Partagez
Voir le sujet précédentAller en basVoir le sujet suivant
gelsomina31
Grand Maître

Re: Pétition des Dindons à signer ! Pour une refondation différente de l'école.

par gelsomina31 le Sam 26 Jan 2013 - 22:52
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] a écrit:

Je fais partie de ceux qui trouvent, et qui trouvaient déjà en 2008, mais aussi en 1989, qu’on diminuait trop les heures de CLASSE des élèves.

J’ai « pleuré » mes matinées du samedi quand on a commencé par m’en enlever une sur trois, puis une sur deux puis toutes !

Avant 1989, c’était le jour du « journal », où mes élèves rédigeaient leurs articles, par petits groupes inter-âges (j’avais une classe unique de 20 à 25 élèves de 6 à 11 ans), c’était aussi le jour de la « foire à l’aide », chez mes plus grands.
Chacun de mes « grands » (CE2, CM1, CM2) repassait son « cahier de classe » et s’inscrivait pour une demande d’aide pour un exercice mal compris et, dans la deuxième colonne, pour une proposition d’aide à un camarade sur une notion qu’il maîtrisait bien.
Pendant ce temps-là, mes « petitous » (CP, CE1) écrivaient avec moi une « histoire » que nous joignions ensuite au journal…
C’était le bon temps !

D’autres années, lorsque j’exerçais en maternelle, avec le collègue qui avait l’élémentaire, l’ATSEM et un ou deux parents (eh oui, souvent les parents ne travaillent pas le samedi et peuvent donner du temps à l’école), nous avions organisé des ateliers de bricolage réunissant les élèves de la Petite Section (enfants de deux à quatre ans) au CM2 ! Du tricot à la construction de la cabane (démolie depuis, à cause des normes) en passant par la couture, le jardinage, le modelage, que sais-je encore, c’était extraordinaire.

Et après la récréation, traditionnellement, c’était le « conseil » (de coopérative, bien sûr). Toute l’école, trois classes réunies dans la salle polyvalente pour échanger, commenter, programmer, raconter… La démocratie en action, quoi, pourrais-je dire modestement !

Puis, ils en ont supprimé un sur trois. C’était encore faisable, mais c’était boiteux…
À un sur deux, ça a réduit encore l’éventail des possibilités. Un journal qui récapitule une fois la semaine passée, puis une autre fois la quinzaine échue, c’est illisible pour des enfants. Un conseil qui n’a pas lieu toutes les semaines, pareil !
Quant à laisser traîner un truc pendant deux semaines de vacances plus une semaine sans samedi, c’est bien trop interminable pour que ça intéresse encore, même la maîtresse d’ailleurs.

Enfin, on nous l’a carrément enlevé, notre samedi.
Nous n’avons plus vu le « deuxième parent », celui qui n’a pas la garde et vient maintenant récupérer son enfant chez son ex, le vendredi soir tard, après sa journée de travail et son trajet.
Nous avons tout organisé nous-mêmes parce que nous n’avons plus de temps de reste, plus de conseil, plus de journal, plus de projets intercycles.

Et le reste de la semaine, nous courons, nous courons, nous courons !
Et ceux qui en souffrent, ce ne sont pas ceux qui, à la maison, peuvent trouver de l’aide quand ils patinent un peu. Ce ne sont pas non plus ceux qui sont à l’aise et ne souffrent de ces 24 heures chrono, deux fois plus vite qu’à La Redoute, que parce que l’école n’a plus le temps, sans sacrifier les fondamentaux, de leur offrir le superflu, les ateliers de bricolage ou de création poétique, le conseil de coopé ou l’atelier d’aide mutuelle.

Alors oui, si on me rend mes 27 heures de classe (en me supprimant en contre-partie les heures institutionnelles dont on m’a gratifiée en m’enlevant la totalité des élèves 108 heures par an en plus des 36 heures perdues en 1989), je considérerai que je peux faire l’effort, même si je trouve dommage que certains de mes élèves n’aient jamais pu me présenter leur père ou leur mère, de revenir le mercredi matin.

Mais si, en échange de 45 minutes de moins par jour en classe, pendant lesquelles mes élèves seront « gardiennés » avec tous leurs camarades dans la cour de l’école par un personnel municipal sans doute dévoué mais bien dépourvu, je dois étaler sur 4,5 jours les malheureuses 24 heures (et même peut-être 23), franchement, non, je n’en vois pas l’intérêt.

Je précise que je travaille dans une petite commune de moins de 500 habitants qui n’embauchera personne et continuera à faire garder les élèves par le personnel existant (une personne le matin, deux pendant l’interclasse de midi, une personne le soir, pour environ 60 enfants de 2 à 11 ans inscrits) tout simplement parce qu’elle n’aura pas d’autre solution.

J’aurais encore des milliards de choses à dire, la sieste des petits de maternelle (couchés à 14 heures 15 ?), les après-midi raccourcis qui ne permettront plus les sorties cinéma ou théâtre (1 h 30 de spectacle et deux fois 45 minutes de trajet, c’est trop), le temps où l’on se pose et où, tranquillement, à travers des activités différentes, la maîtresse aide au transfert des connaissances, les enfants lents que l’on presse sans arrêt, du cartable qu’on vide à la date qu’on écrit, du blouson qu’on enfile aux vers du poème à apprendre, …, tous ces petits riens qui faisaient que la classe, celle où l’on vivait 27 heures par semaine, était une deuxième maison et l’enseignant un référent à part entière.

Nos petits, on va nous les trimballer d’une personne à l’autre et certains d’entre eux, ceux qui arrivent à l’ouverture du périscolaire et repartent à sa fermeture, dans leur journée de dix heures, auront passé plus de temps « gardés » qu’éduqués et instruits !
Encore une fois, j’ai mal à mon école et comme d’habitude, cela m’occasionne des douleurs dans l’aile gauche !

Catherine Huby

j'aurai tant aimé connaitre cette période en tant qu'enseignante... etoilecoeur
avatar
gelsomina31
Grand Maître

Re: Pétition des Dindons à signer ! Pour une refondation différente de l'école.

par gelsomina31 le Sam 26 Jan 2013 - 22:56
Dans l'école où j'ai fait un remplacement vendredi, il y a un DUMiste. Cela faisait bien 4 ans que je n'en avais pas vu un d'aussi près... Very Happy
Bref, honnêtement, cela fait du bien d'avoir de temps en temps un "expert" pour prendre en charge certains enseignements qui nécessite un minimum d'expertise. Et puis, en 40 mn d'activités musicales, le bonhomme m'a plus appris à propos de la gestion du groupe et de la voix que le MEN en 8 ans (Stage PE2 et enseignement comme titulaire) de carrière.
Alors les intervenants extérieurs tous le sjours, surement pas mais une fois par semaine en musique et en sport (dans le cadre d'un projet où je pourrais aussi m'impliquer), je suis plus que preneuse.


Dernière édition par gelsomina31 le Sam 26 Jan 2013 - 22:58, édité 2 fois

_________________
Fear buildswalls.Hope builds bridges !
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
« De chacun selon ses forces, à chacun selon ses besoins. »
avatar
Héliandre
Expert spécialisé

Re: Pétition des Dindons à signer ! Pour une refondation différente de l'école.

par Héliandre le Sam 26 Jan 2013 - 22:57
Moi ça me donne envie de pleurer, ce texte... Très émouvant, DC, merci pour ce partage, amer et nostalgique.
avatar
maikreeeesse
Fidèle du forum

Re: Pétition des Dindons à signer ! Pour une refondation différente de l'école.

par maikreeeesse le Dim 27 Jan 2013 - 9:53
Merci DC. C'est si juste. Tu parviens vraiment à exposer clairement ce que je pense de façon trop confuse.
Je crois que nous avons toujours fait plus ou moins le grand écart entre les injonctions des inspecteurs, des parents et ce qui nous paraissait juste dans les classes. Nous étions encore maîtres à bord et faisions pour le mieux. Maintenant je regarde le désastre et je sais que je n'y arriverait plus. Cela devient titanesque. Je crois que je vais voir le gâchis de l'extérieur maintenant, hors EN, sauver égoïstement mes jeunes enfants. ( J'aimerais avoir encore l'espoir de me dire que dans deux ou trois ans, les personnes vont se réveiller, constater les dégâts mais au fond de moi je n'y crois plus)
Désolée pour ce message plein d'optimisme et d'élan qui va mettre du peps à votre dimanche au réveil.
seyes
Niveau 2

La grève, ce n'est pas faire de la communication. Le principe de la grève a été dévoyé.

par seyes le Dim 3 Fév 2013 - 15:36
Bonjour à tous,
voici quelques remarques intéressantes que j'ai trouvées sur le site des dindons :

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]


Nous ne devons compter que sur sur nous-mêmes.
La manifestation parents-enseignants de Paris est un échec.
A part une toute petite minorité que je félicite pour sa clairevoyance et son engagement, les parents s’en foutent royalement. Du moment que les enfants sont gardés jusqu’à 16h30 au moins, comme avant, tout le reste (scolaire, péri-scolaire, pause méridienne, animation avec qui, avec quoi … ) leur importe peu.
Il faut donc se préparer à ce que la grève du 12/2 soit reconduite jusqu’à l’annonce officielle du retrait de la loi de refondation et du décret sur les rythmes scolaires.
C’est la seule façon de lutter pour que nos conditions de travail ne se dégradent pas d’avantage, et surtout pour garder notre statut de fonctionnaires d’Etat.
C’est le seul moyen d’être pris au sérieux par nos dirigeants et par la population.

Il ne faut pas espérer obtenir le soutien de la majorité des parents. Quoi que l’on fasse, nous ne l’aurons jamais, car dans ce pays, nous sommes considérés comme des privilégiés et des fainéants ( vacances, horaires, sécurité de l’emloi … ), c’est comme ça. Alors quitte à être mal aimés, autant ne pas se faire avoir par nos dirigeants, quelle que soit leur couleur politique ; autant ne pas se laisser faire.
Avoir le soutien des parents serait une très bonne chose, mais en aucun cas nous ne devons en faire une condition nécessaire à notre lutte.

Tout ce qu’il faut viser, c’est que l’exaspération des parents se tourne vers le gouvernement à cause de la fermeture prolongée des écoles.
C’est la seule solution. Faire grève une seule journée revient à jeter quelques billets de 20 euros dans les toilettes.

Il faut se réveiller. Il faut retrouver le sens originel de la grève.

La grève, ce n’est pas la communication.
La grève n’est pas un outil pour faire passer un message à nos dirigeants. Leur dire que l’on n’est pas d’accord, c’est mignon, mais ils le savent déjà et ils s’en foutent comme de leur premier mandat électoral. Ils se disent que le lendemain,tous ces agités retourneront sagement au travail et qu’ils pourront mettre en œuvre leurs projets.
La grève, c’est un moyen de pression.
La grève dans l’industrie, c’est bloquer l’outil de travail, arrêter la production jusqu’à ce que le patron cède. Est-ce qu’ils se demandent s’ils ont besoin du soutien moral des clients ?
La grève dans les transports, c’est bloquer les trains ou le métro, jusqu’à l’obtention des revendications. Est-ce qu’ils se demandent s’ils ont le soutien moral des usagés ?
La grève dans les services, c’est ne plus rendre le service que l’on attend de nous.
Le service d’enseignement bien sûr, mais aussi l’autre service, celui qui permet de faire pression le plus efficacement, celui de garde des enfants de 8h30 à 16h30. Il faut voir les choses en face. Pourquoi le gouvernement précédent a-t-il mis en place le Service Minimum d’Accueil ( SMA ), si ce n’est pour empêcher toute grève d’avoir la moindre efficacité ?

Depuis des décennies, toutes nos grèves d’une seule journée n’ont servi que de soupape à nos mécontentements, et à justifier l’existence de nos syndicats.
Nous avons besoin des syndicats car ils ont un vrai savoir-faire dans la négociation.
Mais ne nous y trompons pas, ils ne feront pas tout le travail seuls, et il sera même nécessaire qu’ils soient poussés par la base pour qu’ils fassent leur travail ( voir définition de SNUipp )

Alors je vous en conjure, collègues des villes et collègues des champs, collègues des quartiers difficiles et des quartier huppés, si nous tenons à la survie de l’école publique nationale, de l’école de la République, oublions nos divisions futiles (mercredi matin, samedi matin, journée raccourcie, vacances raccourcies, primes … ) qui font notre faiblesse ( faiblesse largement exploitée par nos adversaires ) et unissons-nous pour une vraie grève sur un seul mot d’ordre : NON à la loi de refondation de l’école, NON aux nouveaux rythmes scolaires !

( et à ceux qui tentent encore de nous faire culpabiliser avec des arguments qui tuent comme : « si vous refusez tout en bloc, c’est que vous êtes pour le statu quo ! »,
ou encore : « si vous refusez toute réforme des rythmes scolaires, c’est que voulez conserver la semaine Darcos ! » , répondons que nous sommes pour les changements qui vont dans le bon sens, que nous voulons être consultés pour ces changements, mais que ça ne pourra se faire qu’une fois les menaces sur notre métier, sur notre statut ( définitivement) écartées !

Posté par Alexandre, il y a 20 heures | [Recommander] Recommander | Répondre




100 % d’accord avec Alexandre ! Il faut se lancer dans une grève reconductible.
Il vaut mieux perdre quelques jours de salaire que de perdre son travail !
Quand le métier d’enseignant du primaire sera totalement territorialisé, quand il faudra envoyer son CV aux communes et passer des entretiens d’embauche ( pour quel type de contrat ? ) , vous pouvez être certains que tout le monde ne sera pas repris !
Déjà ceux qui seront jugés trop usés après plus de 30 ans de carrière, c’est même pas la peine de se présenter.

Ceux dont la présentation physique risque de ne pas plaire au recruteur municipal : coupe de cheveux, tatouages, percing , jean’s, T shirt, toute tenue jugée trop décontractée, … vous pouvez aussi rester chez vous !

Et puis attention aussi aux dossier professionnels archivés dans les Inspections Académiques ! Ils seront forcément transmis à la demande des communes. Ils contiennent la liste des arrêts maladie et de toutes les autres absences depuis le début de la carrière, ainsi que toutes les petites lettres empoisonnées des parents et des directeurs, dnt vous ne soupçonnez même pas l’existence ( je le sais parfaitement car j’ai déjà consulté le mien )
Allez donc convaincre un recruteur municipal de vous engager lors d’un entretien alors qu’il parcourera votre dossier bien en évidence sur son bureau !

C’est maintenant qu’il faut se battre ! Après il sera trop tard ! il ne vous restera que vos yeux pour pleurer .

À lire aussi : [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]


Posté par Greg, il y a 3 heures | [Recommander] Recommander | Répondre


avatar
C'est pas faux
Sage

Re: Pétition des Dindons à signer ! Pour une refondation différente de l'école.

par C'est pas faux le Dim 3 Fév 2013 - 15:47
+ 1, même si les finances personnelles sont à marée basse. Mes enfants adorent les pâtes, ça tombe bien.
profecoles
Habitué du forum

Re: Pétition des Dindons à signer ! Pour une refondation différente de l'école.

par profecoles le Dim 3 Fév 2013 - 16:01
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] a écrit:+ 1, même si les finances personnelles sont à marée basse. Mes enfants adorent les pâtes, ça tombe bien.
+1 pour moi (Hic : mes enfants n'aiment pas les pâtes ...)
avatar
micaschiste
Vénérable

Re: Pétition des Dindons à signer ! Pour une refondation différente de l'école.

par micaschiste le Dim 3 Fév 2013 - 16:13
DC, ton texte reflète parfaitement :
- l'école que j'ai connue en tant qu'élève, l'école du samedi, cette demie-journée pas comme les autres, jour de la rédaction, où nos parents venaient nous chercher à midi, où la maîtresse nous souhaitait un bon week-end avec un petit bonbon...

- l'école que j'aimerais que mes filles connaissent. Mon aînée l'a connue en GS seulement, avec la version un samedi qui sautait de temps en temps.

_________________
"Il ne sert à rien à l'homme de gagner la Lune s'il vient à perdre la Terre". François Mauriac
"Pick a star in the dark horizon and follow the light "
Voir le sujet précédentRevenir en hautVoir le sujet suivant
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum