai de bibliographie

par Iphigénie le Mar 15 Jan 2013, 15:57
Je pense qu'il y a au moins deux questions à se poser:

pourquoi ont-ils si peu lu?
pourquoi ne se souviennent-ils pas de ce qu'ils ont lu.

j'ajouterai aussi, d'après mon travail avec les secondes:
pourquoi n'arrivent-ils pas à ressortir de leurs cerveaux des connaissances simples, qu'ils ont pourtant- mais qu'ils sont incapables de retrouver tous seuls.
Je miserais plus sur le côté inefficace des méthodes d'apprentissage: ils ont fait des "choses", mais ils ne les ont pas du tout "imprimées."

avatar
Paratge
Érudit

Re: En réaction aux "pédagogies nouvelles" : Essai de bibliographie

par Paratge le Mer 16 Jan 2013, 17:18
@iphigénie a écrit:j'ajouterai aussi, d'après mon travail avec les secondes:
pourquoi n'arrivent-ils pas à ressortir de leurs cerveaux des connaissances simples, qu'ils ont pourtant- mais qu'ils sont incapables de retrouver tous seuls.
Je miserais plus sur le côté inefficace des méthodes d'apprentissage: ils ont fait des "choses", mais ils ne les ont pas du tout "imprimées."

Au collège on n'exige plus rien pour passer dans la classe supérieure.
Comme disait un de mes élèves : « Mon frère, il a jamais rien fait et il a eu le bac. »
On fait de la gestion des flux et des stocks, ça permet de dire que la « démocratisation » avance. Very Happy
Les objectifs du Gosplan sont atteints et dépassés !
avatar
retraitée
Vénérable

Re: En réaction aux "pédagogies nouvelles" : Essai de bibliographie

par retraitée le Mer 16 Jan 2013, 17:22
Ils ne savent plus ce que sont l'attention , la concentration, ils sont dans le zapping permanent. Ils écoutent vaguement, de façon flottante, et donc ne retiennent rien.
Moi, quand je mets la radio en "bruit de fond", je suis incapable de me souvenir clairement de ce qui s'est dit.
avatar
Paratge
Érudit

Re: En réaction aux "pédagogies nouvelles" : Essai de bibliographie

par Paratge le Mer 16 Jan 2013, 17:39
@retraitée a écrit:Ils ne savent plus ce que sont l'attention , la concentration, ils sont dans le zapping permanent. Ils écoutent vaguement, de façon flottante, et donc ne retiennent rien.

Je constate un truc qui est en fin de compte un bon symptôme.
Depuis trois ans environ, si je dis : « Je serai absent jeudi », il reste pas mal d'élèves qui n'auront rien entendu !
Il n'y a pas si longtemps tout le monde entendait et criait même sa peine. Very Happy
Beaucoup de lycéens ne marquent rien sur leurs agendas, le jour d'un devoir ils tombent des nues. Tout de suite après c'est à celui qui dira « On peut sortir quand on a fini ? ». Comprennent pas qu'ils doivent rester ou alors seront marqués absents...

Ce qui veut dire qu'en classe, certains sont comme dans le bus, ils n'entendent rien des autres conversations, d'ailleurs ils ont la tenue du passager du bus : manteau fermé jusqu'au cou, sac même pas ouvert sur la table, ils descendent à la prochaine ! Very Happy
avatar
Schéhérazade
Niveau 10

Re: En réaction aux "pédagogies nouvelles" : Essai de bibliographie

par Schéhérazade le Mer 16 Jan 2013, 17:50
Paratge, si tu considères que ça ne dénature pas ton fil, on pourrait ajouter les références de quelques blogs à la bibliographie:
-celui de Celeborn:
http://celeblog.over-blog.com/
-celui d'Abraxas:
http://blog.causeur.fr/bonnetdane/
-celui de Pedro Cordoba:
http://pedrocordoba.blog.lemonde.fr/2012/10/28/expertise-et-controle/
Je trouve ce dernier particulièrement intéressant: il permet de ne plus se laisser intimider par les arguments d'autorité des experts de l'EN.
avatar
retraitée
Vénérable

Re: En réaction aux "pédagogies nouvelles" : Essai de bibliographie

par retraitée le Mer 16 Jan 2013, 18:04
Mais quand quelque chose les intéresse, là, ils retiennent : le nom des joueurs de foot, le score des matches, le déroulement de la partie, ou les paroles en anglais d'un tube à la mode!
avatar
Paratge
Érudit

Re: En réaction aux "pédagogies nouvelles" : Essai de bibliographie

par Paratge le Mer 16 Jan 2013, 19:00
[quote="Schéhérazade"]Paratge, si tu considères que ça ne dénature pas ton fil, on pourrait ajouter les références de quelques blogs à la bibliographie:
-celui de Celeborn:
http://celeblog.over-blog.com/
-celui d'Abraxas:
http://blog.causeur.fr/bonnetdane/
-celui de Pedro Cordoba:
http://pedrocordoba.blog.lemonde.fr/2012/10/28/expertise-et-controle/
Je trouve ce dernier particulièrement intéressant: il permet de ne plus se laisser intimider par les arguments d'autorité des exppr

No problèmo. Very Happy
avatar
Paratge
Érudit

Re: En réaction aux "pédagogies nouvelles" : Essai de bibliographie

par Paratge le Ven 18 Jan 2013, 20:54
La nouvelle école capitaliste de Christian Laval, Francis Vergne, Pierre Clément
La Découverte (10 août 2011)

Ce qui ressemble aujourd’hui à un sabotage de l’école - suppressions de classes, réduction des effectifs enseignants et appauvrissement de la condition enseignante - ne suffit pas à caractériser la mutation historique de l’école. Celle-ci ne joue plus seulement une fonction dans le capitalisme, comme l’ont montré les analyses critiques des années 1970, elle se plie de l’intérieur à la norme sociale du capitalisme. L’" employabilité " est le principe et l’objectif de la normalisation de l’école, de son organisation et de sa pédagogie. L’école devient peu à peu un système hiérarchisé d’entreprises productrices de " capital humain " au service de l’" économie de la connaissance". Elle cherche moins à transmettre une culture et des savoirs qui valent pour eux-mêmes qu’elle ne tente de fabriquer des individus aptes à s’incorporer dans la machine économique. Les effets inégalitaires de la concurrence, la mutilation culturelle introduite par la logique des " compétences " ou la prolétarisation croissante du monde enseignant révèlent la perte d’autonomie de l’école par rapport au nouveau capitalisme et aux luttes des classes sociales autour de l’enjeu scolaire. Dans ce livre de combat et de théorie, les auteurs renouvellent la sociologie critique de l’éducation en inscrivant les mutations de l’institution scolaire et universitaire dans celles du capitalisme contemporain. Ils entendent ainsi donner à tous ceux qui se sentent concernés par cette problématique éminemment politique les outils d’analyse pour construire une alternative convaincante et résolue.
Biographie de l’auteur
Christian Laval, Francis Vergne. Pierre Clément et Guy Dreux sont enseignants et chercheurs. Ils sont membres de l’lnslitut de recherches de la FSU où ils animent un séminaire public sur " Les politiques néolibérales et l’action syndicale ". Ils ont publié plusieurs ouvrages sur les questions d’éducation.

L’école n’est pas une entreprise : Le néo-libéralisme à l’assaut de l’enseignement public de Christian Laval
La Découverte (août 2004)

L’école est soumise à des pressions considérables pour qu’elle se conforme aux nouveaux commandements du néo-libéralisme. La compétition économique mondiale devient l’impératif majeur auquel toute institution doit se soumettre, et le système éducatif n’y échappe pas : dans ce nouveau modèle, il est menacé de se réduire à la formation du " capital humain " nécessaire aux entreprises.
En s’appuyant sur une enquête approfondie, Christian Laval montre comment les " recommandations " des experts de l’OCDE, de la Banque mondiale, de l’OMC et de l’Union européenne ont été appliquées par les différents gouvernements français depuis vingt ans. Elles se sont traduites par une réorganisation managériale des établissements scolaires mis en concurrence entre eux pour assurer la liberté de choix des " consommateurs d’école ", par une " professionnalisation " toujours plus poussée des études, par une décentralisation qui n’a rien à voir avec la démocratie promise. Les enseignants sont sommés de participer activement à cette métamorphose de l’école publique, qui ouvre la voie à une marchandisation générale des savoirs et des apprentissages et à un renforcement des inégalités.
Mais la réalisation intégrale de l’école néo-libérale n’a rien de fatal, affirme Christian Laval. Résistances sourdes, luttes collectives, prise de conscience des dangers de cette mutation imposée par la globalisation du capitalisme : les acteurs de l’école doivent désormais affronter un débat crucial qui engage aussi le modèle de civilisation que nous voulons. --Ce texte fait référence à une édition épuisée ou non disponible de ce titre.

avatar
Paratge
Érudit

Re: En réaction aux "pédagogies nouvelles" : Essai de bibliographie

par Paratge le Ven 18 Jan 2013, 23:38
Une sociologie d’État : L’École et ses experts en France, Franck Poupeau
Raisons d’agir (2003)

En quoi les discours tenus sur l’Ecole contribuent-ils à faire l’Ecole ? Pourquoi les gouvernements successifs ont-ils peu à peu, depuis les années 1980, instrumentalisé les chercheurs et mis les experts à leur service ? Telles sont les questions auxquelles Franck Poupeau, enseignant-chercheur en sciences sociales, entend répondre en proposant une histoire sociale de la sociologie de l’éducation. Il s’agit alors de comprendre comment les mots peuvent devenir des choses, c’est-à-dire comment les recherches, les publications spécialisées, les enquêtes, les chiffres et autres expertises produisent l’École, et changent les pratiques de tous ceux qui s’y trouvent engagés.
Au cœur de ces analyses, on verra comment la sociologie de l’éducation est devenue une « science » au service de l’État, et en particulier des demandes ministérielles. Sous couvert d’évaluation du système d’enseignement, rendu seul responsable de l’échec scolaire, l’expertise sociologique tend à n’aborder les inégalités observées à l’École que sous l’angle des facteurs jouant au niveau des établissements. La mise en œuvre d’une sociologie de l’éducation plus autonome à l’égard des demandes de l’État serait une des conditions de possibilité d’une École plus libre, moins asservie aux conceptions managériales de l’organisation scolaire, dont la pensée d’État s’est paradoxalement fait le vecteur.
avatar
retraitée
Vénérable

Re: En réaction aux "pédagogies nouvelles" : Essai de bibliographie

par retraitée le Sam 19 Jan 2013, 09:48
Il y a aussi le blog de Catherine Kintzler :
http://www.mezetulle.net
avatar
Paratge
Érudit

Re: En réaction aux "pédagogies nouvelles" : Essai de bibliographie

par Paratge le Sam 19 Jan 2013, 10:33
Un excellent site américain qui dénonce les pédagoleries yankees (et elles sont nombreuses) qui ont été tout bonnement copiées-collées par les granpédagogues français :
http://www.illinoisloop.org/
Grosse bibliographie.

Un institut qui analyse les réformes américaines :
http://www.edexcellence.net/

E. D. Hirsch, homme de gauche qui rejette la prétendue pédagogie progressiste, voir ses ouvrages, le site de son projet :
http://www.coreknowledge.org/
Mareuil
Neoprof expérimenté

Re: En réaction aux "pédagogies nouvelles" : Essai de bibliographie

par Mareuil le Jeu 24 Jan 2013, 10:13
@Paratge a écrit:Un excellent site américain qui dénonce les pédagoleries yankees (et elles sont nombreuses) qui ont été tout bonnement copiées-collées par les granpédagogues français :
http://www.illinoisloop.org/
Grosse bibliographie.

Un institut qui analyse les réformes américaines :
http://www.edexcellence.net/

E. D. Hirsch, homme de gauche qui rejette la prétendue pédagogie progressiste, voir ses ouvrages, le site de son projet :
http://www.coreknowledge.org/

Il faut signaler aussi le site de Michel Delord.
avatar
Paratge
Érudit

Re: En réaction aux "pédagogies nouvelles" : Essai de bibliographie

par Paratge le Jeu 24 Jan 2013, 10:25
@Mareuil a écrit:
Il faut signaler aussi le site de Michel Delord.

Bien sûr !
Et je recommande chaudement L'Horreur pédagogique d'un certain intervenant ! Very Happy
Mareuil
Neoprof expérimenté

Re: En réaction aux "pédagogies nouvelles" : Essai de bibliographie

par Mareuil le Jeu 24 Jan 2013, 12:11
@Paratge a écrit:
@Mareuil a écrit:
Il faut signaler aussi le site de Michel Delord.

Bien sûr !
Et je recommande chaudement L'Horreur pédagogique d'un certain intervenant ! Very Happy

Le livre est depuis longtemps épuisé, en revanche on trouve sur le Net Le Petit vocabulaire de la déroute scolaire en version numérique.
Une anecdote à propos de l'Horreur. Lorsque le livre est sorti, en 1999, en même temps qu'un dizaine d'autres sur divers aspects de la crise scolaire, le Monde de l'éduc a sorti un grand papier de Nicolas Truong à propos de cette salve éditoriale sous le titre L'HORREUR PÉDAGOGIQUE. Super ! Oui, mais dans le corps de l'article, pas un mot sur le livre ! J'ai donc appelé Nicolas Truong pour le remercier chaleureusement de nous avoir mis ainsi en vedette et j'ai eu la surprise de l'entendre se justifier de n'avoir pas pu faire davantage ; il y avait eu des discussions houleuses au sein de la rédaction à propos du livre et il s'en était tiré en titrant sur lui alors qu'il ne pouvait en dire un mot. Amusant, n'est-ce pas ?
Contenu sponsorisé

Re: En réaction aux "pédagogies nouvelles" : Essai de bibliographie

par Contenu sponsorisé
Voir le sujet précédentRevenir en hautVoir le sujet suivant
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum