Partagez
Voir le sujet précédentAller en basVoir le sujet suivant
Celeborn
Esprit sacré

Re: Grève et manifestation à Paris mardi 22 janvier pour l’abandon de la réforme des rythmes scolaires

par Celeborn le Mer 16 Jan 2013 - 20:18
Même si on ne représente pas grand chose dans le 1er degré, je signale que le SNALC approuve officiellement la journée d'action menée le 22 dans l'académie de Paris. Le communiqué sortira demain (je vous le transmettrai).
avatar
arcenciel
Monarque

Re: Grève et manifestation à Paris mardi 22 janvier pour l’abandon de la réforme des rythmes scolaires

par arcenciel le Mer 16 Jan 2013 - 20:20
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] a écrit:Même si on ne représente pas grand chose dans le 1er degré, je signale que le SNALC approuve officiellement la journée d'action menée le 22 dans l'académie de Paris. Le communiqué sortira demain (je vous le transmettrai).
Merci!
seyes
Niveau 2

Re: Grève et manifestation à Paris mardi 22 janvier pour l’abandon de la réforme des rythmes scolaires

par seyes le Jeu 17 Jan 2013 - 7:19

test


Dernière édition par seyes le Lun 28 Jan 2013 - 15:36, édité 1 fois
avatar
Rikki
Guide spirituel

Re: Grève et manifestation à Paris mardi 22 janvier pour l’abandon de la réforme des rythmes scolaires

par Rikki le Jeu 17 Jan 2013 - 7:48
Il est tout à fait vrai que l'un des éléments qui nous inquiètent le plus, et qui est le plus revenu dans les AG, est le fait que cette réforme introduit une municipalisation d'une part de notre horaire de travail.

Il est prévu, dans l'une des moutures du projet (il y en a tant que personne ne s'y retrouve, et ne me faites pas croire que c'est juste par maladresse : comment se battre contre un truc pas clair, un ventre mou ? Ils ne savent pas eux-mêmes ce qu'ils veulent faire passer, ils adapteront, finaliseront, etc au fil des mobilisations ou des non-mobilisations), que les enseignants , 30 mn par jour en fin de journée, encadrent des activités. L'adjectif est laissé à votre appréciation : culturelles ? pédagogiques ? complémentaires ? éducatives ? sympathiques, peut-être ? En tout cas, ces "activités" relèveront du temps municipal et seront organisées par les mairies. L'enseignant pourra d'ailleurs "encadrer" (chouette ! J'vais être cheffe ! C'est mon rêve !) des animateurs municipaux, puisque lui-même sera... hé oui, animateur en chef !

Pour moi, il est clair qu'on n'est plus du tout sur des choses — pourtant graves, et dont on souffre, et qui empêchent une bonne partie de la profession de se battre, car les gens sont englués dans les problèmes matériels quotidiens — comme l'érosion continue des salaires ou le jour de carence. On est dans une destruction non seulement de notre rythme de travail mais aussi de sa nature.


_________________
mon site sur l'écriture : [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
avatar
Roumégueur Ier
Érudit

Re: Grève et manifestation à Paris mardi 22 janvier pour l’abandon de la réforme des rythmes scolaires

par Roumégueur Ier le Jeu 17 Jan 2013 - 8:18
Même l'association des maires se pose de plus en plus de questions enfin pertinentes sur ce sujet :
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
avatar
Roumégueur Ier
Érudit

Re: Grève et manifestation à Paris mardi 22 janvier pour l’abandon de la réforme des rythmes scolaires

par Roumégueur Ier le Jeu 17 Jan 2013 - 8:25
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] a écrit:Comme j’aimerais que ce ne soit que cela …

Sérieusement, qui peut croire que le fait de supprimer la journée de repos du milieu de semaine pour les élèves et les enseignants peut avoir pour conséquence l’amélioration des résultats scolaires ?
Personne … et surtout pas nos éminents chronobiologistes, que l’on n’entend d’ailleurs plus s’exprimer sur ce sujet depuis un bon moment.
Même les enfants qui passent le mercredi au centre de loisirs se libèrent l’esprit en pensant à autre chose que les math et le français. Quant aux enseignants, se retrouver cinq jours d’affilé devant trente élèves, avec la tension nerveuse, les migraines, le mal de dos et les infections virales qui en découlent, je ne vous en parle même pas.
Il peut arriver qu’une personne haut-placée dans une administration ait l’innocence de se confier à son médecin, qui lui-même a l’indélicatesse de se confier à son tour à un autre patient, moins bien placé dans la même administration. Et là, on comprend tout.
Non, nos dirigeants n’ont pas perdu leur bon sens ; simplement ils obéissent… à d’autres logiques.
En réalité, la réforme des rythmes scolaires n’est que la première étape d’un plan qui vise à la territorialisation des enseignants du primaire. En clair, cela signifie que les professeurs des écoles sont destinés à moyen terme, à être recrutés, rémunérés et éventuellement révoqués par les collectivités locales, en vertu d’un certain Acte III de Décentralisation.
C’est malheureusement ce qu’il fallait entendre par « refondation de l’école », terme si vague que tout un chacun pouvait, au moment des élections, y greffer tous ses espoirs s’agissant de l’école primaire.
Alors quel rapport entre l’organisation de la semaine de classe et le statut des enseignants du primaires ? La réforme des rythmes scolaires vise uniquement à introduire la prérogative des communes dans la définition des obligations de service des professeurs des écoles, par le biais du Plan Educatif Territorial ( PET ).
Une fois le doigt coincé dans l’engrenage, cette prérogative est destinée à s’accroître progressivement, jusqu’à ce que la « logique », et des « contraintes de gestion efficace » du système éducatif imposent que les enseignants du primaire passent totalement sous la tutelle des communes. En effet, comment pourra-t-on justifier que l’on conserve un statut national à un corps qui présentera autant de disparités à travers le territoire ? Déjà il est prévu que les communes pourront demander des dérogations pour remplacer le mercredi matin par le samedi matin.
Pour être convaincu de cela, il n’y a qu’à se référer au dépliant de la Ville de Paris distribué dans les écoles en novembre 2012, intitulé « L’école à Paris, qui fait quoi ? », qui présente clairement l’école comme le « fait » de la municipalité ( vaste lieu de vie, de garderie, de loisirs, de culture, de restauration et aussi d’enseignement ) et faisant apparaître les enseignants et directeurs d’écoles littéralement en marge du système, comme des anomalies du fait qu’ils sont encore gérés par l’Etat.
Gageons qu’à terme, si tout se passe comme ils le prévoient, tout enseignant du primaire désirant légitimement exercer ses talents dans une école, devra faire acte de candidature auprès des services compétents des municipalités visées, avec CV et lettre de motivation, et aussi se montrer convaincant durant ses entretiens d’embauche.
Une pression incroyable s’exercera alors sur les heureux élus qui auront réussi à convaincre la majorité des membres d’un conseil d’administration, présidé par le Principal du collèges référant, et où siégeront des représentants de la commune, des parents d’élèves, et des diverses associations locales ( et même des entreprises) avec lesquels l’enseignant sera contraint de travailler en bonne intelligence. Surtout, il faut s’attendre à ce que les collègues qui ne plairont plus, pour des raisons diverses et variées, aux électeurs de monsieur le maire, soient priés d’aller se trouver des élèves ailleurs.
Comme vous êtes très pragmatiques, vous vous dîtes que les communes ne pourront pas financer les salaires de tous les professeurs nécessaires à l’instruction de tous leurs administrés.
Bien sûr, l’Etat subventionnera cette révolution, au début.


Puis les aides de l’Etat diminueront à mesure que les impôts locaux augmenteront.
Mais comme, de toutes façons, le compte n’y sera pas, les effectifs des classes exploseront, les conditions d’enseignement se dégraderont comme jamais. Ainsi, les parents d’élèves devront chercher des conditions descentes d’enseignement pour leurs enfants dans le secteur privé, qui se développera de plus en plus, au détriment de l’école publique.
Diantre ! C’est purement et simplement la privatisation de l’école que je suis en train de décrire. C’est impossible voyons ! L’école ne peut pas être privatisée. Pas plus que le courrier, les télécommunications, le gaz, le transport ferroviaire ; pas plus que les autoroutes, le système des retraites ou l’assurance maladie. Cela n’existe nulle part et on ne trouvera jamais d’investisseurs intéressés par ces secteurs, qui seraient prêts à faire du lobbying auprès des instances européennes afin d’obtenir cela de nos Etats et ainsi, récupérer de nouveaux marchés.

Alors quoi ? Il s’agit simplement de savoir si nous allons travailler une demie-journée de plus sans être payé d’avantage ? Comme j’aimerais que ce ne soit que cela…

En vous remerciant pour votre attention


Je fais malheureusement le même constat que vous... le fait de donner sur la question des rythmes, le dernier mot aux maires (qui pourront s' asseoir sur les desiderata des équipes enseignantes) augure de très houleuses situations
User5899
Dieu de l'Olympe

Re: Grève et manifestation à Paris mardi 22 janvier pour l’abandon de la réforme des rythmes scolaires

par User5899 le Jeu 17 Jan 2013 - 20:21
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] a écrit:Comme j’aimerais que ce ne soit que cela …

Sérieusement, qui peut croire que le fait de supprimer la journée de repos du milieu de semaine pour les élèves et les enseignants peut avoir pour conséquence l’amélioration des résultats scolaires ?
Personne … et surtout pas nos éminents chronobiologistes, que l’on n’entend d’ailleurs plus s’exprimer sur ce sujet depuis un bon moment.
Même les enfants qui passent le mercredi au centre de loisirs se libèrent l’esprit en pensant à autre chose que les math et le français. Quant aux enseignants, se retrouver cinq jours d’affilé devant trente élèves, avec la tension nerveuse, les migraines, le mal de dos et les infections virales qui en découlent, je ne vous en parle même pas.
Il peut arriver qu’une personne haut-placée dans une administration ait l’innocence de se confier à son médecin, qui lui-même a l’indélicatesse de se confier à son tour à un autre patient, moins bien placé dans la même administration. Et là, on comprend tout.
Non, nos dirigeants n’ont pas perdu leur bon sens ; simplement ils obéissent… à d’autres logiques.
En réalité, la réforme des rythmes scolaires n’est que la première étape d’un plan qui vise à la territorialisation des enseignants du primaire. En clair, cela signifie que les professeurs des écoles sont destinés à moyen terme, à être recrutés, rémunérés et éventuellement révoqués par les collectivités locales, en vertu d’un certain Acte III de Décentralisation.
C’est malheureusement ce qu’il fallait entendre par « refondation de l’école », terme si vague que tout un chacun pouvait, au moment des élections, y greffer tous ses espoirs s’agissant de l’école primaire.
Alors quel rapport entre l’organisation de la semaine de classe et le statut des enseignants du primaires ? La réforme des rythmes scolaires vise uniquement à introduire la prérogative des communes dans la définition des obligations de service des professeurs des écoles, par le biais du Plan Educatif Territorial ( PET ).
Une fois le doigt coincé dans l’engrenage, cette prérogative est destinée à s’accroître progressivement, jusqu’à ce que la « logique », et des « contraintes de gestion efficace » du système éducatif imposent que les enseignants du primaire passent totalement sous la tutelle des communes. En effet, comment pourra-t-on justifier que l’on conserve un statut national à un corps qui présentera autant de disparités à travers le territoire ? Déjà il est prévu que les communes pourront demander des dérogations pour remplacer le mercredi matin par le samedi matin.
Pour être convaincu de cela, il n’y a qu’à se référer au dépliant de la Ville de Paris distribué dans les écoles en novembre 2012, intitulé « L’école à Paris, qui fait quoi ? », qui présente clairement l’école comme le « fait » de la municipalité ( vaste lieu de vie, de garderie, de loisirs, de culture, de restauration et aussi d’enseignement ) et faisant apparaître les enseignants et directeurs d’écoles littéralement en marge du système, comme des anomalies du fait qu’ils sont encore gérés par l’Etat.
Gageons qu’à terme, si tout se passe comme ils le prévoient, tout enseignant du primaire désirant légitimement exercer ses talents dans une école, devra faire acte de candidature auprès des services compétents des municipalités visées, avec CV et lettre de motivation, et aussi se montrer convaincant durant ses entretiens d’embauche.
Une pression incroyable s’exercera alors sur les heureux élus qui auront réussi à convaincre la majorité des membres d’un conseil d’administration, présidé par le Principal du collèges référant, et où siégeront des représentants de la commune, des parents d’élèves, et des diverses associations locales ( et même des entreprises) avec lesquels l’enseignant sera contraint de travailler en bonne intelligence. Surtout, il faut s’attendre à ce que les collègues qui ne plairont plus, pour des raisons diverses et variées, aux électeurs de monsieur le maire, soient priés d’aller se trouver des élèves ailleurs.
Comme vous êtes très pragmatiques, vous vous dîtes que les communes ne pourront pas financer les salaires de tous les professeurs nécessaires à l’instruction de tous leurs administrés.
Bien sûr, l’Etat subventionnera cette révolution, au début.
Puis les aides de l’Etat diminueront à mesure que les impôts locaux augmenteront.
Mais comme, de toutes façons, le compte n’y sera pas, les effectifs des classes exploseront, les conditions d’enseignement se dégraderont comme jamais. Ainsi, les parents d’élèves devront chercher des conditions descentes d’enseignement pour leurs enfants dans le secteur privé, qui se développera de plus en plus, au détriment de l’école publique.
Diantre ! C’est purement et simplement la privatisation de l’école que je suis en train de décrire. C’est impossible voyons ! L’école ne peut pas être privatisée. Pas plus que le courrier, les télécommunications, le gaz, le transport ferroviaire ; pas plus que les autoroutes, le système des retraites ou l’assurance maladie. Cela n’existe nulle part et on ne trouvera jamais d’investisseurs intéressés par ces secteurs, qui seraient prêts à faire du lobbying auprès des instances européennes afin d’obtenir cela de nos Etats et ainsi, récupérer de nouveaux marchés.

Alors quoi ? Il s’agit simplement de savoir si nous allons travailler une demie-journée de plus sans être payé d’avantage ? Comme j’aimerais que ce ne soit que cela…

En vous remerciant pour votre attention

Bonjour à vous aussi Very Happy
avatar
Rikki
Guide spirituel

Re: Grève et manifestation à Paris mardi 22 janvier pour l’abandon de la réforme des rythmes scolaires

par Rikki le Jeu 17 Jan 2013 - 22:31
Au moins 244 écoles fermées recensées ce soir. Et probablement beaucoup plus que ça. On va avoir un mouvement vraiment massif, comme on n'en a pas vu depuis longtemps.

Ca semble tanguer un peu à la mairie de Paris, d'un seul coup !

Je viens de recevoir ça du SNUIPP :


Le Maire de Paris est loin d’être majoritaire, même dans son propre conseil municipal
publié le 17 janvier 2013


Loin de la bataille politicienne et partisane qui se joue en ce moment, le SNUipp-FSU a estimé de sa responsabilité de demander le positionnement de chaque groupe politique de la Ville de Paris sur la revendication qu’il porte dans un cadre unitaire de non application de la réforme en 2013 à Paris. Pour faire vivre un de ses principes directeurs, la transparence, et mettre l’école et ses mandats au centre du débat démocratique, le SNUipp-FSU publie les positions officielles de chaque groupe :
Groupe PS : pas de position pour le moment.
Groupe UMP : pas d’application de la réforme en 2013
Groupe Parti communiste/Parti de gauche : pas d’application de la réforme en 2013
Groupe EELV : pas de position pour le moment.
Groupe Nouveau Centre et Indépendants : aucune réponse malgré nos nombreuses relances. En revanche, le Maire adjoint aux affaires scolaires du 8ème arrondissement (UDI) a demandé à nous rencontrer et a affirmé sa position : pas d’application de la réforme en 2013.

Le SNUipp-FSU espère ne pas avoir à continuer son combat jusqu’au Conseil de Paris des 11 et 12 février pour demander un vote, mais s’y tient prêt si la Mairie de Paris continue de refuser d’entendre la colère de l’ensemble des enseignant-es parisien-nes et d’une majorité de parents d’élèves.

_________________
mon site sur l'écriture : [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
avatar
Docteur OX
Grand sage

Re: Grève et manifestation à Paris mardi 22 janvier pour l’abandon de la réforme des rythmes scolaires

par Docteur OX le Jeu 17 Jan 2013 - 22:45
Un parent d'élève pour la grève !

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

22, v'la la grève !
Attention lecteur, toi qui me suis régulièrement, tu vas être surpris.

Je soutiens l'appel à la grève des enseignants parisiens du primaire pour le 22 janvier prochain.

Si, si, je soutiens des syndicats avec lesquels je ne suis en général d'accord sur rien.

Comme quoi tout arrive !

Le communiqué de presse des syndicats SNUipp-FSU, Snudi-FO, Se-Unsa, Sud Education, CNT-Ste, CGT Educ’Action est très clair. Il appelle à une suppression de la réforme des rythmes scolaires telle qu'elle est actuellement envisagée et au report de sa mise en place à Paris.

Ça m'étonne moi-même mais je suis totalement d'accord avec leur constat :

Ce projet de réforme n’est pas acceptable. Il dégrade les conditions de travail et d’emploi de tous les personnels. Il ne comporte aucune amélioration des conditions d’apprentissage des élèves et ne garantit en rien leur réussite scolaire. Les obligations de service des enseignants doivent rester sous la seule responsabilité de l’État.

Je l'avais écrit ici dès le mois de mai : changer le rythme scolaire sans repenser l'école en profondeur est contre-productif. Or, depuis mai, rien n'a changé.

On ne sait toujours pas financer les heures de travail supplémentaires des enseignants (sauf à supprimer le suivi personnalisé). On ne sait pas non plus financer les heures rendues aux collectivités, lesquelles ne savent pas à quoi elles vont occuper les enfants jusqu'au retour des parents. On n'a toujours pas réfléchi à comment on allait mieux enseigner pour que nos enfants enfin réussissent, pour que les derniers de la classe ne soient pas largués et que les premiers ne sortent pas un livre parce qu'ils s'ennuient et qu'on ne sait pas les motiver. On n'a pas encore repensé l'année scolaire et comment elle doit se découper entre vacances et école... mais on sait déjà comment la semaine doit se découper. Ou plutôt, on ne sait pas : aux communes et aux écoles de se démerder.

Bref, c'est le flou - artistique ? - le plus total !

Si on ajoute que la commission consultative d'évaluation des normes n'a pas encore rendu un avis sur le projet de décret faute de pouvoir comprendre le financement de la réforme, on ne peut que s'étonner de l'empressement du gouvernement à vouloir mettre en oeuvre cette nouvelle organisation sans en avoir mûrement réfléchi les différents aspects.

Je ne sais si cet appel à la grève sera suivi d'effet partout mais ce que je sais, c'est que les enseignants du Poussin et de la Poussinette ont tous deux indiqué dans le cahier de correspondance qu'ils seraient absents ce jour là. De là à en déduire qu'ils feront partie des grévistes, il n'y a qu'un pas que mon objectivité de parent d'élève ne se risque pas à franchir.

S'il y a des parents parisiens dans la salle (oui, bon, si des parents me lisent, quoi...), n'hésitez pas à relayer les causes de cet appel à la grève. Ne critiquez pas les enseignants sans savoir. Faites lire le communiqué de presse. Bref, parlez.

Et là, tu vois, lecteur parent d'élève, je suis hyper contente de ne pas m'être laisser encartée dans une fédération de parents d'élèves quelconque, je garde ma liberté de parole, et ça, c'est inestimable !
archeboc
Esprit éclairé

Re: Grève et manifestation à Paris mardi 22 janvier pour l’abandon de la réforme des rythmes scolaires

par archeboc le Jeu 17 Jan 2013 - 22:54
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] a écrit:Au moins 244 écoles fermées recensées ce soir.

Je fais l'hypothèse que vous comptez pour fermées uniquement les écoles qui n'auront aucune classe ouverte.

Ma fille aura classe mardi prochain. Sa classe sera la seule ouverte dans son école.

Parmi les nombreuses rumeurs qui courent les parvis des écoles, il se dit qu'un seul arrondissement parisien serait pilote en 2013.

_________________
Pour des raisons de commodité nous utilisons dans nos analyses un classement des élèves en « bons », « moyens » et « faibles » qui n'est valable qu'à l'intérieur de chaque classe ou dans des classes de même type. En fait, les élèves que nous appelons « bons » sont plutôt des élèves moyens, les « moyens » des élèves plutôt faibles et les « faibles » des élèves en grande difficulté.
van Zanten Agnès. Le quartier ou l'école ? Déviance et sociabilité adolescente dans un collège de banlieue . In: Déviance et société. 2000 - Vol. 24 - N°4. Les désordres urbains : regards sociologiques. pp. 377-401. note 3


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
User5899
Dieu de l'Olympe

Re: Grève et manifestation à Paris mardi 22 janvier pour l’abandon de la réforme des rythmes scolaires

par User5899 le Jeu 17 Jan 2013 - 23:46
Tiens, c'est marrant : sur ce sujet, on dirait que le SNUIPP retrouve vos faveurs, aux uns et aux autres... Ma foi, si vous en êtes heureux...
avatar
Rikki
Guide spirituel

Re: Grève et manifestation à Paris mardi 22 janvier pour l’abandon de la réforme des rythmes scolaires

par Rikki le Ven 18 Jan 2013 - 18:03
Cripure a écrit:Tiens, c'est marrant : sur ce sujet, on dirait que le SNUIPP retrouve vos faveurs, aux uns et aux autres... Ma foi, si vous en êtes heureux...

Je relaye les informations que je reçois. J'en reçois de l'UNSA, de la CGT, de Sud, du SNUIPP. Je ne copie pas tout ici, j'ai copié celle-ci parce qu'elle me semblait particulièrement intéressante. Je suis personnellement syndiquée au SNALC depuis peu, mais la syndicalisation des PE étant fort récente dans cette centrale, le syndicat court un peu derrière pour l'instant. J'apprécie qu'il ait publié un communiqué soutenant notre action et qu'il envoie des représentants à notre manif.


Les actions n'ont pas été décidées par les centrales syndicales mais par les AG.

_________________
mon site sur l'écriture : [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
avatar
Rikki
Guide spirituel

Re: Grève et manifestation à Paris mardi 22 janvier pour l’abandon de la réforme des rythmes scolaires

par Rikki le Ven 18 Jan 2013 - 18:05
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] a écrit:
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] a écrit:Au moins 244 écoles fermées recensées ce soir.

Je fais l'hypothèse que vous comptez pour fermées uniquement les écoles qui n'auront aucune classe ouverte.

Ma fille aura classe mardi prochain. Sa classe sera la seule ouverte dans son école.

Parmi les nombreuses rumeurs qui courent les parvis des écoles, il se dit qu'un seul arrondissement parisien serait pilote en 2013.

Dans certaines circonscriptions, l'inspection annonce qu'un adulte ne peut pas être seul dans une école, donc ferme l'école et l'enseignant non gréviste doit se pointer à la circo. C'est du moins ce qui a été annoncé chez nous. Mais ces écoles-là ne sont pas sur la liste des écoles fermées.

_________________
mon site sur l'écriture : [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
cyrille75
Niveau 1

Re: Grève et manifestation à Paris mardi 22 janvier pour l’abandon de la réforme des rythmes scolaires

par cyrille75 le Ven 18 Jan 2013 - 19:24
Effectivement, un enseignant ne peut rester seul dans l'école avec sa classe, pour des raisons de sécurité. Renseigne-toi car ce n'est pas légal.
avatar
Yazilikaya
Neoprof expérimenté

Re: Grève et manifestation à Paris mardi 22 janvier pour l’abandon de la réforme des rythmes scolaires

par Yazilikaya le Ven 18 Jan 2013 - 19:32
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] a écrit:Effectivement, un enseignant ne peut rester seul dans l'école avec sa classe, pour des raisons de sécurité. Renseigne-toi car ce n'est pas légal.

Etonnant car il existe des écoles à 1 seule classe pourtant!
avatar
arcenciel
Monarque

Re: Grève et manifestation à Paris mardi 22 janvier pour l’abandon de la réforme des rythmes scolaires

par arcenciel le Ven 18 Jan 2013 - 20:08
Ce soir sur 393 écoles recensées 289 seront fermées.
avatar
doublecasquette
Prophète

Re: Grève et manifestation à Paris mardi 22 janvier pour l’abandon de la réforme des rythmes scolaires

par doublecasquette le Ven 18 Jan 2013 - 20:11
zazouyle a écrit:
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] a écrit:Effectivement, un enseignant ne peut rester seul dans l'école avec sa classe, pour des raisons de sécurité. Renseigne-toi car ce n'est pas légal.

Etonnant car il existe des écoles à 1 seule classe pourtant!

J'allais le dire ! En 2008/2009, il y avait en France encore 5 239 écoles à classe unique auxquelles il faut ajouter une grande partie des classes des 3727 RPI dispersés !

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

_________________
Pardon pour vous, pardon pour eux, pour le silence
Et les mots inconsidérés,
Pour les phrases venant de lèvres inconnues
Qui vous touchent de loin comme balles perdues,
Et pardon pour les fronts qui semblent oublieux.

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Papote aussi par là : [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
et là : [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

Et puis par là : [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
avatar
supersoso
Grand sage

Re: Grève et manifestation à Paris mardi 22 janvier pour l’abandon de la réforme des rythmes scolaires

par supersoso le Ven 18 Jan 2013 - 20:22
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] a écrit:
zazouyle a écrit:
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] a écrit:Effectivement, un enseignant ne peut rester seul dans l'école avec sa classe, pour des raisons de sécurité. Renseigne-toi car ce n'est pas légal.

Etonnant car il existe des écoles à 1 seule classe pourtant!

J'allais le dire ! En 2008/2009, il y avait en France encore 5 239 écoles à classe unique auxquelles il faut ajouter une grande partie des classes des 3727 RPI dispersés !

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

sauf qu'il n'accueille qe les enfants de sa classe. Quand une école de plusieurs classes fait grève sauf 1, il se retrouve dans la situation où il devrait accepter tous les autres enfants ! Ce qui n'est bien évidemment pas faisable !
avatar
Rikki
Guide spirituel

Re: Grève et manifestation à Paris mardi 22 janvier pour l’abandon de la réforme des rythmes scolaires

par Rikki le Ven 18 Jan 2013 - 20:23
Oui, mais les règles semblent ne pas être les mêmes partout.

A Paris, nous pouvons sortir avec les classes et prendre métro et bus, malgré Vigipirate (heureusement, car il dure depuis des lustres), et je viens de lire aujourd'hui qu'une enseignante de Marseille, en voyage scolaire à Paris, a interdiction de prendre les transports en commun pour cause de Vigipirate.

Apparemment, la notion de "sécurité" est floue, elle aussi, et sujette à interprétations locales !


_________________
mon site sur l'écriture : [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
avatar
PurpleBanner
Niveau 6

Re: Grève et manifestation à Paris mardi 22 janvier pour l’abandon de la réforme des rythmes scolaires

par PurpleBanner le Ven 18 Jan 2013 - 20:43
Ben je reviens un peu avec mes gros sabots sur le soutien des parents, tout en reconnaissant que ce serait très bien si nos intérêts étaient les mêmes... mais ce n'est vraisemblablement pas le cas... pour tous... Suspect

Ce Flash Infos de la Fcpe Paris est envoyé à tous les adhérents FCPE parisiens.
FCPE Flash info RYTHMES SCOLAIRES

La réforme des rythmes scolaires se prépare sur Paris, notamment avec les commissions que nous organisons jusqu’au 22 janvier puis avec les réunions publiques organisées par la ville de Paris dont la 1ère a été annoncée pour le 24 janvier.

Dans le même temps, des enseignants dans certaines écoles ont faire parvenir aux parents un courrier les invitant à participer à des réunions dont l’objectif est de nous convaincre qu’il faut refuser cette réforme.

Cette réforme est présentée par certains enseignants de façon incomplète et corporatiste . Si nous pouvons entendre les revendications légitimes des enseignants quant à leurs conditions de travail, il nous faut garder notre point de vue de parents avec l’enfant comme préoccupation principale et être vigilant sur les messages transmis.

La Fcpe (et un grand nombre des enseignants) s’est opposé à la semaine de 4 jours imposée sans concertation aucune en 2008.
Nous n’avons pas changé de position et c’est pourquoi nous souhaitons que la réforme se mette en place. Pas à tout prix, sans renier ce que sont nos autres revendications comme l’arrêt de l’aide personnalisée et le maintien des RASED. D’ailleurs la Fcpe a présenté des amendements pour chacun des articles du décret présenté par le ministère en CSE (Conseil Supérieur de l’Education) et s’est abstenue lors du vote.

Les discussions dans le cadre de l’adoption de la loi d’orientation, qui sera présentée en conseil des ministres la semaine prochaine, nous amèneront également à faire valoir nos revendications sur plusieurs points essentiels.

Pour que demain, l’école de nos enfants soit réellement transformée, il faudra des étapes. La première étape qui se présente, maintenant, doit être menée sans attendre que cette nouvelle école soit parfaite sur le papier.

Pour participer à la transformation de l’école de nos enfants, il nous faut participer aux discussions qui sont ouvertes par les différents acteurs, pour exprimer notre point de vue de parents et avancer pour la semaine de 4 jours et demi pour que nos enfants vivent des journées plus sereines et qu’ils aient de meilleures conditions d’apprentissage.

Vous pouvez télécharger un document plus précis quant aux informations qui circulent et reprennent déjà les questions qui nous ont été posées lors de nos réunions d'adhérents. Ce document n'est pas encore définitif, nous allons le compléter au fur et à mesure du recensement des questions et de nos informations.
Vous pouvez le consulter régulièrement avec le lien suivant : ici, rien bien sûr ne parle de nous, les PE

avatar
C'est pas faux
Sage

Re: Grève et manifestation à Paris mardi 22 janvier pour l’abandon de la réforme des rythmes scolaires

par C'est pas faux le Ven 18 Jan 2013 - 21:00
Chirac avait dit un jour des hypermarchés qu'il fallait les brûler au napalm.
Allez savoir pourquoi me vient cette souvenance en lisant la citation ci-dessus ...
avatar
Dinaaa
Esprit éclairé

Re: Grève et manifestation à Paris mardi 22 janvier pour l’abandon de la réforme des rythmes scolaires

par Dinaaa le Ven 18 Jan 2013 - 21:05
Le lien précédent, de la fcpe, est proprement hallucinant.
Ces gens-là n'ont jamais enseigné, jamais géré de classe, d'ailleurs il ne le feront jamais à l'avenir, mais ils prétendent avoir des réponses à tout, et balaient d'un revers de main la question des enseignants, ces partenaires secondaires de l'école.
On marche sur la tête.
Marcassin
Habitué du forum

Re: Grève et manifestation à Paris mardi 22 janvier pour l’abandon de la réforme des rythmes scolaires

par Marcassin le Ven 18 Jan 2013 - 21:21
Tous les communiqués de la FCPE depuis quelques années sont ahurissants. J'espère que des historiens les collectent précieusement.

A voir absolument à ce sujet les candidats à la présidentielle défilant devant l'assemblée de la FCPE en 2012...

_________________
"Je regarde la grammaire comme la première partie de l'art de penser." (Condillac)
"Je ne cherche pas à innover, je cherche à être efficace." (Provence)
avatar
supersoso
Grand sage

Re: Grève et manifestation à Paris mardi 22 janvier pour l’abandon de la réforme des rythmes scolaires

par supersoso le Ven 18 Jan 2013 - 21:58
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] a écrit:Oui, mais les règles semblent ne pas être les mêmes partout.

A Paris, nous pouvons sortir avec les classes et prendre métro et bus, malgré Vigipirate (heureusement, car il dure depuis des lustres), et je viens de lire aujourd'hui qu'une enseignante de Marseille, en voyage scolaire à Paris, a interdiction de prendre les transports en commun pour cause de Vigipirate.

Apparemment, la notion de "sécurité" est floue, elle aussi, et sujette à interprétations locales !


dans le val d'oise non plus nous n'avons pas le droit de prendre les transports en commun. Et nous devons avoir un lieu sécurisé pour pique-niquer (impossible de s'installer dans un parc par exemple)
User5899
Dieu de l'Olympe

Re: Grève et manifestation à Paris mardi 22 janvier pour l’abandon de la réforme des rythmes scolaires

par User5899 le Ven 18 Jan 2013 - 22:45
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] a écrit:Chirac avait dit un jour des hypermarchés qu'il fallait les brûler au napalm.
Allez savoir pourquoi me vient cette souvenance en lisant la citation ci-dessus ...
Exterminons les parents d’élèves !

Les parents, je n’ai rien contre, pourvu que ceux qui le sont ne le revendiquent pas trop bruyamment et, surtout, qu’ils n’en fassent pas profession. On peut être heureux d’être parent, il n’y a toutefois pas de quoi en être fier : toute personne équipée de couilles ou d’ovaires en état de marche peut accéder au statut de parent. Ensuite, selon la manière dont on élève l’enfant qu’on a conçu, on est ou non un bon parent.

Si je veux bien reconnaître qu’il y a de bons parents, en revanche il m’est impossible de reconnaître qu’il existe de bons parents d’élèves. En tout cas, ceux qui revendiquent le titre de parent d’élève, qui s’en gargarisent et en font un métier, ne peuvent pas être de bons parents d’élèves. Tous ceux qui se regroupent en associations pour surveiller, contrôler, critiquer, saboter le travail des enseignants au prétexte que les parents sont propriétaires – car c’est comme ça qu’ils se comportent – d’un enfant mériteraient d’être exterminés à coups de pioche. Tous les enseignants ne sont pas parfaits, loin de là, mais tous les parents d’élèves sont à c hier. Les pires étant les enseignants parents d’élèves.

De quoi se mêlent-ils, ces connards, pour décider que le prof ne doit pas donner telle lecture aux enfants ? Je précise que je n’ai jamais été prof, non plus parent d’élève, mais, comme tout le monde, élève. Les parents d’élèves ne veulent pas que leur enfant, qui leur appartient à ceux et à eux seuls, puisqu’ils l’ont payé de leur inestimable semence, apprenne à devenir un être pensant et réfléchissant par lui-même. Ils rêvent que leur progéniture devienne leur clone. Non pas avec plus de connaissances, plus d’ouverture d’esprit, plus de curiosité, de tolérance qu’eux, mais avec plus de diplômes. Une tête de con avec une belle situation. On n’a dans le meilleur (ou le pire) des cas que deux parents ; on a, au cours d’une vie scolaire, deux trois, voire quatre dizaines de professeurs qui sont autant de points de vue différents sur le monde extérieur. Certains sont complètement tarés et relèvent de la psychiatrie, d’autres sont géniaux, d’autres encore sont aussi ternes et anodins que les manuels scolaires disponibles sur le marché. Les enfants savent faire la différence entre ces catégories, qu’on arrête de les prendre pour des demeurés.

Je ne sais pas si le prof de lettres du collège Millevoye d’Abbeville est un « bon » enseignant. Ce que je sais, c’est que les parents d’élèves qui ont porté plainte contre lui parce qu’il a fait acheter à ses élèves de troisième le roman d’Agota Kristof Le Grand Cahier sont des criminels contre le savoir. Dans le bouquin (très beau et très violent) de Kristof, une scène de zoophilie et deux fellations ont amené trois policiers à embarquer le professeur de lettres au commissariat. Cinq heures d’interrogatoire et une perquisition à son domicile ont décidé les policiers à relâcher l’enseignant. Il aurait été plus rapide que les policiers se plongent dans la lecture du roman, Mais les policiers, qui manquent de moyens, n’ont qu’un cerveau pour deux. Le professeur a demandé une autre affectation. Le recteur d’académie qualifie l’enseignant de « jeune qui a agi trop vite », un jeune qui n’a fait qu’une « légère erreur d’appréciation ». La morale de l’histoire, c’est qu’il faut pendre les recteurs, inspecteurs, directeurs avec les tripes des parents d’élèves À l’école, le prof ne devrait pas avoir de chefs ; à l’école, l’élève ne devrait plus avoir de parents.

CHARB, Charlie-Hebdo (6 Décembre 2000)
avatar
C'est pas faux
Sage

Re: Grève et manifestation à Paris mardi 22 janvier pour l’abandon de la réforme des rythmes scolaires

par C'est pas faux le Sam 19 Jan 2013 - 0:09
Provocant, mais jubilatoire.
Contenu sponsorisé

Re: Grève et manifestation à Paris mardi 22 janvier pour l’abandon de la réforme des rythmes scolaires

par Contenu sponsorisé
Voir le sujet précédentRevenir en hautVoir le sujet suivant
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum