Enseignants : le défi du recrutement est loin d'être gagné

Page 3 sur 3 Précédent  1, 2, 3

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Re: Enseignants : le défi du recrutement est loin d'être gagné

Message par InvitéeSS le Sam 26 Jan 2013 - 7:50

@Moonchild a écrit:Il est quand même surprenant que quelqu'un comme Vincent Peillon, qui est censé être l'éminence grise du PS en matière d'éducation, n'ait pas été capable de mesurer la profondeur de cette crise du recrutement et d'anticiper l'échec ô combien prévisible au devant duquel il courait. Rolling Eyes

Sauf si le calcul est de ne plus faire de nous des fonctionnaires. La crise du recrutement peut permettre de justifier qu'on prenne massivement des contractuels, voire qu'on instaure un nouveau statut (et après l'étape des PE, c'est la redéfinition du métier d'enseignant qui sera "discutée", donc pourquoi pas la question du fonctionnaire, surtout avec les médias dans les poches et la population plutôt en notre défaveur à cause de "nos privilèges"). Comme dans les entreprises comme la poste ou edf, on se retrouvera pendant un certain moment avec un double statut, tout en incitant fortement à passer au nouveau pour les fonctionnaires existants : ceux proches de la retraite tiendront. Les autres continueront avec le gel du point d'indice et tôt ou tard finiront par signer pour être revalorisé. Et d'autres jetteront l'éponge (j'en suis proche et j'y réfléchis : je ne me vois pas continuer très longtemps mon job de PE avec les dégradations qu'on a déjà connu et celles à venir...).

En tout cas, je ne pense pas que Peillon soit en train de se planter : il est justement en train de réussir là où la droite n'aurait pas réussi (et n'oublions pas qu'en plus, en ne recrutant pas suffisamment mais en ayant un certain nombres de postes ouverts au concours, on justifie de continuer à diminuer les postes des fonctionnaires des autres ministères : c'est vraiment tout bénef pour eux !).

J'espère juste être en phase paranoïaque... Evil or Very Mad


InvitéeSS
Grand sage


Revenir en haut Aller en bas

Re: Enseignants : le défi du recrutement est loin d'être gagné

Message par Ronin le Sam 26 Jan 2013 - 11:29

Non non je crains que tu ne sois dans le vrai. Et le PS aura réussit là où l'UMP aura échoué : privatiser l'enseignement. Bravo.

_________________

Ronin
Guide spirituel


Revenir en haut Aller en bas

Re: Enseignants : le défi du recrutement est loin d'être gagné

Message par philann le Sam 26 Jan 2013 - 11:34

supersoso a écrit:

En tout cas, je ne pense pas que Peillon soit en train de se planter : il est justement en train de réussir là où la droite n'aurait pas réussi (et n'oublions pas qu'en plus, en ne recrutant pas suffisamment mais en ayant un certain nombres de postes ouverts au concours, on justifie de continuer à diminuer les postes des fonctionnaires des autres ministères : c'est vraiment tout bénef pour eux !).

J'espère juste être en phase paranoïaque... Evil or Very Mad


et de recruter plein de contractuels....

philann
Doyen


Revenir en haut Aller en bas

Re: Enseignants : le défi du recrutement est loin d'être gagné

Message par Lefteris le Sam 26 Jan 2013 - 11:37

@Ronin a écrit:Non non je crains que tu ne sois dans le vrai. Et le PS aura réussit là où l'UMP aura échoué : privatiser l'enseignement. Bravo.
Les idéologies globales sont les mêmes à la base, donc à l'arrivée, ça devrait se ressembler : faire faire de la présence et des réunions, mettre en phase avec le "monde du travail" , ne pas augmenter les traitements, culte du numérique, régionalisation ,etc.
La seule différence, c'est la violence dans la manière de faire. Le marchand de shampoing et zézette, la brutalité des "réformes" et le montage de l’opinion contre les enseignants, Peillon , le discours faussement consensuel...

_________________
Δεν ελπίζω τίποτα, δεν φοβάμαι τίποτα, είμαι λεύθερος ("je n'espère rien, je ne crains rien, je suis libre") (Ν. Kazantzakis)

Lefteris
Guide spirituel


Revenir en haut Aller en bas

Re: Enseignants : le défi du recrutement est loin d'être gagné

Message par Patissot le Sam 26 Jan 2013 - 11:38

Oui enfin les contractuels il faudra encore les trouver. (Dans notre établissement une collègue est en arrêt pour plus de deux mois, et le rectorat nous a dit qu'elle ne sera pas remplacé, qu'on est 5e sur liste d'attente...)

_________________
« Déjà, certaines portions de ma vie ressemblent aux salles dégarnies d'un palais trop vaste, qu'un propriétaire appauvri renonce à occuper tout entier. »

Patissot
Vénérable


Revenir en haut Aller en bas

Re: Enseignants : le défi du recrutement est loin d'être gagné

Message par Lefteris le Sam 26 Jan 2013 - 11:41

@philann a écrit:
et de recruter plein de contractuels....
C'est pas gagné non plus, parce que la dégradation du métier fait que les étudiants esquivent les filières qui font échouer dans l'EN , donc pas plus de contractuels que de titulaires. Il faut alors compter sur les chômeurs venant d'autres professions, acculés à devenir enseignants ou obligés de se reclasser (ex France télécom par exemple) comme le cite un intervenant sur un fil. Admettons dans la matières techniques et scientifiques, mais dans d'autres domaines , ça va être difficile.
Edit : Patissot a intercalé un message dans le même sens

_________________
Δεν ελπίζω τίποτα, δεν φοβάμαι τίποτα, είμαι λεύθερος ("je n'espère rien, je ne crains rien, je suis libre") (Ν. Kazantzakis)

Lefteris
Guide spirituel


Revenir en haut Aller en bas

Re: Enseignants : le défi du recrutement est loin d'être gagné

Message par choco le Sam 26 Jan 2013 - 12:35

Désolée, je n'ai pas tout lu, mais je suis d'accord avec Ruthven : comment recruter quand on a tout fait pour faire disparaitre des filières notamment celle de LC ? On nous l'avait dit quand j'étais étudiante : on coûtait trop cher !!
Et si ça ne suffisait pas, j'ai eu le sentiment pendant que j'étais stagiaire qu'une chasse aux sorcières avait été mise en place. De ma promo, il n'y en a qu'une seule qui n'a pas été renouvelée et encore elle s'est fait quand même beaucoup cassée... heu

choco
Niveau 6


Revenir en haut Aller en bas

Re: Enseignants : le défi du recrutement est loin d'être gagné

Message par Dame Tartine le Sam 26 Jan 2013 - 15:03

supersoso a écrit:
@Moonchild a écrit:Il est quand même surprenant que quelqu'un comme Vincent Peillon, qui est censé être l'éminence grise du PS en matière d'éducation, n'ait pas été capable de mesurer la profondeur de cette crise du recrutement et d'anticiper l'échec ô combien prévisible au devant duquel il courait. Rolling Eyes

Sauf si le calcul est de ne plus faire de nous des fonctionnaires. La crise du recrutement peut permettre de justifier qu'on prenne massivement des contractuels, voire qu'on instaure un nouveau statut (et après l'étape des PE, c'est la redéfinition du métier d'enseignant qui sera "discutée", donc pourquoi pas la question du fonctionnaire, surtout avec les médias dans les poches et la population plutôt en notre défaveur à cause de "nos privilèges"). Comme dans les entreprises comme la poste ou edf, on se retrouvera pendant un certain moment avec un double statut, tout en incitant fortement à passer au nouveau pour les fonctionnaires existants : ceux proches de la retraite tiendront. Les autres continueront avec le gel du point d'indice et tôt ou tard finiront par signer pour être revalorisé. Et d'autres jetteront l'éponge (j'en suis proche et j'y réfléchis : je ne me vois pas continuer très longtemps mon job de PE avec les dégradations qu'on a déjà connu et celles à venir...).

En tout cas, je ne pense pas que Peillon soit en train de se planter : il est justement en train de réussir là où la droite n'aurait pas réussi (et n'oublions pas qu'en plus, en ne recrutant pas suffisamment mais en ayant un certain nombres de postes ouverts au concours, on justifie de continuer à diminuer les postes des fonctionnaires des autres ministères : c'est vraiment tout bénef pour eux !).

J'espère juste être en phase paranoïaque... Evil or Very Mad

C'est ce qui est en train de se produire avec le "pré-recrutement" des admissibles à la session de juin à qui on offrira des postes sous statut de contractuels (tiers temps payé mi-temps). S'ils échouent aux épreuves d'admission, ils seront condamnés à rester contractuels jusqu'à l'obtention du concours. Ils seront formatés par les masters enseignement et ne pourront rien faire d'autre. Pendant ce temps là on refuse de mettre plus de place à l'interne et on condamne les anciens contractuels au chômage (la rentrée 2012 a été terrible, celle de 2013 le sera davantage) au lieu de leur laisser des chances d'être titularisés. C'est absurde mais parfaitement pensé sauf que dans les matières en tension (LM par exemple) le système arrive au bout de ses limites et qu'il n'y a même plus assez de contractuels. Vivement que tout cela pète à la g***** des énarques inamovibles qui nous gouvernent.

Dame Tartine
Niveau 10


Revenir en haut Aller en bas

Re: Enseignants : le défi du recrutement est loin d'être gagné

Message par Celadon le Sam 26 Jan 2013 - 16:32


Celadon
Oracle


Revenir en haut Aller en bas

Re: Enseignants : le défi du recrutement est loin d'être gagné

Message par Iphigénie le Sam 26 Jan 2013 - 16:46

c'est logique:
des enseignants pauvres, recrutés chez les pauvres (ils tiqueront moins sur les salaires) et envoyés chez les pauvres.
`D'ailleurs, je vous le dis:
professeur Heureux les pauvres d'esprit!
La boucle est bouclée.

Iphigénie
Esprit sacré


Revenir en haut Aller en bas

Re: Enseignants : le défi du recrutement est loin d'être gagné

Message par Patissot le Sam 26 Jan 2013 - 16:49

Lool

Patissot
Vénérable


Revenir en haut Aller en bas

Re: Enseignants : le défi du recrutement est loin d'être gagné

Message par philann le Sam 26 Jan 2013 - 16:51

@iphigénie a écrit:
professeur Heureux les pauvres d'esprit!

D'ailleurs on s'assure qu'ils le restent bien!!

philann
Doyen


Revenir en haut Aller en bas

Re: Enseignants : le défi du recrutement est loin d'être gagné

Message par philann le Sam 26 Jan 2013 - 16:56

Et Jean-Michel Wavelet de conclure dans son livre « Libérons l’avenir de l’Ecole » : « Recruter les enseignants très précocement parmi les couches sociales les plus diversifiées est devenue une absolue nécessité. La piste des ‘’emplois d’avenir professeur’’ est pour le moins judicieuse. Mais le mode de recrutement doit pouvoir garantir cette richesse en introduisant des épreuves au concours qui privilégient les compétences sociales, le sens de l’intérêt général et de la solidarité.



Spoiler:
je le répète ce forum manque cruellement d'armes de démolition massive et autres outils de torture

_________________
2014-2015: poste fixe dans les Hauts de Seine Very Happy Very Happy Very Happy
2013-2014: certifiée stagiaire dans les Hauts de Seine cheers 
2011-2013: prof. contractuelle dans l'Essonne

philann
Doyen


Revenir en haut Aller en bas

Re: Enseignants : le défi du recrutement est loin d'être gagné

Message par floflolhispano le Sam 26 Jan 2013 - 16:57


Je ne sais pas si je suis une exception (je ne le pense pas), mais je suis issue d'une famille d'ouvriers. Mon père a travaillé toute sa vie dans une usine, ma mère a arrêté l'école à 16 ans, mes grands- parents maternels avaient 15 enfants et ont vécu longtemps dans des espèces de baraquements, bref socialement j'ai pas commencé en haut de l'échelle. Bon je vais pas raconter ma vie. Tout ça pour dire, que malgré tous ça, j'ai un Master 2 recherche avec mention et même un Master recherche. Grâce à la bourse sur critères sociaux et après avoir travaillé dans une usine l'été pour payer mes études, je suis prof. Donc non, les profs ne sont pas tous issus de milieux bourgeois. Et pas besoin d'avoir des parents bourgeois pour réussir, juste avoir des parents qui font des enfants en aillant le souci de leur réussite scolaire et professionnelle.

Pour conclure cet article me sort par les trous de nez

floflolhispano
Niveau 5


Revenir en haut Aller en bas

Re: Enseignants : le défi du recrutement est loin d'être gagné

Message par floflolhispano le Sam 26 Jan 2013 - 16:59

@floflolhispano a écrit:

Je ne sais pas si je suis une exception (je ne le pense pas), mais je suis issue d'une famille d'ouvriers. Mon père a travaillé toute sa vie dans une usine, ma mère a arrêté l'école à 16 ans, mes grands- parents maternels avaient 15 enfants et ont vécu longtemps dans des espèces de baraquements, bref socialement j'ai pas commencé en haut de l'échelle. Bon je vais pas raconter ma vie. Tout ça pour dire, que malgré tous ça, j'ai un Master 2 recherche avec mention et même un Master professionnel métier de l'enseignement (bon celui-là...j'en suis moins fière). Grâce à la bourse sur critères sociaux et après avoir travaillé dans une usine l'été pour payer mes études, je suis prof. Donc non, les profs ne sont pas tous issus de milieux bourgeois. Et pas besoin d'avoir des parents bourgeois pour réussir, juste avoir des parents qui font des enfants en aillant le souci de leur réussite scolaire et professionnelle.

Pour conclure cet article me sort par les trous de nez

floflolhispano
Niveau 5


Revenir en haut Aller en bas

Re: Enseignants : le défi du recrutement est loin d'être gagné

Message par Celadon le Sam 26 Jan 2013 - 17:01

Voilà, Floflo. Exactement.

Celadon
Oracle


Revenir en haut Aller en bas

Re: Enseignants : le défi du recrutement est loin d'être gagné

Message par Infiniment le Sam 26 Jan 2013 - 17:07

Je partage tout à fait ton point de vue, floflolhispano. Fils d'ouvriers, petit-fils d'ouvriers et de paysans, j'ai pu étudier grâce aux bourses sur critères sociaux et à mes emplois divers (et d'été...). Je n'oublierai jamais les larmes de ma grand-mère, le jour où j'ai été reçu au CAPES. "Tu as réussi mon petit, tu as réussi..." Il fut un temps, pas si lointain, où l'École de la République offrait à ses enfants des possibilités réelles. Et l'on n'avait pas besoin d'emplois d'avenir... Cet article est détestable.

_________________
Ah ! la belle chose, que de savoir quelque chose !

Infiniment
Habitué du forum


Revenir en haut Aller en bas

Re: Enseignants : le défi du recrutement est loin d'être gagné

Message par Invité le Sam 26 Jan 2013 - 17:10

@philann a écrit:
Et Jean-Michel Wavelet de conclure dans son livre « Libérons l’avenir de l’Ecole » : « Recruter les enseignants très précocement parmi les couches sociales les plus diversifiées est devenue une absolue nécessité. La piste des ‘’emplois d’avenir professeur’’ est pour le moins judicieuse. Mais le mode de recrutement doit pouvoir garantir cette richesse en introduisant des épreuves au concours qui privilégient les compétences sociales, le sens de l’intérêt général et de la solidarité.



Spoiler:
je le répète ce forum manque cruellement d'armes de démolition massive et autres outils de torture
Cool, revoilà l'épreuve de l'enseignant à l'éthique sociale prononcée, ou un truc du genre.
Les épreuves du concours devraient être pratiques. Une serait de ce genre là: "le candidat sera placé face à un dilemme: sauver sa mère ou trois élèves menacés de se faire écraser. Le candidat choisissant sa mère sera éliminé, car il aura démontré son manque de dévouement".

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Enseignants : le défi du recrutement est loin d'être gagné

Message par Infiniment le Sam 26 Jan 2013 - 17:15

Quant au sort des lettres classiques, c'est un euphémisme de dire qu'il me chagrine. On laisse mourir un pan essentiel de notre culture, en silence. Et ce qui me désole encore plus, c'est que nous ne serons pas les derniers. D'autres mourront après nous. À croire que la visée de nos dirigeants est de former — ou, plutôt, de ne pas former — des générations qui ne feront preuve d'aucune curiosité, d'aucun esprit critique, et se contenteront des programmes de TF1 en guise de culture. Les moutons sont plus faciles à gouverner.

Et le combat cessa, faute de combattants...

_________________
Ah ! la belle chose, que de savoir quelque chose !

Infiniment
Habitué du forum


Revenir en haut Aller en bas

Re: Enseignants : le défi du recrutement est loin d'être gagné

Message par Patissot le Sam 26 Jan 2013 - 17:22

Gouverner n'a plus de sens lorsqu'il s'agit de populations barbares. Razz

_________________
« Déjà, certaines portions de ma vie ressemblent aux salles dégarnies d'un palais trop vaste, qu'un propriétaire appauvri renonce à occuper tout entier. »

Patissot
Vénérable


Revenir en haut Aller en bas

Re: Enseignants : le défi du recrutement est loin d'être gagné

Message par philann le Sam 26 Jan 2013 - 17:26

@Infiniment a écrit:Quant au sort des lettres classiques, c'est un euphémisme de dire qu'il me chagrine. On laisse mourir un pan essentiel de notre culture, en silence. Et ce qui me désole encore plus, c'est que nous ne serons pas les derniers. D'autres mourront après nous. À croire que la visée de nos dirigeants est de former — ou, plutôt, de ne pas former — des générations qui ne feront preuve d'aucune curiosité, d'aucun esprit critique, et se contenteront des programmes de TF1 en guise de culture. Les moutons sont plus faciles à gouverner.

Et le combat cessa, faute de combattants...

mais l'important n'est pas de défendre un pan de la culture mais de permettre à tartanpion d'exprimer son ressenti et son avis du moment.
aucun intérêt les LC ou l'allemand, ou les maths...tout ça c'est beaucoup trop exigeant!!! et puis d'abord on ne s'en sert pas après dans la vraie vie, au boulot ou au pôle emploi!!

Spoiler:
quand je pense, que étant moi-même prof d'allemand et en thèse de philo, ma môman attend impatiemment la fin de cette dernière, parce que un jour d'inconscience ou de trop grand boisson...je lui ai promis que dès ma thèse terminée, OUI elle pourra m'apprendre le grec Crying or Very sad

_________________
2014-2015: poste fixe dans les Hauts de Seine Very Happy Very Happy Very Happy
2013-2014: certifiée stagiaire dans les Hauts de Seine cheers 
2011-2013: prof. contractuelle dans l'Essonne

philann
Doyen


Revenir en haut Aller en bas

Re: Enseignants : le défi du recrutement est loin d'être gagné

Message par Ruthven le Sam 26 Jan 2013 - 20:08

@Infiniment a écrit:Quant au sort des lettres classiques, c'est un euphémisme de dire qu'il me chagrine. On laisse mourir un pan essentiel de notre culture, en silence. Et ce qui me désole encore plus, c'est que nous ne serons pas les derniers. D'autres mourront après nous.

Les maths sont les suivants sur la liste, quand elles auront été phagocytées par l'informatique (et là encore, l'insuffisance du vivier de recrutement permettra une accélération de la mutation).

Ruthven
Grand Maître


Revenir en haut Aller en bas

Re: Enseignants : le défi du recrutement est loin d'être gagné

Message par Luigi_B le Sam 26 Jan 2013 - 20:21

holderfar a écrit:Cool, revoilà l'épreuve de l'enseignant à l'éthique sociale prononcée, ou un truc du genre.

L'"éthique sociale affirmée" professeur

Source : http://www.unsa-education.org/telechargement/education/PouruneEcoleplusjusteetplusefficacesept2012.pdf

_________________
www.laviemoderne.net : ce qui est moderne peut (aussi) être idiot. Suspect

Luigi_B
Grand Maître


Revenir en haut Aller en bas

Re: Enseignants : le défi du recrutement est loin d'être gagné

Message par Paratge le Sam 26 Jan 2013 - 20:57

Finalement, il suffit dans l'École du futur d'un adulte, ou de ce qui y ressemble le plus, devant des « jeunes », le reste on s'en tape ! affraid

Paratge
Érudit


Revenir en haut Aller en bas

Re: Enseignants : le défi du recrutement est loin d'être gagné

Message par Invité le Dim 27 Jan 2013 - 0:25

@Luigi_B a écrit:
holderfar a écrit:Cool, revoilà l'épreuve de l'enseignant à l'éthique sociale prononcée, ou un truc du genre.

L'"éthique sociale affirmée" professeur

Source : http://www.unsa-education.org/telechargement/education/PouruneEcoleplusjusteetplusefficacesept2012.pdf
Merci, je ne retrouvais plus le terme! Laughing

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Enseignants : le défi du recrutement est loin d'être gagné

Message par gauvain31 le Dim 27 Jan 2013 - 19:02

@Infiniment a écrit:Je partage tout à fait ton point de vue, floflolhispano. Fils d'ouvriers, petit-fils d'ouvriers et de paysans, j'ai pu étudier grâce aux bourses sur critères sociaux et à mes emplois divers (et d'été...). Je n'oublierai jamais les larmes de ma grand-mère, le jour où j'ai été reçu au CAPES. "Tu as réussi mon petit, tu as réussi..." Il fut un temps, pas si lointain, où l'École de la République offrait à ses enfants des possibilités réelles. Et l'on n'avait pas besoin d'emplois d'avenir... Cet article est détestable.

OUi je suis moi-même fils d'ouvrier, donc un pur produit de la République ... et fier que mon père fût fier de moi.... à l'époque (en 2001) ; j'aurais été étudiant aujourd'hui pas sûr que j'aurais eu le concours..... ou la volonté de l'avoir

gauvain31
Grand sage


Revenir en haut Aller en bas

Page 3 sur 3 Précédent  1, 2, 3

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum