Profs : rééquilibrer les salaires.

Page 22 sur 22 Précédent  1 ... 12 ... 20, 21, 22

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Re: Profs : rééquilibrer les salaires.

Message par Edgar le Jeu 31 Jan 2013 - 10:06

@Jacq a écrit:
@mathmax a écrit:Je pense qu' Edgar a raison. Il me semble acquis que les métiers massivement féminisés sont moins rémunérés que des métiers de difficulté et de niveau équivalent massivement masculins : infirmières, instituteurs, ...

Question de point de vue.
Le métier ne se "féminise pas", il se "démasculinise".
Les hommes se barrent en raison de la perte d'attractivité du métier, et il reste les femmes.
L'idée de féminisation sous entend un mouvement des femmes vers le métier. L'idée de démasculinisation suggère plutôt le départ des hommes.

Je pense plutôt que c'est la baisse de l'attractivité du métier en raison du salaire qui entraîne le départ des hommes, que "l'arrivée des femmes" qui entraînerait la baisse du salaire.
Ou alors il faudrait dire que les femmes se battent (revendications, grèves....) pour la revalorisation de leur salaire ? et que l'employeur en profite pour ne pas l'augmenter ?

Effectivement c'est un point de vue, mais je prenais comme point de départ non pas les années récentes mais les quarante dernières années. Je pense qu'avant cette période, les femmes étaient plus majoritaires dans le primaire, et les hommes dans le secondaire, et qu'elles sont arrivées ensuite plus massivement dans le secondaire. C'est peut-être une erreur de jugement, mais c'était l'idée de départ.

Pour ce qui est des salaires, je ne vois pas vraiment de mouvement de professeurs ou de syndicats professeurs axés sur la rémunération, ou alors timidement et honteusement, sous d'autres revendications soi-disant plus honorables, comme le nombre d'élèves par classe, les programmes, et je ne sais quoi d'autre encore. On a souvent l'impression que les professeurs :

1/ ne veulent pas gagner mieux leur vie car cela sous-entendrait peut-être des problèmes supplémentaires à gérer dans le travail en échange dans leur esprit.
2/n'ont pas besoin de gagner mieux leur vie et que leur pouvoir d'achat leur convient, même dans sa très grande modestie, ou qu'ils ont quelqu'un à côté qui assure.

Je ne crois pas que les propositions 1 et 2 soient représentatives de la grande partie de la population masculine, à la fois réelle et fantasmée par la société française.

Les points 1 et 2 sont sûrement à l'origine de la stagnation de notre rémunération par absence d'un combat vital axé sur ce point depuis le départ.

On parlait des professions juridiques qui étaient aussi très féminines. J'entendais hier que 82 % des étudiants de l'ENM cette année étaient des femmes. Et les conditions de travail se dégradent de même que les salaires qui s'érodent.

La chose est peut-être moins visible pour les avocats car ce sont des professions libérales, chacun gagne ce qu'il veut ou peut, mais pour les magistrats, c'est autre chose.




Edgar
Neoprof expérimenté


Revenir en haut Aller en bas

Re: Profs : rééquilibrer les salaires.

Message par Jacq le Jeu 31 Jan 2013 - 10:45

@Edgar a écrit:

On parlait des professions juridiques qui étaient aussi très féminines. J'entendais hier que 82 % des étudiants de l'ENM cette année étaient des femmes. Et les conditions de travail se dégradent de même que les salaires qui s'érodent.
La chose est peut-être moins visible pour les avocats car ce sont des professions libérales, chacun gagne ce qu'il veut ou peut, mais pour les magistrats, c'est autre chose.

Oui, j'ai vu le même reportage (je pense) et j'ai pensé exactement la même chose.

Jacq
Sage


Revenir en haut Aller en bas

Re: Profs : rééquilibrer les salaires.

Message par oli54 le Jeu 31 Jan 2013 - 12:21

Les questions fondamentales de ce sujet me semblent être :

comment fixer le niveau de rémunération d'un emploi ?
est-ce l'efficacité à remplir leur fonction ?
est-ce le niveau auquel ils ont été recrutés ?
est-ce la difficulté du concours qui doit prévaloir ?
est-ce la moyenne européenne ?
est-ce la difficulté à recruter de nouveaux professeurs dans un domaine particulier ?
est-ce les besoins particuliers à cette personne ? (dans le meilleur des mondes communistes, un individu toucherait un salaire en fonction de ses besoins : un instit gagnant autant à Paris centre qu'un instit à Nancy a un pouvoir d'achat bien moins élevé)
est-ce l'ancienneté qui doit fixer le salaire d'un individu ? plus on débute et plus on travaille, non ? plus on est jeune et plus on a de besoins, non ? pourquoi gagner plus en restant plus longtemps dans une profession comme celle ci ?

Les professeurs sont ils recrutés par des critères qui correspondent réellement à leur fonction ? n'y a-t-il pas un académisme ? et si oui qui a intérêt à cet académisme ?

quel est la part de travail supplémentaire fournie en plus des heures passées devant les élèves ? chaque cas n'est-il pas particulier ?

est-ce que deux personnes recrutées au même niveau, avec 2 classes totalement différentes doivent toucher le même salaire ? (les primes de ZEP)

est-ce que le stress induit par une fonction et un niveau ne peut-être pris en compte ? en maternelle difficile de souffler à 30 gamins par classe... même les récréations sont intenses et non reposantes pour le prof...


oli54
Niveau 5


Revenir en haut Aller en bas

Page 22 sur 22 Précédent  1 ... 12 ... 20, 21, 22

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum