Partagez
Voir le sujet précédentAller en basVoir le sujet suivant
avatar
John
Médiateur

La Belgique face à la masterisation de la formation des enseignants

par John le Dim 27 Jan 2013 - 3:39
http://www.letudiant.fr/educpros/evenements-educpros/numerique-rendre-l-apprentissage-des-langues-accessibles-a-tous.html

Extrait :
Le CDH juge impayable la réforme de la formation initiale des enseignants

Le Ministre de l’Enseignement supérieur, Jean-Claude Marcourt (PS) n’en a pas fini avec son projet de réforme de la formation initiale des enseignants, régents et instituteurs. Sa note d’orientation a été recalée la semaine dernière par le Gouvernement. L’allongement pur et simple de 3 à 5 ans d’études serait tout simplement impossible à supporter par la Fédération Wallonie-Bruxelles, que l’on sait financièrement exsangue. Le Liégeois a donc été prié d’explorer de nouvelles pistes s’il souhaite faire passer son texte avant la fin de la législature.

Ne pas oublier la pénurie

Comme si cela ne suffisait pas, le Président du cdH, Benoit Lutgen, en a remis une couche à l’occasion des vœux de son parti. Le Bastognard a lui aussi affirmé qu’une prolongation des études serait budgétairement intenable. Pour les caisses de la FWB… mais aussi pour les étudiants. D’autant que, il ne faut pas l’oublier, si formation plus longue il y a… pendant deux ans, aucun enseignant diplômé des Hautes Écoles ne sortira. Et ce n’est pas envisageable en situation de pénurie. Alors quoi?

On peut le dire : la réforme aura plus que probablement lieu. On ne voit pas le Ministre faire marche arrière. La situation actuelle est jugée inadaptée par tous les acteurs de l’enseignement. Les étudiants se plaignent des horaires trop chargés, des stages si rares et pourtant très utiles. Les enseignants diplômés constatent, une fois sur le terrain, les carences de leur formation (ah, si seulement ils avaient eu quelques modules portant sur la détection des difficultés d’apprentissage, les différentes techniques de remédiation ou la pédagogie différenciée). Les syndicats sont également en faveur d’un allongement des études… mais, réalistes, précisent qu’ils pourront être patients, bien conscients qu’on ne peut réussir une telle réforme en quelques mois.

Une formule « 3 ans + 2 ans »?

Pour l’heure, la Fédération des étudiants francophones (FEF) est la seule à encore penser que l’on peut réformer l’école normale sans ajouter deux années supplémentaires. On se contenterait simplement de revoir les contenus des cours qui y sont dispensés. Jean-Claude Marcourt ne l’envisage pas.

Il faudra donc sortir du cadre de 3 ans. Mais comment? On l’a dit, le passage brutal à 5 ans coûterait très cher et aurait un impact direct sur la pénurie que nous connaissons. On envisage alors une option alternative : l’étudiant suivrait une formation complète de 3 ans… puis serait autorisé à enseigner, tout en gardant un pied à l’école normale. Une fois sur le terrain, il serait payé normalement, tout en étant accompagné par un enseignant expérimenté (tutorat) et pourrait ainsi profiter d’un début de carrière en douceur.

Une variante existe aussi (et aurait la cote au sein du Gouvernement) : le jeune serait diplômé en Bac+3… mais pour obtenir un master (et profiter du barème 501), il devrait suivre des formations complémentaires… ou faire valider une expérience utile (intéressant pour les enseignants déjà actifs dans nos écoles). Problème : le jeune enseignants aura-t-il le temps de suivre ces formations? Où seront-elles dispensées? Par qui? La Fédération Wallonie-Bruxelles pourra-t-elle les (faire) organiser, quand on sait que l’offre actuelle ne répond pas – c’est rien de le dire – aux attentes et besoins sur le terrain.

_________________
En achetant des articles au lien ci-dessous, vous nous aidez, sans frais, à gérer le forum. Merci !


"Celui qui ne participe pas à la lutte participe à la défaite" (Brecht)
"La nostalgie, c'est plus ce que c'était" (Simone Signoret)
"Les médias participent à la falsification permanente de l'information" (Umberto Eco)
avatar
coindeparadis
Guide spirituel

Re: La Belgique face à la masterisation de la formation des enseignants

par coindeparadis le Dim 27 Jan 2013 - 17:09
J'ai du mal à suivre... Ma jeune collègue a un baccalauréat (français) puis deux ans de formation d'instit en Belgique. Cela ne fait que bac + 2 , cela !

_________________
Ne t'excuse jamais d'être ce que tu es. Gandhi
Voir le sujet précédentRevenir en hautVoir le sujet suivant
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum